Quillan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Quillan (Pendragon)
Quillan
Place de la République.
Place de la République.
Blason de Quillan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Canton de Quillan (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Aude en Pyrénées
Maire
Mandat
Pierre Castel
2014-2020
Code postal 11500
Code commune 11304
Démographie
Gentilé Quillanais, Quillanaises
Population
municipale
3 249 hab. (2011)
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 34″ N 2° 10′ 57″ E / 42.8761111111, 2.1825 ()42° 52′ 34″ Nord 2° 10′ 57″ Est / 42.8761111111, 2.1825 ()  
Altitude 291 m (min. : 261 m) (max. : 1 122 m)
Superficie 20,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative d'Aude
City locator 14.svg
Quillan

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique d'Aude
City locator 14.svg
Quillan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quillan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quillan
Liens
Site web Site officiel
Quillan

Quillan (occitan : Quilhan) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Quillanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au pied des Pyrénées sur l'Aude.

Transports[modifier | modifier le code]

À l'entrée du défilé de Pierre-Lys, Quillan, située à un important carrefour routier, constitue un des meilleurs centres d'excursions pour toute la région peu fréquentée et très pittoresque des avant-monts pyrénéens.

Accès SNCF gare de Quillan sur la ligne Carcassonne - Rivesaltes. La gare de Quillan est le terminus de la liaison ferroviaire la reliant à Carcassonne, en passant par Limoux. Aujourd'hui, la ligne s'est modernisée et propose plus de rotations journalières avec la mise en service de tout nouveaux TER aux couleurs de la région Languedoc-Roussillon (rouge et jaune).

Des bus relient quotidiennement la ville à Limoux et Carcassonne mais également à Foix et Perpignan (bus à 1 € du conseil général des Pyrénées-Orientales).

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1790 et 1794 la commune de Laval a fusionné avec la commune de Quillan.

La ville fut une sous-préfecture lors de la création du département à la Révolution française.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Quillan (Aude).svg

Blasonnement de la commune : D'azur au besant d'or accompagné de trois quilles du même.

Blason ville fr Quillan-1696 (Aude).svg

Blasonnement de la commune tel que décrit en 1696 par Charles d'Hozier : D'azur écartelé d'or à un besant tourteau de l'un en l'autre[1].

Blason ville fr Quillan, Laval (Aude).svg

Blasonnement du hameau de Laval tel que décrit en 1696 par Charles d'Hozier : De sable tranché, cannelé d'or[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1910 1914 Paulin Nicoleau Radical Conseiller général du Canton de Quillan
    Jean Bonnail PRRRS Député, Conseiller général
1965 1995 Paul Mullot UDF  
1995 2014 Maurice Aragou PS Conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 249 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 244 1 568 1 541 1 440 1 472 2 008 2 152 1 921 1 996
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 013 1 978 2 556 2 539 2 481 2 424 2 463 2 411 2 626
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 511 2 728 2 725 2 832 3 464 3 707 3 510 3 483 3 668
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 424 4 847 4 968 4 459 3 818 3 542 3 445 3 249 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


La ville de Quillan est la plus importante des communes de la Haute-Vallée de l'Aude et la deuxième de l'arrondissement de Limoux. Son aire urbaine englobe notamment Espéraza, Couiza et Campagne-sur-Aude et compte près de 10 000 habitants.

Malgré la faible population de la commune, Quillan est l'une des plus importantes villes de l'Aude avec Carcassonne, Narbonne, Limoux et Castelnaudary.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville de Quillan tient de son activité manufacturière : chapellerie, industrie de la chaussure (cuir et toile) et des matières plastiques, fabriques de meubles.

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive Quillan Haute vallée a été championne de France de rugby à XV saison 1928-1929 et évolue en championnat de France de 3e division fédérale depuis la saison 2005/2006. En 2012, elle est repassée en 2e division.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pont Vieux
Château

Évènements[modifier | modifier le code]

La commune a accueilli[Quand ?] une partie du tournage du film de Bertrand Tavernier, La Passion Béatrice.

La commune accueille chaque année critérium cycliste international de Quillan qui fut le 1er critérium de France et qui accueillait les meilleurs champions de cyclisme. Carlos Sastre y est passé en 2008.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armorial général des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés (circonscription actuelle de l'Aude) / extrait de l'Armorial général (manuscrit), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, éd. de Carcassonne, 1876, page 15, (texte sur Gallica)
  2. Armorial général des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés (circonscription actuelle de l'Aude) / extrait de l'Armorial général (manuscrit), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, éd. de Carcassonne, 1876, page 12, (texte sur Gallica)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Meynier et Robert Baraybar, Quillan et son canton, A. Sutton, Joué-lès-Tours, 1999, 128 p. (ISBN 2-8425-3435-2)