Imola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Imola (homonymie).
Imola
Image illustrative de l'article Imola
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Emilia-Romagna-Stemma.svg Émilie-Romagne 
Province Bologne 
Code postal 40026
Code ISTAT 037032
Code cadastral E289
Préfixe tel. 0542
Démographie
Gentilé imolesi
Population 69 116 hab. (31-12-2010[1])
Densité 337 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 00″ N 11° 42′ 00″ E / 44.33333, 11.7 ()44° 20′ 00″ Nord 11° 42′ 00″ Est / 44.33333, 11.7 ()  
Altitude Min. 47 m – Max. 47 m
Superficie 20 494 ha = 204,94 km2
Divers
Saint patron San Cassiano
Fête patronale 13 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
City locator 14.svg
Imola

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Imola

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Imola
Liens
Site web http://www.comune.imola.bo.it/
Map of comune of Imola (province of Bologna, region Emilia-Romagna, Italy).svg

Imola (Jômla en dialecte romagnol) est une ville italienne de la province de Bologne en Émilie-Romagne.

Elle est plus particulièrement connue pour le circuit Dino et Enzo Ferrari sur lequel se courait jusqu'en 2006, le Grand Prix automobile de Saint-Marin comptant pour le championnat du monde Formule 1. La course, qui porte le nom de la principauté proche de Saint-Marin, elle-même trop petite pour accueillir un Grand prix automobile, est généralement associée au nom d'« Imola ».

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d’Imola s’élève au milieu de la Plaine du Pô à une altitude variant de 7 à 323 mètres au-dessus du niveau de la mer (47 mètres devant la mairie), sur la via Emilia entre Bologne (33 km à l’ouest) et Faenza (RA, 16 km à l’est). La commune est traversée du Nord au Sud par la route nationale SS610 qui mène de Argenta (FE) (31 km) à Firenzuola (FI, Toscane). Cette route relie également la commune à l’autoroute A14 Bologne-Ancône et A14bis pour Ravenne (30 km).

Bien que faisant partie de la province de Bologne en Émilie, Imola avec Mordano, fait partie de la sous-région de Romagne et en est la cinquième commune la plus peuplée après Ravenne, Rimini, Forlì et Cesena.

Imola est située sur la rive gauche du fleuve Santerno et est desservie par la ligne de chemin de fer Milan-Ancône qui divise la commune en deux parties : la cité urbaine au Sud et la zone industrielle au Nord, entre la voie ferrée et l’autoroute A1 ; Le reste du territoire n’est qu’une immense plaine agricole très fertile.

Grandes villes voisines :

Les communications aériennes sont assurées par les aérodromes de Bologne (39 km), Forli (33 km), Florence (73 km), Rimini (80 km) et Lucques (108 km).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire d'Imola.

L’histoire d'Imola débute dès l’Antiquité et est liée à l’établissement des Étrusques en Toscane et dans la plaine du Pô et surtout aux Romains qui, pour conquérir la péninsule italienne, construisirent des voies de communication et particulièrement la via Emilia qui traverse la plaine et passe au centre de la ville d’Imola. Cette situation géographique au milieu d’une plaine fertile, entre de grands centres comme Bologne, Ferrare, Forlì, Florence, entre des régions disputées par les Lombards, les Byzantins, l’état pontifical, les guerres d’influence franco-autrichiennes et l’idéal d’unification de Giuseppe Garibaldi, etc. ne pouvait qu’influencer d’histoire de la cité.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Plan d’Imola en 1705. Le canal entoure complètement la cité.

La zone d’Imola fut fréquentée par des populations préhistoriques et protohistoriques, bien avant la civilisation romaine qui sur les pas des Étrusques développèrent et améliorèrent les conditions de vie dans cette zone de la valle Padusa par la centuriation des zones marécageuses.

La cité antique était ceinte d'une muraille autour de laquelle un fossé était alimenté en eau par un canal. Ce canal prenait l'eau du fleuve Santerno à 6 km au sud de la cité, faisait le tour des murs et repartait vers le nord jusqu'au port lagunaire de Conselice puis de là les barques rejoignaient le Pô de Primaro pour descendre à la mer ou remonter vers l'intérieur du territoire. La fonction de ce canal était principalement : la protection, la navigation, l'irrigation et la force motrice pour les moulins.

Article détaillé : Canal des moulins d'Imola.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le déclin de la civilisation romaine et les invasions barbares qui suivirent, n’apportèrent que destruction et inculture. L’opposition entre différentes tributs venues du Nord de l’Europe et d’Orient se solda, pendant des siècles, par des massacres alimentés par des différents culturels, raciaux, religieux et financiers.

Après l’avènement du royaume d'Italie (888-1024), l’opposition entre les différentes seigneuries aux mains de familles nobles instrumentalisées par la papauté de Rome, la commune d’Imola ne connut qu’un semblant de calme et de développement qu’au début du XVIe siècle.

Renaissance italienne[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Renaissance italienne et Risorgimento.
Plan d’Imola réalisé par Léonard de Vinci en 1502.

La renaissance italienne est la phase qui marque la fin des conquêtes barbares, apaisement des affrontements politico-religieux et le renouveau des arts.

Après une période de troubles, le Risorgimento sonna pour l’Italie une ère de liberté et d’union nationale dont Imola sut tirer parti. La politique de bonification des terres marécageuses, la canalisation des fleuves et torrents, permit de considérablement augmenter la superficie des terres cultivables et donner à la région un essor économique qui lui profite encore à l’heure actuelle.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Piazza Matteotti dans les années 1960.

Ce siècle marque le début de l’industrialisation, des progrès sociaux, mais aussi de tristes évènements comme les deux guerres mondiales.

La deuxième moitié du siècle marque un nouvel essor économique plus orienté vers l’industrie mécanique et le tourisme.

Monuments et lieux d’intérêt[modifier | modifier le code]

  • la Rocca Sforzesca
  • le Palazzo Machirelli
  • le théâtre communal
  • le Palazzo Monsignani
  • le Palazzo Della Volpe
  • la Pinacothèque communale
  • les Bastions du Port'Appia
  • le Palazzo Calderini
  • le Palazzo Pighini
  • le Palazzo communal
  • la Piazza Matteotti
  • le alazzo Sersanti
  • le Palazzo Tozzoni
  • le Palazzo Vescovile
  • la Casa Della Volpe
  • la Porta Montanara
Duomo d’Imola
  • la cathédrale d'Imola
  • la Basilique Santuario della Beata Vergine del Piratello
  • le Parc eaux minérales, vaste zone au-delà du fleuve Santerno.
  • le Parc Tozzoni, vaste zone en colline à la limie de la cité.
  • la Réserve Naturelle Regionale de la forêt de la Frattona.
  • la Villa Muggia de Piero Bottoni

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2008 en cours Daniele Manca Parti démocrate  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Casola Canina, Chiusura, Fabbrica, Giardino, Linaro, Montecatone, Piratello, Ponticelli, San Prospero, Sasso Morelli, Selva, Sesto Imolese, Spazzate Sassatelli, Zello

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Argenta (31 km), Bagnara di Romagna (RA, 10 km), Borgo Tossignano (13 km), Casalfiumanese 10 km), Castel Bolognese (RA, 8 km), Castel Guelfo di Bologna (9 km), Conselice (RA, 20 km), Dozza (7 km), Massa Lombarda (RA, 14 km), Medicina (15 km), Mordano (9 km), Riolo Terme (RA, 9 km), Solarolo (RA, 10 km)

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population en janvier de chaque année[modifier | modifier le code]

1861 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
26 313 33 144 37 718 45 350 51 289 57 224 60 661 62 567 64 348
2012 - - - - - - - -
69 283 - - - - - - - -


Ethnies et minorités étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1º janvier 2011 la population étrangère résidente était de 6184 personnes. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1 Roumanie Roumanie 1579
2 Maroc Maroc 1184
3 Drapeau de l'Albanie Albanie 907
4 Tunisie Tunisie 345
5 Ukraine Ukraine 334
6 Drapeau de la Pologne Pologne 303
7 Drapeau de la Moldavie Moldavie 216
8 Drapeau du Pakistan Pakistan 120
9 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 97
10 Nigeria Nigeria 73

Culture[modifier | modifier le code]

  • La Bibliothèque communale ouverte dés 1799. Archives historiques de la cité.
  • la Casa Piani, la bibliothèque communale pour enfants.
  • la bibliothèque du Séminaire
  • la bibliothèque du C.I.D.R.A (Centre imolese documentation Résistance antifasciste).
  • le Centre d’études de la nature;
  • la collection d’armes et céramiques de la Rocca Sforzesca;
  • le musée diocèsien Pio IX;
  • le musée G. Scarabelli;
  • le musée de San Domenico - Pinacothèque ;
  • le musée du C.I.D.R.A;
  • le musée de la Coopérative Céramique.
  • le théâtre communal Ebe Stignani;
  • le théâtre communal Osservanza;
  • le théâtre Lolli.

Fêtes et évènements[modifier | modifier le code]

  • la Foire agricole du Santerno.
  • la CRAME foire d’échange à mi-septembre.
  • les Bacchanales : antique fête religieuse en novembre, thèmes divers autour de la gastronomie.
  • Imola en musique le premier weekend de juin, concerts, spectacles de rue.
  • CortoImola Festival, concours international de court métrage.
  • Carneval des Fantaveicoli, concours d’engins de transport improbables et bizzares.

Personnalités liées à Imola[modifier | modifier le code]

Antiquité
Moyen Âge
XVI et XVII siècle
XVIII siècle
XIX siècle
XX siècle
XXI siècle

Économie[modifier | modifier le code]

Le territoire d’Imola présente une vaste gamme d’entreprises, petites et moyennes, qui vont de l’agriculture à l’industrie de pointe.

  • Société coopérative de la céramique depuis 1874,
  • Machines agricoles,
  • Matériel électrique,
  • Industrie agro-alimentaire

Jumelage[modifier | modifier le code]

Sport mécanique à Imola[modifier | modifier le code]

Motocyclisme[modifier | modifier le code]

Plan du premier circuit d’Imola (1946).
Plan du second circuit d’Imola 1947 à 1950.

La première compétition de motocyclisme organisée à Imola se disputa le 18 juillet 1926. Le parcours de l’époque se faisait sur routes publiques normales, sur un tracé de 12,100 km.

Le 23 mai 1948, se disputa le premier grand prix international de motocyclisme organisé en Italie.

À partir de 1972, la compétition se déroula à l'Autodrome les 200 Miglia d'Imola, la dernière édition eut lieu en 1985.

Automobile[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Autodromo Enzo e Dino Ferrari.

La cité est le siège de l’autodrome « Enzo e Dino Ferrari », où se dispute le Grand Prix automobile de Saint-Marin de Formule 1, dont la dernière édition sur ce circuit eut lieu en 2006.

L'autodrome Enzo et Dino Ferrari est tristement célèbre pour la mort du champion brésilien Ayrton Senna le 1er mai 1994 et celui de Roland Ratzenberger le jour précédent au cours des essais.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nazario Galassi - Figure e vicende di una città -Edizioni Coop. “A. Marabini”. 2 voll.
  • Tampieri, Imola 14 aprile 1945. Riflessioni sulla Resistenza - ISBN 88-88775-52-8
  • Massimo Montanari - La storia di Imola : dai primi insediamenti all'ancien régime. La Mandragora. 2000, |Imola

Note[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]