Tour de France 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de France 2015
{{#if:
Parcours du Tour de France 2015
Parcours du Tour de France 2015
Généralités
Édition 102e
Date 4 juillet 2015 - 26 juillet 2015
Étapes 21
Distance 3 344 km
Pays visité(s) France, Pays-Bas, Belgique
Résultats
Chronologie
Précédent Tour de France 2014 Tour de France 2016 Suivant

Le Tour de France 2015 sera la 102e édition du Tour de France. Il partira de la ville d'Utrecht aux Pays-Bas et son arrivée aura lieu à Paris, sur l'avenue des Champs-Élysées.

Parcours[modifier | modifier le code]

L'organisateur ASO et Aleid Wolfsen, bourgmestre d'Utrecht, ont annoncé, le 8 novembre 2013 que le Tour de France 2015 s'élancera des Pays-Bas avec un départ à Utrecht[1]. La ville était déjà candidate en 2010, cependant le choix s'était alors porté sur Rotterdam. Ce grand départ sera le 6e à s'élancer des Pays-Bas, un record pour un pays étranger qui ne possède même pas de frontière directe avec la France (excepté à Saint-Martin)[2].

Trois jours et demi aux Pays-Bas et en Belgique[modifier | modifier le code]

Tour de la cathédrale d'Utrecht.

Le Grand Départ a lieu au sein de la ville d'Utrecht, théâtre d'un contre-la-montre individuel de 14 km, le seul exercice de ce type du Tour 2015. L'étape suivante, intégralement plate et en bord de mer, arrive en province de Zélande, sur l'île artificielle de Neeltje Jans, où les sprinteurs devraient se disputer la victoire. La troisième étape est elle entièrement belge et aura des airs de Flèche wallonne : partant d'Anvers, elle arrive, non sans avoir franchi quelques côtes au préalable, au sommet du Mur de Huy, que le Tour n'avait jamais eu l'occasion de visiter. La quatrième étape part quant à elle de Seraing, qui avait été arrivée d'étape en 2012.

Première semaine : passage dans le nord-ouest de la France[modifier | modifier le code]

Cette quatrième étape a pour destination Cambrai et est la plus longue du Tour, mesurant 221 km. Elle annonce également le retour des secteurs pavés un an après un précédent passage lors du Tour 2014. Arras, également sur la carte l'année précédente, accueille un départ d'étape pour Amiens, destinée pour les sprinteurs. L'étape suivante relie Abbeville et Le Havre, où les puncheurs pourraient avoir le dernier mot avec un tracé propice aux bordures et un final piégeux. Le lendemain, Livarot reçoit pour la première fois le Tour dans une étape plate à destination de Fougères. Le week-end s'annonce sous les couleurs du drapeau breton : l'étape du samedi relie la "capitale bretonne", Rennes, à Mûr-de-Bretagne en haut de la côte du Ménéhiez, qui avait fait une apparition remarquée lors de l'édition 2011. Enfin, la première semaine se clôt sur un nouveau contre-la-montre, cette fois par équipes, entre Vannes et Plumelec : celui-ci dispose également d'un final en montée, au sommet de la côte de Cadoudal. Dès lors, il n'y aura plus d'épreuve chronométrée jusqu'à la fin.

À noter également que durant toute la première semaine de course, les bonifications font leur retour.

Deuxième semaine : Pyrénées et Cévennes[modifier | modifier le code]

Les coureurs ont droit à une journée de repos dans la ville de Pau. La première étape du triptyque pyrénéen se déroule entre Tarbes et la station de la Pierre Saint Martin, arrivée inédite, dans un format de course de côte. Le peloton revient ensuite sur Pau pour arriver dans la ville de Cauterets, après une étape empruntant les cols d'Aspin et du Tourmalet. Le final est cependant en faux-plat montant. Enfin, la dernière étape pyrénéenne se déroule entre Lannemezan et le Plateau de Beille, après un passage par les cols de Portet d'Aspet (en hommage à Fabio Casartelli décédé vingt ans auparavant), de la Core, du Port de Lers et la montée finale. L'étape est identique à celle du Tour de France 2004, où Thomas Voeckler était parvenu à sauver son maillot jaune. Vient ensuite une étape pour puncheurs entre Muret, nouvelle ville-étape inédite, et Rodez, également départ de l'étape suivante. Celle-ci, après être passé sous le viaduc de Millau et longé les gorges du Tarn, arrive à Mende, plus précisément à l'aérodrome où Laurent Jalabert s'était imposé deux décennies auparavant. Une étape de transition suit entre Mende et Valence, avant d'achever la deuxième semaine par une étape pour baroudeurs-puncheurs entre Bourg-de-Péage et Gap, le final empruntant de nouveau le col de Manse.

Troisième semaine : Alpes du sud, vallée de la Maurienne et Alpe d'Huez[modifier | modifier le code]

La 17e étape part de Digne-les-Bains, initialement ville-étape en 2008 avant une modification du parcours, pour arriver dans la station de Pra-Loup, qui avait vu quarante ans plus tôt la chute du "Cannibale", Eddy Merckx. L'étape empruntera le col d'Allos qui n'avait plus été franchi par la course depuis 2000. Le lendemain, après un départ de Gap, le peloton rejoindra la Maurienne après avoir franchi le col du Glandon et gravi une nouveauté : les lacets de Montvernier. La ligne d'arrivée sera tracée à Saint-Jean-de-Maurienne, qui est également la ville-départ du lendemain. Cette étape suivante est très courte mais dense avec quatre ascensions : l'inédit col du Chaussy, le col de la Croix-de-Fer par son versant le plus difficile[réf. nécessaire], le col du Mollard et le final dans la station de La Toussuire. Puis, à 24 heures de l'arrivée finale, c'est un remake de l'étape Modane - L'Alpe d'Huez du Tour 2011 qui est proposée, avec les ascensions du col du Télégraphe, du Galibier, et la montée de L'Alpe d'Huez. S'ensuivra, pour finir, un transfert jusqu'à la région parisienne, avec un départ de Sèvres. Le tracé de l'étape sera modifié pour passer devant plus de monuments parisiens, avant le circuit final sur les Champs-Élysées, qui inclut désormais définitivement le tour de l'Arc de Triomphe.

Étapes[modifier | modifier le code]

Étape Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape sam. 4 juillet Utrecht (NED)Utrecht (NED)
Contre-la-montre individuel
14
2e étape dim. 5 juillet Utrecht (NED)Zélande[note 1] (NED)
Étape de plaine
166
3e étape lun. 6 juillet Anvers (BEL)Huy (BEL)
Étape vallonnée
154
4e étape mar. 7 juillet Seraing (BEL)Cambrai
Étape de plaine
221
5e étape mer. 8 juillet ArrasAmiens Métropole
Étape de plaine
189
6e étape jeu. 9 juillet AbbevilleLe Havre
Étape de plaine
191
7e étape ven. 10 juillet LivarotFougères
Étape de plaine
190
8e étape sam. 11 juillet RennesMûr-de-Bretagne
Étape vallonnée
179
9e étape dim. 12 juillet VannesPlumelec
Contre-la-montre par équipes
28
lun. 13 juillet Pau
Jour de repos
Journée de repos
10e étape mar. 14 juillet TarbesLa Pierre Saint-Martin
Étape de montagne
167
11e étape mer. 15 juillet PauCauterets-Vallée de Saint-Savin
Étape de montagne
188
12e étape jeu. 16 juillet LannemezanPlateau de Beille
Étape de montagne
195
13e étape ven. 17 juillet MuretRodez
Étape de plaine
200
14e étape sam. 18 juillet RodezMende
Étape vallonnée
178
15e étape dim. 19 juillet MendeValence
Étape de plaine
182
16e étape lun. 20 juillet Bourg-de-PéageGap
Étape de plaine
201
mar. 21 juillet Gap
Jour de repos
Journée de repos
17e étape mer. 22 juillet Digne-les-BainsPra-Loup
Étape de montagne
161
18e étape jeu. 23 juillet GapSaint-Jean-de-Maurienne
Étape de montagne
185
19eétape ven. 24 juillet Saint-Jean-de-MaurienneLa Toussuire-Les Sybelles
Étape de montagne
138
20e étape sam. 25 juillet Modane-ValfréjusL'Alpe d'Huez
Étape de montagne
110
21e étape dim. 26 juillet Sèvres-Grand Paris Seine OuestParis Champs-Élysées
Étape de plaine
107
  1. Le nom officiel de l'étape est « Utrecht – Zélande ». La ligne d'arrivée est située sur l'île artificielle de Neeltje Jans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]