Joaquim Agostinho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joaquim Agostinho
Image illustrative de l'article Joaquim Agostinho
Joaquim Agostinho en 1980
Informations
Nom Agostinho
Prénom Joaquim
Date de naissance 7 avril 1942
Date de décès 10 mai 1984 (à 42 ans)
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Équipe professionnelle
1968
1969-1972
1973-1974
1975
1976-1977
1978-1979
1980-1983
1984
Sporting - Gazcidla
Frimatic - de Gribaldy
Bic
Sporting-Sotto Mayor
Teka
Flandria
Puch - Sem - Campagnolo
Sporting Lisboa-Raposeira
Principales victoires
13 championnats

MaillotPortugal.PNG Champion du Portugal sur route : 1968, 1969, 1970, 1971, 1972 et 1973
MaillotPortugal.PNG Champion du Portugal contre-la-montre : 1968, 1969, 1970, 1971, 1972 et 1973
MaillotPortugal.PNG Champion du Portugal de poursuite sur piste : 1971
7 étapes de grands tours
Tour de France (4 étapes)
Tour d'Espagne (3 étapes)
Course par étapes

Tour du Portugal : 1970, 1971 et 1972

Joaquim Agostinho, né le 7 avril 1942 à Silveira, Torres Vedras (Estrémadure) et mort le 10 mai 1984 à Lisbonne, est un coureur cycliste portugais. Il est considéré comme l'un des meilleurs coureurs portugais de l'Histoire[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il participe à la guerre d'indépendance du Mozambique[1].

Découvert par le « Vicomte » Jean de Gribaldy[2], il s'illustra également dans les grandes courses à étapes (Tour de France et Tour d'Espagne) en remportant 7 étapes et en terminant plusieurs fois sur le podium final (2 fois 3e du Tour de France et 2e du Tour d'Espagne). Il est déclassé à trois reprises pour contrôle positif : sur le Tour du Portugal en 1969 et 1973, et sur le Tour de France 1977.

En 1969, pour son premier Tour de France, il remporte deux étapes. Lors du Tour de France 1970, dans l'étape qui mène à Mulhouse, le Danois Mogens Frey est échappé. Après la descente du col de la Schlucht, il est rejoint par son équipier Joaquim Agostinho. Alors qu'il reste une cinquantaine de kilomètres à parcourir, Frey, épuisé, demande à son équipier de rouler jusqu’à l’arrivée. À l'approche de la ligne d'arrivée, Agostinho s’imagine que son équipier va lui laisser la victoire d'étape. Mais le Danois attaque, le Portugais l’enferme contre les barrières et est déclassé[3].

Vainqueur d'une étape en contre-la-montre sur le Tour de France 1973, il est déclassé d'une victoire lors du Tour de France 1977 pour un contrôle positif. Il termine deux années de suite troisième du Tour de France en 1978 et 1979. Cette année-là, il remporte une des deux étapes de l'Alpe d'Huez. Il est le seul Portugais à terminer sur le podium sur cette course.

Joaquim Agostinho est décédé en 1984, à la suite d'une chute en course (Tour de l'Algarve au Portugal) provoquée par un chien[1].

Postérité[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Ciclismo de Torres Vedras, épreuve portugaise organisée depuis 1978 s'appelle désormais le Trophée Joaquim Agostinho.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès par années[modifier | modifier le code]

Résultats dans les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Joaquim Agostinho fait partie des coureurs ayant remporté au moins deux étapes du Tour de France sur plus de dix années.

  • 1969 : 8e, vainqueur de la 5e et de la 14e étape
  • 1970 : 14e
  • 1971 : 5e
  • 1972 : 8e
  • 1973 : 8e, vainqueur de la 16eb étape
  • 1974 : 6e
  • 1975 : 15e
  • 1977 : 13e
  • 1978 : 3e
  • 1979 : 3e, vainqueur de la 17e étape
  • 1980 : 5e
  • 1981 : abandon (18e étape)
  • 1983 : 11e

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1972 : abandon
  • 1973 : 6e
  • 1974 : 2e, vainqueur de la 14e et de la 19eb étapes
  • 1976 : 7e, vainqueur de la 6e étape, Maillot jaune pendant 4 jours
  • 1977 : 15e

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c http://yourzone.beinsports.fr/cyclisme-joaquim-agostinho-le-destin-tragique-dun-auroch-9183/
  2. « Joaquim Agostinho », sur jeandegribaldy.com (consulté le 15 avril 2013)
  3. « 1970 Frimatic - de Gribaldy », sur jeandegribaldy.com

Liens externes[modifier | modifier le code]