Col du Noyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyer (homonymie).
Col du Noyer
Image illustrative de l'article Col du Noyer
Le col du Noyer versant Champsaur
Altitude 1 664[1] m
Massif Massif du Dévoluy
Coordonnées 44° 41′ 31″ N 5° 59′ 07″ E / 44.691928, 5.98518844° 41′ 31″ Nord 5° 59′ 07″ Est / 44.691928, 5.985188[1]
Pays Drapeau de la France France
Vallée Champsaur (vallée du Drac)
(est)
Dévoluy (vallée de la Souloise)
(ouest)
Ascension depuis Le Noyer Saint-Étienne-en-Dévoluy[2]
Déclivité moy. 8,2 % 5,7 %
Déclivité max. 9,8 % 7,5 %
Kilométrage 7,5 km 8 km
Accès D 17T D17T
Fermeture hivernale octobre-mai

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

(Voir situation sur carte : Hautes-Alpes)
Col du Noyer

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col du Noyer

Le col du Noyer est un col séparant les vallées du Champsaur et du Dévoluy dans les Hautes-Alpes. D'une altitude de 1 664 m, il est situé entre le Pic Ponsin et la Tête du Tourneau. Il franchit l'arête orientale du massif calcaire du Dévoluy.

Il est caractérisé par un versant côté Champsaur très abrupt, et côté interne au Dévoluy relativement plat.

La route du col reste fermée près de 6 mois par an du fait de l'enneigement et de fréquentes chutes de pierres.

Au sommet se trouve un refuge Napoléon reconverti en bar-restaurant-souvenir.

Le refuge Napoléon du col du Noyer

Histoire[modifier | modifier le code]

La route qui emprunte le col fut construite dans les années 1850 en remplacement du sentier muletier. Première route d'accès au Dévoluy, elle favorisa des contacts privilégiés de cette vallée avec le Champsaur. On l'empruntait également pour se rendre à Gap.

La présence au col de l'un des 6 refuges Napoléon construits en 1858, témoigne de l'importance qu'avait cette route à l'époque.

Les produits de toutes sortes, ravitaillant le canton de Saint-Étienne-en-Dévoluy, transitaient par cette route toute l'année. L'hiver, les conditions étaient très difficiles avec le vent du Nord glacial et la neige très abondante. Jusqu'en 1900, des hommes expérimentés faisaient l'aller-retour à pied quotidiennement (environ 50 km par jour) entre Saint-Bonnet-en-Champsaur et Saint-Étienne-en-Dévoluy, transportant courrier, marchandises, argent, commissions orales, et servant souvent de guides. Avec l'ouverture routière du col du Festre à la fin du XIXe siècle, l'utilisation du col du Noyer devint peu à peu désuète, et les habitudes se perdirent. La route, récemment dotée d'un nouvel enrobage, a une fonction essentiellement touristique et cycliste.

Le col et le sport[modifier | modifier le code]

Le col du Noyer a été franchi à 4 reprises par le Tour de France. Il a été classé en 2e catégorie lors de ses 3 derniers passages. Voici les coureurs qui ont franchi les premiers le col[3] :

Le col a été également emprunté lors de la 7e étape du Critérium du Dauphiné 2013, où Samuel Sánchez est passé en tête.

De plus, la route est fermée deux fois par an à la circulation pour être réservée à la pratique du cyclisme, mais ce parcours est également emprunté par la course locale de l'Alpigap.

Un autre type d'épreuve y fut organisé ces dernières années, le « défi du Noyer », une course d'athlétisme hors-stade entre Le Noyer et le col.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Coordonnées identifiées à l'aide de Géoportail et carte IGN à l'échelle 1:20 000
  2. L'ascension versant ouest est souvent compté depuis Saint-Disdier [1]
  3. Le dico du Tour - Le col du Noyer dans le Tour de France depuis 1947