Monnetier-Mornex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monnetier-Mornex
Vue générale du village de Monnetier.
Vue générale du village de Monnetier.
Blason de Monnetier-Mornex
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Reignier-Ésery
Intercommunalité Communauté de communes Arve et Salève
Maire
Mandat
Philippe Maume
2014-2020
Code postal 74560
Code commune 74185
Démographie
Gentilé Monnerants / Monnerantes
Population
municipale
2 304 hab. (2011)
Densité 202 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 39″ N 6° 12′ 28″ E / 46.1608333333, 6.20777777778 ()46° 09′ 39″ Nord 6° 12′ 28″ Est / 46.1608333333, 6.20777777778 ()  
Altitude Min. 406 m – Max. 1 268 m
Superficie 11,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Monnetier-Mornex

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Monnetier-Mornex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monnetier-Mornex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monnetier-Mornex
Liens
Site web Monnetier-mornex-esserts.com

Monnetier-Mornex est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue d'une œuvre par John Ruskin (1819-1900) représentant Mornex.

Cette commune se trouve tout près de Genève et se trouve répartie en trois villages entre le Salève et le petit Salève (village de Monnetier), sur les flancs sud-est du Salève (village d'Esserts-Salève) et sur le Mont Gosse (village de Mornex). Le village de Mornex se prolonge jusqu'en bas du Mont-Gosse, au bord de l'Arve et à la jonction de son affluent, le Viaison.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Le site de Monnetier-Mornex a été peuplé par les Allobroges vers 300 av. J.-C., dont on retrouve les traces sur le site archéologique nommé "Camp des Allobroges" sur le Petit Salève.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le 14 décembre 1973, par arrêté préféctoral, le village d'Esserts-Salève est rattachée administrativement à la commune de Monnetier-Mornex[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Monnetier-Mornex

Les armes de Monnetier-Mornex se blasonnent ainsi :

Tranché : au 1) d'or à un soleil au naturel, au 2) de sinople à trois sapins au naturel rangés en bande, à la rivière d'azur ondée d'argent posée en bande et brochant sur la partition, chargée de trois cristaux de neige du même; au franc-canton de gueules à la croix aussi d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1977 Emile Balthassat ... ...
1977 1983 Joseph Cervo ... ...
1983 mars 2001 André Charpin ... ...
mars 2001 mars 2008 André Vuachet ... ...
mars 2008 en cours Philippe Maume ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 304 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
419 425 434 430 630 699 718 770 749
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
765 900 830 881 1 005 822 811 737 703
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
647 770 792 867 1 002 1 315 902 809 1 429
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 - -
1 530 1 794 1 792 1 953 2 006 2 229 2 304 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vue de Mornex, par Jean-Baptiste Camille Corot.
  • Le compositeur allemand Richard Wagner a séjourné en 1856 à Mornex où il aurait composé une partie de son célèbre opéra La Walkyrie.
  • L'écrivain anglais John Ruskin a séjourné en 1863 en tant que curiste à Mornex.
  • Le peintre impressionniste Jean-Baptiste Camille Corot a séjourné à Mornex où il a peint un tableau « Vue de Mornex ».
  • Le pharmacien (mais aussi botaniste, chimiste, etc...) Henri-Albert Gosse, fondateur de la Société de Physique et d’Histoire Naturelle de Genève (SPHN) en 1790 et collaborateur de Johann Jacob Schweppe avec qui il a inventé le premier système artificiel à gazéifier l'eau, avant que ce dernier ne fonde la "Cadbury and Schweppes Ltd", société qui produit encore aujourd’hui la célèbre boisson pétillante, et qui a permis la naissance de tous les sodas et autres soft drinks, vivait à Mornex et a donné son nom au Mont Gosse.
  • Le jeune chanteur décalé Toufo est originaire de ce petit village.
  • Le groupe Fluxious de Jazz/Metal est basé Mornex.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Camp des Allobroges, sur le Petit-Salève.
Place de l'église Saint-Pierre-aux-Liens.

Sports[modifier | modifier le code]

Escalade[modifier | modifier le code]

Monnetier-Mornex possède plusieurs sites d'escalade équipés, dont notamment :

  • La barre de Monnetier : située sur le Petit Salève
  • Le Canapé : situé sur le Grand Salève

Parapente[modifier | modifier le code]

Plusieurs départs de parapente sont situés sur la commune, sur le Salève.

Football[modifier | modifier le code]

Le village de Monnetier est équipé d'un stade de football.

Divers[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.O. du 03 février 1974
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Faucigny 1980, p. 331.
  5. [PDF] « Réfection de l’église de Monnetier », Sallèves. Bulletin municipal de la commune de Monnetier-Mornex-Esserts, no 43,‎ été 2002, p. 10 (lire en ligne).
  6. Faucigny 1980, p. 321.
  7. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance. Collection L'amateur Averti,‎ 2005, 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 39..