Romain Ntamack

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ntamack.
Romain Ntamack

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance (19 ans)
à Toulouse (France)
Taille 1,86 m (6 1)
Position Demi d'ouverture, centre
Carrière en junior
PériodeÉquipe 
2006-2017Stade toulousain
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2017-Stade toulousain28 (56)[1]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2016
2017-2018
2019-
Drapeau : France France -17
Drapeau : France France -20
Drapeau : France France

15 (125)[2]
3 (5)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 10 février 2019.

Romain Ntamack, né le à Toulouse[3], est un joueur international français de rugby à XV jouant au poste demi d'ouverture ou centre au sein du Stade toulousain. En 2018, il devient champion du monde junior.

Il est le fils d'Émile Ntamack et neveu de Francis Ntamack.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Son père, en 2012, à l'entraînement des jeunes toulousains

Romain Ntamack est né le . Il est le fils d'Émile Ntamack, joueur international français de rugby à XV, quadruple champion de France et double champion d’Europe, qui évoluait de 1988 à 2005 au Stade toulousain et pouvait jouer arrière, ailier ou centre. Son père Émile est ensuite entraîneur au centre de formation du Stade toulousain, puis entraîneur-adjoint responsable des arrières de l'équipe de France de 2008 à 2011 puis de l'Union Bordeaux Bègles de 2015 à 2017. Son oncle Francis Ntamack est également un international français de rugby à XV passé au Stade toulousain de 1991 à 1996.

Débuts (2015-2018)[modifier | modifier le code]

Romain Ntamack évolue au poste de demi d'ouverture au sein du club de toujours de son père. Il entre à l'école de rugby du club dès l'âge de 5 ans[4]. En 2015, il y reste même si son père le quitte pour entraîner l'Union Bordeaux Bègles. En 2015-2016, il réalise une saison pleine avec les cadets Alamercery du club au terme de laquelle il a glané un titre de champion de France, inscrivant notamment 14 des 24 points de son équipe en finale face au CABBG[5]. Il est alors surclassé avec l’équipe de France des moins de 17 ans, et enfile le maillot frappé du coq à trois reprises (contre les États-Unis, l’Italie, l’Angleterre)[5]. En 2016, il passe en équipe Crabos.

En 2017, il est doublement surclassé et joue avec l'équipe de France des moins de 20 ans à seulement 17 ans et 9 mois. Le 10 février, à Grenoble, le grand public découvre Romain Ntamack, membre du Pôle France, qui conduit avec justesse le jeu de l’équipe de France U20 face à l’Écosse (36-8) avec le numéro 10 dans le dos[6]. Pour pouvoir adoucir un peu le fossé qui existe entre le niveau Crabos et les U20, il évolue avec les Espoirs toulousains contre Bayonne quelques jours avant l’Écosse[6]. Pour sa première sélection avec les Bleuets, il passe 57 minutes sur le terrain du Stade des Alpes et inscrit 5 points (une pénalité et une transformation)[6]. Durant ce Tournoi des Six Nations des moins de 20 ans 2017, il est également titularisé contre l'Irlande, l'Italie et le pays de Galles.

En juin 2017, il est sélectionné pour jouer le championnat du monde junior en Géorgie. Il est titularisé lors des deux premiers matchs de l’équipe de France, contre l’Afrique du Sud (23-23) puis l’Argentine (26-25). Touché, il doit sortir dès la 21e minute contre les Pumas et déclare forfait pour le reste de la compétiion. Il est remplacé par le Rochelais Arthur Retière[7].

Le , Guy Novès annonce que Romain Ntamack intègre la liste Élite qui protège les joueurs de l'équipe de France grâce à la convention FFR/LNR alors qu'il n'a que 18 ans et n'a jamais disputé de matchs en professionnel avec le Stade toulousain[8]. L'intersaison 2017 est également marqué par le retour de son père au Stade toulousain, en tant que manager de la formation. Il est positionné sur le secteur de la formation et n'intervient en rien sur l'équipe première[9].

Romain Ntamack effectue le 30 septembre 2017 son premier match en Top 14 avec le Stade Toulousain contre l'équipe d'Agen en rentrant lors de la 1re mi-temps. En novembre 2017, il est sélectionné avec les Barbarians français pour affronter les Māori All Blacks au Stade Chaban-Delmas de Bordeaux. Associé à Baptiste Couilloud, ils forment une jeune charnière à fort potentiel. Les Baa-Baas parviennent à s'imposer 19 à 15[10].

En 2018, il joue de nouveau le Tournoi des Six Nations des moins de 20 ans avec l'équipe de France. Pour le premier match, il est titularisé à l'ouverture et inscrit un doublé et 17 points contre l'Irlande (34-24)[11]. Également titulaire contre l'l'Écosse, l'Angleterre et le Pays de Galles, il mène l'équipe à la victoire dans le tournoi. Il est ensuite sélectionné pour jouer le championnat du monde junior qui se déroule du 30 mai au 17 juin à Béziers, Narbonne et Perpignan. Titulaire lors du premier match contre l'Irlande, il laisse sa place à l'ouverture à Louis Carbonel pour affronter la Géorgie. À partir du dernier match de poule contre l'Afrique du Sud, décisif pour la qualification, les entraîneurs décident d'associer les deux joueurs en replaçant Romain Ntamack au poste de premier centre. Cette paire mène l'équipe de France à la victoire contre l'Afrique du Sud, contre la Nouvelle-Zélande en demi-finale, puis contre l'Angleterre en finale.

En novembre 2018, il est sélectionné et titularisé avec les Barbarians français, entraînés par le staff toulousain composé d'Ugo Mola et William Servat, pour affronter les Tonga au Stade Chaban-Delmas de Bordeaux. Comme lors de la Coupe du monde, il est utilisé en premier centre et associé à Louis Carbonel à l'ouverture et Pierre-Louis Barassi en second centre. Il inscrit un essai et une transformation au cours de la rencontre. Les Baa-Baas s'inclinent 38 à 49 face aux Tongiens[12].

Le , il signe un nouveau contrat avec le Stade toulousain qui le lie au club jusqu'en 2023[13].

Révélation au plus haut niveau (2018-2019)[modifier | modifier le code]

Fort de son titre de champion du monde Junior, de sa polyvalence et de ses bonnes prestations avec le Stade toulousain depuis le début de la saison 2018-2019[14], Romain Ntamack fait partie du groupe appelé par le sélectionneur de l'équipe de France pour disputer les deux premiers matchs du Tournoi des Six Nations 2019[15]. Le , il joue son premier match avec le XV de France face au pays de Galles au Stade de France, en tant que titulaire au poste de centre pour l’ouverture du Tournoi des Six Nations. Le , le sélectionneur le repositionne au poste de demi d'ouverture pour affronter l'Écosse alors que l'équipe de France doit se remettre de sa lourde défaite face au XV de la Rose à Twickenham deux semaines auparavant (44-8). Bien qu'il n'ait pas évolué à ce poste depuis la saison passée, Romain Ntamack signe une belle performance et inscrit son premier essai sous le maillot bleu. La France s'impose avec le bonus offensif (27-10) et s'offre sa première victoire de l'année 2019[16].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Au 26 janvier 2019, Romain Ntamack compte 28 matches avec le Stade toulousain. Il a marqué 56 points dont 6 essais.

Statistiques détaillées par saison au [1]
Saison Championnat Coupe d'Europe
Compétition M Pts Ess. Pén. Tr. Dp. Compétition M Pts Ess. Pén. Tr. Dp.
2017-2018 Drapeau : France Stade toulousain Top 14 5 2 - - 1 - Challenge européen 5 19 1 2 4 -
2018-2019 Top 14 12 30 4 2 2 - Coupe d'Europe 6 5 1 - - -
Sous-total Top 14 17 10 4 2 3 - Coupe d'Europe 11 24 2 2 4 -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche de Romain Ntamack », sur itsrugby.fr (consulté le 1er octobre 2017).
  2. « Fiche de Romain Ntamack en sélection », sur itsrugby.fr (consulté le 8 juin 2017).
  3. « Fiche de Romain Ntamack », sur www.petitbleu.fr (consulté le 1er février 2019).
  4. « Romain Ntamack, enfant de la balle », sur sport24.lefigaro.fr, Sport24.com, (consulté le 22 janvier 2019).
  5. a et b « Ntamack : Romain, sur les traces du père ? », sur www.midi-olympique.fr, Midi Olympique, (consulté le 8 juin 2017).
  6. a b et c Laurent Genin, « La fulgurante ascension de Romain Ntamack, numéro 10 des U20 à seulement 17 ans », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 8 juin 2017).
  7. « Mondial U20: Le prodige Romain Ntamack forfait, gros coup dur pour l’équipe de France », sur www.20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 8 juin 2017).
  8. Maxime Gil, « Ntamack, Dupont, Penaud, Picamoles, Lopez... 6 sorties, 21 entrées : voici la nouvelle liste Élite », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 10 juin 2017).
  9. « Top 14 - Emile Ntamack manager général de la formation du Stade toulousain », sur www.rugbyrama.fr, Eurosport, (consulté le 20 mai 2018).
  10. « Barbarians Français bat Maori All Blacks : 19-15 », sur www.ffr.fr, FFR, (consulté le 11 novembre 2017).
  11. « Les Bleuets montrent la voie », sur www.rugbyrama.fr, Eurosport, (consulté le 3 février 2018).
  12. « Barbarians Français – Tonga : 38-49 », sur www.ffr.fr, FFR, (consulté le 5 décembre).
  13. « Stade Toulousain : Romain Ntamack prolonge jusqu'en 2023 », sur www.lequipe.fr, (consulté le 4 décembre 2018).
  14. « Équipe de France : Romain Ntamack, le pari de l'audace pour le Tournoi des Six Nations », sur L'Équipe (consulté le 10 janvier 2019).
  15. « Paul Willemse, Romain Ntamack, Thomas Ramos, Dorian Aldegheri et Grégory Alldritt convoqués pour la première fois avec les Bleus pour le Tournoi des Six Nations », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 10 janvier 2019).
  16. « L'antisèche : Un nouveau visage et les Bleus se rassurent enfin », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 24 février 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]