Romain Maes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maes.
Romain Maes
Image illustrative de l'article Romain Maes
Romain Maes arrivant au Parc des Princes lors de la 21e étape du Tour de France 1935
Informations
Nom Romain Maes
Date de naissance 10 août 1912
Date de décès 22 février 1983 (à 70 ans)
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Équipes professionnelles
1933-1936
1936-1937
1938
Alcyon-Dunlop
Labor-Dunlop
Mercier-Hutchinson
Principales victoires
Jersey yellow.svg Tour de France 1935
4 étapes du Tour de France

Romain Maes (Romanus Maes à l’état civil), né le 10 août 1912 à Zerkegem et mort le 22 février 1983 à Grand-Bigard, est un coureur cycliste belge. Professionnel de 1933 à 1942, il a remporté le Tour de France 1935. Vainqueur de trois étapes, dont la première et la dernière, il y a porté le maillot jaune de bout en bout. C'est sa seule victoire importante. Il a été classé deuxième du Paris-Roubaix 1936, bien qu'ayant passé la ligne d'arrivée devant Georges Speicher, déclaré vainqueur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Romain Maes naît le 10 août 1912 à Zerkegem. Il est le treizième enfant de la famille. Il dispute ses premières compétitions cyclistes à 17 ans. Il devient professionnel en août 1933 dans l'équipe Alcyon-Dunlop et remporte cette année-là le Circuit de l'Ouest[1]. En 1934, il gagne une étape de Paris-Nice et du Circuit de l'Ouest. Il participe à son premier Tour de France avec l'équipe de Belgique. Deuxième des première et troisième étapes, il abandonne lors du dixième jour de course.

En 1935, Karel Steyaert retient à nouveau Romain Maes dans l'équipe de Belgique du Tour de France. À la veille du départ, il donne cette consigne à ses coureurs : « Demain, la première étape de Paris à Lille ne doit pas nous échapper. À partir de Doullens, je veux voir en tête tous les maillots noirs cerclés jaune-rouge ! ». Ainsi, le lendemain, après une attaque d'Edgard De Caluwé à Doullens, Romain Maes s'échappe à Bruay-en-Artois. Il est près d'être rattrapé aux environs d'Haubourdin. Cependant, la barrière d'un passage à niveau abaissée devant ses poursuivants lui permet de reprendre de l'avance. Il remporte l'étape à l'hippodrome des Flandres avec 53 secondes d'avance sur un groupe composé d'Edgard De Caluwé, Charles Pélissier, Jean Aerts et Antonin Magne, et dispose de près de trois minutes d'avance au classement général grâce aux bonifications. Lors de la septième étape, entre Aix-les-Bains et Grenoble, son principal concurrent, Antonin Magne, doit abandonner après une chute. À l'arrivée, Maes compte douze minutes d'avance sur Vasco Bergamaschi, deuxième au classement général. Privée de Magne, l'équipe de France n'a plus de prétendant sérieux pour la victoire finale, est désorganisée et ses coureurs se concentrent davantage sur les victoires d'étapes. Les principaux concurrents des Belges deviennent les coureurs italiens. Maes perd du temps dans les Alpes, lors des neuvième et dixième étapes, et voit le Français Georges Speicher s'approcher au classement général. Il parvient à s'imposer à Cannes et à prendre la deuxième place en contre-la-montre à Perpignan, derrière Maurice Archambaud (14e étape). Entre Luchon et Pau, il est mis en difficulté par l'Italien Ambrogio Morelli, qui gagne l'étape. Grâce à Félicien Vervaecke, Maes parvient à conserver plus de deux minutes d'avance au classement général. Il gagne la dernière étape à Paris et remporte ce Tour de France, devant Morelli et Vervaecke, en ayant porté le maillot jaune de la première à la dernière étape. Il met fin à une série de cinq victoires françaises[2],[3].

Lors du Paris-Roubaix 1936, Romain Maes, Georges Speicher et Gaston Rebry arrivent ensemble à l'hippodrome des Flandres et s'y disputent la victoire au sprint. Maes devance de peu Speicher mais les juges de course désignent ce dernier vainqueur. Maes est classé deuxième[4],[5]. En juillet, il participe à son troisième Tour de France, qu'il abandonne lors de la septième étape.

En 1938, Romain Maes est en mesure de remporter Paris-Bruxelles avec 100 mètres d'avance mais commet l'erreur de s'arrêter après un premier passage sur la ligne d'arrivée alors qu'il lui reste un tour de piste à parcourir. Il est doublé par Marcel Kint et termine à la deuxième place[1].

En 1939, il remporte la deuxième étape du Tour de France, un contre-la-montre entre Calais et Vire, ce qui lui permet de porter le maillot jaune pendant une journée. Lors de la huitième étape, il chute et abandonne. Il court jusqu'en 1942.

Après sa carrière cycliste, Romain Maes tient un bar bruxellois nommé Le maillot jaune[1]. Il meurt le 22 février 1983 à Grand-Bigard.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1934 : abandon (10e étape)
  • 1935 : Jersey yellow.svg vainqueur du classement général et des 1re, 11e et 21e étapes
  • 1936 : abandon (7e étape)
  • 1939 : abandon (8eb étape) vainqueur de la 2ea étape (contre-la-montre) et Jersey yellow.svg maillot jaune pendant une journée

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (nl) « 1935: Romain Maes », sur wielercentrum.com/ (consulté le 21 janvier 2012)
  2. Pierre Chany, La fabuleuse histoire du Tour de France : livre officiel du centenaire, Minerva,‎ 2004, 959 p. (ISBN 2830707664), p. 279-285
  3. « Tour de France 1935 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 21 juillet 2012)
  4. Pascal Sergent, Paris-Roubaix. Tome I, 1896-1939 : chronique d'une légende, Roubaix, Véloclub de Roubaix,‎ 1991, 243 p. (notice BnF no FRBNF36158492), p. 190-191
  5. Gérard Ejnès (dir.), Jacques Hennaux (dir.) et Serge Laget (dir.), Paris-Roubaix : une journée en enfer, L'Équipe,‎ 2006, 223 p. (ISBN 2-915535-21-3), p. 107

Liens externes[modifier | modifier le code]