Federico Bahamontes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Federico Bahamontes
Image illustrative de l'article Federico Bahamontes
Bahamontes en 2005.
Informations
Nom Federico Bahamontes
Surnom L'Aigle de Tolède
Date de naissance 9 juillet 1928 (86 ans)
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Spécialité Grimpeur
Équipe professionnelle
1953-1954
1955
1956
1957
1958
1959
1960
1961
1962-1965
Splendid
Terrot-Hutchinson
Girardengo-Icep
Mobylette
Faema-Guerra
Kas
Faema
VOV
Margnat-Paloma-Inuri
Principales victoires
1 championnat
MaillotEspaña.PNG Champion d'Espagne sur route 1958
1 grand tour
Jersey yellow.svg Tour de France 1959
9 classements annexes de grands tours
Mountains.svg Grand Prix de la montagne du Tour de France 1954, 1958, 1959, 1962, 1963 et 1964
Mountains.svg Grand Prix de la montagne du Tour d'Espagne 1957 et 1958
Mountains.svg Grand Prix de la montagne du Tour d'Italie 1956
11 étapes de grands tours
Tour de France (7 étapes)
Tour d'Espagne (3 étapes)
Tour d'Italie (1 étape)

Federico Martín Bahamontes, né le 9 juillet 1928 à Santo Domingo-Caudilla (province de Tolède, Espagne), est un coureur cycliste espagnol. Surnommé l'aigle de Tolède, il a été professionnel entre 1954 et 1965, remportant 74 victoires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Federico Bahamontes commence à faire parler de lui lors du Tour de France 1954 où il va conquérir pour la première fois le classement de la montagne, notamment grâce à un numéro d'escaladeur dans la 18e étape Grenoble-Briançon : Il passe en effet ce jour là pratiquement tous les cols en tête, en pouvant se permettre d'être distancé, parfois de plusieurs minutes, par le peloton dans les descentes[1].

Contraint à l'abandon en 1957 et dominé en montagne par Charly Gaul en 1958, il remporte le Tour de France 1959[2], bien qu'il ne fût pas au départ regardé comme un des favoris. Toutefois, une longue échappée dans les Pyrénées et sa victoire dans l’étape contre-la-montre de Puy-de-Dôme lui donnèrent une avance importante. Dans les Alpes, il s’allia avec Charly Gaul, grimpeur lui aussi, et, même si Henry Anglade et Jacques Anquetil réussirent à lui reprendre du temps, ils ne purent constituer une menace pour le coureur espagnol, qui disposait à la fin du Tour de plus de quatre minutes sur Anglade, classé deuxième. Il est ainsi devenu le premier coureur espagnol à remporter le Tour de France

En 1963, il termine à la 2e place derrière Jacques Anquetil. Ils avaient fait jeu égal aussi bien dans les Alpes que dans les Pyrénées, mais Anquetil lui donna le coup de grâce dans le contre la montre, gagnant ainsi son 4e Tour. Un an plus tard, en 1964, Bahamontes, âgé de 36 ans, termine de nouveau sur le podium à Paris, 3e derrière Anquetil et Raymond Poulidor, en ayant remporté 2 grandes étapes de montagne.

Considéré comme un des plus grands grimpeurs de l'histoire du cyclisme, il a remporté le Grand Prix de la Montagne deux fois dans la Vuelta, une fois dans le Giro et six fois dans le Tour de France (1954, 1958, 1959, 1962, 1963, 1964), ainsi que des étapes de montagne dans les 3 grands tours. Il n'a toutefois jamais réussi remporter le Tour d'Espagne, finissant néanmoins 2° en 1957.

Capable à la fois d'effectuer des raids victorieux dans de longues étapes d'enchaînements de cols, impressionnant d'aisance sur les montées "sèches" (voir les images saisissantes de sa victoire dans le contre la montre du Puy de Dôme sur le Tour de France 1959 quand il dépasse et laisse sur place Roger Rivière) il possédait également une qualité de démarrage exceptionnelle en côte. Toutefois, ses faiblesses dans les descentes, séquelles d'une grave chute au début de sa carrière, l'empêchèrent à coup sûr de remporter certaines courses.

Il réside toujours à Tolède.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Lors de l'étape de Barcelone du Tour de France 2009, les organisateurs de l'épreuve lui rendirent hommage.

On fait allusion à lui dans le film Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain. Amélie trouve dans l'appartement qu'elle occupe une boîte de jouets que l'ancien propriétaire a oublié et qu'elle lui rend. À ce moment-là l'homme, qui est déjà d'âge moyen, se rappelle son enfance, au cours de laquelle il a suivi avec passion Bahamontes qui allait vers la victoire dans le Tour de France 1959.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

10 participations.

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

7 participations.

  • 1955 : 21e du classement général.
  • 1956 : 4e du classement général.
  • 1957 : 2e du classement général, Mountains.svg Vainqueur du classement de la montagne et vainqueur de la 3e étape.
  • 1958 : 6e du classement général et Mountains.svg Vainqueur du classement de la montagne.
  • 1959 : abandon et vainqueur de la 4e étape.
  • 1960 : abandon et vainqueur de la 13e étape.
  • 1965 : 10e du classement général.

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations.

  • 1956 : abandon.
  • 1958 : 17e du classement général et vainqueur de la 4e étape.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Paturle-Guillaume Rebière, Un Siècle de Cyclisme, Calmann Lévy,‎ 1997 (ISBN 2.7021.3514.5[à vérifier : ISBN invalide]), p. 199
  2. « Les coureurs en vue », sur www.ledicodutour.com (consulté le 17 juillet 2009)
  3. Lors de l'édition 1956 du Giro, deux trophées étaient mis en jeu : le Trofeo Appennini gagné par Federico Bahamontes, et le Trofeo Dolomiti remporté par Charly Gaul.
  4. Il y a deux éditions en 1965. Federico Bahamontes gagne la première et termine second lors de la deuxième édition.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :