Tour de France 1908

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de France 1908
{{#if:
Tour de France 1908
Carte de la course
Généralités
Édition 6e
Date 13 juillet - 9 août 1908
Étapes 14
Distance 4 488 km
Pays visité(s) Drapeau de la France France
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Lieu de départ Paris
Lieu d’arrivée Paris
Partants 110
Arrivants 36
Résultats
Vainqueur Drapeau : France Lucien Petit-Breton
28,740 km/h de moyenne
Chronologie
Précédent Tour de France 1907 Tour de France 1909 Suivant

La 6e édition du Tour de France s'est déroulée du 13 juillet au 9 août 1908 sur 14 étapes pour 4 488 km. Il s'agit du quatrième Tour de France consécutif à utiliser un système de points (et non au temps) pour calculer le classement général. Comme ses prédécesseurs, les étapes et le général sont dominés par les Français, cependant, deux Italiens et un Luxembourgeois terminent dans le top 10.

Après sa victoire de 1907, Lucien Petit-Breton est le grand favori. Remportant 5 des 14 étapes et le classement général, il confirme sa victoire de 1907 et devient le premier double vainqueur du Tour de l'histoire.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Le départ du Tour a lieu au Pont de la Jatte ; l'arrivée finale se juge au Parc des Princes. Mis à part le changement de pont pour le départ, le parcours est exactement le même que l'année précédente.
Si les coureurs indépendants forment encore la majorité du peloton, les équipes déjà établies depuis la première édition se livrent désormais une lutte farouche. Déjà lors de l'édition 1907, la rivalité Peugeot-Alcyon était de mise. Face à la marque de cycles sochalienne, « Alcyon », moins puissant qu'auparavant, mais aussi « Labor », qui manque encore d'expérience, proposent une opposition trop faible. L'équipe « Peugeot » place finalement quatre de ses coureurs aux quatre premières places du classement général.

Avant le départ, les dirigeants du Tour de France déclarent que toutes les mesures sont prises pour empêcher les incidents regrettables comme en 1905, et que les récalcitrants ont 90 % de chance de se faire prendre et de passer du temps en prison. Pour la première fois, certains pneus sont démontables, ce qui signifie que les 36 cyclistes en disposant peuvent réparer leur vélo plus facilement et un pneu à plat leur coûte donc moins de temps. Pour préserver le caractère individuel de la course, l'organisateur du Tour Henri Desgrange décide que tous les cyclistes doivent rouler sur des cadres fournis par l'organisation du Tour.

A postcard of a man on a bicycle looking at the camera.
Georges Passerieu, vainqueur de la première étape.

L'athlète française Marie Marvingt souhaite participer au Tour de France 1908, mais se voit refuser l'autorisation au motif que la course est ouverte uniquement aux hommes. Elle décide malgré tout de courir le Tour, de manière non-officielle, en prenant volontairement du retard sur les participants et elle réussit à le finir[1].

L'équipe Labor débute la course avec des maillots jaunes, à l'époque, le maillot jaune pour le leader de la course n'est pas encore utilisé. Dans la première étape, de Paris à Roubaix, les pavés causent de nombreux accidents et crevaisons. Elle est remportée par Georges Passerieu, tandis que Lucien Petit-Breton prend la deuxième place.
La deuxième étape, de Roubaix à Metz, passe par l'Alsace-Lorraine, qui fait alors partie de l'Allemagne. Comme les années précédentes, des clous sont jetés sur la route. Cette étape est remportée par Lucien Petit-Breton devant Georges Passerieu. Ayant remporté une étape et terminé deuxième dans l'autre, Petit-Breton et Passerieu ont tous deux 3 points. Selon certaines sources, ils sont tous les deux leaders ex-aequo après cette étape, alors que d'autres sources présentent Passerieu comme leader unique.

Lors de la troisième étape, après une nouvelle chute d'un membre de l'équipe Labor (Jean-Novo), le patron de Labor envoie un télégramme au directeur de l'équipe :

« Après la chute de Novo et les résultats médiocres des autres coureurs, j'ai décidé d'abandonner la course. »

Le reste du Tour est dominé par l'équipe Peugeot, qui gagne l'ensemble des étapes. Lors de cette troisième étape, Passerieu termine en 30e position, Petit-Breton finit deuxième, ce qui se traduit dès lors par un important écart au classement général.

La quatrième étape avec l'arrivée à Lyon se déroule sous une tempête de neige. Faber remporte cette étape, mais ayant terminé 49e de la deuxième étape, il ne constitue pas une menace pour le classement général.
Lors de la sixième étape, la Côte de Laffrey et le Col Bayard sont au programme. C'est André Pottier, le frère cadet de René Pottier, le vainqueur du Tour 1906, qui atteint les deux sommets en premier. Il ne garde pas son avance et l'étape est remportée par Jean-Baptiste Dortignacq. La neuvième étape, remportée par Petit-Breton, voit Faber prendre la deuxième place du classement général. La treizième étape, 415 kilomètres entre Brest et Caen est remportée par Georges Passerieu après une course de plus de 16 heures. Le dernier coureur de l'étape, Louis Di Maria, termine à plus de 23 heures du vainqueur (39 h 30 contre 16 h 23).

François Faber ne pouvant plus menacer Petit-Breton, ce dernier remporte cette édition facilement. Son plus mauvais classement fut une 10e place obtenue lors de la dixième étape, à une seconde du vainqueur. À toutes les autres étapes, il se classa parmi les quatre premiers, remportant cinq étapes au total.

Résultats[modifier | modifier le code]

Les étapes[modifier | modifier le code]

A man in shorts, in the background some other persons.
François Faber, vainqueur de quatre étapes du Tour de France 1908.
Étape Date Villes étapes km Vainqueur d'étape Leader du classement général
1re étape 13 juillet ParisRoubaix 272 Drapeau : France Georges Passerieu Drapeau : France Georges Passerieu
2e étape 15 juillet RoubaixMetz 398 Drapeau : France Lucien Petit-Breton Drapeau : France Georges Passerieu
Drapeau : France Lucien Petit-Breton
3e étape 17 juillet MetzBelfort 259 Drapeau : Luxembourg François Faber Drapeau : France Lucien Petit-Breton
4e étape 19 juillet BelfortLyon 309 Drapeau : Luxembourg François Faber Drapeau : France Lucien Petit-Breton
5e étape 21 juillet LyonGrenoble 311 Drapeau : France Georges Passerieu Drapeau : France Lucien Petit-Breton
6e étape 23 juillet GrenobleNice 345 Drapeau : France Jean-Baptiste Dortignacq Drapeau : France Lucien Petit-Breton
7e étape 25 juillet NiceNîmes 345 Drapeau : France Lucien Petit-Breton Drapeau : France Lucien Petit-Breton
8e étape 27 juillet NîmesToulouse 303 Drapeau : Luxembourg François Faber Drapeau : France Lucien Petit-Breton
9e étape 29 juillet ToulouseBayonne 299 Drapeau : France Lucien Petit-Breton Drapeau : France Lucien Petit-Breton
10e étape 31 juillet BayonneBordeaux 269 Drapeau : France Georges Paulmier Drapeau : France Lucien Petit-Breton
11e étape 2 août BordeauxNantes 391 Drapeau : France Lucien Petit-Breton Drapeau : France Lucien Petit-Breton
12e étape 4 août NantesBrest 321 Drapeau : Luxembourg François Faber Drapeau : France Lucien Petit-Breton
13e étape 6 août BrestCaen 415 Drapeau : France Georges Passerieu Drapeau : France Lucien Petit-Breton
14e étape 9 août CaenParis 251 Drapeau : France Lucien Petit-Breton Drapeau : France Lucien Petit-Breton

Classement général[modifier | modifier le code]

A man on a bicycle with shorts, short sleeves, racing on a velodrome.
Lucien Petit-Breton, de son vrai nom Lucien Mazan, vainqueur de son deuxième Tour de France.
Classement général final
Rang Coureur Sponsor Points
1 Drapeau : France Lucien Petit-Breton Peugeot–Wolber 36
2 Drapeau : Luxembourg François Faber Peugeot–Wolber 68
3 Drapeau : France Georges Passerieu Peugeot–Wolber 75
4 Drapeau : France Gustave Garrigou Peugeot–Wolber 91
5 Drapeau : Italie Luigi Ganna Alcyon–Dunlop 120
6 Drapeau : France Georges Paulmier Peugeot–Wolber 125
7 Drapeau : France Georges Fleury Peugeot–Wolber 134
8 Drapeau : France Henri Cornet Peugeot–Wolber 142
9 Drapeau : France Marcel Godivier Alcyon–Dunlop 153
10 Drapeau : Italie Giovanni Rossignoli Bianchi 160

Autres classements[modifier | modifier le code]

Le deuxième François Faber remporte le classement des « pneus démontables ».

L'Auto nomme Gustave Garrigou meilleur grimpeur. Ce titre qui n'est pas officiel est le précurseur du Grand Prix de la montagne.

Retombées[modifier | modifier le code]

Lucien Petit-Breton devient le premier cycliste à remporter deux Tours de France. Il écrit un livre sur sa vie, Comment je cours sur route. Celui-ci devient un succès, et il commence à s'occuper d'une chronique sur le vélo pour les journaux. Lors du Tour de France 1909, Petit-Breton ne participe pas en tant que coureur, mais en tant que chroniqueur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Coll., Tour de France, 100 ans, Paris, L'Équipe, 2003, tome 1, p. 60-65

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :