Tour de France 2010

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de France 2010
{{#if:
Carte des étapes du tour de France 2010
Carte des étapes du tour de France 2010
Généralités
Édition 97e
Date 3 juillet - 25 juillet
Étapes 21 (dont le prologue)
Distance 3 642 km
Pays visité(s) Drapeau de la France France
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Belgique Belgique
Lieu de départ Rotterdam
Lieu d’arrivée Paris
Partants 197
Arrivants 170
Résultats
Vainqueur Drapeau : Luxembourg Andy Schleck[1]
39,896 km/h de moyenne
Meilleur grimpeur Drapeau : France Anthony Charteau
Classement par points Drapeau : Italie Alessandro Petacchi
Meilleur jeune Drapeau : Luxembourg Andy Schleck
Super-combatif Drapeau : France Sylvain Chavanel
Meilleure équipe Drapeau : États-Unis Team RadioShack
Chronologie
Précédent Tour de France 2009 Tour de France 2011 Suivant

La 97e édition du Tour de France s'est déroulée du 3 au 25 juillet 2010. L'Espagnol Alberto Contador de l'équipe Astana a été déclaré initialement vainqueur mais il a été déclassé pour dopage par décision en date du 6 février 2012 du Tribunal arbitral du sport[2],[3]. Il devançait au classement général le Luxembourgeois Andy Schleck (Team Saxo Bank) et le Russe Denis Menchov (Rabobank). Andy Schleck remporte en outre pour la troisième fois le maillot blanc de meilleur jeune. L'Italien Alessandro Petacchi (Lampre-Farnese Vini), vainqueur de deux étapes, est le lauréat du classement par points et le Français Anthony Charteau celui du maillot à pois du classement de la montagne.

Présentation[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Le prologue a lieu à Rotterdam aux Pays-Bas. Après Amsterdam en 1954, premier départ du Tour hors de France, la « Grande Boucle » est partie de Scheveningen en 1973, de Leyde en 1978 et de s'Hertogenbosch en 1996. Il s'agit donc du cinquième départ du Tour aux Pays-Bas. C'est le troisième départ des Pays-Bas en trois grands tours consécutifs, après Assen pour le Tour d'Espagne 2009 et Amsterdam pour le Tour d'Italie 2010.

Après une première étape de plaine, deux étapes empruntent les routes de deux types de classiques : les classiques ardennaises entre Bruxelles et Spa ; et les classiques flandriennes entre Wanze et Arenberg. Cette étape, la troisième, emprunte 13,2 km de routes pavées.

Puis viennent trois étapes de plaines et une étape de moyenne montagne entre Tournus et la station des Rousses, avec une arrivée précédée d'une montée finale de 14 km.

La huitième étape comprend l'ascension du col de la Ramaz et une montée finale vers Morzine-Avoriaz. Après la première journée de repos, la neuvième étape est longue de 204 km et comprend quatre ascensions : les cols de la Colombière, des Aravis et des Saisies puis le col de la Madeleine et ses 25,4 km de montée à 6,1 % jusqu'à Saint-Jean-de-Maurienne.

L'année 2010 étant l'année du 150e anniversaire de l'Annexion de la Savoie par la France, l'étape du 14 juillet démarre de la capitale savoyarde, Chambéry. Cette étape de moyenne montagne est suivie de deux étapes de plaine, la 11e et la 13e, et d'une étape vallonnée, la douzième.

Viennent ensuite les Pyrénées, à l'honneur cette année pour célébrer les 100 ans du premier passage dans ce massif. Cela commencera avec la 14e étape, qui part de Revel, passe par le Port de Pailhères et finit par la montée vers Ax 3 Domaines, longue de 7,9 km à 8,3 %. Lors de la 15e étape, les coureurs franchiront trois cols : le Col du Portet-d'Aspet et le Col des Ares, empruntés lors de la première étape de montagne en 1910, et le Port de Balès, emprunté seulement en 2007. La 16e étape, Bagnères-de-Luchon-Pau, sera marqué par l'enchaînement Peyresourde-Aspin-Tourmalet-Aubisque. Après la deuxième journée de repos, lors de la 17e étape, les coureurs partiront de Pau, franchiront le Col de Marie-Blanque et le Col du Soulor, avant le Tourmalet. Ce sera la deuxième fois que l'arrivée sera jugée à son sommet, après une première en 1974. Deux prix seront attribués au sommet du Tourmalet : le souvenir Jacques Goddet lors de la 16e étape et le souvenir Henri Desgrange lors de la 17e étape.

Suivent une étape de plaine, puis un contre-la-montre de 51 km, avant l'arrivée sur les Champs-Élysées[4],[5],[6],[7],[8].

La moyenne de ce Tour est de 39,896 km/h.

Équipes[modifier | modifier le code]

Présentation de l'équipe Quick Step

Vingt-deux équipes participent à ce Tour de France[9].

En vertu d'un accord signé en 2008, 16 équipes sont assurées de participer au Tour 2010 :

Six autres équipes ont été sélectionnées fin mars 2010 :

Participants[modifier | modifier le code]

Liste des participants[modifier | modifier le code]

Le Tour de France 2010 a été disputé par 198 coureurs répartis dans 22 équipes représentant 32 pays; 170 arrivants.

Favoris au classement général[modifier | modifier le code]

Alberto Contador (Astana) est un des principaux favoris à sa succession[10]. Andy Schleck (Team Saxo Bank), deuxième en 2009, ainsi que son coéquipier et frère Fränk, vainqueur du Tour de Suisse, sont parmi ses principaux rivaux[11],[12]. Lance Armstrong (Team RadioShack), septuple vainqueur et troisième en 2009, est épaulé par l'une des meilleures équipes de ce Tour, avec notamment Levi Leipheimer et Andreas Klöden[13]. Les Liquigas-Doimo ont également plusieurs cartes à jouer, avec notamment Ivan Basso, vainqueur du Tour d'Italie, et Roman Kreuziger[14]. Cadel Evans (BMC Racing)[15], Denis Menchov (Rabobank)[16] et Carlos Sastre (Cervélo TestTeam) sont également cités parmi les favoris. Parmi les outsiders, sont notamment cités Bradley Wiggins (Team Sky)[17], Christian Vande Velde (Garmin-Transitions), Luis León Sánchez (Caisse d'Épargne), Joaquim Rodríguez (Team Katusha) Samuel Sánchez (Euskaltel-Euskadi), Jurgen Van den Broeck (Omega Pharma-Lotto) et Robert Gesink (Rabobank)[18],[19].

Andy Schleck, Roman Kreuziger et Robert Gesink seront donc les principaux candidats au maillot blanc de meilleur jeune[20],[21].

Comme souvent, il est difficile de dégager un favori pour le maillot pois. En effet, seul Egoi Martínez (Euskaltel-Euskadi) a déclaré viser ce classement. Damiano Cunego (Lampre-Farnese Vini) et Juan Manuel Gárate (Rabobank) semblent les plus à même pour contrecarrer ses plans[22],[23],[24].

Favoris au classement par points[modifier | modifier le code]

Thor Hushovd (Cervélo TestTeam), Mark Cavendish (Team HTC-Columbia) et Tyler Farrar (Garmin-Transitions) sont les principaux favoris au maillot vert, avec comme principaux rivaux Óscar Freire (Rabobank), Alessandro Petacchi (Lampre-Farnese Vini), José Joaquín Rojas (Caisse d'Épargne), Gerald Ciolek (Team Milram), Robbie McEwen (Team Katusha) et Edvald Boasson Hagen (Team Sky)[25],[26],[27].

Règlement de la course[modifier | modifier le code]

Le règlement officiel général de l'épreuve est consultable ici.

  • Le port du casque est obligatoire pour tous dans la totalité des étapes.
  • Comme c’est le cas depuis 2005, en cas de chute dans les trois derniers kilomètres, les coureurs impliqués sont crédités du temps du groupe auquel ils appartenaient. Cette règle ne s’applique pas dans les étapes disputées en contre-la-montre et sur les arrivées au sommet d’une ascension.
  • Comme c'est le cas depuis 2008, aucune bonification n'est attribuée dans le tour.

Maillot jaune[modifier | modifier le code]

Il récompense le leader du classement général, addition des temps réalisés à chaque étape. En cas d’égalité de temps au classement général, les centièmes de seconde enregistrés par les chronométreurs lors des épreuves contre-la-montre « individuel » sont réincorporés dans le temps total pour départager les coureurs et décider de l’attribution du maillot jaune.
En cas de nouvelle égalité, il est fait appel à l’addition des places obtenues à chaque étape et, en dernier ressort, à la place obtenue dans la dernière étape.

Classement par points[modifier | modifier le code]

Le classement par points est établi en fonction du barème suivant :

  • Arrivées des étapes « de plat » : 35, 30, 26, 24, 22, 20, 19, ... jusqu'à 1 point pour le 25e coureur classé.
  • Arrivées des étapes au « parcours accidenté » : 25, 22, 20, 18, 16, 15, ... jusqu'à 1 point pour le 20e coureur classé.
  • Arrivées des étapes de « haute montagne » : 20, 17, 15, 13, 12, 10, 9, ... jusqu'à 1 point pour le 15e coureur classé.
  • Arrivées des étapes contre-la-montre individuel : 15, 12, 10, 8, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point aux 10 premiers coureurs classés.
  • Sprints intermédiaires (deux ou trois par étape en ligne) : 6, 4 et 2 points aux 3 premiers.

Un coureur qui arrive hors des délais (par exemple dans un éventuel gruppeto) à une étape et qui est repêché reçoit une pénalité équivalente au nombre de points attribués au vainqueur de l'étape. Cette pénalité est automatique et peut conduire à un solde de point négatifs. À l'issue de chaque étape le leader de ce classement porte le maillot vert.
En cas d'égalité de points au classement général, les coureurs sont départagés par le nombre de victoires d'étape, puis par le nombre de victoires dans les sprints intermédiaires comptant pour le classement général par point et enfin par le classement général individuel au temps en cas d'égalité absolue.

Classement de la montagne[modifier | modifier le code]

Le classement de la montagne est établi en fonction du barème suivant :

  • Côtes hors-catégorie : 20, 18, 16, 14, 12, 10, 8, 7, 6 et 5 points pour les 10 premiers coureurs classés.
  • Côtes de 1re catégorie : 15, 13, 11, 9, 8, 7, 6 et 5 points pour les 8 premiers coureurs classés.
  • Côtes de 2e catégorie : 10, 9, 8, 7, 6 et 5 points pour les 6 premiers coureurs classés.
  • Côtes de 3e catégorie : 4, 3, 2 et 1 point pour les 4 premiers coureurs classés.
  • Côtes de 4e catégorie : 3, 2 et 1 point pour les 3 premiers coureurs classés.

Les points attribués dans les côtes hors-catégorie, 1re et 2e catégories sont doublés lorsqu'il s'agit du dernier col d'une étape.
À l'issue de chaque étape le leader de ce classement porte le maillot blanc à points rouges. Aucun point n'est attribué dans le prologue, la première étape et les trois dernières puisqu'elles ne comportent pas de cols référencés. Le porteur du maillot de meilleur grimpeur à l'arrivée de l'étape Pau - Col du Tourmalet sera donc assuré de remporter le prix, si bien sûr il n'abandonne pas.
En cas d'égalité de points entre 2 coureurs au classement général final, le coureur ayant obtenu le plus grand nombre de places de premier au sommet des cols hors catégorie est déclaré vainqueur. Si l'égalité demeure, le coureur ayant obtenu le plus grand nombre de places de premier au sommet des cols de première catégorie est déclaré vainqueur, et ainsi de suite jusqu'au cols de 4e catégories, puis enfin par le classement général individuel au temps en cas d'égalité absolue.

Classements et prix annexes[modifier | modifier le code]

Le classement des jeunes est réservé aux coureurs nés en 1985 ou plus tard. Le premier d’entre eux au classement général individuel au temps est leader journalier des jeunes. À l’issue de la dernière étape, il est déclaré vainqueur du classement des jeunes. En cas d'ex-æquo, les mêmes critères de départage que pour le maillot jaune sont appliqués.

Le classement général par équipes s’établit par l’addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe dans toutes les étapes. À l’issue de la dernière étape, l'équipe créditée du plus petit temps est déclarée vainqueur du classement par équipes. En cas d'ex-æquo, les équipes sont départagées par leur nombre de victoires d’étapes par équipes, puis par leur nombre de places de deuxième par équipes et ainsi de suite.

Le prix de la combativité récompense le coureur le plus généreux dans l’effort et manifestant le meilleur esprit sportif. Ce prix, établi dans les étapes en ligne, est décerné par un jury présidé par le directeur de l’organisation. Le combatif de l’étape porte dans l’étape suivante des dossards de couleur rouge. À l'issue de la dernière étape un Super Combatif est désigné par les membres du Jury du Tour de France.

Récit de la course[modifier | modifier le code]

3 – 10 juillet : un début de Tour mouvementé[modifier | modifier le code]

Au départ de cette édition, 198 coureurs représentent 31 pays différents au sein de 22 équipes. Cependant la veille du départ, l'Espagnol Xavier Florencio est interdit de départ par son équipe Cervélo TestTeam pour avoir pris un médicament contenant une substance interdite sans l'accord de son équipe. Il n'est pas remplacé et ce sont donc 197 coureurs qui s'élancent sur le prologue de Rotterdam. Celui-ci est remporté par Fabian Cancellara (Team Saxo Bank), qui s'empare du même coup du maillot jaune et du maillot vert, devant Tony Martin (Team HTC-Columbia), à 10 secondes, et David Millar (Garmin-Transitions), à 20 secondes. Parmi les favoris pour la victoire finale, Lance Armstrong (Team RadioShack) et Alberto Contador (Astana) sont les mieux placés, respectivement 4e et 6e à 22 et 27 secondes.
Cancellara conserve le maillot jaune à l'issue de la 1re étape entre Rotterdam et Bruxelles, remportée au sprint par Alessandro Petacchi (Lampre-Farnese Vini) et marquée par de nombreuses chutes. Sylvain Chavanel (Quick Step) fait coup double lors de la 2e étape, qu'il remporte sur les routes des classiques ardennaises, puisqu'il s'empare également du maillot jaune. Son coéquipier Jérôme Pineau prend le maillot à pois. Les chutes intervenues dans la descente de la côte de Stockeu causent l'abandon de Christian Vande Velde. Le peloton ne dispute pas le sprint pour la deuxième place. Lors la 3e étape, que s'adjuge Thor Hushovd (Cervélo TestTeam) (il s'empare aussi du maillot vert), l'équipe Team Saxo Bank reprend le maillot jaune avec Fabian Cancellara et Andy Schleck fait partie, avec Cadel Evans (BMC Racing), des grands bénéficiaires de cette étape qui passe par de nombreux secteurs pavés. Fränk Schleck chute et doit abandonner[28]. Lance Armstrong, victime d'une crevaison, est l'autre grand perdant de la journée[29],[30].

L'étape suivante, allant de Cambrai à Reims, est remportée au sprint par Alessandro Petacchi, sa deuxième victoire dans ce tour[31]. La cinquième et la sixième étape, respectivement Épernay-Montargis et Montargis-Gueugnon sont remportées au sprint par Mark Cavendish[32],[33].
L'issue de la 7e étape ressemble à celle de la deuxième. En effet, Sylvain Chavanel s'impose à la station des Rousses et prend la tunique de leader, et Jérôme Pineau conforte son maillot pois.

11 – 13 juillet : les Alpes[modifier | modifier le code]

Andy Schleck (Team Saxo Bank) remporte la 8e étape, devançant au sprint Samuel Sánchez (Euskaltel-Euskadi), et prend 10 secondes aux autres favoris et la deuxième place au classement général. Cadel Evans (BMC Racing) s'empare de la tête du classement général et Alberto Contador (Astana) de la troisième place. Lance Armstrong (Team RadioShack) chute, une nouvelle fois, au pied du col de la Ramaz, craque dans l'ultime ascension et perd toute chance de gagner le Tour. Cadel Evans, alors maillot jaune, craque à son tour durant la 9e étape remportée par Sandy Casar (La Française des Jeux), à cause d'un trait de fracture au coude. L'Australien, en larmes à l'arrivée, se voit obligé d'abandonner sa tunique au Luxembourgeois Andy Schleck, devant Contador. Samuel Sanchez et Denis Menchov (Rabobank) sont respectivement troisième et quatrième à près de trois minutes. Anthony Charteau (BBox Bouygues Telecom) s'empare du maillot à pois.

14 – 17 juillet : sur la route des Pyrénées[modifier | modifier le code]

Sérgio Paulinho (Team RadioShack) s'impose à Gap lors de la 10e étape. Jérôme Pineau (Quick Step) reprend le maillot de meilleur grimpeur. Mark Cavendish (Team HTC-Columbia) remporte le lendemain sa 3e étape. Lors de la 12e étape, Alexandre Vinokourov (Astana), dernier rescapé de l'échappée matinale, est victime de l'attaque de son coéquipier Alberto Contador, battu par Joaquim Rodríguez (Team Katusha) pour le gain de l'étape mais qui reprend 10 secondes à Andy Schleck et aux coureurs en tête du classement général. Déçu, Vinokourov se rattrape le lendemain en franchissant la ligne en solitaire. Alessandro Petacchi (Lampre-Farnese Vini), troisième, prend la tête du classement par points.

18 – 22 juillet : duels et succès français dans les Pyrénées[modifier | modifier le code]

Christophe Riblon (AG2R La Mondiale) s'adjuge en solitaire la 14e étape. En revanche, Andy Schleck (Team Saxo Bank) et Alberto Contador (Astana) se neutralisent, et laissent même partir Samuel Sánchez (Euskaltel-Euskadi) et Denis Menchov (Rabobank), pourtant troisième et quatrième au classement général. Lors de la 15e étape, remportée par Thomas Voeckler (BBox Bouygues Telecom), Andy Schleck attaque dans le Port de Balès. Il est victime d'un saut de chaine. Alberto Contador le rattrape, ne l'attend pas, lui reprend 39 secondes et s'empare du maillot jaune pour 8 secondes.

Pierrick Fédrigo (BBox Bouygues Telecom) s'impose lors de la 16e étape. Thor Hushovd (Cervélo TestTeam) reprend le maillot vert et Christophe Moreau (Caisse d'Épargne) revient à 15 pts d'Anthony Charteau dans la conquête du maillot à pois. Lors de la 17e étape, Andy Schleck et Alberto Contador s'échappent dans le Tourmalet, puis se neutralisent. Schleck franchit la ligne le premier, mais Contador reste en jaune. Dans la lutte pour la troisième place, Samuel Sanchez reprend 8 secondes à Denis Menchov et compte désormais 21 secondes d'avance sur son rival.

23 – 25 juillet : derniers changements[modifier | modifier le code]

Mark Cavendish s'impose au sprint lors de la 18e étape. Alessandro Petacchi prend la tête du classement par points. Le dernier contre-la-montre, remporté par Fabian Cancellara (Team Saxo Bank), voit Alberto Contador conforter son maillot jaune. Quant à la bagarre pour le podium, Denis Menchov passe devant Samuel Sánchez (Euskaltel-Euskadi). La 20e et dernière étape est le théâtre de la lutte finale pour l'obtention du maillot vert, dont les acteurs sont Alessandro Petacchi (Lampre-Farnese Vini), Thor Hushovd (Cervélo TestTeam) et Mark Cavendish (Team HTC-Columbia). Ce dernier franchit la ligne le premier et Petacchi remporte le classement par points, avec 11 points d'avance sur Cavendish et 21 sur Hushovd. Le peloton étant arrivé groupé, Alberto Contador (Astana) remporte ce Tour de France 2010, son troisième après 2007 et 2009. Il a 39 secondes d'avance sur Andy Schleck (Team Saxo Bank), qui s'adjuge également pour la troisième fois le maillot blanc de meilleur jeune. Denis Menchov (Rabobank) complète le podium, à 2 minutes et 1 seconde. Anthony Charteau (BBox Bouygues Telecom) remporte le classement du meilleur grimpeur et le Team RadioShack celui de la meilleure équipe. Alberto Contador sera par la suite déclassé suite au jugement du TAS de janvier 2012 après son contrôle positif au clenbuterol lors du tour de France 2010. Andy Schleck est alors déclaré vainqueur de la course.

Étapes[modifier | modifier le code]

Étape Date Villes étapes Type Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
Prologue Sam. 3 juillet Rotterdam (NED)Rotterdam (NED) Contre-la-montre 8,9 Drapeau : Suisse Fabian Cancellara Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
1re étape Dim. 4 juillet Rotterdam (NED)Bruxelles (BEL) Étape de plaine 223,5 Drapeau : Italie Alessandro Petacchi Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
2e étape Lun. 5 juillet Bruxelles (BEL)Spa (BEL) Étape accidentée 201 Drapeau : France Sylvain Chavanel Drapeau : France Sylvain Chavanel
3e étape Mar. 6 juillet Wanze (BEL)Arenberg-Porte du Hainaut Étape de plaine 213 Drapeau : Norvège Thor Hushovd Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
4e étape Mer. 7 juillet CambraiReims Étape de plaine 153,5 Drapeau : Italie Alessandro Petacchi Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
5e étape Jeu. 8 juillet ÉpernayMontargis Étape de plaine 187,5 Drapeau : Royaume-Uni Mark Cavendish Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
6e étape Ven. 9 juillet MontargisGueugnon Étape de plaine 227,5 Drapeau : Royaume-Uni Mark Cavendish Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
7e étape Sam. 10 juillet TournusStation des Rousses Étape accidentée 165,5 Drapeau : France Sylvain Chavanel Drapeau : France Sylvain Chavanel
8e étape Dim. 11 juillet Station des RoussesMorzine-Avoriaz Étape de montagne 189 Drapeau : Luxembourg Andy Schleck Drapeau : Australie Cadel Evans
Lun. 12 juillet Morzine-Avoriaz
Journée de repos
9e étape Mar. 13 juillet Morzine-AvoriazSaint-Jean-de-Maurienne Étape de montagne 204,5 Drapeau : France Sandy Casar Drapeau : Luxembourg Andy Schleck
10e étape Mer. 14 juillet ChambéryGap Étape accidentée 179 Drapeau : Portugal Sérgio Paulinho Drapeau : Luxembourg Andy Schleck
11e étape Jeu. 15 juillet SisteronBourg-lès-Valence Étape de plaine 184,5 Drapeau : Royaume-Uni Mark Cavendish Drapeau : Luxembourg Andy Schleck
12e étape Ven. 16 juillet Bourg-de-PéageMende Étape accidentée 210,5 Drapeau : Espagne Joaquim Rodríguez Drapeau : Luxembourg Andy Schleck
13e étape Sam. 17 juillet RodezRevel Étape de plaine 196 Drapeau : Kazakhstan Alexandre Vinokourov Drapeau : Luxembourg Andy Schleck
14e étape Dim. 18 juillet RevelAx 3 Domaines Étape de montagne 184,5 Drapeau : France Christophe Riblon Drapeau : Luxembourg Andy Schleck
15e étape Lun. 19 juillet PamiersBagnères-de-Luchon Étape de montagne 187,5 Drapeau : France Thomas Voeckler Drapeau : Luxembourg Andy Schleck[34]
16e étape Mar. 20 juillet Bagnères-de-LuchonPau Étape de montagne 199,5 Drapeau : France Pierrick Fédrigo Drapeau : Luxembourg Andy Schleck[34]
Mer. 21 juillet Pau
Journée de repos
17e étape Jeu. 22 juillet PauCol du Tourmalet Étape de montagne 174 Drapeau : Luxembourg Andy Schleck Drapeau : Luxembourg Andy Schleck[34]
18e étape Ven. 23 juillet Salies-de-BéarnBordeaux Étape de plaine 198 Drapeau : Royaume-Uni Mark Cavendish Drapeau : Luxembourg Andy Schleck[34]
19e étape Sam. 24 juillet BordeauxPauillac Contre-la-montre 52 Drapeau : Suisse Fabian Cancellara Drapeau : Luxembourg Andy Schleck[34]
20e étape Dim. 25 juillet LongjumeauParis-Champs-Élysées Étape de plaine 102,5 Drapeau : Royaume-Uni Mark Cavendish Drapeau : Luxembourg Andy Schleck[34]

Évolution des classements[modifier | modifier le code]

Étape Vainqueur Classement général
Jersey yellow.svg
Classement par points
Jersey green.svg
Classement de la montagne
Jersey polkadot.svg
Classement du meilleur jeune
Jersey white.svg
Classement par équipes
Jersey yellow number.svg
Prix de la combativité
Jersey red number.svg
P Fabian Cancellara Fabian Cancellara Fabian Cancellara non décerné Tony Martin Team RadioShack non décerné
1 Alessandro Petacchi Alessandro Petacchi Maarten Wynants
2 Sylvain Chavanel Sylvain Chavanel Sylvain Chavanel Jérôme Pineau Quick Step Sylvain Chavanel
3 Thor Hushovd Fabian Cancellara Thor Hushovd Geraint Thomas Team Saxo Bank Ryder Hesjedal
4 Alessandro Petacchi Dimitri Champion
5 Mark Cavendish José Iván Gutiérrez
6 Mark Cavendish Mathieu Perget
7 Sylvain Chavanel Sylvain Chavanel Andy Schleck Astana Jérôme Pineau
8 Andy Schleck Cadel Evans Rabobank Mario Aerts
9 Sandy Casar Andy Schleck Anthony Charteau Caisse d'Épargne Luis León Sánchez
10 Sérgio Paulinho Jérôme Pineau Mario Aerts
11 Mark Cavendish Alessandro Petacchi Stéphane Augé
12 Joaquim Rodríguez Thor Hushovd Anthony Charteau Team RadioShack Alexandre Vinokourov
13 Alexandre Vinokourov Alessandro Petacchi Juan Antonio Flecha
14 Christophe Riblon Caisse d'Épargne Christophe Riblon
15 Thomas Voeckler Team RadioShack Thomas Voeckler
16 Pierrick Fédrigo Thor Hushovd Non attribué[n 1]
17 Andy Schleck Alexandr Kolobnev
18 Mark Cavendish Alessandro Petacchi Daniel Oss
19 Fabian Cancellara non décerné
20 Mark Cavendish non décerné
Classements finals Andy Schleck Alessandro Petacchi Anthony Charteau Andy Schleck Team RadioShack Sylvain Chavanel

Le classement a été modifié après la fin du Tour 2010, en février 2012, avec la suspension d'Alberto Contador pour dopage. Contador avait porté le maillot jaune de leader de la 15e étape jusqu'à la victoire finale.

Classements finals[modifier | modifier le code]

Classement général[modifier | modifier le code]

Alberto Contador portant le maillot jaune lors de la 17e étape

Initialement vainqueur, Alberto Contador est déclassé en 2012 au profit d'Andy Schleck. En 2014, Denis Menchov (en italique dans le tableau ci-dessous), classé troisième puis deuxième après le retrait de Contador, est à son tour déclassé pour violation des règles antidopage. Conformément à la révision du 1er septembre 2013 de l’article 2.6.037 du règlement de l’UCI, les trois premières places sont réattribuées, les autres places ne sont pas modifiées, ainsi Sánchez est reclassé 2e et Van den Broeck 3e[36].

Classement général
  Coureur Pays Équipe Temps
Premier Andy Schleck Jersey yellow.svg Jersey white.svg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Team Saxo Bank en 91 h 59 min 28 s
2e Denis Menchov Drapeau de la Russie Russie Rabobank + min 22 s
3e Samuel Sánchez Drapeau de l'Espagne Espagne Euskaltel-Euskadi + min 1 s
4e Jurgen Van den Broeck Drapeau de la Belgique Belgique Omega Pharma-Lotto + min 15 s
5e Robert Gesink Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Rabobank + min 52 s
6e Ryder Hesjedal Drapeau du Canada Canada Garmin-Transitions + min 36 s
7e Joaquim Rodríguez Drapeau de l'Espagne Espagne Team Katusha + 10 min 59 s
8e Roman Kreuziger Drapeau de la République tchèque République tchèque Liquigas-Doimo + 11 min 15 s
9e Christopher Horner Drapeau des États-Unis États-Unis Team RadioShack Jersey yellow number.svg + 11 min 23 s
10e Luis León Sánchez Drapeau de l'Espagne Espagne Caisse d'Épargne + 13 min 42 s

Classements annexes[modifier | modifier le code]

Classement par points[modifier | modifier le code]

Alessandro Petacchi lors de la dernière étape du Tour de France 2010
Classement par points
  Coureur Pays Équipe Points
Premier Alessandro Petacchi Jersey green.svg ITA Lampre-Farnese Vini 243 points
2e Mark Cavendish GBR Team Columbia-HTC 232 pts
3e Thor Hushovd NOR Cervélo TestTeam 222 pts
4e José Joaquín Rojas ESP Caisse d'Épargne 179 pts
5e Robbie McEwen AUS Team Katusha 179 pts
6e Edvald Boasson Hagen NOR Team Sky 161 pts
7e Sébastien Turgot FRA BBox Bouygues Telecom 135 pts
8e Gerald Ciolek GER Team Milram 126 pts
9e Jürgen Roelandts BEL Omega Pharma-Lotto 124 pts
10e Lloyd Mondory FRA AG2R La Mondiale 119 pts

Classement du meilleur grimpeur[modifier | modifier le code]

Anthony Charteau lors du prologue
Classement du meilleur grimpeur
  Coureur Pays Équipe Points
Premier Anthony Charteau Jersey polkadot.svg FRA BBox Bouygues Telecom 143 points
2e Christophe Moreau FRA Caisse d'Épargne 128 pts
3e Andy Schleck Jersey white.svg LUX Team Saxo Bank 116 pts
4e Damiano Cunego ITA Lampre-Farnese Vini 99 pts
5e Samuel Sánchez ESP Euskaltel-Euskadi 96 pts
6e Sandy Casar FRA FDJ 93 pts
7e Jérôme Pineau FRA Quick Step 92 pts
8e Thomas Voeckler FRA BBox Bouygues Telecom 82 pts
9e Pierrick Fédrigo FRA BBox Bouygues Telecom 72 pts
10e Joaquim Rodríguez ESP Katusha 66 pts

Classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Andy Schleck avec le maillot blanc
Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
Premier Andy Schleck Jersey white.svg LUX Team Saxo Bank en 91 h 59 min 27 s
2e Robert Gesink NED Rabobank + min 52 s
3e Roman Kreuziger CZE Liquigas + 11 min 15 s
4e Julien El Fares FRA Cofidis + 52 min 43 s
5e Cyril Gautier FRA Bouygues Telecom + h 24 min 33 s
6e Jakob Fuglsang DEN Team Saxo Bank + h 37 min 53 s
7e Rafael Valls ESP Footon-Servetto + h 41 min 48 s
8e Pierre Rolland FRA Bouygues Telecom + h 46 min 3 s
9e Geraint Thomas GBR Team Sky + h 59 min 56 s
10e José Joaquín Rojas ESP Caisse d'Épargne + 2 h 01 min 19 s

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
Première Team RadioShack Jersey yellow number.svg Drapeau des États-Unis États-Unis en 276 h 2 min 3 s
2e Caisse d'Épargne Drapeau de l'Espagne Espagne + min 15 s
3e Rabobank Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas + 27 min 49 s
4e AG2R La Mondiale Drapeau de la France France + 41 min 10 s
5e Omega Pharma-Lotto Drapeau de la Belgique Belgique + 51 min 1 s
6e Astana Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan + 56 min 16 s
7e Quick Step Drapeau de la Belgique Belgique + 1 h 06 min 23 s
8e Euskaltel-Euskadi Drapeau de l'Espagne Espagne + h 23 min 2 s
9e Liquigas-Doimo Drapeau de l'Italie Italie + h 29 min 14 s
10e Bouygues Telecom Drapeau de la France France + h 54 min 18 s

Classement mondial[modifier | modifier le code]

Les 20 premiers du général et les cinq premiers de chaque étape marquent des points pour le Classement mondial UCI 2010.

Barème
Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
Classement général 200 150 120 110 100 90 80 70 60 50 40 30 24 20 16 12 10 8 6 4
Points par étapes 20 10 6 4 2
Points attribués durant le Tour de France
# Coureur Équipe Pts
DSQ Drapeau de l'Espagne Alberto Contador Drapeau du Kazakhstan Astana DSQ
1 Drapeau du Luxembourg Andy Schleck Drapeau du Danemark Team Saxo Bank 248
2 Drapeau de la Russie Denis Menchov Drapeau des Pays-Bas Rabobank 160
3 Drapeau de l'Espagne Samuel Sánchez Drapeau de l'Espagne Euskaltel-Euskadi 138
4 Drapeau de la Belgique Jurgen Van den Broeck Drapeau de la Belgique Omega Pharma-Lotto 114
5 Drapeau du Royaume-Uni Mark Cavendish Drapeau des États-Unis Team HTC-Columbia 110
6 Drapeau de l'Espagne Joaquim Rodríguez Drapeau de la Russie Team Katusha 108
7 Drapeau des Pays-Bas Robert Gesink Drapeau des Pays-Bas Rabobank 106
8 Drapeau du Canada Ryder Hesjedal Drapeau des États-Unis Garmin-Transitions 98
9 Drapeau de l'Italie Alessandro Petacchi Drapeau de l'Italie Lampre-Farnese Vini 78
Classement mondial après le Tour de France[37]
Pos Coureur Équipe Points
1 Drapeau de l'Espagne Joaquim Rodríguez Drapeau : Russie Team Katusha 408
2 Drapeau de l'Australie Cadel Evans Drapeau : États-Unis BMC Racing 390
3 Drapeau du Luxembourg Andy Schleck Drapeau : Danemark Team Saxo Bank 308
4 Drapeau de la Belgique Philippe Gilbert Drapeau : Belgique Omega Pharma-Lotto 304
5 Drapeau de l'Espagne Luis León Sánchez Drapeau : Espagne Caisse d'Épargne 293
1 6 Drapeau de l'Espagne Alberto Contador Drapeau : Kazakhstan Astana 482 260
7 Drapeau de la Suisse Fabian Cancellara Drapeau : Danemark Team Saxo Bank 250
8 Drapeau de la Russie Denis Menchov Drapeau des Pays-Bas Rabobank 243
8 Drapeau de l'Espagne Samuel Sánchez Drapeau : Espagne Euskaltel-Euskadi 243
10 Drapeau des Pays-Bas Robert Gesink Drapeau : Pays-Bas Rabobank 235


Aspects extra-sportifs[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Tout au long du parcours, plus de 3,27 millions d'euros sont distribués. Au départ, chaque équipe reçoit la somme de 51 243 €. En outre, chaque équipe présente à l'arrivée avec au moins sept coureurs obtient une prime de 1 600 € par coureur présent.

Prix pour les différents classements
Classements 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Note Par jour
Jersey yellow.svg Général 450 000 € 200 000 € 100 000 € 70 000 € 50 000 € 23 000 € 11 500 € 7 600 € jusqu'au dernier coureur classé
(400 €)
350 €
Jersey green.svg Points 025 000 € 015 000 € 010 000 € 04 000 € 03 500 € 03 000 € 02 500 € 2 000 € 300 €
Jersey polkadot.svg Grimpeur 025 000 € 015 000 € 010 000 € 04 000 € 03 500 € 03 000 € 02 500 € 2 000 € 300 €
Jersey white.svg Jeune 020 000 € 015 000 € 010 000 € 05 000 € 300 €
Jersey yellow number.svg Par équipes 050 000 € 030 000 € 020 000 € 12 000 € 08 000 €
Jersey red number.svg Combatif 020 000 €
Prix pour les différentes étapes
Position 1. 2. 3. Note
Vainqueur d'étapes 8 000 € 4 000 € 2 000 € Jusqu'au 20e coureur (200 €)
Contre-la-montre par équipes 10 000 € 5 000 € 2 500 € Jusqu'à la 20e équipe (200 €)
Sprint intermédiaire 0800 € 0450 € 0300 € 46 sprints intermédiaires durant ce Tour
Côte classée HC 0800 € 0450 € 0300 € 6 durant ce Tour
Côte classée 1re cat. 0650 € 0400 € 0150 € 10 durant ce Tour
Côte classée 2e cat. 0500 € 0250 € 9 durant ce Tour
Côte classée 3e cat. 0300 € 13 durant ce Tour
Côte classée 4e cat. 0200 € 20 durant ce Tour
Meilleur jeune 0500 € Pour le meilleur jeune de l'étape
Combatif 2 000 € Non attribué sur un contre-la-montre
Équipe 2 800 € Meilleure équipe de l'étape

Lutte anti-dopage et déclassement de Alberto Contador[modifier | modifier le code]

Le 23 juin 2010, après plusieurs mois de désaccord avec l'UCI, l'AFLD est interdite de contrôles sur le Tour de France, bien qu'elle ait fait appel devant l'AMA. En 2009, l'AFLD avait affirmé que l'équipe kazakhe Astana aurait bénéficié d'un traitement de de faveur de la part de l'UCI. L'UCI se retrouve seule pour organiser les contrôles anti-dopage sur ce Tour[38].

Le 2 juillet 2010, veille du départ, l'équipe Cervélo écarte et suspend l'espagnol Xavier Florencio pour violation du règlement interne. Florencio aurait pris sans autorisation médicale de l'éphédrine pour soigner une douleur à la selle[39].

Le 30 septembre 2010, Alberto Contador est suspendu à titre provisoire par l'UCI en raison d'un « résultat d’analyse anormal dans un échantillon d’urine prélevé lors de la deuxième journée de repos du Tour de France 2010 ». Cette analyse a révélé la présence de clenbuterol. La faible concentration de ce produit conduit l'UCI à mener « des investigations scientifiques complémentaires, en collaboration avec l'Agence mondiale antidopage. Alberto Contador affirme avoir été victime d'une contamination alimentaire[40],[41]. La fédération espagnole de cyclisme blanchit le coureur, puis le tribunal arbitral du sport (TAS) se saisit de l'affaire. Le TAS doit prendre sa décision en août 2011, ce qui permet à Contador de participer au Tour 2011[42]. Après la fin du Tour 2011, le TAS annonce que l'audience de Contador est reportée en novembre 2011[43].

Le 6 février 2012, le tribunal arbitral du sport annonce que le coureur est suspendu pour deux ans avec effet rétroactif[44]. Alberto Contador est déclassé du Tour de France 2010, et la victoire est attribuée par l'UCI à Andy Schleck[45] qui affirme « n'avoir aucune raison d'être heureux » de cette décision et estime que « C'est juste un jour très triste pour le cyclisme »[46]. Le directeur du Tour Christian Prudhomme estime que « dix-huit mois d'attente, c'est trop long, beaucoup trop long »[47].

En octobre 2012, l’UCI annonce qu'une procédure disciplinaire à l’encontre du coureur espagnol Carlos Barredo est ouverte suite à des anomalies dans son passeport biologique[48]. Il est finalement suspendu deux ans et est disqualifié des courses auxquelles il a participé entre le 26 octobre 2007 et le 24 septembre 2011 dont sa 41e place sur cette édition du Tour de France qui reste vacante[49],[50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Carlos Barredo, initialement vainqueur du prix de la combativité de la 16e étape du Tour de France 2010, a été déclassé en juillet 2014 par l'UCI[35].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Tour de France 2010 - Classement général », sur uci.ch (consulté le 13 février 2012)
  2. (en) [PDF] « Sentence arbitrale du TAS », sur tas-cas.org,‎ 6 février 2012 (consulté le 9 février 2012)
  3. [PDF] « Commuiqué de presse du TAS », sur tas-cas.org,‎ 6 février 2012 (consulté le 9 février 2012)
  4. « Tour de France 2010: 3 étapes en Belgique », sur dhnet.be,‎ 14 octobre 2009
  5. « Tapis rouge pour les Pyrénées », sur lequipe.fr,‎ 14 octobre 2009
  6. « La peur des pavés », sur eurosport.fr,‎ 30 juin 2010
  7. « Les Alpes en douceur? », sur eurosport.fr,‎ 1er juillet 2010
  8. « Les Pyrénées à la folie », sur eurosport.fr,‎ 2 juillet 2010
  9. « Avec BMC, sans les Feillu », sur eurosport.fr,‎ 30 mars 2010
  10. « Le sacre annoncé de Contador », sur velochrono.fr,‎ 1er juillet 2010
  11. « Un tournant pour les Schleck », sur velochrono.fr,‎ 29 juin 2010
  12. « Saxo-Bank, l'arme anti-Contador », sur eurosport.fr,‎ 30 juin 2010
  13. « Brajkovic sur le tour », sur eurosport.fr,‎ 22 juin 2010
  14. « Basso, de l’ambition et le champ libre », sur velochrono.fr,‎ 28 juin 2010
  15. « Un arc-en-ciel sur le Tour de France », sur velochrono.fr,‎ 24 juin 2010
  16. « Le cas particulier Menchov », sur velochrono.fr,‎ 25 juin 2010
  17. « Wiggins, bis presque repetita », sur velochrono.fr,‎ 23 juin 2010
  18. « Les favoris au maillot jaune », sur cyclismactu.net,‎ 26 juin 2010
  19. « On prend les mêmes? », sur eurosport.fr,‎ 3 juillet 2010
  20. « Schleck comme Ullrich ? », sur eurosport.fr,‎ 29 juin 2010
  21. « Andy Schleck pour égaler Ullrich ? », sur cyclismactu.net,‎ 1er juillet 2010
  22. « Qui pour succéder à Franco Pellizotti ? », sur cyclismactu.net,‎ 29 juin 2010
  23. « Des pois à prendre », sur velochrono.fr,‎ 30 juin 2010
  24. « Avis aux amateurs ! », sur eurosport.fr,‎ 1er juillet 2010
  25. « Les “usual suspects” du sprint », sur velochrono.fr,‎ 29 juin 2010
  26. « Ils aspirent à grandir… », sur velochrono.fr,‎ 28 juin 2010
  27. « L'année de Cavendish ? », sur eurosport.fr,‎ 30 juin 2010
  28. « Saxo entre rire et larmes », sur eurosport.fr,‎ 6 juillet 2010
  29. « Baromètre: Chavanel rit jaune », sur eurosport.fr,‎ 6 juillet 2010
  30. « Carnage on the cobbles! », sur cyclingnews.com,‎ 6 juillet 2010 (consulté le 17 juillet 2011)
  31. « Petacchi sacré sprinteur », sur letour.fr,‎ 7 juillet 2010
  32. « La formule Cavendish », sur letour.fr,‎ 8 juillet 2010
  33. « Le club des grands », sur letour.fr,‎ 9 juillet 2010
  34. a, b, c, d, e et f Maillot jaune récupéré par Andy Schleck suite au déclassement d'Alberto Contador pour dopage.
  35. (en) « Menchov case an example of the UCI's "new way of communicating" on doping violations », sur cyclingnews.com,‎ 13 juillet 2014 (consulté le 15 juillet 2014)
  36. http://www.uci.ch/templates/BUILTIN-NOFRAMES/Template3/layout.asp?MenuId=MTY0MjA&LangId=2
  37. Classement mondial UCI du 26 juillet 2010, mis à jour février 2012 suite au déclassement d'Alberto Contador
  38. L'Agence française de lutte contre le dopage privée de Tour de France
  39. Cervelo écarte Xavier Florencio de son équipe à la veille du départ
  40. « Contrôle anormal pour Contador », sur lequipe.fr,‎ 30 septembre 2010 (consulté le 30 septembre 2010)
  41. « Communiqué de presse - Résultat d’analyse anormal d’Alberto Contador », sur uci.ch,‎ 30 septembre 2010 (consulté le 30 septembre 2010)
  42. Alberto Contador : "J'ai toujours dit que j'étais contre le dopage", lemonde.fr, 30.06.11
  43. « Audience reportée pour Contador », sur lefigaro.fr,‎ 26 juillet 2011
  44. « Dopage - Contador suspendu deux ans » (consulté le 6 février 2012)
  45. « 25 juil 2010 - Classement général: Rotterdam - Paris (3641.9 km) », sur uci.ch (consulté le 24 février 2012)
  46. A. Schleck : «Enfin un verdict» L'Équipe, 06/02/2012
  47. Affaire Contador: «Une trop longue attente» pour Christian Prudhomme 20 minutes, 06/02/2012
  48. « Le passeport biologique rattrape Barredo », sur velochrono.fr,‎ 18 octobre 2012
  49. (en) « Menchov case an example of the UCI's "new way of communicating" on doping violations », sur cyclingnews.com,‎ 13 juillet 2014 (consulté le 15 juillet 2014)
  50. (en) « Anti-doping Rule Violations », sur uci.ch (consulté le 15 juillet 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :