Charles Ollivon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Ollivon

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance (26 ans)
Taille 2,00 m (6 7)
Poste Troisième ligne centre, troisième ligne aile
Carrière en junior
PériodeÉquipe 
Entente de La Nivelle (SPUC rugby)
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2012-2015
2015-
Aviron bayonnais
RC Toulon
33 (20)[1]
38 (45)[1]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2014-Drapeau : France France10 (5)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 7 octobre 2019.

Charles Ollivon, né le à Bayonne, est un joueur international français de rugby à XV qui évolue au poste de troisième ligne centre ou troisième ligne aile au sein de l'effectif du Rugby club toulonnais.

Carrière[modifier | modifier le code]

Originaire de Saint-Pée-sur-Nivelle, Charles Ollivon est formé au SPUC (Saint-Pée union club) dès l'âge de cinq ans. En cadets première année, il joue deuxième ligne dans l'entente de la Nivelle (Saint-Pée, Ascain, Sare et Saint-Jean-de-Luz). L'année suivante, il arrive chez les cadets de l'Aviron bayonnais[3]. Ce jeune Basque est attaché à sa région : il est abonné à l'Aviron bayonnais et socio[4] à la Real Sociedad, avant de devoir renoncer pour se consacrer à son sport[5]. En junior Reichel, il passe au poste de troisième ligne centre[3]. Il devient champion de France Reichel en 2012 et vice-champion de France Espoirs en 2014[6]. Durant cette période, et malgré des prestations remarquées, il n'est pas retenu dans les équipes de jeunes des sélections françaises[6].

Il débute en Top 14 le , face à Bordeaux Bègles[3]. En avril, il connaît une première blessure importante, nécessitant une opération à l'épaule. Il ne délaisse pas ses études : cette année-là, il obtient un BTS MUC (management des unités commerciales)[6]. Durant la saison 2013-2014, il dispute neuf rencontres de Top 14, dont six en tant que titulaire[1]. Il est à nouveau blessé en janvier face à Perpignan[5].

Ses bonnes prestations couplées à ses qualités (puissance, rapidité, anticipation, sens du déplacement) et une bonne agilité des deux mains avec le ballon — qu'il explique par la pratique de la pelote basque durant son enfance[6] — le font remarquer par l'encadrement de l'équipe de France. Yannick Bru, adjoint de Philippe Saint-André vient le superviser au Stade Jean-Dauger lors de la première rencontre de la saison 2014-2015, face à Toulon[5]. Il fait ses débuts en équipe de France lors des rencontres internationales du mois de novembre, d'abord face aux Fidji, puis face à l'Argentine. Initialement retenu dans le groupe de 31 joueurs sélectionnés pour préparer le Tournoi des Six Nations 2015, il doit finalement déclarer forfait, en raison d'une entorse acromio-claviculaire à l'épaule droite, survenue lors d'une rencontre de Challenge européen, face à La Rochelle[7].

Il est lié à l'Aviron bayonnais jusqu'en juin 2017, mais, en 2015, à la suite de la relégation du club basque en Pro D2, il rejoint le Rugby club toulonnais pour trois saisons[8].

Il débute la saison 2016-2017 en marquant un essai dès le premier match, face à son ancien club. Mais il n'empêche pas la victoire de Bayonne sur Toulon (28-23). Le , il signe un nouveau contrat de quatre ans, qui le lie au Rugby club toulonnais jusqu'en juin 2021[9].

Il est gravement bléssé en 2017 sur un plaquage contre le Castres olympique. Il subit une intervention chirugicale pour une fracture de l'omoplate. Il rechute en 2018 lors d'une séance d'entraînement avec son club, le Rugby club toulonnais. Il fait son retour en mars 2019 contre le Montpellier Hérault rugby. Il finit la saison en boulet de canon et sa fin de saison lui vaut un appel du sélectionneur Jacques Brunel pour préparer la coupe du monde au Japon. Alors qu'il est initialement réserviste, l'encadrement de l'équipe décide de l'intégrer dans le groupe définitif à la suite de ce qu'il a pu montré au cours de la préparation[10].

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il honore sa première cape internationale le contre les Fidji, au Stade Vélodrome de Marseille. Il s'ensuit une deuxième le contre l'Argentine, au Stade de France.

En octobre 2016, il est appelé par Guy Novès pour le stage de préparation de la tournée d'automne de l'équipe de France. Tournée pendant laquelle il dispute l'intégralité des trois test matchs (Samoa, Australie et Nouvelle-Zélande). Il marque son premier essai international le au Stadium de Toulouse, contre les Samoa.

En juin 2017, l'encadrement du XV de France l'intègre dans la liste Élite des joueurs protégés par la convention FFR/LNR pour la saison 2017-2018[11].

Touché à la cheville contre le Racing le 2 janvier 2017, il réintègre l'équipe de France pour le match contre l’Irlande le 25 février à Dublin.

Il est appelé en juin 2019 par le sélectionneur Jacques Brunel dans la liste des 37 joueurs pour préparer la coupe du monde de rugby 2019 au Japon.

Il fait son retour en bleu le 17 août 2019 à l’occasion du premier match de préparation du mondial 2019 au Japon contre l’Ecosse à l’Allianz Rivera de Nice. Son excellente prestation lui vaut d'être rappelé pour le match retour à Murrayfield dans le cadre du second match de préparation pour la coupe du monde.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Meilleur troisième ligne centre de la saison 2014-2015 du Top 14, selon L'Équipe[12].

Stastiques[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Liste des essais internationaux de Charles Ollivon au 6 février 2017
Essai Adversaire Lieu Compétition Date Résultat Score
1 Drapeau : Samoa Samoa Stadium de Toulouse Test match 12 novembre 2016 Victoire 52-8

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Fiche de Charles Ollivon », sur itsrugby.fr (consulté le 7 octobre 2019).
  2. (en) « Charles Ollivon », ESPNscrum (consulté le 7 octobre 2019).
  3. a b et c « Charles Ollivon », sur docplayer.fr, 2016 (consulté le 5 mai 2019).
  4. Il y a deux sortes de socios dans le football espagnol. Ceux des quatre clubs historiques (CA Osasuna, FC Barcelone, Athletic Bilbao et Real Madrid) sont les propriétaires du club. Les socios de tous les autres clubs sont les abonnés. « Le système des socios en Espagne », sur docteur-es-sport.fr, 26 mai 2007 (consulté le 4 mai 2019).
  5. a b et c Arnaud Requenna, « Ollivon, la fulgurante ascension », L'Équipe, no 21955,‎ .
  6. a b c et d Denis Gibert, « Pelote basque, patient, musculation, Bleu... voici Charles Ollivon », sur rugbyrama.fr, .
  7. « Ollivon forfait face à l'Ecosse », sur lequipe.fr, .
  8. « Top 14: les Bayonnais Ollivon et Etrillard pour 3 ans à Toulon », sur liberation.fr, .
  9. « Charles Ollivon prolonge jusqu'en 2021 avec Toulon », sur lequipe.fr, 4 novembre 2016 (consulté le 5 mai 2019).
  10. Marc Duzan, « Picamoles in, Lambey et Cros out : les enseignements de la liste de Brunel », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le 2 septembre 2019).
  11. Maxime Gil, « Ntamack, Dupont, Penaud, Picamoles, Lopez... 6 sorties, 21 entrées : voici la nouvelle liste Élite », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 10 juin 2017)
  12. « L'équipe type de la saison régulière », sur lequipe.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]