Équipe de France de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis XV de France)
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ». Wikipédia:Bons thèmes Il fait partie d'un « bon thème ».
Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de France de rugby à XV féminin.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Équipe de France de rugby.
Description de l'image France_Rugby_Logo.svg.
Surnom Les Bleus, les Tricolores
Stade Stade de France (81 338 places)
maillot 000066 maillot 000066 maillot 000066
short 161C56
bas ff0000
maillot FFFFFF maillot FFFFFF maillot FFFFFF
short FFFFFF
bas FFFFFF
Entrée au Board 1978
Sélectionneur Guy Novès
Capitaine Guilhem Guirado
Record de sélections Fabien Pelous (118)
Record de points Frédéric Michalak (436)
Record d’essais Serge Blanco (38)
Premier match officiel

Drapeau : France France 8 – 38 Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande

Plus large victoire

Drapeau : France France 99 – 7[1] Brésil Drapeau : Brésil

Plus large défaite

Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 61 – 10 France Drapeau : France

Coupe du monde  
· Phases finales 8/8
· Meilleur résultat Finaliste (1987, 1999, 2011)
Tournoi des Six Nations 25 fois vainqueur,
dont 9 Grand Chelems


L'équipe de France de rugby à XV, aussi connue sous les noms de XV de France et des Bleus , est l’équipe qui représente la France dans les compétitions majeures de rugby à XV; d’autres équipes représentent la France dans des compétitions internationales de rugby à XV : l’équipe « A » qui est une équipe réserve de l’équipe fanion, l’équipe des moins de 20 ans, l’équipe féminine, etc.[2]

Elle rassemble les meilleurs joueurs de France sous le patronage de l'U.S.F.S.A. (1906-1919), puis de la Fédération française de rugby (FFR) depuis 1919.

La France remporte la médaille d'or des Jeux olympiques de Paris 1900, puis deux médailles d'argent en 1920 et en 1924. En 1910, la France est admise à participer à la compétition opposant l'Irlande, l'Angleterre, l'Écosse, et le pays de Galles, qui prend à cette occasion le nom de Tournoi des Cinq Nations (appelé Tournoi dans la suite) et fait ainsi son apprentissage du rugby international en se mesurant à ces équipes. Elle atteint leur niveau au milieu des années 1950 et remporte la première de ses 25 victoires dans le Tournoi en 1954. En 1968, le XV de France signe son premier Grand Chelem (huit autres suivront jusqu'en 2010).

Sur un plan mondial, depuis son tout premier match international en 1906, le XV de France connaît une rivalité historique avec l'Équipe de Nouvelle-Zélande, marquée par sa première victoire à l'Eden Park d'Auckland (1979), son « essai du bout du monde » victorieux en 1994 au même endroit (où les All Blacks n'ont plus jamais été battus depuis lors), deux succès en Coupe du monde (demi-finale 1999 et quart de finale 2007) et deux défaites en finale de la compétition planétaire (1987 et 2011), avant de subir un revers historique 62-13 en quarts de finale de la Coupe du monde 2015.

Sur le continent européen, c'est avec l'Angleterre que la rivalité est la plus forte, les oppositions annuelles entre les deux nations ayant gagné l'appellation Le Crunch (le moment crucial).

Le XV de France, trois fois finaliste de la Coupe du monde et comptant, depuis la tournée victorieuse de 1958 en Afrique du Sud, parmi les meilleures équipes de rugby de la planète, a gagné au fil de son histoire la réputation de pratiquer un jeu offensif très apprécié par les amateurs de rugby à XV, en France et à l'étranger, où on l'appelle le Beau jeu ou le French flair.

Au , il occupe la sixième place au classement des équipes nationales de rugby[3]. Son meilleur classement a été la deuxième place, notamment en 2007.

Cette équipe a compté de nombreux joueurs talentueux, comme Serge Blanco, Jean-Pierre Rives, Philippe Sella, Jean Prat, Jo Maso et André Boniface qui font partie du Temple international de la renommée du rugby.

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

Origines du XV de France[modifier | modifier le code]

L'équipe de 'l'Union' de l'U.S.F.S.A., en mini-tournée en Angleterre en février 1893 (avec le ballon, Frantz Reichel).

Le rugby à XV est introduit en France en 1872 par des marchands anglais qui fondent Le Havre athletic club rugby[4].

Le premier match international a lieu au stade d'Édimbourg entre l'Écosse et l'Angleterre le 27 mars 1871[5],[6], mais la France devra attendre 35 ans pour avoir une équipe qui puisse être confrontée aux équipes nationales britanniques.

La première sélection nationale de rugby à XV de l'U.S.F.S.A. est formée dès 1893 pour affronter en Angleterre, l'équipe du Civil Service Athletic Club[7]. Cette sélection française est exclusivement composée de joueurs de deux clubs parisiens, le Racing club de France et le Stade français. Le 13 février, la sélection française affronte le Civil Service devant 10 000 spectateurs et s'incline de peu sur le score de 2 à 0. Le lendemain, deuxième match de cette mini-tournée anglaise face à Richmond FC renforcé par deux fameux joueurs d'autres clubs. Les dirigeants de Richmond ont assisté au match du 13, et se méfient, d'autant qu'une semaine plus tôt, le Civil Service s'était imposé 15 à 0 face à leur équipe. Richmond s'impose finalement sur le score de 9 à 3.

Le match France-Écosse de 1896, organisé par l'USFSA.

Le 6 avril 1896, lendemain de la finale du championnat de France, la sélection française rencontre les Écossais d'Édimbourg avec douze joueurs ayant joué la veille. Les Sports Athlétiques, organe officiel de l'U.S.F.S.A., publie le , un article signé Louis Dedet qui plaide pour la constitution d'une équipe de France.

Le premier tableau d'affichage (JO de 1900).

Une équipe de France comprenant des joueurs de trois clubs parisiens (Racing club de France, Stade français et Cosmopolitain) dispute le tournoi olympique de 1900. Cette formation bat le club allemand du FC Francfort (par 27 à 17) le 14 octobre à la Cipale, puis remporte le titre olympique en battant aussi l'équipe anglaise des Moseley Wanderers le 28 octobre sur le score de 27 à 8[8]. Ce match est disputé à la Cipale devant 6 000 spectateurs, c'est la plus grosse affluence des Jeux olympiques.

De 1902 à 1905, la sélection française dispute et perd successivement plusieurs matchs contre une sélection canadienne (10-23), l'équipe de Swansea (0-20) et l'équipe irlandaise des Bective Rangers (8-13).

1906-1914 : l'apprentissage[modifier | modifier le code]

L'équipe de France de rugby face à la Nouvelle-Zélande, en janvier 1906.

Le premier match officiel du XV de France U.S.F.S.A. a lieu le 1er janvier 1906, face aux Originals (les futurs All Blacks de Nouvelle-Zélande) alors en tournée européenne. Ce match, arbitré par Louis Dedet, est disputé au Parc des Princes devant 3 000 spectateurs et se termine par une victoire des Néo-Zélandais par 38 à 8[9],[10]. Le capitaine Henri Amand a l'honneur d'être le premier capé du rugby français[11]. Cette équipe comporte aussi un Anglais, William Crichton ainsi qu'un Américain, Allan Muhr.

Le 22 mars, l'équipe de France, qui inaugure sa première tenue tricolore (maillot bleu, culotte blanche et bas rouges), rencontre l'Angleterre au Parc des Princes et perd 8 à 35. Ce résultat honorable conduit les Anglais à jouer un match annuel contre le XV de France, ils sont imités un an plus tard par les Gallois puis par les Irlandais[12].

France tshirt museumrugby 1910.jpg

L'équipe de France est admise pour la première fois à disputer le Tournoi en 1910. Les Français n'étant que quatorze la veille du match au rassemblement des joueurs à la gare Saint-Lazare, le dirigeant Charles Brennus a alors l'idée de récupérer d'urgence un joueur parisien, Joe Anduran, pour compléter l'équipe et permettre ainsi à l'équipe de France de jouer son premier match du Tournoi au complet[13]. Le XV de France fait son apprentissage du rugby international et termine régulièrement dernier du Tournoi jusqu'en 1914 (exception faite de l'année 1911 où il termine quatrième devant l'équipe d'Écosse contre laquelle il remporte sa première victoire internationale).

De 1906 à 1914, l'équipe de France dispute 28 rencontres internationales et remporte une seule victoire, contre l'Écosse le sur le score de 16-15, c'est sa première victoire internationale[14],[15]. Dans cette équipe conduite par Marcel Communeau, l'ailier Pierre Failliot, surnommé l’Autobus, se met en évidence en marquant deux essais et en évitant un essai écossais à quelques secondes de la fin du match[16].

1919-1931 : progression du XV de France[modifier | modifier le code]

Après la Première Guerre mondiale, l'équipe de France rencontre celle de Nouvelle-Zélande, appelée alors les Kiwis, le pour un match non considéré comme international. Les Bleus sont près de réaliser un exploit, ils ne s'inclinent que par 13 à 14. L'équipe de France progresse et parvient à remporter deux matchs sur quatre lors des Tournois des Cinq Nations en 1921, 1930 et 1931. Elle remporte son premier match en déplacement le à l'occasion d'un match contre le XV d'Irlande à Dublin. Sous la conduite de son capitaine, Philippe Struxiano, la France l'emporte nettement par 15 à 7 en marquant cinq essais contre un à l'Irlande.

Elle dispute l'épreuve de rugby des Jeux olympiques de 1920 à Anvers, les équipes de France et des États-Unis sont les seules participantes, les Français remportent une médaille d'argent après avoir perdu contre les Américains sur le score de 0 à 8[17]. Quelques semaines plus tard, l'équipe de France prend sa revanche en gagnant par 14 à 5 à Paris.

Les Jeux olympiques de 1924.

Les deux équipes se retrouvent en finale des Jeux olympiques de 1924 à Paris, l'équipe des États-Unis remporte à nouveau la médaille d'or en battant la France sur le score sans appel de 17 à 3. Cette victoire des Américains marque aussi la fin de la compétition de rugby dans le cadre des Jeux olympiques.

De 1920 à 1930, l'équipe de France dispute cinquante matchs internationaux et en remporte treize, elle bat au moins une fois toutes les équipes européennes mais subit une défaite nette contre l'équipe de Nouvelle-Zélande par 6 à 30 en janvier 1925, ce qui montre qu'elle doit encore progresser pour se hisser au niveau des meilleures équipes mondiales[18]. Parmi ces victoires, celle acquise le a une importance particulière car c'est la première obtenue contre l'Angleterre. Jusqu'à cette date la France avait perdu 15 des 16 rencontres contre les Anglais et avait fait, au mieux, match nul en 1922. Adolphe Jauréguy est le capitaine du XV de France qui réussit cette performance ; l'année suivante, le , il conduit à nouveau son équipe pour une première victoire contre l'équipe du pays de Galles (8-3).

1932-1939 : l'exclusion du Tournoi[modifier | modifier le code]

En 1931, la France est exclue pour professionnalisme (paiement des joueurs, recrutement inter-clubs) et en raison du jeu violent lors de certains matchs[19]. Le match France-Galles du Tournoi 1930 est d'une extrême brutalité, aussi bien sur la pelouse — avec de nombreux joueurs blessés — que parmi les spectateurs, car ces derniers étaient pressés les uns contre les autres dans les tribunes ou sur le bord de touche, tandis qu'à l'entrée du stade, près de 20 000 spectateurs potentiels n'avaient pu assister au match[20].

Une majorité de clubs dénoncent aussi le professionnalisme pratiqué par les meilleures équipes et font sécession en décembre 1930 en fondant l'Union française de rugby amateur[21]. Ils refusent que leurs joueurs soient sélectionnés, ce qui abaisse sensiblement le niveau de l'équipe.

L'équipe en 1933.

Pendant cette période, l'équipe de France rencontre uniquement des équipes d'un niveau inférieur à celui des équipes britanniques: celles d'Italie, de l'Allemagne et de Roumanie[22].

La France est de nouveau admise dans le Tournoi en 1939 après que la Fédération française de rugby a trouvé un accord en 1932 avec les clubs entrés en dissidence. La Seconde Guerre mondiale interrompt le Tournoi pendant plusieurs années. L'équipe de France participe à la reprise du Tournoi à partir de 1947.

1945-1958 : des victoires partagées dans le Tournoi[modifier | modifier le code]

  • Tournoi des Cinq Nations

Les Bleus ou Blancs poursuivent leur progression. De 1945 à 1950, ils disputent vingt-six matchs et en remportent quatorze, ils obtiennent ensuite un bilan positif de 1950 à 1958 avec 30 victoires pour 49 matchs disputés[24]. Le , ils parviennent pour la première fois à battre les Gallois sur leur terrain, à Swansea sur le score de 11 à 3. Cet exploit vaut à Robert Soro d'être surnommé le Lion de Swansea[25] par un journaliste britannique. Le , les Français, emmenés par leur capitaine Guy Basquet, parviennent pour la première fois à vaincre les Anglais dans leur stade de Twickenham (par 11 à 3). C'est le dernier adversaire du Tournoi qu'il leur restait à battre en déplacement[26].

En 1952, la France est à nouveau menacée d'être exclue du Tournoi, coupable selon les Britanniques de professionnalisme (recrutements, primes de match, intéressements)[27]. Pour éviter la sanction, la FFR promet d'abolir le championnat de France et fournit une liste de joueurs jugés coupables de professionnalisme, dont Jean Dauger, Robert Soro et Maurice Siman. Ainsi, une nouvelle exclusion du Tournoi est évitée, mais le championnat de France 1952-53 est maintenu à la suite de la pression exercée par la grande majorité des clubs français[28].

L'équipe de France obtient des victoires partagées[Note 1] dans le Tournoi en 1954 (avec l'Angleterre et le pays de Galles) et 1955 (avec le pays de Galles). Il est à remarquer que les Bleus pouvaient remporter un Grand Chelem s'ils avaient gagné contre les Gallois et non pas perdu 11 à 16. La France montre ses progrès en perdant au plus deux matchs par Tournoi, sauf en 1952 (trois), 1953 (trois) et 1957 (quatre).

Argentine-France le 12 septembre 1954 à Buenos Aires.
  • Les Bleus battent pour la première fois les All Blacks le [29],[30], c'est Jean Prat qui est à la fois le capitaine et le réalisateur des trois points qui donnent la victoire aux Français. Jean Prat est aussi le capitaine du XV de France qui bat pour la deuxième fois les Anglais à Twickenham en 1955. Cette même année, il est porté en triomphe par les Gallois au terme de sa carrière dans le Tournoi, un journaliste anglais le surnomme alors Mister Rugby[31].
  • En tournée en Argentine en août et septembre 1954, la France bat deux fois les Pumas à Buenos Aires.
  • La France reçoit et, pour la première fois, bat l'Australie à Colombes en janvier 1948 et en mars 1958.
  • Le 16 août 1958, l'équipe de France remporte sa première victoire par 9 à 5 face aux Springboks sud-africains à l'Ellis Park de Johannesburg, sous la conduite de Lucien Mias[32],[33], le Docteur Pack. La tournée en Afrique du Sud de l'équipe de France, pourtant handicapée par plusieurs absences, est un succès complet : en effet, lors du premier test, elle avait fait match nul 3 à 3. C'est même la première tournée chez les Springboks remportée par les visiteurs depuis celles des Lions britanniques en 1891 et en 1896. L'équipe de France démontre alors qu'elle peut rivaliser avec les meilleures équipes au monde, ces bons résultats préfigurent les succès à venir dans le Tournoi.

1959-1970 : premières victoires seule dans le Tournoi et Grand Chelem[modifier | modifier le code]

  • Tournoi des Cinq Nations

Dans la continuité de son succès en Afrique du Sud en 1958, l'équipe de France remporte seule le Tournoi pour la première fois (victoire non partagée avec une autre équipe) en 1959 sous la conduite de Lucien Mias.

Elle remporte à nouveau le Tournoi en 1960 (avec l'Angleterre, les deux équipes comptent un match nul et trois victoires), 1961 (à nouveau invaincue, avec trois victoires et un match nul) et 1962 (avec trois victoires et une courte défaite 0 à 3 contre les Gallois).

Les équipes qui remportent ces premières victoires dans le Tournoi comprennent de nombreux joueurs de talent comme Alfred Roques, Amédée Domenech, Lucien Mias, François Moncla, Michel Crauste (le Mongol), Michel Celaya, André et Guy Boniface, Christian Darrouy et Pierre Albaladejo.

Les Bleus remportent une autre série de victoires dans le Tournoi en 1967, 1968[34] et 1970 (avec le pays de Galles). Entre les deux séries de victoires françaises, le Tournoi est dominé par les Gallois qui terminent en tête à quatre reprises.

Guy Camberabero, associé à son frère Lilian, est le principal artisan de la victoire de 1967 en réussissant 49 des 67 points marqués par les Bleus.

Au cours de cette période, la France remporte 52 des 93 matchs (56 %) qu'elle dispute[35],[36]. Son principal succès est l'obtention de son premier Grand chelem en 1968 sous le capitanat de Christian Carrère et avec des joueurs renommés tels que Benoît Dauga, Walter Spanghero, Pierre Villepreux et les frères Camberabero[37]. Ce n'est pas une seule équipe de quinze joueurs qui a réalisé cette performance mais pratiquement deux car au total vingt-sept joueurs français ont participé aux quatre matchs du Tournoi de 1968.

  • Malgré ses bons résultats d'ensemble, le XV de France ne parvient pas à battre les All Blacks ; les huit rencontres qui opposent les deux équipes de 1961 à 1968, que ce soit au stade de Colombes ou lors de deux tournées (1961 & 1968) effectuées en Nouvelle-Zélande, se terminent par autant de défaites.
  • Le bilan des Bleus contre l'équipe d'Afrique du Sud, de 1961 à 1968, est lui aussi négatif avec quatre défaites (dont deux à Colombes), deux victoires et un match nul. Les Français doivent se satisfaire d'avoir battu deux fois les Springboks sur leur terrain, à Springs en 1964 par 8 à 6[38] et en 1967 à l'Ellis Park sur le score de 19 à 14[39].
  • Pendant cette période, l'équipe de France ne rencontre que trois fois l'équipe d'Australie, battant deux fois les Wallabies et ne perdant que d'un point lors du troisième match en août 1968 à Sydney.

1971-1980 : un deuxième Grand Chelem et rivalité avec les Gallois[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Tournoi 1973 et Grand Chelem 1977.

Le Tournoi 1973 est remarquable car toutes les équipes gagnent leurs deux matchs à domicile, finissant ex æquo avec le même nombre de points. Avec le système de classement en vigueur depuis 1993, le départage se faisant à la différence de points puis au nombre d'essais marqués, le pays de Galles termine premier et la France troisième derrière l'Irlande. Les Bleus gagnent le Tournoi 1977[40], avec un Grand Chelem, mais c'est la décennie du pays de Galles qui gagne cinq fois le Tournoi en huit éditions complètes. Le bilan des confrontations entre les deux équipes est nettement à l'avantage des Gallois qui remportent six victoires, pour trois défaites et un match nul. Les matchs entre les équipes de France et du pays de Galles mettent aux prises de brillantes individualités comme les Gallois Barry John, Gareth Edwards, JPR Williams, John Taylor et Gerald Davies et les Français Jean-Pierre Rives, Claude Dourthe, Jean-Pierre Lux, Jo Maso, Jean Trillo et Jean-Michel Aguirre. Les deux équipes se disputent la victoire dans le Tournoi 1976 (avec un Grand chelem à la clé) à l'Arm's Park de Cardiff, le match est très serré et se termine par une victoire des Gallois par 19 à 13. Malgré cet échec, ce Tournoi a mis en avant le potentiel du XV de France qui possède un pack surpuissant avec notamment Jean-Pierre Bastiat, Jean-François Imbernon, Michel Palmié, Gérard Cholley et Robert Paparemborde. Les deux équipes se disputent aussi la victoire dans le Grand chelem en 1978 lors d'un autre match Galles - France dont les Gallois sont à nouveau vainqueurs.

Jacques Fouroux est le capitaine de l'équipe qui réalise le Grand chelem en 1977, il forme avec Jean-Pierre Romeu une paire de demis exemplaire. Cette année-là, l'équipe de France n'encaisse pas d'essai au cours des quatre rencontres du Tournoi et surtout, c'est la même équipe de quinze joueurs qui dispute et gagne les quatre matchs. Les Bleus prennent tout d'abord leur revanche sur les Gallois (16-9) puis battent les Anglais à Twickenham (5-3) à l'issue d'un match acharné, deux autres victoires contre les Écossais et les Irlandais leur permettent de réaliser le Grand chelem[41].

Pendant cette période, les Bleus gagnent 41 des 77 matchs (53 %) qu'ils disputent. Cette statistique, qui indique une performance d'ensemble plutôt moyenne, masque le fait que l'équipe de France a réalisé plusieurs exploits tels que son Grand chelem de 1977 et un bilan positif face à la meilleure équipe au monde, celles des All Blacks. De 1973 à 1979, les Français ont rencontré cinq fois les Néo-Zélandais, ils ont remporté trois victoires contre deux défaites. La victoire par 24 à 19 obtenue le 14 juillet 1979 à l'Eden Park de Auckland est restée dans les mémoires en raison du panache avec lequel elle a été acquise[42],[43]. Les Bleus marquent quatre essais contre deux aux Blacks et les battent pour la première fois chez eux.

L'équipe de France est dominée par les Springboks qui remportent six des sept confrontations disputées entre 1971 et 1980, la septième se terminant sur un score nul 8 à 8. À l'inverse, elle remporte quatre de ses six matchs disputés contre les Wallabies et ne subit qu'une défaite en 1971 à Toulouse.

1981-1989 : les années Fouroux[modifier | modifier le code]

C'est une période faste pour l'équipe de France conduite par son entraîneur emblématique, Jacques Fouroux, avec six Tournois gagnés en 1981[44], 1983 (avec l'Irlande), 1986 (avec l'Écosse), 1987[45], 1988 (avec le pays de Galles) et 1989, avec deux Grands Chelems en 1981 et 1987. À l'exception d'une saison 1982 décevante, les Bleus ont toujours terminé à l'une des deux premières places du Tournoi entre 1981 et 1989.

Le Grand chelem de 1981 est réalisé une fois de plus grâce à une victoire acquise de haute lutte contre les Gallois à Paris, suivie par un succès à Twickenham contre des Anglais qui avaient pourtant réussi un Grand chelem un an plus tôt. Le capitaine des Bleus, Jean-Pierre Rives, gagne alors le surnom de Casque d'or qui souligne la vaillance dont il a fait preuve durant ce Tournoi. Dix-neuf autres joueurs ont contribué à la conquête de ce Grand Chelem, notamment Robert Paparemborde, Roland Bertranne et Guy Laporte.

Pendant cette période, les Français perdent quatre de leurs matchs contre l'équipe d'Écosse qui remporte un Grand chelem dans le Tournoi 1984 et termine à égalité avec la France en 1986. Bien que les Bleus terminent invaincus le Tournoi de 1985 (deux victoires et deux matchs nuls), ils ne le remportent pas car les Irlandais sont aussi invaincus et n'ont concédé qu'un match nul. Jérôme Gallion perd l'occasion de mettre la victoire d'un Tournoi à son palmarès.

Les Bleus remportent un nouveau Grand Chelem en 1987, ils ont alors Daniel Dubroca comme capitaine. Après une victoire contre les Gallois (16-9), un essai de 80 mètres de Philippe Sella permet au XV de France de battre les Anglais à Twickenham, puis quatre essais français dont trois de Éric Bonneval (qui égale le record de Michel Crauste et de Christian Darrouy) permettent de vaincre les Écossais au Parc des Princes, la victoire décisive étant obtenue contre les Irlandais à Lansdowne Road sur le score de 19 à 13, avec deux essais d'Éric Champ.

La décennie se termine par une nouvelle victoire dans le Tournoi en 1989, un sixième succès pour les Bleus pendant les années 1980 et autant de succès pour Serge Blanco et Pierre Berbizier.

Pendant cette période, l'équipe de France a disputé 77 matchs et remporté 47 victoires, soit 61 % de réussite[46]. Huit défaites des Bleus sont infligées par les All Blacks qui ne perdent que deux confrontations entre les deux équipes en 1986 et justifient pleinement le titre de champion du monde qu'ils obtiennent en 1987.

L'équipe de France présente un meilleur bilan contre les Australiens avec trois victoires pour quatre défaites et un match nul, une de ces victoires lui permettant d'éliminer les Wallabies en demi-finale de la première édition de la Coupe du monde en 1987. Les Français sont menés (6-9) à la mi-temps et pendant une bonne partie du match, mais réussissent à gagner par 30 à 24 en marquant au total quatre essais[47]. Les Bleus ne renouvellent pas cet exploit en finale et sont battus par les All Blacks sur le score de 29 à 9[48].

1990-2001 : la rivalité avec les Anglais[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Tournoi 1993, Grand Chelem 1997 et Grand Chelem 1998.

Les Anglais dominent le rugby européen durant les années 1990 avec six Tournois gagnés dont trois Grand Chelems, mais la France se maintient à un haut niveau et rivalise avec les Anglais pour la suprématie en Europe : trois Tournois gagnés en 1993, 1997[49] (avec une victoire chez les rivaux anglais) et 1998 dont deux Grands Chelems en 1997 et 1998[50] sous la conduite respectivement des capitaines Abdelatif Benazzi et Raphaël Ibañez. L'équipe de France comprend alors d'autres individualités marquantes comme Philippe Saint-André (le Goret), Olivier Magne (Charly), Thomas Castaignède (le Petit Boni ou le Petit Prince) et Jean-Luc Sadourny.

Pendant cette période, le XV de France est entraîné successivement par Daniel Dubroca et Jean Trillo (1990-1991), Pierre Berbizier (1991-1995), Jean-Claude Skrela (1995-1999) et Bernard Laporte (1999-2007).

Philippe Saint-André est à la conclusion d'une action d'éclat contre les Anglais lors du Tournoi 1991, il marque un essai au terme d'une action de cent mètres lancée depuis la ligne d'en-but française par Serge Blanco et Pierre Berbizier, cet essai est considéré par de nombreux commentateurs comme le plus beau marqué dans un Tournoi des cinq nations[51],[52].

En 1993, la France remporte le titre de Champion d'Europe de rugby à XV qui est décerné pour la première fois au vainqueur du Tournoi, et gagne aussi le premier Trophée des Cinq Nations, ainsi que la série de test face aux Springboks pour son retour dans l'Afrique du Sud post-apartheid.

En 1991, la France connaît son plus mauvais résultat en coupe du monde puisqu'elle est éliminée en quart de finale par les Anglais. Elle prend sa revanche lors de la Coupe du monde 1995 avec une victoire contre ces mêmes Anglais pour la troisième place.

Le Tournoi 1997 est l'occasion pour les Français de réaliser un nouveau Grand Chelem, le premier de l'ère Skrela, une performance qui s'est dessinée par une victoire à Dublin, avec trois essais de David Venditti, une autre à Twickenham où ils gagnent par 23 à 20 (après avoir été menés 6 à 20) grâce à Christophe Lamaison et un final réussi à Paris contre les Écossais qui sont dominés sur le score de 47 à 20.

Les Français réussissent l'exploit de remporter consécutivement un autre Grand Chelem en 1998, une performance permise par une première victoire contre les Anglais au Stade de France, où le XV de France fait ses débuts, et surtout une victoire à domicile contre l'Irlande obtenue difficilement par 18 à 16 ; Christophe Lamaison, Philippe Bernat-Salles et Thomas Castaignède sont les meilleurs marqueurs français.

Le XV de France est finaliste de la Coupe du monde 1999 après avoir battu de manière époustouflante les All Blacks en demi-finale par 43 à 31[53],[54]. Les Bleus sont cependant battus en finale par l'Australie sur le score de 35 à 12[55], ils atteignent le même niveau de performance qu'en 1987.

De 1990 à 2001, les Bleus jouent 133 matchs internationaux et en remportent 83[56], soit un taux de réussite de 62 % qui est au même niveau que celui de la décennie précédente malgré une année 1990 catastrophique (trois victoires en dix matchs).

  • Le bilan de l'équipe de France face aux All Blacks est assez équilibré avec quatre victoires pour six défaites, et avant tout, comme on l'a vu, une victoire contre les Néo-Zélandais en demi-finale de la Coupe du monde 1999. Parmi ces victoires, celle acquise le à l'Eden Park est restée dans les annales car les Français, qui étaient menés 17 à 20 à une minute de la fin du match, réussissent à l'emporter 23 à 20 grâce à un essai marqué en conclusion d'une action démarrée près de leur ligne de but, une série de passes et de renversements d'attaque impliquant de nombreux joueurs (P. Saint-André, J.M. Gonzalez, Deylaud, Benazzi, É. Ntamack, Cabannes, Delaigue, Accoceberry et J.L. Sadourny) aboutit à un essai que les journalistes néo-zélandais qualifient d'essai du siècle et que les Français appellent l'essai du bout du monde[57],[58].

Face aux Springboks leur bilan est également défavorable avec trois victoires pour sept défaites, dont une défaite par 19 à 15 en demi-finale[59] de la Coupe du monde 1995 que les Springboks remportent à domicile. Le XV de France manque de peu une qualification en finale car, sur une pelouse gorgée d'eau, Abdelatif Benazzi percute la défense des Springboks en fin de match et termine en glissant à quelques centimètres seulement de l'en-but sud-africain.

Les Bleus sont largement dominés par les Australiens qui remportent huit des dix matchs qui les opposent, en particulier la finale de la Coupe du monde 1999. Les Wallabies sont redoutables pendant cette période car ils sont champions du monde en 1991 et 1999.

2002-2007 : fin de l'ère Laporte[modifier | modifier le code]

France-Irlande du Tournoi 2006 : la mêlée française s'apprête à libérer la balle pour son demi de mêlée (no 9), Jean-Baptiste Élissalde
Articles détaillés : Grand Chelem 2002, Grand Chelem 2004 et Tournoi 2006.

L'équipe de France effectue de très bons débuts dans les années 2000 avec quatre Tournois gagnés en 2002[60], 2004, 2006 et 2007, dont 2 Grands Chelems en 2002 et 2004; Fabien Pelous, Fabien Galthié, Olivier Magne et Raphaël Ibañez sont capitaines d'équipe lors des deux Grand chelems réussis. Ces succès sont à mettre aussi au crédit de Bernard Laporte qui entraîne cette équipe depuis 1999, fonction qu'il occupe jusqu'au terme de la Coupe du monde 2007.

Le Grand chelem de 2002 est le premier remporté par les Français dans le Tournoi à six nations. Après un succès contre les Italiens et une courte victoire au Millennium Stadium obtenue contre les Gallois (37-33), le match décisif est une nouvelle fois disputé contre les Anglais ; les Bleus l'emportent par 20-15 et confirment ensuite leur suprématie en battant les autres nations britanniques.

La France termine 4e de la Coupe du monde 2003, battue par l'équipe d'Angleterre en demi-finale sur le score de 7-24, les 24 points anglais étant marqués par des drops et pénalités de Jonny Wilkinson, l'équipe d'Angleterre remporte cette Coupe du monde 2003 en battant les Wallabies en finale (20-17).

Le Grand chelem de 2004 est le 8e de l'histoire des Bleus, l'équipe emmenée par Fabien Pelous a réussi cette performance essentiellement en allant vaincre les Gallois à Cardiff (29-22) et en battant les Anglais qui détiennent alors le titre de champions du monde, par 24-21 lors d'une véritable finale jouée au Stade de France devant 79 900 spectateurs (record d'affluence) et près de 9 millions de téléspectateurs[61].

De 2002 à 2006, les Bleus remportent 38 des 62 matchs internationaux qu'ils disputent, soit 61 % de réussite[62].

Le bilan du XV de France contre les All Blacks est à nouveau négatif avec cinq défaites consécutives dont une lors de la petite finale de la Coupe du monde 2003 et un match nul obtenu en 2002. Les Français n'ont pas battu les Néo-Zélandais depuis le 18 novembre 2000 à Marseille où ils gagnèrent 42-33[63].

Depuis 2002, l'équipe de France a disputé quatre matchs contre les Springboks, elle compte deux victoires contre une défaite et un match nul, elle reste sur un succès acquis au Cap par 36-26 en juin 2006[64].

Les confrontations entre les Bleus et les Wallabies sont à l'avantage de ces derniers qui comptent trois victoires pour deux défaites et un match nul; les rencontres entre les deux équipes sont peu nombreuses, elles ne se sont pas rencontrées lors de la Coupe du monde 2003.

Le XV de France débute bien le Tournoi des six nations 2007 en battant nettement les Italiens à Rome (39-3), les Irlandais à Croke Park (20-17)[65] et les Gallois au Stade de France (32-21), mais il s'incline contre les Anglais à Twickenham (18-26). Une victoire acquise par 46-19 contre les Écossais au Stade de France permet aux Bleus de remporter le Tournoi 2007 en devançant les Irlandais à la différence de points.

L'équipe de France déçoit lors de la Coupe du monde 2007 qu'elle organise. Les Bleus terminent 4e après avoir été éliminés successivement par les Anglais en demi-finale et par les Argentins lors de la petite finale. Leur victoire contre les All Blacks en quart de finale avait entretenu l'espoir d'une première victoire en Coupe du monde.

2008-2011 : nouveau Chelem et finale de Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Grand Chelem 2010 et Coupe du monde 2011.
Maxime Médard à l'entraînement à Sydney en juin 2009.
France - Tonga en octobre 2011.

Après la Coupe du monde, Marc Lièvremont est nommé pour remplacer Bernard Laporte. Il choisit d'être assisté par Émile Ntamack pour les arrières et par Didier Retière pour les avants[66]. Après deux victoires en Écosse et face à l'Irlande, l'équipe perd face à l'Angleterre, au Stade de France, puis à Cardiff et termine à la troisième place du tournoi 2008. Pour la tournée d'été en Australie, les Bleus sont privés des demi-finalistes du Championnat de France[67] et perdent lourdement 34-13 et 40-10. En novembre, ils battent les Argentins et les Pacific Islanders mais s'inclinent une nouvelle fois contre les Australiens[68].

En 2009, après une nouvelle troisième place dans le tournoi, l'équipe de France se déplace en Océanie en juin. Elle remporte le premier match face aux Néo-Zélandais à Dunedin sur le score de 27 à 22. C'est sa première victoire en Nouvelle-Zélande depuis 1994. La défaite sur un écart plus restreint la semaine suivante à Wellington (14-10) leur permet de remporter pour la première fois le Trophée Dave Gallaher[69]. Les Bleus perdent ensuite contre l'Australie à Sydney. Lors de la tournée d'automne, ils s'imposent 20-13 contre l'équipe d'Afrique du Sud, championne du monde en titre, et les Samoa mais chutent une nouvelle fois face aux All Blacks (39-12).

Lors du tournoi des six nations 2010, l'équipe de France s'impose en réalisant le neuvième Grand chelem de son histoire. Ce succès est en large partie dû à la supériorité du pack mené par Morgan Parra. Avec 61 points inscrits, il est le meilleur réalisateur du tournoi à égalité avec le Gallois Stephen Jones[70].

Auteur d'une excellente performance, Morgan Parra est nommé pour le titre de meilleur joueur du tournoi des six nations 2010[71] mais c'est finalement l'Irlandais Tommy Bowe qui est désigné[72].

La tournée qui suit est un échec. Elle se solde par deux humiliations en Afrique du Sud (17-42) et en Argentine (13-41) et finit par faire oublier les espoirs nés pendant le tournoi des 6 nations.

Battue, le samedi 27 novembre 2010, 59 à 16 (13 à 13) par l'Australie au Stade de France, elle subit ce jour-là, la plus lourde défaite de son histoire à domicile. Largement dominés en mêlée en première mi-temps, les Wallabies ont, par la suite, portant le ballon à la main, négligeant le jeu au pied, déployé une succession de quinze attaques grand champ, à la manière treiziste.

La France perd son titre de champion du Tournoi des Six nations lors de l'édition 2011. Elle débute avec une victoire contre l'Écosse et l'Irlande, mais chute en Angleterre, puis en Italie sur le score de 22-21 (la première défaite française chez les Italiens dans l'histoire du tournoi). La France se rattrape en battant le pays de Galles lors du dernier match et termine finalement à la deuxième place, derrière l'Angleterre.

La France gagne ses deux derniers test matches avant la Coupe du monde face à l'Irlande (19-12, puis 26-22).

Les Français commencent la coupe du monde en battant, non sans se faire accrocher, le Japon (47-21) puis le Canada (46-19). Le match suivant opposant la France au pays hôte, la Nouvelle-Zélande, voit les All Blacks s'imposer facilement 37-17. Puis des doutes s'installent vraiment après la défaite surprise face au Tonga (14-19). L'équipe de France avec deux défaites et deux victoires parvient néanmoins à se hisser en quart-de-finale grâce aux points du bonus offensif. Elle devient la deuxième équipe à se qualifier pour les quarts de finale de la compétition avec deux défaites, après les Fidji en 1987. Le groupe s'impose face à l'Angleterre en quart de finale sur le score de 19-12 puis en demi-finale contre le pays de Galles 9-8, et se qualifie pour la finale contre les All Blacks.

Grâce à cette victoire sur les Gallois, la France remonte à la 3e place du classement IRB des meilleurs nations et devient entre-temps la seule nation de l'hémisphère nord à entrer dans le trio de tête depuis 16 mois (le dernier pays était aussi la France en juin 2010). Le XV de France s'incline finalement en finale 7-8 face à la Nouvelle-Zélande. Critiqués tout au long de la compétition pour leur jeu et pointés du doigt par la presse mondiale qui criait au hold-up, les hommes de Marc Lièvremont résistent face aux Néo-Zélandais, en ne s'inclinant que par le plus petit écart jamais constaté en finale de coupe du monde.

2011-2015 : résultats décevants[modifier | modifier le code]

France - Irlande lors du tournoi des six nations 2014.

Le 22 août 2011, Philippe Saint-André est choisi pour remplacer, avec Patrice Lagisquet et Yannick Bru, le trio Lièvremont-Ntamack-Retière à l'issue de la coupe du monde[73].

Lors du tournoi des Six Nations 2012, l'équipe de France termine quatrième avec un bilan de deux victoires, un nul et deux défaites. Pendant la tournée de juin en Argentine, les Bleus s'inclinent sur le fil 23-20 contre les Pumas, composé essentiellement de jeunes joueurs, l'équipe première se préparant au Rugby Championship, après avoir mené pendant une grande partie du match. Lors du deuxième test, le XV de France gagne sur le score de 49 à 10, synonyme du plus gros écart historique entre ces deux nations et du plus grand nombre de points marqués pour les Bleus. Cette tournée marque aussi le grand retour de Frédéric Michalak au poste d'ouvreur.

Lors des test-matchs de , les Bleus arrivent à s'imposer 33 à 6 face à l'Australie, nation qu'ils n'avaient plus battu depuis 2005, remportent une nouvelle victoire face à l'Argentine une semaine plus tard, par 39 à 22, et s'imposent enfin dans la difficulté contre les Samoa sur le score de 22 à 14. Cette série victorieuse permet à la France d'être dans le premier chapeau lors du tirage au sort des poules pour la Coupe du monde 2015[74].

L'équipe de France termine dernière du tournoi des Six Nations 2013 : après trois défaites successives, contre l'Italie (23-18), le pays de Galles à domicile (16-6) et l'Angleterre (23-13) — une première depuis le tournoi des Cinq Nations 1982[75] — et un match nul contre l'Irlande (13-13), la France bat l'Écosse par 23 à 16. Les résultats de la tournée de novembre qui suit, au cours de laquelle la France reçoit trois équipes de l’hémisphère sud, sont mitigés : le XV de France s'incline 19 à 26 contre la Nouvelle-Zélande, avant de battre les Tonga 38 à 18, pour terminer son année 2013 sur une huitième défaite face à l'Afrique du Sud, 10 à 19.

L'équipe de France réalise une bonne entame dans le tournoi des Six Nations 2014 avec une victoire contre l'Angleterre (26-24), puis s'impose nettement contre les Italiens (30-10), vainqueurs de la confrontation précédente. Après ces deux victoires à domicile, le XV de France subit une lourde défaite à Cardiff face au pays de Galles (27-6). Les Bleus s'imposent de peu contre l'Écosse (17-19) grâce à une pénalité passée à la 78e minute . Au stade de France, les Bleus perdent contre l'Irlande (20-22), qui remporte le tournoi. Le XV de France termine à la quatrième place.

Lors des tests de juin qui ont lieu en Australie, l'équipe de France s'incline (50-23) dans le premier match, avec sept essais encaissés à deux.

Le , la Fédération française de rugby à XV annonce que Philippe Saint-André sera remplacé par Guy Novès dès novembre 2015, soit juste après la coupe du monde en Angleterre[76]. Il sera accompagné de Yannick Bru, déjà en place, et de Jeff Dubois, entraîneur des trois-quarts du Stade français et, comme les deux précédents, ancien joueur du Stade toulousain[77].

Les Français disputent la phase finale de la Coupe du monde de rugby à XV 2015 dans la poule D. Après avoir battu l'Italie (30-12), la Roumanie (38-11) et le Canada (41-18), ils s'inclinent face à l'Irlande (9-24) mais parviennent à se qualifier pour les quarts de finale. Ils y retrouvent la Nouvelle-Zélande contre laquelle ils essuient une large défaite (62-13) qui les sort de la compétition.

Depuis 2016 : avec Guy Novès[modifier | modifier le code]

Début , le nouveau sélectionneur, Guy Novès, convoque pour deux prises de contact 30 joueurs susceptibles d'être retenus pour le premier match du Tournoi des Six Nations 2016 contre l'Italie début février. Il officialise également la nomination de Guilhem Guirado en tant que nouveau capitaine[78].

Pour sa première compétition à la tête de l'équipe de France, Novès n'obtient qu'une cinquième place : après deux victoires lors des deux premières journées, face à l'Italie (23-21) puis l'Irlande (10-9), la France s'incline au pays de Galles (19-10) puis en Écosse (29-18) avant de s'incliner lors de la dernière journée au Stade de France face à l'Angleterre (21-31), qui réussit le Grand Chelem[79].

La tournée de juin en Argentine démarre dans des conditions difficiles pour Guy Novès. En effet, le championnat national n'est pas encore terminé que l'équipe de France doit effectuer ses premiers matchs contre l'Argentine. Privé des joueurs jouant les phases finales du Top 14[Note 2], Guy Novès sélectionne pour le premier match sept novices[80], mais échoue face aux Argentins sur le score de 30 à 19[81]. Le second match est plus satisfaisant car les Bleus l'emportent 27 à 0 face aux Pumas.[82]. Ce résultat fait remonter la France au septième rang mondial [83].

Lors de la tournée d'automne 2016, ils battent les Samoa (52-8) et perdent de peu contre l'Australie (23-25) et contre la Nouvelle-Zélande (19-24). Durant cette tournée certains joueurs s'affirment comme Kevin Gourdon, Baptiste Serin, Noa Nakaitaci,Julien Le Devedec ou encore Rémi Lamerat[travail inédit ?].

Les Bleus entament leur Tournoi 2017 par une très courte défaite en Angleterre, futur vainqueur et alors invaincue depuis 14 matchs, sur le score de 16 à 19. L'équipe de France déploie un très beau jeu et met à mal le XV de la Rose. S'en suit d'une victoire difficile (22-16) face à l'Écosse, puis d'une défaite en Irlande (9-19), où le jeu déployé est plus décevant, notamment à cause de nombreux déchets dans le jeu. Les Bleus battent ensuite largement les Italiens à Rome 40 à 18, avant de s'imposer au Stade de France face au pays de Galles (20-18) au cours d'un match historique qui dura près de 100 minutes, à la fin du temps réglementaire, alors que le score est de 13-18 en faveur des Gallois, les Français poussent et gagnent mêlée après mêlée à 5 mètres de la ligne galloise sans qu'aucun essai de pénalité ne soit accordé, le pilier gallois Lee prend un carton jaune à la 81e minute, puis revient en jeu à la 91e, c'est finalement Damien Chouly qui marque l'essai de la victoire à la 100e minute et qui met fin à une série de 5 défaites face au XV du poireau.

Les Bleus finissent 3e, à égalité de point avec les Irlandais, 2e, et les Écossais, 4e, c'est leur premier podium depuis 2011. Ce bon résultat leur permet de figurer dans le deuxième chapeau lors du tirage de la Coupe du monde 2019.

La tournée du XV de France de juin 2017 en Afrique du Sud est mauvaise, avec trois lourdes défaites (14-37, 15-37 et 12-35) contre une équipe d'Afrique du Sud qui sortait pourtant d'une mauvaise année 2016.

Emblèmes du XV de France[modifier | modifier le code]

Le coq comme écusson[modifier | modifier le code]

Avant 1912, le premier maillot du XV de France n’est pas bleu et n’est pas encore marqué du coq, mais il est blanc et porte en guise de blason deux anneaux, un rouge et un bleu. Il s'agit de l'emblème de l'USFSA, dont émane l'équipe nationale de rugby (et la plupart des équipes sportives françaises nationales), un emblème qui préfigure les cinq anneaux olympiques (que dessinera Pierre de Coubertin en 1913[84], ce dernier est alors secrétaire général de l'USFA) et qui reprend les couleurs du drapeau national (bleu et rouge sur fond blanc)[85].

Coq sur le maillot bleu du XV de France.

Après la première victoire de l'équipe de France obtenue contre l'Écosse en 1911, Marcel Communeau, alors capitaine de l'équipe, impose que les joueurs portent le Coq gaulois comme emblème de la France[86]. L'origine de l'utilisation du coq comme symbole d'une équipe de France est cependant plus ancienne, car Jean Rigal, un ancien joueur de football, portait cet emblème en mai 1910 lors d'un match contre l'Italie et a fait don de son écusson au musée national du Sport[85]. Le coq fut choisi car c'était un symbole de longue date de la France, depuis que les Romains, dans l'Antiquité, avaient remarqué que dans leur langue, coq et Gaulois se disaient avec le même mot, gallus. L'identification a perduré par la suite, sans déplaire aux Français puisque le coq est un animal fier, combatif et parfois agressif. À quelques minutes de la fin d'un match France-Angleterre des années 1960 et alors que le XV de France mène 13-12 mais traverse un passage difficile, le pilier Aldo Gruarin fait appel à l'orgueil de ses coéquipiers en leur disant : « Ho ! Sur la poitrine, c'est un coq qu'on porte ! C'est pas une pintade ! Alors chantez[87] ! »

L'écusson est initialement blanc et rouge (toujours selon les principes de l'USFSA, qui n'éclate en plusieurs fédérations qu'en 1919-1920), il est ensuite brodé et multicolore à partir de 1945 puis doré depuis les années 1970[88]. La représentation du coq sur les écussons est initialement réaliste et détaillée (avec l'écusson rouge sur le maillot bleu et l'écusson bleu sur le maillot blanc), par la suite la silhouette du coq s’est profondément simplifiée et est devenue plus abstraite et stylisée (avec l'écusson est rouge sur les maillots bleu et blanc).

Ce symbole de l'équipe de France de rugby connait un vif succès, il est ensuite porté par les membres de la délégation française qui participent aux Jeux olympiques de 1920, le coq est dans ce cas perché sur les cinq anneaux olympiques[89]. Le coq est adopté comme logo du Comité national olympique et sportif français, les règlements du CIO imposant aux comités nationaux d’adopter un emblème qui associe un symbole national, les couleurs du pays et les anneaux olympiques.

Le coq est largement reconnu comme le symbole des équipes de France, les sportifs français sont même surnommés les coqs et certains supporters du XV de France ont l’habitude d'amener et de lâcher un coq vivant sur le terrain de jeu avant un match.

Le maillot[modifier | modifier le code]

L'équipe de France joue depuis le début du XXe siècle avec un maillot bleu roi, une culotte blanche et des bas rouges. Pour cette raison, les joueurs sont aussi surnommés Les Bleus. Initialement, ce choix de couleur a posé un problème aux Écossais ; ces derniers ont dû abandonner leur couleur traditionnelle, le bleu marine, lors des matchs disputés en Écosse. Lorsque ceci est nécessaire (matchs à domicile contre des équipes elles-mêmes en bleu : Écosse, Italie, Samoa, etc.), les joueurs français portent un maillot blanc.

Saison Maillot Short Bas
Avant 2003 bleu roi blanc rouge
2003-2007 bleu roi bleu roi rouge
2007-2009 bleu nuit bleu nuit bleu nuit
2009-2011 bleu nuit blanc rouge
2011-2012 bleu roi + bleu nuit bleu nuit bleu nuit
2012-2013 bleu roi bleu roi rouge
2013-2014 bleu roi blanc rouge
2014-2016 bleu roi bleu foncé bleu roi
2016- bleu nuit bleu nuit bleu nuit
Maillot de l'équipe nationale française de rugby à la Coupe du Monde 2007.

À partir des années 2000, les couleurs du XV de France, jusque là inchangées, subissent des modifications, d'abord tous les deux ans, puis tous les ans. En cela, la Fédération s'aligne sur les nouvelles pratiques d'image sportive et de commercialisation de celle-ci. Ces pratiques suggèrent de changer régulièrement les couleurs d'une équipe pour entretenir de la nouveauté dans un domaine normalement immuable, et ainsi favoriser la commercialisation des équipements auprès du public.

En février 2015 et en vue de la Coupe du monde qui se tient la même année, un nouveau changement se produit concernant la seconde tenue. Un maillot rouge remplace le traditionnel maillot blanc, et est complété par une culotte bleu foncé et des bas rouges. Le XV de France aborde ce maillot pour la première fois face à l’Écosse, lors du Tournoi des Six Nations. Dans son histoire, les joueurs français avaient joué en rouge qu'à deux reprises : face à l'Australie en 1958 et à l’Écosse en 1959. Rompant ainsi avec les traditions, ce changement ne fait pas l'unanimité auprès des supporters[90],[91].

Dasn les années 1970/1980, elle est habillée par le français Le coq sportif puis par l'allemand Adidas jusqu'en juin 1998. Elle est ensuite habillée par l'équipementier américain Nike de novembre 1998 à juin 2012, puis à nouveau par Adidas de 2012 à 2018. Elle sera à nouveau habillée par Le coq sportif à compter de 2018, pour un contrat courant jusqu'à 2024[92].

La nouvelle direction de la fédération, élue en décembre 2016 et menée par Bernard Laporte, souhaite vendre le maillot de l'équipe de France à un sponsor. La FFR annonce le 24 janvier avoir lancé le processus de commercialisation du maillot. En février 2017, ils décident dans un premier temps d'afficher la candidature de la France pour accueillir la Coupe du monde de rugby à XV 2023 en affichant #France2023 sur leur poitrine[93]. En mars 2017, le groupe Altrad soutient la candidature française pour l’accueil de la coupe du monde et son logo accompagne ainsi #France2023 sur le maillot de l'équipe de France. Le groupe devient alors la première entreprise privée de l'histoire à s'afficher sur le maillot du XV de France[94].

Composition et préparation du XV de France[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : Aurélien Rougerie, Fabien Pelous et Pieter de Villiers lors de France-Irlande 2006

Composition de l'équipe[modifier | modifier le code]

L'équipe de France est composée par le sélectionneur/entraîneur et le manager de l'équipe ; Guy Novès entraîne le XV de France depuis 2015.

Une liste de 23 joueurs est définie habituellement, une à deux semaines avant une rencontre internationale, la composition définitive de l'équipe est définie quelques jours avant le match pour tenir compte des blessures éventuelles de joueurs ou de leur état de forme pendant le stage préparatoire à chaque match.

Dans le cas de la coupe du monde de rugby, une liste de joueurs est établie plusieurs mois avant la compétition, elle est ensuite réduite à l'approche du premier match mais elle comprend plus de joueurs que pour une seule rencontre internationale pour tenir compte du fait qu'il y a plusieurs matchs à disputer, espacés seulement de quelques jours. Lors de la coupe du monde de 2003, trente joueurs français ont participé à au moins une rencontre et sept joueurs seulement ont disputé les six matchs du XV de France.

Pour être sélectionné en équipe de France, un joueur doit être de nationalité française ou avoir disputé le Championnat de France de rugby à XV depuis au moins trois ans et ne doit pas avoir joué pour une sélection nationale étrangère (règle pas toujours suivie par le passé mais qui est rigoureusement appliquée maintenant), il est ainsi possible à un joueur de nationalité étrangère de jouer avec le XV de France ; ce fut le cas de plusieurs joueurs tels que les Sud-Africains Pieter de Villiers, Brian Liebenberg, Bernard Le Roux, Daniel Kotze, Antonie Claassen, Rory Kockott ou les Néo-Zélandais Tony Marsh et Uini Atonio. La toute première équipe de France, qui a rencontré les Néo-Zélandais en 1906, comprend déjà deux joueurs étrangers : l'Anglais William Crichton et l'Américain Allan Muhr qui évoluaient respectivement au Havre AC et avec le Racing. En 2016, suite à l'élection de Bernard Laporte à la tête de la FFR, le comité directeur de la fédération décide que les joueurs étrangers ne pourront plus intégrer l'équipe de France, même si la réglementation internationale l'autorise toujours.

Au moment de leur sélection, les joueurs du XV de France évoluent le plus souvent dans le championnat de France, contrairement à la pratique actuelle pour l'équipe de France de football, mais plusieurs joueurs peuvent participer au championnat d'Angleterre, ce fut le cas de Raphaël Ibañez et de Sébastien Chabal. Laurent Cabannes est le premier joueur qui a joué avec le XV de France alors qu'il évoluait dans un club étranger : la Western Province (Philippe Sella a joué avec les Saracens dès 1996 mais il a pris sa retraite internationale en 1995).

Les joueurs sont requis par la fédération française de rugby pour disputer les matchs du XV de France, et ne peuvent pas refuser une sélection, sauf bien sûr s'ils sont arrêtés pour blessure ou maladie. Cette réquisition de joueurs est parfois la source de tensions entre la fédération française de rugby et les clubs car ces derniers ne peuvent pas disposer de tous leurs joueurs pour disputer certains matchs du championnat. Cependant la programmation du Top 14 est faite de telle sorte que peu ou pas de matchs sont disputés lorsque le XV de France dispute de grandes compétitions, c'est le cas notamment pendant le déroulement du Tournoi des six nations et de la coupe du monde de rugby.

Équipe en janvier 2017[modifier | modifier le code]

(Mis à jour le 8 septembre 2017)

La table ci-dessous est officiellement le groupe des joueurs choisis pour le Tournoi des Six Nations 2017

Avants[modifier | modifier le code]

Nom Date de naissance Sélections
(Pts marqués)
Club Première
sélection
Piliers
Uini Atonio 25 (0) Drapeau : France Stade rochelais 2014
Cyril Baille 15 septembre 1993 8 (0) Drapeau de la France Stade toulousain 2016
Eddy Ben Arous 25 août 1990 17 (0) Drapeau : France Racing 92 2013
Mohamed Boughanmi 27 octobre 1991 - Drapeau de la France Stade rochelais 2017
Xavier Chiocci 13 février 1990 9 (0) Drapeau de la France RC Toulon 2014
Rabah Slimani 36 (15) Drapeau : France Stade français 2013
Talonneurs
Camille Chat 18 décembre 1995 8 (0) Drapeau : France Racing 92 2016
Guilhem Guirado Capitaine 51 (20) Drapeau : France RC Toulon 2008
Clément Maynadier 11 octobre 1988 3 (0) Drapeau de la France Union Bordeaux Bègles 2016
Christopher Tolofua 31 décembre 1993 7 (0) Drapeau de la France Stade toulousain 2012
Deuxième ligne
Arthur Iturria 13 mai 1994 1 (0) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2017
Paul Jedrasiak 6 février 1993 6 (0) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2016
Julien Le Devedec 9 (0) Drapeau : France CA Brive 2016
Yoann Maestri 56 (5) Drapeau : France Stade toulousain 2012
Sébastien Vahaamahina 25 (0) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2012
Troisième ligne aile
Kélian Galletier 18 mars 1992 1 (0) Drapeau de la France Montpellier HR 2016
Loann Goujon 15 (5) Drapeau : France Union Bordeaux Bègles 2015
Kevin Gourdon 10 (0) Drapeau : France Stade rochelais 2016
Raphaël Lakafia 28 octobre 1988 4 (0) Drapeau : France Stade français 2011
Bernard Le Roux 4 juin 1989 26 (0) Drapeau : France Racing 92 2013
Charles Ollivon 11 mai 1993 6 (5) Drapeau : France RC Toulon 2014
Fabien Sanconnie 21 février 1995 2 (0) Drapeau de la France CA Brive 2017
Troisième ligne centre
Damien Chouly 46 (15) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2007
Louis Picamoles 5 février 1986 62 (45) Drapeau de la France Montpellier HR 2008

Arrières[modifier | modifier le code]

Nom Date de naissance Sélections
(Pts marqués)
Club Première
sélection
Demi de mêlée
Antoine Dupont 15 novembre 1996 2 (0) Drapeau de la France Stade toulousain 2017
Maxime Machenaud 29 (99) Drapeau : France Racing 92 2012
Baptiste Serin 10 (24) Drapeau : France Union Bordeaux Bègles 2016
Demi d'ouverture
Jean-Marc Doussain 15 (41) Drapeau : France Stade toulousain 2011
Camille Lopez 3 avril 1989 16 (139) Drapeau de la France ASM Clermont Auvergne 2013
François Trinh-Duc 11 novembre 1986 60 (75) Drapeau de la France RC Toulon 2008
Centre
Mathieu Bastareaud 17 septembre 1988 39 (15) Drapeau de la France RC Toulon 2009
Henry Chavancy 22 mai 1988 1 (0) Drapeau : France Racing 92 2017
Jonathan Danty 7 octobre 1992 4 (0) Drapeau : France Stade français 2016
Yann David 15 avril 1988 4 (0) Drapeau de la France Stade toulousain 2008
Gaël Fickou 29 (30) Drapeau : France Stade toulousain 2013
Wesley Fofana 20 janvier 1988 44 (70) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2012
Rémi Lamerat 16 (10) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2014
Ailier - Arrière
Djibril Camara 4 (0) Drapeau : France Stade français 2016
Brice Dulin 13 avril 1990 27 (28) Drapeau : France Racing 92 2012
Yoann Huget 47 (40) Drapeau : France Stade toulousain 2010
Gabriel Lacroix 19 octobre 1993 - Drapeau : France Stade rochelais -
Noa Nakaitaci 11 juillet 1990 15 (10) Drapeau de la France ASM Clermont Auvergne 2013
Geoffrey Palis 8 juillet 1991 - Drapeau de la France Castres olympique -
Scott Spedding 21 (21) Drapeau : France ASM Clermont Auvergne 2014
Virimi Vakatawa 1 mai 1992 12 (30) Drapeau de la France Racing 92 2016

Préparation de l'équipe[modifier | modifier le code]

Chaque rencontre est préparée dans le Centre national du rugby de Linas-Marcoussis qui dispose de tous les moyens nécessaires: terrains d'entraînement (dont un couvert), salle de musculation, amphithéâtre, logement et piscine.

La préparation est dirigée par l'entraîneur national, aidé par l'encadrement de l'équipe qui comprend un préparateur physique, un médecin, un kinésithérapeute, des responsables des lignes avant ou arrière de l'équipe, un arbitre, un spécialiste de la défense et un conseiller des buteurs.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-contre donne la liste des entraîneurs du XV de France qui se sont succédé depuis 1963. Auparavant, l'équipe de France n'a pas d'entraîneur à proprement parler, le capitaine de l'équipe tenant ce rôle.

  • De 1976 à 1979, l'équipe est dominée par la forte personnalité de Jacques Fouroux qui est alors capitaine d'équipe, mais qui joue un rôle important dans le choix des joueurs et des options tactiques. On lui doit notamment la constitution d'un pack surpuissant qui va dominer ses adversaires en 1977, année du deuxième Grand chelem des Bleus. Fouroux est alors surnommé le petit caporal, sa petite taille ne l'empêchant pas de diriger la manœuvre de son pack de fer de manière énergique. En 1978 il quitte le XV de France car il est en désaccord avec le président du comité de sélection, Élie Pebeyre, mais il revient deux ans plus tard et devient l'entraîneur de l'équipe de 1981 à 1990. Il est doté de tous les pouvoirs : à la fois entraîneur et sélectionneur, d'où son nouveau surnom de petit Napoléon[95]. C'est alors la période faste du XV de France avec six victoires dans le Tournoi, deux Grands Chelems et une place de finaliste de la première Coupe du monde en 1987. Jacques Fouroux devient vice-président de la Fédération française de rugby avec le soutien du président Albert Ferrasse. Mais après une tentative manquée pour prendre la présidence, il tombe en disgrâce.
  • Après une période d'intérim assurée par l'ancien international Daniel Dubroca, en décembre 1991, un autre international et ancien capitaine devient entraîneur du XV de France. Âgé de trente-trois ans, il est le plus jeune entraîneur d'une équipe de France, tous sports confondus [96]. Il est épaulé par Christian Mombet, ancien entraîneur du Racing Club de France. Bierre Berbizier est contesté dès 1992 mais il est maintenu dans son rôle d'entraîneur alors que Guy Laporte devient patron d'un comité de sélection en novembre 1992.
Entraîneur Mandat
Jean Prat 1963-1967
Fernand Cazenave 1968-1972
Jean Desclaux 1973-1980
Jacques Fouroux 1981-1990
Daniel Dubroca 1990-1991
Pierre Berbizier 1991-1995
Jean-Claude Skrela 1995-1999
Bernard Laporte 1999-2007
Marc Lièvremont 2007-2011
Philippe Saint-André 2011-2015
Guy Novès 2015 -

Le staff est renouvelé en bonne partie, notamment dans le secteur médical. C'est ainsi Jean-Philippe Hager et Jean-Michel Grand qui deviennent respectivement médecin et kinésithérapeute du XV de France après avoir travaillé pour les moins de 21 ans, a orsMque ichel Riff est le nouvel ostéopathe.

Période Sélectionneur Manager Entraîneur
des avants
Entraîneur
des arrières
1995-1999 Jean-Claude Skrela Jo Maso Pierre Villepreux
1999-2001 Bernard Laporte Yves Ajac
2001-2007 Jacques Brunel Bernard Viviès
2007-2011 Marc Lièvremont Didier Retière Émile Ntamack
2011-2015 Philippe Saint-André Yannick Bru Patrice Lagisquet
2015 - Guy Novès Jean-Frédéric Dubois

Le rôle de préparateur physique est confié à Jean-Luc Arnaud qui travaille ponctuellement avec le XV de France pour la préparation de la Coupe du monde 2007. Jean Dunyach devient le chef de délégation des Bleus.

En mai 2008, le XV de France se dote d'un spécialiste du jeu au pied, en la personne de Gonzalo Quesada, l'ancien demi d'ouverture des Pumas[98]. Les skills (technique individuelle) sont confiés au début d'août 2008 à Thierry Janeczek, l'entraîneur de l'Équipe de France de rugby à 7. À partir de 2012, l'encadrement sportif est constitué du sélectionneur Philippe Saint-André, venant du RC Toulon, de l'entraîneur des avants Yannick Bru, du Stade toulousain, et de l'entraîneur des arrières Patrice Lagisquet, du Biarritz olympique. À partir de juin 2014, Romain Teulet entre dans le staff et prend en charge l'entraînement des buteurs.

Équipe technique en 2016[modifier | modifier le code]

Guy Novès en 2012
Yannick Bru, le 7 janvier 2012 avec le Stade toulousain.

Lors de son arrivée à la tête de la sélection, Guy Novès choisit de conserver Yannick Bru (avec qui il travaillait déjà au Stade toulousain) en tant qu'entraîneur des avants. Il s'adjoint aussi un entraîneur des arrières, Jean-Frédéric Dubois, en provenance du Stade français et un entraîneur spécialiste de la défense, Gérald Bastide, jusqu'alors entraîneur des arrières de l'Équipe de France des moins de 20 ans[Note 3].À partir de février 2017, Jean-Baptiste Poux rejoint l'encadrement de l'équipe de France en tant que consultant spécialiste de la mêlée pour épauler l'entraîneur adjoint responsable des avants Yannick Bru, avec qui il a joué cinq saisons au Stade toulousain. Il intervient ainsi une journée par semaine lors des rassemblements du XV de France[100].

Capitaines[modifier | modifier le code]

Période Sélectionneur Capitaine titulaire Autres capitaines
1991-1995 Pierre Berbizier
(quatre ans)
Philippe Saint-André
(34 fois capitaine)
1996 Jean-Claude Skrela
(quatre ans)
1996-1997 Abdelatif Benazzi (11) Philippe Saint-André, Fabien Pelous
1998-1999 Raphaël Ibañez (41) Fabien Galthié
2000-2001 Bernard Laporte
(huit ans)
Fabien Pelous (42) Abdelatif Benazzi
2001-2003 Fabien Galthié (24) Fabien Pelous, Raphaël Ibañez, Gérald Merceron, Olivier Magne, Yannick Bru (2)
2004-2006 Fabien Pelous Jérôme Thion (3), Jean-Baptiste Élissalde (3), Dimitri Yachvili
2006-2007 Raphaël Ibañez Fabien Pelous, Pascal Papé (14),
Jean-Baptiste Elissalde, Serge Betsen
2008-2009 Marc Lièvremont
(quatre ans)
Lionel Nallet (16)
2009-2011 Thierry Dusautoir (56) Sylvain Marconnet, Lionel Nallet,
Imanol Harinordoquy, Aurélien Rougerie
2012-2015 Philippe Saint-André
(quatre ans)
Pascal Papé, Nicolas Mas, Dimitri Szarzewski (2)
2016- Guy Novès
(1 an+)
Guilhem Guirado Yoann Maestri, Jules Plisson

Les matches du XV de France[modifier | modifier le code]

Les stades du XV de France[modifier | modifier le code]

De 1906 à 1914, l'équipe de France dispute dix matches au Parc des Princes, quatre au Stade olympique Yves-du-Manoir à Colombes et un à Bordeaux (Stade Sainte-Germaine au Bouscat). À partir de 1920 et jusqu'en 1940, elle effectue trente matches à Colombes et seulement six au Parc des Princes. De 1945 à 1972, le XV de France effectue la très grande majorité de ses matches à Colombes (au total 98 matches au stade Yves du Manoir de 1908 à 1972[101]), puis à partir du il évolue dans un Parc des Princes rénové. Depuis 1998, l'équipe de France joue les matches du Tournoi et la plupart des test matches au Stade de France. Elle dispute aussi des test matches en province : au Stade Gerland à Lyon, au Stade Vélodrome à Marseille, au Stadium de Toulouse, au Grand Stade Lille Métropole de Lille, etc.

La FFR avait le projet, lancé en 2010, de construire un grand stade entièrement dévolu au rugby. En juin 2012, le site retenu est celui d'Évry, au sud de Paris ; la livraison du stade était prévue pour 2017. Il devait être doté d'une capacité de 82 000 places et d'un toit multifonctionnel et accueillir le siège de la FFR[102]. En décembre 2016, le nouveau président de la fédération française de rugby, Bernard Laporte, fait finalement voter l'abandon du projet.

En juin 2017, la FFR annonce que pour la première fois, un match du Tournoi des Six Nations sera disputé en province, en l'occurrence à Marseille pour la rencontre face à l'Italie dans le cadre de l'édition 2018 du Tournoi.

Palmarès du XV de France[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales Tournoi des Cinq -puis Six- Nations Trophées divers
1955, 1979, 1983 et 1993
1935, 1936, 1937, 1938, 1952, 1954
  • Victoires non partagées (17)
1959, 1961, 1962, 1967, 1968, 1977, 1981, 1987, 1989, 1993, 1997, 1998, 2002, 2004, 2006, 2007 et 2010
  • Victoires partagées (8)
1954, 1955, 1960, 1970, 1973, 1983, 1986 et 1988
(liste close depuis 1993)
1968, 1977, 1981, 1987, 1997, 1998, 2002, 2004 et 2010
1960 et 1961
, , , , ,
, , , ,
, , , , ,
1995 et 1997
(compétition disparue)

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances du XV de France en Coupe du monde. Les Français sont arrivés trois fois en finale et se sont classés six fois sur huit dans les quatre premiers. En 1991, ils se font sortir dès les quarts de finale, au Parc des Princes, par l'équipe d'Angleterre, et en 2015, par celle de Nouvelle-Zélande au Millennium Stadium de Cardiff en quarts également.

Parcours de l'équipe de France en Coupe du monde.
Édition Rang Dernier match disputé Bilan
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 1987 Finaliste Nouvelle Zélande 29 – 9 France 4 v, 1 n, 1 d
Drapeau : Angleterre Angleterre 1991 Quart-de-finaliste France 10 – 19 Angleterre 3 v, 0 n, 1 d
Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 1995 Troisième France 19 – 9 Angleterre 5 v, 0 n, 1 d
Drapeau : Pays de Galles Pays de Galles 1999 Finaliste Australie 35 – 12 France 5 v, 0 n, 1 d
Drapeau : Australie Australie 2003 Quatrième Nouvelle-Zélande 40 – 13 France 5 v, 0 n, 2 d
Drapeau : France France 2007 Quatrième France 10 – 34 Argentine 4 v, 0 n, 3 d
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 2011 Finaliste Nouvelle-Zélande 8 – 7 France 4 v, 0 n, 3 d
Drapeau : Angleterre Angleterre 2015 Quart-de-finaliste Nouvelle-Zélande 62 – 13 France 3 v, 0 n, 2 d
Total 33 v, 1 n, 14 d

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1967 et 2002, le XV de France obtient le Prix Emmanuel-Rodocanacchi de l'Académie des sports comme Meilleure équipe sportive française pour l'année écoulée[103] (les universitaires ayant obtenu le Prix François-Lafon — de cette même Académie — en 1996, eux comme Meilleurs espoirs sportifs français de l'année).

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

La liste suivante est limitée aux joueurs qui ont au moins 50 sélections en équipe de France, plus quelques personnalités marquantes (capitaines des Bleus, membres du Temple international de la renommée du rugby, joueurs comptant moins de sélections mais ayant évolué à une époque où il y avait moins de matches internationaux). D'autres joueurs auraient mérité de figurer dans cette liste car le XV de France a connu de très nombreux joueurs de valeur, le lecteur trouvera leur nom dans la liste des sélectionnés en équipe de France de rugby à XV.

Premières et deuxièmes lignes

Troisièmes lignes

Demis

Trois quarts et arrières

Parmi ces joueurs emblématiques, le tableau suivant distingue quelques joueurs qui possèdent le meilleur palmarès en nombre de sélections et de titres remportés avec l'équipe de France. Par leur activité, ils couvrent la période 1954 à 2011.

Joueur Période Poste Capes Tournois Distinctions
Abdelatif Benazzi[104],[105] 1990-2001 Troisième ligne centre 78 GC[Note 5] 1997
T2[Note 6] 1993
Finaliste CM 1999
Serge Blanco[106],[107] 1979-1991 Arrière 93 GC 1981 et 1987
T6 [Note 7] + 1983, 1986, 1988, 1989
Finaliste CM 1987, Temple international de la renommée du rugby
André Boniface[108],[109] 1954-1966 Centre 48 PC[Note 8] 1961
T5[Note 9] + 1954, 1955, 1959, 1962
Temple international de la renommée du rugby
Benoît Dauga[110],[111] 1964-1972 Deuxième ligne 63 GC 1968
T3 [Note 10] 1967, 1970
9 fois capitaine
Amédée Domenech[112],[113] 1954-1963 Pilier 52 PC 1960 et 1961
T5 1954, 1955, 1962
Surnom : Le Duc, a aussi joué no 8, 8 essais marqués, en 1961 il fut positionné à l'aile en remplacement de Jean Dupuy
Thierry Dusautoir[114],[115] 2006- Troisième ligne aile 78 GC 2010 Participation CM : 2007 (demi-finaliste), 2011 (finaliste)
Meilleur joueur du monde IRB 2011
Fabien Galthié[116],[117] 1991-2003 Demi de mêlée 64 GC 1997, 1998, 2002 Participation CM 1991, 1995 (troisième), 1999 (finaliste), 2003 (demi-finaliste)
Meilleur joueur du monde IRB 2002
Olivier Magne[118],[119] 1997-2006 Troisième ligne aile 84 GC 1997, 1998, 2002, 2004
T5 + 2006
Finaliste CM 1999
Fabien Pelous[120],[121] 1997-2007 Deuxième ligne 118 GC 1997, 1998, 2002, 2004
T5 + 2006
Finaliste CM 1999
Jean Prat[122],[123] 1945-1955 Troisième ligne aile 51 T2 1954, 1955 Temple international de la renommée du rugby
Jean-Pierre Rives[124],[125] 1975-1984 Troisième ligne aile 59 GC 1977 et 1981
T3 + 1983
Temple international de la renommée du rugby
Philippe Sella[126],[127] 1982-1995 Centre 111 GC 1987
T6 + 1983, 1986, 1988, 1989, 1993
Finaliste CM 1987
Temple international de la renommée du rugby
Walter Spanghero[128],[129] 1964-1973 Troisième ligne centre 51 GC 1968
T3 + 1967, 1973
11 fois capitaine

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques sur les matches[modifier | modifier le code]

Bilan des matches[modifier | modifier le code]

Au , au terme de la tournée de juin en Afrique du Sud, l'Équipe de France a disputé 740 matches pour un bilan de 406 victoires, 302 défaites et 32 matches nuls[130]. Le tableau suivant dresse le bilan des matches contre tous les adversaires principaux[Note 11] de l'équipe de France[130]. L'équipe de France présente un bilan négatif par rapport à cinq équipes majeures du rugby à XV (Afrique du Sud, Angleterre, Australie, Nouvelle-Zélande et pays de Galles) mais dépasse cependant l'Écosse, l'Irlande et l'Italie, qui disputent aussi le Tournoi des Six Nations. La France n'a disputé qu'un match contre les Lions britanniques et irlandais.

Avant les années 1960, les Français ont accumulé un retard important par rapport à l'équipe d'Angleterre, tout particulièrement avant leur premier succès en avril 1927, mais sur la période 1970-2008, les Bleus dominent les Anglais : 23 victoires, 21 défaites et 3 matches nuls (voir Angleterre-France en rugby à XV). Pour la même période, les Bleus ont un bilan largement positif par rapport aux Gallois avec 27 victoires pour 15 défaites et 1 match nul (voir France-Galles en rugby à XV), aux Écossais (28 victoires, 1 nul, 13 défaites) et surtout aux Irlandais (32 victoires, 3 nuls, 8 défaites). La plus large victoire de la France est obtenue aux dépens de l'équipe du Brésil le sur le score de 99 à 7[130]. La plus large défaite de la France est subie contre les All Blacks sur le score de 61 à 10, le [130]. La plus lourde défaite à domicile a été enregistrée le samedi 27 novembre 2010, contre les Australiens sur le score de 59 à 16.

Bilan de la France par adversaire au 22 août 2015[Note 11]
Adversaire Matches Victoires Nuls Défaites Points marqués Points encaissés  % Victoires
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 42 11 6 25 619 892 26,2
Drapeau : Angleterre Angleterre 102 39 7 56 1 331 1 627 38,61
Drapeau : Argentine Argentine 51 35 1 15 1 253 769 68,6
Drapeau : Australie Australie 48 19 2 27 825 1016 39,6
Drapeau : Canada Canada 9 8 0 1 315 119 88,9
Drapeau : Écosse Écosse 91 53 3 35 1 306 1 116 56,2
Drapeau : États-Unis États-Unis 8[Note 12] 6 0 2 181 100 75
Drapeau : Fidji Fidji 9 9 0 0 359 111 100,00
Drapeau : Pays de Galles Galles 95 44 3 48 1 368 1 421 46,3
Drapeau : Géorgie Géorgie 1 1 0 0 64 7 100,00
Drapeau : Irlande Irlande 95 56 7 32 1 525 1 118 58,9
Drapeau : Italie Italie 40 37 0 3 1 186 440 92,5
Drapeau : Japon Japon 3 3 0 0 128 68 100,00
Drapeau : Lions britanniques et irlandais Lions 1 0 0 1 16 27 0,00
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 58 12 1 45 754 1 445 20,7
Free Use Pacific Islanders flag.png Pacific Islanders 1 1 0 0 42 17 100,00
Drapeau : Roumanie Roumanie 51 41 2 8 1 331 465 80,4
Drapeau : Samoa Samoa 4 4 0 0 156 49 100,00
Drapeau : Tonga Tonga 5 3 0 2 149 75 60,00
Total 714 382 32 300 13 108 10 882 55,5

Bilan en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Bilan en Coupe du monde de l'équipe de France par adversaire au 18 octobre 2015
Adversaires Nombre de
matchs
Victoires
françaises
Nuls Défaites
françaises
% Victoires
françaises
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 1 0 0 1 0,00
Drapeau : Angleterre Angleterre 5 2 0 3 40,00
Drapeau : Argentine Argentine 3 1 0 2 33,33
Drapeau : Australie Australie 2 1 0 1 50,00
Drapeau : Canada Canada 4 4 0 0 100,00
Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d’Ivoire 1 1 0 0 100,00
Drapeau : Écosse Écosse 3 2 1 0 66,66
Drapeau : États-Unis États-Unis 1 1 0 0 100,00
Drapeau : Fidji Fidji 4 4 0 0 100,00
Drapeau : Pays de Galles Galles 1 1 0 0 100,00
Drapeau : Irlande Irlande 4 3 0 1 75,00
Drapeau : Italie Italie 1 1 0 0 100,00
Drapeau : Japon Japon 2 2 0 0 100,00
Drapeau : Namibie Namibie 2 2 0 0 100,00
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 7 2 0 5 28,57
Drapeau : Roumanie Roumanie 3 3 0 0 100,00
Drapeau : Géorgie Géorgie 1 1 0 0 100,00
Drapeau : Tonga Tonga 2 1 0 1 50,00
Drapeau : Zimbabwe Zimbabwe 1 1 0 0 100,00
Total 48 33 1 14 68,75

Statistiques concernant les joueurs[modifier | modifier le code]

Les noms en gras indiquent les joueurs qui sont encore en activité.

Record de sélections[modifier | modifier le code]

Fabien Pelous (118 sélections) en 2008

Le record de sélections dans le XV de France est détenu par Fabien Pelous qui a dépassé Philippe Sella le .

Rang

Joueur Dates d'activité Nombres de sélections
1 Fabien Pelous 1995-2007 118
2 Philippe Sella 1982-1995 111
3 Raphaël Ibañez 1996-2007 98
4 Serge Blanco 1980-1991 93
5 Olivier Magne 1997-2007 89
6 Damien Traille 2001-2011 86
7 Nicolas Mas 2003-2015 85
8 Sylvain Marconnet 1998-2011 84
9 Dimitri Szarzewski 2004-2015 83
10 Imanol Harinordoquy 2002-2012 82

Les capes ne sont accordées que pour des rencontres internationales; dans le cadre de tournée, seuls les test matches contre la nation hôte de la tournée sont ainsi comptabilisées, au contraire des matches contre des équipes locales de provinces ou de clubs qui sont considérés comme de simples matches d'entraînement.

L'augmentation du nombre de rencontres internationales, accéléré avec la naissance de la Coupe du monde en 1987, la périodicité désormais « biannuelle » des tournées et le passage du Tournoi de cinq à six nations font que le classement des sélections est dominé par des joueurs ayant évolué depuis le début du passage au professionnalisme.

Aimé Cassayet-Armagnac, 31 sélections entre 1920 et 1927, partage le record de sélections avec Adolphe Jauréguy, international de 1920 à 1931. C'est Eugène Ribère, international de 1924 à 1933, qui leur succède en portant ce record à 33 sélections. Le record est ensuite porté à 51 sélections par Jean Prat, international de 1945 à 1955, Son successeur au nombre de sélection est Michel Crauste qui porte ce record à 62, ou 63 sélections selon les sources, au terme de sa carrière internationale en 1966. Benoît Dauga obtient sa 62e sélection en 1972 face à l'Irlande[131] avant de porter son total à 63 face au pays de Galles deux mois plus tard. Il est rejoint en 1981 par Roland Bertranne lors d'une rencontre face à l'Écosse[132]. Bertranne totalise 69 sélections au terme de sa carrière en novembre de la même année. Serge Blanco porte ce record à 93 sélections lors de la défaite en quart de finale de la Coupe du monde 1991 face aux Anglais. Deux ans plus tard, il est rejoint par Philippe Sella lors d'une victoire face aux Australiens, ces derniers remportant le match suivant où Sella devient également le joueur le plus capé au monde[133]. Il termine sa carrière avec 111 sélections. Fabien Pelous égale ce record lors d'un match de préparation à la Coupe du monde 2007 à Twickenham, avant de le dépasser une semaine plus tard, toujours face aux Anglais, à Marseille[134].

Record de points[modifier | modifier le code]

Frédéric Michalak (436 points), en 2012 sous le maillot de son club.

Frédéric Michalak s'empare de la place de meilleur réalisateur de l'histoire de l'équipe de France le 22 août 2015 lors de la 101e confrontation entre la France et l'Angleterre[135].

# Joueur Dates d'activité Points
1 Frédéric Michalak 2001-2015 436[136]
2 Christophe Lamaison 1996-2001 380
3 Dimitri Yachvili 2002-2012 373
4 Thierry Lacroix 1989-1997 367
5 Morgan Parra 2008- 358
6 Didier Camberabero 1982-1993 354
7 Gérald Merceron 1999-2003 267
8 Jean-Pierre Romeu 1972-1977 265
9 Thomas Castaignède 1995-2007 252
10 Serge Blanco 1980-1991 233

Record d'essais[modifier | modifier le code]

Serge Blanco (38 essais) en 2009

Serge Blanco est le joueur qui a marqué le plus grand nombre d'essais avec le XV de France, rejoint en 2013 par Vincent Clerc, qui est le joueur en activité le mieux placé. Les 10 meilleurs marqueurs d'essais jouent tous dans les lignes arrières, la plupart étant principalement ailiers à l'exception de Blanco (principalement arrière), de Sella et Jauzion ainsi que de Rougerie (principalement centres).

# Joueur Dates d'activité Essais
1 Serge Blanco 1980-1991 38
2 Vincent Clerc 2002-2013 34
3 Philippe Saint-André 1990-1997 32
4 Philippe Sella 1982-1995 31
5 Philippe Bernat-Salles 1992-2001 26
6 Émile Ntamack 1994-2000 25
Christophe Dominici 1998-2007 25
8 Christian Darrouy 1957-1967 23
Aurélien Rougerie 2001-2012 23
10 Patrice Lagisquet 1983-1991 20
Yannick Jauzion 2001-2011 20

En outre, le record de transformations réussies est détenu par Christophe Lamaison 59 transformations, le record de pénalités réussies est détenu par Thierry Lacroix avec 89 pénalités et le record de drops réussis est détenu par Jean-Patrick Lescarboura avec 15 drops[137].

Quelques repères chronologiques[modifier | modifier le code]

Palmarès internationaux des autres équipes de France de rugby à XV[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Victoire partagée indique que plusieurs équipes terminent à égalité de points au classement et se partagent la victoire du Tournoi. La dernière victoire partagée fut celle du pays de Galles et de la France en 1988. En 1994, la victoire fut accordée pour la première fois au bénéfice de la différence de points marqués et encaissés dans la compétition. Le pays de Galles a bénéficié du changement de règlement au détriment de l'Angleterre.
  2. Les deux tests se disputant lors des deux week-end des demi-finales puis finale du championnat de France, les joueurs des équipes finissant aux six premières places du championnat ne sont pas sélectionnables dans la première liste. Celle-ci est ensuite complétée de joueurs figurant dans les équipes battues lors des deux barrages. Cette impossibilité fait suite à un accord entre la ligue de rugby et la fédération de ne pas retenir des joueurs encore en lice malgré la possibilité existante de le faire en vertu du règlement de World Rugby bien qu'il y ait eu certain accords pour pouvoir relâcher des joueurs, comme Trinh-Duc.
  3. Le reste de l'encadrement est également dévoilé : Jean Dunyach (vice-président du haut-niveau); Antoine Marin (responsable opérationnel); Julien Deloire (responsable de la préparation physique); Bruno Dalla Riva (assistant à la préparation physique); Philippe Turblin (médecin); Rémi Biau et Christophe Foucaud (kinésithérapeutes); Nicolas Buffa (responsable analyste-vidéo); Vincent Krischer (assistant analyste-vidéo); Hervé Didelot (intendant) et Lionel Rossigneux (responsable média/presse)[99].
  4. Six de ces épreuves ont été remportées par le XV de France, les vingt autres par l'équipe de France A (en).
  5. Signifie que le joueur a remporté un(des) Grand(s) Chelem(s).
  6. T2 Signifie que le joueur a remporté deux Tournois des cinq/six nations.
  7. T6 Signifie que le joueur a remporté six Tournois des cinq/six nations.
  8. Signifie que le joueur a remporté un(des) Petit(s) Chelem(s).
  9. T5 Signifie que le joueur a remporté cinq Tournois des cinq/six nations.
  10. T3 Signifie que le joueur a remporté trois Tournois des cinq/six nations.
  11. a et b Seules les équipes de la première et seconde division selon le classement de l'IRB sont prises en compte ainsi que les Lions et les Pacific Islanders.
  12. Le match des Jeux olympiques de 1920 est décompté bien qu'il n'ait pas donné lieu à une sélection pour les joueurs français l'ayant disputé.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.rugbydata.com/fr/brazil/france
  2. Les équipes de France, sur ffr.fr
  3. (en) « World Rugby Men's Rankings », sur www.worldrugby.org, World Rugby (consulté le 15 février 2016).
  4. (en) How Le Havre became the birthplace of french rugby, sur terrynorm.ic24.net
  5. (en) Rugby Chronology, sur rfu.com
  6. Le rugby : une culture monde territorialisée, par Jean-Pierre Augustin, sur cairn.info
  7. Une sélection française affronte le Civil Service Athletic Club , sur rugby-nomades.qc.ca
  8. (en) Rugby at the Olympics sur rugbyfootballhistory.com.
  9. (en) France - Nouvelle-Zélande de janvier 1906, sur irb.com
  10. 1er janvier 1906 : « Pouvons-nous compter sur vous ? », sur rugby-nomades.qc.ca
  11. Amand, Henri 1er de France, sur rugby-nomades.qc.ca
  12. H.Garcia (2005), p. 8.
  13. Joe Anduran : international contre un… Corot, sur rugby-nomades.qc.ca
  14. 1906-1920: Des premiers pas avec de lourdes valises, sur lnr.fr
  15. Patrick Lemoine, « la naissance d’une Nation », sur rugby-nomades.qc.ca
  16. Escot et Rivière (1997), p. 48.
  17. (en) 1920 Antwerp Olympics, sur rugbyfootballhistory.com
  18. (en) 31st All Black Test New-Zealand France 1925, sur stats.allblacks.com
  19. (fr) «Histoire tournament», sur rugby-nomades.qc.ca
  20. (fr) « Match France - pays de Galles de 1930 », sur flickr.com
  21. "La légende du Tournoi", H.Garcia (2005), p. 46.
  22. Rencontres de l'équipe de France 1932-1939, sur lnr.fr
  23. 1945-1950: Les Bleus s'affirment dans le paysage européen, sur lnr.fr
  24. 1951-1960 : La France parmi les Grands, sur lnr.fr.
  25. 7 février 1948 : Robert Soro, le Lion de Swansea, sur rugby-nomades.qc.ca
  26. 24 février 1951 : tout en haut du Temple, sur rugby-nomades.gc.ca
  27. Un siècle de rugby, Escot et Rivière (1997), p. 117.
  28. Un siècle de rugby, Escot et Rivière (1997), p. 119.
  29. (en) « 84th All Black Test : 416th All Black Game », sur www.stats.allblacks.com (consulté le 29 novembre 2009).
  30. Jean Durry, « 27 février 1954 : un XV de France sans ballon bat la Nouvelle-Zélande », sur rugby-nomades.qc.ca (consulté le 29 novembre 2009).
  31. Jean Prat Monsieur Rugby, sur rugby-nomades.qc.ca
  32. (en) Afrique du Sud-France du 16 août 1958, sur genslin.us
  33. 16 août 1958 : « le grand combat du XV de France », sur rugby.nomades.qc.ca
  34. «Vidéo de France-pays de Galles du Tournoi 1968», sur ina.fr
  35. Les matches de l'équipe de France 1951-1960, sur lnr.fr
  36. Les matches de l'équipe de France 1961-1970, sur lnr.fr
  37. 23 mars 1968 : un printemps historique, sur rugby-nomades.qc.ca
  38. Afrique du Suf France de juillet 1964, sur genslin.us, voir 1964
  39. Afrique du Sud - France du 29 juillet 1967, sur genslin.us, voir 1967
  40. (fr) « Vidéo de France-Galles du Tournoi 1977 », sur ina.fr
  41. Les gentils bandits du Grand chelem 1977, sur rugby-nomades.qc.ca
  42. (en) Nouvelle-Zélande France à Auckland, 14 juillet 1979, sur stats.allblacks.com
  43. 14 juillet 1979 : la montée vers l’Eden, sur rugby-nomades.qc.ca
  44. (fr) « Vidéo de Angleterre-France du Tournoi 1981 », sur ina.fr
  45. (fr) «Vidéo de Angleterre-France du Tournoi 1987 », sur ina.fr
  46. Les matches de la France de 1981 à 1990, sur lnr.fr
  47. 13 juin 1987 : le match des matchs, sur rugby-nomades.qc.ca
  48. Finale CM 1987 : Nouvelle-Zélande France Vidéo des archives de l'INA
  49. (fr) «Vidéo de France-Écosse du Tournoi 1997 », sur ina.fr
  50. «Vidéo de Galles-France du Tournoi 1998 », sur ina.fr
  51. (fr) « Angleterre-France 1991 : essai irréel conclu par Philippe Saint-André », sur lequipe.fr
  52. Un siècle de rugby, Escot et Rivière (1997), p. 255.
  53. (en) France - Nouvelle-Zélande en coupe du monde 1999, sur stats.allblacks.com
  54. 31 octobre 1999 : les 26 minutes qui ont fait chavirer le Temple, sur rugby-nomades.qc.ca
  55. Finale CM 1999 Australie-France Vidéo des archives de l'INA
  56. Les matches de la France de 1991 à 2004, sur lnr.fr
  57. 3 juillet 1994 : l’essai du bout du monde, sur nomades.qc.ca
  58. (en) Nouvelle-Zélande France de juillet 1994, sur stats.allblacks.com
  59. (en) Afrique du Sud - France de la coupe du monde 1995, sur genslin.us, voir 1995
  60. (fr) «Vidéo de France-Irlande du Tournoi 2002 », sur ina.fr
  61. La légende du Tournoi, H. Garcia (2005), p. 246.
  62. (en) Les matchs de la France jusqu'en 2006, sur rugbydata.com
  63. (en) France - Nouvelle-Zélande de novembre 2000, sur stats.allblacks.com
  64. (en) Afrique du Sud - France en juin 2006, sur rugbydata.com
  65. Résumé vidéo Irlande-France 2007 à Croke Park, sur orange.fr
  66. Thomas Mico, « Lièvremont aux commandes », sur www.sport365.fr, (consulté le 5 septembre 2011)
  67. Ph.V., « Chabal et 12 nouveaux », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 5 septembre 2011)
  68. « La France tombe sur un os », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 5 septembre 2011)
  69. Aymeric Marchal, « Les Bleus si près de l'exploit », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 5 septembre 2011)
  70. « Tournoi des 6 nations 2010 - Statistiques générales », sur www.itsrugby.fr (consulté le 5 septembre 2011)
  71. « Morgan Parra, meilleur joueur du tournoi ? », sur www.asm-rugby.com, ASM Clermont Auvergne (consulté le 19 mars 2010)
  72. « Bowe meilleur joueur », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 26 mars 2010)
  73. Richard Escot, « Saint-André succèdera à Lièvremont », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 5 septembre 2011)
  74. Bertrand Lagacherie, « Tête de série, mais… », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 11 juin 2014).
  75. « Encore un échec pour le XV de France », europe1.fr, 23 février 2013.
  76. « Guy Novès sera bien le nouveau sélectionneur du XV de France », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 31 mai 2015).
  77. Richard Escot, « Novès, c'est enfin officiel ! », sur L'Équipe, (consulté le 31 mai 2015).
  78. Bruno Lesprit, « Tournoi des six nations : un nouveau XV au Stade de France », sur lemonde.fr, .
  79. « Six nations : l’Angleterre remporte le Grand Chelem au Stade de France », sur lemonde.fr, .
  80. Clément Mazella, « La composition du XV de France face à l'Argentine », sur rugbyrama.fr, .
  81. Riwan Demay, « Les 5 points à retenir de la défaite du XV de France en Argentine (30-19) », sur lerugbynistere.fr, .
  82. Vincent Péré-Lahaille, « Argentine-France (0-27), et si une équipe était née ? », sur rugbyrama.fr,
  83. « Classement World Rugby », sur worldrugby.org,
  84. Le drapeau olympique, sur multimedia.olympic.org
  85. a et b Le Coq dans le sport (CRDP de Bordeaux) : plus d'infos sur l'USFSA, les deux anneaux entrelacés et le coq
  86. Le 2 janvier 1911 : la naissance d’une Nation, sur rugby-nomades.qc.ca
  87. Daniel Herrero (2003), p. 340.
  88. Exemples de coqs, crdp.ac-bordeaux.fr
  89. Ecusson en forme de coq, devenu emblème national, sur www.museedusport.fr
  90. Léo Lecomte, « Le maillot rouge du XV de France ne fait pas l'unanimité », sur Le Figaro, (consulté le 7 février 2015).
  91. « Vous êtes contre le rouge », sur L'Équipe, (consulté le 7 février 2015).
  92. « XV de France : Le coq sportif remporte sa finale », sur www.midi-olympique.fr, Midi olympique, (consulté le 4 juin 2017).
  93. « Equipe de France. Une publicité sur le maillot... pour la Coupe du monde 2023 », sur www.letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le 7 mars 2017).
  94. Vincent Péré-Lahaille, « XV de France - Le nouveau maillot des Bleus avec le logo Altrad », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 7 mars 2017).
  95. H. Garcia, 2005, p.162
  96. Escot et Rivière, 1997, p.261
  97. Lièvremont aux commandes, sur sport365.fr
  98. XV de France : Quesada en renfort sur Sports.fr
  99. « XV de France : Thomas remplace Fofana - FFR », sur www.ffr.fr (consulté le 1er février 2016)
  100. « Jean-Baptiste Poux va intervenir auprès des Bleus lors du Tournoi des Six Nations », sur www.lequipe.fr, L'Equipe, (consulté le 28 janvier 2017)
  101. Duboisset (2006), p.476-479
  102. « Stade : la FFR a choisi Évry », sur L'Équipe.fr, .
  103. Prix Emmanuel-Rodocanachi
  104. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  105. Fiche de Abdelatif Benazzi, sur ffr.fr
  106. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  107. Fiche de Serge Blanco, sur ffr.fr
  108. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  109. Fiche de André Boniface, sur ffr.fr
  110. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  111. Fiche de Benoît Dauga, sur ffr.fr
  112. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  113. Fiche d'Amédée Domenech, sur ffr.fr
  114. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  115. Fiche de Thierry Dusautoir, sur ffr.fr
  116. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  117. Fiche de Fabien Galthié, sur ffr.fr
  118. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  119. Fiche de Olivier Magne, sur ffr.fr
  120. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  121. Fiche de Fabien Pelous, sur ffr.fr
  122. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  123. Fiche de Jean Prat, sur ffr.fr
  124. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  125. Fiche de Jean-Pierre Rives, sur ffr.fr
  126. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  127. Fiche de Philippe Sella, sur ffr.fr
  128. (en) Équipe de France de rugby à XV sur espnscrum.com (biographie, images, statistiques en équipe nationale détaillées, actualités)
  129. Fiche de Walter Spanghero, sur ffr.fr
  130. a, b, c et d (en) « Games played by France », sur www.rugbydata.com (consulté le 21 juin 2014)
  131. Garcia 2005, p. 543
  132. « Les souvenirs marquants de France-Ecosse », sur rugbyrama.fr, .
  133. (en) Ian Borthwick, « Rugby Union: Sella stands out in every sense: Ian Borthwick reports from Paris on the centre set to be the world's most capped player Today's second Test against the Wallabies is a milestone for one great Frenchman », sur independent.co.uk, .
  134. « Un "geste" pour Pelous », sur rugbyrama.fr, .
  135. Tanguy Hamon, « Frédéric Michalak devient le meilleur réalisateur de l'histoire du XV de France », sur www.rugbyrama.fr, Eurosport, (consulté le 23 août 2015).
  136. « Statistiques FFR Michalak », sur ffr.fr (consulté le 20 septembre 2015)
  137. Records des joueurs du XV de France, sur ffr.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 18 mars 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 18 mars 2007 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.
Bon thème
6 articles
           Article de qualité Coupe du monde de rugby à XV : les finalistes