Maxime Médard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maxime Médard
Maxime Médard à l'échauffement le 5 novembre 2011 au Stadium de Toulouse
Fiche d'identité
Naissance (29 ans)[1]
à Toulouse (France)
Taille 1,8 m (5 11)[1]
Position ailier, arrière, centre
Carrière en junior
Période Équipe  
????-2000
2000-2004
Blagnac SCR
Stade toulousain
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
2004- Stade toulousain 231 (400)[2]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2008- Drapeau : France France 42 (58)[3]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 8 juin 2015.

Maxime Médard, né le à Toulouse (Haute-Garonne), est un joueur de rugby à XV français qui évolue au poste d'ailier ou d'arrière ou plus rarement de centre au Stade toulousain ainsi qu'avec le XV de France. En 2006, il devient champion du monde des moins de 21 ans, puis en 2008, il échoue avec le Stade toulousain en finale de la H-Cup mais remporte un mois plus tard la finale du Top14. En 2010, il remporte la H-Cup avec le Stade toulousain. L'année suivante, il remporte avec le Stade Toulousain le top 14 lors de l'édition 2010-2011 en étant par ailleurs le meilleur marqueur d'essai de la saison.

Biographie et vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Christine Swiatezak et Alain Médard, capitaine et troisième ligne aile du Blagnac sporting club rugby dans les années 1980[4] en même temps que son oncle, Francis, troisième ligne centre (sélectionné en équipe France B). Il prépare, au cours de la saison 2004-2005, un baccalauréat professionnel en électronique[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Formé à l'école de rugby de Blagnac, il rejoint Toulouse en cadet B alors qu'il n'a que 15 ans et devient avec le Stade toulousain champion de France cadet et junior[4]. Il joue pour la première fois en équipe une contre Castres en octobre 2004, alors qu'il a à peine 18 ans, et marque un essai dès le premier ballon qu'il touche[5]. Il devient d'ailleurs, à la fin de la saison, champion d'Europe avec son club pour la premmière fois[6]. Il signe son premier contrat professionnel en 2005-2006 où il effectue une première partie de saison en demi-teinte à cause de petites blessures qui lui font modifier son hygiène de vie[6].

Un homme de face, habillé d'un polo.
Guy Novès, ici en 2011, est le manager de Maxime Médard au Stade toulousain jusqu'en 2015.

Il joue son premier match de coupe d'Europe lors d'un quart de finale contre les Northampton Saints en 2005, en temps que remplaçant et rentre à la place de Florian Fritz à la 71e minute de jeu (victoire 37-9[7])[8].

Pendant que les internationaux jouent la coupe du monde 2007, tel que Yannick Jauzion, Vincent Clerc, Cédric Heymans, Frédéric Michalak, Clément Poitrenaud ou encore Jean-Baptiste Élissalde[9], il pratique la boxe afin de calmer sa frustration et perdre du poids[10]. Il est propulsé sur le devant de la scène à la suite des blessures de Clément Poitrenaud et Vincent Clerc durant la saison 2007-2008 du Top 14 et termine deuxième meilleur marqueur d'essais du championnat derrière, Napolioni Nalaga[11]. Il s'impose alors à l'arrière, Cédric Heymans retrouve alors le poste d'ailier[10]. Il marque un essai lors de la demi-finale en devançant Julien Saubade et pendant la finale du Top 14 et permet ainsi à Toulouse de devenir champion de France[10].

Maxime Médard inscrit un essai lors d'un match contre Montpellier, le 9 novembre 2012, pour le premier match de son retour après une blessure aux ligaments croisés du genou et une absence de huit mois[12],[13].

Le 9 janvier 2012, il prolonge son contrat avec le Stade Toulousain pour trois années supplémentaires[14].

Il réalise une très bonne saison 2014-2015, où il inscrit le seul essai de la demi-finale face à l'ASM Clermont Auvergne ; il termine alors la saison en larmes à la suite de la défaite de son club et au départ de l'emblématique manager du Stade toulousain Guy Novès, qui deviendra le nouveau sélectionneur de l'équipe de France qui lui avait permis de s'imposer haut niveau international[15].

L'arrivée de Ugo Mola à la tête du club de la ville rose confirme Maxime Médard comme le titulaire au poste d'arrière avec son club[16].

En équipe de France[modifier | modifier le code]

Il est sélectionné pour la première fois en équipe de France lors de la tournée d'automne 2008, contre l'Argentine. Il marque ensuite un essai lors du match contre les Pacific Islanders[17] ainsi qu'un drop lors du match contre l'Australie[18].

Il participe à tous les matchs du tournoi des six nations 2009 et marque un essai lors du match contre l'Irlande[19]. Lors de la tournée d'été de 2009, il marque un essai contre les All Black en traversant la moitié du terrain[20]. Sélectionné lors de la tournée d'automne de 2009, il ne porte plus les couleurs du XV de France pendant un an et revient en novembre 2010, lors du match contre les Fidji[20], durant lequel il marque un essai[21]. Il est le meilleur marqueur du Top 14 2010-2011 avec quinze essais. Il joue le tournoi des six nations 2011 avec l'équipe de France où il est élu homme du match lors de la rencontre contre l'Écosse[20] où il marque un essai[22]. Lors de la rencontre suivante, contre l'Irlande, il marque aussi un essai[23] mais ne participe pas au match contre l'Angleterre en raison d'une blessure à la cuisse[24] mais est présent lors des deux derniers matchs, contre l'Italie et le Pays de Galles.

Il est sélectionné dans les rangs tricolores lors de la coupe du monde de rugby 2011 durant laquelle il inscrit un essai face à l'Angleterre en quart de finale.

Sélectionné par Philippe Saint-André pour le Tournoi des six nations 2012, il est victime d'une blessure du genou lors du deuxième match de l'équipe de France contre l'Écosse[25]. Cette blessure nécessite une opération qui le prive des terrains pendant 6 à 9 mois[26]. Il réintègre le XV de France le contre l'Irlande au Tournoi des Six Nations.

Au mois de novembre 2014, Maxime Médard est sélectionné avec l'équipe de France lors d'un match contre l'Argentine[27],[28].La France s'incline à la suite d'un échec collectif[29] et finalement, Maxime Médard, qui évolue au poste d'ailier[30] (et non au poste d'arrière qui est son poste de prédilection) paye les frais de cette défaite[31].

En effet, malgré une fin de saison 2014-2015 particulièrement réussie, avec notamment six essais entre la fin du tournoi des Six nations et la fin du championnat[32] dont deux essais contre le Rugby club toulonnais[33] et l'unique essai de la demi-finale face à Clermont[34], il n'est pas sélectionné par Philippe Saint-André pour la Coupe du monde 2015. En ce malgré le forfait de son co-équipier à Toulouse, Yoann Huget, Rémy Grosso est préféré à Maxime Médard, pour son premier appel en sélection avec le XV de France[35].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Maxime Médard à l'échauffement, octobre 2010.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Maxime Médard à l'entraînement à Sydney en juin 2009.
  • 41 sélections, 58 points marqués : 11 essais, 1 drop
  • Finaliste avec le XV de France à la Coupe du monde de Rugby 2011
  • Sélections par année : 3 en 2008, 11 en 2009, 1 en 2010, 13 en 2011, 2 en 2012, 6 en 2013 et 4 en 2014
  • Tournois des Six Nations disputés : 2009, 2011, 2012, 2013
  • Équipe de France -21 ans (2005-2007):
  • Équipe de France -19 ans (2004-2005) : vice-champion du monde 2004 en Afrique du Sud (4 sélections, 2 essais)
  • Équipe de France -18 ans (2003-2004) : 2 sélections en 2004 (Pays de Galles, Angleterre)
  • Maxime Médard a fait partie du Pôle France de la promotion Jean-Pierre rives de 2004 à 2005

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Édition Rang Résultats France Résultats M.Médard Matchs M.Médard
Nouvelle-Zélande 2011 Deuxième 4 v, 0 n, 3 d 4 v, 0 n, 3 d 7/7

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Tournoi des Six Nations[modifier | modifier le code]

Édition Rang Résultats France Résultats M.Médard Matchs M.Médard
Tournoi des six nations 2009 3 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 2 d 5/5
Tournoi des six nations 2011 2 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 1 d 4/5
Tournoi des six nations 2012 4 2 v, 1 n, 2 d 2 v, 0 n, 0 d 2/5
Tournoi des six nations 2013 6 1 v, 1 n, 3 d 1 v, 1 n, 0 d 2/5
Tournoi des six nations 2014 4 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 2 d 3/5

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a grand chelem.

Liste des essais[modifier | modifier le code]

Essai Adversaire Lieu Stade Compétition Date Résultat
1 Free Use Pacific Islanders flag.png Pacific Islanders Sochaux, Drapeau de la France France Auguste Bonal Test match 15 novembre 2008 Victoire
2 Drapeau : Irlande Irlande Dublin, Drapeau de l'Irlande Irlande Croke Park Tournoi des six nations 7 février 2009 Défaite
3 Drapeau : Italie Italie Rome, Drapeau de l'Italie Italie Stadio Flaminio Tournoi des six nations 21 mars 2009 Victoire
4 Drapeau : Italie Italie Rome, Drapeau de l'Italie Italie Stadio Flaminio Tournoi des six nations 21 mars 2009 Victoire
5 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Dunedin, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Carisbrook Test match 13 juin 2009 Victoire
6 Drapeau : Fidji Fidji Nantes, Drapeau de la France France Stade Marcel Saupin Test match 13 novembre 2010 Victoire
7 Drapeau : Écosse Écosse Paris, Drapeau de la France France Stade de France Tournoi des six nations 5 février 2011 Victoire
8 Drapeau : Irlande Irlande Dublin, Drapeau de l'Irlande Irlande Lansdowne Road Tournoi des six nations 13 février 2011 Victoire
9 Drapeau : Angleterre Angleterre Auckland, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Eden Park Coupe du monde 8 octobre 2011 Victoire
10 Drapeau : Écosse Écosse Édimbourg, Écosse Écosse Murrayfield Stadium Tournoi des six nations 26 février 2012 Victoire
11 Drapeau : Écosse Écosse Paris, Drapeau de la France France Stade de France Tournoi des six nations 16 mars 2013 Victoire

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Matchs internationaux[modifier | modifier le code]

Style, récompenses et activités en-dehors du rugby[modifier | modifier le code]

Maxime Médard plonge dans l'en-but pour parachever le succès du Stade toulousain contre le LOU le 7 janvier 2012.

Michel Marfaing, directeur du centre de formation du Stade Toulousain, dit de lui qu'« était capable de passer toute une défense en revue, sur un petit jeu au pied par-dessus, récupérer derrière et aller marquer »[4]. Maxime Médard dit d'ailleurs que le coup de pied par-dessus est son « péché mignon »[36]. Il représente, pour France-Soir, la nouvelle icône du French Flair, « vif, rapide, inspiré. [...] Ses appuis lui permettent de souvent faire la différence mais sa qualité de plaquage est plus que médiocre. »[37]. Selon Rugby Connection, « La folie créatrice, l’envie de passer plus que de déstroncher, voilà ce qui l’anime »[38]. Jouant à la fois à l'aile et à l'arrière et pressenti pour jouer au centre avec le XV lors de la tournée préparatoire de la coupe du monde 2011, il a un avis mitigé sur cette polyvalence : « La polyvalence, c'est bien. Mais ça peut desservir un jour ou l'autre. »[39].

Lors de la cinquième Nuit du Rugby, il est élu révélation de la saison 2007-2008[40]. Le , il devient le plus rapide marqueur de l'histoire du Top 14 depuis le retour de la poule unique en 2005 en inscrivant un essai à la dix-septième seconde du match opposant le Stade_toulousain à La Rochelle[41]. Depuis le record a été battu par Thibault Lassalle qui a marqué au bout de dix secondes de jeu lors de lors de la 18e journée du Top 14 2013-2014[42].

Il est l'égérie d'une publicité pour Nike[43], l'équipementier du Stade Toulousain et du XV de France en 2009, pour Mennen[44] et pose pour l'édition 2010[45] du calendrier des Dieux du Stade, mais dit de lui-même qu'il « [n'est] pas du tout un beau gosse avec [ses] rouflaquettes dégueulasses »[46]. En-dehors du rugby, il pratique la boxe en amateur, pour se détendre[46]. En 2009, il prend des cours de dessins et de création d'entreprise et déclare souhaiter devenir architecte d'intérieur[47].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Maxime Médard », sur stadetoulousain.fr, Stade toulousain (consulté le 4 mars 2012)
  2. « Fiche de Maxime Médard », sur itsrugby.fr (consulté le 8 juin 2015).
  3. (en) Fiche de Maxime Médard sur ESPNscrum. Consulté le 28 mars 2015.
  4. a, b et c SR avec JR, « Le Destin en or de Maxime Médard », sur rmc.fr, RMC,‎ (consulté le 31 mars 2011)
  5. a et b Philippe Lauga, « Maxime Médard, le nouveau petit prince d'Ernest-Wallon », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 31 mars 2011)
  6. a, b et c Philippe Lauga, « Stade Toulousain. Maxime Médard en pointillés », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi (consulté le 31 mars 2011)
  7. « Toulouse 37-9 Northampton », BBC,‎ (lire en ligne).
  8. « Maxime MEDARD - Stade Toulousain », sur www.stadetoulousain.fr (consulté le 11 septembre 2015).
  9. « XV de France. La liste des 30 joueurs », sur ladepeche.fr (consulté le 5 novembre 2015).
  10. a, b et c Maxime Raulin, « L'heure de Médard », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ .
  11. « Biographie de Maxime Médard », sur rugbyconnection.com.
  12. « Médard, le verdict » (consulté le 21 septembre 2015)
  13. « Rugby: Maxime Médard, plus fort qu'avant la blessure » (consulté le 21 septembre 2015)
  14. http://www.rugbyrama.fr/rugby/top-14/2011-2012/toulouse-medard-prolonge_sto3097435/flashnews.shtml
  15. « Toulouse: Les larmes de Maxime Médard après l'élimination face à Clermont » (consulté le 21 septembre 2015).
  16. Ligue Nationale de Rugby, « Maxime Medard » (consulté le 21 septembre 2015).
  17. « France Pacific Islanders - Test Match 2008 », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 31 mars 2011)
  18. « France Australie - Test Match 2008 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 31 mars 2011)
  19. « France Irlande - Tournoi des VI nations 2009 », sur ffr.fr, FFR
  20. a, b et c Gilles Renault, « Maxime Médard, ailier retour », sur liberation.fr, Libération,‎ (consulté le 31 mars 2011)
  21. « France Fidji - Test Match 2010 », sur ffr.fr, FFR
  22. « France Ecosse - Tournoi des VI Nations 2011 », sur ffr.fr, FFR
  23. « France Irlande - Tournoi des VI Nations 2011 », sur ffr.fr, FFR
  24. AFP, " « XV de France. Maxime Médard forfait contre l’Angleterre », sur Ouest-France.fr, Ouest-France
  25. « Médard, le verdict », sur lequipe.fr, L'Équipe
  26. Aurélien Billot, « Médard out entre 6 et 9 mois ! », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎
  27. « Test-Match - France-Argentine (13-18) - Encore une fois l'Argentine a joué un mauvais tour aux Bleus » (consulté le 10 septembre 2015)
  28. « XV de France : trente minutes qui tuent » (consulté le 2 septembre 2015)
  29. « Test-Match - France-Argentine (13-18) - Encore une fois l'Argentine a joué un mauvais tour aux Bleus » (consulté le 11 septembre 2015)
  30. « Maxime Médard : un souffle nouveau » (consulté le 10 septembre 2015)
  31. « Cinq gagnants, cinq perdants », sur lequipe.fr (consulté le 11 septembre 2015).
  32. Ligue Nationale de Rugby, « Maxime Medard » (consulté le 10 septembre 2015)
  33. « 21e journée: Toulouse brise l'élan de Toulon » (consulté le 10 septembre 2015)
  34. « Clermont terrasse Toulouse et rejoint Paris en finale » (consulté le 10 septembre 2015).
  35. « Maxime Médard n'était pas loin » (consulté le 21 septembre 2015)
  36. Sylvain Labbe, « Médard: "Je suis plus heureux" », sur sports.fr,‎
  37. A. J., « XV de France : Maxime Médard, icône du French Flair », sur francesoir.fr, France-Soir,‎
  38. Ludovic Ninet, « Maxime Médard, la bonne éducation », sur rugbyconnection.com,‎
  39. Vincent Pere-Lahaille, « Polyvalents ou sacrifiés ? », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ .
  40. Communiqué de presse, sur lnr.fr
  41. « Toulouse 50-3 La Rochelle , Top 14 2010-2011 - 5e journée Aller , Rugby », sur www.lequipe.fr (consulté le 5 novembre 2015).
  42. « Rugby : l'Aspois Thibault Lassalle inscrit l'essai le plus rapide du Top 14 », sur LaRepubliqueDesPyrenees.fr (consulté le 5 novembre 2015).
  43. Maxime Rouquie, « Publicité Nike avec Maxime Médard », sur lerugbynistere.fr,‎ (consulté le 30 mars 2011)
  44. Mennen, « Publicité Mennen avec Maxime Médard », sur mennenpournousleshommes.fr
  45. « Sortie du calendrier DIEVX DV STADE 2010 », sur stade.fr, Stade français,‎ (consulté le 31 mars 2011)
  46. a et b Jean-Paul Couret, « Six Nations: Maxime Médard, boxeur pour son "bien-être" », sur www.laprovence.com, La Provence,‎ (consulté le 31 mars 2011)
  47. « Maxime Médard, au nom de siens », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 31 mars 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]