Classement World Rugby des équipes nationales de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le classement World Rugby des équipes nationales de rugby à XV est un classement créé par World Rugby (quand il s'appelait encore IRB pour International Rugby Board) qui permet de comparer les performances des équipes nationales masculines de rugby à XV. Il a été publié pour la première fois le , au début de la Coupe du monde, mais ce premier classement prenait en compte tous les résultats depuis 1871. Seules l'Angleterre, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud ont déjà été en tête de ce classement.

Premiers du
classement World Rugby

Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV Équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV Équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV Équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV Équipe d'Angleterre de rugby à XV Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV Équipe d'Angleterre de rugby à XV

Principes[modifier | modifier le code]

Le classement est fondé sur un système d'échange de points. Après chaque match international, l'équipe gagnante prend des points à l'équipe perdante. Le nombre de points échangés dépend de la différence de points entre les deux équipes au début du match : il est plus important si l'équipe la moins bien classée remporte le match. Cependant, il est plafonné et varie entre 0 et 2.

Les victoires par plus de 15 points d'écart augmentent le nombre de points échangés de 50 % et les matchs de phase finale de Coupe du monde valent double. Tous les autres matchs internationaux sont traités de la même manière, qu’il s’agisse de matchs de compétitions internationales ou de matchs amicaux. Par ailleurs, l'avantage de jouer à domicile est également pris en compte.

Toutes les nations ont un nombre de points compris entre 0 et 100, celui de l'équipe classée en tête étant habituellement supérieur à 90.

Historique[modifier | modifier le code]

Le classement a été publié pour la première fois le 13 octobre 2003, au début de la Coupe du monde. À l'époque, l'Angleterre, en tête avec 89,95 points, devance de très peu la Nouvelle-Zélande (89,80 points). L'Australie, troisième, est loin derrière avec 84,76 points. La victoire de la Nouvelle-Zélande en quart de finale face à l'Afrique du Sud, pendant que l'Angleterre ne gagne aucun point en battant le pays de Galles, lui permet de prendre la tête mais sa défaite la semaine suivante laisse au XV de la Rose, finalement vainqueur de cette Coupe du monde, la première place pendant plusieurs mois.

En juin 2004, les Néo-Zélandais reprennent la tête du classement en battant deux fois de suite les Anglais à domicile, 36 à 3 à Dunedin puis 36 à 12 à Auckland. Ils ne la quittent plus jusqu'à la Coupe du monde 2007. L'Afrique du Sud s'empare de la première place après sa victoire face à l'Angleterre en finale et la garde jusqu'au Tri-nations suivant. En effet, lors du premier match en juillet de l'édition 2008, les Néo-Zélandais battent les Sud-Africains à Wellington et les dépassent au classement. La revanche 30 à 28 la semaine suivante à Dunedin rend la place de leader aux Springboks, mais les Blacks s'imposent au Cap le 16 août et remontent sur la plus haute marche pour une année.

Lors du Tri-nations 2009, l'Afrique du Sud devance à nouveau la Nouvelle-Zélande après sa victoire à Durban le 3 août. Sa victoire dans ce tournoi lui permet de conserver la tête du classement mais les défaites en France et en Irlande en novembre 2009, combinées aux victoires des All Blacks en Australie, au pays de Galles, en Angleterre puis en France sur la même période, redonnent la place de no 1 aux Néo-Zélandais le 30 novembre. Ceux-ci remportent la Coupe du monde en 2011 face aux Français 8 à 7 et conservent donc leur place de meilleure équipe du monde, celle-ci étant renforcée par les deux titres consécutifs remportés au Rugby Championship (RC) ainsi que par les bons résultats obtenus lors des tests matches, en 2012 et en 2013.

De fait, les Blacks ne subissent aucune défaite en 2013 ; un nul face aux Wallabies australiens et une défaite aux mains des Boks dans le RC 2014 ; de nouveau une seule défaite contre les Australiens en RC (ceux-ci remportant l'édition écourtée de 2015) ; doublé en passant à la Coupe du monde en Angleterre ; enfin une unique défaite en test de novembre 2016 face à l'Irlande!

Classification des équipes nationales[modifier | modifier le code]

L'International Rugby Board met en place en 2004 un système de classification des équipes nationales en trois niveaux appelés les Tiers[1] : le Tier 1 regroupe les six équipes du Tournoi des Six Nations et les quatre équipes du Rugby Championship ; le Tier 2 regroupe sept des équipes qui se qualifient régulièrement pour la phase finale de la Coupe du monde et ne faisant pas partie du Tier 1 ; le Tier 3 enfin comprend toutes les autres équipes.

Répartition des équipes dans les Tiers
Équipes du Tier 1 Équipes du Tier 2 Équipes du Tier 3

Toutes les autres.

Ce système de répartition est depuis révolu, on retrouve cependant de nombreuses références à cet ancien système dans la nouvelle organisation. En effet, depuis 2008, une nouvelle classification remplace le système des Tiers. Il s'agit d'une classification par bande qui définit les cinq niveaux suivants[2] :

  1. le High Performance Tier 1, qui regroupe les dix pays du Tier 1 ;
  2. le High Performance Tier 2 composé de dix pays du Tier 2[3] ;
  3. le Performance 1 comprenant le Chili, l'Espagne, le Portugal et la Russie ;
  4. le Performance 2 composé de sept pays ciblés à fort potentiel de développement ;
  5. le Development, qui regroupe toutes les autres nations divisées en trois groupes : 15 pays dans le Development 1, 28 dans le Development 2 et 29 dans le Development 3 (pour un total de 72).
Répartition des équipes dans les bandes au 31/12/2015
10 équipes

High performance Tier 1

10 équipes

High performance Tier 2

4 équipes

Performance 1

7 équipes

Performance 2

72 équipes Development

Toutes les autres.

Classement[modifier | modifier le code]

Les listes ci-dessous donnent le classement établi le [4].
Rang Pays +/- Places Points
1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 0 en stagnation 94,78
2 Drapeau : Angleterre Angleterre 0 en stagnation 89,53
3 Drapeau : Australie Australie 0 en stagnation 86,35
4 Drapeau : Irlande Irlande 0 en stagnation 84,66
5 Drapeau : Écosse Écosse 0 en stagnation 82,18
6 Drapeau : France France 2 en augmentation 82,00
7 Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 0 en stagnation 81,79
8 Drapeau : Pays de Galles Galles 2 en diminution 81,36
9 Drapeau : Argentine Argentine 0 en stagnation 79,91
10 Drapeau : Fidji Fidji 0 en stagnation 76,46
11 Drapeau : Japon Japon 0 en stagnation 74,22
12 Drapeau : Géorgie Géorgie 0 en stagnation 72,92
13 Drapeau : Tonga Tonga 0 en stagnation 71,94
14 Drapeau : Samoa Samoa 0 en stagnation 71,25
15 Drapeau : Italie Italie 0 en stagnation 71,17
16 Drapeau : Roumanie Roumanie 0 en stagnation 70,15
17 Drapeau : États-Unis États-Unis 0 en stagnation 66,79
18 Drapeau : Espagne Espagne 0 en stagnation 63,05
19 Drapeau : Namibie Namibie 0 en stagnation 62,78
20 Drapeau : Russie Russie 0 en stagnation 62,40
21 Drapeau : Uruguay Uruguay 0 en stagnation 61,24
22 Drapeau : Canada Canada 0 en stagnation 59,63
23 Drapeau : Kenya Kenya 0 en stagnation 59,28
24 Drapeau : Portugal Portugal 1 en augmentation 58,87
25 Drapeau : Allemagne Allemagne 1 en diminution 58,40
26 Drapeau : Hong Kong Hong Kong 0 en stagnation 56,50
27 Drapeau : Belgique Belgique 0 en stagnation 55,87
28 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 0 en stagnation 55,50
29 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 2 en augmentation 53,98
30 Drapeau : Chili Chili 1 en diminution 53,91

Règle de calcul des points échangés[modifier | modifier le code]

Pour calculer le nombre de points gagnés ou perdus par une équipe après un match, on calcule d'abord , la différence de points qu'elle a avec l'équipe adverse avant le match[5] :

  • si l'équipe joue à domicile,
  • si elle joue à l'extérieur,
  • si le match se joue sur terrain neutre.

Ce nombre est borné entre et (si on a un écart de 13 par exemple ).

Le nombre de points échangés est linéaire selon , et pour le calculer on calcule d'abord un nombre , selon la formule suivante

  • si l'équipe gagne
  • si l'équipe perd
  • s'il y a match nul

Ainsi, en cas de victoire de l'équipe, on a si (victoire surprenante) mais si (victoire prévisible).

De même, en cas de défaite, on a si mais si . Après un match nul, si et si .

Enfin, selon le score et l'importance du match, on prend en compte un coefficient multiplicateur , par lequel on va multiplier pour obtenir le nombre de point échangés. On a:

  • avec une victoire de 15 points ou moins
  • pour une victoire avec plus de 15 points d'écart
  • pour une victoire en coupe du monde, avec 15 points d'écart ou moins
  • pour une victoire en coupe du monde, avec plus de 15 points d'écart

En définitive, le score de l'équipe varie donc de points. À noter que le score de l'équipe adverse variera en revanche de (le calcul est exactement le même, on prend seulement à chaque fois une valeur de et opposée).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (en) « IRB Strategic Plan from », sur www.irb.com, IRB,‎ (consulté le 14 novembre 2013)
  2. (en) « Member Unions Banding Categorisation 2015 », sur www.worldrugby.org, World Rugby (consulté le 28 juillet 2016)
  3. Toutes les équipes pays du High Performance Tier 2 ont participé à au moins une Coupe du monde.
  4. (en) « World Rugby Rankings », sur www.worldrugby.org, World Rugby,‎ (consulté le 21 mars 2017)
  5. (en) « Explication des règles par World Rugby », sur worldrugby.org (consulté le 28 juin 2016).

Lien externe[modifier | modifier le code]