Coupe du monde de rugby à XV 2023

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coupe du monde de rugby à XV 2023
Description de l'image Logo Candidature France à la Coupe du monde de rugby XV 2023.png.
Généralités
Sport Rugby à XV
Organisateur(s) World Rugby
Éditions 10e
Lieu(x) Drapeau : France France
Date septembre - octobre 2023
Participants 24 équipes (phase finale)
Site(s) 9 stades
Site web officiel

Navigation

La Coupe du monde de rugby à XV 2023 qui aura lieu en France est la dixième édition de cette compétition disputée tous les quatre ans depuis 1987. La France accueille la coupe du monde pour la deuxième fois, après 2007.

Préparation de l'évènement[modifier | modifier le code]

Désignation du pays hôte[modifier | modifier le code]

L'Afrique du Sud, l'Irlande et la France sont candidates pour organiser la Coupe du monde 2023[1] après que l'Italie, un temps candidate, a finalement renoncé. Le 15 novembre 2017, la France est élue pays hôte du vote organisé dans le cadre de la réunion World Rugby de Londres. Elle devance l'Afrique du Sud au deuxième tour par 24 voix contre 15[2].

Processus[modifier | modifier le code]

Une présentation de chacune des trois candidatures a lieu à Londres le 25 septembre 2017.

Le 31 octobre, une commission technique mandatée par World rugby dévoile le rapport analysant les trois candidatures sur la base de cinq critères. Sur la base de ce rapport, World rugby recommande à l'unanimité l'Afrique du Sud comme pays organisateur[3].

Le 15 novembre, c'est le jour du vote. 39 voix sont attribués, en sachant que les nations majeures ont trois voix chacune et les ensembles continentaux représentent deux voix[4]. Malgré la recommandation de World Rugby, c'est la France qui remporte finalement l'organisation[2].

Résultats du choix du pays organisateur
Nations candidates Note globale après l'étude du dossier 1er tour 2e tour
Drapeau de la France France 75,88 % de satisfaction 18 24
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 78,97 % de satisfaction 13 15
Drapeau : Irlande Irlande et Irlande du Nord 72,25 % de satisfaction 8 -
Total des suffrages exprimés 39 39

Candidatures[modifier | modifier le code]

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

L'Afrique du Sud a déjà organisé la compétition en 1995. L'Afrique du Sud s'est auparavant porté candidat pour l'organisation des trois tournois précédents. Le gouvernement actuel sud-africain a interdit début 2016 à la Fédération sud-africaine de rugby d'organiser une compétition internationale, après que celle-ci a échoué à remplir deux des treize objectifs qu'elle lui avait fixés pour mieux représenter les populations noires en son sein et dans ses équipes nationales[5].

Le 9 mai 2017, le nouveau ministre sud-africain des sports, Thembelani Nxesi, a rouvert la porte à une candidature de son pays à l'organisation du mondial 2023 de rugby, un an après sa mise entre parenthèses[6]. La South African Rugby Union (SARU) confirme alors la candidature sud-africaine.

« C'est une grande nouvelle et un hommage au travail que le sport a fait ces dernières années (...) nous pouvons maintenant mettre les touches finales pour ce que nous pensons être une formidable candidature à l'organisation de la Coupe du monde 2023 »

— Mark Alexander, président de la SARU.

Huit stades sont sélectionnés pour la compétition :

Stade Ville Capacité Matches
FNB Stadium Johannesbourg 94 736 Matches de poule, quart-de-finale et finale
Ellis Park Stadium Johannesbourg 62 567 Matches de poule, quart-de-finale,
demi-finale et match pour la 3e place
Cape Town Stadium Le Cap 55 000 Matches de poule, quart-de-finale
et demi-finale
Stade Moses-Mabhida Durban 54 000 Matches de poule et quart-de-finale
Loftus Versfeld Stadium Pretoria 51 762 Matches de poule
Nelson Mandela Bay Stadium Port Elizabeth 48 000 Matches de poule
Free State Stadium Bloemfontein 46 000 Matches de poule
Stade Mbombela Nelspruit 40 929 Matches de poule
France[modifier | modifier le code]

La France a déjà organisé la compétition en 2007. Elle avait également accueilli des matches de la compétition en 1991 et 1999. Elle est au même moment également sur les rangs pour organiser les Jeux olympiques d'été de 2024 à Paris dont elle obtient officiellement l'organisation le . La candidature française est initiée par Pierre Camou, président de la Fédération française de rugby à XV de 2008 à 2016, puis portée en 2017 par son successeur Bernard Laporte[7]. Elle est dirigée par Claude Atcher, directeur de la Coupe du monde 2007[8]. Sébastien Chabal et Frédéric Michalak sont choisis comme ambassadeurs de la candidature[7].

Le 17 mars 2017, le comité de candidature annonce les douze stades retenus pour la candidature française[9]. La France possède des stades modernes grâce aux constructions et rénovations réalisées pour organiser l'Euro 2016 de football. Le 31 mai 2017, il annonce qu'il n'y a finalement que neuf stades qui figurent dans le dossier de candidature français[10] :

Stade Propriétaire Ville Capacité
Stade de France État français Saint-Denis 81 338
Orange Vélodrome Ville de Marseille Marseille 67 354
Groupama Stadium OL Groupe Décines-Charpieu (Lyon) 59 186
Stade Pierre-Mauroy Eiffage Lille Stadium Arena Villeneuve-d'Ascq (Lille Métropole) 50 186
Stade Matmut-Atlantique Ville de Bordeaux Bordeaux 42 115
Stade Geoffroy-Guichard Ville de Saint-Étienne Saint-Étienne 41 965
Stade de la Beaujoire Nantes Métropole Nantes 37 473
Allianz Riviera Ville de Nice Nice 35 624
Stadium de Toulouse Toulouse Métropole Toulouse 33 150

Sept autres stades avaient été proposés au comité de candidature, mais celui-ci ne les a pas retenus :

Trois autres stades sont initialement retenus par le comité de candidature avant d'être retirés du dossier final déposé le 1er juin 2017 : le stade de la Mosson de Montpellier (32 950 places), le stade Bollaert-Delelis de Lens (38 223 places) et le Parc des Princes de Paris (48 583 places)[10]. Le comité de candidature souhaitait retenir le Parc des Princes mais n'a pu obtenir l'accord de la mairie de Paris, liée par une convention d'occupation à QSI, le propriétaire qatarien du club de football du Paris Saint-Germain opposé à la tenue de matches de la Coupe du monde 2023 dans le stade[10]. Le stade de la Mosson de Montpellier est prévu dans le projet pour accueillir des rencontres mais la FFR décide finalement d'exclure en raison du risque d'inondation trop important durant une saison (septembre/octobre) où des orages violents peuvent survenir[11].

Irlande[modifier | modifier le code]

La candidature irlandaise réunit les deux nations de l'île d'Irlande : l'Eire, république indépendante dont la population est majoritairement catholique, et l'Irlande du Nord, qui fait partie du Royaume-Uni, et compte autant de protestants que de catholiques. L'Irlande n'a jamais organisé la compétition seule mais a accueilli des matches de la compétition de 1991 (au Lansdowne Road de Dublin et au Ravenhill Stadium de Belfast) et de 1999 (au Lansdowne Road de Dublin, au Thomond Park de Limerick et au Ravenhill Stadium de Belfast). Elle avait voulu accueillir la compétition en 2015, mais l'IRFU annonça finalement le retrait de sa candidature en raison du manque d'infrastructures et du manque de soutien des nations britanniques, l'Écosse présentant sa propre candidature et le Pays de Galles ayant finalement décidé de soutenir l'Angleterre, en échange de matches à Cardiff.

Liam Neeson et Brian O'Driscoll sont choisis comme ambassadeurs de la candidature[12] :

Douze stades sont sélectionnés pour la compétition[13] :

Stade Propriétaire Ville Capacité Matches
Croke Park GAA Dublin 82 300 Match d'ouverture, matches de poule,
un quart-de-finale et finale
Aviva Stadium IRFU Dublin 51 700 Matches de poule, un quart-de-finale
et une demi-finale
Páirc Uí Chaoimh Cork GAA Cork 45 770 Matches de poule, un quart-de-finale
et une demi-finale
Fitzgerald Stadium Kerry GAA Killarney 43 180 Matches de poule et un quart-de-finale
Casement Park Antrim GAA Belfast 40 000 Matches de poule
Pearse Stadium Galway GAA Galway 26 197 Matches de poule
McHale Park Mayo GAA Castlebar 38 000 Matches de poule
Thomond Park IRFU Limerick 26 987 Matches de poule
Nowlan Park Kilkenny GAA Kilkenny 27 800 Matches de poule
RDS Arena Royal Dublin Society Dublin 18 677 Matches de poule
Kingspan Stadium IRFU Belfast 18 168 Matches de poule
Celtic Park Derry GAA Derry 22 000 Matches de poule

Candidatures retirées[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

L'Italie n'a jamais organisé la compétition. L'Italie s'est auparavant portée candidate pour l'organisation des deux tournois précédents. Elle est au même moment également sur les rangs pour organiser les Jeux olympiques d'été de 2024 à Rome. Le 28 septembre 2016, l'Italie renonce finalement à sa candidature pour l'organisation de la Coupe du monde en 2023, la Fédération estimant que les conditions n'étaient plus réunies après le retrait de Rome pour les JO 2024[14].

Villes et stades[modifier | modifier le code]

Saint-Denis Marseille Lyon
Stade de France
Capacité prévue : 81 338
Orange Vélodrome
Capacité prévue : 67 354
Groupama Stadium
Capacité prévue : 59 186
Coup d'envoi.jpg Stade Vélodrome (20150405).jpg Parc OL.jpg
Lille Bordeaux Saint-Étienne
Stade Pierre-Mauroy
Capacité prévue : 50 186
Stade Matmut-Atlantique
Capacité prévue : 42 115
Stade Geoffroy-Guichard
Capacité prévue : 41 965
Grand Stade Lille Métropole LOSC first match.JPG Bordeaux Larnaca Nouveau Stade 4.jpg Stade Geoffroy-Guichard - Saint-Etienne (10-11-2013).jpg
Nantes Nice Stadium de Toulouse
Stade de la Beaujoire
Capacité prévue : 37 473
Allianz Riviera
Capacité prévue : 35 624
Stadium de Toulouse
Capacité prévue : 33 150
Stade de la Beaujoire.jpg Allianzcoupdenvoi.jpg Ticket Stade.Toulousain-Biarritz olympique 07092008.JPG

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « RWC 2023 host selection process builds momentum », World Rugby (consulté le 4 octobre 2016)
  2. a et b « Rugby : la France déjoue les pronostics et organisera la Coupe du monde en 2023 », lemonde.fr (consulté le 15 novembre 2017)
  3. « La Coupe du monde de rugby 2023 devrait échapper à la France », sur Le monde,
  4. « Trio on tenterhooks before crucial 2023 Rugby World Cup announcement », sur Inside the Games,
  5. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées candidats_h.C3.B4tes
  6. « L'Afrique du Sud à nouveau dans la course pour organiser le Mondial 2023 », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 9 mai 2017)
  7. a et b David Reyrat, « Coupe du monde 2023 : la France veut accueillir la planète ovale », sur sport24.lefigaro.fr, Sport24.com, (consulté le 11 février 2017)
  8. Dominique Issartel, « Les quatre décisions fortes de Bernard Laporte, nouveau président de la FFR », sur www.lequipe.fr, L'Equipe, (consulté le 14 décembre 2016)
  9. « Audiences : Mondial-2023 : douze villes dont Montpellier retenues », sur www.midilibre.fr, Midi Libre, (consulté le 17 mars 2017)
  10. a, b et c « COUPE DU MONDE - France 2023 : 9 villes retenues, Paris, Lens et Montpellier écartés », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 31 mai 2017)
  11. Thibault Perrin, « Coupe du monde 2023 - Montpellier ne fait plus partie des villes hôtes », sur www.lerugbynistere.fr, (consulté le 25 mai 2017)
  12. « Coupe du monde 2023 : Liam Neeson et Brian O'Driscoll ambassadeurs de la candidature irlandaise », sur www.lequipe.fr, L'Equipe, (consulté le 12 février 2017)
  13. Clément Suman, « VIDEO. Coupe du monde 2023 : la bande-annonce épique du comité d'organisation de l'Irlande », sur www.lerugbynistere.fr, (consulté le 12 février 2017)
  14. « L'Italie renonce à sa candidature pour organiser la Coupe du monde de rugby 2023 », sur www.rugbyrama.fr, Eurosport,

Liens externes[modifier | modifier le code]