Gérard Saint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint.
Gérard Saint
Importez l’image de cette personne
Informations
Nom Gérard Saint
Surnom Gérard-les-longues-jambes[1]
L'interminable normand[1]
Date de naissance 11 juillet 1935
Date de décès 16 mars 1960 (à 24 ans)
Pays Drapeau de la France France
Spécialité Contre-la-montre
Rouleur
Équipes amateurs
1952
1952-1955
VS trunois
VC argentanais
Équipes professionnelles
1956
1956-1958
1959
Arliguie-Hutchinson
Saint-Raphael-Geminiani
Rapha-Geminiani-Dunlop
Principales victoires
1 classement annexe de grand tour
Jersey red number.svg Prix de la combativité du Tour de France 1959

Gérard Saint, né le 11 juillet 1935 à Argentan (Orne) et mort le 16 mars 1960 à l'âge de 24 ans à proximité de l'hôpital du Mans (Sarthe) où il avait été transporté à la suite d'un accident de la route, est un coureur cycliste professionnel français. De grande taille (1,92 m), il était excellent rouleur et spécialiste du contre-la-montre. Son comportement sur des courses à étapes et notamment le Tour de France 1959, dont il est la révélation, a dévoilé de belles dispositions de grimpeur. Fauché en pleine ascension, il incarnait la figure du coureur cycliste cherchant à s'extraire de son milieu pauvre et de sa condition prolétaire par le biais de son sport — il était à ses débuts ouvrier agricole — et donc d'une condition modeste à l'instar du héros de 325 000 francs de Roger Vailland.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et jeunes années[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu modeste, Gérard Saint grandit au Renouard dans le pays d'Auge[2]. Il est le fils de Juliette Alphonsine Liard, domestique, âgée de 32 ans à sa naissance[2]. Son nom de naissance est d'ailleurs Gérard Serge Léon Liard et il ne prendra le nom de famille de « Saint » qu'après légitimation en 1948 par Émile Henry Saint[2]. Il a un frère Jacques, un peu plus jeune que lui[2], qui aura une grande importance dans son existence et dans sa carrière (il était un partenaire d'entraînement régulier). Il quitte l'école vers quatorze ans, titulaire du certificat d'études primaires. Il est d'abord ouvrier agricole puis employé en menuiserie-charpente chez Roger Micard[3]. Coureur en première catégorie puis indépendant entre 1952 et 1956, il exerce régulièrement l'activité de bûcheron pendant les trêves hivernales.

Ses débuts cyclistes, 1952 à 1954[modifier | modifier le code]

Gérard Saint signe sa première licence amateur au VS trunois le 13 février 1952[4] à l'âge de seize ans et demi. Il ne reste que peu de temps dans ce club et signe dès le 29 octobre 1952 au VC argentanais, club de sa ville natale, suite à un comportement offensif remarqué par Henri Huet[Note 1] sur une course de fin de saison[5]. Dans ce club, il passe au cours de la saison 1953 — durant laquelle il remporte sept victoires[5] — de la quatrième catégorie à la première catégorie[Note 2]. Le 28 mars 1954, il remporte son premier succès dans cette catégorie lors du Grand Prix du Cycle de Caen qui lui offre un début de notoriété régionale, notamment dans le journal Paris Normandie[6]. Suite à cette victoire Henri Huet inscrit Gérard Saint au challenge saisonnier du « Maillot des Jeunes » du Maillot des As organisé justement par Paris Normandie[6],[Note 3]. Le 8 août, il remporte haut la main la course finale (en contre-la-montre) du challenge ce qui lui permet de remporter le « Maillot des Jeunes »[7]. Ce résultat fait particulièrement sensation car le parcours est l'exact tracé de l'édition 1951 remporté par Jacques Anquetil en h 7 min 13 s[7] ; or Gérard Saint établit un nouveau record en h 3 min 41 s[7] ce qui fait écrire à Paris Normandie : « Saint est obligatoirement de la même trempe que son aîné. Souhaitons-lui de suivre sa trace »[8],[Note 4]. Dans la foulée, il termine second du Grand Prix de France (derrière Gilbert Ruel) qui constituait le championnat de France amateur officieux de contre-la-montre et dont les deux précédents vainqueurs étaient Anquetil et Albert Bouvet[8].

1955, année de transition vers le professionnalisme[modifier | modifier le code]

Photographie noir et blanc d'un cycliste.
Raphaël Géminiani, ici en 1954.

Gérard Saint n'est d'abord pas retenu par le comité de Normandie pour être membre de l'équipe de la région pour la Route de France[8] ; il y participe finalement en remplacement d'un titulaire blessé[9]. Il y brille tout le long de l'épreuve et termine second au général. Surtout il remporte après une échappée en solitaire la seconde étape entre Langeac et Rodez[9] ; il remporte également la huitième étape, un contre-la-montre de 45 km autour de Sarlat[9]. Enfin, il se comporte très bien dans la haute-montagne qu'il découvre lors de la montée du Tourmalet par exemple[10] ; il termine d'ailleurs meilleur grimpeur de la compétition[11]. Le 13 juin, Robert Chapatte titre son article dans Miroir Sprint ainsi : « Gérard Saint, vedette de la Route de France... espoir de demain »[10].

Cette même année, Fausto Coppi présent à Caen pour un contrat sur piste, envisage un moment de le recruter[12]. Mais c'est le Tour de la Manche qui va véritablement lui permettre de devenir professionnel[12] : en effet, l'épreuve réunit amateurs, professionnels et indépendants ce qui justifie la présence le 3 juillet 1955 de Raymond Louviot, directeur sportif de Saint-Raphael-Geminiani[13]. Il remarque alors Gérard Saint et rapidement se renseigne sur ce coureur qu'il ne connaît pas[13]. Le 13 octobre, Gérard Saint remporte le Grand Prix de France, ce qui achève de convaincre Raymond Louviot et Raphaël Géminiani de lui proposer un contrat professionnel pour la saison 1956[11].

1956, débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Furtivement indépendant sous contrat avec Arliguie-Hutchinson, Gérard Saint intègre effectivement Saint-Raphael-Geminiani après versement d'une compensation[14]. Rapidement, Paul Ruinart du Vélo Club de Levallois (VCL) l'incite à s'essayer sur piste ce que Gérard Saint accomplit avec succès en remportant la finale du brassard (poursuite) au vélodrome d'Hiver en battant le multi-champion du monde de la discipline Guido Messina[15],[16]. En mars, il termine second du Critérium de L'Écho d'Alger derrière Jean Stablinski[15].

Sur le Tour de l'Ouest, ses débuts sont assez compliqués à tel point qu'il se retrouve un moment dernier du classement général[15]. Il redresse toutefois la barre en remportant en solitaire sa première victoire professionnelle lors de la septième étape Saint-Brieuc-Brest après une échappée solitaire de 30 km[15].

La fin de l'été consacré au contre-la-montre est plutôt brillant : le 26 août il est second sur Manche-Océan derrière Joseph Morvan[17]. Le 23 septembre, il termine sixième du Grand Prix des Nations malgré une chute au 38e kilomètre due à un chien errant et alors que la seconde place derrière l'intouchable Anquetil lui semblait promise[17].

1957 et 1958, confirmation d'un talent[modifier | modifier le code]

Le 5 mai 1957, Gérard Saint fait partie des vingt-sept « rescapés » du Liège-Bastogne-Liège 1957[18],[19] disputés sous la neige en mai où il termine quinzième. En mai encore, il remporte le classement général du Tour de Luxembourg ainsi que la 3e étape[19] de l'épreuve, en battant Charly Gaul sur ses terres. C'est sa première victoire professionnelle sur une course à étapes. En juin, il remporte sa seconde course à étapes avec le Tour de l'Ariège (sur lequel il remporte deux étapes)[20]. La suite de sa saison est gâchée par les conséquences de sa chute sur le Critérium du Dauphiné libéré[20]. Sur un plan personnel, il se marie en septembre avec Nicole Mercier[20].

Son début de saison 1958 est correct notamment grâce à sa troisième place sur Paris-Camembert obtenue en travaillant à la victoire de son coéquipier Nicolas Barone[20]. Mais dès le mois de mai, il chute à nouveau sur le Tour du Sud-Est et se fracture le poignet[20]. Il ne revient qu'en août et remporte plusieurs critériums et surtout brille sur plusieurs épreuves contre-la-montre : second du Grand Prix des Nations, second du Grand Prix de Lugano, second de Manche-Océan et troisième du Trophée Baracchi avec Roger Rivière[21]. Sur un plan personnel, sa fille Fabienne naît en juin 1958[22].

1959, saison pleine[modifier | modifier le code]

Portrait photographique noir et blanc d'un cycliste.
Paul Le Drogo son directeur sportif lors du Tour de France 1959. Ici coureur cycliste en 1926.

La saison de Gérard Saint débute par une victoire au Grand Prix Sigrand à Nice[23] alors qu'il était sur la Côte d'Azur pour sa préparation d'avant-saison. En 1959, l'épreuve de Paris-Nice se déroule jusqu'en Italie et s'appelle pour l'occasion Paris-Nice-Rome, réorganisation qui induit trois vainqueurs finals au lieu d'un seul : celui de Paris-Nice, celui de Nice-Rome et celui de l'épreuve dans sa globalité. Gérard Saint détient le maillot blanc de leader pendant deux étapes avant que Jean Graczyk ne parvienne à lui prendre la première place à l'arrivée à Nice[24]. Dès le départ vers Rome, il se repositionne au classement général en remportant la septième étape entre Nice et Vintimille[24]. À Rome, il est vainqueur de la seconde partie Nice-Rome et second de Paris-Nice-Rome, à seulement 15 s du vainqueur[24]. Entre Paris-Nice-Rome et le Tour de France, il remporte la seconde étape du Tour de Luxembourg (contre-la-montre) et se place quatrième de Paris-Camembert[25].

En vue du Tour du France, sa sélection en équipe de France est envisagée avant que son intégration dans l'équipe Ouest Sud-Ouest de Paul Le Drogo ne soit entérinée[25]. L'étape-clé de son Tour est la treizième étape entre Albi et Aurillac durant laquelle il crève deux fois et pêche par maladresse pour organiser son retour sur le peloton ; il finit à plus de 32 min à Aurillac[26]. Considéré comme un challenger potentiel au départ de Mulhouse, un tel retard à sans doute contribué à lui octroyer des « bons de sortie » par la suite jusqu'à Paris. Ainsi outre la seconde place obtenue à Saint-Gaudens derrière André Darrigade, il termine second à Clermont-Ferrand dès le lendemain de sa déconvenue puis est troisième à Aoste et second à nouveau à Annecy derrière Rolf Graf. Il grappille peu à peu du temps et réintègre les dix premières places du général à la faveur du contre-la-montre de la vingt-et-unième étape arrivant à Dijon où il prend la troisième place derrière Roger Rivière et Jacques Anquetil[27]. À Paris, il est finalement neuvième à 17 min 40 s de Federico Bahamontes, second du classement par points, troisième du classement de la montagne et surtout lauréat du prix de la combativité[24]. L'excellent bilan de l'équipe Ouest Sud-Ouest est enfin complété par la cinquième place au général de François Mahé.

Après le Tour, il remporte le Critérium de Château-Chinon (le 3 août) puis le Bol d'or des Monédières[28]. Ses bonnes prestations sur le Tour lui ouvrent les portes de l'équipe de France et il participe donc à l'épreuve sur route des championnats du monde qu'il termine 40e dans le peloton à 22 s du vainqueur et coéquipier André Darrigade[29].

Sa fin de saison est consacrée au contre-la-montre : il remporte enfin Manche-Océan, fait cinquième au Grand Prix des Nations et termine dixième du Trophée Baracchi couru avec Pierre Everaert[29]. À la fin de la saison, il est cinquième du Super Prestige Pernod[29] ; il ne courra quasiment plus excepté sur le critérium d'Oran couru en 1960[29] sur lequel il termine quatorzième.

Son bilan de la saison 1959 est donc très bon, Léon Zitrone présumant même, dans sa rétrospective cycliste de l'année écoulée, qu'il aurait pu gagner son premier Tour de France :

« Et si le jeune Gérard Saint n'avait pas commis, au ravitaillement de Rodez, une faute d'inattention, peut-être aurait-il ramené le maillot jaune à Paris[30] »

Circonstances du décès et premières réactions[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur d'une église.
L'église Saint-Germain où furent célébrées ses obsèques.

Début 1960 Gérard Saint est appelé du contingent ; le soir de son accident mortel, il rentre d'une permission passée en famille à Argentan pour rejoindre la 153e compagnie d'instruction du train à Auvours[31] où il est soldat. À l'entrée du Mans, au volant de son ID19, en tentant d'éviter un motocycliste, il s'écrase sur des arbres de bordure[31],[32],[33].

D'abord réformé en 1955 pour cause de présence d'albuminurie due à une néphrite contractée durant ses jeunes années, il avait été tardivement incorporé[34],[Note 5]. En 1958, son statut militaire de réformé est confirmé pour la même raison[22]. Son incorporation avait finalement été décidée suite à des examens effectués au Val-de-Grâce en avril 1959[35]. Mais c'est la raison de ce nouvel examen par l'armée qui va interroger, surtout après les révélations de France Dimanche dans son édition du 27 mars 1960, onze jours après sa mort[35] : en effet, le journal révèle qu'une pétition de quarante-sept habitants d'Argentan était parvenue au ministère. Son contenu s'offusquait de la non-présence sous les drapeaux d'un athlète de haut-niveau en pleine Guerre d'Algérie[35].

Le retentissement de son décès est national : L'Équipe titre « Le cyclisme pleure Gérard Saint »[36]. L'article de Jean Leulliot dans L'Aurore prend une place importante dans le quotidien[36]. Enfin la RTF diffuse une émission spéciale dès le 17 mars après-midi[36].

Ses obsèques sont célébrées dans l'église Saint-Germain par le chanoine Courtin le 19 mars 1960[37] en présence de nombreuses personnalités du cyclisme.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Gérard Saint se marie le 25 septembre 1957 avec Nicole Mercier, belle-fille d'Henri Huet[20]. Sa fille Fabienne naît le 11 juin 1958 ; les jumeaux Véronique et Stéphane suivront le 16 février 1960[38], exactement un mois avant son accident mortel.

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

Il y a une avenue Gérard-Saint[39] à Nantes (osm) ainsi qu'un stade Gérard-Saint[39] à Argentan (osm). À l'entrée du stade, une stèle est inaugurée le 13 juillet 1991 à l'occasion du passage du Tour de France à Argentan[40].

Dès 1960, le critérium d'Argentan est baptisé « critérium Gérard-Saint »[39]. Il existe toujours en 2014, même si son importance sportive est moindre[41]. Le final de la course Paris-Camembert à partir de 2014 est baptisé « boucle Gérard-Saint »[42], après accord de son frère Jacques Saint. Cette boucle est située à Renouard où Gérard Saint a vécu enfant.

En 1960, l'union des journalistes de sport en France, à l'initiative de Félix Lévitan édite une plaquette Hommage à Gérard Saint vendue sur les courses au profit de sa famille[43],[38].

De février à mars 2010, la médiathèque François-Mitterrand d'Argentan (osm) a accueilli une importante exposition consacrée à Gérard Saint[44].

Style de coureur[modifier | modifier le code]

Le style de pédalage de Gérard Saint semble directement hérité de sa stature longiligne[1] (1,92 m pour 75 kg) : en effet, très puissant musculairement, il était connu pour n'avancer que par le seul mouvement des jambes et pour cela il adoptait une position très en avant avec le dos presque à plat[45]. Jean Bobet a d'ailleurs écrit au sujet de sa technique :

« Il est le seul coureur qui ne s'autorise que le seul mouvement des jambes pour avancer. Quand il roule à fond, un verre d'eau posé sur son dos ne laisserait pas échapper une goutte[46] »

Ses qualités ont immédiatement éclaté sur le contre-la-montre ou en tant que rouleur et baroudeur. Mais en plus et à l'instar d'un grand gabarit comme Hugo Koblet, ses premières expériences en haute-montagne ont été plutôt concluantes et il s'est avéré excellent grimpeur mais également très bon descendeur comme remarqué dès 1955 par Robert Chapatte[47].

Le contre-la-montre mis à part, la plupart de ses victoires furent remportées suite à des attaques souvent menées en solitaire[48]. Une de ses qualités est d'ailleurs la capacité à renouveler les attaques sur les courses à étapes, comme sur le Tour de France 1959 sur lequel on le voit à l'offensive et aux avant-postes sur les étapes 1, 2, 10, 14, 16, 17 et 18 soient sept des dix-neuf étapes en ligne[48] (d'ailleurs cette abnégation dans l'attaque participa probablement à sa victoire dans le prix de la combativité).

Figure sociale[modifier | modifier le code]

Possiblement malgré lui, il incarnait aux yeux des observateurs, l'exemple même du cycliste des années 1950 cherchant à s'extraire de sa condition de « prolétaire rural ». Ainsi André Chassaignon rappelle que Gérard Saint est ce « garçon étonnamment intelligent, fils d'ouvriers agricoles, promis à un métier dur et peu rémunérateur n'ayant que son certificat d'études »[49] alors que Robert Chapatte analyse que « socialement grandi, il veut en premier chef tirer de la fortune le moyen de son évolution d'homme[49] ». Enfin, Jacky Desquesnes auteur de sa biographie parue en 2010, évoque le héros cycliste et prolétaire de Roger Vailland de 325 000 francs pour éclairer le destin de Gérard Saint[50].

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Amateur[modifier | modifier le code]

Professionnel[modifier | modifier le code]

Classements saisonniers[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Résultats sur les classiques[modifier | modifier le code]

Ce tableau représente les résultats de Gérard Saint sur les classiques et grandes courses auxquelles il a participé au moins une fois.

Année Grand Prix des Nations Critérium national Liège-Bastogne-Liège Paris-Roubaix Tour de Lombardie Paris-Tours Championnats du monde
1956 6e Ab. - - - - -
1957 9e 42e 15e - - - -
1958 2e 35e - 25e 59e 88e -
1959 5e Ab. - - 21e 47e 40e

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

  • 1956
  • 1957
    • 2e du championnat de France d'hiver de poursuite

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacky Desquesnes (préf. Jean Bobet, post. Michel Onfray), Gérard Saint ou l'espoir anéanti : gloire et mort d'un champion populaire, De l'Ornal,‎ janvier 2010, 185 p. (ISBN 978-2953181272) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ouvrage collectif, Hommage à Gérard Saint, UJSF, 1960.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Henri Huet était le président du VC argentanais en 1952.
  2. La première catégorie représente le haut-niveau régional.
  3. Le Maillot des As avait alors acquis une certaine notoriété dans la mesure où Jacques Anquetil l'avait remporté en 1953 après un premier succès en 1951 dans sa déclinaison du « Maillot des Jeunes ».
  4. Une révélation ultérieure de Jacques Anquetil relativise un peu l'exploit de Gérard Saint : lors de l'édition 1951, parti min derrière son mentor Maurice Dieulois qu'il estimait beaucoup, il n'avait pas souhaité le dépasser sèchement lorsqu'il était revenu à sa hauteur. Ceci explique probablement le grand écart entre les deux temps considérés, à trois ans d'écart.
  5. La présence d'albuminurie était un motif très fréquent de réforme dans les années 1950.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Desquesnes 2010, p. 87.
  2. a, b, c et d Desquesnes 2010, p. 48.
  3. Desquesnes 2010, p. 53.
  4. Desquesnes 2010, p. 18.
  5. a et b Desquesnes 2010, p. 19.
  6. a et b Desquesnes 2010, p. 20.
  7. a, b et c Desquesnes 2010, p. 22.
  8. a, b et c Desquesnes 2010, p. 23.
  9. a, b et c Desquesnes 2010, p. 24.
  10. a et b Desquesnes 2010, p. 25.
  11. a et b Desquesnes 2010, p. 28.
  12. a et b Desquesnes 2010, p. 26.
  13. a et b Desquesnes 2010, p. 27.
  14. Desquesnes 2010, p. 29.
  15. a, b, c et d Desquesnes 2010, p. 30.
  16. « Première nuit calme aux Six-Jours cyclistes de Paris », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 3 mars 1956 : « Auparavant le public avait applaudi longuement la victoire de Gérard Saint sur le champion du monde de poursuite, l'Italien Guido Messina ».
  17. a et b Desquesnes 2010, p. 31.
  18. « Liège-Bastogne-Liège 1957 », sur les-sports.info.
  19. a et b Desquesnes 2010, p. 32.
  20. a, b, c, d, e et f Desquesnes 2010, p. 33.
  21. Desquesnes 2010, p. 34.
  22. a et b Desquesnes 2010, p. 178.
  23. a et b Desquesnes 2010, p. 35.
  24. a, b, c et d Desquesnes 2010, p. 36.
  25. a et b Desquesnes 2010, p. 37.
  26. Desquesnes 2010, p. 38.
  27. Desquesnes 2010, p. 39-40.
  28. Desquesnes 2010, p. 41.
  29. a, b, c et d Desquesnes 2010, p. 42.
  30. Léon Zitrone, « Une année de cyclisme », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 7 janvier 1960.
  31. a et b Desquesnes 2010, p. 123-124.
  32. « Gérard Saint se tue dans un accident de voiture » [vidéo], sur ina.fr,‎ 16 mars 1960.
  33. « Le coureur cycliste Gérard Saint se tue dans un accident de voiture », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 17 mars 1960.
  34. Desquesnes 2010, p. 125-126.
  35. a, b et c Desquesnes 2010, p. 134.
  36. a, b et c Desquesnes 2010, p. 128.
  37. Desquesnes 2010, p. 127.
  38. a et b « La vie de Gérard Saint, de A à Z », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 4 mars 2010.
  39. a, b et c Desquesnes 2010, p. 157.
  40. Desquesnes 2010, p. 158.
  41. « Le Critérium Gérard-Saint revient en ville ce dimanche », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 24 août 2014.
  42. « Paris-Camembert : le final rendra hommage à Gérard Saint », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 12 juin 2013.
  43. Desquesnes 2010, p. 149.
  44. « Exposition Gérard Saint », sur mediatheque-argentan.com,‎ 2010.
  45. Desquesnes 2010, p. 92-93.
  46. Desquesnes 2010, p. 95.
  47. Desquesnes 2010, p. 112.
  48. a et b Desquesnes 2010, p. 108.
  49. a et b Desquesnes 2010, p. 117.
  50. Desquesnes 2010, p. 45.
  51. « Cyclisme », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 12 mars 1959.
  52. « D'un sport à l'autre », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 2 avril 1959.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 6 octobre 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.