Gaillard (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaillard.
Gaillard
Image illustrative de l'article Gaillard (Haute-Savoie)
Blason de Gaillard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois
Canton Canton d'Annemasse-Sud
Intercommunalité Annemasse - Les Voirons Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Paul Bosland
2014-2020
Code postal 74240
Code commune 74133
Démographie
Gentilé Gaillardins, Gaillardines
Population
municipale
11 290 hab. (2011)
Densité 2 808 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 09″ N 6° 12′ 30″ E / 46.1858333333, 6.2083333333346° 11′ 09″ Nord 6° 12′ 30″ Est / 46.1858333333, 6.20833333333  
Altitude Min. 392 m – Max. 425 m
Superficie 4,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Gaillard

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Gaillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gaillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gaillard
Liens
Site web Gaillard.fr

Gaillard est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Gaillardins et les Gaillardines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Gaillard appartient à l'agglomération d'Annemasse.
Entourée par les communes de Étrembières, Monnetier-Mornex et Ambilly, Gaillard est située à 2 km au sud-ouest d'Annemasse.

La commune s'étend sur 4 km2 avec une densité de 2 772,1 habitants par km2.

La commune est située à la frontière suisse, à 3 km de Genève. La moitié de la population active de la commune est composée de travailleurs transfrontaliers.

La commune est traversée par l'Arve, ainsi que par un cours d'eau moins important : le Foron.

Le parc naturel régional du Haut-Jura se trouve à environ 11 km au nord, dans le département de l'Ain.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard en raison de la présence du massif alpin.

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 3 j/an 31 j/an 7 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Gaillard 1 785 h/an 674 mm/an 26 j/an 16 j/an 4 j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Voici un aperçu dans le tableau ci-dessous pour l'année 2007 :

Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales) °C ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Précipitations (hauteur moyenne en mm) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Source : Météo France et Météociel[1]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'« Autoroute Blanche » (A40), elle ne possède pas de gare ferroviaire, la gare la plus proche est celle d'Annemasse, desservie par des TER Rhône-Alpes et des TGV de et vers Paris via Bellegarde-sur-Valserine. La gare de Genève-Cornavin est également reliée par TGV Lyria à Paris, mais elle impose depuis Gaillard de traverser la frontière.

L'aéroport de Genève Cointrin[modifier | modifier le code]

L'aéroport international desservi par de nombreuses compagnies d'aviation, dont Easyjet est accessible en une quinzaine de minutes. Il impose également un passage de frontière.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les bus font partie des TAC (Transports annemassiens collectifs) qui est le réseau de transports publics desservant l'agglomération d'Annemasse.

Les horaires ainsi que les lignes ont été redéfinis (presque conjointement) avec les TPG pour faciliter le transit des travailleurs frontaliers et la ligne N20 du réseau Noctambus se poursuit côté Annemassien jusqu'à l'arrêt Prés des Plans les vendredis et samedis soirs.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Une zone urbaine, sur le plateau, qui regroupe aujourd’hui près de 12000 habitants rassemblant plus de 100 nationalités. Gaillard est composé principalement du quartier de Sigem-Fossard classée zone urbaine sensible (ZUS) par l'Insee.

Vu du ciel, il n'y a pas de différence entre Gaillard, Ambilly, Annemasse et même la ville de Thonex en Suisse.

Sigem-Fossard[modifier | modifier le code]

Le quartier Sigem-Fossard est située près de la douane de Fossard et est composée de nombreuses nationalités différentes. Sigem-Fossard est classée zone urbaine sensible (ZUS) par l'Insee.

Cabinet Médical[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs cabinet médicaux, soit des médecins seul ou des alliances de médecins généralistes qui pratiquent sur Gaillard.

Hopital Public[modifier | modifier le code]

Hôpital privé[modifier | modifier le code]

  • La clinique du centre-ville a déménagé au Brouaz.

Hopital Cantonal[modifier | modifier le code]

Les Frontaliers travaillant en Suisse et selon leurs assurances, peuvent se faire soigner à l’hôpital cantonal de Genève.

Pharmacie[modifier | modifier le code]

Gaillard possède plusieurs pharmacies réparties sur la commune. Les gardes sont partagées avec les officines de l'agglomération.

La ville de Thônex (Suisse) propose aussi des pharmacies, avec les lois suisses.

Gaillard, ville frontalière[modifier | modifier le code]

Gaillard est à la limite de la France avec la Suisse. Il existe plusieurs passages de frontière depuis Gaillard vers la Suisse (ville de Thônex du canton Genevois, souvent confondue avec Chene bourg qui suit la ville de Thonex sur la route de Geneve).

Le Principal passage est celui de l'autoroute: douane de Vallard[modifier | modifier le code]

La douane de Vallard, grande douane ouverte 24/24. L'autoroute (Blanche) vient de la Vallée de l'Arve (Chamonix) ou de Lyon en passant par La Roche-sur-Foron. De nombreux frontaliers qui habitent dans la vallée utilisent cette douane pour se rendre en Suisse.

Pas besoin de vignette suisse en passant par cette douane, car elle ne donne pas sur une autoroute Suisse, mais sur la route de Malagnou qui arrive proche du pont du Mont Blanc au centre de Genève.

À ne pas confondre avec la grande douane de Bardonnex qui elle est proche de Saint-Julien-en-Genevois.

la douane de Moillesulaz[modifier | modifier le code]

Le second passage depuis Gaillard vers la Suisse est la douane de Moillesullaz. C'est une douane urbaine, qui tire son nom de « mouille soulier » en vieux patois haut savoyard, car à l'époque[Quand ?] il n'y avait pas de pont et il fallait traverser à pied le Foron qui sépare la France de la Suisse.

La douane de Moillesullaz est le terminus du tram genevois du côté Suisse. De nombreux habitants de Gaillard et Annemasse passent par cette douane pour prendre les Transports publics Genevois (TPG) pour aller travailler à Genève.

Du côté suisse, la douane s'écrit Moillesulaz et se prononce pareil que Moillesullaz.

Du côté français, le quartier de la douane de Moellesullaz s'appelle les Portes de France.

La douane de Fossard[modifier | modifier le code]

La douane de Frossard donne sur les abords de la ville de Thonex. Le passage des valeurs marchandes n'y est pas autorisé.

Avec les accords de Schengen auxquels la Suisse a adhéré, les vérifications sont devenues modestes, mais il y a toujours les douaniers qui vérifient le passage.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au temps de la Sapaudia: Chastel Gaillard

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Gaillard

Les armes de Gaillard se blasonnent ainsi :

« D’Or à la Bande partie d'azur et de gueules »

- GUEULES est le rouge héraldique et traduit la force - OR signifie richesse, force, foi, constance - AZUR, justice et loyauté

d'où la devise de Gaillard : Force - Foi - Loyauté.

La commune de Gaillard a adopté pendant quelques années les armoiries de la famille de Rossillon, Seigneurs de Gaillard. "de sable à la Croix d'argent", a finalement adopté les armes de la famille de la Naz, une authentique famille de Gaillard (les Rossillon étant eux originaires du pays de Gex)

Le site de la commune donne ce blasonnement : "d'Or à la Bande tranchée de Gueules et d'Azur" qui est fautif par rapport au dessin proposé, conforme à celui-ci contre. (la bande tranchée présenterait une séparation entre le rouge et le bleu selon une diagonale de la bande)

Début de la période féodale[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Gaillard est chef-lieu de mandement.

Chastel-Gaillard et devint simplement Gaillard après la démolition du château en 1589.

Gaillard, par sa position géographique particulière, a joué un rôle actif dans l’histoire de Genève et de la Savoie. En effet, même si l’urbanisation a souvent effacé les traces du passé, l’agglomération frontière actuelle est l’héritière de Château-Gaillard, bourg fortifié fondé par les Comtes de Genève au XIIIe siècle, qui commandait les passages terrestres et fluviaux vers la cité voisine. Au Moyen Âge, la forteresse, sise dans le diocèse de Genève, abritait une garnison de 3 000 hommes.

La Maison de Savoie[modifier | modifier le code]

Au début du XVe siècle, après la disparition des Comtes de Genève et l’achat du comté par Amédée VIII, Duc de Savoie, toute l’ancienne province du Genevois – vaste étendue englobant une grande partie du bassin du Léman, les vallées de l’Arve jusqu’au Mont-Blanc, celle du Rhône savoyard et toute la région des Préalpes françaises – devint savoyarde. Au moment de l’instauration de la Réforme, en 1536, Genève est en effervescence. Pour réagir contre ce mouvement d’indépendance, les parents Fribourgeois du chanoine Pierre Verly se réunissent à Gaillard et menacent Genève. Les évènements se précipitent. Les Genevois somment le château de se rendre ; ils l’attaquent et le reprennent.

Le bailliage de Gaillard est rendu au Duc de Savoie par le traité de Lyon en 1601. Ce document rend en même temps à la France la Bresse, le Bugey, le Valromey et le Pays de Gex. Pour compenser la perte de ces provinces, le Duc de Savoie intenta une action militaire contre Genève, dont le point fort fut l'Escalade, le 11 décembre 1602, qui se solda par la défaite du duc de Savoie. Après avoir été, au cours des siècles, Genevois, Savoyens et Sardes, vivant en communauté avec Thônex, les Gaillardins sont associés à Ambilly lors du retour à la Savoie le 7 avril 1817.

Mais cette nouvelle union sera de courte durée puisque, selon les « Lettres patentes royales » du 3 août 1843, Charles-Albert, Roi de Sardaigne, reconnaît « convenable dans l’intérêt public » de séparer « de la commune d’Ambilly-Gaillard, les hameaux de Gaillard, Moillesulaz, Valard et Vernaz et les érige en commune sous le nom de Gaillard, laissant que le village d’Ambilly continue à former une commune à lui seul sous le nom d’Ambilly ».

Gaillard devient française[modifier | modifier le code]

En 1860, la Savoie devient française (cf Traité de Turin). Le 22 avril de cette même année, les Gaillardins choisissent par un plébiscite historique d’approuver le traité de Turin et donc de devenir français. En 1896, la Gaillard française dénombre 212 maisons, 351 ménages et 1 239 habitants. C’est donc un bourg essentiellement rural, avec une activité maraîchère en plein essor. Au fil des années, sa population va croissant.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Forte de ses 12 000 habitants, la ville présente aujourd’hui une physionomie urbaine qui contraste avec la vie quotidienne du siècle dernier. La vocation maraîchère, partiellement conservée dans la plaine de l’Arve, nous rappelle cependant le rôle qu’a joué cette activité dans le développement de la ville et dans les relations frontalières.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Pour les législatives de 2012, les Gaillardins ont majoritairement (51 %) voté pour le candidat de Gauche, Guillaume Mathelier maire de la commune voisine d'Ambilly qui n'a pas été élu comme député.

Pour les législatives de 2012, la députée virginie Duby Muller, représente les Gaillardins aux parlements.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Les maires de Gaillard[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de 1944 à nos jours
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1979 Louis Simon ... ...
1979 2014 Renée Magnin ... ...
2014 en cours Jean-Paul Bosland ... ...

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Gaillard dépend du Tribunal de Thonon-les-Bains (74) et de la cour d'appel de Chambéry (73).

Bien que faisant partie de la seconde plus grande agglomération de la Haute-Savoie, Annemasse Agglo (90 000 habitants) n'a pas de tribunal ou de sous-préfecture.

En ce qui concerne les documents administratifs type immatriculation des véhicules, il faut aller aux sous-préfectures de Bonneville (ville de 10 000 habitants) à 25 km ou Thonon (30 000 habitants) à 30 km ou à celle de St-Julien (ne délivre plus de carte grise (2012)) ou sur Annecy, la préfecture de la Haute-Savoie.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 11 290 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1848. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1848 1858 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 026 1 338 1 173 1 151 1 100 1 180 1 228 1 189 1 220
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 239 1 342 1 288 1 240 1 511 1 961 2 686 2 839 2 981
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006
3 580 4 568 6 233 9 027 9 079 9 592 9 949 11 346 11 507
2009 2011 - - - - - - -
11 144 11 290 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Gaillard dispose de trois écoles élémentaires et d'un collège :

  • École du Salève ;
  • École du Châtelet ;
  • École des Voirons-Bossonnets ;
  • Collège Jacques Prévert.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Évian Thonon Gaillard Football Club, club de football qui évolue en Ligue 1. Jusqu'en 2003, le FC Gaillard évolue au stade Louis-Simon, situé à Gaillard, dont la capacité est limitée à 1 800 places. Avec la fusion et la montée en National, l'équipe première déménage au stade Joseph-Moynat de 3 500 places, situé à Thonon-les-Bains, puis au parc des sports d'Annecy après la montée en Ligue 2. La ville dispose toujours d'un stade utilisé par la réserve jouant en CFA2 et pour des matchs de coupe[4].

Médias[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Usine pharmaceutique Delpharm/Bayer anciennement Roche Nicolas.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Gaillard bénéficie du label « ville fleurie » avec « 2 fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[5].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Gaillard dispose d'une salle de spectacles, la salle Louis Simon, qui accueille régulièrement des conférenciers, chanteurs, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Base de données météo et observations temps réelle par Méteociel et Météo France
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. http://www.etgfc.com/club/les-stades/
  5. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Magnin, J. Canault, J.L.Charpentier, Gaillard Forteresse oubliée, Presses de Savoie, R., 150 pages, février 1977

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :