Tour de France 1907

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de France 1907
Tour de France 1907
Carte de la course
Généralités
Édition 5e
Date 8 juillet - 4 août 1907
Étapes 14
Distance 4 488 km
Pays visité(s) Drapeau de la France France
Empire allemand Empire allemand
Drapeau de la Suisse Suisse
Lieu de départ Paris
Lieu d’arrivée Paris
Partants 93
Arrivants 33
Résultats
Vainqueur Drapeau : France Lucien Petit-Breton
28,470 km/h de moyenne
Chronologie
Précédent Tour de France 1906 Tour de France 1908 Suivant

La 5e édition du Tour de France s'est déroulée du 8 juillet au sur 14 étapes pour 4 488 km. Il s'agit du troisième Tour de France consécutif à utiliser un système de points (et non au temps) pour calculer le classement général. Le vainqueur du Tour de France 1906, René Pottier, s'étant suicidé, il n'est pas présent pour défendre son titre.

Durant les neuf premières étapes, Émile Georget domine la course, jusqu'à ce qu'il soit pénalisé pour avoir emprunté un vélo. C'est finalement Lucien Petit-Breton qui gagne l'épreuve. Il remporte au total deux étapes ainsi que le classement général. Cette année, le Tour de France, contrairement à son prédécesseur, n'a pas connu de sabotage, mais la tricherie présente dans les éditions précédentes s'est poursuivie.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

La course est de nouveau courue avec un système de points, le même utilisé qu'en 1906. On dénombre une étape de plus par rapport à l'édition précédente, et pour la première fois le Tour fait une incursion en Suisse. Le départ du Tour a lieu au Pont Bineau, l'arrivée finale se juge au Parc des Princes. À noter, la première ville-étape hors de l’Hexagone : Metz, en territoire allemand depuis 1871.

Tous les cyclistes engagés ne sont pas en lice pour la victoire, quelques-uns se sont inscrits en tant que "touristes". Le plus notable d'entre eux est Henri Pépin. Pépin a embauché deux coureurs, Jean Dargassies et Henri Gauban pour rouler avec lui. Ils considèrent la course comme une promenade pour le plaisir, ils s'arrêtent pour déjeuner quand ils décident et passent la nuit dans les meilleurs hôtels qu'ils peuvent trouver. Ceci fait de Dargassies et Gaubin les premiers équipiers de l'histoire du Tour de France.

Au début de la course, Louis Trousselier, François Faber et Émile Georget sont les grands prétendants à la victoire finale. Lors de la septième étape, Marcel Cadolle alors deuxième du général et qui fait à son tour partie des favoris, tombe brutalement et se blesse grièvement au genou.

Le 26 juillet, les commissaires de course sanctionnent Émile Georget de 44 points, alors qu'il est leader du classement général. Lucien Petit-Breton devient le nouveau leader de l’épreuve. Georget est sanctionné pour avoir changé de machine au cours de l'étape Toulouse-Bayonne, ce qui est strictement interdit par le règlement qui n’autorise pas d’assistance au coureur en course. L'équipe rivale « Alcyon » au grand complet menace de quitter le Tour si le coureur n'est pas disqualifié. Les organisateurs ne voulant pas éliminer complètement le favori Georget, ils décident finalement de lui octroyer la dernière place du classement. Georget passe alors de la quatrième à la 48e et dernière place du classement, soit 44 points de pénalité. Les coureurs de l'équipe Alcyon (y compris Louis Trousselier, deuxième du classement) n'étant pas satisfaits de cette sanction, quittent le Tour dès l'annonce de la pénalité.

La première place est donc transférée à Lucien Petit-Breton, "Lucien Mazan" de son vrai nom. Bien qu'il ait déjà terminé à la cinquième et à la quatrième place des éditions précédentes, il est encore relativement peu connu et il court sur machine poinçonnée, c'est-à-dire qu'il fait partie des coureurs sans sponsors ni équipes. Petit-Breton termine les cinq dernières étapes dans les trois premiers et n'est jamais vraiment inquiété par ses concurrents.

Résultats[modifier | modifier le code]

Les étapes[modifier | modifier le code]

Étape Date Villes étapes km Vainqueur d'étape Leader du classement général
1re étape 8 juillet ParisRoubaix 272 Drapeau : France Louis Trousselier Drapeau : France Louis Trousselier
2e étape 10 juillet RoubaixMetz 398 Drapeau : France Émile Georget[1]
Drapeau : France Louis Trousselier[1]
Drapeau : France Louis Trousselier
3e étape 12 juillet MetzBelfort 259 Drapeau : France Émile Georget Drapeau : France Émile Georget
4e étape 14 juillet BelfortLyon 309 Drapeau : France Marcel Cadolle Drapeau : France Émile Georget
5e étape 16 juillet LyonGrenoble 311 Drapeau : France Émile Georget Drapeau : France Émile Georget
6e étape 18 juillet GrenobleNice 345 Drapeau : France Georges Passerieu Drapeau : France Émile Georget
7e étape 20 juillet NiceNîmes 345 Drapeau : France Émile Georget Drapeau : France Émile Georget
8e étape 22 juillet NîmesToulouse 303 Drapeau : France Émile Georget Drapeau : France Émile Georget
9e étape 24 juillet ToulouseBayonne 299 Drapeau : France Lucien Petit-Breton Drapeau : France Émile Georget
10e étape 26 juillet BayonneBordeaux 269 Drapeau : France Gustave Garrigou Drapeau : France Lucien Petit-Breton
11e étape 28 juillet BordeauxNantes 391 Drapeau : France Lucien Petit-Breton Drapeau : France Lucien Petit-Breton
12e étape 30 juillet NantesBrest 321 Drapeau : France Gustave Garrigou Drapeau : France Lucien Petit-Breton
13e étape 1er août BrestCaen 415 Drapeau : France Émile Georget Drapeau : France Lucien Petit-Breton
14e étape 4 août CaenParis 251 Drapeau : France Georges Passerieu Drapeau : France Lucien Petit-Breton

Classement général[modifier | modifier le code]

Lucien Petit-Breton, de son vrai nom Lucien Mazan, vainqueur du Tour de France 1907.
Classement général final
Rang Coureur Sponsor Points
1 Drapeau : France Lucien Petit-Breton 47
2 Drapeau : France Gustave Garrigou Peugeot-Wolber 66
3 Drapeau : France Émile Georget Peugeot-Wolber 74
4 Drapeau : France Georges Passerieu Peugeot-Wolber 85
5 Drapeau : France François Beaugendre Peugeot-Wolber 123
6 Drapeau : Italie Eberardo Pavesi Otav 150
7 Drapeau : Luxembourg François Faber Labor-Dunlop 156
8 Drapeau : France Augustin Ringeval Labor-Dunlop 184
9 Drapeau : Belgique Aloïs Catteau 196
10 Drapeau : France Ferdinand Payan 227

Autres classements[modifier | modifier le code]

Lucien Petit-Breton remporte également le classement des « machines poinçonnées ».

L'Auto nomme Émile Georget meilleur grimpeur. Ce titre qui n'est pas officiel est le précurseur du Grand Prix de la montagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dans un premier temps, Georget est déclaré vainqueur, mais après enquête par l'organisateur du Tour Henri Desgrange, Trousselier est également déclaré vainqueur.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Coll., Tour de France, 100 ans, Paris, L'Équipe, 2003, tome 1, p. 54-59

Liens externes[modifier | modifier le code]