Cadix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cadix (homonymie).
Cadix
Cádiz
Blason de Cadix
Héraldique
Drapeau de Cadix
Drapeau
Cadix : le centre historique et la cathédrale vus depuis la plage
Cadix : le centre historique
et la cathédrale vus depuis la plage
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Province Flag Cádiz Province.svg Province de Cadix
Comarque Bahía de Cádiz
District judic. Cádiz (Municipio)
Budget 219,4 millions
Maire
Mandat
Teófila Martínez (PP)
2011-2015
Code postal 21.001 à 21.007 et 21.070, 21.071, 21.080
Distance de Madrid 674 km
Démographie
Gentilé Gaditan/e
Population 124 892 hab. (2011)
Densité 10 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 32′ 00″ N 6° 17′ 00″ O / 36.533333, -6.28333336° 32′ 00″ Nord 6° 17′ 00″ Ouest / 36.533333, -6.283333  
Altitude 11 m
Superficie 1 230 ha = 12,30 km2
Bordée par l'Océan Atlantique
Divers
Saint patron Nuestra Señora del Rosario
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Andalousie

Voir sur la carte administrative d'Andalousie
City locator 14.svg
Cadix

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Cadix

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Cadix
Liens
Site web www.cadiz.es

Cadix (prononcé /ka.diks/; en espagnol : Cádiz) est la capitale de la province de Cadix appartenant à la Communauté autonome d'Andalousie, en Espagne, dans le sud-ouest extrême de l'Europe continentale. Elle est avec Jerez de la Frontera l'une des deux grandes villes de la baie de Cadix.

Avec 123 948 habitants, elle est la deuxième commune la plus peuplée de la province derrière Jerez (215 180 habitants). Son économie est principalement basée sur l' industrie et le commerce en raison de la présence des chantiers navals et des activités de la zone portuaire. Le tourisme est un l'autre principal secteur économique de Cadix, en raison de ses plages, de ses festivals locaux et de l'importance du patrimoine historique dont elle dispose.

Aujourd'hui, Cadix est connu pour sa longue et influente histoire. C'est l'une des plus anciennes villes d'Europe de l'Ouest avec des vestiges archéologiques remontant à plus de 3 100 ans.

Le gentilé est Gaditan.

Localisation[modifier | modifier le code]

Cadix se situe à environ 30 kilomètres au sud de l'embouchure du Guadalquivir. Cadix est bâtie sur un rocher relié au continent par une chaussée étroite et au bord d'une baie ouvrant sur l'océan Atlantique. En 2011, la ville comptait 124 892 habitants. Cadix est l'unique ville (importante) du golfe de Cadix dont la population diminue depuis quelques années en raison d'une forte émigration. Il y existe deux types de mouvements de populations : dans le premier la population quitte la région et dans le deuxième, la population quitte les villages du golfe pour aller à Cadix. Néanmoins, à Cadix, la population de moins de 20 ans n'est que de 20,58 %. C'est un port de pêche, de voyageurs et possédant des fortifications militaires. C'est de là que partent les navires vers les îles Canaries, l'Afrique et l'Amérique du Sud. Un pont de 3 400 mètres, construit en 1969, enjambe la baie.

Origine du toponyme[modifier | modifier le code]

Gádir en berbère et phénicien (𐤂𐤃𐤓 جِدَار JDR[1],), terme qui signifie littéralement « château » ou « forteresse », qui trouve son équivalent dans agadir, terme fréquent en Afrique du Nord, avec par exemple Agadir au Maroc. De nos jours, pour les berbères (en tachelhit), agadir signifie « grenier » ou « forteresse ».

Aujourd'hui le nom de la ville se dit : Gádeira en grec, Gades en latin, Qādis' (قادس') en arabe, Cádiz en espagnol.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Cadix.
Article détaillé : Gadès.
Plan de Cadix en 1888

Cadix est l'une des plus anciennes villes d'Europe, fondée sous le nom de Gadès en 1104 av. J.-C. par les Phéniciens, et ressemblait alors à Tyr. De 700 av. J.-C. à 600 av. J.-C. la ville était un riche marché où l'on trouvait de l'ambre et de l'étain. Les carthaginois s'emparèrent de la ville en 501 av. J.-C.. Elle se rallia aux Romains en 205 av. J.-C. durant la Deuxième Guerre punique, ce qui lui valut un traitement de faveur de la part de la République romaine. Jules César accorda à ses habitants la citoyenneté romaine en 49 av. J.-C. car ils avaient pris parti pour lui et chassé les pompéiens (Dion Cassius, 41,24).

La ville fut détruite par les Wisigoths au Ve siècle. En 711, elle fut prise par les Maures, qui la reconstruisirent. En 858, elle est pillée par le chef viking Hasting[2].

Puis Alphonse X, roi de Castille et de León, reprit la ville en 1262.

Après la traversée transatlantique de Christophe Colomb en 1492, les navires espagnols qui rapportaient les trésors des Amériques élurent Cadix comme port d'attache et la ville devint une des plus riches d'Europe. Quand les autres puissances maritimes d'Europe commencèrent à menacer la suprématie navale de l'Espagne, Cadix fit face à de nombreuses batailles. Une flotte anglaise dirigée par sir Francis Drake attaqua le port en 1587 en détruisant de nombreux vaisseaux et en 1596, la ville fut pillée par des navires anglais sous les ordres de Robert Devereux, 2e comte d'Essex. Au cours du siècle suivant, Cadix fut attaquée par les Anglais à trois reprises.

La ville compte aux XVIIe et XVIIIe siècles une importante communauté française. En 1762, les bénéfices commerciaux nets des Français, calculés par le Catastro pour servir de base à la Unica contribucion, correspondent pour Cádiz à 472 200 pesos ou piastres, soit 1 888 800 livres et 42,45 % de l'ensemble des bénéfices. Ces chiffres sous-estiment la part des Français, car ces commerçants français établis à Cadix et Séville travaillent pour les négociants étrangers, spécialement anglais.

L'un de ces Français, Armand Joseph Dubernad est négociant à Séville et Morlaix mais également commissaire et actionnaire de la banque de Saint-Charles créée par son cousin François Cabarrus, ministre du roi d'Espagne. Il finance le canal de Murcie ainsi que les guerres menées par le roi d'Espagne. Malgré la protection de Floridablanca, de François Cabarrus et des ambassadeurs et consuls, il est persécuté par l'Inquisition.

Le 1er novembre 1755, Cadix est atteint de plein fouet par le tremblement de terre de Lisbonne, qui détruisit un tiers de la ville, précipitant de nombreuses habitations à la mer et démantelant les structures portuaires marchandes et militaires. De ce fait, l'économie maritime hispanique se retrouve grandement affectée et les échanges commerciaux avec les Amériques passeront dorénavant par les ports français, anglais, ou hollandais. Ce sera le début de la fin de l'Espagne comme gendarme catholique du monde, comme puissance maritime et économique, et ce tremblement de terre bouleversera l'ordre économique et religieux de l'Europe.

Du fait de la Révolution française, des guerres et du blocus, ces Français vont devoir retourner en France. Cadix est bloquée par la flotte britannique pendant presque quinze mois entre 1797 et 1798.

Francisco de Zurbarán, Bombardement de Cadix, 1634, musée du Prado

Pendant les guerres napoléoniennes, Cadix fut assiégée par la flotte française de février 1810 à août 1812. Elle donna son nom à la première constitution espagnole, la Constitution de Cadix, surnommée "la Pepa" en l'honneur de Joseph Napoléon (Pépé est le diminutif de José, Joseph en Espagnol) en 1812. Quand l'Espagne perdit ses colonies en Amérique, au XIXe siècle, la richesse de la ville commença à décliner.

Le 31 août 1823, le fort du Trocadéro qui défendait le port fut enlevé à marée basse par le corps expéditionnaire français commandé par le Duc d'Angoulême, envoyé par son oncle Louis XVIII pour rétablir le roi Ferdinand VII sur son trône. L'ancien palais du Trocadéro à Paris fut construit pour commémorer ce fait d'armes.

Pendant la guerre d'Espagne, Cadix fut une base des forces nationalistes du général Franco.

Climat[modifier | modifier le code]

Grâce à la situation géographique de la ville,le climat de Cadix est considéré comme un climat méditerranéen même s'il est pondéré par la présence de l'Océan Atlantique.

La température annuelle moyenne, calculée sur une période de 27 ans (1961-1988) est de 18,1 ° C. Le mois le plus chaud est le mois d'août avec 27,7 ° C alors que la température minimale moyenne du mois le plus froid (Janvier) s'établit à 9,9 ° C.

En 2007, Cádix était la quatrième ville la plus ensoleillée d'Espagne, avec 3016 heures d'ensoleillement (selon les données disponibles à l' Institut national de la statistique).

Administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des alcades de Cadix.

Économie[modifier | modifier le code]

Cadix est une ville portuaire réputée tant pour la pêche que son chantier naval. L'université de Cadix est ainsi spécialisée dans les sciences de la mer et la construction navale. Aujourd'hui, Cadix et sa baie constituent un important pôle touristique.

Fêtes locales importantes[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Cadix

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les atouts touristiques les plus importants de Cadix sont sa plage (qui s'étend sur plusieurs kilomètres), son histoire et ses fêtes.

Monuments[modifier | modifier le code]

Cathédrale
Remparts

Sport[modifier | modifier le code]

Arrivées du Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Personnes célèbres nées à Cadix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Online Phoenician Dictionary. Consulté le 26 janvier 2013.
  2. Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire »,‎ 1995, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 303 p. (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, notice BnF no FRBNF35804152), p. 57-58.
  3. a, b et c Relación de ciudades hermanadas con Latinoamérica. Consulté le 17 août 2007.
  4. Redacción Cádiz, « Hermanamiento de Cádiz y Cartagena de Indias », Diario de Cádiz (consulté le 10 décembre 2012).
  5. a et b Redacción Cádiz, « México DF, otro hermano para Cádiz », Diario Bahía de Cádiz (consulté le 10 décembre 2012) : « Cádiz ha sumado en los últimos años diversos hermanamientos en el continente sudamericano: con Veracruz (México); Montevideo (Uruguay); San Pedro de Cholula y Puebla (México); Cartagena de Indias (Colombia); La Dorada (Colombia); y con Bogotá, Guaduas, Honda, Mariquita y Ambalema, ciudades todas colombianas integrantes de la Ruta Mutis, en homenaje al bicentenario del fallecimiento del botánico gaditano. »
  6. Redacción Cádiz, « Cádiz y Santa Fe de Antioquía sellan su colaboración para 2012 », La Voz (consulté le 11 avril 2009).
  7. Redacción Cádiz, « Cádiz sella su hermanamiento con ciudades de la Ruta Mutis en Colombia », La Voz (consulté le 6 janvier 2009).
  8. B. Atienza, « Cádiz y Ceuta unen los dos lados del Estrecho con un hermanamiento basado en su historia común », La Voz de Cádiz (consulté le 20 novembre 2007).
  9. Página del Bicentenario. Documento del hermanamiento.
  10. Mabel Caballero, « Cádiz se une con lazos de sangre a Montevideo en una emotiva ceremonia », La Voz de Cádiz (consulté le 20 novembre 2007).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]