Andy Schleck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schleck.
Andy Schleck
Image illustrative de l'article Andy Schleck
Andy Schleck en 2013
Informations
Nom Schleck
Prénom Andy
Date de naissance 10 juin 1985 (29 ans)
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Équipe actuelle Trek Factory Racing
Spécialité Courses par étapes
Grimpeur[1]
Équipe amateur
2004 VC Roubaix
Équipe professionnelle
2005-2008
2009-2010
2011
2012
2013
2014-
CSC
Saxo Bank
Leopard-Trek
RadioShack-Nissan
RadioShack-Leopard
Trek Factory Racing
Principales victoires
3 championnats

MaillotLuxemburgo.PNG Champion du Luxembourg sur route 2009
MaillotLuxemburgo.PNG Champion du Luxembourg du contre-la-montre 2005 et 2010
1 grand tour
Jersey yellow.svg Tour de France 2010 [2]
4 classements annexes de grand tour
Classement du meilleur jeune
Jersey white.svg Tour d'Italie 2007
Jersey white.svg Tour de France 2008, 2009, 2010
1 classique
Liège-Bastogne-Liège 2009
3 étapes de grands tours

Tour de France (3 étapes)

Andy Schleck, né le 10 juin 1985 à Luxembourg, est un coureur cycliste professionnel luxembourgeois.

Il commence sa carrière professionnelle en 2005, dans l'équipe danoise CSC, devenue en 2009 Saxo Bank, et dont son frère Fränk a également été membre. Andy Schleck est déclaré vainqueur du Tour de France 2010 à la suite du déclassement d'Alberto Contador. Il termine deuxième du Tour d'Italie 2007, du Tour de France 2009 et du Tour de France 2011. Vainqueur de Liège-Bastogne-Liège 2009, il est élu Sportif luxembourgeois de l'année 2009, 2010 et 2011.

Depuis 2011, il est membre de l'équipe Leopard-Trek créée par Brian Nygaard et Kim Andersen autour de lui et son frère Fränk qui devient en 2012 RadioShack-Nissan puis RadioShack-Leopard en 2013 et Trek Factory Racing en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Andy Schleck naît le 10 juin 1985 à Luxembourg. Il est issu d'une famille de coureurs cyclistes. Son grand-père, Gustav Schleck, a fait de la compétition dans les années 1930 comme coureur indépendant. Son père, Johny Schleck, a été coureur professionnel dans des équipes comme Pelforth et Bic. Johny Schleck a été l'équipier de Jan Janssen lors de sa victoire au Tour de France 1968, ainsi que de Luis Ocaña, victorieux lors de l'édition 1973. Il compte sept participations au Tour de France (de 1965 à 1973) pour deux top 20 au classement général[3]. Enfin, le frère d'Andy, Fränk Schleck, est un des coureurs les plus en vue des années 2000, avec des victoires de prestige sur l'Amstel Gold Race 2006 et deux étapes de montagne sur le Tour de France. Andy compte un deuxième frère, Steve, l'aîné de la famille, mais qui n'est jamais passé professionnel[4].

Le cadet des Schleck commence sérieusement la compétition à seize ans, bien que ses parents lui imposent de d'abord terminer l'école[4]. Il obtient un premier titre national en 2001, devenant champion du Luxembourg en ligne dans la catégorie débutant. L'année suivante, il passe chez les juniors et poursuit ses bons résultats. De 2002 à 2003, il remporte deux titres de champion du Luxembourg en ligne, deux en contre-la-montre, et un en cyclocross. Il a également fait des places d'honneur sur la Classique des Alpes juniors (quatrième en 2002, troisième en 2003)[5].

2004-2005 : débuts professionnels[modifier | modifier le code]

En 2004, Andy Schleck rejoint le Vélo Club de Roubaix et attire tout de suite l'attention de Cyrille Guimard, directeur sportif célèbre pour avoir dirigé de nombreux vainqueurs du Tour de France, comme Bernard Hinault, Laurent Fignon, Lucien Van Impe et Greg LeMond. Guimard décrit Schleck comme un des plus grands talents qu'il ait jamais vu et le compare à Fignon[3].

Toujours amateur, le jeune Luxembourgeois remporte l'édition 2004 de la Flèche du Sud, en mai. Comme l'équipe nationale danoise participait à la course, le nom du coureur arrive jusqu'au manager de l'équipe professionnelle CSC, Bjarne Riis. Fränk Schleck, déjà chez CSC, confirme à Riis qu'il s'agit bien de son frère, mais qu'il est toujours à l'école. Bjarne Riis est tout de même intéressé, et, après discussion avec le jeune Schleck, l'engage comme stagiaire pour l'année suivante, avec donc un contrat professionnel[4]. En juin, Andy Schleck ajoute deux victoires de champion du Luxembourg à son palmarès, en ligne et contre-la-montre (catégorie espoirs)[5].

Il fait ses débuts sur le circuit ProTour lors du Tour de Catalogne 2005, un an après sa victoire sur la Flèche du Sud. En juin, il devient champion du Luxembourg du contre-la-montre, la première fois chez les seniors, alors que son frère Fränk remporte la course en ligne. Lui-même termine sur la troisième marche du podium[5]. Pour sa première année de haut niveau, Andy Schleck a couru 85 jours[4].

2006-2008 : révélation[modifier | modifier le code]

2006[modifier | modifier le code]

En mars 2006, Andy Schleck chute au Cholet-Pays de Loire et se fracture la clavicule, ce qui l'oblige à s'écarter des routes pour presque deux mois[4]. Il revient à la compétition sur le Tour de Catalogne 2006 en mai. Le mois suivant, il atteint un second podium consécutif au championnat du Luxembourg, précédé par son frère et Kim Kirchen. En juillet, il remporte deux étapes au Tour de Saxe et finit à la vingt-troisième place du classement général. Andy Schleck présente des qualités de grimpeur, vainqueur cette année des classements du meilleur grimpeur du Tour de Saxe et du Tour de Grande-Bretagne[5]. Le directeur de l'équipe CSC, Kim Andersen, décèle chez lui un plus grand potentiel que son frère. Toutefois, il n'y a pas de rivalité entre les Schleck, Andy considérant Fränk comme « son idole »[4].

2007 : deuxième du Giro[modifier | modifier le code]

En 2007, Andy Schleck montre tout son potentiel sur les courses par étapes. En mars, il atteint la seizième place de Paris-Nice[6]. Au mois de mai, il termine huitième du Tour de Romandie. Mais il s'illustre surtout le mois suivant sur le Tour d'Italie, sa première course de trois semaines, qu'il aborde avec le top 10 pour objectif[3]. Âgé de vingt-et-un ans, il termine à la deuxième place du Giro, à 1 min 55 s de l'Italien Danilo Di Luca, remportant par la même occasion le classement du meilleur jeune. Il regrette toutefois de ne pas avoir attaqué assez tôt lors de la 10e étape, car il « avait les jambes pour gagner »[3] ; en tout, il a terminé troisième d'étape à trois reprises[6]. Andy Schleck devient ainsi le premier Luxembourgeois depuis quarante-six ans à monter sur le podium d'un grand tour[7]. À l'issue de cette édition du Tour d'Italie, il annonce ambitionner une victoire sur une grande classique avant de songer à un grand tour[3].

Au mois d'octobre, le Luxembourgeois participe au prestigieux Tour de Lombardie. Andy Schleck a pour rôle de travailler pour son frère Fränk. Tout fonctionne très bien jusqu'à ce que, dans un moment d'inattention, l'aîné des Schleck heurte la roue de Vladimir Gusev et chute, avant l'ascension finale et les six kilomètres restants, perdant ainsi toute chance de remporter la course. Andy termine quatrième à dix secondes du vainqueur Damiano Cunego[8].

2008 : une valeur montante[modifier | modifier le code]

Andy Schleck confirme ses bonnes dispositions au printemps 2008 avec une quatrième place sur Liège-Bastogne-Liège, juste derrière Fränk. Il avait axé sa préparation pour les classiques et en particulier celle-ci, contrairement à l'an passé où il avait tout orienté sur le Tour d'Italie. Il a ainsi passé un total de sept semaines en camp d'entraînement[9]. Il affiche une bonne forme sur la course, en attaquant plusieurs fois. À dix-huit kilomètres de l'arrivée, il se retrouve à l'avant dans un groupe avec Fränk Schleck, Davide Rebellin, Alejandro Valverde et Joaquim Rodríguez. Il est alors envoyé à l'attaque par son équipe, puis est repris et est distancé. Valverde règle Rebellin au sprint et les frères Schleck terminent troisième et quatrième[10].

En juin, Andy Schleck participe au Tour de Suisse où il termine sixième, après avoir une nouvelle fois travaillé pour son frère. En bonne position pour la victoire finale, une chute spectaculaire de celui-ci réduit toutefois à néant ses chances. Andy Schleck parachève sa préparation lors des championnats nationaux, remportés par son frère. Lui-même termine cinquième[11].

Il arrive au Tour de France pointé parmi les favoris, même s'il n'est pas le leader désigné de son équipe : c'est bien à l'Espagnol Carlos Sastre que ce rôle est dévolu. Toutefois, Andy et Fränk Schleck n'ont pas le statut de simples équipiers et comptent essayer de suivre les meilleurs, la tactique de l'équipe se construisant en fonction de la course[11]. Pourtant, la défaillance du cadet des Luxembourgeois dans les Pyrénées, à Hautacam, le contraint à se mettre définitivement au service de son équipe, puisqu'il perd près de neuf minutes[12]. Dans les Alpes, il impressionne alors, répondant à toutes les attaques pour protéger ses leaders, Fränk Schleck et surtout Carlos Sastre[13]. C'est ce dernier qui remporte finalement le Tour, grâce à une attaque dans l'Alpe d'Huez (où Andy termine troisième) et un dernier contre-la-montre honorable. Andy Schleck finit à la onzième place du classement général (à la suite du déclassement de Bernhard Kohl) et est meilleur jeune du Tour, 1 min 27 devant Roman Kreuziger.

Schleck poursuit sa saison en août avec la Classique de Saint-Sébastien (top 20[6]) puis la course en ligne des Jeux olympiques de Pékin. L'équipe du Luxembourg compte seulement trois coureurs sur un maximum de cinq : Andy Schleck, Fränk Schleck, et Kim Kirchen[14]. À moins de vingt kilomètres de l'arrivée, Andy Schleck s'extrait du peloton avec quelques coureurs et se retrouve dans le groupe de tête. Le Luxembourgeois attaque ensuite plusieurs fois, ce qui a pour effet de réduire le groupe à trois coureurs : Schleck, Samuel Sánchez et Davide Rebellin. À un kilomètre de l'arrivée, le Suisse Fabian Cancellara revient sur eux. Au final, Andy Schleck ne peut rien faire sur le sprint et termine à la cinquième place ; Cancellara remportant la médaille de bronze et Alexandr Kolobnev s'étant intercalé entre les deux équipiers de CSC.

Après les Jeux, Schleck participe au Tour de Pologne où il remporte la première étape, un contre-la-montre par équipe.

La confirmation[modifier | modifier le code]

2009 : deuxième du Tour de France[modifier | modifier le code]

Andy Schleck dans la roue de Vincenzo Nibali (Tour de Californie 2009)

Andy Schleck court toujours après une victoire importante et c'est au printemps 2009 qu'il va l'obtenir. Auparavant, il participe en février au Tour de Californie, marqué de succès pour l'équipe Saxo Bank, qui remporte deux victoires avec Fabian Cancellara et Fränk Schleck.

Le 19 avril, il entame les classiques ardennaises avec l'Amstel Gold Race. Les hostilités commencent au second passage du peloton dans le Cauberg, avec des attaques de Pieter Weening, d'Óscar Freire et d'autres. À l'arrière du peloton, Fränk Schleck et Matthew Lloyd sont alors victimes d'une chute sévère ; les deux coureurs sont emmenés à l'hôpital. Andy Schleck termine neuvième[n 1] de la course, remportée par le Russe Sergueï Ivanonv devant le Saxo Bank Karsten Kroon[17]. Fränk Schleck s'en tire finalement avec une légère commotion cérébrale[18].

Andy Schleck à la poursuite de Philippe Gilbert, dans la Roche-aux-faucons (Liège-Bastogne-Liège 2009)

Dans la foulée de l'Amstel, il participe à la Flèche wallonne. La course est marquée par une longue échappée du Français Christophe Moreau, accompagné un temps par le Japonais Fumiyuki Beppu, qui finit par être rattrapé à cinquante-cinq kilomètres de l'arrivée. Après des tentatives de sortie de plusieurs coureurs, le peloton se regroupe au pied du Mur de Huy. C'est l'Australien Cadel Evans qui accélère le premier avec dans sa roue Andy Schleck et Davide Rebellin. L'Italien est le plus fort au sprint et s'impose devant le Luxembourgeois, qui termine deuxième[19].

Quatre jours plus tard, il s'aligne sur la Doyenne, Liège-Bastogne-Liège, avec le retour de son frère dans l'équipe. Cette course est particulière pour lui, qu'il considère comme « la plus belle avec le Tour de Lombardie »[20]. Les débats commencent vraiment dans la Côte de La Redoute, où le Belge Philippe Gilbert part à l'attaque et prend vingt-cinq secondes au peloton. Andy Schleck se lance alors à sa poursuite et le rejoint, avant de le déposer dans la Côte de la Roche-aux-faucons. Derrière, Rebellin, contrôlé par Fränk Schleck, essaye de revenir mais sans y parvenir[21]. Andy Schleck s'impose après vingt kilomètres d'effort solitaire et remporte là la première grande victoire de sa carrière. La dernière victoire d'un Luxembourgeois sur l'épreuve remontait à Marcel Ernzer en 1954[22].

Il poursuit sur sa lancée au début du mois de juin avec une victoire d'étape au Tour de Luxembourg. À la fin du mois, il remporte le Championnat du Luxembourg, succédant ainsi au palmarès à son frère, qui finit troisième. C'est sa dernière course avant le Tour de France du mois de juillet. Andy Schleck est considéré comme un des principaux rivaux d'Alberto Contador pour la victoire finale, sur un Tour marqué par le retour très médiatisé du septuple vainqueur Lance Armstrong. Le statut de leader n'est pas strictement établi au sein de l'équipe Saxo Bank, Andy ayant déclaré quelques mois plus tôt que le rôle de leader serait partagé avec son frère[23]. Toutefois, à l'aube de la course, Fränk reste diminué par sa chute à l'Amstel Gold Race[24].

Andy Schleck en tête du groupe des favoris dans le Mont Ventoux (20e étape du Tour de France 2009)

Andy Schleck confirme bien son statut en étant l'un des seuls à pouvoir suivre l'Espagnol Contador en montagne. Discret pendant les deux premières semaines à l'image des principaux favoris, il concède une quarantaine de secondes à Contador lors de la 15e étape entre Pontarlier et Verbier, mais s'empare du maillot blanc de meilleur jeune[25]. Il est l'un des principaux attaquants parmi les favoris avec son frère Fränk comme l'illustre leur offensive commune dans le col de Romme lors de la 17e étape, mais ils ne parviennent pas à lâcher Contador. Les trois coureurs arrivent seuls sur l'arrivée et Fränk Schleck remporte l'étape, son cadet ayant lancé le sprint pour lui[26].

Andy Schleck lors de la présentation de son équipe au Tour de France 2010

Le lendemain, Andy prouve qu'il s'est amélioré dans l'effort solitaire[27], ne concédant qu'1 min 45 à Alberto Contador lors du contre-la-montre d'Annecy, et surtout seulement 15 secondes à Lance Armstrong, ce qui lui permet de conserver sa deuxième place au classement général[28]. Lors de l'étape du Mont Ventoux, avant-dernière du Tour, il place des accélérations à de multiples reprises pour durcir la course, mais seul Contador est capable d'y répondre. L'objectif étant de faire monter son frère sur le podium du classement général[29], Andy Schleck se relève à chaque fois, Fränk étant incapable de suivre et de distancer Armstrong[30]. Andy Schleck termine finalement deuxième du classement général et meilleur jeune, son frère finit quant lui à la cinquième place.

2010 : vainqueur du Tour de France[modifier | modifier le code]

Le premier objectif de sa saison est de briller sur les classiques ardennaises. Il ne réussit pas un bon début de saison, souffrant du genou depuis un entraînement en décembre au cours duquel il a heurté un véhicule[31]. Il obtient quelques places d'honneur lors du Tour du Pays basque. Il termine 18e de l'Amstel Gold Race, 8e de la Flèche wallonne et 5e de Liège-Bastogne-Liège.

Andy Schleck au Tour de France 2010

Le 11 juillet, il remporte la 8e étape du Tour de France à Avoriaz. Deux jours plus tard, lors de la 9e étape, il prend pour la première fois le maillot jaune, devant Contador. Cependant, il le perd au profit de ce dernier dans la 15e étape, victime d'un problème de dérailleur dans la dernière montée. Il remporte ensuite la 17e étape au sommet du col du Tourmalet devant son rival Alberto Contador. Il ne parvient pas à refaire son retard dans l'avant-dernière étape contre-la-montre entre Bordeaux et Pauillac, et finit deuxième du Tour derrière Contador, à 39 secondes, remportant pour la troisième fois consécutive le maillot blanc de meilleur jeune. À la suite du déclassement d'Alberto Contador, il est finalement nommé vainqueur de ce Tour de France 2010. Il s'agit donc de sa première victoire dans un grand tour.

Le 30 juillet 2010, il annonce son souhait de quitter la formation Saxo Bank, pour une nouvelle équipe luxembourgeoise aux côtés de son frère Fränk.

Le 28 août, il prend part à la Vuelta, afin d'aider Fränk qui vise la victoire finale, ne se posant ainsi que comme simple coéquipier. Il perd dès la troisième étape près de 14 minutes sur la tête de la course, puis 14 autres minutes lors de la 4e étape. Il est cependant évincé du tour d'Espagne avec Stuart O'Grady avant le départ de la 10e étape par le directeur sportif de la Saxo Bank, Bjarne Riis, pour avoir enfreint les règles de l'équipe danoise et être sorti prendre un verre après le dîner[32]. Il termine neuvième du classement mondial UCI[33] et remporte le Vélo d'or espoirs pour la saison 2010[34].

2011 : Leopard-Trek, second du Tour de France[modifier | modifier le code]

Andy Schleck participe aux classiques ardennaises et termine troisième de Liège-Bastogne-Liège. Il se rend ensuite sur le Tour de Californie et termine à la huitième place. En juin, il participe au Tour de Suisse où il remporte le classement de la montagne et se classe 19e. Au Championnat du Luxembourg, il se classe deuxième derrière son frère Fränk.

En juillet, il prend part au Tour de France et se distingue notamment avec une attaque à 60 km de l'arrivée dans le col de l'Izoard lors de la 18e étape partant de Pignerol en Italie et arrivant au sommet du col du Galibier. Il remporte cette 18e étape, mais échoue dans la conquête du maillot jaune, toujours détenu par Thomas Voeckler pour 15 secondes. Le lendemain, il revêt le maillot jaune à l'Alpe d'Huez, pour 53 secondes devant son frère Fränk et 57 devant Cadel Evans. Il le perd lors du contre-la-montre suivant au profit de ce dernier. Andy termine donc une nouvelle fois deuxième du classement général, devant son frère Fränk et avec 1 minute 34 de retard sur Evans.

2012 : Tour 2010 sur tapis vert, saison marquée par les blessures[modifier | modifier le code]

Le 6 février, Contador est puni de 2 ans de suspension et déchu de sa victoire dans le Tour de France 2010 par le Tribunal arbitral du sport à cause de son contrôle positif au clenbutérol. Andy Schleck déclare : « Mon objectif est de gagner le Tour de France à la pédale, en étant le meilleur des concurrents, pas devant les tribunaux. Si je gagne cette année, en 2012, je considérerai que c’est ma première victoire. » Il considère toutefois que c'est le Tour qu'il a préféré : « De toute façon, pour moi le Tour 2010, c’est celui qui est resté dans mon cœur. C’était pour moi une petite victoire, parce que j’avais eu beaucoup de malchance. »[35]. Schleck doit déclarer forfait pour le Tour de France 2012 et les Jeux olympiques de Londres en raison d'une fracture du bassin consécutive à une chute en juin lors du Critérium du Dauphiné[36]. Prévoyant de revenir pour le Tour d'Espagne, sa blessure non consolidée l'oblige à déclarer forfait[37]. Sa reprise de la compétition est ensuite annoncée au Grand Prix de Fourmies, début septembre, mais il déclare forfait, souffrant encore de la hanche. Il dit ne pas vouloir compromettre sa saison 2013 en effectuant son retour trop tôt[38]. Schleck reprend la compétition lors de Binche-Tournai-Binche au début du mois d'octobre et doit participer à la dernière course World Tour de la saison, le Tour de Pékin[37],[39]. Il abandonne les deux courses.

2013[modifier | modifier le code]

Andy Schleck commence sa saison au Tour Down Under. Il abandonne lors de la dernière étape[40]. Il abandonne à nouveau au tour méditerranéen et finit le 28 février sa première course depuis avril 2012 à l'occasion du GP Camaiore. En mars il abandonne lors de Strade Bianche et Tirreno-Adriatico. Fin mars, Andy Schleck participe au Critérium international en Corse. Il finit sa deuxième course de la saison et parvient à attaquer mais son attaque n'influe que peu sur le déroulement de la course. Il dispute le Tour du Pays basque et abandonne. Tout comme lors de l'Amstel Gold Race. Il est quelques jours plus tard, 86e de la Flèche wallonne[41]. Il finit 41e de Liège-Bastogne-Liège[42], sa course favorite[43]. Le 12 mai, il démarre sa préparation pour le Tour de France, en participant au Tour de Californie. Il se classe 25e du classement général et troisième du classement de la montagne. Il poursuit sa préparation du 8 au 16 juin avec le Tour de Suisse où il monte progressivement en puissance pour réussir à suivre les meilleurs lors de l'étape reine, la 7e étape où il termine 15e à 1 minute 17 du vainqueur Rui Alberto Faria da Costa. C'est la première fois qu'il termine parmi les quinze premiers d'une étape depuis le Tour de France 2011.

Le 4 juillet, son équipe RadioShack-Leopard annonce le limogeage de son frère Fränk à quelques jours de la fin de sa suspension pour dopage. Andy Schleck se déclare « triste et déçu » de cette décision[44]. Cependant, Trek qui va succéder comme sponsor principal de l'équipe à RadioShack après lui avoir racheté sa licence UCI World Tour[45] annonce ensuite que les deux frères seront conservés pour la saison suivante[46].

Durant le Tour de France, il a surtout un rôle d'équipier pour Maxime Monfort, le coureur le mieux classé au général dans son équipe. Il parvient cependant à terminer à la 20e place au classement général.

2014[modifier | modifier le code]

Andy Schleck commence sa saison au tour d'Oman, où il est 34e au sommet de la Green Mountain, étape remportée par Christopher Froome. Il revient en Europe pour Paris-Nice, avec son frère Frank. Un peu en difficulté lors du début de semaine, il termine tout de même cette course et en prend la 66e place.

Il poursuit sa saison sur le Critérium international avec son frère Fränk. Il ne termine pas la troisième et dernière étape. Il prend ensuite le départ du Tour du Pays basque, qu'il finit à la 66e place, loin derrière le vainqueur Alberto Contador. Andy Schleck arrive avec un rôle de co-leader sur les classiques ardennaises mais il ne peut défendre ses chances en raison d'une chute lors de l'Amstel Gold Race qui le contraint à l'abandon. Il n'est pas remis de sa blessure pour la Flèche wallonne où il abandonne, ainsi que lors de Liège-Bastogne-Liège.

L'équipe Trek annonce qu'il ne prendra pas le départ du Tour de Romandie à cause de sa chute. Il reprend avec le Tour de Suisse, où il est 29e du classement général. À la fin du mois de juin, il remonte pour la première fois depuis trois ans sur un podium en terminant troisième du championnat du Luxembourg.

Lors du Tour de France, il est contraint d'abandonner à la suite d'une chute survenue dans le final de la troisième étape. Souffrant d'une rupture des ligaments croisés du genou, il doit mettre fin à sa saison[47].

Style[modifier | modifier le code]

Grand (1,86 m) et maigre comme son frère, Andy Schleck possède de grandes capacités de grimpeur. Il est moins doué pour le contre-la-montre. Il a cependant progressé dans cet exercice en 2009 en travaillant avec son ancien coéquipier Bobby Julich, devenu Rider Development Manager de l'équipe Saxo Bank et responsable de l'entraînement au contre-la-montre. Il constate ses progrès lors du Tour de France 2009 en prenant la 21e place de la 18e étape, à 1 minute et 45 secondes d'Alberto Contador, tandis qu'il perdait plus de 4 minutes sur Stefan Schumacher lors de la 20e étape du Tour de France 2008[48],[49].

Palmarès, résultats, classements, distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Palmarès par années[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultat sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

6 participations

  • 2008 : 11e, Jersey white.svg vainqueur du classement du meilleur jeune
  • 2009 : 2e, Jersey white.svg vainqueur du classement du meilleur jeune
  • 2010 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général[2] à la suite du déclassement d'Alberto Contador, Jersey white.svg vainqueur du classement du meilleur jeune, vainqueur des 8e et 17e étapes, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 12 jours
  • 2011 : 2e, vainqueur de la 18e étape, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 1 journée
  • 2013 : 20e
  • 2014 : non-partant (4e étape)

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

  • 2007 : 2e, Jersey white.svg vainqueur du classement du meilleur jeune

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

Classiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les classements d'Andy Schleck sur les classiques auxquelles il a participé.

Année Amstel Gold Race Flèche wallonne Liège-
Bastogne-Liège
Classique de Saint-Sébastien Tour de Lombardie
2005 - - - - 64e
2006 - - - 23e -
2007 - 57e 46e - 4e
2008 73e 76e 4e 18e -
2009 9e[n 1] 2e Vainqueur - -
2010 18e 8e 5e - -
2011 11e 44e 3e - -
2012 91e 81e 50e - -
2013 Abandon 86e 41e - -
2014 Abandon Abandon Abandon - -

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenu lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011.

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement ProTour[52] nc nc 15e 61e
Classement mondial UCI[53] 14e 9e[33]
UCI World Tour[54] 13e[55] nc[56] 176e[57]
Légende : nc = non classé

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Christian Pfannberger, initialement neuvième de l'Amstel Gold Race 2009, a été déclassé par l'UCI[15],[16]. Schleck, initialement dixième, est reclassé neuvième.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Andy Schleck », sur radioshackleopardtrek.com (consulté le 2 février 2013)
  2. a, b et c « Tour de France 2010 - Classement général », sur uci.ch (consulté le 13 février 2012)
  3. a, b, c, d et e (en) Giro d'Italia: The rise of another Schleck sur cyclingnews.com, 4/06/2007. Consulté le 27/07/2009
  4. a, b, c, d, e et f (en) Andy Schleck: Not Unlike his Brother Fränk sur csc.com, 19/05/2006. Consulté le 27/07/2009
  5. a, b, c et d Palmarès d'Andy Schleck sur acccontern.lu. Consulté le 28/07/2009
  6. a, b et c (en) Profil d'Andy Schleck, sur team-saxobank.com. Consulté le 27/07/2009
  7. Le dernier remonte à 1961 et Charly Gaul et sa troisième place au Tour de France.
  8. (en) Compte-rendu du Tour de Lombardie 2007, sur cyclingnews.com, 20/10/2007. Consulté le 27/07/2009
  9. (en) Schleck: Changing focus sur cyclingnews.com, 8/04/2008. Consulté le 28/07/2009
  10. (en) Déroulement de Liège-Bastogne-Liège 2008 sur cyclingnews.com, 27/04/2008. Consulté le 28/07/2009
  11. a et b (en) Schlecks to join Sastre in three-pronged attack sur cyclingnews.com, 3/07/2008. Consulté le 28/07/2009
  12. « Tour de France. Piepoli s’impose à Hautacam, Evans en jaune », sur ladepeche.fr,‎ 14/07/2008 (consulté le 28/07/2008)
  13. CSC, le trident sélectif, L'Équipe, 27/07/2008. Consulté le 28/07/2009
  14. Liste de départ sur cyclingnews.com. Consulté le 27/07/2009
  15. [PDF] (en) « Anti-doping Rule Violations », sur uci.ch, Union cycliste internationale,‎ 17 juillet 2014 (consulté le 31 juillet 2014)
  16. (en) « Results - Cycling - Road 2009 - Men Elite Amstel Gold Race (NED/UPT) - 19 Apr 2009 - Road race: Maastricht - Valkenburg », sur uci.ch, Union cycliste internationale (consulté le 31 juillet 2014)
  17. (en) Déroulement de la course sur cyclingnews.com, 19/04/2009. Consulté le 28/07/2009
  18. Schleck évite le pire sur eurosports.fr, 19/04/2009. Consulté le 28/07/2009
  19. Déroulement de la course, site officiel de l'épreuve. Consulté le 27/07/2009
  20. Interview d'Andy Schleck par velo-club.net, 4/08/2007. Consulté le 27/07/2009
  21. Résumé de la course, site officiel de l'épreuve. Consulté le 27/07/2009
  22. (en) Schleck impresses with Liege win, BBC, 26/04/2009. Consulté le 27/07/2009
  23. Régis Aumont, « Schleck: "Mon objectif no 1" » sur sports.fr, 22/10/2008. Consulté le 27/07/2009
  24. Frank, au service d'Andy ? sur eurosport.fr, 3/07/2009. Consulté le 27/07/2009
  25. Classements à l'issue de la 15e étape du Tour 2009 sur letour.fr. Consulté le 28/07/2009
  26. Déroulement de l'étape 17 du Tour 2009 sur letour.fr. Consulté le 28 juillet 2009
  27. Par comparaison avec son temps réalisé lors du contre-la-montre final du Tour de France 2008
  28. Classement de la 19e étape du Tour 2009 sur letour.fr. Consulté le 28/07/2009
  29. Journal de la 18e étape du Tour 2009 sur letour.fr. Consulté le 28/07/2009
  30. Journal de la 20e étape du Tour 2009 sur letour.fr. Consulté le 28/07/2009
  31. (en) « Andy Schleck pulls out of Catalunya », sur cyclingnews.com,‎ 23 mars 2010 (consulté le 20 avril 2010)
  32. (en) « Andy Schleck and O'Grady removed from Vuelta », sur cyclingnews.com,‎ 7 septembre 2010 (consulté le 7 septembre 2010)
  33. a et b « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  34. Récompense : Les trois podiums des Vélos d'Or
  35. Ludovic Aurégan, « [1] », sur my-angers.info, 4/04/2012
  36. « Andy Schleck forfait », sur lequipe.fr,‎ 13 juin 2012
  37. a et b Antoine Izambard, « Andy Schleck : cette fois, c’est la bonne ! », sur velochrono.fr,‎ 1er octobre 2012
  38. « Cyclisme: Andy Schleck forfait à Québec, à Fourmies et au GP de Wallonie », sur leparisien.fr,‎ 5 septembre 2012 (consulté le 10 septembre 2012)
  39. « Schleck «ne regrette pas» », sur lequipe.fr,‎ 2 octobre 2012
  40. « Schleck abandonne sur le Tour Down Under », sur lessentiel.lu,‎ 27 janvier 2013 (consulté le 4 octobre 2013)
  41. « Classement de la Flèche Wallonne 2013 », sur letour.fr (consulté le 4 octobre 2013)
  42. « Palmarès d'Andy Schleck 2013 », sur procyclingstat (consulté le 4 octobre 2013)
  43. « A. Schleck : "Je prends quand même du plaisir" », sur Cyclism'Actu,‎ 20 avril 2013 (consulté le 4 octobre 2013)
  44. « Andy réagit au départ de son frère Frank », sur eurosport.fr,‎ 5 juillet 2013 (consulté le 4 octobre 2013)
  45. (en) « Trek acquires RadioShack-Leopard for 2014 season », sur VeloNews,‎ 26 juin 2013 (consulté le 4 octobre 2013)
  46. « Les frères Schleck chez Trek », sur lequipe.fr,‎ 20 juillet 2013 (consulté le 4 octobre 2013)
  47. « Tour de France: Andy Schleck souffre d'une rupture des ligaments croisés, sa saison est terminée! », sur sudinfo.be,‎ 9 juillet 2014 (consulté le 10 juilet 2014)
  48. (en) « Schleck happy with Tour's time trial », sur cyclingnews.com,‎ 23 juillet 2009 (consulté le 12 octobre 2009)
  49. Stefan Schacher a été déclassé au profit de Fabian Cancellara
  50. Initialement septième, Alejandro Valverde a été déclassé.
  51. A. Schleck et O'Grady virés ! - Cyclisme - Vuelta
  52. « Classements ProTour », sur uciprotour.com (consulté le 11 juillet 2010)
  53. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 11 juillet 2010)
  54. « UCI WorldTour », sur uciworldtour.com (consulté le 29 février 2012)
  55. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 29 février 2012)
  56. « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 27 août 2013)
  57. « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :