Tilde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
tilde
◌̃ ˜ ~
Graphies
Graphie ◌̃ (diacritique)
˜ (lettre)
~ (symbole ASCII)
Codage
Unicode U+0303 (diacritique)
U+02DC (lettre)
U+007E (symbole ASCII)

Le tilde (‹ ◌̃ ›, ‹ ˜ › ou ‹ ~ ›) est un signe diacritique de l’alphabet latin en forme de « S » inversé et couché utilisé dans de nombreuses langues. Il sert aussi, quand il possède une chasse, de signe de ponctuation permettant de séparer des éléments en opposition (en phonologie, par exemple : /s/ ~ /z/ → « le phonème /s/ s’oppose au phonème /z/ »).

Titulus paléographique[modifier | modifier le code]

L'origine du terme provient du latin titulus (titre), inscription portant un nom ou une fonction sous un tableau, un écriteau au cou d'un esclave. Il évolue pour se retrouver fréquemment en paléographie latine, désignant une inscription sur une lettre, signe le plus souvent tracé comme un trait suscrit devenant par la suite ondulé, signalant, entre autres fonctions, que cette lettre a été omise dans l’écriture pour économiser de la place. Ce signe est devenu très fréquent comme marque abréviative dans les manuscrits occidentaux latins puis byzantins grecs[1]. Il s’est transmis à d’autres écritures, comme le gotique ou l’alphabet cyrillique, où il se nomme titlo. Outre son utilisation comme signe d’abréviation, il a aussi fréquemment été placé au-dessus de lettres devant se lire comme des nombres dans les numérations alphabétiques issues des usages grecs et latins.

Consulter abréviation et numération (romaine, grecque, cyrillique, copte, gotique, etc.) pour plus d’informations.

Du titulus au tilde[modifier | modifier le code]

En Espagne, le titulus (dont le nom est devenu tilde en castillan par métathèse du /t/ et du /l/ ) représente la suspension (comprendre « omission abréviative ») d’une ancienne lettre n (d’abord en fin de mot puis en fin de syllabe)[réf. nécessaire]. Les scribes médiévaux ont pris l’habitude d’utiliser le titulus pour noter la présence d’un phonème /n/ altéré au contact d’un autre /n/ : deux /n/ à la suite ayant évolué en /ɲ/ (gn de gnon), ils se sont servis de pour représenter ce nouveau phonème, étranger au latin. En castillan, par exemple, doña /doɲa/ vient d’un ancien donna, écrit don̅a dans les manuscrits. La forme du titulus devenu tilde est maintenant toujours ondulée. En castillan, toujours, la lettre ñ est considérée comme une lettre à part entière, y compris pour le classement alphabétique.

Le portugais a étendu ce procédé pour noter la nasalisation des voyelles : ã correspondant alors à an, par exemple (lat. canes > port. cães). Comme en Espagne, il s’agit de la marque de suspension d’une consonne n altérée (ici amuïe avec nasalisation de la voyelle précédente). L’usage a été repris par un grand nombre de transcriptions phonétiques, dont celle des romanistes ainsi que l’alphabet phonétique international.

En breton, le tilde est utilisé pour noter la nasalisation des voyelles : correspondant alors au an français, par exemple : amañ (ici) ; ou à i, par exemple : c’hweziñ (suer).

En français, jusqu’au XIXe siècle, le tilde[2] a été employé dans un même sens : un mot comme grand était souvent noté grãd[réf. nécessaire]. Il est ensuite sorti des usages[Comment ?] et la lettre n (ou m, notamment devant b, p et m) a de nouveau été employée. Actuellement, il n’est plus utilisé que dans des emprunts étrangers (cañon, señor, doña).

Dans tous les cas, même si les locuteurs ne le sentent pas forcément, le tilde signale un ancien /n/.

Double tilde[modifier | modifier le code]

Le double tilde était utilisé dans l’orthographe de plusieurs langues du Pacifique, comme le tagalog ou le chamorro, sur ‹ n͠g › représentant le son /ŋ/, par opposition au digramme ‹ ng › représentant un /ɡ/ prénasalisé : /ŋɡ/. Par exemple en chamorro ‹ agan͠gñáijon ›, « déclarer » (aujourd’hui écrit ‹ agangñaihon ›).

Tilde médian[modifier | modifier le code]

Le tilde médian ou inscrit est utilisé dans l’orthographe du kodon en Papouasie-Nouvelle-Guinée avec la lettre L tilde médian ‹ Ɫ ›.

Le tilde médian est aussi utilisé comme symbole de l’Alphabet phonétique international pour transcire la vélarisation ou la pharyngalisation d’une consonne : [ᵬ ᵱ ᵵ ᵭ ᵯ ᵰ ᵴ ᵶ ᵮ ɫ ᵲ ᵳ]. Pour différentier la vélarisation et la pharyngalisation, les symboles ˠ (lettre modificative gamma minuscule) et ˁ (lettre modificative coup de glotte réflechi) peuvent être utilisés respectivement : [bˠ pˠ tˠ dˠ mˠ nˠ sˠ zˠ fˠ lˠ rˠ ɾˠ] et [bˁ pˁ tˁ dˁ mˁ nˁ sˁ zˁ fˁ lˁ rˁ ɾˁ]

Tilde souscrit[modifier | modifier le code]

Le tilde souscrit est utilisé dans l’orthographe des langues du Gabon pour indiquer la nasalisation d’une voyelle : ḭ, ṳ̰, ḛ, ɛ̰, ə̰, a̰, o̰, ɔ̰, ṵ.

Il est aussi utilisé dans l’alphabet national tchadien notamment avec la lettre utilisé en kanembou pour le son /ɲ/. On le retrouve aussi en sara ngambay souscrit à plusieurs voyelles, indiquant la nasalisation.

Au Bénin, le tilde est aussi souscrit dans l’écriture du nateni pour indiquer la nasalisation.

Dans l’Alphabet phonétique international, le tilde souscrit est utilisé pour indiquer la laryngalisation ou voix craquée.

Tilde chassant[modifier | modifier le code]

Le tilde peut aussi servir de symbole typographique. Il est alors dit chassant (il possède son propre espacement) et médian (on le trace au milieu de la hauteur d’x).

On l’utilise ainsi en informatique:

  • Sous les systèmes de type UNIX, ~ désigne le répertoire de l’utilisateur courant : si l’utilisateur connecté est robert, ~/truc est donc un raccourci pour /home/robert/truc.
  • Sous Windows, le même signe est utilisé pour la gestion interne des noms de fichiers.
  • En C, ~ permet de faire une opération logique NON complète. Par exemple, en 16 bits : ~0x0044 = 0xFFBB (notation hexadécimale).
  • En C++, le ~ est utilisé pour le destructeur. Par exemple : ~Personnage(); serait le destructeur d'une classe Personnage.
  • En Lua, ~= est l'opérateur de non-égalité. Par exemple : a ~= b signifie a inégal b
  • En CSS, ~= est un sélecteur d'attributs signifiant « qui contient tel mot ». Par exemple : a[name~="titre"] représente tous les liens hypertextes dont l'attribut « name » contient le mot « titre »[3].

D’autre part, il sert aussi à indiquer des paires minimales (en phonologie) ou, par extension, des paires (voire plus) en opposition : ainsi, « A ~ B » signifie « A par opposition à B ».

Il est obtenu sur la plupart des claviers français

  • sous Windows, en tapant
    • pour un seul :
      • ([Alt Gr]+[2]) + [espace] ou
      • ([CTRL]+[ALT]+[2]) + [espace],
    • et pour deux successifs par :
      • ([Alt Gr]+[2]) + ([Alt Gr]+[2]) ou
      • ([CTRL]+[ALT]+[2]) + ([CTRL]+[ALT]+2])
  • sous Macintosh, puis Mac OS et OS X, en tapant [⌥](Option)[4]+ [N]
  • pour certains claviers, en tapant [ALT]+([1], [2] puis [6]) et en relâchant [ALT], (avec les chiffres éventuellement sur le pavé numérique).
  • et il peut en tous cas, être remplacé dans les adresses internet par %7E (ou %7e).

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Nom caractère Unicode HTML Exemple
tilde chassant ~ U+007E &#tilde; a~b
petit tidle ˜ U+02DC ˜ a˜b
diacritique tilde  ̃ U+0303 ̃ ãb
diacritique tilde souscrit  ̰  U+0330 ̰ a̰b
diacritique tilde couvrant  ̴  U+0334 ̴ a̴b
diacritique double tilde combinant  ͠  U+0360 ͠ a͠b
moitiés gauche et droite
du diacritique double tilde combinant
 ︢ ,  ︣  U+FE22, U+FE23 ︢ ︣ a︢b︣c
tilde vertical U+2E2F ⸯ pⸯ

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À noter que, en grec ancien, un signe voisin est appelé « périspomène »
  2. Désigné auparavant par une barre et plus souvent par un tiret comme chez Furetière, il prend son nom en 1839.
  3. Cascading Style Sheets Level 2 Revision 1 (CSS 2.1) Specification, Selectors, Attribute selectors, sur le site du W3C.
  4. Le terme Alt est apparu sur la touche Option (en plus du symbole Option ()) des claviers Mac en août 1998.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]