Uini Atonio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Uini Atonio
Description de cette image, également commentée ci-après
Uini Atonio le .
Fiche d'identité
Naissance (29 ans)
à Timaru (Nouvelle-Zélande)
Taille 1,97 m (6 6)[1]
Poste Pilier droit ou deuxième ligne
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2010-2011
2011-
Drapeau : Nouvelle-Zélande Counties Manukau
Drapeau : France Stade rochelais
0 (0)
162 (40)[1]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2009
2014-
Drapeau : Samoa Samoa -20
Drapeau : France France
10 (0)[1]
27 (0)[1]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 11 avril 2017.

Uini Atonio, né le à Timaru en Nouvelle-Zélande de parents originaires des Samoa, est un joueur de rugby à XV franco-néo-zélandais et international français qui évolue au poste de pilier droit au sein de l'effectif du Stade rochelais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Uini Atonio naît en Nouvelle-Zélande de parents originaires des Samoa[2]. Ses parents quittent les Samoa pour rejoindre la Nouvelle-Zélande, où son père travaille comme soudeur et sa mère manageuse dans un hôtel d’Auckland[2]. Son père, qui est un ancien ouvreur en rugby à XV, le fait débuter dans ce sport alors qu'il est âgé de cinq ans, dans la même équipe que son frère de deux ans son aîné[2]. Il effectue sa scolarité au Wesley College[3]. Il évolue alors aux postes de centre ou troisième ligne, jusqu'à 15-16 ans[2].

En 2009, il fait partie des quatre derniers joueurs à être retirés du groupe de joueurs néo-zélandais qui disputent le championnat du monde des moins de 20 ans[2]. Il rejoint alors la sélection des moins de 20 ans des Samoa[2].

Patrice Collazo, ici en 2014, est l'entraîneur de Uini Atonio de 2011 à 2018.

Repéré par Patrice Collazo lors d'un tournoi disputé à Hong-Kong, il s'engage avec le Stade rochelais en 2011 pour poursuivre sa formation et éclore au plus haut niveau[4]. Il possède un grand gabarit et une bonne technique[3]. En 2012, convoité par plusieurs grands clubs[Lesquels ?], il choisit de rester au Stade rochelais et se réengage pour trois années supplémentaires.

Lors de la saison 2012-2013, il prend une autre dimension[évasif] au sein du groupe et devient capitaine en fin de saison[réf. nécessaire]. À l'issue de la saison 2013-2014, il est l'un des principaux artisans[évasif] de la montée en Top 14 de l'Atlantique Stade rochelais. Le , il figure parmi les 30 joueurs retenus pour un stage préparatoire de l'équipe de France, en vue de la tournée d'automne[5]. Il honore sa première sélection en équipe de France à l'occasion du test match France - Fidji en remplaçant Nicolas Mas au poste de pilier droit à la 47e minute du match[6]. Il est ensuite de nouveau utilisé en tant que remplaçant lors des deux matchs suivant, face à l'Australie et l'Argentine, son entraîneur de La Rochelle Patrice Collazo jugeant ses prestations comme « trois bonnes entrées »[7].

En , alors qu'il est lié pour encore une année avec son club, il prolonge son contrat jusqu'en 2020[8]. Lors de la saison 2016-2017, Patrice Collazo utilise parfois Uini Atonio au poste de deuxième ligne, notamment lors de la demi-finale de championnat de France contre le RC Toulon au Stade Vélodrome de Marseille[9].

Il a entamé en 2016 une procédure de naturalisation[10].

En novembre 2018, sa prolongation de contrat jusqu'à 2023 est annoncée[11].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Uini Atonio est doté d'un gabarit hors-norme (1,97 m et plus de 140 kg), qui en fait un joueur très puissant. Ces caractéristiques doublées d'une bonne mobilité lui permettent d’asséner régulièrement de puissantes charges et percussions dans les défenses adverses.

Il participe également beaucoup au jeu en se montrant actif tant dans les phases défensives qu'offensives. Atonio est également doté d'une bonne technique de passe, chose rare pour un joueur de première ligne[5].

Sa principale faiblesse est sa tenue en mêlée fermée[réf. nécessaire]. Malmené durant ses premières années de Pro D2, il s'est ensuite bien renforcé dans ce domaine. S'il n'est pas un joueur déterminant des mêlées comme l'était un Nicolas Mas, il est en revanche difficile à manœuvrer et se montre résistant à la pression adverse. Après avoir explosé[non neutre] en 2015 en équipe de France, en faisant partie du groupe retenu pour la coupe du monde en Angleterre, il devient un joueur très convoité, entre autres par Toulon[12].

Enfin, Atonio montre de grandes qualités humaines[Quoi ?] ; ainsi il est nommé capitaine du Stade rochelais à seulement 22 ans et est réputé pour son sens de l'humour[13],[14].

Affaires extra-sportives[modifier | modifier le code]

Le 16 novembre 2018, Uini Atonio est condamné à six mois de prison avec sursis pour violences volontaires en état d'ivresse manifeste à la suite d'une bagarre survenue le 24 septembre 2017 au petit matin à la sortie d'une boîte de nuit[15].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

  • Meilleur pilier droit de la saison 2014-2015 du Top 14 selon L'Équipe[16].
  • Meilleur pilier droit de la saison 2012-2013 de Pro D2 selon rugbyrama[17].
  • Troisième meilleur pilier droit de la saison 2015-2016 du Top 14 selon rugbyrama[18].

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

(mis à jour le 22 mars 2015)

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Au 27 juin 2016, Uini Atonio compte 17 sélections avec l'équipe de France, dont trois en tant que titulaire[19]. Il obtient sa première sélection le à Marseille contre les Fidji [19].

Il participe à trois éditions du Tournoi des Six Nations, en 2015, 2016 et 2017 participant à 14 rencontres, dont sept en tant que titulaire[20].

Il participe à une édition de la Coupe du monde, en 2015[21]. Il joue en tant que titulaire lors du match face à la Roumanie.

En juin 2016, alors que son club ne dispute pas les phases finales de Top 14, Uini Atonio est convoqué par Guy Noves pour participer à la tournée de juin de l'équipe de France en Argentine. Il joue les deux matches, et est titulaire lors du second test remporté par les Bleus sur le score de 27-0.

Dans l'édition 2017 du Tournoi des Six Nations, son remplacement dans les arrêts de jeu par Rabah Slimani sur un protocole commotion à l'occasion d'une succession de mêlée, lors du dernier match contre le pays de Galles, est sujet à caution et vaut un blâme de la part de l'organisateur[22].

Son éviction de l'équipe de France par Guy Novès pour les matchs d'automne en 2017, serait pour des raisons extrasportives[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Fiche de Uini Atonio », sur itsrugby.fr (consulté le 19 janvier 2016).
  2. a b c d e et f Adrien Pécout, « Uini Atonio : « En Nouvelle-Zélande, on me disait: “T’es trop gros, t’es trop fainéant” » », sur lemonde.fr, .
  3. a et b (en) Jared Savage, « Rugby: Weeny the sleeping giant », sur www.nzherald.co.nz, The New Zealand Herald, (consulté le 12 décembre 2011).
  4. Benjamin Deudon, « Un espoir Néo-zélandais s'engage avec le Stade Rochelais », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 12 décembre 2011).
  5. a et b Sylvain Labbé, « Atonio, du (très) lourd chez les Bleus  », sur rugbynews.fr, .
  6. Bruno Lesprit, « Les « bleus » du XV de France en pleine réussite », sur lemonde.fr, .
  7. Arnaud Bébien, « Uini Atonio, "trois bonnes entrées" avec l’équipe de France selon Collazo », sur rugbyrama.fr, .
  8. « Uini Atonio a signé jusqu'en 2020 », sur lequipe.fr, .
  9. Clément Mazella, « Uini Atonio (La Rochelle) en 2e ligne contre Toulon ! », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 27 mai 2017).
  10. [Sud Ouest|http://www.sudouest.fr/2017/01/24/xv-de-france-uini-atonio-se-sent-francais-et-plaisante-sur-sa-naturalisation-3134487-773.php]
  11. Clément Suman, « TOP 14 - Stade Rochelais : Dany Priso et Uini Atonio ont prolongé », sur www.lerugbynistere.fr (consulté le 1er novembre 2018)
  12. «  Uini Atonio vers Toulon  », Le Figaro, .
  13. «  Le top 10 d'Atonio  », L'Équipe, .
  14. «  Uini manie bien l'ironie » », Sud Ouest, .
  15. « Six mois de prison avec sursis pour Uini Atonio », sur lequipe.fr, Groupe Amaury, (consulté le 16 novembre 2018).
  16. «  L'équipe type de la saison  », L'Équipe, .
  17. « L'équipe-type de Pro D2 2012-2013 », sur rugbyrama.fr/, .
  18. « TOP 14 - Tameifuna, Johnston, Atonio... Notre Top 5 des meilleurs piliers droits du championnat ».
  19. a b et c (en) « Uini Atonio », sur en.espn.co.uk (consulté le 28 février 2016).
  20. (en) « Uini Atonio : Five/Six Nations », sur en.espn.co.uk (consulté le 20 mars 2016).
  21. (en) « Uini Atonio : IRB Rugby World Cup », sur en.espn.co.uk (consulté le 27 septembre 2015).
  22. Thibault Perrin, « 6 Nations - La France a reçu un blâme de la part du Comité du Tournoi », sur www.lerugbynistere.fr (consulté le 16 janvier 2018)
  23. La Rédaction Du Rugbynistère, « XV de France : un dérapage en Afrique du Sud à l'origine des évictions de Xavier Chiocci et Uini Atonio ? », sur www.lerugbynistere.fr (consulté le 16 janvier 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :