Grand Ballon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ballon.
Grand Ballon
Vue du sommet depuis le Storkenkopf.
Vue du sommet depuis le Storkenkopf.
Géographie
Altitude 1 424 m
Massif Vosges
Coordonnées 47° 54′ 03″ N 7° 05′ 53″ E / 47.90083, 7.0980647° 54′ 03″ Nord 7° 05′ 53″ Est / 47.90083, 7.09806  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Ascension
Voie la plus facile Route en été puis marche

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Grand Ballon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grand Ballon

Le Grand Ballon (en alsacien : Grosser Belchen) est le point culminant du massif des Vosges, de la région Alsace et du département du Haut-Rhin. Il est situé à 25 km au nord-ouest de Mulhouse.

Certains l'appellent encore Ballon de Guebwiller, du nom de la ville la plus proche, située à 8 km à l'est, à vol d'oiseau. Il s'élève à 1 424 mètres (1 423,7 m IGN).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il est souvent appelé Ballon de Guebwiller, et parfois Ballon de Soultz ou Sultzer Belchen puisqu'il se trouve sur la limite occidentale du ban de Soultz. D'ailleurs, dans certaines communes allemandes, on trouve une rue du Ballon-de-Soultz. Cette particularité, géographique et historique est due au fait que la ville de Guebwiller est plus proche que celle de Soultz, et a même été confirmée par certains dictionnaires et référentiels[réf. nécessaire]. Mais dans les documents officiels, il s'agit bien du Ballon de Soultz[réf. nécessaire]. Cette particularité vient du fait que l'Alsace a été allemande entre 1870 et 1918, pendant que l'autre versant était français. Chaque partie a donné le nom du village le plus proche du sommet par antagonisme. Guebwiller coté français, Soultz coté allemand. Bien que la partie sommitale fasse partiellement partie de la commune de Soultz via l'enclave de la commune de Soultz et la forêt reculée de Soultz, le Grand Ballon est géré conjointement par la Communauté de communes de la région de Guebwiller et par la Communauté de communes de la Vallée de Saint-Amarin. Autre particularité, le code postal est celui de la commune de Willer-sur-Thur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Grand Ballon est situé dans le département du Haut-Rhin en région Alsace. Il est situé à 8 km à vol d'oiseau à l'ouest de Guebwiller, la commune la plus proche.

La route des Crêtes contourne le sommet par l'est, franchissant un col à l'altitude de 1 325 mètres, entre le Markstein et le Vieil Armand.

L'ensemble des Vosges, la Forêt-Noire, le Jura et les Alpes sont visibles, en particulier depuis la tour du Belvédère à Mulhouse. La vision sur le massif du Mont-Blanc, situé à 229 km, est surtout possible entre octobre et mai et dans les meilleures conditions météo, peu d'humidité. On découvre théoriquement la partie supérieure du mont Blanc, à partir d'une altitude d'environ 3 500 mètres.

Il faut en effet tenir compte :

  • de l'influence de la courbure terrestre, ici marquée ;
  • du positionnement de l'obstacle, dans l'axe, par rapport aux 2 points extrêmes ;
  • de l'altitude dudit obstacle le plus pénalisant (pas forcément le plus haut), ici oscillant autour de 1 270 m, soit la montagne du Droit, mais pouvant atteindre 1 600 m au Chasseral, soit dans la direction de la partie ouest des Alpes du Valais et l'extrême est du massif du Mont-Blanc.

Ces trois paramètres particuliers ont pour effet d'occulter plus ou moins la base des sommets, en ce qui nous concerne ceux n'atteignant pas les 4 100 mètres d'altitude environ, dans les conditions de dégagement (côté observateur) les moins favorables.

Plus vers l'est, le barrière du Jura évoluant entre 1 445 mètres (Hasenmatt) et 1 300 m, puis 1 200 m, et avec le rapprochement du sujet (175 km), c'est-à-dire les Alpes bernoises, le « panorama vertical » alpin s'améliore, parfois dès 2 000 m d'altitude.

Parmi les sommets visibles depuis le sommet du Grand Ballon citons, dans le Valais, le Weisshorn, la Dent Blanche et, dans l'Oberland bernois, le Finsteraarhorn, la Jungfrau, le Mönch, l'Eiger

Signalons en outre que dans certaines conditions l'observateur peut bénéficier du phénomène de réfraction apportant un panorama de découverte meilleur que celui calculé de façon standard et donné à pur titre indicatif.

Le sommet du Grand Ballon est propice à l'observation des Alpes bernoises et d'une partie des Alpes françaises jusqu'au mont Blanc.

Topographie[modifier | modifier le code]

Avec ses 1 424 mètres d'altitude, le Grand Ballon est le plus haut du massif des Vosges.

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Relais radioamateur du G.B, 1 315 mètres.

C'est généralement le point le plus froid et venteux d'Alsace avec le Hohneck (1 362 m). La température la plus basse a été atteinte le 10 février 1956 avec −30,2 °C, la plus élevée le 13 août 2003 avec 29 °C (41 °C 1 200 m plus bas, en plaine). La différence de température avec la plaine, près de Mulhouse, évolue autour de °C, jusqu'à 10 °C et plus en été.

L'épaisseur du manteau neigeux est généralement supérieure à un mètre en hiver, couramment 1,50 m au-dessus de 1 350 mètres. Le meilleur enneigement, ou hauteur cumulée, est observé le 7 mars 2006, avec 3,70 mètres, les anciennes hauteurs remarquables, environ 3 mètres, dataient de 1969 et 1970.

Voir la carte des masses d'air à 850 hPa (vers 1 500 mètres d'altitude) :

L'observation des conditions météo sur site en temps réel ou mise à jour régulière, par caméra, et par stations météos privées peut se faire depuis :

  • la météocam du relais radioamateur du G.B (fréquence 10,458 GHz, Pol H, PAR 20 watts omni, code DTMF 68, réception antenne parabolique à vue sur le Grand Ballon) ;
  • la météocam (webcam) de l'Hôtel du Grand Ballon - Club Vosgien. C'est la doyenne, depuis 1998,hiver seulement, du réseau internet Vmeteo des stations météo sans fil 0regon Scientific WMR ;
  • une 3e caméra est en service depuis début 2006, sous l'égide du Syndicat mixte Markstein-Grand Ballon, située au bas des pistes ;
  • une station météo Davis du réseau Infoclimat (en service depuis novembre 2013).

Faune[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Article principal : Flore du massif des Vosges.
Porcelle à feuilles tachées (Hypochoeris maculata) au Grand Ballon.
Orchis globuleux (Traunsteinera globosa) au Grand Ballon.

Au niveau de la flore, le secteur du Grand Ballon est l'un des plus intéressant du massif des Vosges, après le Hohneck, avec plus de 230 espèces recensées dont une vingtaine sont protégées[1].

Dernier étage forestier avant la chaume qui domine la partie sommitale, la hêtraie subalpine présente sur les contreforts du Grand Ballon abrite entre autres le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia)[2], l'alisier blanc (Sorbus aria)[2] et le sorbier de Mougeot (Sorbus mougeotii) dont la répartition est plus sporadique[2]. On y trouve également le rosier des Alpes (Rosa pendulina)[2], l'ail des cerfs (Allium victorialis)[3] et l'épervière orangée (Hieracium aurantiacum)[3].

La partie sommitale est dominée par une lande subalpine où fleurissent notamment la potentille de Crantz (Potentilla crantzii)[4], l'œillet des Chartreux (Dianthus carthusianorum)[4] ainsi que la gentiane des champs (Gentianella campestris)[5]. On note également la présence du trolle d'Europe sous sa forme naine (Trollius europaeus subsp. europaeus)[3] et du myosotis des Alpes (Myosotis alpestris)[3].

Sur les versants exposés au sud, on trouve une prairie appelée calamagrostidaie car dominée par une graminée, la calamagrostide, où fleurissent de nombreuses espèces remarquables telles que le lis martagon (Lilium martagon)[6], l'arnica des montagnes (Arnica montana)[7], la gentiane jaune (Gentiana lutea)[7], la porcelle à feuilles tachées (Hypochoeris maculata)[8] ou encore l'orchis globuleux (Traunsteinera globosa)[6]. Dans les pierriers et éboulis du versant sud, on note également la présence de l'allosore crépu (Cryptogramma crispa)[7] et de l'androsace carnée (Androsace carnea)[7], dernière station connue du massif[9].

Les mégaphorbiaies présentes dans le secteur abritent entre autres la laitue des Alpes (Cicerbita alpina)[8], la mulgédie de Plumier (Cicerbita plumieri)[8], le silène enflé (Silene vulgaris)[8], l'épilobe en épi (Epilobium angustifolium)[8], l'aconit napel (Aconitum napellus)[7], l'aconit tue-loup (Aconitum vulparia)[7], la digitale à grandes fleurs (Digitalis grandiflora)[8] ainsi que la centaurée des montagnes (Centaurea montana)[8] et quelques stations de centaurée des Alpes (Centaurea alpestris)[10].

Le versant nord abrite quant à lui plusieurs espèces d'orchidées dont l'orchis miel (Pseudorchis albida)[11], l'orchis grenouille (Dactylorhiza viridis)[11], l'orchis tacheté (Dactylorhiza maculata)[11], le platanthère à fleurs vertes (Platanthera chlorantha)[11] et le platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia). On y retrouve également la pulsatille blanche (Pulsatilla alpina subsp. austriaca)[11] et le maïanthème à deux feuilles (Maianthemum bifolium)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

La monument dédié aux Diables bleus.

Un monument aux Diables bleus de la Première Guerre mondiale, les Chasseurs alpins, a été érigé en 1927 (sculpteur André Vermare) à l'instigation du Club alpin français et inauguré par Raymond Poincaré. Dépossédé de sa statue de bronze lors de la percée allemande de septembre 1940, il retrouva son état originel en octobre 1960, grâce au sculpteur Pierre Bouret.

Activités[modifier | modifier le code]

Le radar.

Contrôle aérien[modifier | modifier le code]

Le sommet est équipé depuis 1997 d'un radar servant à l'aviation civile, pour la gestion du trafic aérien du centre de contrôle régional de Reims ainsi qu'à l'approche des aéroports internationaux de Mulhouse et Strasbourg. Entouré d'un belvédère circulaire, ce bâtiment a été dessiné par Claude Vasconi. Le centre du radôme se trouve précisément à l'altitude de 1 435,5 mètres et la table d'orientation à 1 431 m. Depuis ce point la limite de visibilité théorique est de l'ordre de 120 km en direction du nord de la plaine d'Alsace. Sur le flanc est, un relais radioamateur est implanté à l'arrivée des remontées mécaniques. Le radar est situé sur le ban de la commune de Goldbach, retenue pour le dépôt du permis de construire.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La montagne abrite une station de ski et de détente (ferme-auberge à 1 100 m, un restaurant à 1 342 m et un hôtel du Club vosgien à 1 351 m). Depuis le sommet, une table d'orientation circulaire permet d'apercevoir au premier plan, en plaine, Mulhouse, Bâle, Fribourg-en-Brisgau, Colmar, puis en second plan la Forêt-Noire et les Jura suisse et français, et en arrière-plan, par conditions météo favorables, une vaste partie de la chaîne des Alpes, de l'Autriche et du Liechtenstein au mont Blanc.

Le sommet du Grand Ballon est accessible par trois sentiers, environ 15 minutes de marche à partir de la route des Crêtes. Le sentier de grande randonnée GR5 qui relie la mer du Nord à la mer Méditerranée passe au Grand-Ballon. Il mène au Markstein d'un côté et descend vers Thann de l'autre.

En hiver (en présence de hautes pressions) et par inversion de température, la visibilité est particulièrement bonne, dès 800 à 900 mètres d'altitude.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabien Dupont, Document d'objectifs Grand Ballon, Cahier 1, parc naturel régional des Ballons des Vosges, 2006, p. 17 (consulté le 27 juillet 2014).
  2. a, b, c et d Kuentz 2013, p. 71
  3. a, b, c et d Kuentz 2013, p. 72
  4. a et b Liste des habitats présents, faune et flore remarquables, dynamique actuelle, parc naturel régional des Ballons des Vosges, juin 2006 (consulté le 26 juillet 2014).
  5. Parmentelat 2010, p. 147
  6. a et b Kuentz 2013, p. 73
  7. a, b, c, d, e et f Parc naturel régional des Ballons des Vosges, « Liste des espèces végétales remarquables du secteur Grand Ballon » [PDF],‎ juin 2006 (consulté le 27 juillet 2014).
  8. a, b, c, d, e, f et g Kuentz 2013, p. 74
  9. Kuentz 2013, p. 70
  10. Kuentz 2013, p. 178
  11. a, b, c, d, e et f Kuentz 2013, p. 75

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]