Équipe de France de rugby à sept

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de France de rugby à sept féminin.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Équipe de France de rugby et Équipe de France.
Description de l'image France_Rugby_Logo.svg.
Surnom Les Bleus
maillot 000040 maillot 000040 maillot 000040
short 000040
bas 000040
Entrée au Board 1978
Sélectionneur Drapeau de la France Jérôme Daret
Capitaine Terry Bouhraoua
Record de sélections Manoel Dall Igna (236)
Record de points Terry Bouhraoua (915)
Record d’essais Julien Candelon (104)
Premier match officiel

Drapeau : Angleterre Angleterre 22-0 France Drapeau : France


Coupe du monde  
· Phases finales 6/6
· Meilleur résultat quart de finaliste (1997, 2005 et 2013)
World Rugby Sevens Series  
· Participations 16/16
· Meilleur résultat 7e (2004 et 2006)
Jeux olympiques  
· Participations 1 (2016)
· Meilleur résultat 7e (2016)

L’équipe de France de rugby à sept est l’équipe qui représente la France dans les compétitions majeures de rugby à sept. Elle participe à la Seven's Grand Prix Series, le World Rugby Sevens Series et la Coupe du monde. Elle rassemble les meilleurs joueurs de France sous le patronage de la Fédération française de rugby.

Les Bleus comptent trois quarts de finale de Coupe du monde : 1997, 2005 et 2013. L'Équipe de France de rugby à sept est championne d'Europe en juillet 2015 et qualifiée pour les Jeux olympiques de Rio 2016.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts de la discipline[modifier | modifier le code]

Le premier match international de l'équipe de France a lieu au Murrayfield Stadium le 7 avril 1973 en Écosse, lors du premier tournoi international de rugby à 7 organisé à l'occasion du centième anniversaire de la Fédération écossaise de rugby à XV. Les Français sont dominés par l'Angleterre 22 à 0 pour ce premier match. Ils perdent également les deux confrontations suivantes, respectivement 4 à 36 face au Pays de Galles et 16 à 20 contre le President's 7 (16-20), une sélection de joueurs d'Afrique du Sud. En 1993, la France dispute la Melrose Cup, la première Coupe du monde de rugby à sept suivant de près la première coupe du monde du rugby à XV qui n'eut lieu que 6 ans auparavant. La compétition a lieu au Murrayfield Stadium, endroit qui a accueilli il y a 20 ans le premier tournoi international de rugby à 7.

1995-2010 : L'ère Thierry Janeczek, l'entrée en World Series[modifier | modifier le code]

L’équipe de France participe à la première édition des World Rugby Sevens Series en décembre 1999. Lors de la première étape du tournoi qui se déroule à Dubaï le 2 et 3 décembre, les bleus gagnent leur premier match contre le Kenya (49-5) ainsi que le second face aux États-Unis (24-10) mais doivent s'incliner face à l'Australie (17-5) dans le dernier match de poule[1].

Lors de la Coupe du monde de rugby en 2005 à Hong Kong, la France démarre de la meilleure des façons le tournoi et enchaîne par trois victoires face à Taïwan (40 à 7), la Géorgie (31 à 5) et l'Angleterre (28 à 17). Malgré une courte défaite face aux Samoa (14 à 12), les français terminent la phase de poule par une victoire face à l'Italie. Pour la deuxième fois de son histoire, la France se qualifie pour les quarts de finale. À cette occasion, les Français rencontrent la Nouvelle-Zélande, mais doivent rapidement s'incliner logiquement 33 à 7, terminant la compétition à la 5e place. Ce résultat n'efface pas pour autant les mauvais résultats obtenus depuis le début de la sixième édition du World Rugby Sevens Series avec aucun point obtenu jusqu'au tournoi de Los Angeles. Seul le tournoi de Paris en guise de clôture du circuit mondial sera une satisfaction avec une victoire historique des français en finale face aux Fidji (28-19) au Stade Jean-Bouin, .

Lors du World Rugby Sevens Series 2009-2010, la France réalise sa plus mauvaise performance depuis la première édition. L'équipe n'a pas su utiliser l'intégration du rugby à 7 parmi les sports présents aux Jeux olympiques d'été de 2016[2], pour élever son niveau de jeu. Face à eux, un grand nombre de joueurs et d'équipes nationales deviennent professionnelles, courant la planète à la recherche de temps de compétition pour être davantage compétitif. Le changement d’entraîneur lors des deux dernières étapes, qui verra Thierry Janeczek être écarté après 14 ans à la tête des Bleus par Frédéric Pomarel ancien manager de l'équipe féminine à 7 n’y fera rien.

2010-2017 : L'ère Frederic Pomarel, la professionnalisation[modifier | modifier le code]

Rencontre entre la France et le Brésil lors des Jeux mondiaux de Cali

L'échec de l'année précédente va créer en 2011 certains changements au sein du comité chargé du développement du rugby à 7. La création d'un département olympique et la contractualisation de 5 joueurs par la Fédération Française (Terry Bouhraoua, Paul Albaladejo, Camille Canivet, Jean-Baptiste Belanger et Jean-Baptiste Mazoué) sont concrétisées. Les joueurs sont préparés tout au long des semaines au Centre national du rugby afin de préparer au mieux les Seven’s Grand Prix Series 2011. Malgré une meilleure préparation, les Français doivent attendre les deux dernières étapes du circuit pour décrocher leurs premiers points, (grâce à deux qualifications en 1/4 de finale de Plate à Londres, et 1/2 finale de Cup une semaine plus tard à Édimbourg) pour terminer à la 10e place au classement.

En juillet 2012, les hommes de Frederic Pomarel participent à leur 11e édition de la Seven’s Grand Prix Series. Grâce à sa victoire en quart de finale de Cup face à l’Écosse (26-14) lors du tournoi qualificatif de la zone Europe à Algarve au Portugal, l'équipe de France à 7 décroche son billet pour la Coupe du monde 2013 qui a lieu à Moscou[3]. Les Français débutent la coupe du monde en battant facilement les tunisiens (24-7) et en se faisant ensuite accrocher par l'Espagne (21-17). Finalement l'équipe réussit à se qualifier en faisant match nul avec l'Australie (17-17) lors de son dernier match de poule. Les Bleus s'inclinent finalement en quart de finale face au Kenya après prolongation 24-19 terminant encore pour la troisième fois après 1997 et 2005, à la cinquième place de la compétition [4]. Un mois plus tard, l'équipe de France réitère leur performance lors des Jeux Mondiaux de Cali malgré l'absence des nations majeures. Les Bleus, emmenés par Terry Bouhraoua et Stephen Parez terminent au pied du podium après une défaite dans la petite finale 21 à 33 face au Canada[5]. L'Équipe de France de rugby à sept remporte le Seven's Grand Prix Series 2014 et est sacrée championne d'Europe pour la première fois de son histoire à l'issue de la quatrième et dernière manche du circuit européen à Bucarest en Roumanie[6].

En route pour les JO 2016[modifier | modifier le code]

Rencontre entre la France et les GB Lions lors des Seven's Grand Prix Series 2016 à Gdynia.

En vue de la qualification de la France aux Jeux olympiques d'été de 2016, à l'occasion desquels le rugby redevient un sport olympique, la France doit terminer première de la zone Europe en obtenant les meilleurs résultats cumulés sur les trois tournois du Seven's Grand Prix Series 2015[7]. Ainsi, Frederic Pomarel propose un groupe élargi pour préparer la qualification, avec la présence notamment de quatre joueurs du Top 14 : Rémy Grosso et Romain Martial (Castres olympique), Fulgence Ouedraogo (Montpellier Hérault rugby) et Marvin O'Connor (Aviron bayonnais)[8]. Elle remporte les trois tournois, à Moscou, Lyon et Exeter décrochant ainsi son billet pour les Jeux olympiques de Rio en 2016[9].

Lors de la première étape de la saison des World Sevens Series 2015-2016, l'équipe de France réalise lors du tournoi de Dubaï des performances très prometteuses mais avec un résultat frustrant, se plaçant seulement à la neuvième place au classement grâce à sa victoire face à l'Écosse sur le score de 24 à 14[10]. Une semaine plus tard, lors de l'étape sud-africaine disputée au Cap, les Bleus réalisent une performance de haut niveau en terminant troisième en battant le Kenya (28-26) sur un essai transformé en fin de match de Julien Candelon[11]. Malgré une phase de poule laborieuse, grâce à une qualification acquise au goal-average face au Canada, les hommes de Frédéric Pomarel ont signé un exploit en disposant en quart de Cup des Fidji, vainqueurs de l'édition 2014-2015 des World Rugby Sevens Series[12]. Le début d'année reste compliqué pour les hommes de Frédéric Pomarel, avec l'absence de joueurs blessés (Bouhraoua, Lakafia, Dall'Igna, Inigo) ou retenu avec le XV de France (Vakatawa). Les Bleus doivent malheureusement se contenter de la treizième place lors de la troisième étape à Wellington[13], encaissant au cours du week-end suivant cinq défaites en cinq matches lors de la quatrième étape à Sydney, terminant à l'avant dernière place[14]. Les Bleus comptent repartir de l'avant avec le retour de ses cadres pour les tournois de Las Vegas et de Vancouver. Cependant les Français, placés dans des poules difficiles, n'arrivent pas à s'extirper des qualifications (Fidji, Argentine, Samoa pour la première et États-Unis, Nouvelle-Zélande, Angleterre pour la seconde) terminant pour ces deux tournois à la dixième place avec deux défaites en finale de la Bowl. Il en est de même pour le tournoi de Hong Kong, où les Français pour leur premier match frôle l'exploit face à la Nouvelle-Zélande (19-17). Après s'être imposé 45 à 0 en quart de Bowl face à la Corée du Sud (45-0), ils s'inclinent 14 à 7 en demi-finale face à l'Argentine[15].

Lors de la huitième étape, au tournoi de Singapour, les troupes de Frédéric Pomarel, se qualifient pour la deuxième fois de la saison (après le tournoi en Afrique du Sud) pour les quarts de finale d’une étape. Ils remportent les trois rencontres de la phase de qualification, dont une en réussissant l'exploit de battre pour la troisième fois de l'histoire la Nouvelle-Zélande, la précédente remontant à 2005[16]. Les Français s'inclinent ensuite en quarts face à l'équipe du Kenya, future vainqueure de l'étape[17]. Lors du tournoi de Paris au Stade Jean Bouin du 13 au 15 mai, l'équipe de France à sept atteint la troisième place, en étant battue par les Fidji en demi-finale (22-5) puis en dominant l'Argentine lors de la "petite finale", 26-17[18]. Virimi Vakatawa est nommé « impact player » de ce tournoi, comme il l'avait été pour celui de Dubaï en décembre 2015[19]. En vue de la préparation au tournoi de Rugby à sept aux Jeux olympiques d'été, l’équipe de France de rugby à 7 termine à la 2e place des tournois de Moscou et d’Exeter lors du Seven's Grand Prix Series 2016. Cependant l'encadrement des Bleus décide de mettre ses cadres au repos avant les Jeux olympiques et de tester des jeunes joueurs issus du groupe France développement lors de la 3e et dernière étape à Gdynia. Les jeunes joueurs terminent à une 7e place qui sont éliminés dès les 1/4 de finale par l’Espagne (15-12). Les Jeux olympiques commencent bien pour les Français avec une première victoire face aux Australiens, s'imposant largement (31-14). Le match suivant opposant la France à l'Afrique du Sud, voit ces derniers s'imposer facilement (26-0). Le dernier match de poule permet à la France se qualifier pour les quarts de finale en dominant largement l'Espagne (26-5). Les hommes du capitaine Terry Bouhraoua s'inclinent finalement face au Japon dans les dernières secondes du match (7-12) après avoir mené 7-0 à la mi-temps[20]. Lors des matchs pour le classement final, les Bleus perdent contre la Nouvelle-Zélande (19-24), mais s'imposent face à l'Australie (12-10) pour terminer finalement à la septième place [21].

2017- : L'ère Jérôme Daret[modifier | modifier le code]

Après la déception lié à l'échec olympique, l'équipe de France évolue peu : seuls deux joueurs ne renouvellent pas leur contrat avec la fédération, Steeve Barry (Stade rochelais) et Damien Cler(retraite). Frédéric Pomarel reste à la tête de l'équipe et la France rate sa saison en terminant à la onzième place des World Series.

Le nouveau président de la fédération, Bernard Laporte, entreprend alors de renouveler la sélection nationale. Il nomme un nouvel entraineur à la tête de l'équipe, Jérôme Daret, ancien international. S'ensuit un large renouvellement d'effectif qui voit les départs de nombreux joueurs cadres, le capitaine Terry Bouhraoua (Stade français), Virimi Vakatawa (Racing 92) ou encore Julien Candelon (retraite). L'effectif est rajeuni et de jeunes joueurs arrivent, tel que Jean-Pascal Barraque ou encore Alexandre Lagarde. Le nouveau staff est également aidé par Ben Ryan, le premier entraineur devenu champion olympique, qui vient aider l'équipe en tant que consultant privilégié.

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Liste des joueurs appelés au cours du World Rugby Sevens Series 2018-2019.

Sélections France à sept 2018-2019
Joueur Nombre de
tournois
joués
Poste Numéro
Drapeau : Émirats arabes unis
Dubai
[22]
Drapeau : Afrique du Sud
Le Cap
Drapeau : Nouvelle-Zélande
Hamilton
Drapeau : Australie
Sydney
Drapeau : États-Unis
Las Vegas
Drapeau : Canada
Vancouver
Drapeau : Hong Kong
Hong Kong
Drapeau : Singapour
Singapour
Drapeau : Angleterre
Londres
Drapeau : France
Paris
 
Esteban Abadie 1 13
Samuel Alerte 9 Avant 11 11 3 13 6 1 13 11 11
Jean-Pascal Barraque 8 Arrière 10 10 10 10 10 10 10 10
Julien Blanc 2 Arrière 4 4
Kevin Bly 1 Arrière 7
Paul Bonnefond 8 Arrière 9 9 9 13 13 9 9 9
Pierre Boudehent 2 Avant 8 8
Terry Bouhraoua 5 Arrière 4 4 4 4 4
Aurélien Callandret 2 Avant 12 12
Manoël Dall'igna 6 Avant 2 2 2 2 2 2
Sadek Deghmache 2 Arrière 12 12
Nisie Huyard 4 Arrière 2 2 9 9
William Iraguha 1 Arrière 5
Jean-Teiva Jacquelain 1 Arrière - 7
Pierre-Gilles Lakafia 5 Avant 8 8 8 8 8
Jonathan Laugel 8 Avant 1 1 1 1 1 1 1 1
Thibauld Mazzoleni 8 Arrière 12 12 12 12 4 4 13 6
Pierre Mignot 5 Avant 3 3 3 3 9
Gabriel N'Gandebe 2 Arrière 11 11
Marvin O'Connor 10 Arrière 13 8 13 4 2 2 8 8 12 12
Stephen Parez 9 Arrière 5 5 5 5 5 5 5 5 5
Callum Randle 1 7
Paulin Riva 7 Arrière 6 6 6 6 6 6 13
Remi Siega 7 Arrière 7 7 7 7 7 7 7
Joachim Trouabal 1 Arrière 13
Sacha Valleau 2 Avant 1 3
Tavite Veredamu 4 Avant 3 3 3 3
Gabin Villière 3 Arrière 9 6 6
Jimmy Yobo 2 Arrière 10 10
Antoine Zeghdar 4 11 11 11 11
  • en gras les noms des joueurs sous contrat fédéral et les numéros des capitaines
  • en italique les numéros des joueurs remplaçant appelés à jouer dans un second temps

(En fonction des absences, des joueurs de rugby à XV peuvent être appelés pour disputer un tournoi parmi la liste « France 7 » constituée par la convention FFR/LNR[23])

Équipes passées[modifier | modifier le code]

La France participe au premier tournoi international de rugby à sept en 1973.

La France remporte un seul tournoi en World Series depuis sa création en 1999. Voici l'équipe victorieuse de ce tournoi[24].

L'équipe de France de rugby à sept qui participe pour la première fois à l'épreuve olympique[25],[26], tournoi conclu à la 7e place.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Liste des entraineurs de l'équipe de France de rugby à sept
Période d'activité Nom
1 Années 90 Drapeau de la France Jean-Michel Aguirre
2 1996 - 2010 Drapeau de la France Thierry Janeczek
3 2010 - 2017 Drapeau de la France Frédéric Pomarel
3 2017 - en cours Drapeau de la France Jérôme Daret

Les matchs du 7 de France[modifier | modifier le code]

Stades et centre d'entraînement[modifier | modifier le code]

Le centre d'entraînement utilisé par l'équipe de France est situé au siège de la Fédération française de rugby : le Centre national du rugby à Marcoussis en région parisienne. L'équipe de France de rugby à sept ne possède pas de stade de référence à proprement parler car elle se déplace souvent pour les différents tournois des World Seven Series.

Lors des étapes du circuit mondial (HSBC World Sevens Series) se déroulant en France, le France rugby sevens, les matches se disputèrent jusqu'en 2000 puis en 2006 à Paris dans le stade Charléty, en 2004 au stade Chaban-Delmas de Bordeaux, et en 2005 au stade Jean-Bouin, dans le 16e arrondissement de Paris. Depuis 2016 les matches se disputent au Stade Jean-Bouin.

Les étapes françaises du circuit européen (Seven's Grand Prix Series) se sont déroulées à Lunel de 2002 à 2007, puis à Lyon entre 2011 et 2015 au Matmut Stadium, et au stade Gabriel-Montpied de Clermont-Ferrand en 2017. En 2018, la deuxième étape des Seven's Grand Prix Series 2018 se déroule sur les installations du Centre national du rugby à Marcoussis du 30 juin au 1er juillet 2018.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Coupe du monde (0) World Rugby Sevens Series (0) Seven's Grand Prix Series (2) Jeux olympiques (0)
Non officiel[27]
Officiel


Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances du 7 de France en Coupe du monde. Les Français sont arrivés trois fois en quart de finale de Cup et se sont classés trois fois sur six dans les cinq premiers. En 1993, ils se font sortir dès les quarts de finale de la Bowl, par l'équipe d'Écosse.

Parcours de l'équipe de France en Coupe du monde.
Édition Rang Dernier match disputé Bilan
Drapeau : Écosse Édimbourg 1993 Quart-de-finaliste Bowl Écosse 14 – 7 France 2 v, 0 n, 4 d
Drapeau : Hong Kong Hong Kong 1997 Quart-de-finaliste Cup Afrique du Sud 19 – 14 France 4 v, 0 n, 1 d
Drapeau : Argentine Mar del Plata 2001 Quart-de-finaliste Bowl Kenya 12 – 7 France 2 v, 0 n, 4 d
Drapeau : Hong Kong Hong Kong 2005 Quart-de-finaliste Cup Nouvelle-Zélande 33 – 7 France 4 v, 0 n, 2 d
Drapeau : Émirats arabes unis Dubaï 2009 Quart-de-finaliste Plate Écosse 21 – 19 France 2 v, 0 n, 2 d
Drapeau : Russie Moscou 2013 Quart-de-finaliste Cup Kenya 24 – 19 France 2 v, 1 n, 1 d
Drapeau : États-Unis San Francisco 2018 Quart-de-finaliste Cup Nouvelle-Zélande 12 – 7 France 2 v, 0 n, 3 d
Total 18 v, 1 n, 17 d

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances de l'équipe aux Jeux olympiques. Le rugby à sept a été introduit aux sports olympiques aux JO de Rio en 2016.

Parcours de l'équipe de France aux Jeux olympiques.
Édition Rang Dernier match disputé Bilan
Drapeau : Brésil Rio 2016 7e France 12 - 10 Australie 3 v, 0 n, 3 d

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Bilan des finales jouées en World Rugby Sevens Series[modifier | modifier le code]

  • Mise à jour le
Bilan des finales jouées
Cup 3e place Plate Bowl Trophy Shield
Vainqueur 1 2 3 17 6 8
Finaliste 4 2 15 19 2 6
  • Finale pour la 3e place seulement depuis la saison 2013/2014
  • En septembre 2016, le Bowl devient le Challenge Trophy ; les Plate et Shield sont rétrogradés au simple rang de matches de classement[28].

Finales par niveaux de tournois[modifier | modifier le code]

Cup Médaille d'orMédaille d'argent
Année Tournoi Place Score Adversaire
2004-2005 Paris Drapeau : France Vainqueur Médaille d'or 28-19 Drapeau : Fidji Fidji
2011–2012 Dubaï Drapeau : Émirats arabes unis Finaliste Médaille d'argent 12-29 Drapeau : Angleterre Angleterre
2012-2013 Port Elizabeth Drapeau : Afrique du Sud Finaliste Médaille d'argent 12-47 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
2018-2019 Vancouver Drapeau : Canada Finaliste Médaille d'argent 12-21 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud
2018-2019 Hong Kong Drapeau : Hong Kong Finaliste Médaille d'argent 7-21 Drapeau : Fidji Fidji
3e place Médaille de bronze
Année Tournoi Place Score Adversaire
2012-2013 Tokyo Drapeau : Japon Finaliste 7-31 Drapeau : Australie Australie
2015-2016 Le Cap Drapeau : Afrique du Sud Vainqueur Médaille de bronze 28-26 Drapeau : Kenya Kenya
2015-2016 Paris Drapeau : France Vainqueur Médaille de bronze 26-17 Drapeau : Argentine Argentine
2018-2019 Londres Drapeau : Angleterre Finaliste 14-31 Drapeau : États-Unis États-Unis
Plate (5e place)
Année Tournoi Place Score Adversaire
1999-2000 Hong Kong Drapeau : Hong Kong Vainqueur 19-14 Drapeau : Croatie Croatie
2007-2008 Hong Kong Drapeau : Hong Kong Vainqueur 17-14[29] Drapeau : Argentine Argentine
2018-2019 Paris Drapeau : France Vainqueur 40-5 Drapeau : Samoa Samoa
Bowl (Challenge Trophy - 9e place)
Année Coupe Place Score Adversaire
1999-2000 Punta del Esta Drapeau : Uruguay Vainqueur 31-12 Drapeau : Allemagne Allemagne
1999-2000 Wellington Drapeau : Nouvelle-Zélande Vainqueur 47-12 Drapeau : Croatie Croatie
2001-2002 Mar del Plata Drapeau : Argentine Vainqueur 29-7 Drapeau : Canada Canada
2001-2002 Wellington Drapeau : Nouvelle-Zélande Vainqueur 26-5 Drapeau : Canada Canada
2001-2002 Pékin Drapeau : République populaire de Chine Vainqueur 33-14 Drapeau : Canada Canada
2001-2002 Londres Drapeau : Angleterre Vainqueur 22-19 Drapeau : Canada Canada
2002–2003 Dubaï Drapeau : Émirats arabes unis Vainqueur 17-14 Drapeau : Canada Canada
2003-2004 Bordeaux Drapeau : France Vainqueur 26-21 Drapeau : Kenya Kenya
2003-2004 Londres Drapeau : Angleterre Vainqueur 19-14 Drapeau : Géorgie Géorgie
2004-2005 Singapour Drapeau : Singapour Vainqueur 19-12 Drapeau : Canada Canada
2008-2009 George Drapeau : Afrique du Sud Vainqueur 21-12 Drapeau : Australie Australie
2011-2012 Tokyo Drapeau : Japon Vainqueur 17-12 Drapeau : États-Unis États-Unis
2012-2013 Las Vegas Drapeau : États-Unis Vainqueur 17-12 Drapeau : Argentine Argentine
2013-2014 Gold Coast Drapeau : Australie Vainqueur 19-14 Drapeau : Canada Canada
2013-2014 Glasgow Drapeau : Écosse Vainqueur 20-14 Drapeau : Argentine Argentine
2014-2015 Wellington Drapeau : Nouvelle-Zélande Vainqueur 29-5 Drapeau : Argentine Argentine
2015–2016 Dubaï Drapeau : Émirats arabes unis Vainqueur 24-14 Drapeau : Écosse Écosse
2016-2017 Le Cap Drapeau : Afrique du Sud Vainqueur 19-7 Drapeau : Argentine Argentine
2017–2018 Dubaï Drapeau : Émirats arabes unis Vainqueur 21-12 Drapeau : Espagne Espagne
2017-2018 Sydney Drapeau : Australie Vainqueur 29-12 Drapeau : Pays de Galles Galles
2017-2018 Las Vegas Drapeau : États-Unis Vainqueur 26-19 Drapeau : Canada Canada
2017-2018 Hong Kong Drapeau : Hong Kong Vainqueur 33-7 Drapeau : Canada Canada
2018-2019 Singapour Drapeau : Singapour Vainqueur 22-19 Drapeau : Écosse Écosse
Shield (13e place)
Année Tournoi Place Score Adversaire
2006-2007 Édimbourg Drapeau : Écosse Vainqueur 21-12 Drapeau : Russie Russie
2011-2012 Las Vegas Drapeau : États-Unis Vainqueur 22-7 Drapeau : Écosse Écosse
2011-2012 Londres Drapeau : Angleterre Vainqueur 19-12 Drapeau : États-Unis États-Unis
2012-2013 Hong Kong Drapeau : Hong Kong Vainqueur 19-14 Drapeau : Argentine Argentine
2012-2013 Glasgow Drapeau : Écosse Vainqueur 21-17 Drapeau : Russie Russie
2013–2014 Dubaï Drapeau : Émirats arabes unis Vainqueur 28-17 Drapeau : Espagne Espagne
2015-2016 Wellington Drapeau : Nouvelle-Zélande Vainqueur 14-7 Drapeau : Russie Russie
2017-2018 Hamilton Drapeau : Nouvelle-Zélande Vainqueur 19-17 Drapeau : Pays de Galles Galles

Finales par tournoi[modifier | modifier le code]

Drapeau : Afrique du Sud Tournoi d'Afrique du Sud de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2016 Trophy Vainqueur 19-7 Drapeau : Argentine Argentine
2015 3e place* Vainqueur 28-26 Drapeau : Kenya Kenya
2013 Plate Finaliste 19-45 Drapeau : Fidji Fidji
2012 Cup Finaliste 12-47 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
2009 Shield Finaliste 19-28 Drapeau : Écosse Écosse
2008 Bowl Vainqueur 21-12 Drapeau : Australie Australie
2004 Shield Finaliste 12-17 Drapeau : Portugal Portugal
2003 Plate Finaliste 12-29 Drapeau : Argentine Argentine
2002 Bowl Finaliste 21-22 Drapeau : Namibie Namibie
Drapeau : Argentine Tournoi d'Argentine de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2002 Bowl Vainqueur 29-7 Drapeau : Canada Canada
Drapeau : Australie Tournoi d'Australie de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2018 Trophy Vainqueur 29-12 Drapeau : Pays de Galles Galles
2017 Trophy Finaliste 0-26 Drapeau : Russie Russie
2014 Bowl Finaliste 15-31 Drapeau : États-Unis États-Unis
2013 Bowl Vainqueur 19-14 Drapeau : Canada Canada
2012 Plate Finaliste 7-14 Drapeau : Argentine Argentine
2009 Bowl Finaliste 14-35 Drapeau : Samoa Samoa
2000 Plate Finaliste 14-33 Drapeau : Argentine Argentine
Drapeau : Canada Tournoi du Canada de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2019 Cup Finaliste 12-21 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud
2016 Bowl Finaliste 17-19 Drapeau : Canada Canada
Drapeau : République populaire de Chine Tournoi de Chine de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2002 Bowl Vainqueur 33-14 Drapeau : Canada Canada
Drapeau : Émirats arabes unis Tournoi de Dubaï de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2018 Trophy Finaliste 24-33 Drapeau : Samoa Samoa
2017 Trophy Vainqueur 21-12 Drapeau : Espagne Espagne
2015 Bowl Vainqueur 24-14 Drapeau : Écosse Écosse
2014 Bowl Finaliste 21-31 Drapeau : Samoa Samoa
2013 Shield Vainqueur 28-17 Drapeau : Espagne Espagne
2011 Cup Finaliste 12-29 Drapeau : Angleterre Angleterre
2010 Shield Finaliste 0-26 Drapeau : Kenya Kenya
2008 Bowl Finaliste 0-24 Drapeau : Portugal Portugal
2006 Plate Finaliste 7-26 Drapeau : Samoa Samoa
2005 Plate Finaliste 7-19 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
2004 Shield Finaliste 5-10 Drapeau : Portugal Portugal
2002 Bowl Vainqueur 17-14 Drapeau : Canada Canada
1999 Plate Finaliste 20-33 Drapeau : Australie Australie
Drapeau : Écosse Tournoi d'Écosse de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2014 Bowl Vainqueur 20-14 Drapeau : Argentine Argentine
2013 Shield Vainqueur 21-17 Drapeau : Russie Russie
2009 Bowl Finaliste 15-26 Drapeau : Angleterre Angleterre
2007 Shield Vainqueur 21-12 Drapeau : Russie Russie
Drapeau : États-Unis Tournoi des États-Unis de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2018 Trophy Vainqueur 26-19 Drapeau : Canada Canada
2016 Bowl Finaliste 7-21 Drapeau : Pays de Galles Galles
2013 Bowl Vainqueur 17-12 Drapeau : Argentine Argentine
2012 Shield Vainqueur 22-7 Drapeau : Écosse Écosse
2010 Bowl Finaliste 17-28 Drapeau : États-Unis États-Unis
2009 Bowl Finaliste 0-40 Drapeau : Australie Australie
2006 Plate Finaliste 5-21 Drapeau : Argentine Argentine
Drapeau : France Tournoi de France de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2019 5e place Vainqueur 40-5 Drapeau : Samoa Samoa
2016 3e place* Vainqueur 26-17 Drapeau : Argentine Argentine
2005 Cup Vainqueur 28-19 Drapeau : Fidji Fidji
2004 Bowl Vainqueur 26-21 Drapeau : Kenya Kenya
2000 Plate Finaliste 7-45 Drapeau : Fidji Fidji
Drapeau : Pays de Galles Tournoi du pays de Galles de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2003 Bowl Finaliste 14-35 Drapeau : Écosse Écosse
2002 Plate Finaliste 0-40 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud
Drapeau : Hong Kong Tournoi de Hong Kong de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2019 Cup Finaliste 7-21 Drapeau : Fidji Fidji
2018 Trophy Vainqueur 33-7 Drapeau : Canada Canada
2016 Bowl Finaliste 7-14 Drapeau : Argentine Argentine
2015 Bowl Finaliste 5-26 Drapeau : Écosse Écosse
2014 Bowl Finaliste 5-31 Drapeau : Écosse Écosse
2013 Shield Vainqueur 19-14 Drapeau : Argentine Argentine
2008 Plate Vainqueur 17-14 Drapeau : Argentine Argentine
2007 Bowl Finaliste 7-21 Drapeau : Russie Russie
2004 Plate Finaliste 22-28 Drapeau : Écosse Écosse
2000 Plate Vainqueur 19-14 Drapeau : Croatie Croatie
1996[Note 1] Plate Vainqueur 45-12 Drapeau : Hong Kong Hong Kong
Drapeau : Japon Tournoi du Japon de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2013 3e place* Finaliste 7-31 Drapeau : Australie Australie
2012 Bowl Vainqueur 17-12 Drapeau : États-Unis États-Unis
Drapeau : Angleterre Tournoi de Londres de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2019 3e place* Finaliste 14-31 Drapeau : États-Unis États-Unis
2015 Shield Finaliste 19-21 Drapeau : Japon Japon
2013 Bowl Finaliste 7-19 Drapeau : Pays de Galles Galles
2012 Shield Vainqueur 19-12 Drapeau : États-Unis États-Unis
2010 Shield Finaliste 21-24 Drapeau : Kenya Kenya
2004 Bowl Vainqueur 19-14 Drapeau : Géorgie Géorgie
2003 Bowl Finaliste 5-44 Drapeau : Samoa Samoa
2002 Bowl Vainqueur 22-19 Drapeau : Canada Canada
Drapeau : Malaya Tournoi de Malaisie de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2001 Plate Finaliste 14-19 Drapeau : Samoa Samoa
Drapeau : Nouvelle-Zélande Tournoi de Nouvelle-Zélande de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2018 Shield Vainqueur 19-17 Drapeau : Pays de Galles Galles
2016 Shield Vainqueur 14-7 Drapeau : Russie Russie
2015 Bowl Vainqueur 29-5 Drapeau : Argentine Argentine
2011 Shield Finaliste 12-19 Drapeau : États-Unis États-Unis
2010 Bowl Finaliste 5-7 Drapeau : Pays de Galles Galles
2007 Plate Finaliste 12-21 Drapeau : Angleterre Angleterre
2003 Plate Finaliste 5-39 Drapeau : Samoa Samoa
2002 Bowl Vainqueur 26-5 Drapeau : Canada Canada
2000 Bowl Vainqueur 47-12 Drapeau : Croatie Croatie
Drapeau : Singapour Tournoi de Singapour de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2019 Trophy Vainqueur 22-19 Drapeau : Écosse Écosse
2006 Plate Finaliste 5-26 Drapeau : Samoa Samoa
2005 Bowl Vainqueur 19-12 Drapeau : Canada Canada
Drapeau : Uruguay Tournoi d'Uruguay de rugby à sept
Année Coupe Place Score Adversaire
2000 Bowl Vainqueur 31-12 Drapeau : Allemagne Allemagne

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Statistiques concernant les joueurs[modifier | modifier le code]

Les noms en gras indiquent les joueurs qui sont encore en activité.

Record de sélections[modifier | modifier le code]

Manoël Dall'igna le lors du Paris Sevens.
# Joueur Dates d'activité Nombres de sélections
1 Manoël Dall'igna Depuis 2011 308
2 Jonathan Laugel Depuis 2012 254
3 Jean-Baptiste Mazoué Depuis 2011 240
4 Terry Bouhraoua 2010-2019 224
5 Paul Albaladejo 2008-2015 216
5 Stephen Parez Depuis 2013 216
7 Julien Candelon 2009-2017 202
8 Pierre-Gilles Lakafia Depuis 2013 163
9 Renaud Delmas 2009-2015 150
10 Steeve Barry 2010-2017 148
11 Jean-Pascal Barraque Depuis 2012 136
12 Vincent Deniau 2005-2015 134
- Vincent Inigo 2012-2017 134
  • Mise à jour le [30].

Record de points[modifier | modifier le code]

Terry Bouhraoua le lors du Paris Sevens.
# Joueur Dates d'activité Nombres de points
1 Terry Bouhraoua 2010-2019 1 118
2 Paul Albaladéjo 2008-2015 891
3 Julien Candelon 2009-2017 600
4 Jean-Pascal Barraque Depuis 2012 577
5 Stephen Parez Depuis 2013 458
6 Renaud Delmas 2009-2015 417
7 Olivier Toulouze ? 380
8 Virimi Vakatawa 2013-2017 305
- Manoel Dall'Igna Depuis 2011 305
10 Mathieu Acebes ? 279
11 Steeve Barry 2010-2016 274
12 Pierre-Gilles Lakafia Depuis 2013 235
  • Mise à jour le [31].

Record d'essais[modifier | modifier le code]

Julien Candelon le lors du Paris Sevens.
# Joueur Dates d'activité Essais
1 Terry Bouhraoua 2010-2019 120
2 Julien Candelon 2009-2017 114
3 Paul Albaladéjo 2008-2015 86
4 Renaud Delmas 2009-2015 83
5 Stephen Parez Depuis 2013 64
6 Virimi Vakatawa 2013-2017 61
- Manoël Dall'igna Depuis 2011 61
8 Jean-Pascal Barraque Depuis 2012 58
9 Steeve Barry 2010-2016 52
10 Martial Molinier ? 51
11 Pierre-Gilles Lakafia Depuis 2013 47
12 Davy Larguet ? 45
  • Mise à jour le [32].

Quelques repères chronologiques[modifier | modifier le code]

  • : premier match officiel de l'équipe de France. Au Murrayfield Stadium, l'Angleterre s'impose (22-0) face à la France.
  • : la France participe à sa première Coupe du monde de rugby.
  •  : première (et unique victoire) de l’équipe de France lors d’un tournoi du circuit mondial. Au stade Jean-Bouin la France s'impose (28-19) face aux Fidji.
  • : la France remporte le Seven's Grand Prix Series et est sacrée championne d'Europe pour la première fois de son histoire.
  • : La France remporte le Seven's Grand Prix Series et décroche son billet pour les Jeux olympiques de Rio en 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Match Archive
  2. JO : le golf et le rugby à VII olympiques en 2016
  3. La France à 7 ira au Mondial 2013
  4. La France éliminée en quarts
  5. « Les Bleus au pied du podium », sur L'Equipe, (consulté le 10 février 2016).
  6. Rugby à 7: L'équipe de France championne d'Europe pour la première fois de son histoire
  7. « France 7 : Rio passe par l’Europe », sur FFR (consulté le 14 juin 2015).
  8. « Liste des joueurs participant à la campagne de qualification pour les JO 2016 », sur FFR (consulté le 15 juin 2015).
  9. Clément Mazella, « La France remporte l'étape d'Exeter », sur www.rugbyrama.fr, 12 juimet 2015 (consulté le 13 juillet 2015).
  10. Bruno Poussard, « Encourageants à Dubaï, les Bleus veulent cette fois-ci éviter toute frustration au Cap », sur rugbyrama.fr, .
  11. C. Do., « Les Bleus troisièmes au Cap », sur lequipe.fr, .
  12. « Les Bleus réalisent un petit exploit en s'offrant les Fidji puis le Kenya », sur 20minutes.fr, .
  13. « Les Bleus treizièmes à Wellington », sur L'Equipe, (consulté le 8 février 2016).
  14. « Sydney : Zéro pointé pour les Bleus », sur Sport365.fr, (consulté le 8 février 2016).
  15. Victor Bertin, « Vakatawa, manque de Bowl », sur Yahoo!, (consulté le 19 avril 2016).
  16. Bruno Poussard, « Sevens - Singapour: Cet exploit des Bleus du 7 face aux All Blacks fera date ! », sur rugbyrama.fr, (consulté le 19 avril 2016)
  17. Faraj Benlahoucine, « Le rêve de France 7 brisé en quart par le Kenya! », sur Mensquare, (consulté le 19 avril 2016).
  18. « HSBC Paris Sevens - FFR - Accueil » (consulté le 17 mai 2016)
  19. World Rugby, « Vakatawa, impact player de classe mondiale », sur worldrugby.org (consulté le 17 mai 2016)
  20. Sport24.com, « Pour les bleus du rugby le rêve s'effondre », sur Sport24.com, (consulté le 11 août 2016)
  21. C.Do., « Jeux Olympiques : les Bleus terminent septièmes », sur L'Equipe, (consulté le 11 août 2016).
  22. France 7 : Le groupe pour Dubaï 2018
  23. France 7 : Liste « France 7 » 2018/2019
  24. worldrugby.org, « World Rugby », sur www.worldrugby.org (consulté le 26 mars 2017)
  25. Rédaction, « Pas de surprise dans la liste des 12 pour Rio » (consulté le 5 octobre 2016)
  26. Le Club Rugby, « Rugby à 7 - JO 2016 : Sofiane Guitoune intègre le groupe - Le Club Rugby » (consulté le 5 octobre 2016)
  27. Tournoi international célébrant le centenaire de la Fédération écossaise de rugby à XV. La presse considérera l'Angleterre, vainqueur de l'édition, comme le premier champion du monde de rugby à 7.
  28. « Désormais, les équipes à 7 joueront l'or », sur www.worldrugby.org, World Rugby,
  29. Hong Kong 2008 - Finale Plate
  30. MEN'S ALL TIME PLAYER STATS - Most Matches Played
  31. MEN'S ALL TIME PLAYER STATS - Most Points Scored
  32. MEN'S ALL TIME PLAYER STATS - Most Tries Scored

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]