Pierre Villepreux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Villepreux
Description de l'image Pierre Villepreux.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (73 ans)
à Pompadour (France)
Taille 1,80 m
Position arrière
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1963-1965
1965-1975
CA Brive
Stade toulousain
? (?)
149 (?)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1967-1972 Drapeau : France France 34 (168)
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
1976-1977
1978-1981
1982-1989
1990-1992
1992-1993
1993-1994
1995-1999
Drapeau : France France universitaire
Drapeau : Italie Italie
Stade toulousain
Benetton Trévise
CA Brive
Limoges rugby
Drapeau : France France

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 3 août 2012.

Pierre Villepreux, né le à Pompadour, est un joueur de rugby à XV français, de 1,80 m pour 92 kg. Il a joué en équipe de France où il évolue au poste d'arrière. Il fait partie de l'effectif du Stade toulousain après celui du CA Brive. Il fut ensuite entraîneur, directeur technique, directeur technique national (DTN), professeur certifié puis agrégé d'EPS, Maître de conférences en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), et enfin Professeur des universités en STAPS.

A l'instar de René Deleplace, son père spirituel, il est aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands théoriciens du rugby français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les journalistes britanniques disaient de lui qu'il menait ses attaques comme un fantôme !

Non pas car il était d'une grande discrétion mais car il jaillissait de la ligne des trois-quarts, semblant venir de nulle part, pour décaler et envoyer son ailier à l'essai.

Pierre Villepreux a longtemps symbolisé l'arrière « intercalé » (titre de son autobiographie parue en 2011), ce principe ayant permis de dépoussiérer les schémas offensifs standards appliqués jusqu'alors.

Le numéro XV devenait autre chose que le dernier rempart. Une révolution pour l'époque...

Le joueur corrézien possédait également un coup de pied phénoménal qui lui permettait de tenter et de réussir des pénalités de plus de 50 mètres. Il était considéré à l'époque comme le plus grand arrière de tous les temps.

Finaliste du championnat de France avec le Stade toulousain en 1969 et vainqueur du Grand Chelem en 1968, il est aujourd'hui davantage reconnu pour sa carrière d'entraîneur.

Il obtient l'Oscar du Midi olympique en 1970, en est second en 1972 et reçoit le Prix Henry Deutsch de la Meurthe de l'Académie des sports en 1970.

A son retour de Polynésie française, il effectue une dernière pige au Stade toulousain lors de la saison 1977-78.

Il débute la saison avec l'équipe réserve, mais l'absence d'un buteur fiable qui fait cruellement défaut en équipe première et d'un demi-d'ouverture de haut niveau, vont accélérer son retour en équipe fanion en fin de saison.

Profitant de la blessure de Christian Massat, il réintègre l'équipe première à domicile le 12 février 1978 contre Aurillac au stade des Sept Deniers rebaptisé depuis Ernest Wallon.

Il retrouve ses jambes d'antan et, après une percée dans son style caractéristique, il est à l'origine de l'essai de la victoire marqué à la dernière minute, ratant de peu la transformation en coin.

Il ne quittera plus l'équipe première jusqu'à la fin de la saison.

Par-là même, il participe à la victoire des siens en quart de finale du championnat contre le Stade Bagnérais qui fit une première mi-temps tonitruante. Les Rouge et Noir sont complètement dépassés et les avants outrageusement dominés...

Mais au retour des vestiaires, Pierre Villepreux prend les choses en main et promène Jean-Michel Aguirre grâce à son jeu au pied.

Ce dernier, durement éprouvé sur un plaquage de Guy Novès à la réception d'une chandelle bien dosée de son ouvreur, termine la partie diminué. En fin de carrière, le pilier basque Marc Etcheverry n'est plus aussi fringant.

Les toulousains s'imposent sur le fil après un essai de Guy Novès. Pierre Villepreux marque 11 des 18 points de son équipe.

En demi-finale, Toulouse ne perd que de 3 points devant « l'ogre bitterois » de l'AS Béziers de Michel Palmier, Alain Estève et Armand Vaquerin. Pierre Villepreux marque encore 5 des 9 points de son équipe.

En réalité, cette défaite sonne le renouveau stadiste. Pierre Villepreux y a largement contribué.

De 1982 à 1989, avec Jean-Claude Skréla à partir de 1983, il entraîne le Stade toulousain de la génération de Serge Lairle et des frères Portolan. Les résultats ne se font pas  : 3 boucliers de Bennus prennent la direction de la Ville rose et de sa place du Capitole en 1985, 1986 et 1989.

Sur leur lancée en 1991, les toulousains atteignent la finale du championnat de France et s'inclinent devant les béglais de Vincent Moscato et Serge Simon.

Dant les années 1990, Pierre Villepreux rédige les chroniques rugbystiques dans les colonnes du quotidien Libération et dans les années 2000 participe en tant que consultant à l'émission Jour de rugby sur Canal +.

Après avoir été directeur technique du club italien de Benetton Trévise de 1991 à 1993, il retrouve Jean-Claude Skréla en équipe de France qu'ils conduisent en finale de la Coupe du monde de rugby 1999 ainsi qu'à deux Grand Chelem en 1997 et 1998.

En 1989, il fut sollicité par la Fédération anglaise pour diriger quelques entraînements du XV de la Rose lors d'un stage au Portugal. Cette coopération, qui se poursuivit un jour par semaine lors du tournoi suivant, suscita la polémique. Alors sélectionneur de l'équipe de France, Jacques Fouroux n'hésita pas à la qualifier de trahison[1].

En 2003, l'International Rugby Board le charge d'élever le niveau de jeu des pays européens de second rang, tels la Roumanie, la Géorgie, l'Espagne ou le Portugal, pour le faire tendre vers celui des équipes du tournoi des VI Nations.

Il est nommé directeur technique national (DTN) en 1999[2]. Il occupe ce poste jusqu'en janvier 2004. Jean-Claude Skrela lui succède.

Il est ensuite mandaté pour conseiller l'International Board en matière de règlementation et de développement du rugby féminin.

Maître de conférences puis Professeur des universités en STAPS, Pierre Villepreux enseigne au centre de droit et d'économie du sport de l'Université de Limoges.

Palmarès joueur[modifier | modifier le code]

Équipe internationale[modifier | modifier le code]

  • Trois sélections avec les Barbarians britanniques, dont il fut même capitaine.
  • 1 sélection dans l'équipe du « Reste du monde » pour les 100 ans de la RFU (Home Union anglaise) en 1971 (titulaire au poste d'arrière de la President's Overseas XV vainqueur de l'Angleterre (28-11) à Twickenham, Jo Maso étant l'autre français de l'équipe[3]).

Équipe de France[modifier | modifier le code]

  • 34 sélections en équipe de France de 1967 à 1972, une seule fois capitaine.
  • 168 points inscrits, 2 essais, 29 transformations, 1 drop et 33 pénalités.
  • Sélections par année : 4 en 1967, 6 en 1968, 5 en 1969, 5 en 1970, 7 en 1971, 7 en 1972.
  • Tournois des cinq nations disputés : 1967, 1968, 1969, 1970, 1971, 1972.
  • Grand Chelem en 1968.
  • Tournoi des V Nations en 1967 et 1970.
  • Tournées en Nouvelle-Zélande en 1968, en Afrique du Sud en 1971 et en Australie en 1972.

En club[modifier | modifier le code]

  • Finaliste du Championnat de France avec Toulouse en 1969.
  • Finaliste du Championnat de France avec Brive en 1965.
  • Finaliste du Challenge Yves du Manoir avec Toulouse en 1971.
  • Vainqueur du Challenge Béguère en 1968, 1969 et 1972.

Palmarès d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Équipe de France[modifier | modifier le code]

  • Grand Chelem en 1997 et 1998.
  • Vice-champion du Monde en 1999.

Il la dirige conjointement avec Jean-Claude Skrela de 1996 à 1999.

Équipe d'Italie[modifier | modifier le code]

  • Finaliste des Jeux Méditerranéens en 1979.

Il la dirige de 1978 à 1981.

Équipe d'Angleterre[modifier | modifier le code]

  • Consultant lors du stage effectué au Portugal en 1989.

Club[modifier | modifier le code]

Stade Toulousain[modifier | modifier le code]

  • Champion de France en 1985, 1986 et 1989.
  • Challenge Yves-Du-Manoir en 1988.
  • Finaliste de la Coupe de France en 1985.

Avec Jean-Claude Skrela.

Benetton Trévise[modifier | modifier le code]

  • Champion d'Italie en 1992.
  • Vice-champion d'Italie en 1991.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le rugby. Éditions Denoël, Paris, 1991.
  • Formation au rugby de mouvement. Éditions Cépaduès, Toulouse, 1993.
  • Le rugby à XV - les règles, la technique, la pratique. Éditions Milan, Paris, 1995.
  • Passes croisées entre rugby et management. Éditions du Management, Paris, 1995.
  • Le rugby entre ciel et grenat - exposition du 24 octobre 1996 au 31 janvier 1997. Bourgoin-Jallieu, 1997.
  • Le rugby de haut niveau : actes du colloque de Saint-Étienne du 10 octobre 1997. Éditions Cépaduès, Toulouse, 1998.
  • Envoyez du jeu ! : le management du changement à l'école du rugby. Éditions du Village mondial, Paris, 2004.
  • Rugby : Le jeu, les joueurs, les entraîneurs - Évolution, apprentissage. Éditions Vigot, Paris, 2007.
  • L'esprit rugby. Éditions du Village Mondial, Paris, 2007.
  • Intercalé (son autobiographie). Éditions Hugo & Cie, Paris, janvier 2011.
  • Pierre Villepreux se raconte : paroles d'expert. La Dépêche du Midi, p. 28, Toulouse, 27 février 2011.
  • Hommage à René Deleplace. Rugbyrama, Paris, chronique du 21 janvier 2010.
  • P. Villepreux, B. Singer. Vers une formalisation de l'analyse sémantique de matches en sports collectifs. Application au rugby à XV. Revue Mathématiques et Sciences Humaines, tome 114, pp. 19-33, Paris, 1991.
  • B. Singer, P. Villepreux. ''Theory of games and team games: a new approach as well theoretical as practical for the design of simulation systems.'' Proceedings of the 12th International Conference on Computer Science, pp. 254-258, Wroclaw, Poland, 1994.
  • B. Singer, P. Villepreux. The RUGBY expert system, or how we should have played in rugby games. Proceedings of the first International Conference on Computer Application to Sport, pp. 15-16, Natanya, Israël, 1992.
  • B. Singer, P. Villepreux et al. RUGBY, ou comment il aurait fallu jouer. Actes des IVèmes journées nationales de l'ACAPS, pp. 118-119, Lille, 1991.
  • Entraînement pour un rugby moderne. Conférence invitée. Actes des IIIèmes journées nationales de l'ACAPS, p. 127, Poitiers, 1989.
  • Débat avec Herrero, Quilis et Barrière. Actes du stage international de Marciac 1988, pp. 100-106, Éditions AEEPS, Paris, 1989.
  • Disponibilité du joueur. Actes du stage international de Marciac 1988, pp. 107-120, Éditions AEEPS, Paris, 1989.
  • Rugby de mouvement et disponibilité du joueur. Mémoire en vue de l'obtention du diplôme de l'INSEP, Paris, 1987.
  • Jeu des lignes arrières. Communication privée, Toulouse, septembre 1985.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, La Martinière, (ISBN 9782732445281).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]