Louis Boucherat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Boucherat, comte de Compans, magistrat français, né à Paris en 1616, mort en 1699.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence une carrière de parlementaire: conseiller au parlement de Paris en 1641, maître des requêtes en 1643.

Il fut sous Louis XIV intendant de Guyenne, de Languedoc, de Picardie, de Champagne. Il fut conseiller d'État en 1662. Il fut trois fois commissaire du roi aux États de Languedoc et dix fois aux États de Bretagne. En 1681 il devint conseiller au Conseil royal des finances, et fut nommé chancelier de France à la mort de Michel Le Tellier, 1685, charge qu'il exerça du 1er novembre 1685 au 2 septembre 1699.

Il eut à mettre à exécution l'édit sur la révocation de l'édit de Nantes, que son prédécesseur venait de signer.

Louis Boucherat
Louis Boucherat en robe de chancelier, la main posée sur la cassette des sceaux de France. Estampe de Bonnart après 1685

Déjà âgé lors de sa nomination, Boucherat ne semble pas avoir pesé d'un grand poids dans le gouvernement de Louis XIV. Il n'obtint jamais la dignité de ministre d'État et, sous son cancelleriat, la chancellerie de France se trouva de plus en plus réduite à ses attributions judiciaires.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Une médaille à l'effigie de Louis Boucherat fut exécutée par le graveur Michel Mollart en 1685, à l'occasion de l'accession du modèle à la dignité de chancelier. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet (ND 0567).

Un tronçon de l'actuelle rue de Turenne à Paris s'appelait rue de Boucherat autrefois, et il y reste une fontaine nommée fontaine Boucherat.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Thierry Sarmant et Mathieu Stoll, Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres, Paris : Perrin, 2010 (ISBN 978-2-262-02560-1), notamment p. 227-229.