Alex Zülle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alex Zülle
Image illustrative de l'article Alex Zülle
Prologue du Tour de France 1993.
Informations
Nom Zülle
Prénom Alex
Surnom Perro loco, Grand duduche[1]
Date de naissance 5 juillet 1968 (46 ans)
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Spécialité Course à étapes
Équipe professionnelle
09.1991-1997
1998
02-05.1999-2000
2001-28-03.2003
28-03.2003-2004
ONCE
Festina
Banesto
Team Coast
Phonak
Principales victoires
2 grands tours

Maillot or Tour d'Espagne 1996 et 1997
1 championnat
Jersey rainbow chrono.svg Champion du monde contre-la-montre 1996
14 étapes de grands tours
Tour de France (2 étapes)
Tour d'Espagne (9 étapes)
Tour d'Italie (3 étapes)
5 courses à étapes
Paris-Nice 1993
Tour du Pays basque 1995 et 1997
Tour de Catalogne 1996

Tour de Suisse 2002

Alex Zülle est un coureur cycliste suisse, né le 5 juillet 1968 à Wil dans le canton de Saint-Gall, professionnel de 1991 à 2004[2]. Reconnu comme l'un des meilleurs rouleurs et spécialistes des courses à étapes des années 1990, il a notamment remporté à deux reprises le Tour d'Espagne et terminé deux fois deuxième du Tour de France. Il a également remporté le championnat du monde du contre-la-montre 1996 décrochant la même année la place de no 1 mondial du classement UCI. Faisant partie des coureurs exclus du Tour de France 1998, il avoue s'être dopé dans ce qui devient l'affaire Festina.

À la suite d'une carrière amateur au cours de laquelle il affectionne les courses par étapes, Alex Zülle débute sa carrière professionnelle en 1991 au sein de l'équipe ONCE dirigée par Manolo Saiz. Dès sa première saison, il remporte plusieurs courses espagnoles et décroche en 1993 sa première performance majeure en finissant deuxième du Tour d'Espagne. Sa quatrième place lors du Tour d'Espagne 1994 puis sa deuxième place lors du Tour de France 1995 marquent ses saisons suivantes.

Au cours des années 1996 et 1997 il signe ses plus prestigieuses victoires. Il obtient ainsi deux victoires d'affilée lors du Tour d'Espagne ainsi qu'un titre de champion du monde du contre-la-montre en 1996. Il quitte alors l'équipe ONCE pour rejoindre la formation Festina.

L'année 1998 constitue un tournant dans sa carrière. Leader de son équipe sur le Tour d'Italie, il reste longtemps en tête du classement avant de terminer à la quatorzième place. Aligné sur le Tour de France, il fait partie de l'équipe exclue de la course à la suite de la découverte de produits dopants dans une des voitures de son équipe. En garde à vue, il avoue s'être dopé ce qui lui entraîne une suspension de sept mois.

Revenu en mai 1999 dans l'équipe Banesto, il n'obtient plus les mêmes résultats que lors des années précédentes. Deuxième du Tour de France cette année-là, ce résultat est le dernier qui lui permet de se mettre en évidence dans un grand tour. Les dernières saisons de sa carrière lui permettent de remporter son Tour national en 2002. Il arrête sa carrière professionnelle en 2004.

Repères biographiques et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Photo de plusieurs coureurs cyclistes.
Alex Zülle, avec ses équipiers Armin et Roland Meier lors des championnats du monde sur route amateurs 1990.

Né le 5 juillet 1968 à Wil dans le canton de Saint-Gall d'un père suisse, Walter, et d'une mère néerlandaise, Willemine[1], Alex Zülle a une sœur cadette, Claudia[1]. Passionné de ski dans sa jeunesse, une chute met fin à ses espoirs de carrière dans la discipline[3],[4]. À l'âge de 18 ans, lors de sa rééducation, il débute le cyclisme. Un entraînement en Suisse est l'occasion pour lui de se faire repérer par une équipe amatrice dirigée par Guido Amrhein, un ancien coureur professionnel. Celui-ci obtient du père de Zülle qu'il rejoigne l'équipe du VC Wil[5]. Zülle exerce alors la profession de peintre en bâtiment[1].

Alex Zülle évolue successivement dans les équipes amatrices Helvetia, Isotonic, Churrasco, Mavic jusqu'en 1991[6]. Lors de son passage chez Churrasco, il s'impose en contre-la-montre lors du championnat de Suisse du 100 km par équipes associé à Bruno Risi, Kurt Betschart et Armin Meier[7]. Sur les courses par étapes, il s'impose lors de la Flèche du Sud et du Tour de Suisse orientale en 1990 et lors du Grand Prix Guillaume Tell en 1991[8]. Depuis 1986 et l'ouverture de cette épreuve aux professionnels, il est le premier amateur à s'y imposer[8] et aussi le premier coureur à être en tête de la course de bout en bout[8],[1].

Avec l'équipe de Suisse, Zülle termine neuvième des championnats du monde du contre-la-montre par équipes[9] et 50e du championnat du monde sur route amateurs en 1990[10]. L'année suivante, il se classe 54e du championnat du monde sur route amateurs[11].

Carrière cycliste[modifier | modifier le code]

ONCE (1991-1997)[modifier | modifier le code]

Débuts professionnels et premières victoires (1991-1992)[modifier | modifier le code]

Alex Zülle commence sa carrière professionnelle en 1991. Il rejoint l'équipe espagnole ONCE à la suite de la décision de Paul Köchli, alors manager de l'équipe suisse Helvetia, d'engager Laurent Dufaux[3]. Cette décision instaure une brouille entre Zülle et Koechli[1]. Sa première saison professionnelle complète a lieu en 1992. Elle est marquée par des victoires sur des courses à étapes espagnoles et par un premier maillot jaune lors du Tour de France. En mars, il remporte une étape de la Semaine sicilienne puis le classement général de la Semaine catalane[12]. En avril, le Tour d'Espagne est son premier grand tour. Il débute par une quatrième place lors du prologue[13] mais abandonne lors de la dixième étape, épuisé[12]. En juin, il remporte une étape et le classement final du Tour des Asturies[14]. Il ambitionne alors de prendre le maillot jaune pour son premier Tour de France[12]. Après avoir terminé deuxième du prologue de Saint-Sébastien derrière Miguel Indurain[12], il réussit à prendre le maillot jaune le lendemain, par le jeu des bonifications[15], maillot qu'il garde une journée[12]. Son Tour se termine lors de la journée de repos par un abandon prémédité[12]. Sur sa lancée, il remporte en août le Tour de Burgos. En septembre, après une trente-huitième place lors du championnat du monde sur route[16], il prend sa revanche du prologue du Tour de France en dominant Miguel Indurain lors du contre-la-montre du Tour de Catalogne[17]. Il termine sa saison par une victoire lors de l'Escalade de Montjuïc[18]. L'ensemble de ces résultats lui permet de terminer à la neuvième place du classement FICP[19].

À la lutte pour la victoire du Tour d'Espagne (1993-1994)[modifier | modifier le code]

Photo de Tony Rominger sur son vélo.
Tony Rominger, vainqueur de la Vuelta 1993 devant Zülle.

La première victoire d'Alex Zülle en 1993 a lieu en mars lors de Paris-Nice. Prenant la tête de la course dès le prologue qu'il remporte avec 45 centièmes de seconde[20] d'avance sur son coéquipier Erik Breukink, il confirme sa place de leader en remportant le contre-la-montre par équipes de Roanne au sein de l'équipe ONCE. Il parachève son succès par une victoire lors de la montée du col d'Èze[21]. À la fin du mois Zülle termine troisième du Critérium international derrière Erik Breukink et son compatriote Tony Rominger[22]. En préparation du Tour d'Espagne, il se classe troisième du Tour du Pays basque[23]. Lors de la Vuelta, Zülle remporte le prologue avec trente secondes d'avance sur Breukink, ce qui lui permet d'endosser le maillot amarillo[24]. Cependant, en pleine épreuve, il apprend qu'il est blanchi suite à un contrôle anti-dopage positif au salbutamol survenu lors du Tour du Pays basque[25]. Le résultat est considéré comme « non positif » par la fédération espagnole[26]. Cela ne l'empêche pas de remporter la victoire lors de la cinquième étape[26]. Il perd son maillot de leader au profit de Rominger au terme de la treizième étape[27]. Lors de la descente de La Cobertoria, sous la pluie[28],[29], il chute laissant s'échapper ses rivaux Iñaki Gastón et Tony Rominger[30]. Sa victoire lors du contre-la-montre final lui permet de terminer à la deuxième place finale à vingt-neuf secondes de son compatriote[31]. En juin, il termine cinquième du Tour des Asturies puis de nouveau cinquième lors de la Bicyclette basque. En juillet, lors du Tour de France, il se classe quarante et unième de l'épreuve avec pour meilleur résultat une deuxième place lors du prologue[32]. Sa fin de saison est marquée par une sixième place lors du Tour de Catalogne[33]. Il termine l'année au cinquième rang du classement UCI[34].

En 1994, son début de saison est moins prolifique que la saison précédente. En février, il termine huitième du Tour de la Communauté valencienne[35]. En mars, lors de Paris-Nice, son meilleur résultat est une troisième place lors de la montée du col d'Èze[36]. Il remporte en avril le contre-la-montre du Tour d'Aragon[37] puis il se met de nouveau en évidence lors du Tour d'Espagne. Deuxième du prologue[38], il est longtemps à la lutte pour le podium avec les Espagnols Mikel Zarrabeitia et Pedro Delgado. Il perd toute chance de l'obtenir lors de l'ultime contre-la-montre de 53 km, devant changer quatre fois de vélo. Il termine finalement cette Vuelta au pied du podium[39]. En juillet, son Tour de France débute par une quatrième place lors du prologue de Lille[40]. Terminant trente-septième du contre-la-montre de Bergerac, il perd alors plus de neuf minutes sur Miguel Indurain[41]. La suite de l'épreuve le voit terminer à trois reprises dans les dix premiers d'une étape. Il achève finalement le Tour à la huitième place, à plus de vingt minutes d'Indurain[42]. Il est treizième du championnat du monde du contre-la-montre à la fin du mois d'août[16]. En septembre, il remporte sa deuxième victoire de la saison à l'occasion du prologue du Tour de Catalogne[43]. Il enchaîne par une deuxième place lors du Tour de La Rioja[44], ce qui lui permet de finir la saison à la treizième place au classement UCI[45].

Podium sur le Tour de France (1995)[modifier | modifier le code]

Le début de saison 1995 d'Alex Zülle le voit remporter le Challenge de Majorque et le Tour de la Communauté valencienne[46] en février. Sur Paris-Nice, en mars, sa troisième place lors du contre-la-montre final lui permet de terminer troisième, non sans avoir contribué à la victoire finale de son coéquipier Laurent Jalabert[47]. Deux semaines plus tard, il remporte le contre-la-montre final de la Semaine catalane et termine à la deuxième place du classement général, à quatre secondes de Francesco Frattini[48]. Début avril, il domine le Tour du Pays basque dont il gagne une étape en ligne ainsi que le contre-la-montre final qui se dispute en côte sur le Jaizkibel. Son coéquipier Laurent Jalabert est deuxième et son compatriote Tony Rominger troisième[49]. Zülle participe ensuite aux classiques ardennaises, terminant notamment 14e de Liège-Bastogne-Liège[50]. En préparation du Tour de France, il participe au Grand Prix du Midi libre en mai[51], puis remporte en juin le contre-la-montre de la Bicyclette basque ce qui lui permet de prendre la deuxième place de l'épreuve derrière Evgueni Berzin[52]. La semaine suivante, il gagne le prologue du Tour de Suisse puis confirme sa place de leader en remportant la sixième étape, un contre-la-montre en côte de 22 km. Il compte alors 1 min 31 s d'avance sur le deuxième, Zenon Jaskuła et semble parti pour remporter son tour national pour sa première participation[53]. Il perd cependant sa première place lors de la 8e étape remportée par Pavel Tonkov avec près de deux minutes d'avance sur Zülle[54]. Il termine finalement deuxième du classement général à onze secondes du Russe[55].

Photo de Laurent Jalabert.
Laurent Jalabert, coéquipier d'Alex Zülle, remporte en 1995 le Tour d'Espagne et est quatrième du Tour de France.

En juillet, Zülle est avec Jalabert le leader de l'équipe ONCE pour le Tour de France[56]. Il est le plus rapide des favoris lors d'un prologue disputé sous la pluie[57], puis profite de la deuxième place de son équipe au contre-la-montre par équipes pour prendre la sixième place du classement général[58]. Dixième du contre-la-montre de la huitième étape, il aborde les Alpes en neuvième position, avec plus de quatre minutes de retard sur Miguel Indurain[59]. Lors de l'étape menant à La Plagne, Zülle l'emporte à l'issue d'une échappée de plus de 70 kilomètres, avec deux minutes d'avance sur Indurain et plus de quatre sur tous ses autres concurrents[60]. Il prend alors la deuxième place du classement général, qu'il ne quitte plus jusqu'à l'arrivée. Il termine toutes les étapes de montagne restantes des Alpes et des Pyrénées dans le même temps qu'Indurain, en étant notamment troisième au sommet de L'Alpe d'Huez. Il se classe sixième du contre-la-montre final. Zülle finit le Tour de France à la deuxième place du classement final avec 4 min 35 s de retard sur Miguel Indurain et plus de deux minutes d'avance sur Bjarne Riis, troisième[61].

En septembre, Zülle participe au Tour d'Espagne[note 1] dont il est un des principaux favoris[62]. Il effectue un bon début de course, terminant deuxième du prologue[63] puis troisième de la troisième étape[63]. Il perd cependant toute chance de victoire lors de la 12e étape menant à Sierra Nevada, où il cède 18 minutes et chute après l'arrivée de l'étape. Zülle pense alors à abandonner, mais reste en course pour épauler Jalabert, qui porte le maillot amarillo[64]. Le Suisse s'impose finalement au Pla de Beret, terme de la seizième étape[63] devant Jalabert vainqueur final de l'épreuve. Il finit l'épreuve au vingtième rang à près de 38 minutes du Français[63]. Zülle termine la saison à la cinquième place du classement UCI[65].

Vainqueur de la Vuelta et champion du monde (1996)[modifier | modifier le code]

En 1996, Zülle obtient ses premiers résultats fin mars en remportant la Semaine catalane ainsi que deux étapes[66]. La semaine suivante, il gagne le Trofeo Comunidad Foral de Navarra. Fin mai, il termine deuxième de la Bicyclette basque derrière Miguel Indurain, le devançant toutefois lors du contre-la-montre[67]. En juin, il remporte le Tour de Catalogne en s'imposant en plus lors des 3 étapes contre-la-montre[68]. Sur sa lancée, il commence le Tour de France par une victoire lors du prologue[69], quelques jours après les obsèques de son jeune coéquipier Mariano Rojas, mort dans un accident de la circulation[70]. Il endosse pour la deuxième fois le maillot jaune. Il le garde trois jours puis le cède à Frédéric Moncassin. Lors de l'étape qui mène aux Arcs, il chute à deux reprises[71],[4] et termine quinzième de l'étape à plus de trois minutes du vainqueur, Luc Leblanc, se retrouvant onzième du classement général, tenu par Evgueni Berzin[72]. Il sort des vingt premiers du classement général à l'issue de l'étape de Pampelune qu'il termine à plus de 33 minutes de Laurent Dufaux[73]. À Paris, Il se classe finalement vingt-sixième du Tour à près d'une heure de Bjarne Riis[74]. Une semaine plus tard, il participe aux Jeux olympiques d'Atlanta. Tout d'abord 104e de la course en ligne remportée par son compatriote Pascal Richard, il termine ensuite septième du contre-la-montre à 2 minutes 28 secondes du vainqueur Miguel Indurain[75].

En septembre, Zülle participe à son cinquième Tour d'Espagne consécutif. Après une première semaine de course réservée aux sprinteurs, le Suisse prend la deuxième place du premier contre-la-montre 2 secondes derrière Tony Rominger[76] ce qui lui permet d'endosser le maillot amarillo[1]. Il le garde jusqu'au bout, remportant la quinzième étape[1] et talonnant Rominger lors du dernier contre-la-montre. Il remporte finalement son premier grand tour devant ses deux compatriotes Laurent Dufaux et Tony Rominger[76]. Des doutes apparaissent toutefois sur sa victoire suite à une intoxication alimentaire qui aurait touché l'intégralité de l'équipe ONCE lors de la dix-neuvième étape[77]. Zülle a alors bénéficié de l'aide d'autres équipes[78] et de Rominger[77],[78], en vue des championnats du monde[79].

Le mois suivant, il termine sa saison en gagnant « à domicile »[note 2] le championnat du monde du contre-la-montre[80] devant l'ancien vainqueur[note 3] britannique Chris Boardman. À la suite de ces résultats, Alex Zülle prend la tête du classement UCI[81]. Il la garde trois semaines et termine l'année en seconde position du classement à seulement six points de Laurent Jalabert[82]. Il figure à la troisième place du Vélo d'or avec 42 points[83].

Doublé sur la Vuelta (1997)[modifier | modifier le code]

En 1997, Alex Zülle commence l'année par une troisième place lors du Trofeo Soller[84]. En mars, à la suite de sa cinquième place lors du Tour de Murcie[85], il reprend durant un mois la tête du classement UCI[86]. Deux semaines plus tard, il termine deuxième de la Semaine catalane[87].

Début avril, il fait partie de l'équipe ONCE favorite pour le Tour du Pays basque[88]. Il termine à la troisième place de la quatrième étape derrière Laurent Jalabert et Pascal Hervé[88]. Le trio se départage lors de l'ultime étape, un contre-la-montre de 12,5 km en montée. L'étape est gagnée par Zülle devant Marco Pantani, le Suisse remportant la course pour la seconde fois. Laurent Jalabert, en terminant deuxième, assure le doublé pour l'équipe ONCE[88]. Le duo participe ensuite aux classiques ardennaises. La Flèche wallonne est remportée par Jalabert, Zülle terminant troisième à 50 secondes[89]. Quatre jours plus tard, lors de Liège-Bastogne-Liège, il décante la course en attaquant lors de la montée de la côte de La Redoute[90]. Seuls Michele Bartoli et Jalabert parviennent à le suivre. Bartoli doit alors répondre aux attaques des deux coéquipiers. Zülle, finalement lâché par ses deux compagnons, ne peut empêcher l'attaque de Bartoli à la flamme rouge[90]. L'Italien s'impose à Ans en solitaire 8 secondes devant Jalabert[91], remportant à cette occasion une de ses plus grandes victoires[90]. Zülle termine finalement à la 41e place[90].

En préparation du Tour de France, Zülle participe au Critérium du Dauphiné libéré. Deuxième du prologue, il chute sans conséquence physique[92] lors de la 2e étape et abandonne trois jours plus tard[93]. Le 22 juin, il chute de nouveau lors du Tour de Suisse, se fracturant la clavicule gauche[94]. Moins de deux semaines plus tard, il prend le départ du Tour de France[95]. Il obtient la cinquième place du prologue à 5 secondes du Britannique Chris Boardman[96]. Cependant, quelques jours plus tard, il doit abandonner la course, ayant encore été impliqué dans des chutes et ne voulant pas compromettre la suite de la saison[97]. Pendant l'épreuve, son transfert dans l'équipe Festina est annoncé au grand mécontentement de Richard Virenque[98] qui le considère comme un « rival direct »[99].

En septembre, Zülle est au départ du Tour d'Espagne en tant que tenant du titre. Après un début de course marqué par des arrivées au sprint, il fait partie avec Jalabert, Laurent Dufaux et Fernando Escartín d'un quatuor qui se détache du reste du peloton lors de la 6e étape. Jalabert remporte la victoire d'étape et prend le maillot amarillo, Zülle étant quatrième à 26 secondes[100]. Le lendemain, il devient le principal atout de son équipe, Jalabert ayant perdu plus de 8 minutes lors de l'étape de Sierra Nevada[101]. Zülle prend le maillot amarillo à l'issue de la neuvième étape, un contre-la-montre remporté par son équipier Melchor Mauri[102]. Il ne quitte plus le maillot de leader, étant toujours aux avant-postes lors des étapes suivantes, aidé notamment par Jalabert[103]. La vingtième étape, un contre-la-montre de 43 km, est l'occasion de distancer définitivement ses rivaux pour la victoire. Escartin et Dufaux perdent plus de deux minutes lors de cette étape[104]. La dernière étape ne changeant rien au classement général, il s'impose finalement pour la deuxième année consécutive, devançant Fernando Escartin de 5 minutes et Laurent Dufaux de 6 minutes[105].

En octobre, il perd toute chance de conserver son titre de champion du monde du contre-la-montre à la suite de deux crevaisons[106], terminant onzième d'une course remportée par Laurent Jalabert[107]. Quelques jours plus tard, il termine à la deuxième place de Milan-Turin, battu de nouveau par le Français. Le résultat de l'Escalade de Montjuïc qui se déroule quatre jours plus tard est le même, Jalabert devançant le Suisse de 32 secondes[108]. Alex Zülle figure en fin d'année à la quatrième place du classement UCI[109].

Festina (1998)[modifier | modifier le code]

Photo de Marco Pantani.
Marco Pantani, vainqueur du Giro 1998.

Alex Zülle quitte l'équipe ONCE et s'engage dans l'équipe Festina. Il a alors pour équipiers des coureurs tels que Richard Virenque, Laurent Dufaux ou le champion du monde sur route Laurent Brochard. L'objectif qui lui est fixé par son équipe est de remporter le Tour d'Italie[110]. En mars, Zülle obtient ses premiers bons résultats de la saison. Il termine tout d'abord quatrième de Paris-Nice[111]. Il enchaîne avec une victoire d'étape et la troisième place finale de la Semaine catalane[112]. En avril, il termine troisième du Tour du Pays basque[113].

En préparation du Giro, il participe au Tour de Romandie. Deuxième du prologue derrière son équipier Dufaux, il aide celui-ci à gagner l'épreuve[110] tout en remportant le contre-la-montre disputé la veille de l'arrivée, ce qui lui permet de prendre la deuxième place finale de la course. Il devient alors favori du Tour d'Italie[110] avec Marco Pantani pour de nombreux observateurs[114]. Alors en tête de l'épreuve et après avoir remporté trois étapes, il fléchit lors de la 17e étape[115] remportée par Giuseppe Guerini. Marco Pantani prend alors la tête de l'épreuve[116]. Il perd tout espoir de podium deux jours plus tard en perdant une demi-heure sur Pantani lors de la 19e étape[117]. Zülle termine finalement quatorzième de ce Giro à près de 34 minutes d'il Pirata.

En juillet, il fait partie de l'équipe exclue du Tour de France 1998 suite à la découverte de produits dopants dans une voiture de l'équipe. Après cette exclusion, il reconnaît avoir eu recours au dopage à l'EPO depuis 4 ans, à chaque course importante[118]. Malgré ses aveux, sa popularité reste intacte en Espagne[119].

En septembre, Zülle, ne pouvant pas être suspendu avant le 1er octobre[119], peut défendre son titre au Tour d'Espagne avec une équipe forte d'éléments comme Richard Virenque, Laurent Dufaux ou Pascal Hervé[119]. La sixième étape est l'occasion d'une première confrontation entre les favoris. Zülle termine au sein d'un groupe de 12 coureurs à 47 secondes de l'Espagnol José María Jiménez[120]. À la veille de la journée de repos, il perd 2 minutes 24 secondes sur Abraham Olano, vainqueur du contre-la-montre d'Alcúdia[121]. Au cours des dix étapes suivantes, il reprend quelques secondes à Olano, lui permettant de figurer à la sixième place du général[122]. La vingtième étape met fin à ses ambitions. L'ayant terminé à plus de 5 minutes du vainqueur Andrei Zintchenko, Zülle se retrouve à la huitième place du classement général à plus de 6 minutes de Jiménez, nouveau leader[123]. Malgré sa victoire lors de la 21e étape[124], il ne remonte pas au classement général, terminant finalement huitième de l'épreuve remportée par Olano[125]. Le 1er octobre, Zülle comme ses compatriotes Dufaux et Meier sont suspendus huit mois par la fédération suisse de cyclisme pour leurs aveux dans l'affaire Festina. Cette sanction est ramenée à sept mois par l'UCI[126]. Il est sixième du classement UCI en fin de saison[127].

Banesto : retour à la compétition (1999-2000)[modifier | modifier le code]

Pendant sa suspension, le transfert d'Alex Zülle dans l'équipe Banesto est annoncé[128]. Il effectue son retour à la compétition au mois de mai et participe lors de ce mois au Tour d'Italie. 38e[129] du classement général au terme de la quinzième étape, il se retire de la compétition conformément à son objectif initial de reprise[130]. Il participe deux mois plus tard au Tour de France en tant que favori[131]. Son tour débute par une deuxième place lors du prologue à 7 secondes de l'Américain Lance Armstrong[132]. Malheureusement pour lui, Zülle perd plus de six minutes lors de la traversée du passage du Gois à la suite d'une chute collective lors de la deuxième étape. Il pointe alors à 6 minutes et 10 secondes de l'Américain[133]. Il termine deuxième des deux étapes de contre-la-montre[134],[135] derrière Armstrong et le suit dans la montagne pour terminer à la deuxième place finale à plus de 7 minutes[136] de l'Américain[note 4]. Deux jours plus tard, il le bat en remportant À travers Lausanne[139]. En fin de saison il participe à son troisième grand tour de l'année en Espagne. Il ne réédite pas sa performance du Tour de France, terminant à plus d'une heure et demie[140] de l'Allemand Jan Ullrich mais remporte tout de même la treizième étape[141]. Un mois plus tard, après un bon début de course, il termine dixième du championnat du monde du contre-la-montre à 1 minute 45 secondes d'Ullrich[142]. Alex Zülle termine l'année à la trentième place du classement UCI[143].

En 2000, il remporte ses premiers succès en mars lors du Tour de l'Algarve. Victorieux pour une seconde du contre-la-montre de 12,8 km devant l'Allemand Michael Rich, sa troisième place lors de la dernière étape lui permet de remporter l'épreuve devant le Portugais José Azevedo[144]. En juin, il termine quatrième du Critérium du Dauphiné libéré[145] notamment grâce à une deuxième place décrochée au sommet du mont Ventoux[146]. Leader de l'équipe Banesto au départ du Tour de France[147], Zülle débute par une sixième place lors de la première étape. Lors de la première étape de montagne, il se classe dixième, se plaçant alors à plus de 7 minutes de Lance Armstrong, nouveau maillot jaune. Il ne réédite pas sa performance du Dauphiné lors de l'étape du Ventoux, terminant à plus de 3 minutes du duo Pantani/Armstrong, se retrouvant treizième d'un classement dominé par l'Américain. Malade, ayant perdu beaucoup de temps dans les Alpes, il abandonne le Tour pendant la 17e étape[148]. Fin août, Zülle est attendu sur la Vuelta[149]. Vainqueur de la première étape[150], il garde la tête de la course pendant huit jours. Lors du contre-la-montre de Tarragone, il cède 2 minutes à Abraham Olano qui prend le maillot de oro, Zülle étant troisième[151]. Le lendemain, ayant fini l'étape de Super Molina à près de 16 minutes du vainqueur, il perd toute chance de remporter l'épreuve, étant alors classé 38e à près de 15 minutes de Santos González[152]. Il finit l'épreuve à la quarante-neuvième place à près d'une heure et demie de Roberto Heras[153]. Sélectionné pour les Jeux olympiques[154], Zülle hésite cependant à participer à la course en ligne des Jeux olympiques en raison d'une fatigue excessive[155]. Le 27 septembre, le Suisse termine 68e de la course en ligne[156]. Trois jours plus tard, il finit 33e du contre-la-montre de 46,8 km, battu par le Russe Viatcheslav Ekimov de près de 5 minutes[157]. Zülle est 46e du classement UCI en fin de saison[158].

Team Coast : les dernières victoires (2001-2002)[modifier | modifier le code]

Le transfert de Zülle dans l'équipe Team Coast est annoncé pendant le Tour d'Espagne 2000[159]. Il remporte sa première victoire pour sa nouvelle équipe en mars en gagnant la quatrième étape de Paris-Nice au sprint devant José Azevedo[160]. Il enchaîne par une quatrième place lors de la Semaine catalane[161] puis une neuvième place lors du Tour du Pays basque[162]. En mai, il se classe troisième du Tour des Asturies[161]. À la fin du mois, il est blessé au dos suite à une chute lors du Tour d'Allemagne, cependant, il continue la course[161]. En juillet, Zülle ne peut participer au Tour de France, son équipe n'étant pas retenue[163]. En revanche, il participe au Tour d'Espagne en tant qu'équipier de Fernando Escartín[164]. Il n'a aucune influence sur la course, la terminant à la 109e place[165]. À l'issue de la saison, Zülle rétrograde à la 141e place du classement UCI[166].

Pour 2002, Zülle change ses méthodes d'entraînement, revenant à celles utilisées quand il évoluait chez ONCE[161]. Ne disputant aucun grand tour lors de cette saison, il obtient cependant des victoires lors de courses à étapes. En février il s'impose sur une étape du Tour de l'Algarve, terminant deuxième du général[167]. Début mars, il remporte une étape et la victoire finale lors du Tour de la Communauté valencienne[168]. Lors du Tour de Romandie, il remporte deux victoires et termine deuxième au classement final[169]. En juin, faisant partie des favoris du Tour de Suisse[170], il gagne son tour national en y ajoutant la victoire lors du prologue[171]. Ces résultats lui permettent de remonter à la 18e place du classement UCI en fin d'année[172].

Phonak : la fin de carrière (2003-2004)[modifier | modifier le code]

Débutant la saison 2003 au sein du Team Coast, Alex Zülle quitte cependant son équipe dès la fin du mois de mars. L'équipe allemande, touchée par des problèmes financiers qui retardent le paiement des salaires de ses coureurs étrangers (dont Zülle) durant l'année 2002[173], est en effet suspendue par l'UCI[174]. Le Suisse rejoint alors l'équipe Phonak pour un an (plus une année en option)[175].

Il ne remporte aucune victoire lors de cette saison. Son meilleur résultat sur une course à étapes est une troisième place finale lors du Tour de Castille-et-León[176]. Il figure aussi sur le podium lors des contre-la-montre du Tour de la Communauté valencienne[177] et du Tour de Romandie[178]. En septembre, il abandonne lors de la neuvième étape du Tour d'Espagne. À la suite de cet abandon, il déclare : « C'était mon dernier grand tour[179]. » En fin d'année, il rétrograde à la 308e place du classement UCI[180].

Zülle ambitionne début 2004 d'obtenir des résultats sur le Tour de Romandie et le Tour de Suisse ainsi que d'aider l'Américain Tyler Hamilton sur le Tour de France[181]. Il n'atteint pas ses objectifs, abandonnant lors du Tour de Romandie[182], terminant 54e du Tour de Suisse[183] et ne participant pas au Tour de France[184]. Son meilleur résultat de la saison est une cinquième place lors du Tour de la Communauté valencienne[185]. Il annonce sa retraite à la suite du Grand Prix du canton d'Argovie[4]. Cependant, il est rappelé par son équipe suite à la blessure de certains coéquipiers. Sa dernière course professionnelle se solde par un abandon lors du Tour de Lombardie[4].

Zülle et le dopage[modifier | modifier le code]

Au sein de l'équipe ONCE[modifier | modifier le code]

Alex Zülle a été plusieurs fois confronté à des affaires de dopage. La première affaire le concernant a lieu en 1993. Il s'agit de la révélation en plein Tour d'Espagne d'un contrôle positif au salbutamol survenu quelques semaines avant, lors du Tour du Pays basque[25]. Zülle est blanchi[25],[186], le contrôle étant classé « non positif » par la fédération espagnole de cyclisme[26]. L'année suivante, il est contrôlé positif à la ventoline puis blanchi lors du Tour d'Espagne[186],[187]. En 1996, sa victoire sur la Vuelta est marquée par les soupçons autour de son équipe, la ONCE. Lors de la 19e étape, l'ensemble de l'équipe est touché par une intoxication alimentaire[78]. Alex Zülle est le coureur qui s'en tire le mieux[77]. Il parvient à remporter la victoire finale. Cette intoxication alimentaire serait due à un riz au lait périmé qu'aurait mangé l'ensemble des coureurs, à l'exception de Zülle[78],[79], selon le directeur sportif Manolo Saiz[77]. Cependant, en conférence de presse, Alex Zülle révèle en avoir mangé[77].

Période Festina[modifier | modifier le code]

Pendant le Tour d'Italie 1998, l'équipe Festina est suspectée de pratiques dopantes[188]. Cependant, rien n'est prouvé. L'affaire Festina se déclenche en juillet une semaine avant le début du Tour de France à la suite de l'arrestation du soigneur de l'équipe, Willy Voet, par des douaniers près de Lille. Il se trouve alors en possession de doses massives de produits dopants[189]. Les coureurs de l'équipe sont exclus du Tour le 18 juillet. Placé alors en garde à vue avec ses coéquipiers, Alex Zülle avoue la prise d'EPO. Il déclare en utiliser « depuis 4 ans »[118]. Il déclare aussi qu'à l'époque, « la vingtaine de coureurs consommait l’EPO sous contrôle des docteurs Nico Terrados et un prénommé José »[118]. En ce qui concerne le Tour de France 1998, il dit : « j'ai commencé à m'injecter moi-même des doses d'EPO 2000 à la mi-juin de cette année. »[118]. Il avoue aussi une prise d'hormones de croissance[190]. Ces aveux lui valent une suspension de huit mois par la fédération suisse de cyclisme, sanction ramenée à 7 mois par l'UCI. Les prélèvements pratiqués lors de la garde à vue du coureur indiquent un taux d'hématocrite de 52,3 %, supérieur aux 50 % admis par l'UCI[191].

Dans son livre Massacre à la chaîne, paru en 1999, Willy Voet attribue l'effondrement des performances de Zülle dans la deuxième moitié du Tour d'Italie 1998 à l'injection de « doses massives de corticoïdes » par son soigneur Marcello Torrontegui, après que le coureur a réclamé le même traitement que celui suivi par Laurent Dufaux lors de son Tour de Romandie victorieux[192]. Ces corticoïdes, en limitant sa fréquence cardiaque à l'effort, l'auraient « bloqué »[193]. Marcello Torrontegui a été le masseur du coureur suisse Tony Rominger, dont la carrière s'est achevée en 1996, avant de travailler avec Alex Zülle. D'après Willy Voet, il ne « jurait que par la méthode du docteur Ferrari » et était en désaccord avec le docteur Rijckaert, médecin de l'équipe Festina et « partisan malgré tout d'une certaine modération ». Il a ensuite travaillé pour l'équipe Polti[194], le club de football espagnol Málaga CF et l'équipe nationale d'Espagne de cyclisme lors des Jeux olympiques de 2008[195].

Zülle dans le peloton[modifier | modifier le code]

Style[modifier | modifier le code]

Dès le début de sa carrière, dans les rangs amateurs, Alex Zülle décide de se concentrer sur les courses par étapes, se déclarant « bon partout, ni mauvais ni excellent nulle part »[196]. Il déclare privilégier ces courses « où la classe et la force peuvent triompher »[196] alors que les courses d'un jour nécessitent un plus grand sens tactique[196]. Dans ses premières saisons, il ne prétend toutefois pas rivaliser avec des coureurs comme Miguel Indurain[197]. Quelques années plus tard, il ambitionne une victoire lors du Tour de France, « mais pas cinq »[198]. En ce qui concerne les classiques, il avoue une préférence pour Liège-Bastogne-Liège[199]. Il ne pèse toutefois pas sur ces courses, hormis en 1997 où il termine 3e de la Flèche wallonne puis décante Liège-Bastogne-Liège par une attaque dans la côte de La Redoute.

Ses victoires lors de sa première saison professionnelle ainsi que « son incroyable volonté et sa puissance » le font comparer à Eddy Merckx[200],[201].

Il est reconnu comme un très bon rouleur (11 de ses 17 premières victoires le sont en contre-la-montre[196]) et un bon grimpeur, ingrédients essentiels pour être un bon coureur par étapes[202]. Cependant, il est aussi sujet à la nervosité, soulignée par ses directeurs sportifs Bruno Roussel ou Manolo Saiz[110],[203]. Son manque d'adresse ainsi que sa mauvaise vue sont la cause de nombreuses chutes[110],[204]. Il a cependant refusé de se faire opérer des yeux[197],[4].

Personnalité et relations avec les autres coureurs[modifier | modifier le code]

Au sein des équipes qu'il a fréquentées, Alex Zülle est reconnu pour son bon caractère, sa discrétion[205], son humilité[206]. Il n'hésite pas à se comporter en équipier lorsqu'un de ses collègues est en meilleure position[110]. Ces qualités lui permettent de ne pas être en conflit avec d'autres coéquipiers de grande renommée comme Laurent Jalabert[205],[204] ou Richard Virenque.

Son début de carrière est marqué par ses duels avec Tony Rominger. Les deux Suisses alémaniques évoluent dans deux équipes espagnoles et sont donc concurrents lors du Tour d'Espagne. Les éditions 1992, 1993, 1994 sont remportées par Rominger, celle de 1996 par Zülle qui a bénéficié de l'aide de son compatriote[77],[78] alors qu'ils n'étaient pas dans la même équipe. Suite à l'arrêt de sa carrière professionnelle, Rominger devient le manager d'Alex Zülle[159],[207]. Lors du Tour de France, ce sont tour à tour Miguel Indurain puis Lance Armstrong qui empêchent le Suisse de s'imposer.

Son transfert dans l'équipe Festina est initialement mal accepté par Richard Virenque qui voit le Suisse comme un rival[98],[208]. Ne faisant pas partie de la « bande à Virenque », il est alors mis à l'écart du reste de l'équipe[208],[206]. Ses coéquipiers louent cependant sa simplicité et sa gentillesse[206].

Au sein du peloton, un de ses meilleurs amis est le sprinteur allemand Marcel Wüst. Celui-ci aurait d'ailleurs prénommé un de ses enfants « Alexander » en hommage au coureur suisse[208]. Lors de son passage dans l'équipe Festina, il est aussi proche du Français Christophe Bassons[208]. Le Suisse est également l'ami[209] et le camarade d'entraînement[196] de son compatriote Rolf Jaermann.

Après et en dehors du cyclisme[modifier | modifier le code]

Photo d'Alex Zülle en 2009.
Zülle pendant le Tour de Suisse 2009.

Suite à sa carrière professionnelle, Alex Zülle reste présent dans le monde cycliste. Il s'occupe principalement de la recherche de jeunes talents en Belgique, aux Pays-Bas ou en Espagne tout en travaillant pour les organisateurs du Tour de Suisse[210] et en y tenant un rôle de consultant[211].

Zülle parle couramment, outre le suisse allemand qui est sa langue maternelle, le néerlandais et l'espagnol[6]. Il peut s'exprimer aussi en français et en italien[212]. Il est marié depuis 2004 avec Andrea Mayer. Le couple a deux enfants, Raphaël et Fabienne[213]. La famille vit à Zuckenriet[6],[213].

Palmarès, résultats et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

En onze participations au Tour d'Espagne, Alex Zülle s'impose à deux reprises, en 1996 et 1997. Il détient le record du nombre de jours passés en jaune sur le Tour d'Espagne avec 48 jours, devançant Roberto Heras de 14 jours.

  • 1992 : abandon (10e étape)
  • 1993 : 2e, vainqueur de 3 étapes, Jersey gold.svg maillot amarillo pendant 13 jours
  • 1994 : 4e
  • 1995 : 20e, vainqueur d'étape
  • 1996 : Jersey gold.svg vainqueur final, vainqueur d'étape
  • 1997 : Jersey gold.svg vainqueur final, vainqueur d'étape
  • 1998 : 8e, vainqueur d'étape
  • 1999 : 37e, vainqueur d'étape
  • 2000 : 49e, vainqueur d'étape, Jersey gold.svg maillot de oro pendant 8 jours
  • 2001 : 109e
  • 2003 : abandon (9e étape)

Tour de France[modifier | modifier le code]

En neuf participations[214] au Tour de France, Alex Zülle gagne deux étapes et termine deux fois deuxième.

  • 1992 : non-partant (12e étape), Jersey yellow.svg maillot jaune pendant une journée
  • 1993 : 41e
  • 1994 : 8e
  • 1995 : 2e, 1 victoire d'étape (9e étape)
  • 1996 : 26e, 1 victoire d'étape (Prologue), Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 3 jours
  • 1997 : non-partant (5e étape)
  • 1998 : exclu à la 7e étape avec l'ensemble des coureurs de l'équipe Festina
  • 1999 : 2e
  • 2000 : abandon (17e étape)

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

En deux participations au Tour d'Italie, Alex Zülle remporte trois étapes.

  • 1998 : 14e, 3 victoires d'étape, Jersey pink.svg maillot rose pendant 12 jours
  • 1999 : non-partant (16e étape)

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
Classement UCI[note 5],[215]  ? 9e[19] 5e[34] 13e[45] 5e[65] 2e[82] 4e[109] 6e[127] 30e[143] 46e[158] 141e[166] 18e[172] 308e[180] 536e[216]

Zülle est classé no 1 mondial du 10 au 27 octobre 1996 puis du 9 mars[86] au 6 avril 1997[217].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le Tour d'Espagne, auparavant disputé au printemps, se déroule au mois de septembre depuis cette année-là.
  2. Les Championnats du monde de cyclisme sur route se déroulent cette année-là en Suisse à Lugano.
  3. en 1994, année du premier championnat du monde du contre-la-montre
  4. Lance Armstrong est déclassé en octobre 2012 par l'UCI à la suite d'une décision de l'USADA[137]. Cette édition du Tour de France n'a pas de vainqueur[138].
  5. Le classement noté est celui en fin d'année.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h « Arrivé par hasard au vélo, Alex Zülle ne pédale plus que pour la victoire », Nouveau Quotidien,‎ 23 septembre 1996 (lire en ligne)
  2. « Ses différentes équipes professionnelles », sur www.memoire-du-cyclisme.net (consulté le 26 septembre 2009)
  3. a et b (en) « How it all began », sur alex-zuelle.com (consulté le 25 mars 2010)
  4. a, b, c, d et e « Alex Zülle, portrait d'un malchanceux », sur cyclismag.com (consulté le 9 mai 2010)
  5. « Zülle et les montures en tout genre », Nouveau Quotidien,‎ 11 octobre 1996 (lire en ligne)
  6. a, b et c (en) « Fact file », sur alex-zuelle.com (consulté le 25 mars 2010)
  7. (de) « Bruno Risis Meilensteine vom Schüler zum Spitzenathlet. », sur brunorisi.ch (consulté le 29 mars 2010)
  8. a, b et c (de) « 1991: Zülle schreibt Geschichte », sur gp-tell.ch (consulté le 27 mars 2010)
  9. « L'URSS remporte les 100 km par équipe », Journal de Genève,‎ 30 août 1990 (lire en ligne)
  10. (nl-BE) « WK weg Amateurs Datum:1-9-1990 », sur wielrennen.hour.be (consulté le 3 juillet 2012)
  11. (nl-BE) « WK weg Amateurs Datum:24-8-1991 », sur wielrennen.hour.be (consulté le 3 juillet 2012)
  12. a, b, c, d, e et f « Entre Alex Zülle et le Tour, c'est une belle histoire qui commence », Nouveau Quotidien,‎ 17 juillet 1992 (lire en ligne)
  13. « À la volée », Gazette de Lausanne,‎ 28 avril 1992 (lire en ligne)
  14. « À la volée », Gazette de Lausanne,‎ 9 juin 1992 (lire en ligne)
  15. « Le week-end fou d'Alex », Gazette de Lausanne,‎ 6 juillet 1992 (lire en ligne)
  16. a et b (nl) « Wedstrijden van Zulle Alex (aantal: 304) », sur wielrennen.hour.be (consulté le 29 septembre 2013)
  17. « Alex Zülle bat Indurain dans un contre-la-montre », Nouveau Quotidien,‎ 13 septembre 1992 (lire en ligne)
  18. « Surprise belge à Palma », Gazette de Lausanne,‎ 26 octobre 1992 (lire en ligne)
  19. a et b « Classement FICP 1992 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 6 avril 2010)
  20. « CYCLISME Paris-Nice : Zülle gagne Rominger placé », Gazette de Lausanne,‎ 8 mars 1993 (lire en ligne)
  21. « CYCLISME Alex Zülle remporte Paris-Nice », Gazette de Lausanne,‎ 15 mars 1993 (lire en ligne)
  22. « Critérium International 1993 », sur cyclingbase.com (consulté le 10 avril 2010)
  23. « Rominger bat Zülle au Tour du Pays basque », Nouveau Quotidien,‎ 11 avril 1993 (lire en ligne)
  24. « Zülle frappe fort », Gazette de Lausanne,‎ 27 avril 1993 (lire en ligne)
  25. a, b et c « Pour Alex Zülle, la marge entre la légalité et le dopage est très mince », Nouveau Quotidien,‎ 1er mai 1993 (lire en ligne)
  26. a, b et c « Incroyable journée pour Zülle », Journal de Genève,‎ 1er mai 1993 (lire en ligne)
  27. « Le coup de force de Tony Rominger », Gazette de Lausanne,‎ 10 mai 1993 (lire en ligne)
  28. (en) « CYCLING; Indurain Gives a Lesson in Climbing », sur nytimes.com,‎ 12 juillet 1995 (consulté le 11 mars 2010)
  29. (en) « September 13, Stage 16: Gijón - Alto de Cotobello 181.4km », sur cyclingnews.com (consulté le 18 septembre 2010)
  30. (es) « Bicicleta, flores, culo duele », sur marca.com,‎ 3 septembre 2006 (consulté le 11 mars 2010)
  31. « Tony Rominger au sommet de sa gloire », Gazette de Lausanne,‎ 17 mai 1993 (lire en ligne)
  32. « Tour de France 1993 », sur cyclingbase.com (consulté le 10 avril 2010)
  33. « Mejia mate Fondriest et Zülle », Nouveau Quotidien,‎ 16 septembre 1993 (lire en ligne)
  34. a et b « Classement UCI 1993 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 10 avril 2010)
  35. (nl) « Ronde van Valencia 1994 », sur hour.be (consulté le 18 mars 2010)
  36. « Paris - Nice 1994 », sur cyclingbase.com (consulté le 18 mars 2010)
  37. « Tour d'Aragon 1994 », sur cyclingbase.com (consulté le 18 mars 2010)
  38. « Tony Rominger règle la controverse de Valladolid. », Nouveau Quotidien,‎ 26 avril 1994 (lire en ligne)
  39. « Tour d'Espagne 1994 », sur cyclingbase.com (consulté le 19 mars 2010)
  40. « Résultat Tour de France 1994 - Prologue », sur siteducyclisme.net (consulté le 19 mars 2010)
  41. « Résultat Tour de France 1994 - 9e étape », sur siteducyclisme.net (consulté le 19 mars 2010)
  42. « 81 ème Tour de France 1994 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 19 mars 2010)
  43. « Volta Ciclista a Catalunya 1994 », sur siteducyclisme.net (consulté le 19 mars 2010)
  44. « Vuelta Ciclista a la Rioja 1994 », sur siteducyclisme.net (consulté le 19 mars 2010)
  45. a et b « Classement U.C.I. 1994 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 19 mars 2010)
  46. (en) « Tour of Valencia », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  47. (en) « Paris Nice », sur cyclingnews.com (consulté le 6 novembre 2010)
  48. (en) « Catalan Week », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  49. (es)Javier de Dalmases, « Alex Zülle impone su ley hasta el último momento », El Mundo Deportivo,‎ 8 avril 1995 (lire en ligne)
  50. (en) « Luik-Bastenaken-Luik », sur cyclingnews.com (consulté le 6 novembre 2011)
  51. (en) « Midi Libre - Tour de l'Aude », sur cyclingnews.com (consulté le 6 novembre 2011)
  52. « Bicicleta vasca 1995 », sur cyclingbase.com (consulté le 20 mars 2010)
  53. (en) « Tour of Switzerland », sur cyclingnews.com (consulté le 6 novembre 2011)
  54. « Zülle a trouvé beaucoup plus fort que lui. Et sans doute perdu le Tour de Suisse. », Nouveau Quotidien,‎ 21 juin 1995 (lire en ligne)
  55. « Résultat Tour de Suisse 1995 », sur siteducyclisme.net (consulté le 11 mars 2010)
  56. (en) « Startlist for the 1995 Tour de France », sur cyclingnews.com (consulté le 6 novembre 2011)
  57. (en) « Prologue - 7.3 km », sur cyclingnews.com (consulté le 6 novembre 2011)
  58. (en) « Team Time Trial », sur cyclingnews.com (consulté le 6 novembre 2011)
  59. (en) « Stage 8 - 54 km ITT », sur cyclingnews.com (consulté le 6 novembre 2011)
  60. Belga, Jacques Culot, « Miguel Indurain tel un éclair avant l'orage », Le Soir,‎ 12 juillet 1995 (lire en ligne)
  61. « L'Historique du Tour Année 1995 », sur www.letour.fr (consulté le 11 mars 2010)
  62. (en) « 1995 Vuelta (comments/observations) », sur cyclingnews.com,‎ 1er septembre 1995 (consulté le 6 novembre 2011)
  63. a, b, c et d « Tour d'Espagne 1995 », sur cyclingbase.com (consulté le 12 mars 2010)
  64. (en) « Tour of Spain - Stages 12 to 17 », sur cyclingnews.com,‎ septembre 1995 (consulté le 6 novembre 2011)
  65. a et b (en) « Road Rankings - 31.12.1995 - Classements Route », UCI,‎ 31 décembre 1995 (consulté le 13 mars 2010)
  66. « Semaine Catalane 1996 », sur cyclingbase.com (consulté le 12 mars 2010)
  67. « Bicicleta vasca 1996 », sur cyclingbase.com (consulté le 12 mars 2010)
  68. « Volta Ciclista a Catalunya 1996 - Classement général », sur siteducyclisme.net (consulté le 12 mars 2010)
  69. « Prologue at Den Bosch, June 29, 9.4kms », sur cyclingnews.com (consulté le 12 mars 2010)
  70. « Alex Zülle, la vie en jaune et noir », sur liberation.fr,‎ 1er juillet 1996 (consulté le 19 mars 2010)
  71. (es) « Qué fue de... Alex Zülle », sur blogs.20minutos.es,‎ 17 décembre 2007 (consulté le 11 mars 2010)
  72. « Stage 7, Chambery to Les Arcs, 200km », sur cyclingnews.com (consulté le 12 mars 2010)
  73. « Résultat Tour de France 1996 - 17e étape », sur siteducyclisme.net (consulté le 11 mars 2010)
  74. « Stage 21, Palaiseau - Paris, 147.5km », sur cyclingnews.com (consulté le 12 mars 2010)
  75. (en) The Atlanta Committee for the Olympic Games, The Official Report of the Centennial Olympic Games, Volume III, THE COMPETITION RESULTS,‎ 1997 (lire en ligne), p. 192-193
  76. a et b « Tour d'Espagne 1996 », sur cyclingbase.com (consulté le 13 mars 2010)
  77. a, b, c, d, e et f « Zülle-ONCE, une victoire et beaucoup d’intox », L'Humanité,‎ 30 septembre 1996 (lire en ligne)
  78. a, b, c, d et e « Dufaux frappe dans le mille : il gagne à Avila et monte d'un cran sur le podium », Nouveau Quotidien,‎ 27 septembre 1996 (lire en ligne)
  79. a et b « Comment la Vuelta 1996 s'est transformée en Tour des Suisses », Nouveau Quotidien,‎ 30 septembre 1996 (lire en ligne)
  80. (en) « Elite men time trial world championships », sur oldsite.uci.ch (consulté le 13 mars 2010)
  81. (en) « Zuelle number one in world rankings », sur cyclingnews.com (consulté le 13 mars 2010)
  82. a et b (en) « UCI Rankings - Road 1996 » (consulté le 13 mars 2010)
  83. (en) « Velo d'Or 1996 (Top ten): », sur cyclingnews.com (consulté le 13 mars 2010)
  84. « Challenge de Majorque 1997 », sur cyclingbase.com (consulté le 14 mars 2010)
  85. « Tour de Murcie 1997 », sur cyclingbase.com (consulté le 19 mars 2010)
  86. a et b (en) « UCI Rankings - Top 10 (March 9) », sur cyclingnews.com (consulté le 19 mars 2010)
  87. « Semaine catalane 1997 », sur cyclingbase.com (consulté le 19 mars 2010)
  88. a, b et c (en) « Tour of Basque Country », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  89. « Personne n'a résisté à Laurent Jalabert dans la Flèche wallonne », Gazette de Lausanne,‎ 17 avril 1997 (lire en ligne)
  90. a, b, c et d (en) « Great moments in Classics history – the Ardennes Classics », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  91. « Liège - Bastogne - Liège 1997 », sur cyclingbase.com (consulté le 20 mars 2010)
  92. (en) « No breaks for Zulle », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  93. (en) « 50th Dauphine Libere, Cat 2.1 », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  94. (en) « Tour of Switzerland/Tour de Suisse, Cat 2.1 », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  95. (en) « Tour de France, July 5-27 1997 », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  96. (en) « Prologue, Rouen, 7.30 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  97. (en) « Stage 5, Chantonnay- La Chatre, 261.50 kms », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  98. a et b (en) « Virenque angry about Zulle announcement », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  99. (en) « Zulle to Festina », sur cyclingnews.com (consulté le 20 mars 2010)
  100. (en) « Stage 6, Malaga - Granada, 147 kms », sur cyclingnews.com (consulté le 21 mars 2010)
  101. (en) « Stage 7, Guadix and Sierra Nevada, 219 kms », sur cyclingnews.com (consulté le 21 mars 2010)
  102. (en) « Stage 9, Cordoba - Cordoba, ITT, 35 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 21 mars 2010)
  103. « Alex Zulle comme prévu », sur www.humanite.fr (consulté le 8 mars 2010)
  104. (en) « Stage 21, Alcobendas - Alcobendas, 43.7 kms », sur cyclingnews.com (consulté le 21 mars 2010)
  105. (en) « Stage 22, Madrid - Madrid, 145.5 kms », sur cyclingnews.com (consulté le 21 mars 2010)
  106. (en) « Jalabert and Zulle », sur cyclingnews.com (consulté le 21 mars 2010)
  107. (en) « Elite Men's ITT 43.8 kms, October 9 », sur cyclingnews.com (consulté le 21 mars 2010)
  108. (en) « Escalada a Montjuic, Cat 1.4 », sur cyclingnews.com (consulté le 21 mars 2010)
  109. a et b (en) « UCI Rankings - Road 1997 » (consulté le 13 mars 2010)
  110. a, b, c, d, e et f « Zülle doit gagner le Giro », sur hebdo.ch,‎ 14 mai 1998 (consulté le 8 mars 2010)
  111. (en) « Stage 8, Nice - Nice, 161.4 kms », sur cyclingnews.com (consulté le 24 mars 2010)
  112. (en) « 35th Semana Catalana, Cat 2.1 », sur cyclingnews.com (consulté le 24 mars 2010)
  113. (en) « 38th Vuelta al Pais Vasco, Cat HC », sur cyclingnews.com (consulté le 24 mars 2010)
  114. (en) « Giro d'Italia 1998 », sur cyclingnews.com (consulté le 19 mars 2010)
  115. (en) « Tour d'Italie 1998, 17e étape », sur cyclingnews.com (consulté le 8 mars 2010)
  116. (en) « PLUS: BICYCLE RACING -- TOUR OF ITALY; Pantani Grabs Lead », sur nytimes.com,‎ 3 juin 1998 (consulté le 10 mars 2010)
  117. (en) « Tour d'Italie 1998, 19e étape », sur cyclingnews.com (consulté le 8 mars 2010)
  118. a, b, c et d Jean-Pierre de Mondenard, Dictionnaire du dopage, Masson, 2004, page 482
  119. a, b et c (en) « Festina to turn the page », sur cyclingnews.com (consulté le 22 mars 2010)
  120. (en) « Stage 6, Murcia - Xorret de Cat, 202 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 22 mars 2010)
  121. (en) « Stage 9, Alcudia - Alcudia ITT, 40 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 22 mars 2010)
  122. (en) « Stage 19, Avila - Segovia, 170.4 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 22 mars 2010)
  123. (en) « Stage 20, Segovia - Alto de Navacerrada, 206 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 22 mars 2010)
  124. (en) « Stage 21, Fuenlabrada - Fuenlabrada, ITT 39 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 22 mars 2010)
  125. (en) « Stage 22, Madrid-Madrid, 163 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 22 mars 2010)
  126. « Oscar Camenzind range définitivement son vélo », sur swissinfo.ch (consulté le 8 avril 2010)
  127. a et b (en) « UCI Road/Route Rankings/classements- Individual- Top 100- 30.11.98 - end of year / fin de 1998 » (consulté le 8 avril 2010)
  128. (en) « Interviews with the Champions », sur cyclingnews.com (consulté le 2 mai 2010)
  129. (en) « 82nd Giro d'Italia, Grand Tour », sur cyclingnews.com (consulté le 6 février 2010)
  130. « Pantani reprend la main au Giro. Le Romagnol a profité d'un week-end alpestre pour mettre ses adversaires K.O. », Le Soir,‎ 31 mai 1999 (lire en ligne)
  131. (en) « 1999: Comeback surprise », sur cyclingnews.com (consulté le 13 mars 2010)
  132. (en) « Tour de France 1999, prologue », sur cyclingnews.com (consulté le 6 février 2010)
  133. (en) « Tour de France 1999, stage 2 », sur cyclingnews.com (consulté le 6 février 2010)
  134. (en) « Tour de France 1999, stage 8 », sur cyclingnews.com (consulté le 6 février 2010)
  135. (en) « Tour de France 1999, stage 19 », sur cyclingnews.com (consulté le 6 février 2010)
  136. (en) « Tour de France 1999, stage 20 », sur cyclingnews.com (consulté le 18 avril 2010)
  137. « Armstrong perd ses 7 Tours », sur lequipe.fr,‎ 22 octobre 2012
  138. « Sept éditions sans vainqueur », sur lequipe.fr,‎ 26 octobre 2012
  139. (en) « A Travers de Lausanne, NE », sur cyclingnews.com (consulté le 29 mars 2010)
  140. (en) « Vuelta a Espana 1999, stage 21 », sur cyclingnews.com (consulté le 6 février 2010)
  141. (en) « PLUS: CYCLING -- TOUR OF SPAIN; Zulle Captures 13th Stage », sur nytimes.com,‎ 19 septembre 1999 (consulté le 10 mars 2010)
  142. (en) « Piazza dei Signori - Piazza Duomo, 50.8 kms: », sur cyclingnews.com (consulté le 11 avril 2010)
  143. a et b « Classement UCI 1999 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 11 avril 2010)
  144. « Tour de l'Algarve 2000 », sur cyclingbase.com (consulté le 1er mai 2010)
  145. (en) « Stage 7 - June 11: Saint-Jean-de-Maurienne - Sallanches, 147 km », sur cyclingnews.com (consulté le 18 avril 2010)
  146. (en) « Stage 4 - June 8: Romans-sur-Isère - Mont Ventoux, 159 km », sur cyclingnews.com (consulté le 18 avril 2010)
  147. (en) « 87th Tour de France - Grand Tour », sur cyclingnews.com (consulté le 18 avril 2010)
  148. (en) « Dekker Plays hattrick poker, wins fast transition stage », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  149. (en) « 55th Vuelta a España: Ullrich favourite », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  150. (en) « Zülle shines, Ullrich falters », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  151. (en) « Zülle's poor show », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  152. (en) « Zülle and Olano suffer », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  153. (en) « Santos nabs 4th while Heras celebrates », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  154. (en) « Sydney 2000 Team Lists », sur cyclingnews.com (consulté le 11 avril 2010)
  155. (en) « Zülle has doubts about road race », sur cyclingnews.com (consulté le 11 avril 2010)
  156. (en) « Super Jan wins Olympic Gold », sur cyclingnews.com (consulté le 11 avril 2010)
  157. (en) « Ekimov upstages the rest », sur cyclingnews.com (consulté le 11 avril 2010)
  158. a et b (en) « UCI Road/Route Rankings/classements - 2000 » (consulté le 22 avril 2010)
  159. a et b (en) « Zülle to Coast », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  160. (en) « Paris-Nice comments », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  161. a, b, c et d (en) « Team Coast profile », sur cyclingnews.com (consulté le 24 avril 2010)
  162. (en) « Rumsas clinches it in the TT », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  163. (en) « The final selection - 21 teams for le Tour », sur cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2010)
  164. (en) « 56th Vuelta A España », sur cyclingnews.com (consulté le 23 avril 2010)
  165. (en) « Botero takes final TT, Casero gets the big prize », sur cyclingnews.com (consulté le 23 avril 2010)
  166. a et b (en) « Rankings / Classements: - 15.11.2001 - Men Hommes » (consulté le 23 avril 2010)
  167. « Tour de l'Algarve 2002 », sur cyclingbase.com (consulté le 1er mai 2010)
  168. « Tour de la Communauté valencienne 2002 », sur cyclingbase.com (consulté le 2 mai 2010)
  169. « Tour de Romandie 2002 », sur cyclingbase.com (consulté le 2 mai 2010)
  170. (en) « 66th Tour de Suisse », sur cyclingnews.com (consulté le 2 mai 2010)
  171. « Tour de Suisse 2002 », sur cyclingbase.com (consulté le 2 mai 2010)
  172. a et b (en) « UCI : Road » (consulté le 2 mai 2010)
  173. (en) « Reactions to Team Coast suspension », sur cyclingnews.com (consulté le 7 mai 2010)
  174. (en) « Zülle to Phonak? », sur cyclingnews.com (consulté le 7 mai 2010)
  175. (en) « Zülle confirms with Phonak », sur cyclingnews.com (consulté le 7 mai 2010)
  176. (en) « Stage 5 - May 24: Ávila - Ávila, 182 km », sur cyclingnews.com (consulté le 8 mai 2010)
  177. (en) « Zülle on track », sur cyclingnews.com (consulté le 8 mai 2010)
  178. (en) « Stage 5 - May 4: Lausanne, 20.4 km », sur cyclingnews.com (consulté le 8 mai 2010)
  179. (en) « Zülle's Vuelta swan song », sur cyclingnews.com (consulté le 8 mai 2010)
  180. a et b (en) « Road Rankings - 09.11.2003 - Classements Route: 201-500 » (consulté le 8 mai 2010)
  181. (en) « Zülle wants another home tour », sur cyclingnews.com (consulté le 9 mai 2010)
  182. (en) « Stage 5 - May 2: Lausanne-Lausanne ITT, 20.4 km », sur cyclingnews.com (consulté le 9 mai 2010)
  183. (en) « Stage 9 - June 20: Lugano - Lugano, 25.6km », sur cyclingnews.com (consulté le 9 mai 2010)
  184. (en) « Phonak for Tour de France », sur cyclingnews.com (consulté le 9 mai 2010)
  185. (en) « Stage 5 - February 28: Valencia - Valencia, 165.5 km », sur cyclingnews.com (consulté le 9 mai 2010)
  186. a et b « Tour de France 1995 : les vrais chiffres du dopage », sur cyclisme-dopage.com (consulté le 5 avril 2010)
  187. « L'annuaire du dopage », sur cyclisme-dopage.com (consulté le 5 avril 2010)
  188. (en) « New Drug and Casino and Festina », sur cyclingnews.com (consulté le 9 avril 2010)
  189. « Willy Voet, dix ans après », sur letelegramme.com (consulté le 9 avril 2010)
  190. Jean-Pierre de Mondenard, op. cit., page 634.
  191. « DOPAGE. Le labo d'analyses aurait décelé des traces d'EPO. Virenque chez le juge pour l'heure de vérité », sur liberation.fr (consulté le 1er mai 2010)
  192. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 115-116
  193. « Pas de «socquette légère» en montant vers La Toussuire », sur liberation.fr (consulté le 1er mai 2010)
  194. Willy Voet, op.cit, p. 171
  195. « JO : Torrontegui rallonge son palmarès », sur cyclismag.com,‎ 9 août 2008 (consulté le 3 mai 2010)
  196. a, b, c, d et e « Le maillot jaune, ma drogue... », Journal de Genève,‎ 3 juillet 1993 (lire en ligne)
  197. a et b « La fière Espagne a fini par s'enticher des cyclistes suisses », Nouveau Quotidien,‎ 13 mai 1993 (lire en ligne)
  198. « Zülle, la nouvelle vie », Nouveau Quotidien,‎ 1er octobre 1996 (lire en ligne)
  199. (en) « Vélo Magazine Survey », sur cyclingnews.com (consulté le 19 avril 2010)
  200. « La Suisse est riche en coureurs, mais pauvre en équipes... », Nouveau Quotidien,‎ 17 novembre 1992 (lire en ligne)
  201. « Alex Zülle, le premier des derniers du cyclisme pro », Nouveau Quotidien,‎ 16 mars 1993 (lire en ligne)
  202. (da) « Alex Zülle - De roze panter », sur pcmgeeks.dk (consulté le 19 avril 2010)
  203. « Tony Rominger rit et Alex Zülle pleure », Nouveau Quotidien,‎ 12 juillet 1993 (lire en ligne)
  204. a et b « Le triomphe de Zülle à la Vuelta ou la revanche d'un maudit », Nouveau Quotidien,‎ 29 septembre 1997 (lire en ligne)
  205. a et b « Zülle la nouvelle vie », Nouveau Quotidien,‎ 1er octobre 1996 (lire en ligne)
  206. a, b et c « Saga Festina : Alex et les chics types », sur cyclismag.com (consulté le 1er mai 2010)
  207. (en) « Zülle on his way to CSC? », sur cyclingnews.com (consulté le 20 avril 2010)
  208. a, b, c et d (en) « Festina », sur alex-zuelle.com (consulté le 1er mai 2010)
  209. (en) « Private », sur alex-zuelle.com (consulté le 2 mai 2010)
  210. (en) « Zülle picks Rogers for Tour de Suisse », sur cyclingnews.com (consulté le 10 avril 2010)
  211. (de) « Cademario-Steigung: Etwas für Cunego? », sur tds.ch (consulté le 10 avril 2010)
  212. (en) « News for January 1, 1998 », sur www.cyclingnews.com (consulté le 9 janvier 2010)
  213. a et b (de) « VIP-Lexikon Alex Zülle », sur schweizer-illustrierte.ch (consulté le 25 mars 2010)
  214. « Alex Zülle dans le Tour de France », sur ledicodutour.perso.sfr.fr (consulté le 18 septembre 2011)
  215. « 2005 UCI Road Rankings », UCI (consulté le 10 mars 2010)
  216. « Classement Individuel au 31.12.2004 » [PDF], UCI (consulté le 9 novembre 2012)
  217. « Leaders du classement UCI », UCI (consulté le 7 novembre 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 mai 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.