El Cordobés (Manuel Benítez Pérez)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir El Cordobés.
El Cordobés
{{#if:
Image illustrative de l'article El Cordobés (Manuel Benítez Pérez)
El Cordobés passe de poitrine
Présentation
Nom de naissance Manuel Benítez Pérez
Apodo El Cordobés
Naissance 4 mai 1936 (78 ans)
Palma del Río
Nationalité Espagnol
Carrière
Alternative Cordoue le 25 mai 1963
Parrain, Antonio Bienvenida
Fin de carrière 1971
Escalafón général Premier de l’escalafón en 1965, 1967, 1970 et 1971
Distinction Nommé « Cinquième Calife de la Tauromachie »

Manuel Benítez Pérez dit « El Cordobés » (« le cordouan »), né le 4 mai 1936 à Palma del Río (Espagne, province de Cordoue) est un matador espagnol parmi les plus célèbres du XXe siècle.

Un autre El Cordobés (Manuel Díaz González) affirme être le fils naturel de Manuel Benítez Pérez mais ce dernier ne l'a jamais reconnu.

Présentation[modifier | modifier le code]

El Cordobés (à gauche) en 1980 le jour de l'alternative de Richard Milian dont il est le témoin
Statue de « El Cordobés », Calife de la tauromachie.

C'est un des espontáneos les plus célèbres. Le 28 avril 1957, il saute en piste, fait quelques passes et se fait rapidement rattraper par la police. Cet exploit reste dans les mémoires, bien que la véritable carrière du maestro n'ait commencé qu'en 1963 à Cordoue[1]

Manuel Benítez, d’origine très modeste, fils d’un ouvrier républicain mort en prison à la suite de la Guerre d’Espagne, est sans doute l’un des plus grands mythes des années 1960 et l’un des premiers matadors connus internationalement. Dans un guide à l’usage de ses lecteurs voyageant en Europe, le magazine américain Life donnait le conseil suivant à propos de la corrida : « Si sur l’affiche est écrit “El Cordobés”, ne la ratez surtout pas ; dans le cas contraire, ne perdez pas votre temps à ce spectacle sans intérêt ».

Son style particulièrement hétérodoxe et spectaculaire soulevait l’enthousiasme sur le gradins. Il déclara lui-même un jour : « Je ne torée pas, je fais des trucs avec le taureau ». Parmi les « trucs », un jour à Jaén, il monta à cheval sur le dos du taureau. Parfois, il « boxait » le taureau. « Truc » le plus fréquent : « El salto de la rana » (« le saut de la grenouille »). Il se mettait à genoux devant le taureau, lui présentant sa muleta par un côté, puis il sautait en l’air, se retournait pendant son saut, et présentait alors la muleta de l’autre côté. Ce style lui attirait les foudres des aficionados plus soucieux de classicisme, qui pourtant n’étaient pas les derniers à acheter leur billet. L’un d’eux lui cria un jour en cours de faena, faisant allusion au titre d’un film qu’il avait tourné peu avant, Aprender a morir, « Manolo, au lieu d’apprendre à mourir, tu ferais mieux d’apprendre à toréer ! »

Il est premier de l’escalafón en 1965, 1967, 1970 et 1971, année où il se retire du toreo. Il redescend dans l’arène en 1979, jusqu’en septembre 1981. Lors de sa dernière corrida à Albacete, le dernier toro dédié à El Cordobes tue un spectateur sauté en piste. Le matador sera vivement critiqué pour son manque de réaction. Il reparaît pour deux corridas en 2000 et se retire définitivement.

En 2002, le Conseil municipal de Cordoue l’a proclamé « Cinquième Calife de Cordoue ». Il vient rejoindre ainsi d’autres matadors cordouans célèbres : Rafael Molina « Lagartijo », Rafael Guerra « Guerrita », Rafael González « Machaquito » et Manuel Rodríguez « Manolete ».

Sa vie a été racontée par Dominique Lapierre et Larry Collins dans leur ouvrage … Ou tu porteras mon deuil. En 1963, il entame une tournée qui sera suivie par les reporters de l'émission française Les Coulisses de l'exploit. En 1966, la chanteuse Dalida consacrera un hymne à sa gloire, composé par Gérard Bourgeois et Jean-Max Rivière et intitulé Manuel Benitez El Cordobès.

Les arènes de Palavas-les-Flots (Hérault) portent son nom.

Carrière[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • El Cordobés (avec 77 photographies de Lucien Clergue), Éditions de la Jeune Parque, 1965
  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont,‎ 2003 (ISBN 2-2210-9246-5)
  • Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 1981 (ISBN 2-8627-6043-9)
  • Dominique Lapierre et Larry Collins, Ou tu porteras mon deuil,‎ 1967

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bérard 2003, p. 315

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]