Vincent Clerc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clerc.
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Vincent Clerc
Photographie couleur d’un homme, vêtu d’un maillot rayé noir et rouge, en train de cours, la bouche légèrement ouverte.
Fiche d'identité
Naissance (35 ans)
à Échirolles (France)
Taille 1,78 m (5 10)
Surnom Chicken
Position Ailier
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1998-2002
2002-2016
FC Grenoble
Stade toulousain

337 (660)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2002-2013 Drapeau : France France 67 (170)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 12 juin 2016.

Vincent Clerc, né le à Échirolles (Isère), est un joueur de rugby à XV et à sept international français. Il dispute l'essentiel de sa carrière au poste d'ailier au sein de l'effectif du Stade toulousain après avoir quitté en 2002 le FC Grenoble. En 2016-2017, il joue avec le Rugby club toulonnais.

En près de quatorze ans au plus haut niveau, Vincent Clerc a inscrit à son palmarès trois titres de champion de France (2008, 2011 et 2012), trois Coupes d'Europe (2003, 2005 et 2010), trois victoires dans le Tournoi des Six Nations (2004, 2007, 2010), dont deux éditions en réussissant à réaliser le Grand Chelem (2004 et 2010), une quatrième place et une finale en Coupe du monde. Il est le meilleur marqueur de la Coupe du monde 2011 avec six essais (à égalité avec l'Anglais Chris Ashton), il est le deuxième meilleur marqueur du rugby français, à quatre longueurs de Serge Blanco. Il est le meilleur marqueur de l'histoire de la Coupe d'Europe.

De petite taille, Vincent Clerc est un des ailiers les plus efficaces dans la finition, utilisant au mieux ses ressources athlétiques.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Façade d’un bâtiment recouverte d'une bâche géante représentant un tableau de thème classique.
Hôtel de ville d'Échirolles avec La Liberté guidant le peuple de Delacroix sur son fronton.

Né le à Échirolles, Vincent Clerc est le fils aîné de Jean-Pierre et Florence Clerc, qui ont également une fille prénommée Margaux[3]. Il grandit au sein d'une famille qui a la culture rugby à XV. En effet, son père, trois-quarts aile, défend les couleurs du FC Grenoble de 1976 à 1982[4]. Il participe notamment à la montée du FC Grenoble en première division Groupe A lors de la saison 1978-1979[4],[Note 1].

Vincent Clerc touche son premier ballon ovale à 7 ans, à l'école de rugby du club du Fontanil[4] où il débute au poste de trois-quarts centre. Il rejoint plus tard les benjamins du FC Grenoble[4]. Ce n'est qu'au collège qu'il fonde véritablement son engouement pour ce sport : « Ma passion pour le rugby n'est apparue que lorsque j'ai commencé à jouer au sein de l'équipe de mon collège, grâce à notre entraîneur : Yves Bardou, qui m'a inoculé le « virus » du rugby[4] ». À l'âge de 11 ans, en 1992, le jeune garçon vit un événement marquant en assistant à un entraînement des Wallabies[Note 2], champions du monde en 1991 : « J'ai pu approcher toutes mes idoles. Ça m'a décidé à poursuivre dans le rugby. J'ai d’ailleurs encore la photo de l'époque dans ma chambre[5]. »

Premières années[modifier | modifier le code]

Vincent Clerc joue au rugby au collège Barnave de Saint-Egrève et il poursuit sa formation au FC Grenoble en minimes[6]. Le jeune homme devient plus « gaillard », il commence à courir plus vite et il s'améliore petit à petit[4].

En première année junior, le centre passe à l'aile. Vincent Clerc progresse et connaît ses premières sélections avec l'équipe Taddéï des Alpes[4]. Il joue bien avec l'équipe junior du FCG. Comme le club est également descendu en Pro D2, les entraîneurs de l'équipe première le retiennent en seniors. C'est Jacques Delmas qui lui donne sa chance ; il donne satisfaction et est retenu dans un groupe de quarante joueurs en équipe de France de moins de vingt et un ans pour la tournée automnale en Irlande et en Angleterre. Il est titulaire lors du match d'ouverture du Tournoi des Six Nations 2002 des moins de vingt et un ans contre l'Italie, la rencontre se joue au stade Lesdiguières, l'antre du rugby grenoblois[4].

Vincent Clerc remporte le grand chelem avec l'équipe de France des moins de vingt et un ans et il contribue activement au retour de son club dans l'élite[4]. Il a alors le cheveu blond peroxydé puis évolue casqué de bleu et rouge après avoir subi une déchirure à une oreille[7].

Vincent Clerc rejoint le Stade toulousain au début de la saison 2002-2003[4].

Premières sélections en équipe nationale et premiers titres européens[modifier | modifier le code]

Arrivée à Toulouse[modifier | modifier le code]

La tâche peut sembler rude pour un jeune joueur recruté qui a comme concurrents à l'aile Émile Ntamack, Xavier Garbajosa, Cédric Heymans ou Michel Marfaing mais Vincent Clerc réussit quand même à s'imposer[4].

Photographie en gros plan d'un homme chauve, à lunettes, assis sur un fauteuil, parlant dans un micro et éclairé par un projecteur tirant sur le rouge.
Le sélectionneur Bernard Laporte donne sa première cape à Vincent Clerc en 2002[Note 3].

En effet, il dispute 18 matchs sur 22 du Top 16 2002-2003[Note 4] dont 15 comme titulaire[1]; Vincent Clerc s'illustre en Coupe d'Europe en marquant 7 essais en 9 rencontres et Toulouse remporte la compétition pour la deuxième fois face à l'USAP (22-17). Vincent Clerc marque en finale le seul essai toulousain, après une percée de Yannick Jauzion[8]. En championnat, le Stade toulousain s'incline en finale contre le Stade français 32-18[9],[Note 5].

Dès cette première saison toulousaine, en novembre 2002, Vincent Clerc est même appelé par le sélectionneur Bernard Laporte pour affronter les Springboks[Note 6] à Marseille[10]. Il marque un essai[11], la France gagne (30-10)[12]. Alors qu'en championnat, Clerc brille contre Perpignan, Montferrand s'incline lourdement à Bourgoin, ce qui coûte la place de titulaire en équipe nationale à l'ailier de Montferrand, David Bory[13]. En une année, il obtient 10 sélections et il marque 4 essais. Le bilan est bon lors de la tournée automnale, la France s'imposant dans deux des trois test matchs. Contre les All Blacks[Note 7], le vis-à-vis de Vincent Clerc, Jonah Lomu ne parvient pas à marquer[4] et le score final est de 20 partout[14] ; Clerc enchaîne sur les cinq matchs du Tournoi des Six Nations 2003 et sur deux matchs de tournée en juin 2003 (deux défaites)[2].

Les premiers pas en équipe de France[modifier | modifier le code]

La saison suivante, Vincent Clerc est titulaire au Stade toulousain 15 fois et joue 19 matchs sur 21 possibles en championnat de France[1] mais sa carrière internationale connaît un coup d'arrêt puisqu'il n'est pas retenu pour disputer la Coupe du monde 2003[2],[15]. Clerc est victime de sa spécificité d'ailier, Bernard Laporte cherchant un remplaçant obligatoirement polyvalent ailier-arrière, tel que Pépito Elhorga[16]. Christophe Dominici et Xavier Garbajosa sont préférés à des ailiers « puristes » comme David Bory et Vincent Clerc[17]. Vincent Clerc retrouve toutefois l'équipe de France pour gagner un Grand chelem lors du Tournoi des Six Nations 2004. Clerc demeure titulaire à l'aile droite du Stade toulousain avec ses qualités de finisseur : depuis son arrivée en 2002 jusqu'en 2007, Vincent Clerc marque plus de dix essais par saison[1]. Côté sélection, de juin 2004 à décembre 2006, il ne se voit offrir que trois capes[2]. Il fait partie de l'équipe de France qui s'impose en Afrique du Sud 36-26 infligeant aux Springboks leur première défaite à domicile depuis trois ans. Vincent Clerc s'illustre en marquant deux essais[18].

Un homme de face, habillé d'un polo.
Guy Novès, ici en 2011, est le manager de Vincent Clerc au Stade toulousain jusqu'en 2015.

Avec Toulouse, il remporte toutefois la Coupe d'Europe en 2005. Toulouse affronte en finale le Stade français, victorieux de Biarritz en demi-finale. Cette rencontre est serrée, sans essai et Toulouse s'impose 18-12 après prolongation[19].

Tournoi des six nations 2007[modifier | modifier le code]

Vincent Clerc dispute le Tournoi des Six Nations 2007 et marque un essai capital à Croke Park[20]: à la dernière minute, alors que les Bleus sont menés de 4 points par l'Irlande, il perce au centre dans les 22 mètres, élimine trois adversaires et aplatit, donnant la victoire à la France dans ce match, déterminant pour le gain du Tournoi[21],[7].

Coupe du monde 2007 en France[modifier | modifier le code]

Vincent Clerc lors d'un match contre les Harlequins

Vincent Clerc est retenu pour disputer la Coupe du monde 2007, à l'aile avec Christophe Dominici, Cédric Heymans et Aurélien Rougerie[22]. Lors du premier match, la France s'incline contre l'Argentine[2]. Vincent Clerc n'est pas affecté et brille contre la Namibie[2]. Il s'illustre à nouveau contre l'Irlande en inscrivant un doublé, lors d'un match décisif pour la qualification en quart-de-finale, sur deux passes au pied de Frédéric Michalak et Jean-Baptiste Élissalde[23],[24]. La France gagne en quart-de-finale contre les All Blacks[25] puis s'incline contre l'Angleterre en demi-finale[26]. Vincent Clerc termine meilleur marqueur du XV de France avec 5 essais en 6 matchs.

Blessures et nouvelles victoires (trois titres de champion de France : 2008, 2011 et 2012)[modifier | modifier le code]

Champion de France 2008 et premières blessures[modifier | modifier le code]

En 2007-2008, Vincent Clerc brille également sous les couleurs toulousaines inscrivant 12 essais en 14 titularisations, avec notamment un triplé contre Castres en une mi-temps[27].

Pour le Tournoi 2008, le nouveau sélectionneur, Marc Lièvremont, en fait un titulaire : Clerc confirme son nouveau statut avec un doublé contre l'Écosse[28] puis un triplé en vingt minutes contre l'Irlande[29] (son 7e essai contre cette équipe[30]). Ses statistiques sont bonnes : 66 essais en 119 titularisations avec Toulouse[1] et 20 essais en 30 sélections[2].

Le , lors du match Stade toulousain-ASM Clermont Auvergne (défaite 11-23 de Toulouse), Vincent Clerc se blesse grièvement au genou. Le ligament croisé antérieur gauche est rompu[31] et cela met un terme à sa saison, alors que le Stade toulousain brille (victoire en championnat et finale de la Coupe d'Europe).

De trois-quarts, un homme au maillot bleu, le genou droit bandé, court sur un terrain de rugby.
Clerc pendant la Coupe du monde 2011.

Il passe huit mois en convalescence d'avril à décembre 2008[32]. Il reprend la compétition le 20 décembre 2008 contre le Stade montois. Lors de cette saison 2008-2009 il marque 3 essais toutes compétitions confondues[1]. À la fin de la saison, il retrouve déjà l'équipe de France lors de la tournée en Nouvelle-Zélande et en Australie[2].

Le , à l'occasion de la première journée de la Coupe d'Europe 2009-2010 où le Stade toulousain bat les Sale Sharks, Vincent Clerc bat le record du plus grand nombre d'essais marqués en Coupe d'Europe[33], en dépassant le Gallois Dafydd James (29 essais en 60 rencontres de 1996 à 2008). Vincent Clerc marque l'unique essai de la victoire de l'équipe de France 20-13 contre l'Afrique du Sud, qui préserve l'invincibilité de douze années à la maison des Bleus contre les Springboks[34].

Photographie en noir et blanc, en gros plan, de face, d’un homme portant un maillot foncé, le regard vers le bas, apparemment en train de courir.
Vincent Clerc lors de Stade toulousain - Castres olympique en 2012.

Grand chelem 2010 puis champion de France 2011[modifier | modifier le code]

Vincent Clerc joue quatre des cinq matchs de l'équipe de France qui gagne un Grand chelem lors du Tournoi des Six Nations 2010 sans briller : il ne marque pas d'essai.

Lors de la saison de championnat de France 2010-2011, le Stade toulousain, qui a le plus gros budget de l'hexagone[35], se qualifie pour la demi-finale[36], puis la finale et s'impose 15-10[37]. La concurrence est rude au Stade, Vincent Clerc n'étant pas titulaire en demi-finale et en finale de championnat : Cédric Heymans[38] est à l'arrière ; Maxime Médard[39] et Rupeni Caucaunibuca[40] aux ailes. Il joue toutefois sa première finale victorieuse de Top 14. Au cours de la saison, il inscrit 7 essais en 19 rencontres de championnat avec 15 titularisations et a donc pleinement contribué à la bonne saison toulousaine. Il est le deuxième marqueur d'essais de son club[41].

Coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

En 2011 Vincent Clerc est retenu par Marc Lièvremont pour disputer la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande[42]. Il s'y distingue notamment lors du deuxième match de poule face au Canada où il marque 3 essais et devient par la même occasion le meilleur marqueur d'essais français en Coupe du monde, dépassant d'une unité le record de 8 essais de Christophe Dominici[43],[44]. Il est titularisé pour le match de poule contre la Nouvelle-Zélande. Malgré la défaite contre les All Blacks puis une déconvenue contre les Tonga pour leur dernier match de poule où Clerc marque néanmoins son 10e essai en Coupe du monde, les Bleus sont qualifiés pour les quarts de finale contre les Anglais[45]. Lors de ce match Vincent Clerc se met en évidence et inscrit son 11e essai en Coupe du monde[46]. Les coéquipiers de Vincent Clerc s'imposent 9-8 en demi-finale contre le pays de Galles, avec beaucoup de difficultés, lors d'une rencontre marquée par l'expulsion du capitaine gallois tôt dans la partie (20e minute) pour un placage dangereux sur Vincent Clerc[47]. Les Français résistent aux All Blacks mais perdent finalement la finale sur le score de 8-7[48]. Sur un plan individuel, Vincent Clerc a été décisif et remarqué contre le Canada, le Tonga ou l'Angleterre[15]. « On ne peut pas rêver mieux qu'une finale de Coupe du monde. C'est le summum[49]. »

Champion de France 2012, blessures et départ de Toulouse[modifier | modifier le code]

Un joueur en blanc se couche dans l’en-but pour aplatir
Vincent Clerc marque un essai contre Agen en 2012

Vincent Clerc reste ailier titulaire pour le XV de France lors du Tournoi des Six Nations 2012. Lors du premier match du tournoi face à l'Italie, il marque son 32e essai en équipe de France, rejoignant Philippe Saint-André, le sélectionneur de l'équipe de France, à six longueurs du record de Serge Blanco[50].

Blessé en janvier 2013, Vincent Clerc ne dispute pas les deux matchs perdus en Italie (18-23), puis face au pays de Galles (6-16) lors du Tournoi des Six Nations 2013[51]. Il est rappelé pour jouer les trois derniers matchs du Tournoi. Depuis sa dernière sélection le , il en est à 34 essais marqués avec les Bleus, les deux derniers ayant été marqués lors de la victoire du 17 novembre 2012 contre l'Argentine, que Vincent Clerc n'avait jamais battu jusque-là[2].

Le , lors du match ASM Clermont Auvergne - Stade toulousain, Vincent Clerc se blesse une nouvelle fois au genou mais cette fois ce sont les ligaments croisés du genou droit qui sont touchés[32], ce qui le prive de la fin de saison 2012-2013 et du début de la saison 2013-2014[52]. Il reprend en janvier 2014 avec les Espoirs[53] et rejoint l'effectif seniors du Stade toulousain pour le match contre les Zèbres de Parme[54]. Il travaille sa pointe de vitesse avec Leslie Djhone et le préparateur physique du club, Zéba Traoré[55].

Le début de saison 2014-2015 de Toulouse est délicat avec cinq revers consécutifs de la deuxième à la septième journée de championnat[56]. Vincent Clerc est à la peine. « J'avais un peu raté le début de saison. Ça fait cinq matches que je me sens bien. Il y a des signes que mon meilleur niveau n'est pas loin. Marquer des essais, se proposer dans la ligne, être bon défensivement… Voilà, c'est ça : faire de bons matches et être décisif[52]. » À la fin du mois d'octobre, il inscrit un essai contre Bath Rugby en Coupe d'Europe portant son record en la matière dans cette épreuve à 36[57]. À la même période il annonce ne pas avoir renoncé à revenir en équipe de France bien qu'il ne soit pas mentionné dans la liste des 74 joueurs suivis par l'encadrement de l'équipe nationale dévoilée en début de saison[57]. En novembre, Toulouse s'impose à Lyon 17-41 et Vincent Clerc raffûte un défenseur pour inscrire un essai, le deuxième de la saison en Top 14[52],[Note 8]. En décembre, si Toulouse s'incline 23-20 contre Montpellier, Vincent Clerc marque deux essais[58]. S'il peut espérer être dans le groupe des joueurs retenus pour la préparation de la Coupe du monde de rugby à XV 2015 (ce serait une surprise[59]), il ne fait pas partie de la liste publiée par le sélectionneur[60]. Le Stade toulousain parvient à terminer troisième de la première phase[61]. Vincent Clerc et ses coéquipiers perdent en demi-finale 18-14[62]. À la fin de la saison 2014-2015, il a disputé 22 matchs de championnat titulaire (sur 28 possibles) et marqué 6 essais[1]. C'est le deuxième Toulousain derrière Maxime Médard, auteur de 9 essais en championnat[63].

L'arrivée d'Ugo Mola à la tête du Stade toulousain pour la saison 2015-2016 n'empêche pas Vincent Clerc de conserver son statut de titulaire. Il réalise de bonnes performances en début de saison[64], ponctuées de deux essais face respectivement à l'Union Bordeaux Bègles (défaite 12-10)[65] et au Stade rochelais (victoire 39-22)[66], ce qui lui vaut d'être élu meilleur joueur du Stade toulousain par le site officiel du club pour le mois d'octobre[67]. Fin mars 2016, il marque deux essais contre le Stade français[68].

La prolongation de contrat de Vincent Clerc au Stade toulousain n'est toujours pas acquise en avril 2016[69] ; par le passé le club avait déjà refusé de prolonger des « anciens » comme Yannick Jauzion et Jean Bouilhou[70]. Clément Poitrenaud, qui présente un profil similaire[71], n'est pas conservé par le club haut-garonnais[72]. Clerc, qui ne reçoit pas d'offre d'extension de contrat, annonce son départ du club toulousain le 16 mai[73]. Dix jours plus tard, il s'engage avec le Rugby club toulonnais[74].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Pendant sa carrière de rugbyman professionnel, Vincent Clerc s'est construit un des plus beaux palmarès du rugby français tant en club qu'en équipe nationale, le titre de vice-champion du monde 2011 est un des exploits les plus retentissants de sa carrière ; il gagne trois titres de Champion de France et il remporte autant de Coupes d'Europe.

En club[modifier | modifier le code]

Photographie couleur d’un homme, de face, vêtu d’un t-shirt rouge, au téléphone, faisant signe avec le bras droit tendu. En arrière-plan, un autre homme vêtu du même t-shirt.
Vincent Clerc lors d'un défilé pour fêter avec les supporters le titre de Top 14 2011-2012.

Avec le FC Grenoble, il est vice-champion de France de Pro D2[2].

En quatorze saisons passées avec le Stade toulousain, Vincent Clerc remporte au moins une fois toutes les compétitions auxquelles il participe avec le club haut-garonnais. Il gagne la Coupe d'Europe à trois reprises en 2003, 2005 et 2010 et perd deux finales en 2004 et 2008 pour un total de quatorze participations à la compétition européenne. Sur le plan national, il remporte le Championnat de France à trois reprises : 2008, 2011 et 2012. Il termine deux fois vice-champion de France en 2003 et 2006.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Vincent Clerc participe à deux Coupes du monde, avec un titre de vice-champion du monde 2011 et une place de quatrième en 2007. Il remporte également trois Tournois des Six Nations en 2004, 2007, 2010, dont deux éditions en réussissant à réaliser le Grand Chelem (2004 et 2010).

Il a joué auparavant avec l'équipe de France des moins de 21 ans[Note 9], disputant le championnat du monde 2002 en Afrique du Sud[75],[76]. Avec l'équipe de France de rugby à sept, il remporte le tournoi de Paris 2005[75] (première victoire de l'équipe de France lors d'une étape du circuit mondial à sept[77]).

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Vu de loin, une équipe aux maillots bleus, blancs et rouges se tient devant une équipe au maillot noir.
Quart-de-finale France - All Blacks en 2007.
Édition Rang Résultats France Résultats V.Clerc Matchs V.Clerc
France 2007 Quatrième 4 v, 0 n, 3 d 4 v, 0 n, 2 d 6/7
Nouvelle-Zélande 2011 Deuxième 4 v, 0 n, 3 d 4 v, 0 n, 3 d 7/7

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Tournoi[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Vincent Clerc dans le Tournoi des Six Nations.
Édition Rang Résultats France Résultats V. Clerc Matchs V. Clerc
Tournoi des Six Nations 2003 3 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 2 d 5/5
Tournoi des Six Nations 2004 1 5 v, 0 n, 0 d 3 v, 0 n, 0 d 3/5
Tournoi des Six Nations 2007 1 4 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/5
Tournoi des Six Nations 2008 3 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 2 d 5/5
Tournoi des Six Nations 2010 1 5 v, 0 n, 0 d 2 v, 0 n, 0 d 2/5
Tournoi des Six Nations 2011 2 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 2 d 5/5
Tournoi des Six Nations 2012 4 2 v, 1 n, 2 d 2 v, 1 n, 1 d 4/5
Tournoi des Six Nations 2013 6 1 v, 1 n, 3 d 1 v, 1 n, 1 d 3/5

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a Grand Chelem.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Photographie en gros plan d’un homme, vêtu d’un maillot noir, le regard dans le vague, la bouche légèrement ouverte.
Vincent Clerc en phase finale de Championnat de France de rugby à XV.

En club[modifier | modifier le code]

Vincent Clerc effectue l'essentiel de sa carrière avec le Stade toulousain qu'il rejoint à 21 ans. Lors des quatorze saisons passées avec les Rouge et Noir, il dispute 337 matchs toutes compétitions confondues et inscrit 132 essais (660 points) (statistiques mises à jour au 12 juin 2016). En particulier, il joue 83 matchs en Coupe d'Europe au cours desquels il marque trente-six essais[78]. Il est le meilleur marqueur de l'histoire de la Coupe d'Europe (36 essais)[79].

Fin mars 2016, il est le meilleur marqueur d'essais du championnat en activité devant Aurélien Rougerie et à trois unités du record absolu[68].

Il évolue toujours au plus haut niveau du championnat national avec le club des Midi-Pyrénées avec un statut de titulaire alors que celui-ci est composé de très nombreux internationaux.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En treize années (2002-2013), Vincent Clerc dispute 67 matchs (57 en tant que titulaire) avec l'équipe de France au cours desquels il marque trente-quatre essais (170 points)[2]. Il participe notamment à huit Tournois des Six Nations (31 matchs, 11 essais) et à deux Coupes du monde (2007, 2011) pour un total de treize rencontres disputées en deux participations[Note 10],[2]. Il devient le meilleur marqueur français en phase finale de Coupe du monde avec 11 essais[79]. Il est le meilleur marqueur de la Coupe du monde 2011 avec six essais (à égalité avec l'Anglais Chris Ashton), il est le deuxième meilleur marqueur du rugby français, à 4 longueurs de Serge Blanco (38 essais en 93 matchs)[79],[80]. Pour Philippe Saint-André, « ce n'est pas le fait du hasard[79]. »

Statistiques de Vincent Clerc en club et en équipe nationale
Saison Club Pays Championnat national Coupe d'Europe Équipe de France
Compétition Matchs Essais, points Type Matchs Essais, points
Matchs Essais, points
2002 - 2003 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 16 18 8-40 Coupe d'Europe 9 7-35 10 4-20
2003 - 2004 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 16 19 6-30 Coupe d'Europe 8 4-20 3 1-5
2004 - 2005 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 16 25 12-60 Coupe d'Europe 9 3-15 1 -
2005 - 2006 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 26 11-55 Coupe d'Europe 6 6-30 2 4-20
2006 - 2007 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 23 8-40 Coupe d'Europe 5 2-10 4 1-5
2007 - 2008 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 9 7-35 Coupe d'Europe 7 5-25 13 10-50
2008 - 2009 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 13 2-10 Coupe d'Europe 3 1-5 3 -
2009 - 2010 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 18 7-35 Coupe d'Europe 8 2-10 5 2-10
2010 - 2011 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 19 7-35 Coupe d'Europe 8 2-10 9 2-10
2011 - 2012 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 10 3-15 Coupe d'Europe 4 0-0 11 8-40
2012 - 2013 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 18 9-45 Coupe d'Europe 6 3-15 2 2-10
2013 - 2014 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 10 3-15 Coupe d'Europe 1 0-0 - -
2014 - 2015 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 23 6-30 Coupe d'Europe 5 1-5 - -
2015 - 2016 Stade toulousain Drapeau de la France France Top 14 23 7-35 Coupe d'Europe 4 0-0 - -
Total Stade toulousain Drapeau de la France France Champ. Fr. 254 96-480 Coupe d'Europe 83 36-180 67 34-170

Dernière mise à jour le 12 juin 2016.

Famille[modifier | modifier le code]

Photographie couleur d’un homme de face, vêtu d’une tenue sportive blanche, en train de boire à une bouteille. Face à lui, un homme vêtu d’un polo rouge lui parle.
Vincent Clerc avec son entraîneur (et beau-père) Guy Novès en 2012.

Vincent Clerc est marié à Valérie Novès, médecin généraliste, la fille aînée de Guy Novès, son entraîneur au Stade toulousain[81]. Depuis le 2 janvier 2011, il est aussi papa d'une petite fille qui se prénomme Éloïse. L'information a été largement relayée la veille lorsqu'il est sorti du terrain lors d'un Toulouse-Castres. Cette sortie sans raison apparente ni blessure, ni mauvaise performance, fut donnée à la fin du match : sa femme venait d'entrer en salle d'accouchement. Le grand-père l'explique en ces termes :

« Dans la vie, certaines choses sont bien plus importantes qu'un match de rugby. Là, c'était Vincent, mais si la situation s'était présentée avec un autre joueur, j'aurais agi de la même façon. C'est un fait de vie. Ce sont des choses simples[82]. »

Style et distinctions[modifier | modifier le code]

Portait de trois-quarts face d’un homme vêtu d’une veste de survêtement grise, les yeux grands ouverts, la bouche fermée.
Vincent Clerc en 2012 alors qu'il se rend à l'entraînement.

Trois-quart centre de formation, Vincent Clerc devient depuis la catégorie junior un ailier. En dépit d'être relativement de petite taille physique[83],[2], il est un des ailiers les plus excitants et les plus efficaces dans la finition[2]. « Il a cette volonté d'être perpétuellement le premier » explique Clément Poitrenaud. « C'est un compétiteur dans l'âme », ajoute Jean Bouilhou. « C'est un très gros travailleur, rigoureux, investi et déterminé avec des ressources athlétiques au-dessus de la norme. Il possède un rapport poids-force-vitesse exceptionnel », selon le préparateur physique du Stade toulousain, Zeba Traoré[84]. « Au niveau des tests physiques, il est devant tout le monde au Stade toulousain », selon le manager toulousain Guy Novès[79]. Néanmoins, la masse de travail fournie par le joueur et son engagement ont beaucoup fatigué son corps durant sa carrière. Ainsi de graves blessures aux genoux surviennent en 2008 et en 2013 (le ligament croisé antérieur gauche[55] et les ligaments croisés du genou droit[32]).

« À tous les matches, j’essaye de me déplacer, de me créer des opportunités, d'apporter une solution à un partenaire, d'être dans le bon timing pour apporter un plus dans la ligne. En tant qu’ailier, je profite beaucoup du travail des autres, un intervalle ouvert, un partenaire qui passe les bras[30]... »

Son style de jeu et son physique lui valent le surnom de « Chicken »; il continue de courir partout malgré les impacts des défenseurs, comme ces poulets qui courent encore, même décapités[85],[52].

Avec une carrière en club et en équipe nationale brillante, Vincent Clerc a reçu de nombreuses récompenses individuelles et des marques de reconnaissance. En 2010, il figure dans la meilleure équipe-type des compétitions des clubs européens de 1996 à 2010 de l'European Rugby Cup (ERC)[86]. En 2011, il figure dans la meilleure équipe-type de la Coupe du monde 2011 d'ESPN[87]. Il remporte l'oscar 2011 du Midi olympique[88], une récompense décernée par le journal Midi olympique et ses lecteurs pour le meilleur joueur de rugby à XV évoluant dans le championnat de France après avoir reçu le prix du mois de janvier 2011[89].

Sponsors et cachets[modifier | modifier le code]

Pour son activité de joueur de rugby au Stade toulousain, selon le Journal du dimanche, Vincent Clerc est l'un des joueurs de rugby français les mieux payés. Derrière Thierry Dusautoir (43 000 euros mensuels), Dimitri Szarzewski (41 000 euros), Pascal Papé, Louis Picamoles, François Trinh-Duc et Vincent Clerc ont des salaires assez proches[90].

Vincent Clerc brandit le bouclier de Brennus, trophée du championnat de France de rugby en 2012

Vincent Clerc est l'un des joueurs de rugby les plus populaires de France ; moins connu que Sébastien Chabal et Frédéric Michalak[91], il cherche toutefois à profiter de sa popularité et de son physique[92] pour augmenter significativement ses revenus en signant des contrats publicitaires. Il travaille avec l'enseigne de bricolage Gedimat[7], l'équipementier Nike[93] ou les cosmétiques Sothys[94],[95]. Il prête également son nom à une gamme de produits de soin pour hommes ainsi qu'à un parfum pour le compte de la marque Laurence Dumont Cosmétique[96],[97]. À partir du 1er janvier 2015, son image est associée à Pétrole Hahn[98]. Il a même parlé de sa vie privée dans des magazines comme Paris Match[99] et Elle[83].

Vincent Clerc pose pour plusieurs éditions du calendrier du Stade français[100].

Autres activités, reconversion[modifier | modifier le code]

Jeune garçon, Vincent Clerc délaisse des études de kinésithérapeute pour décrocher un master en ingénierie et management des organisations sportives[7]. Il continue ses études de marketing en parallèle du rugby pour assurer sa reconversion[83].

En parallèle à ces contrats publicitaires, le joueur Vincent Clerc tente également de profiter de sa popularité en se lançant dans les affaires. Avec Philippe Spanghero et Grégory Lamboley, il crée en 2008 la société Team One Groupe qui propose des prestations dans la communication et le marketing sportif[101]. En 2014, elle emploie 22 personnes pour un chiffre d'affaires de 4,5 millions d'euros[102] et est notamment la régie publicitaire de Castres.

Il est consultant lors de la coupe du monde 2015 sur TF1[103].

Œuvres de charité[modifier | modifier le code]

Vincent Clerc est engagé dans des œuvres de charité, particulièrement pour l'aide aux enfants[104]. Il est le parrain de la Maison des Parents de Toulouse, qui accueille les parents d'enfants en traitement au CHU de Toulouse alors que l'hôpital est éloigné du domicile familial[105]. Comme Michel Drucker, il soutient une association à but humanitaire « Entendre le monde »[106].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La première division Groupe A est l'ancien nom du Championnat de France de rugby à XV. Avec l'introduction du professionnalisme en 1995, le nombre de clubs de la division d'élite diminue notablement, passant de 24 à 16 puis finalement à 14 clubs en 2005.
  2. Wallabies est le surnom donné à l'équipe d'Australie de rugby à XV.
  3. Une cape (de l'anglais cap, qui signifie casquette) est une casquette qui symbolise la sélection d'un sportif dans l'équipe nationale de son pays. Ce terme est particulièrement utilisé au rugby à XV.
  4. La formule des Championnats de France de rugby à XV 2002-2003 et 2003-2004 est la suivante. La première phase est disputée par matchs aller et retour, elle met aux prises toutes les équipes réparties en deux poules (2 poules de 8, soit 14 matchs), les quatre premières équipes de chaque poule disputent la phase de qualification aux demi-finales. Pour cette deuxième phase, les huit équipes qualifiées sont réparties en deux poules et disputent des matchs aller et retour (2 poules de 4, soit 6 matchs). Les deux premiers de chaque poule sont qualifiées pour les demi-finales.
  5. Les années 1995-2008 voient une nette domination du championnat par trois clubs qui remportent les 13 titres de champion décernés après le passage au professionnalisme. Si le Stade toulousain remporte 4 titres consécutifs de 1994 à 1997, la fin des années 1990 voit le retour au premier plan du Stade français. Avec son président Max Guazzini, il remporte le bouclier de Brennus deux fois consécutives en 2003 et 2004. Le club parisien partage cette suprématie du début des années 2000 avec le Biarritz olympique, qui s'impose trois fois en 2002, 2005 et 2006. Le Stade toulousain, champion en 2001, remporte toutefois la Coupe d'Europe en 2003 et 2005 (victoires obtenues lors de finales 100 % françaises contre l'USA Perpignan et le Stade français).
  6. Springboks est le surnom donné à l'équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV.
  7. All Blacks est le surnom donné à l'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV.
  8. Au rugby à XV, un raffut est l'action d'écarter énergiquement l'adversaire avec la main libre ouverte lorsque le joueur porte le ballon (voir aussi le lexique du rugby à XV).
  9. L'équipe de France de rugby à XV des moins de 20 ans est créée en 2008, remplaçant les équipes de France des moins de 21 ans et des moins de 19 ans à la suite de la décision de l'IRB en 2007 de restructurer les compétitions internationales juniors.
  10. Dans l'ordre chronologique, il a :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « Vincent Clerc », sur www.itsrugby.fr (consulté le 12 juin 2016).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) « Vincent Clerc », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 12 juin 2016).
  3. « La famille », sur site officiel de Vincent Clerc (consulté le 27 décembre 2014).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Arnaud Labrosse, « A la vitesse d'un cheval au galop ! », sur crdp.ac-bordeaux.fr, FFR RugbyMan, n° 73,‎ 1er trimestre 2003 (consulté le 27 décembre 2014).
  5. Vincent Rousselet-Blanc, « Le Portrait Chinois de… Vincent Clerc », sur enpleinelucarne.net, People Hebdo,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  6. « Ils m'ont aidé », sur site officiel de Vincent Clerc (consulté le 12 juin 2016).
  7. a, b, c et d Michel Embareck, « XV de France : la ligne Clerc », sur www.liberation.fr, Libération,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  8. « Un deuxième titre pour le Stade Toulousain », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  9. Anouk Bouteloup et C.M., « Guazzini, 19 ans de révolution », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 5 janvier 2015).
  10. « Rugby : France-Afrique du Sud », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 2 juin 2015).
  11. Gérard Davet, « Cédric Heymans et Vincent Clerc, gaillards d'arrière », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 2 juin 2015).
  12. Agence France-Presse, « Victoire de la France contre l'Afrique du Sud », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 2 juin 2015).
  13. J.-L. Laffitte, « Equipe de France : Toulouse à tire-d'ailes. Rugby XV - TEST-MATCH Clerc et Heymans contre les Springboks », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  14. (en) « France 20 - 20 New Zealand », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 décembre 2014).
  15. a et b « XV de France: Clerc est redevenu un "match winner" », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  16. J-L Lafitte, « Passeport australien pour Liebenberg - Rugby XV - XV DE FRANCE - Douloureuse surprise pour Clerc, Castaignède et Bory », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 2 mars 2015).
  17. Éric Collier, « Pour la Coupe du monde, Bernard Laporte mise sur la polyvalence », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 18 mai 2015).
  18. (en) « South Africa 26-36 France », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 4 mars 2015).
  19. (en) « Stade français 12-18 Toulouse », sur news.bbc.co.uk, BBC (consulté le 27 février 2015).
  20. (en) Tom Fordyce, « Ireland denied by last-gasp Clerc try », sur www.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  21. « La France y voit plus Clerc », sur http://www.lequipe.fr,‎ (consulté le 11 avril 2011).
  22. « Rugby. Coupe du monde : Castaignède absent de la liste des 30 », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  23. « Video : France 25 3 Irlande Coupe du monde 2007 », www.youtube.com (consulté le 28 décembre 2014).
  24. (en) Lyle Jackson, « Rugby World Cup 2007: France 25-3 Ireland », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  25. (en) Julian Shea, « Rugby World Cup 2007: New Zealand 18-20 France », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  26. (en) James Standley, « Rugby World Cup 2007: England 14-9 France », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  27. « Les essais de Vincent Clerc en championnat en 2007-2008 », sur www.itsrugby.fr (consulté le 27 février 2015).
  28. (en) Phil Harlow, « Scotland 6-27 France », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 27 février 2015).
  29. (en) « France 26-21 Ireland », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 27 février 2015).
  30. a et b Richard Escot, « Clerc, atout trèfle », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  31. « Top 14. Toulouse : Vincent Clerc ressort de l'ombre », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  32. a, b et c « Top 14 : fin de saison pour Vincent Clerc », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  33. « Vincent Clerc bat le record d'essais de Dafydd James », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 11 avril 2011).
  34. (en) « France 20-13 South Africa », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 4 mars 2015).
  35. « Les budgets à la hausse », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  36. « Top 14: Toulouse écrase Bourgoin et se retrouve en demi-finale », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  37. Jean-Paul Couret, « Top 14: le titre pour Toulouse, les honneurs à Montpellier », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  38. « Statistiques du Top 14 2010-2011 de Cédric Heymans », sur www.itsrugby.fr (consulté le 7 janvier 2015).
  39. « Statistiques du Top 14 2010-2011 de Maxime Médard », sur www.itsrugby.fr (consulté le 7 janvier 2015).
  40. « Statistiques du Top 14 2010-2011 de Rupeni Caucaunibuca », sur www.itsrugby.fr (consulté le 7 janvier 2015).
  41. « Statistiques du Top 14 2010-2011 », sur www.itsrugby.fr (consulté le 7 janvier 2015).
  42. « Mondial de rugby : un groupe France sans Chabal, Jauzion ni Poitrenaud », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  43. « Vincent Clerc, le feu sacré », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  44. « XV de France : jusqu'où ira Vincent Clerc ? », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 1er mars 2015).
  45. « Mondial 2011 : battue par les Tonga, la France rejoint les quarts par la petite porte », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  46. (en) Tom Fordyce, « Rugby World Cup 2011: England 12-19 France », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  47. Stéphane Guérard, « Rugby: les Bleus passent au rouge », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ (consulté le 10 mars 2015).
  48. « Rugby : les All Blacks remportent la Coupe du monde », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  49. Stéphane Guérard, « Rugby: Vincent Clerc veut "croire en l'impossible" », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ (consulté le 10 mars 2015).
  50. « Des Bleus convaincants », sur europe1.fr,‎ .
  51. « Vincent Clerc, l'atout réalisme du XV de France », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté en 10 mars2015).
  52. a, b, c et d Florent Cotté, « Vincent Clerc : une ambition très claire », sur www.ledauphine.com, Le Dauphiné libéré,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  53. Xavier Hurtevent, « Vincent Clerc, le rugby dans la peau », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  54. Xavier Hurtevent, « Stade Toulousain : le grand retour de Vincent Clerc contre Zebre », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  55. a et b [PDF]Jean Couderc, « Vincent Clerc : « Être champion du monde est mon but ultime » », sur www.toulouse.aeroport.fr, In Toulouse n.48 - Le Mag de l'aéroport de Toulouse-Blagnac,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  56. « Rugby - Vincent Clerc : "En Coupe d'Europe, il n'y a pas de joker" », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  57. a et b Axel Capron, « Les vieux vous saluent bien ! », sur rugbynews.fr,‎ .
  58. « Top 14: Montpellier brise sa spirale négative en dominant Toulouse », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  59. David Reyrat, « Quels seront les 36 élus de Saint-André ? », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 19 mai 2015).
  60. Adrien Pécout, « Michalak de retour, Lopez écarté, le XV de France en vue de la Coupe du monde dévoilé », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 19 mai 2015).
  61. Alexandre Metivier, « Top 14 : Bordeaux craque, Bayonne descend », sur www.lemonde.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 6 juin 2015).
  62. Agence France-Presse, « Top 14 : Clermont rejoint le Stade Français en finale », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 6 juin 2015).
  63. « Statistiques générales du Top 14 2014-2015 », sur www.lnr.fr, Ligue nationale de rugby,‎ (consulté le 6 juin 2015).
  64. Fabien Taccard-Blanchin, « Champions Cup - Toulouse, Saracens, Ulster, Oyonnax: Présentation de la poule 1 », sur rugbyrama.fr,‎
  65. « EN DIRECT / LIVE. Bordeaux-Bègles - Toulouse - Top 14 - 24 octobre 2015 », sur Rugbyrama,‎ (consulté le 4 novembre 2015).
  66. « EN DIRECT / LIVE. Toulouse - La Rochelle - Top 14 - 16 octobre 2015 », sur Rugbyrama,‎ (consulté le 4 novembre 2015).
  67. « Joueur du mois Vincent Clerc, inoxydable - Stade Toulousain », sur www.stadetoulousain.fr (consulté le 4 novembre 2015).
  68. a et b Grégory Jouin, « Vincent Clerc, Aurélien Rougerie : les papys flingueurs », sur fr.sports.yahoo.com,‎ (consulté le 5 avril 2016).
  69. « Top 14 : Vincent Clerc vers le Racing 92 ? », sur L'Équipe (consulté le 8 mai 2016).
  70. WT, « Stade toulousain : pourquoi Clerc est sur le départ », sur rmcsport.bfmtv.com,‎ (consulté le 8 mai 2016).
  71. Julien Carrere, « Top 14, transfert - Toulouse: Maxime Médard est « agacé » … », sur Rugbyrama,‎ (consulté le 8 mai 2016).
  72. Pierre Jean Gonzalez, « Clément Poitrenaud en partance pour les USA », sur toulouseinfos.fr,‎ (consulté le 8 mai 2016).
  73. « Vincent Clerc confirme son départ du Stade Toulousain », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  74. Ivan Petros, « Top 14 - Transfert : Vincent Clerc à Toulon, c'est maintenant bien une réalité », sur rugbyrama.fr,‎
  75. a et b « Vincent Clerc », sur www.ffr.fr, Fédération française de rugby à XV (consulté le 6 juin 2015).
  76. « Vincent Clerc », sur ://www.lerugbynistere.fr (consulté le 13 mars 2015).
  77. toufou, « PARIS SEVENS 2005: Les BLEUS CHAMPIONS !!! », sur www.les-bleus-sevens.com, Fédération française de rugby à XV (consulté le 27 décembre 2014).
  78. « Vincent Clerc », sur www.epcrugby.com, EPCR (consulté le 5 avril 2016).
  79. a, b, c, d et e « Rugby: l'inoxydable Vincent Clerc », sur www.20minutes.fr,‎ (consulté le 26 décembre 2014).
  80. (en) « Serge Blanco », sur www.epsnscrum.com, ESPN (consulté le 26 décembre 2014).
  81. Jean-Marie Llense, « L'incomparable Guy Novès », sur http://www.01men.com,‎ (consulté le 24 mai 2010).
  82. « Toulouse : Novès, grand-père attentionné », sur http://www.01men.com,‎ (consulté le 15 janvier 2011).
  83. a, b et c Fabienne Broucaret, « Rugby : notre interview de Vincent Clerc », sur www.elle.fr, Elle,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  84. Matthieu Gherardi, « XV de France : Vincent... Clerc, net et précis », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  85. « Stade Toulousain - Toulon : les duels de la finale », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 13 mars 2015).
  86. Angelina Lacroix, « Annonce des lauréats des Prix ERC15 », sur http://www.ercrugby.com,‎ (consulté le 17 mai 2010).
  87. (en) Tom Hamilton, « ESPNscrum's RWC 2011 Team of the Tournament », sur www.espnscrum.com, ESPN,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  88. X. T., « Vincent Clerc: « Je n'ai pas vu passer l'année » », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  89. Michel Jammet, « Oscar Midi-Olympique. Retour gagnant pour Vincent Clerc », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  90. Sylvain Labbé, « Rugby : Parra, Dusautoir, Clerc… Top 5 des salaires des joueurs français ! », sur www.le10sport.com,‎ (consulté le 19 décembre 2014).
  91. rugbyclub, « Vincent Clerc en vedette dans Paris Match », sur rugbyclub.wordpress.com,‎ (consulté le 19 décembre 2014).
  92. « Vincent Clerc : l'atout charme de l'équipe de France de rugby », sur www.femmeactuelle.fr, Femme actuelle,‎ (consulté le 2 mars 2015).
  93. « Site officiel de Vincent Clerc, rubrique Mes Partenaires », sur Site officiel de Vincent Clerc (consulté le 19 décembre 2014).
  94. Jessica Sinnan, « Vincent Clerc : rugby, gloire et beauté », sur www.journaldesfemmes.com,‎ (consulté le 27 décembre 2014).
  95. Jérôme Desmas, « Vincent Clerc pour Sothys », sur www.linternaute.com, L'Internaute,‎ (consulté le 19 décembre 2014).
  96. Emilie Rabottin, « Vincent Clerc le rugbyman sexy égérie de soins pour homme », sur www.plurielles.fr, TF1,‎ (consulté le 1er octobre 2015).
  97. « Laurence Dumont : Vincent Clerc égérie de la gamme Bleu & Noir for men ! », sur www.meltystyle.fr, Melty,‎ (consulté le 1er octobre 2015).
  98. Alexandre Bailleul, « Vincent Clerc nouvel Ambassadeur Pétrole Hahn », sur www.sportbuzzbusiness.fr,‎ (consulté le 19 décembre 2014).
  99. Delphine Byrka, « Vincent Clerc. Eloïse n'en fait qu'une bouchée », sur rugbyclub.wordpress.com, Paris Match,‎ du 1er au 7 mars 2012 (consulté le 19 décembre 2014).
  100. Xavier Hurtevent, « Vincent Clerc, le rugby dans la peau », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  101. David Reyrat, « Stade Toulousain : la guerre est déclarée », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 19 décembre 2014).
  102. Sylvain Labbé, « Clerc défend son intégrité à Toulouse », sur www.rugbynews.fr,‎ (consulté le 19 décembre 2014).
  103. Benjamin Lacombe, « Vincent Clerc consultant pour la Coupe du monde de rugby », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 5 avril 2016).
  104. « Dessine-moi une maison », sur site officiel de Vincent Clerc (consulté le 28 décembre 2014).
  105. « L'Union. Vincent Clerc pour les enfants hospitalisés », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 28 décembre 2014).
  106. « Notre équipe », sur site officiel www.entendrelemonde.org (consulté le 28 décembre 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 12 mai 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.