Tour de France 1903

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de France 1903
Tour de France 1903
Carte de la course
Généralités
Édition 1re
Date 1er juillet - 19 juillet 1903
Étapes 6
Distance 2 428 km
Pays visité(s) Drapeau de la France France
Lieu de départ Montgeron
Lieu d’arrivée Paris
Partants 60
Arrivants 21
Résultats
Vainqueur Drapeau : France Maurice Garin
25,607 km/h de moyenne
Chronologie
Tour de France 1904 Suivant
Maurice Garin

La 1re édition du Tour de France s'est déroulée du 1er au . Cette course cycliste est organisée par le journal L'Auto, l'ancêtre du quotidien L'Équipe. La course disputée sur six étapes est remportée par Maurice Garin.

La course est inventée pour stimuler la circulation du journal L'Auto, après s'être séparé avec un autre journal. Au départ, le nombre de participants n'est pas suffisant, la course est donc reportée de quelques semaines et les primes sont augmentées. Les cyclistes ne sont pas obligés de concourir les six étapes, sauf pour être classé au classement général.
Le favori d'avant-course, Maurice Garin, remporte la première étape et conserve la tête du classement général de bout en bout. Il s'impose également lors des deux dernières étapes, et remporte finalement cette première édition avec une marge de près de trois heures sur le deuxième. La vente du journal L'Auto augmente pendant et après la course, de sorte que la course est réorganisée en 1904.

Origine[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, en France, il n'existe qu'un quotidien sportif, Le Vélo. Son rédacteur en chef, Pierre Giffard, intervenant dans ses colonnes pour soutenir Dreyfus, déplaît aux industriels du cycle et de l'automobile (pour la plupart antidreyfusards). Or, ceux-ci financent son journal par la publicité. En 1900, par leur représentant, le comte de Dion, ils choisissent Henri Desgrange pour créer un journal concurrent, L'Auto-Vélo. Alors que Le Vélo est publié sur papier vert, Desgrange fait éditer son quotidien sur papier jaune (quelques années plus tard, c'est cette couleur qui donnera naissance au maillot jaune). Or le titre choisi porte le terme Vélo. Le directeur du Vélo, Paul Rousseau, intente un procès. Le , de Dion le perd et se trouve contraint de renommer L'Auto-Vélo en L'Auto. Comme le cyclisme est alors important en termes économiques et sportifs, cette perte d'appellation pourrait affecter les ventes du journal. Desgrange doit trouver une riposte. Il s'avère que son collaborateur, le journaliste Géo Lefèvre lui a proposé d'organiser une course cycliste susceptible d'augmenter son lectorat : le Tour de la France.

Le , L’Auto annonce la création de « la plus grande épreuve cycliste jamais organisée » : le Tour de France. Il s'agit d'une course de cinq semaines, qui se dispute du 1er juin au 5 juillet avec un droit d'entrée de 20 francs. Ces conditions sont trop dures pour la plupart des cyclistes de l'époque : une semaine avant le départ de la course, seulement quinze concurrents sont inscrits. Desgrange reprogramme alors la course du 1er au 19 juillet, augmente les gains qui atteignent désormais 20 000 francs, réduit le droit d'entrée à dix francs et promet cinq francs par jour pour les cinquante premiers coureurs du classement. Après ces modifications, soixante coureurs prennent finalement le départ de la course. Vingt-et-un sont commandités par des usines de bicyclettes, les trente-neuf autres étant indépendants.
Géo Lefèvre devient le directeur, le juge et le chronométreur et Henri Desgrange le directeur-général, même s'il n'a pas suivi la course.

Règlement et avant-course[modifier | modifier le code]

Le Tour de France 1903 est disputé sur six étapes. Par rapport aux courses par étapes actuelles, les étapes sont beaucoup plus longues ; la plus longue se déroule sur 471 kilomètres. Les cyclistes ont le droit à entre un et trois jours de repos entre les étapes. Les parcours des étapes sont plats, aucune montagne n'est franchie. Les cyclistes ne sont pas regroupés en équipes, tous les participants coururent individuellement. Chaque participant paie une participation de dix francs, soit environ 87,50 euros en 2003.

L'organisateur du Tour, le quotidien sportif L'Auto offre 20 000 francs de primes : 3 000 pour le vainqueur du classement général final, 2 000 pour le deuxième, 1 200 pour le troisième, 800, 500, 250, 200, 100, et 50 aux suivants. Le vainqueur de l'étape Paris-Lyon reçoit 1 500 francs ; 700 francs, seulement, pour le vainqueur de l'étape Toulouse-Bordeaux. Chaque coureur encore en course reçoit tous les jours un défrayement de cinq francs.

À la différence d'aujourd'hui, un coureur qui abandonne lors d'une étape, est autorisé à prendre le départ de l'étape suivante, bien qu'il ne soit plus classé au classement général. Cela profite à Hippolyte Aucouturier, qui abandonne au cours de la première étape, mais remporte les deuxième et troisième étapes. Même chose pour le Suisse Charles Laeser, qui s'impose lors de la quatrième étape sans avoir terminé la troisième.

À certains endroits de la course, Desgrange avait placé des hommes, pour s'assurer que les cyclistes parcourent toute la route du Tour.

Le maillot jaune porté par le leader du classement général n'est pas encore introduit, mais le premier du classement est identifié par un brassard vert. Le dernier coureur reçoit une lanterne rouge.

Les favoris d'avant-course pour la victoire se nomment Maurice Garin et Hippolyte Aucouturier.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Le Café « Le réveil matin », le jour du départ de la première étape

L'épreuve n'est suivie du départ à l'arrivée que par un seul journal, La Revue Sportive. Géo Lefèvre, journaliste de L'Auto, se contente en effet de couvrir les départs et les arrivées en effectuant le trajet des étapes en train. Il rate même l'arrivée de Garin à Lyon. Des 79 coureurs engagés, 60 seulement s'alignent au départ, 21 seulement passeront la ligne d'arrivée. Le peloton est majoritairement français avec 50 coureurs ; 3 Belges, 4 Suisses, 2 Allemands et l'Italien de Paris Rodolfo Muller, complètent la liste des engagés.

Le départ de la première étape est donné le 1er juillet à Montgeron, banlieue sud de Paris, devant le Café « Le réveil matin » à 15h16. En effet, Louis Lépine, Préfet de Police de la Seine, avait interdit les courses sur le territoire parisien. Lors de cette première étape entre Paris (Montgeron) et Lyon, Maurice Garin s'impose en 17 heures, 45 minutes et 44 secondes devant son compatriote Émile Pagie, à 24 secondes. Situé entre Roanne et Lyon, le col du Pin-Bouchain est le premier col franchi par la Grande boucle. La deuxième étape se déroule le 5 juillet entre Lyon et Marseille. Le premier col à plus de 1 000 m d'altitude de l'histoire du Tour, le col de la République au sud de Saint-Étienne, est franchi par Hippolyte Aucouturier en premier qui remporte l'étape, mais Maurice Garin garde la tête au classement général. Aucouturier n'est plus en course pour le classement général depuis son abandon lors de la première étape, il est toutefois autorisé, comme tous les autres éliminés, à prendre part aux étapes. Le 8 juillet, le Français Hippolyte Aucouturier remporte sa deuxième étape sur le Tour entre Marseille et Toulouse. Maurice Garin conserve la tête au classement général. Quatre jours plus tard, entre Toulouse et Bordeaux, le Suisse Charles Laeser remporte cette quatrième étape. Le Genevois n'est plus en course pour le classement général. C'est la première victoire d'étape pour un coureur non-français. Maurice Garin conserve la tête au classement général. Il remporte la cinquième étape (Bordeaux - Nantes) le 13 juillet et consolide sa position en tête au classement général. La sixième et dernière étape, entre Nantes et Paris (Parc des Princes) se déroule le 18 juillet. Maurice Garin remporte sa 3e étape sur le Tour et gagne l'épreuve en comptant près de trois heures d'avance sur le deuxième du classement, Lucien Pothier. L'étape parisienne est toutefois fort disputée et se joue au sprint. Maurice Garin devance d'une seconde Fernand Augereau et le Belge Julien « Samson » Lootens. Le chronométrage (ligne d'arrivée réelle) s'effectue à Ville-d'Avray, mais le parcours conduit ensuite le peloton au Parc des Princes pour un tour d'honneur et la remise des prix. Les cinq premiers du classement général final courent sur des bicyclettes « La Française ». On estime à 100 000 le nombre de spectateurs présents le long du parcours en province et plus de 20 000 spectateurs à Paris pour l'arrivée finale.

Retombées[modifier | modifier le code]

Les ventes de L'Auto ont augmenté considérablement en raison de cet événement. Une édition spéciale de 130 000 exemplaires a été publiée après la fin de la course. Le tirage normal est passé de 25 000 à 65 000 à la suite de cet évènement. Les cyclistes sont devenus des héros nationaux. Maurice Garin reviendra en 1904 où il tentera vainement de défendre son titre.

Résultats[modifier | modifier le code]

Les étapes[modifier | modifier le code]

La fin du premier Tour. Maurice Garin le premier vainqueur (à droite) pose en compagnie de Léon Georget (à gauche).
Étape Date Villes étapes km Vainqueur d'étape Temps Leader du classement général
1re étape mer. 1er juillet MontgeronLyon 467 Drapeau : France Maurice Garin 17 h 45 min 13 sec Drapeau : France Maurice Garin
2e étape dim. 5 juillet LyonMarseille 374 Drapeau : France Hippolyte Aucouturier 14 h 28 min 53 sec Drapeau : France Maurice Garin
3e étape mer. 8 juillet MarseilleToulouse 423 Drapeau : France Hippolyte Aucouturier 17 h 55 min 04 sec Drapeau : France Maurice Garin
4e étape dim. 12 juillet ToulouseBordeaux 268 Drapeau : Suisse Charles Laeser 8 h 46 min 00 sec Drapeau : France Maurice Garin
5e étape lun. 13 juillet BordeauxNantes 425 Drapeau : France Maurice Garin 16 h 26 min 31 sec Drapeau : France Maurice Garin
6e étape sam. 18 juillet NantesParis 471 Drapeau : France Maurice Garin 18 h 09 min 00 sec Drapeau : France Maurice Garin

Classement général[modifier | modifier le code]

Maurice Garin remporte cette course en 94 heures 33 minutes et 14 secondes, Lucien Pothier termine deuxième à 2 heures 49 minutes et 21 secondes. Garin détient le record du plus grand écart entre le premier et le deuxième. Finalement, 21 cyclistes prennent part à l'ensemble des étapes et figurent au classement général final. Le vainqueur Maurice Garin reçoit 6 075 Francs pour cette victoire.

A black and white photograph of a man holding his bicycle and a little boy with a little bicycle, being looked upon by two other men.
Maurice Garin, le vainqueur du Tour de France 1903.

La « lanterne rouge » est Arsène Millocheau[Note 1], qui termine à 64 heures, 57 minutes et 8 secondes du premier.

Classement final
Rang Coureur Temps
1 Drapeau : France Maurice Garin 94 h 33 min 14 s
2 Drapeau : France Lucien Pothier + h 49 min 21 s
3 Drapeau : France Fernand Augereau + h 29 min 24 s
4 Drapeau : Italie Rodolfo Muller + h 39 min 30 s
5 Drapeau : France Jean-Baptiste Fischer + h 58 min 44 s
6 Drapeau : Belgique Marcel Kerff + h 52 min 24 s
7 Drapeau : Belgique Julien Lootens + h 31 min 8 s
8 Drapeau : France Gustave Pasquier + 10 h 24 min 4 s
9 Drapeau : France François Beaugendre + 10 h 52 min 14 s
10 Drapeau : Belgique Aloïs Catteau + 12 h 44 min 57 s
11 Drapeau : France Jean Dargassies + 13 h 49 min 10 s
12 Drapeau : France Ferdinand Payan + 19 h 9 min 2 s
13 Drapeau : France Julien Girbe + 23 h 16 min 52 s
14 Drapeau : France Isidore Lechartier + 24 h 5 min 13 s
15 Drapeau : Empire allemand Josef Fischer + 25 h 14 min 26 s
16 Drapeau : France Alexandre Foureaux + 31 h 30 min 52 s
17 Drapeau : France René Salais + 32 h 34 min 43 s
18 Drapeau : France Émile Moulin + 49 h 43 min 14 s
19 Drapeau : France Georges Borot + 51 h 37 min 38 s
20 Drapeau : France Pierre Desvages + 62 h 53 min 54 s
21 Drapeau : France Arsène Millocheau + 64 h 57 min 8 s

Liste des coureurs[modifier | modifier le code]

Quatre-vingt coureurs furent inscrits à l'épreuve[1] ; mais seuls cinquante neuf d'entre eux prirent effectivement le départ de Paris[1]. Le numéro de dossard indiqué est celui attribué par le journal L'Auto[1]. De plus, le règlement rend possible l'inscription à une étape isolée, vingt-cinq autres coureurs ont ainsi participé à une étape sans courir la ou les étapes précédentes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Arsène Millocheau est né le 21 janvier 1867 à Champseru et mort à Paris le 4 mai 1948. En 1896, il s'est classé douzième de la course Bordeaux-Paris et dix-huitième de la première édition du Paris-Roubaix (P. Sergent, G. Crasset, H. Dauchy, Encyclopédie mondiale du cyclisme, de Eecloonaar, tome 2, p. 1268). En 1897, il a obtenu la cinquième place de Bordeaux-Paris (« Cyclisme - Bordeaux - Paris - 1897 », sur les-sports.info (consulté le 14 juin 2013)). En 1921, à l'âge de 54 ans, il participe à la course Paris-Brest-Paris, longue de 1 200 km (« Millocheau pour l'honneur », La Grand Boucle (consulté le 21 juillet 2010)).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Vespini 2013, p. 264-266.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « 1903 Tour de France » (voir la liste des auteurs)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Coll., Tour de France, 100 ans, Paris, L'Équipe, 2003, tome 1, p. 22-33.
  • Jean-Paul Vespini, Le Premier Tour de France : 1903, Paris, Jacob-Duvernet,‎ mai 2013, 278 p. (ISBN 978-2847244663) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Tour de France 1903.

Liens externes[modifier | modifier le code]