Brian Liebenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liebenberg.
Brian Liebenberg
Description de l'image Brian_Liebenberg.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (38 ans)
à Benoni (Afrique du Sud)
Taille 1,86 m (6 1)
Position Centre
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
????-2000
2000-2002
2002-2011
Piacenza
FC Grenoble
Stade français
? (?)
 ? (?)
149 (178)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2003-2005 Drapeau : France France 12 (25)
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
2014-2015 CA Périgueux

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 3 septembre 2015.

Brian Liebenberg, né le à Benoni, Afrique du Sud, est un joueur de rugby à XV sud-africain naturalisé français évoluant au poste de centre. Avec l'équipe de France, dont il est international de 2003 à 2005, il remporte le Grand chelem en 2004. Avec le Stade français Paris, où il effectue la majorité de sa carrière, il remporte trois titres de champion de France, en 2003, 2004 et 2007, et dispute la finale de la coupe d'Europe en 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Devenu éligible pour l'équipe de France après ses trois années jouées en France[2], il est pressenti pour être sélectionné pour la coupe du monde 2003. Il figure dans le groupe français pour la coupe du monde 2003[2], au détriment notamment de Thomas Castaignède. Brian Liebenberg honore sa première cape internationale le contre l'équipe de Roumanie, où il marque un essai. Rentré en jeu dans le match suivant, il permet la victoire de la France en contrant un drop face aux poteaux, contre les futurs champions du monde anglais. Il participe ainsi aux 3 matchs de préparation pour la compétition. Il dispute son premier match en coupe du monde face aux États-Unis, inscrivant trois des cinq essais français[3]. Il rentre en jeu lors du quart de finale face à l'Irlande, remporté 43 à 21, puis face à la Nouvelle Zélande dans le match pour la 3° place.

Lors du Tournoi 2004, il ne dispute qu'une rencontre, en tant que remplaçant face à l'Irlande. Lors de l'été, il dispute deux matchs dans une tournée où la plupart des internationaux français sont laissés au repos[4], face aux États-Unis puis au Canada où il inscrit un essai[5]. La paire de centres qu'il forme avec Tony Marsh est reformée en novembre lors d'un test contre les All Blacks[6].

Il dispute deux nouveaux matchs, ces derniers sous le maillot tricolore, lors du Tournoi 2005, face aux Écossais et aux Anglais. Bernard Laporte gardera longtemps à l'esprit de l'utiliser en demi d'ouverture en équipe de France, du fait de sa puissance, de sa capacité à attaquer la ligne et de sa technique, mais ne franchira jamais le pas.

En 2005, il participe avec le Stade français à la finale de Coupe d'Europe face au Stade toulousain au Murrayfield Stadium à Édimbourg. Il est titularisé au centre avec Stéphane Glas puis remplacé par Olivier Sarramea à la 80e minute. À l'issue du temps réglementaire, les deux équipes sont à égalité, 12 à 12, mais les toulousains parviennent à s'imposer 12 à 18 à l'issue des prolongations.

En juin 2009, il participe à la tournée des Barbarians français en Argentine pour affronter le Rosario Invitación XV puis les Pumas[7],[8]. Les Baa-Baas l'emportent 54 à 30 contre Rosario puis s'inclinent 32 à 18 contre l'Argentine à Buenos Aires.

Au cours de la saison 2011-2012, il annonce sa retraite officielle le en raisons de blessures, envisageant alors une reconversion dans le poste d'entraîneur[9].

En novembre 2014, il connait sa première expérience d'entraîneur, avec le club du CA Périgueux qu'il rejoint pour s'occuper des arrières[10], bien que ne possédant pas les diplômes l'autorisant à être sur le bord de touche[11]. En février 2015, il annonce qu'il met un terme à son contrat en raison des difficultés financières du club[11].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Statistiques en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Brian Liebenberg », sur www.itsrugby.fr (consulté le 8 octobre 2011)
  2. a et b Garcia 2011, p. 920.
  3. Garcia 2011, p. 922.
  4. Garcia 2011, p. 936.
  5. (en) « New-look France trounce Canadians », sur edition.cnn.com, .
  6. « Marsh-Liebenberg signe des temps », sur ladepeche.fr, .
  7. « 14 juin 2009 ː Rosario vs Barbarian Rugby Club », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français, (consulté le 1er décembre 2016)
  8. « 20 juin 2009 ː Argentine vs Barbarian Rugby Club », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français, (consulté le 1er décembre 2016)
  9. AFP, « Rugby: le centre du Stade Français Brian Liebenberg arrête sa carrière », sur www.lexpress.fr, L'Express, (consulté le 26 juillet 2012)
  10. Cédric Soca, « Rugby : Brian Liebenberg au CA Périgueux », sur sudouest.fr, .
  11. a et b Cédric Soca, « Rugby : Liebenberg au CA Périgueux, c'est déjà fini ! », sur sudouest.fr, .
  12. a, b, c, d et e (en) « Brian Liebenberg », sur espn.co.uk (consulté le 3 septembre 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, La Martinière, (ISBN 9782732445281)Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :