Olivier Merle (rugby à XV)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivier Merle et Merle (homonymie).
Olivier Merle

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance (52 ans)
à Chamalières (France)
Taille 1,98 m (6 6)
Surnom La Merluche, Le Massif Central, L'homme et demi, The Dice man
Position deuxième ligne
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1989-1991
1991-1992
1992-1994
1994-2000
2000-2002
2002-2003
ASM Clermont
RC Vichy
FC Grenoble
ASM Clermont
RC Narbonne
Stade aurillacois
20 (0)
 ? (?)
 ? (?)
108 (25)
 ? (?)
 ? (?)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1993-1997 Drapeau : France France 45 (30)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 16 août 2017.

Olivier Merle (dit La Merluche, Le Massif Central, L'homme et demi, The Dice man), né le à Chamalières, est un joueur français de rugby à XV ayant notamment occupé le poste de seconde ligne au FC Grenoble, à l’AS Montferrand et en sélection nationale. Mesurant 1,98 m pour 123 kg à 135 kg de poids et chaussant du 51[réf. nécessaire], son poids était alors exceptionnel pour un joueur international de rugby.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Dès son plus jeune âge, ses mensurations exceptionnelles et la proximité de l'équipe de rugby de Montferrand poussent ses proches à l'orienter vers le rugby. Ce n'est que sur le tard, ayant commencé une carrière de lanceur de poids de haut niveau, que pour faire taire ses proches pressants il se saisit de deux dés et déclare que si le double six sort, il ira au rugby[1]. Le double six apparaît et Olivier signe donc au rugby. Cette anecdote le fait par la suite surnommer par la presse britannique « The Dice man » (l'homme aux dés).

Il commence sa carrière dans des petits clubs de la région clermontoise comme le Blanzat Athletic Club[2]. Il signe par la suite à l'AS Montferrand. Puis il passe par le RC Vichy et le FC Grenoble[3] avec pour point d'orgue la participation à la finale championnat de France 1992-1993, perdue 14 à 11 face au Castres olympique à la suite d'une décision controversée[4]. Il retourne à l'AS Montferrand en 1994 où il dispute et perd une seconde finale en 1999, en tant que remplaçant. Il termine sa carrière en club au RC Narbonne et Stade aurillacois.

En 2016, le site Rugbyrama le classe sixième parmi les 10 meilleurs joueurs de l'histoire de l'ASM Clermont Auvergne[5].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il obtient sa première sélection le 26 juin 1993 contre l'Afrique du sud à l'ABSA Stadium de Durban juste après la finale disputé par Grenoble et sa dernière le 22 novembre 1997 contre l'Afrique du sud au Parc des Princes à Paris. En 1994, la presse néo-zélandaise, impressionnée par sa force et ses mensurations, le surnomme L'homme et demi au lendemain d'une double victoire historique de l'équipe de France contre les All Blacks.

Barbarians[modifier | modifier le code]

En juin 1999, il participe à la tournée des Barbarians français en Argentine. Il est remplaçant contre le Buenos Aires Rugby Club à San Isidro. Il remplace en cours de jeu Thierry Cléda. Les Baa-Baas s'imposent 52 à 17[6]. Puis, il est titulaire contre les Barbarians Sud-Américains à La Plata. Les Baa-Baas français s'imposent 45 à 28[7].

Reconversion[modifier | modifier le code]

L'homme et demi est le nom qu'il choisit de donner à l'entreprise de coutellerie et de vêtement de grande taille qu'il créé à la fin de sa carrière sportive. Olivier Merle donne également son nom à une cuvée de Saint-Verny, coopérative de vignerons située à Veyre-Monton, qui produit de 8 000 à 9 000 hectolitres de vins d'appellation Côtes d'Auvergne. Sa propre ligne de couteaux se nomme Merluche[8], un autre de ses surnoms. Il est aussi le parrain d'honneur des Arvernes de Lutèce, association de supporters de l'ASM vivant en Île-de-France[9].

Il apparaît aux côtés de Vincent Moscato dans le film de Michaël Youn Vive la France sorti en 2013. Olivier n'y a pas de réplique mais administre un plaquage destructeur sur José Garcia avant d'entonner une chanson paillarde dans la douche[10].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Statistiques en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview d'Olivier Merle sur le site XV Rugby
  2. « Stars à Blanzat », sur Le Stade de Poteaux du Blanzat Athletic Club, (consulté le 18 août 2014)
  3. « Grenoble 92/93 dur dur d’être un mammouth », sur rucknmaul.wordpress.com, (consulté le 31 octobre 2012)
  4. Stéphane PULZE, « Castres et " la magie du rugby " », sur http://www.republicain-lorrain.fr/, (consulté le 10 février 2014)
  5. « Top 14 - ASMCA : le Top 10 des meilleurs joueurs de l'histoire de Clermont », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 20 février 2017)
  6. « Buenos Aires vs Barbarian Rugby Club », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 20 décembre 2016)
  7. « Barbarians Sud-Américains vs Barbarian Rugby Club », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 20 décembre 2016)
  8. Site du couteau le Merluche
  9. « Parrain d'honneur », sur www.lesarvernesdelutece.fr (consulté le 5 décembre 2011)
  10. Laëtitia Bertoni, « «Vive la France» : ils ont tourné avec José Garcia et Michaël Youn », sur ladepeche.fr, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]