Tolède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la ville de Tolède en Espagne. Pour les autres sens, voir Toledo et Tolède (homonymie).
Tolède
Toledo
Drapeau de Tolède
Drapeau
Vue générale de Tolède, avec l'Alcázar et la Cathédrale en fond.
Vue générale de Tolède, avec l'Alcázar et la Cathédrale en fond.
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Castille-La Manche Castille-La Manche
Province Province de Tolède Province de Tolède
Comarque Tolède
District judic. Tolède (Municipio)
Budget 96 200 000 € (2008)
Maire
Mandat
Emiliano García-Page (PSOE)
2011-2015
Code postal 45.001 à 45.009
Distance de Madrid 71 km
Démographie
Gentilé - toledano/a, toletano/a, toletense/sa (es)
- tolédan/e (fr)
Population 82 489 hab. (2010)
Densité 356 hab./km2
Géographie
Coordonnées 39° 52′ 01″ N 4° 01′ 46″ O / 39.866899, -4.02941739° 52′ 01″ Nord 4° 01′ 46″ Ouest / 39.866899, -4.029417  
Altitude 529 m
Superficie 23 200 ha = 232 km2
Rivière(s) le Tage
Divers
Site(s) touristique(s) Patrimoine classé par l’Unesco : Ville historique (1986)
Saint patron Virgen del Sagrario
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Castille-La Manche

Voir sur la carte administrative de Castille-La Manche
City locator 14.svg
Tolède

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Tolède

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Tolède
Liens
Site web http://www.ayto-toledo.org/

Tolède (en espagnol Toledo, du latin Toletum ; en mozarabe Tolétho ; en arabe Tulaytulah ; en judéo-espagnol טולדו Toldoth) est une ville qui se trouve dans le centre de l’Espagne, capitale de la province du même nom et de la communauté autonome de Castille-La Manche.

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Il y a cinq villes des États-Unis d’Amérique (dans les États de l’Ohio, Illinois, Oregon, Iowa et Washington) et dans six autres pays (le Belize, le Brésil, le Portugal, la Colombie, les Philippines et l’Uruguay) qui ont pris le nom de Tolède sous sa forme espagnole de Toledo

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Ville historique de Tolède *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
L'Alcázar de Tolède et le pont d'Alcántara sur le Tage.
L'Alcázar de Tolède et le pont d'Alcántara sur le Tage.
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iii) (iv)
Numéro
d’identification
379
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1986 (10e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Des restes archéologiques de l'âge du bronze ont été découverts sur la colline Cerro del Bu. Cette forteresse naturelle imprenable dominant les alentours et desservie par la rivière. Le Tage a protégé les habitants de ce lieu pendant très longtemps. Cela leur a assuré une certaine prospérité ; en effet, de nombreux objets ornementaux en bronze, argent et or y ont été trouvés.

Ce village décide de s'agrandir en occupant de plus en plus l'autre rive de la rivière, la colline de l'Alcázar. C'est ici que se forme l'histoire de la ville elle-même en devenant, tour à tour, acropole, forteresse et, finalement, palais et zone militaire.

En 192 avant J.C., les Romains fondèrent la ville de Toletum (« population fortifiée » en latin), qui devint par la suite Tolède, et y laissèrent de nombreuses traces à travers des constructions dont il reste encore aujourd'hui des ruines. La ville de Tolède est citée pour la première fois par l'historien Tite-Live qui la qualifie de « petite ville fortifiée ».

Lors des Grandes invasions du Ve siècle qui ravagèrent un Empire romain d'Occident déclinant, Tolède est pillée à plusieurs reprises par les Barbares (Vandales, Suèves et Alains) qui ont envahi la péninsule Ibérique à partir de l'an 409. À partir du milieu du VIe siècle, Tolède devient la capitale des Wisigoths, devenus les nouveaux maîtres d'une grande partie de la péninsule. Au début du VIIIe siècle, lors de la conquête musulmane de l'Espagne, le dernier souverain wisigoth, Rodrigue, est battu par le conquérant arabe Tariq ibn Ziyad à la bataille de Guadalete (711). Tolède tombe aux mains des musulmans en 712. À partir de là, la ville fait partie du Califat omeyyade, puis de l'Émirat de Cordoue (755–929), et enfin du Califat de Cordoue.

Les conciles de Tolède : entre 400 et 702 après J.-C. il y eut onze conciles généraux, qui ont traité de questions de foi ; et sept conciles provinciaux, qui se sont préoccupés davantage de discipline ecclésiastique. Lors du IIIe Concile de Tolède en 589, les Wisigoths du roi Récarède abandonnent officiellement l'arianisme pour le catholicisme, qui devient la seule religion officielle de l'Espagne.

Le 25 mai 1085, en pleine Reconquista, les chrétiens dirigés par le roi Alphonse VI de Castille reprennent Tolède aux musulmans.

Au XIIe siècle, la ville devient un centre de traduction très réputé, et surtout un lieu de rencontres entre les savants des 3 grandes religions juive, musulmane et chrétienne.

Entre les XIIe et XVIe siècles, Tolède devint une des capitales de Castille et une des plus riches et puissantes villes d´Espagne. La reine Jeanne la Folle y naquit le 6 novembre 1479, et c'est dans cette ville qu'elle et son époux, Philippe de Habsbourg, futur Philippe Ier de Castille, furent désignés comme héritiers de la Couronne. Lors de la Guerre des Communautés de Castille, Tolède fut une des premières villes à se rebeller sous la houlette de Pedro Laso de la Vega et Juan de Padilla. Après la défaite des communiers à la Bataille de Villalar, María Pacheco, veuve de de Padilla, opposèrent une résistance certaine jusqu'à la remise des armes en 1522. C’est là que l’empereur Charles V installa le siège de la Cour. En 1563, Tolède fut abandonnée dans ce rôle au profit de Madrid, sur l'ordre de Philippe II.

Lorsque la Guerre civile se déclenche, Tolède est située dans une zone républicaine. Pendant la Guerre civile espagnole, Tolède est le théâtre de combats autour de l'Académie militaire de l'Alcazar. C'est là qu'eut lieu le siège de l'Alcazar de Tolède (1936) resté célèbre, où des troupes nationalistes résistèrent à un siège de près de 70 jours mené par les troupes républicaines. Elles ont été secourues le 28 septembre 1936 par les troupes du général Varela, et après trois mois d'intenses combats, le colonel Moscardó, commandant de la place, prononça un mot resté célèbre aux troupes nationalistes venues le secourir : « Sin novedad en el Alcazar » (« rien à signaler dans l'Alcazar »), phrase alors conventionnelle dans l'armée espagnole.

Tolède était particulièrement réputée pour sa production d'acier et notamment pour ses épées. Ses techniques lui furent importées de Perse par les musulmans. La ville est aujourd'hui encore un centre important de production de couteaux et autres objets en acier.

Démographie[modifier | modifier le code]

Des facteurs tels que l'augmentation des prix de logements à Madrid et l'amélioration des communications entre Tolède et la capitale espagnole (à seulement vingt minutes de la gare d'Atocha par le train à grande vitesse AVE expliquent que la population tolédane ait augmenté de près de 20 % ces dix dernières années. Elle est en effet montée de 68 537 personnes en 2000 à 82 489 en 2010.

Politique[modifier | modifier le code]

Politique régionale[modifier | modifier le code]

Tolède est la capitale de la Communauté autonome de Castille-La Manche depuis 1983, après un vote où ce choix obtint le soutien de cinq députés du Parti populaire et de vingt-deux députés du PSOE. En tant que capitale, Tolède accueille les Cortes de Castille-la-Manche, à savoir le Parlement de la Communauté autonome de Castille-la Manche, situé dans le Couvent San Gil, ainsi que la Présidence de la Junte de Castille-la Manche, dans le Palais de Fuensalida.

Pour les élections régionales, la ville de Tolède constitue une circonscription avec le reste de la province de Tolède. Sur les 47 députés, la province en élit 11. Lors des dernières élections, en 2007[1], le PSOE a récolté 6 sièges et le Parti populaire, 5. Depuis le début des élections, le PSOE a toujours emporté la province de Tolède, même si au niveau de la seule commune de Tolède, le Parti populaire l'a emporté en 2007 avec 46,38 % des voix.

Politique provinciale[modifier | modifier le code]

Tolède est également la capitale de la Diputación de la province de Tolède, composée de députés provinciaux, qui doivent être maires ou conseillers municipaux. Actuellement, le PSOE a 14 députés, contre 13 pour la Parti populaire[2]. La ville de Tolède elle-même élit 10 des 27 députés, à égalités socialistes et populaires, lors de la dernière élection.

Politique municipale[modifier | modifier le code]

L'administration de la ville correspond à la mairie (Ayuntamiento), composée de 25 conseillers municipaux élus au suffrage universel tous les quatre ans dans une circonscription unique avec listes closes. Au cours des dernières élections municipales de 2007, cinq partis politiques ont présenté des listes: le Parti populaire, le Parti socialiste ouvrier espagnol, Gauche unie, le Parti démocrate espagnol et Tierra Comunera. Les trois premiers partis obtinrent des sièges: 12 pour le Parti populaire, 11 pour le PSOE et 2 pour Gauche Unie. Gauche Unie et le PSOE ont conclu un accord de gouvernement grâce auquel le candidat socialiste, Emiliano García-Page, a obtenu le fauteuil de maire de Tolède.

Histoire politique de la municipalité de Tolède[modifier | modifier le code]

Les premières élections municipales démocratiques, organisées en 1979, furent remportées par l'UCD, devant le PSOE, le PCE et Coalition Démocratique-Fuerza Nueva. Lors des secondes élections, en 1983, seuls trois groupes politiques furent constitués (PSOE,PCE et Coalition Démocratique), même si le Parti démocrate populaire avait initialement deux sièges avant de s'allier à Alliance populaire. Fait marquant de cette élection, la disparition de l'UCD. La mairie fut remportée par Joaquín Sánchez Garrido, alors allié au PCE.

En 1987, les élections furent remportées par Alliance populaire, avec douze conseillers, tandis que le PSOE et son chef local, Ricardo Sánchez Candelas furent victimes de problèmes internes, et se contentèrent de huit sièges. Le PCE, devenus Gauche unie entre-temps, n'améliora pas son résultat avec trois conseillers. Un nouveau parti, le CDS, permit, grâce à ses deux sièges, à l'Alliance populaire emmenée par José Manuel García Molina de l'emporter.

Depuis 1991 et la disparition de la CDS, il n'y a jamais eu plus de trois groupes politiques représentés à Tolède. Bien que remportées par le Parti populaire, ce fut tout de même le candidat socialiste allié à Gauche unie, Sánchez Garrido, qui obtint le poste de maire.

En 1995, avec plus de 49 % des voix, le Parti populaire et Agustín Conde Bajen obtinrent la majorité absolue des sièges, une première à Tolède.

En 1999, José Manuel Molina fut à nouveau le candidat du Parti populaire, Conde s'étant porté candidat aux élections régionales. Quant à la liste du PSOE, elle était emmenée par Juan Pedro Hernández Moltó. Les élections furent à nouveau remportées par le Parti populaire, qui conserva de surcroît sa majorité absolue.

En 2003, nouvelle victoire de José Manuel Molina, qui devint alors le premier maire tolédan à conserver son siège face au socialiste Alejandro Alonso Núñez.

Arts et culture[modifier | modifier le code]

La vieille ville se trouve en haut d'une montagne et on peut y voir de nombreux monuments historiques dont la citadelle, la cathédrale et le Zocodover (de l'arabe Suk-al-dawab, marché aux bestiaux, le marché central). Tolède était connue pour sa tolérance religieuse durant la période où elle faisait partie du pays d'Al-Andalus et les communautés juive, musulmane et chrétienne y cohabitaient pacifiquement. Ceci changea avec la Reconquista (de 718 à 1492), à la suite de laquelle furent expulsés d'Espagne Juifs et Musulmans refusant de se convertir. Toutefois, il reste à Tolède de nombreux souvenirs de cette époque comme la Synagogue Santa María la Blanca, la Synagogue del Tránsito et la Mosquée del Cristo de la Luz.

Tolède a accueilli le peintre Le Greco dans la dernière partie de sa vie et la ville est le thème de plusieurs de ses tableaux les plus célèbres dont l'El entierro del Conde de Orgaz qui est exposé dans l'Église de Santo Tomé. Dans la maison du Greco qui est un pastiche du XVIe siècle, l'atmosphère de la vie du peintre a été reconstituée avec quelques meubles et un mélange de tableaux authentiques et de copies.

Le cinéaste Luis Buñuel y fonda en 1923 l'Ordre de Tolède avec Federico Garcia Lorca.

Dans son roman "Comme le temps passe", Robert Brasillach dresse une vision romantique de la ville, en période troublée des années 1930.

Vue d'ensemble

La cathédrale[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Tolède

La cathédrale de Tolède commencée en 1227 sous le règne de Fernando III a la particularité d'être construite selon le style du gothique français. Elle ne sera pas achevée avant la fin du XVe siècle avec des ajouts de style espagnol. Le dôme qui remplace la seconde tour a été dessiné par Jorge Manuel Theotocopouli, le fils du Greco. Le maître-autel est un retable de style flamboyant polychrome qui raconte la vie du Christ. Le chœur contient une série de stalles en bois des XVe et XVIe siècles dues à Rodrigo Aleman, la partie supérieure en albâtre est due à Berruguete et à Philippe de Bourgogne. On trouve également une vierge en marbre chef d'œuvre d'art français gothique. La sacristie contient des œuvres du Greco (Expolio), Titien, Velazquez, Morales et Caravage.

Iglesia de Santo Tomé[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église Santo Tomé à Tolède

Cette petite église-Musée à la tour de style mudéjar XIVe siècle présente le tableau L'Enterrement du comte d'Orgaz le chef d'œuvre du Greco.

Alcázar[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Alcázar de Tolède.

L'alcázar de Tolède est un édifice du XVIe siècle de forme rectangulaire placé dans la partie la plus haute de la ville, avec une grande esplanade centrale et quatre tours aux quatre angles, aux murs en granit, et qui apparemment fut le siège du protectorat romain de la cité, et postérieurement, un palais wisigothique, puis une forteresse arabe. De nos jours, l'édifice accueille la Bibliothèque de Castille-La Manche et le Musée de l'Armée.

Musée de Santa-Cruz[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée Santa Cruz de Tolède.
Musée de Santa-Cruz à Tolède.

Construit autour d'un patio plateresque, l'hôpital des enfants trouvés a été commandité par la Reine Isabelle la Catholique aux architectes Enrique Egas et Covarrubias. Transformé en musée, il contient une collection de peintures des XVIe et XVIIe siècles, Greco, Ribera, Morales... Il contient également des pièces archéologiques et d'arts décoratifs en particulier des azulejos.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Tolède accueille un club de football, le CD Toledo, qui pour l'année 2009-2010 évoluait en Championnat d'Espagne D3 (soit en troisième division) après avoir évolué pendant sept saisons en quatrième division. Le club joue au stade municipal, Salto del Caballo, inauguré en 1973. Il a joué sept saisons consécutives en Championnat d'Espagne D2 (soit en seconde division) et joua même la montée en première division contre l'équipe de Valladolid au cours de la saison 1993-1994. Des joueurs tels qu'Abel Resino, Luis Javier García Sanz, Francisco Rufete et Javier Casquero ont évolué au club de Tolède.

Le tennisman Feliciano López est né à Tolède.

Gastronomie tolédane[modifier | modifier le code]

La gastronomie tolédane se caractérise surtout par l'importance du gibier. Il existe en effet différentes façons de préparer la perdrix notamment à l'escabèche ou à l'étouffée. La première est consommée froide, alors que la seconde recette est mijotée avec de l'oignon, de l'ail et du laurier[3]. Un autre plat connu venant de Tolède est les carcamusas, parmi lesquelles se distinguent le lapin à l'ail, chasseur, au charbon de bois, tojunto ou au riz.

Certains plats tolédans peuvent servir d'entrée, comme la soupe à l'ail ou le gazpacho, soupe froide composée d'eau, d'huile, de tomate et de concombre, d'origine paysanne et qui est essentiellement consommée les jours de chaleur.

A Tolède on trouve évidemment les vins et fromages de la Manche, dont certains sont célèbres. La Castille-la-Manche consacre 700 000 hectares au vignoble et a sa propre appellation. Par ailleurs, le fromage dit queso manchego produit à partir de lait de brebis de la Manche et obtenu après une période de maturation d'au moins sept mois est aussi un produit célèbre originaire de la région. Il existe à la fois des manchegos produits à partir de lait pasteurisé et des manchegos porteurs de l'Appellation d'Origine Contrôlée (appelée Denominación de Origen en Espagne), produits à partir de lait cru[4],[5].

Enfin, la friandise la plus célèbre de Tolède est bien entendu le massepain[6]. Il s'agit de la pâte fine et compacte obtenue à partir d'amandes crues, pelées et moulues. La présentation finale est obtenue par le moulage manuel ou mécanique de la pâte d'amandes, une cuisson au four et parfois un fourrage ou un glaçage.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Nées à Tolède[modifier | modifier le code]

Décédées à Tolède[modifier | modifier le code]

Ayant résidé à Tolède[modifier | modifier le code]

Vue de Tolède peinte par le Greco vers 1596.
  • Le peintre El Greco y résida de 1577 jusqu'à sa mort.
  • Le poète espagnol Lope de Vega (1562-1635) y résida.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cevipol.site.ulb.ac.be/fr/elections_espagne_regionales_castille-la-mancha-_2007.html
  2. http://cdsp.sciences-po.fr/fichiers_elections25_FR/Espagne.pdf
  3. Gastronomie tolédane sur le site de l'office du tourisme de Tolède
  4. (es) Aceite, vino y queso sur le site de l'office du tourisme de Tolède
  5. queso manchego
  6. mazapan sur le site de l'office du tourisme de Tolède

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]