Angleterre-France en rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Angleterre-France
en rugby à XV
Image illustrative de l’article Angleterre-France en rugby à XV
Généralités
Sport rugby à XV
Pays Angleterre, France
Statistiques
Dom.Neu.Ext.Total
Victoires
Angleterre
3612360
Nuls5027
Victoires
France
2821141

Total69336108
Dernière mise à jour le 13 mars 2021.

Cet article présente l'historique des confrontations entre l'équipe d'Angleterre et l'équipe de France en rugby à XV. Une telle rencontre est connue sous le nom de Crunch. Les deux équipes se sont affrontées à cent-huit reprises dont cinq fois en Coupe du monde. Les Anglais ont remporté soixante rencontres contre quarante-et-une pour les Français et sept matches nuls. Dans le cadre du Tournoi des Six Nations, cette confrontation donne lieu chaque année depuis 2000 à la remise du Trophée Eurostar au vainqueur.

Historique[modifier | modifier le code]

Gaston Lane (à droite) et Cartwright, capitaines en 1906.
France-Angleterre, le lors du Tournoi des Six Nations.

Débuts de la rivalité (1906-1927)[modifier | modifier le code]

La première confrontation Angleterre-France en rugby à XV, a lieu le à Paris[1]. Le Crunch, nom donné traditionnellement au match de rugby à XV entre les deux équipes lors du tournoi des Six Nations, est une expression anglaise qui signifie « le moment crucial » (utilisée depuis au moins 1981[2]) : son emploi est justifié par le fait que cette confrontation oppose généralement les deux meilleures équipes de l'hémisphère Nord et qu'elle est le plus souvent d'une intensité particulière. Par abus de langage, l'emploi du terme a été étendu aux autres rencontres officielles entre les deux équipes, en Coupe du monde par exemple. Par contre, il ne s'applique pas aux éventuels matches de préparation pour cette dernière[réf. nécessaire].

Après 16 rencontres, dont un seul nul en 1922 et 15 victoires anglaises, la France connait sa première victoire en 1927 — vingt-et-un ans après leur première rencontre — à l'occasion d'une rencontre de Tournois des Cinq Nations au stade olympique Yves-du-Manoir de Colombes, remportée 3-0 par les français, grâce à un essai de Edmond Vellat, non transformé[3],[4],[5].

Une rivalité exacerbée au XXe siècle (1928-1999)[modifier | modifier le code]

Hormis une série de victoires anglaises lors des seize premières confrontations, depuis la première victoire française lors du Tournoi des Cinq Nations de 1927, les deux équipes ont un nombre de victoires sensiblement égal.

Lors du Tournoi des Cinq Nations 1992, la rencontre France-Angleterre, disputée dans un climat plus que houleux le au Parc des Princes, est marquée par l'expulsion de deux avants français : Grégoire Lascubé à la soixante-dixième minute, puis Vincent Moscato à la soixante-quinzième minute, double expulsion unique dans l'histoire du XV de France[6],[7].

XXIe siècle : un classique du Six Nations[modifier | modifier le code]

Le , au Stade de Twickenham, le 99e Crunch devient un des matches les plus mémorables entre le XV de la rose et le XV de France[réf. nécessaire], en termes de points, d'intensité, de combat et de technicité. En effet, avec douze essais et 90 points marqués pour un score de 55 à 35 en faveur des locaux, cette partie fait palpiter le cœur des supporters et vibrer les travées de l'antre de 82 000 places, au son du Swing Low, Sweet Chariot et de La Marseillaise. Coup du sort, l'Angleterre échoue dans sa tentative de gagner par 26 points de plus que la France (+20 seulement), et le trophée des Six Nations lui file entre les doigts au profit de l'Irlande, qui conserve, pour la première fois depuis 1949, son titre de champion d'Europe deux années de suite.

Lors d'un match de préparation à la Coupe du monde 2015, l'Angleterre remporte la 100e confrontation entre les deux pays le au stade de Twickenham, sur la marque de 19 à 14.

En raison du typhon Hagibis, le match France-Angleterre comptant pour la poule C de la Coupe du monde 2019 est annulé ; d'après le règlement de la compétition, « le résultat du match [est] déclaré nul, les équipes [reçoivent] chacune deux points de match et aucun score n'est enregistré »[8]. La France et l'Angleterre terminent donc respectivement deuxième et première de leur poule sans avoir joué entre elles, alors qu'une éventuelle victoire française aurait inversé ce classement. Deux autres matchs ont subi le même sort — une première dans l'histoire de la compétition — : Nouvelle-Zélande-Italie et Namibie-Canada (tous les deux comptant pour la poule B)[9].

Dans les années 2010, surtout dans le Tournoi des Six Nations, les confrontations sont souvent déséquilibrées sur le papier, entre une équipe d'Angleterre ambitieuse et une équipe française qui est souvent en proie au doute lors de la fin de mandat de Lièvremont, puis sous Saint-André, Guy Novès et Brunel. Mais paradoxalement c'est probablement contre ses rivaux d'outre-manche que la France va le mieux déjouer les auspices — ponctuellement — comme en 2014[10],[11],[12] ou en 2018[13],[14],[15].

Mais c'est à l'aube de la décennie suivante que la France va faire sa performance la moins conforme aux pronostics : déjà victorieuse contre l'Angleterre en ouverture du Six Nations au Stade de France, dans ce qui est le premier match de l'ère Galthié-Ibañez, avec un XV de France plutôt jeune, la France doit affronter à nouveau l'Angleterre en , en finale de la Coupe d'automne des nations. Privée de son groupe principal de 23 joueurs par un accord FFR-LNR pour ce 5e match de la fenêtre internationale, la France propose un XV très jeune — avec Selevasio Tolofua qui joue son premier match avec la France, Yoram Moefana comptant seulement deux titularisations en Top 14 ou encore de nombreux autres joueurs à moins de 3 sélections — face à une Angleterre vice-championne du monde et gagnante du dernier Six nations avec un effectif quasi-inchangé, la presse anglaise parle d'une « farce » et d'une rencontre pliée d'avance.
Pourtant c'est bien la France, portée notamment par le revenant Brice Dulin[16], qui domine le match, menant à 19-12 à la fin du match, bien que l'Angleterre parvienne à arracher le match nul à la fin du temps réglementaire, puis la victoire par mort subite après 15 minutes de prolongation et plusieurs décisions controversées d'Andrew Brace. Les jeunes bleus s'attirent toutefois les louanges de la presse française comme britannique grâce à leur performance[17],[18].

Liste des confrontations[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Mise à jour le 13 mars 2021.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ce match prévu pour la Coupe du monde 2019 n'a finalement pas lieu à cause de la menace du typhon Hagibis. Conformément au règlement de la compétition, « le résultat du match [est] déclaré nul, les équipes [reçoivent] chacune deux points de match et aucun score n'est enregistré ». Il n'entraîne en revanche pas de changements au classement World Rugby. Étant donné que la rencontre n'est pas disputée, elle ne figure donc pas dans le bilan des confrontations entre les deux nations.
  2. Match nul 19 partout au terme du temps réglementaire. Victoire des Anglais à la « mort subite » lors de la deuxième mi-temps des prolongations[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Henry, « Rugby : 1906, le premier «crunch» », sur Libération, (consulté le )
  2. (en) The Irish Times, 27 mai 1981, p. 27.
  3. Patrick Louis, « Retour sur 15 France-Angleterre de légende », sur La Dépêche, (consulté le )
  4. Thomas Perrono, « Le premier Crunch victorieux : le jour où le XV de France a réussi à battre le XV d’Angleterre », sur enenvor.fr (consulté le )
  5. Cathy Lafon, « Vidéo. France-Angleterre : ces 10 "Crunch" du Tournoi entrés dans la légende », sur Sud Ouest, (consulté le )
  6. 114 ans de rivalité, article du 10 octobre 2007 sur leparisien.fr, consulté le 8 octobre 2011.
  7. France-Angleterre, la mésentente cordiale, article du 13 octobre 2007 sur lefigaro.fr, consulté le 8 octobre 2011.
  8. « Les règles du tournoi », sur www.rugbyworldcup.com (consulté le ).
  9. https://www.ouest-france.fr/sport/rugby/mondial-de-rugby-angleterre-france-et-nouvelle-zelande-italie-annules-6557362.
  10. (en-GB) Sir Clive Woodward, « France think they've sussed England - ambush them! », sur Daily Mail, (consulté le )
  11. Riwan Demay, « France - Angleterre : L'analyse de la presse britannique sur le Crunch », sur Le Rugbynistère, (consulté le )
  12. Matthieu Lartot, « France - Angleterre, 6 Nations 2014 », France 2,  : « [...] prendre un petit ascendant peut-être sur cette équipe anglaise tellement arrogante... Ça va clouer le bec de Clive Woodward, ça ! »
  13. (en) Robert Hynes, « Everything you need to know about France v England in the Six Nations », sur Irish Mirror, (consulté le )
  14. Julien Plazanet, « La France crée un immense exploit », sur Rugbyrama, (consulté le )
  15. « Rugby. “Écrasé”, “démoli”, “émasculé” : la presse anglaise étrille le XV de la rose », sur Courrier international, (consulté le )
  16. Simon Galinier, « XV de France - Bilan des trois-quarts : Dulin et Villière rebattent totalement les cartes », sur actu.fr, (consulté le )
  17. « La presse anglaise encense les Bleus après leur match face aux Anglais », sur L'Équipe, (consulté le )
  18. Clément Mazella, « XV de France. La "farce" n'en a pas été une : les médias anglais changent d'avis sur les Bleus », sur actu.fr, (consulté le )
  19. « France-Angleterre du 18 août 2007 », sur lequipe.fr
  20. « La France battue sur le fil par l'Angleterre en finale de la Coupe d'automne des nations », sur L'Équipe, (consulté le ).

Documentaire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]