Pieter de Villiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villiers.
 Il ne faut pas confondre Pieter de Villiers avec Peter de Villiers, entraîneur du XV d'Afrique-du-Sud.
Pieter de Villiers
Description de l'image DeVilliers.JPG.
Fiche d'identité
Naissance (44 ans)
à Malmesbury (Afrique du Sud)
Taille 1,84 m (6 0)
Position pilier
Carrière en junior
Période Équipe  
1994-1995 Stellenbosch Drapeau : Afrique du Sud
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1995-2008 Stade français Drapeau : France ? (?)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1999-2007 Drapeau : France France 69 (10)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

Pieter de Villiers, né le à Malmesbury, est un joueur de rugby à XVsud-africain aux origines huguenotes et naturalisé Français fin 2002[1]. Il a joué en équipe de France et a évolué au poste de pilier droit au sein de l'effectif du Stade français Paris (1,84 m pour 111 kg). Il met un terme à sa carrière en avril 2008, en raison d'une blessure aux cervicales survenue en 2007, qui le handicapait trop[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Pieter de Villiers joue en club avec le Stade français Paris. Le , il joue son premier match avec les Barbarians français contre l'Afrique du Sud à Biarritz. Les Baa-Baas s'imposent 40 à 22[3].

En juin 1999, il participe à la tournée des Barbarians français en Argentine. Il est titulaire contre le Buenos Aires Rugby Club à San Isidro. Les Baa-Baas s'imposent 52 à 17[4]. Puis, il est remplaçant contre les Barbarians Sud-Américains à La Plata. Il remplace en cours de jeu Jean-Jacques Taofifénua. Les Baa-Baas français s'imposent 45 à 28[5].

Champion de France en 1998, il honore sa première cape internationale en équipe de France le contre l'équipe du pays de Galles. Il participe à la coupe du monde en 1999 et notamment à la demi-finale contre les All Blacks (43-31).

En , il est sélectionné avec les Barbarians français pour jouer la Nouvelle-Zélande au Stade Bollaert à Lens[6]. Les Baa-Baas parviennent à s'imposer 23 à 21[7].

De nouveau champion de France en 2000, il devient titulaire en équipe de France dès le Tournoi des Six Nations 2001. Il remporte le grand chelem l'année suivante.

En 2003, il est soupçonné de dopage à la cocaïne et à l'ecstasy à la suite d'un contrôle inopiné le 18 décembre 2002 et devient le premier joueur de rugby à XV français dans ce cas. De Villiers déclare en avoir absorbé à son insu[8]. Il reçoit le soutien du président de son club le Stade français Max Guazzini et du sélectionneur de l'équipe de France Bernard Laporte[9]. Le 5 mars 2003, la fédération française de rugby à XV estime qu'aucune sanction ne peut être retenue pour vice de forme. Il retrouve les terrains en juin 2003[10]. Il participe à la finale, victorieuse, de son équipe en championnat de France et retrouve l'équipe Nationale. Toutefois,une blessure à l'épaule pendant la préparation le prive de la coupe du monde en Australie.

Il retrouve son statut de titulaire dès le Tournoi des Six Nations suivant, qui se solde de nouveau par un grand chelem. En fin de saison, il est une nouvelle fois champion de France.

Il est une dernière fois champion de France en 2007, mais ne joue pas la finale.

Pour la coupe du monde 2007 en France, il est de nouveau titulaire au poste de pilier droit. Il prend sa retraite internationale au lendemain du match perdu pour la 3° place, contre l'Argentine, auquel il ne participe pas.

Sous le maillot tricolore, il aura battu deux fois l'Afrique du Sud chez elle (en 2001 et 2006). Il a également battu deux fois la Nouvelle Zélande en Coupe du Monde (1999 et 2007).

Il met un terme à sa carrière en 2008 et repart s'installer dans son pays d'origine,en Afrique du Sud.

En 2012, Pieter de Villiers a été nommé consultant responsable de la mêlée auprès de l'Équipe d'Afrique du Sud et est donc chargé d'assister le nouveau sélectionneur Heyneke Meyer[11]. En 2016, il est conservé à ce poste dans le staff du sélectionneur suivant, Allister Coetzee[12].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Statistiques en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Quart-de-finale France - All Blacks en 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ces binationaux qui font gagner la Francesur le site du JDD
  2. « De Villiers arrête sa carrière », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 22 décembre 2011)
  3. « Barbarian Rugby Club vs Afrique du Sud », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 19 décembre 2016)
  4. « Buenos Aires vs Barbarian Rugby Club », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 20 décembre 2016)
  5. « Barbarians Sud-Américains vs Barbarian Rugby Club », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 20 décembre 2016)
  6. « Barbarians : Ils ne l'ont pas volé! », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 12 décembre 2016)
  7. « Barbarian Rugby Club vs Nouvelle-Zléande », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 12 décembre 2016)
  8. Pieter De Villiers nie tout dopage, liberation.fr, le 6 février 2003
  9. Laporte « n'abandonne pas » Pieter De Villiers, leparisien.fr, le 7 février 2003
  10. Rugby: Pieter de Villiers met un terme à sa carrière, ladepeche.fr, le 17 avril 2008
  11. Pieter De Villiers consultant pour le springboks, lerugbynistere.fr, le 16 avril 2012
  12. Afrique du Sud : l'Écossais Matt Proudfoot adjoint d'Allister Coetzee, lequipe.fr, le 18 mai 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]