Équipe du Japon de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Description de l'image Logo JRFU.svg.
Surnom The Cherry Blossoms
The Brave Blossoms
maillot cc0000 maillot cc0000 maillot cc0000
short ffffff
bas ffffff
maillot 000080 maillot 000080 maillot 000080
short 110B37
bas 110B37
Entrée au Board 1987
Sélectionneur Jamie Joseph
Capitaine Michael Leitch
Record de sélections Hitoshi Ono (96)
Record de points Ayumu Goromaru (695)
Record d’essais Daisuke Ohata (69[1])
Premier match officiel
31 janvier 1932
Drapeau : Japon Japon 9 - 8 Canada Drapeau : Canada

Plus large victoire
7 juillet 2002
Drapeau : Japon Japon 155 - 3 Taipei chinois Drapeau : Taipei chinois

Plus large défaite
4 juin 1995
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 145 - 17 Japon Drapeau : Japon

Coupe du monde  
· Phases finales 7/7
· Meilleur résultat 3e en poule (2015)


L'équipe du Japon de rugby à XV rassemble les meilleurs joueurs du Japon sous l'autorité de la Japan Rugby Football Union. Les Japonais jouent en maillot rayé rouge et blanc, short blanc, bas blanc avec une bande rouge. Les Brave Blossoms (Braves bourgeons ou Braves fleurs) étaient entraînés par l'Australien Eddie Jones, finaliste de la coupe du monde 2003 avec l'Australie jusqu'en 2015. En plus de la coupe du monde, le Japon participe également au tournoi des 5 nations asiatiques et à la Pacific Nations Cup. Depuis les années 2000, le niveau de l'équipe nationale japonaise est en hausse, réussissant quelques exploits, comme la victoire 34-32 contre les Springboks en phase de poule de la coupe du monde 2015, au terme d'un match spectaculaire. Cette victoire arrachée à la dernière minute a entrainé un fort regain de popularité au rugby japonais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Japon face aux Tonga au Honjo stadium le .

Le rugby est arrivé au Japon en 1899[2], mais a mis plusieurs années à percer. Le a lieu le premier match de l'équipe du Japon face à l'Angleterre. L’année du centenaire de la Fédération anglaise de rugby à XV en 1971, les Anglais se rendent de nouveau au Japon pour une double confrontation contre l'équipe japonaise qu'ils peinent à battre 21-17 puis 6-3 à Tokyo[3].

L'équipe japonaise participe à toutes les coupes du monde mais n'a jamais dépassé la phase de poule. Cependant le Japon progresse régulièrement sur la scène internationale comme le prouve sa courte défaite contre les Fidji eux-mêmes quart de finalistes durant la coupe du monde 2007. L'intérêt de cette nation pour le rugby est tel (plus de 120 000 licenciés) que le Japon accueillera en 2019 la coupe du monde de rugby[4].

Depuis 2006 le japon participe à la Pacific Nations Cup qui regroupe chaque année les équipes des Fidji, des Samoa, des Tonga et du Japon. À noter aussi que certaines années des équipes comme les Junior All Blacks (qui est l'équipe réserve de Nouvelle-Zélande), les Māori néo-zélandais ou l'Australie A (équipe bis d'Australie) y ont aussi participé. En 2011 le Japon utilise ce tournoi comme match de préparation à la Coupe du monde.

En plus de la Coupe du monde et de la Pacific Nations Cup, le Japon participe également depuis 2008 au tournoi des 5 nations asiatiques et il remporte la première édition. Les dirigeants du rugby asiatique lancent officiellement le ce tournoi continental calqué sur le modèle du Tournoi des six nations européen, afin de développer ce sport en Asie. Il s'agit d'une compétition de rugby à XV qui a vocation à être disputée chaque année par les 6 meilleures équipes asiatiques. Le premier gagne le tournoi tandis que le dernier est rétrogradé en seconde division asiatique.

L'équipe de France affronte les japonais lors de la coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande.

Qualifié pour la coupe du monde 2011, le Japon perd contre la France (47-21), la Nouvelle-Zélande (83-7) et les Tonga (31-18) mais fait match nul avec le Canada (23-23).

Le 19 septembre 2015, lors du premier match des Japonais de la coupe du monde 2015, au stade de Brighton, le XV japonais bat pour la première fois de son histoire l'Afrique du Sud, double championne du monde et troisième nation au classement IRB[5], sur le score de 34-32 et remporte ainsi son deuxième match en coupe du monde depuis 1991 ; cette victoire est considérée comme un des plus gros exploits de l'histoire du rugby à XV[6] et leur permet de remonter à la 11e place du classement IRB. Les rencontres avec leurs autres adversaires de poule se suivent et ne se ressemblent pas : s'ils s'inclinent lourdement face aux Écossais (45-10) le 23 septembre, les Japonais dominent largement les Samoa (5-26) dix jours plus tard. Lors de leur dernier match contre les États-Unis, ils s'imposent 28 à 18. Avec trois victoires sur quatre matches disputés, ils échouent malgré tout à se qualifier pour les quarts de finale en terminant troisième de leur poule avec 12 points, deux points derrière les Écossais, qui profitent de leurs points de bonus offensifs.

La mêlé japonaise lutte contre les français (en blanc) en 2011

Palmarès[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Édition Rang Résultats Japon
Nouvelle-Zélande/Australie 1987 4e de poule 0 v, 0 n, 3 d
Angleterre 1991 3e de poule 1 v, 0 n, 2 d
Afrique du Sud 1995 4e de poule 0 v, 0 n, 3 d
Royaume-Uni 1999 4e de poule 0 v, 0 n, 3 d
Australie 2003[7] 5e de poule 0 v, 0 n, 4 d
France 2007 4e de poule 0 v, 1 n, 3 d
Nouvelle-Zélande 2011 5e de poule 0 v, 1 n, 3 d
Angleterre 2015 3e de poule 3 v, 0 n, 1 d

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Coupe d'Asie des nations[modifier | modifier le code]

Le Japon a gagné la coupe d'Asie des nations en 1969, 1970, 1972, 1974, 1976, 1978, 1980, 1984, 1992, 1994, 1996, 1998, 2000, 2004 et 2006, date de la dernière coupe d'Asie des nations qui est devenue ensuite le tournoi des 5 nations asiatiques.

Tournoi des cinq nations asiatique[modifier | modifier le code]

Pacific Nations Cup[modifier | modifier le code]

Le tournoi se dispute entre les Samoa, les Tonga, les Fidji, le Japon plus les équipes invitées selon les éditions (Maoris, Australie A' et Juniors Néo-Zélandais).

À partir de l'édition 2010, le tournoi se dispute entre les Samoa, les Tonga, les Fidji et le Japon.

À partir de 2013, le tournoi se dispute à six équipes avec l'intégration du Canada et des États-Unis.

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Liste des 32 joueurs convoqué par Jamie Joseph en vue de la tournée de novembre 2016, avec la présence de 17 joueurs non-capés[8].

Les avants[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Sélections
(points marqués)
Club Année 1re
sélection
Kensuke Hatakeyama Pilier (31 ans) 75 (10) Drapeau : Japon Suntory Sungoliath 2008
Heiichiro Ito Pilier (26 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Yamaha Júbilo -
Masataka Mikami Pilier (31 ans) 33 (5) Drapeau : Japon Sunwolves 2013
Satoshi Nakatani Pilier (35 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Yamaha Júbilo -
Yasuo Yamaji Pilier (31 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Canon Eagles -
Koki Yamamoto Pilier (26 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Sunwolves -
Takeshi Hino Talonneur (27 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Yamaha Júbilo -
Shota Horie Talonneur (31 ans) 44 (40) Drapeau : Japon Sunwolves 2009
Takeshi Kizu Talonneur (28 ans) 43 (65) Drapeau : Japon Sunwolves 2009
Samuela Anise Deuxième ligne (30 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Canon Eagles -
Kyosuke Kajikawa Deuxième ligne (29 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Toshiba Brave Lupus -
Kotaro Yatabe Deuxième ligne (30 ans) 6 (5) Drapeau : Japon Panasonic Wild Knights 2016
Uwe Helu Troisième ligne (26 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Yamaha Júbilo -
Malgene Ilaua Troisième ligne (23 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Toshiba Brave Lupus -
Amanaki Mafi Troisième ligne (27 ans) 9 (15) Drapeau : Australie Melbourne Rebels / Drapeau : Japon NTT Shining Arcs 2014
Shuhei Matsuhashi Troisième ligne (23 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Ricoh Black Rams -
Yuhimaru Mimura Troisième ligne (27 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Yamaha Júbilo -
Shunsuke Nunomaki Troisième ligne (24 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Panasonic Wild Knights -

Les arrières[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Sélections
(points marqués)
Club Année 1re
sélection
Takahiro Ogawa Demi de mêlée (25 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Toshiba Brave Lupus -
Fumiaki Tanaka Demi de mêlée (32 ans) 54 (40) Drapeau : Nouvelle-Zélande Highlanders / Drapeau : Japon Panasonic Wild Knights 2008
Yuki Yatomi Demi de mêlée (31 ans) 16 (10) Drapeau : Japon Sunwolves 2006
Jumpei Ogura Ouvreur (24 ans) 0 (0) Drapeau : Japon NTT Shining Arcs -
Yu Tamura Ouvreur (28 ans) 38 (68) Drapeau : Japon Sunwolves 2012
Timothy Lafaele Centre (25 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Coca Cola Red Sparks -
Yasutaka Sasakura Centre (28 ans) 3 (0) Drapeau : Japon Sunwolves 2016
Harumichi Tatekawa Centre (27 ans) 46 (59) Drapeau : Japon Sunwolves 2012
Kenki Fukuoka Ailier (24 ans) 16 (55) Drapeau : Japon Panasonic Wild Knights 2013
Karne Hesketh Ailier (31 ans) 13 (35) Drapeau : Japon Munakata Sanix Blues 2014
Lomano Lemeki Ailier (28 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Honda Heat -
Akihito Yamada Ailier (31 ans) 15 (65) Drapeau : Japon Sunwolves 2013
Amanaki Lotoahea Arrière (26 ans) 0 (0) Drapeau : Japon Ricoh Black Rams -
Kotaro Matsushima Arrière (23 ans) 18 (35) Drapeau : Japon Suntory Sungoliath 2014

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

L'équipe du Japon lors de sa défaite (91-3) contre l'Australie pendant la Coupe du monde 2007.


Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques concernant les joueurs[modifier | modifier le code]

Record de sélections[modifier | modifier le code]

# Joueur Dates d'activité Nombres de sélections
1 Hitoshi Ono 2004- 96
2 Hirotoki Onozawa 2001-2013 81
3 Yukio Motoki 1991-2005 79
4 Kensuke Hatakeyama 2008- 70
5 Takashi Kikutani 2005-2014 68
6 Takeomi Ito 1996-2005 63
7 Luke Thompson 2007- 60
8 Daisuke Ohata 1996-2006 54
9 Fumiaki Tanaka 2008- 51
10 Takuro Miuchi 2002-2008 48

Record d'essais[modifier | modifier le code]

# Joueur Dates d'activité Nombre d'essais
1 Daisuke Ohata 1996-2006 69
2 Hirotoki Onozawa 2001-2013 55
3 Takashi Kikutani 2005-2014 32
4 Terunori Masuho 1991-2001 29
5 Yoshikazu Fujita 2012- 25
6 Koliniasi Holani 2008- 22
7 Alisi Tupuailei 2009- 21
8 Toru Kurihara 2000-2003 20
9 Yoshihito Yoshida 1988-1997 19
10 Kosuke Endo 2004-2011 18

Record de points[modifier | modifier le code]

# Joueur Dates d'activité Points
1 Ayumu Goromaru 2005- 679
2 Keiji Hirose 1994-2005 422
3 Toru Kurihara 2000-2003 347
4 Daisuke Ohata 1996-2006 345
5 James Arlidge 2007- 286
6 Hirotoki Onozawa 2001-2013 275
7 Ryan Nicholas 2008- 193
8 Takashi Kikutani 2005-2014 160
9 Terunori Masuho 1991-2001 147
10 Yoshikazu Fujita 2012- 125

Liste des entraîneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Statsguru / Player analysis / Daisuke Ohata / Test matches », Scrum.com (consulté le 21 mars 2013)
  2. Pierre Bigot de La Touanne, « Le rugby au Japon », sur tout-le-japon.com (consulté le 6 octobre 2010)
  3. Mike Galbraith, « Centenary & History - The "Good ol' days" of YCAC Rugby », sur ycacrugby.com (consulté le 6 janvier 2010)
  4. (en) « England and Japan handed Rugby World Cups », sur www.rugbyworldcup.com, IRB,‎ (consulté le 2 juin 2010)
  5. « Classement IRB », sur Sports.fr (consulté le 19 septembre 2015)
  6. « Le Japon crée l'exploit en venant à bout de l'Afrique du Sud (34-32) pour son entrée dans la Coupe du monde! », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  7. À partir de l'édition 2003, il y a cinq équipes dans chaque poule alors qu'il n'y en a que quatre jusque-là.
  8. « Le groupe japonais pour la tournée de novembre », sur www.japonrugby.net,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :