Nike (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 30′ 33″ N 122° 49′ 48″ O / 45.5093, -122.8299 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nike.

Nike

Description de cette image, également commentée ci-après

le Swoosh, le logo de Nike

Création 1972 (dans l'Oregon)
Fondateurs William J. "Bill" Bowerman
Philip H. Knight
Personnages clés Tinker Hatfield (designer,createur de la Air Max One), Pape Sy (CEO), Bruce Kilgore (Createur de la Air Force One), Tobie Hatfield (créateur,designer), Ben Shaffer (Créateur de la technologie Flyknit), Mark Miner (créateur de la technologie FREE).
Forme juridique société anonyme
Action NYSE : NKE
Slogan Just do it (Fais-le)
Siège social Drapeau des États-Unis Beaverton, Oregon (États-Unis)
Activité Équipementier sportif
Produits Nike Air Jordan,Nike ACG,Nike Flyknit, Nike Air Force One, Nike Air Max, Nike+iPod, Chuck Taylor All Star, sans oublier Nike SB (skateboard) et dernièrement Nike 6.0
Filiales Converse, Jordan Brand,ColeHaan
Effectif 41 250 (Decembre 2012)
Site web www.nike.com
Fonds propres en augmentation 11,156 millards $US (2013)[1]
Chiffre d’affaires en augmentation 25,313 millards $US (2013)[1]
Résultat net en augmentation 2,485 millards $US (2013)[1]
Logo de Nike

Nike (prononcé usuellement (à tort) [ˈnaɪk] en français ; prononciation originale [ˈnaɪ.kiː] en anglais, comme la déesse éponyme[2]) est une entreprise americaine spécialisée dans les chaussures, les vêtements et le matériel de sport. Le nom est inspiré de la déesse grecque de la victoire Niké, déesse ailée capable de se déplacer à grande vitesse, dont la représentation la plus connue, une statue exposée au Louvre, est la Victoire de Samothrace.

Nike a assuré sa notoriété par un logo simple et rapidement reconnaissable : le Swoosh, une virgule posée à l'envers et à l'horizontale ; il a été créé par Carolyn Davidson en 1971[3] comme une représentation stylisée de l'aile de la déesse.

Le siège de Nike est à Beaverton, dans l'Oregon.

Nike réalise 56 % de ses ventes à l'étranger (chiffre 2005[4]).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1950,Bill Bowerman , entraîneur d'athlétisme à l'université de l'Oregon, et Philip knight , étudiant en comptabilité et coureur de demi-fond, ont l'idée d'importer du Japon des chaussures d'athlétisme peu chères et de haute technicité. À cette époque, ce sont les marques allemandes comme Adidas qui dominent cette industrie. À la fin de ces chaussures aux États-Unis en créant la société BRS (Blue Ribbon Sports) afin de gagner en crédibilité. Il passa alors commande pour des échantillons de modèles de chaussures pour l'Oregon. Lorsque les modèles arrivèrent, Knight envoya deux paires à Bowerman afin que ce dernier puisse les distribuer aux coureurs de l'équipe d'athlétisme d'Oregon qu'il entraînait alors. Bowerman accepta et devint partenaire de BRS afin de pouvoir proposer des idées pour améliorer le design et la technicité de ces produits. La société naquit réellement lors de ce repas où Knight et Bowerman se serrèrent la main et apportèrent chacun 500 dollars à l'affaire.

Ils sont rejoints en 1965 par Jeff Johnson qui est le premier vendeur-représentant à plein temps de la marque : il fait le tour des stades d'athlétisme pour promouvoir ces chaussures à bord de son Van et sans ressources Johnson insuffla la stratégie de la future marque: être toujours au plus près de l'athlète et de ses attentes.

Cependant, le désir de Bowerman est d'améliorer l'aspect des Tiger et Knight veut faire plus que vendre les chaussures d'autres compagnies. Johnson rebaptise l'entreprise Nike et Bowerman s'occupe du design.

En 1971, pour 35 dollars, une étudiante en art graphique, Carolyn Davidson, conçoit le logo en virgule de Nike. Elle s'occupe de la publicité de la firme jusqu'à la nécessité d'employer à plein temps une agence de communication[5].

En 1972, Nike est créé par Philip Knight et Bill Bowerman.

En 1973, Nike lance sa célèbre basket Waffle (gaufre en anglais). Elle était révolutionnaire car elle avait une semelle capable d'amortir les chocs et d'aider à rebondir.

En 1978, la chaussure de course Tailwind reçoit la nouvelle technologie « Air ». Des poches remplies de gaz sont incluses dans la semelle pour améliorer le confort du coureur.

En 1981, Nike devient numéro 1 de la chaussure de sport aux États-Unis, et en profite pour entrer en bourse.

En 1982 Nike lance la Air Force One basketball[6].

Avec le succès des Nike Air, Davidson est récompensée en 1983 par un logo Nike en or serti de diamants et des actions Nike.

En 1984, le basket-ball devient le sport-phare de la marque avec la signature du joueur Michael Jordan, et la création de la Nike Air Jordan[7].

En 1988, le logo reçoit un slogan : « Just do it » (« Fais-le », « Just » ajoute le sens de « cesse d'en parler, d'essayer, ou d'en rêver — fais-le ») et de nombreux sportifs sont sous contrat de fourniture.

En 1994 Nike fait de Bauer une filiale du groupe. En 2006 Nike et Bauer deviennent la marque commune « Nike Bauer », devenant au passage l'un des géants de l'industrie des équipements de hockey sur glace, notamment dans la Ligue nationale de hockey.

En 1997, c'est l'année noire de Nike, qui est accusé de faire fabriquer ses produits par des sous-traitants employant des enfants.

Nike parvient à devenir le fournisseur officiel de plusieurs événements sportifs ; le Tour de France cycliste à la fin des années 1990, etc..

En 2003, Nike Inc. rachète son rival Converse Shoes pour un montant de 305 millions de dollars.

En 2005, Phil Knight (PDG et fondateur de Nike) prépare sa succession. Il désigne son successeur, Bill Perez, avant de pousser ce dernier vers la sortie et de le remplacer en janvier 2006.

En 2007, Nike rachète Umbro pour 409 millions d'euros.

En 2008, Nike se sépare de Bauer en le vendant à un groupe d'investisseurs dirigé par l'homme d'affaires Graeme Roustan, d'origine québécoise, et la firme américaine d'investissement privé Kohlberg & Co. La vente est estimée à 200 millions de dollars. Bauer continuera d'utiliser la marque Nike Bauer Hockey sur les produits déjà sur le marché pour une période pouvant atteindre deux ans[8].

Le 22 février 2009, la marque américaine devient l'équipementier de l'équipe de France de football. Le contrat de 320 millions d'euros pris au concurrent allemand Adidas a pris effet en 2011[9]. Cette même année Nike annonce avoir déposé un brevet pour la création de chaussures à laçage automatique, attendu depuis 1987 année de sortie du film Retour vers le futur 2.

Le , le groupe de défense de l’environnement Greenpeace annonce avoir trouvé parmi des échantillons de vêtements Nike (mais aussi d'autres marques comme Lacoste, Ralph Lauren, Puma, Adidas), des traces d'éthoxylates de nonylphénol (un perturbateur hormonal), qui sont également rejetés dans les eaux chinoises et s’intégreraient dans la chaîne alimentaire notamment au travers des poissons. La marque s'est engagée à éliminer de leurs processus de fabrication toute substance chimique toxique d'ici à 2020[10].

Le Nike lance un nouveau concept de publicite avec le Nike Barber Shop, un salon de coiffure dans le style des années 1920. Lance dans 6 villes au Monde, le Barber Shop le plus mediatisé se trouve à Paris dans la Cremerie de Paris[11] rue des Halles. Le Barber Shop est accompagne d'un clip de publicité[12] tourné avec le footballer Mario Balotelli[13].

En octobre 2012, Nike vend Umbro à Iconix Brand Group pour 254 millions de dollars.

Sponsoring (commandite)[modifier | modifier le code]

Nike sponsorise de nombreux athlètes et équipes. Le sponsoring est même au cœur de la politique Nike. La société sponsorise souvent des athlètes phénoménales tels que Steve Prefontaine dans les années 1970, Michael Jordan en 1984, Lebron James et Serena Williams actuellement.

Football (soccer)[modifier | modifier le code]

  1. Angleterre : Manchester City, Manchester United, Arsenal, Everton FC
  2. Allemagne : Werder Breme, Hertha BSC Berlin
  3. Algérie : ASO Chlef
  4. Argentine : Boca Juniors
  5. Belgique : KRC Genk, KV Courtrai, FC Bruges, RCS Visé
  1. Brésil : Sport Club Corinthians Paulista
  1. Écosse : Celtic FC, Dundee United, Hamilton
  2. Égypte : Al-Masry Club
  3. Espagne : FC Barcelone, Atletico Madrid, Hercules Alicante,Athletic Bilbao, Málaga CF
  4. France  : Paris Saint Germain, Montpellier Hérault Sport Club, AS Nancy Lorraine, Stade Malherbe de Caen, Stade brestois 29, CS Sedan Ardennes, Havre athletic club, La Berrichonne de Châteauroux, Dijon FCO, Paris FC, SR Colmar, Football Club de Metz, AS Cannes, GF38, US Créteil-Lusitanos, Lille OSC
  5. Italie : Juventus, Inter Milan
  6. Maroc : Maghreb de Fes, Moghreb de Tétouan WAC
  7. Pays-Bas : PSV Eindhoven, FC Twente
  8. Portugal : FC Porto
  9. Roumanie : Steaua Bucarest, FC Dinamo Bucarest,
  10. Russie : Spartak Moscou, Zénith Saint-Pétersbourg
  11. Suisse : FC Zürich
  12. Turquie : Trabzonspor, Ankaraspor, Galatasaray SK, Istanbul B.B, Eskisehirspor, Gaziantepspor, Akhisar Belediyespor, Boluspor
  13. Tunisie : Espérance sportive de Tunis,Club Sportif sfaxien

Elle sponsorise des joueurs comme: Arda Turan, Marouane Chamakh, Alou Diarra, Jan Vennegoor of Hesselink, Éver Banega, Paolo Maldini, Andrea Pirlo, Gennaro Gattuso, Claude Makélélé, Franck Ribéry, Cristiano Ronaldo, Wayne Rooney, Zlatan Ibrahimović, Ronaldo, Robinho,Younès Kaboul, Guillaume Hoarau, Ronaldinho, Andrés Iniesta, Didier Drogba, Bruno Alves, Theo Walcott, Andreï Archavine, Alexandre Pato, Jack Wilshere, Bojan, Gerard Piqué,Jakub Błaszczykowski, Neymar, Park Ji-sung, Humberto Suazo, Clint Dempsey, Landon Donovan, Nicklas Bendtner, Dentinho, Robbie Keane, Maicon, Pedro Rodriguez, Fabio Cannavaro, Klaas-Jan Huntelaar, Rafael van der Vaart, Wesley Sneijder, Christian Benteke, Mario Götze, Adlène Guedioura, Yann M'Vila, José Antonio Reyes, Eden Hazard, Ganso, Javier Pastore, Khalil Chemmam, Mamadou Sakho, Roberto Carlos,El Arbi Hillel Soudani,Hatem Ben Arfa, Claudio Marchisio, Andrea Barzagli, Sebastian Giovinco, Víctor Ruiz, Arturo Vidal, Simone Padoin, Blaise Matuidi Loïc Rémy, Benoit Tremoulinas, Hachim Mastour, Paco Alcácer

Handball[modifier | modifier le code]

France : Paris Saint Germain Handball

Rugby[modifier | modifier le code]

Nike sponsorise également des joueurs tel que : Christophe Dominici, Raphaël Ibañez, Vincent Clerc, Cédric Heymans, Clément Poitrenaud, Florian Fritz, Imanol Harinordoquy, Dimitri Yachvili, Lionel Nallet, Juan Martín Hernández, Thierry Dusautoir, Maxime Médard, Fulgence Ouedraogo, Gavin Henson, Ugo Monye...

Tennis[modifier | modifier le code]

Basketball[modifier | modifier le code]

Clubs : FC Barcelone, Maccabi Tel Aviv, CSKA Moscou, Olympiakos, Pau-Orthez, Cibona Zagreb, Poitiers Basket 86, Galatasaray

Sélections Nationales : États-Unis, Espagne, Canada, Chine, France, Allemagne, Lituanie, Sénégal, Turquie

Joueurs : Kobe Bryant, LeBron James, Carmelo Anthony, Chris Paul, Joe Johnson, Chris Bosh, Pau Gasol, Manu Ginobili, Dirk Nowitzki, Michael Jordan, Kevin Durant

Cricket[modifier | modifier le code]

  • Sélections Nationales : Inde

Football Américain[modifier | modifier le code]

  • Nike sponsorise aussi toute la NFL et des équipes universitaires telle que l'Université d'Oregon, de Miami, de l'Alabama [réf. nécessaire] ainsi que de La Sorbonne...

Athlétisme[modifier | modifier le code]

Fédérations nationales:

Une entreprise critiquée[modifier | modifier le code]

Nike ne possède pas d'usines de fabrication et travaille avec des sous-traitants[14]. L'entreprise est critiquée pour les conditions de travail des ouvriers dans les usines sous-traitantes de la marque situées en Asie et au Mexique, souvent installées dans des zones franches, comme la plupart des autres marques sportives, afin de rentabiliser au maximum leur marge de bénéfices. On trouve la source de ces critiques, entre autres, dans le livre de Naomi Klein, No Logo, et dans les documentaires de Michael Moore.

En 1997, la photographie d'un enfant pakistanais cousant des ballons Nike[15] est publiée dans plusieurs journaux pour illustrer ce thème (ainsi que dans le manuel d'éducation civique de classe cinquième de l'éditeur français Hatier en 1996).

En 1999, le film de Michael Moore, The Big One, rajoute la cerise sur le gâteau. Philip Knight y justifie le travail d’enfants de moins de 14 ans, et des images associées choquent l’opinion publique[16].

L'entreprise s'amende progressivement, Nike promet que ses produits ne sont plus fabriqués par des enfants. L'entreprise fait appel à des organismes extérieurs pour contrôler les conditions de travail des salariés des entreprises sous-traitantes. Ce n'est pas le cas de certains de ses concurrents qui ont leur propre équipe de contrôle, ce qui rend les résultats de celles-ci moins crédibles.

Elle s'investit depuis dans de nombreux programmes sociaux et caritatifs.

Mouvements sociaux[modifier | modifier le code]

En 2008, le 31 mars, plus de 15 000 ouvriers vietnamiens d'une usine fabriquant des chaussures pour Nike, à Ching Luh, dans la province de Long An, se sont mis en grève pendant deux jours. Ils réclamaient une augmentation de 20 % de leur salaire mensuel de 62 dollars (celui-ci étant plus élevé de 14 % au salaire minimum du pays). À la suite de ce mouvement, leur salaire a été augmenté de 6 dollars (10 %) et ils ont obtenu la gratuité des déjeuners servis à l'usine[17].

L'usine, une des dix en contrat avec Nike pour la production de chaussures de sport au Viêt Nam, propriété d'un groupe taïwanais, fabrique des chaussures depuis 2002 et emploie environ 21 000 personnes, principalement des jeunes femmes de milieu rural[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c NIKE, Inc. 10-K 2013, US Securities and Exchanges Commision, 23 juillet 2013
  2. [1]
  3. (en) Origin of the Swoosh, sur le site de Nike (version archivée par Internet Archive).
  4. Pierre-Yves Duga, « Dollar faible : l'Amérique en solde pour les touristes », Le Figaro,‎ 13 juillet 2007 (lire en ligne)
  5. Le logo Nike n'aurait coûté que 35 dollars !, Melty Buzz, 16 août 2012
  6. Romano Garagerocker, Nike Air Force One : histoire de paniers et de hip-hop, Commeuncamion.com, 30 novembre 2012
  7. Christine Flament, Les indispensables Nike Air Jordan !, Live2Times, 30 mai 2011
  8. (fr) « Nike Bauer vendu à un Montréalais », sur http://www.rds.ca,‎ 21 février 2008
  9. Laurence Girard, « Nike décroche au prix fort le maillot de l'équipe de France de football », Le Monde,‎ 23 février 2008 (lire en ligne)
  10. « Des produits toxiques dans les vêtements de 14 grandes marques » (consulté le 23 août 2011)
  11. [2]Nike Barbershop / Cremerie de Paris
  12. Video Nike Barbershop / My time is now
  13. [3] Ouverture du Nike Barbershop dans la Cremerie de Paris
  14. Nike : le géant américain qui n’a pas d’usine aux États-Unis, Visions Mag, 10 avril 2013
  15. (fr) Étude Marketing Analyse de Nike: 2008/11 - Photo d'un enfant pakistanais cousant des ballons Nike, 1997
  16. (fr) Histoire de Nike sur www.ykone.com
  17. a et b (en) Workers Strike at Nike Contract Factory - Media Island International, 2 avril 2008