Trophée Auld Alliance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trophée Auld Alliance
Le Trophée Auld Alliance en 2018.
Le Trophée Auld Alliance en 2018.
Généralités
Sport rugby à XV
Pays Écosse, France
Statistiques
Dom.Neu.Ext.Total
Victoires
Écosse
1001
Victoires
France
1001

Total2002
Dernière mise à jour le 23 février 2019.

Le Trophée Auld Alliance récompense le vainqueur du match entre l’Écosse et la France lors du Tournoi des Six Nations depuis 2018. Il est créé pour rendre hommage aux joueurs de rugby français et écossais morts durant la Première Guerre mondiale, à l'occasion du centenaire de l'armistice de 1918.

Le trophée est actuellement détenu par la France après sa victoire dans le tournoi 2019.

Création du trophée[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Evénement commémoratif[modifier | modifier le code]

Le trophée est créé pour rendre hommage aux joueurs de rugby français et écossais morts durant la Première Guerre mondiale dont c'est le centenaire en 2018[1],[2], sous l'impulsion de Patrick Caublot, membre du Rugby Club Amiénois, avec l'aide de David Anderson (en), un arrière-petit-neveu d'Eric Milroy, capitaine de l'équipe d’Écosse, puis lieutenant du 8e du Black Watch pendant la première guerre mondiale[3], mort lors de la bataille du bois Delville[4].

Patrick Caublot, avec l'association Mémoire de Rugby Events[5], avait premièrement organisé un événement de commémoration du 9 au , à Amiens et dans la Somme, en l'honneur des Écossais et plus particulièrement d'Eric Milroy, sous l'égide d'institutions comme la communauté d'agglomération Amiens Métropole, la région Hauts-de-France, l'ONAC-VG de la Somme, la Mission du Centenaire, la mairie de Contalmaison, l'EVRA (European Veteran Rugby Association), la CWGC (Commonwealth War Graves Commission), l'UPJV (Université de Picardie Jules Verne), le Diocèse de la Somme, la Fédération française de rugby, la Fédération écossaise de rugby à XV, l'association Alliance France-Écosse, le Rugby Club d'Amiens[réf. nécessaire].

Cet événement donne notamment lieu à un parcours commémoratif le 10 février du Mémorial de Beaumont-Hamel au Mémorial du bois DelvilleEric Anderson (en) – le petit neveu de Milroy – lit notamment un discours sur Eric Milroy et notamment sa dernière lettre envoyée à sa maman avant de mourir[réf. nécessaire], en passant par Authuille puis Thiepval (qui a le nom d'Eric Milroy et de Roland Fraser gravé sur sa grande Arche).

La 12 février a aussi lieu dans la Cathédrale d'Amiens un concert de musique écossaise et bretonne suivi d'une messe commémorative en l'honneur de l'engagement des régiments Ecossais durant la 1ère Guerre Mondiale avec un hommage particulier dans la Chapelle des Alliés et une sortie par la grande porte au son de la Cornemuse[réf. nécessaire]. Cette série d'événements se conclut par un départ pour le Stade de France et le match France-Ecosse de 2017.

Mise en place du projet de trophée[modifier | modifier le code]

C'est à l'occasion de cet événement que Caublot et les autres organisateurs ont pu rentrer en contact avec les descendants d'Eric Milroy, notamment Eric Anderson (en) (son petit-neveu) et justement David Anderson (en) (le fils de ce dernier)[4], mais aussi Douglas Kinloch Anderson et Miss Jean Ross leurs cousins[Qui ?].

Patrick Caublot et David Anderson ont par la suite proposé leur projet de créer ce trophée à la Fédération française de rugby (FFR) et la Scottish Rugby Union (SRU), à l'occasion du centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, le projet a été retenu le 12 juin 2017 et validé en septembre 2017, à la suite du travail mené par des bénévoles sur les années précédentes.

Les fédérations ont donc décidé que le Trophée Auld Alliance sera présenté par les présidents des deux fédérations, Bernard Laporte (FFR) et Rob Flockhart (SRU), à l'issue de la confrontation entre les deux équipes dans le cadre du Tournoi des Six Nations 2018[2].

Inauguration du trophée[modifier | modifier le code]

Portrait de Marcel Burgun en 1914

Le trophée a pour but de rendre hommage aux rugbymen internationaux et soldats de l'équipe de France et d'Écosse tombés pendant la Première Guerre mondiale et particulièrement à Eric Milroy, ex pensionnaire du George Watson's College mort en 1916 dans le bois de Delville (bataille de la Somme) et Marcel Burgun, ex pensionnaire de l'Ecole Centrale et décédé également en 1916 (sur le front Est). C'est aussi un hommage à tous les joueurs de rugby français et écossais morts pendant la Grande Guerre. En tout 31 internationaux écossais et 22 français y sont morts au combat[2].

En 1913, avait eu lieu le seul match entre Milroy et Burgun avec leurs coéquipiers décédés durant la Grande Guerre (4 internationaux français sur les 22 et 7 écossais sur les 31 ont joué ce match de 1913).

Le nom du trophée fait référence à la Vieille Alliance (ou Auld Alliance en scots), une alliance entre les royaumes de France et d'Écosse, marquée par plusieurs traités, et qui, avec ses premières traces écrites datant de 1295, et ratifiée le 23 février 1296, ce dernier ayant eu une grande influence sur l'histoire des relations entre la France et l'Écosse[6].

En Écosse (2018)[modifier | modifier le code]

Arche du Murrayfield Stadium avec les noms des rugbymans morts pendant la guerre.

Une nouvelle commémoration est organisée en 2018, du 9 au 11 février cette fois en Ecosse, à Edinbourg et dans le Fife. En présence de jeunes descendants de Milroy (Lachlan Ross) et Burgun (Romain Cabanis). Elle inclut un passage au Murrayfield Stadium où sont commémorés les internationaux écossais décédés durant la Grande Guerre, puis au stade du Inverleith RFC (en) où la France a joué son premier match du tournoi des cinq nations en 1910.

Une cérémonie a lieu le s'est déroulée au George Watson's College (en) avec la présence notable de 7 anciens internationaux dont Scott Hastings et des clubs du Myreside Stadium, le stade du collège. Cette cérémonie fut notamment suivie par un tournoi de rugby commémoratif du Black Watch à Cupar prés de St Andrews[réf. nécessaire].

Le trophée avant son inauguration lors du match à Murrayfield.

Le dimanche a lieu le match Écosse-France du tournoi et donc la première remise du trophée Auld Alliance au Murrayfield Stadium, à une équipe d'Écosse qui parvient à sortir victorieuse de cette première rencontre.

En France (2019)[modifier | modifier le code]

Pour la deuxième édition du trophée, la première française, les jeunes descendants – de Eric Milroy et Marcel Burgun respectivement – Lachlan Ross et Romain Cabanis accompagnés de leur parents et d'une délégation des Watsonians avec à leur tête Scott Hastings participent à la commémoration et à la série événementielle nommées : « Scottish Days - Auld Alliance Days » dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais.

Cela débute le avec une dédicace du livre 14-18, le sport sort des tranchées : Un héritage inattendu de la Grande Guerre par Michel Merckel, qui a remporté en 2012, le prix du Document Sportif décerné par l'Association des écrivains sportifs pour ce livre[7]. Une conférence à ensuite lieu à Amiens sur le thème : « Les femmes et le Sport, héritage de la Grande Guerre »[réf. nécessaire].

Le a lieu un parcours Mémoriel entre Arras, Amiens, Loos-En-Gohelle, Contalmaison, Longueval et Thiepval (où est aussi présente une exposition sur Eric Milroy et le rugby d’avant guerre). C'est pendant cette journée que l'association Mémoire de Rugby Events et Michel Merckel lancent le projet de création d'un trophée féminin France-Écosse[Note 1][source insuffisante]. En fin de journée a lieu une conférence de Michel Merckel à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne sur le thème de « l’héritage sportif de la bataille de la Somme ».

Le , a lieu le match France-Écosse au Stade de France. À l'issue du match gagné par la France, les jeunes descendants Lachlan Ross et Romain Cabanis ont remis le trophée au capitaine français en présence du président de la FFR, Bernard Laporte, sur la pelouse du stade.

Le soir du même jour, au Stadium Nord de Villeneuve d'Ascq, le France-Écosse féminin se conclut avec une rencontre entre Gabrielle Vernier auteure de trois essais historiques[Quand ?] et la capitaine Écossaise Jade Konkel.

Le lendemain, se tient la troisème et dernière conférence de Michel Merckel dans l'enceinte du Rugby Club d'Amiens « L’émergence du sport collectif et en particulier du rugby, conséquence de la 1ère Guerre Mondiale », suivie d'une cérémonie en hommage au 31 internationaux de rugby Écossais et 22 Français tués.

La fin des cérémonies est ponctuée par un match Amiens - Béthune, pour le compte du championnat honneur des Hauts-de-France suivi d'un concert de Craig Herbertson (de). Le Rugby Club d'Amiens accédera à la fédérale 3 en fin de saison. Se terminent ainsi quatre ans de préparation ayant abouti au lancement du trophée par les deux nations (en 2018 et 2019).

Le 3 avril 2019, Michel Merckel et Patrick Caublot ont été reçu pour le projet de création du trophée féminin, en toute parité pour récompenser le vainqueur du match annuel féminin France-Écosse. Le nom de Marie Stuart à été évoqué parmi six autres noms[réf. nécessaire].

Historique des confrontations[modifier | modifier le code]

John Barclay avec le trophée en 2018.

Le premier match inaugurant le trophée a lieu en 2018 et est remportée par l'équipe d'Écosse. La France domine et mène pourtant au score jusqu'à la 65e minute, avec notamment deux essais marqués par Teddy Thomas, mais les français commettent de nombreuses fautes et erreurs, qui donnent l'occasion à Greig Laidlaw d'inscrire une série de pénalité aboutissant à la victoire écossaise[8].

Le deuxième match – le premier en France – au cours du Six Nations 2019 voit la France s'imposer, profitant notamment d'un grand nombre de forfaits sur blessure dans le camp écossais et une jeunesse française qui débute et s'affirme déjà sur la scène internationale, à l'image de Demba Bamba, Romain Ntamack ou Grégory Alldritt[9].

Résultats[modifier | modifier le code]

Les confrontations entre l'équipe d’Écosse et l'équipe de France dans le cadre du Trophée Auld Alliance
No  Date Lieu Match Score Compétition
1 11 février 2018 Murrayfield Stadium, Édimbourg Drapeau de l'Écosse Écosse Écosse – France 32 – 26 Tournoi des Six Nations 2018
2 23 février 2019 Stade de France, Saint-Denis Drapeau de la France France France – Écosse 27 – 10 Tournoi des Six Nations 2019

Records[modifier | modifier le code]

  • Plus longue série de victoires : 1 victoire chacun (seulement deux matchs disputés dans le cadre du trophée)
  • Plus grande marge : 17 points (2019 : France 27–10 Écosse)
  • Plus petite marge : 6 points (2018 : Écosse 32-26 France)
  • Plus gros total marqué : 58 points (2018: Écosse 32-26 France)
  • Plus petit total marqué : 37 points (2019 : France 27–10 Écosse)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La FFR, la Scottish Rugby Union, l'ambassade de France au royaume-Uni, le Ministère des sports et le Sénat ont été informés dès septembre 2018 de ce projet, la FFR ayant par la suite reçu l'association et Michel Merckel, le 3 avril 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Auld Alliance Trophy unveiled - SCRUM », sur scrummagazine.com (consulté le 9 février 2018).
  2. a b et c (en) « Auld Alliance Trophy unveiled | Scottish Rugby Union », sur www.scottishrugby.org (consulté le 9 février 2018).
  3. « Remembering the soldiers who died in the Somme », sur www.pressreader.com, The Daily Telegraph, (consulté le 28 mai 2019)
  4. a et b « Coquelicots, chardons et ballon ovale à Amiens », sur Le Courrier Picard (consulté le 9 février 2018).
  5. Mémoire de Rugby Events, « Mémoire de Rugby », sur www.memoirederugby.com (consulté le 9 février 2018)
  6. « Pourquoi les Français aiment l’Écosse ? », Libération, 15 septembre 2014.
  7. Centre France, « Nouvelle récompense pour l’auteur drouais Michel Merckel », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le 4 juillet 2019)
  8. Par notre envoyé spécial David Opoczynski à EdimbourgLe 11 février 2018 à 17h41 et Modifié Le 11 Février 2018 À 17h56, « Six Nations, Ecosse-France : les Bleus craquent encore », sur leparisien.fr, (consulté le 3 juillet 2019)
  9. « 6 Nations 2019. France – Ecosse : trois choses à retenir de la victoire des Bleus », sur ouest-france.fr, Ouest-France,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]