Pierre Villepreux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Villepreux
Description de l'image Pierre Villepreux.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (71 ans)
à Pompadour (France)
Taille 1,8 m (5 11)
Position arrière
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1963-1965
1965-1975
CA Brive
Stade toulousain
? (?)
149 (?)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1967-1972 Drapeau : France France 34 (168)
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
1976-1977
1978-1981
1982-1989
1989
1990-1992
1992-1993
1993-1994
1995-1999
Drapeau : France France universitaire
Drapeau : Italie Italie
Stade toulousain
Drapeau : Angleterre Angleterre
Benetton Trévise
CA Brive
Limoges rugby
Drapeau : France France

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 3 août 2012.

Pierre Villepreux, né le à Pompadour, est un joueur de rugby à XV français, de 1,80 m pour 92 kg. Il a joué en équipe de France et il a évolué au poste d'arrière. Il a fait partie de l'effectif du Stade toulousain après celui du CA Brive. Il a été éducateur, et entraîneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les journalistes britanniques diront de lui qu'il menait ses actions offensives comme un fantôme ! Non parce qu'il était d'une discrétion extrême, mais plutôt car il jaillissait dans la ligne de trois-quarts, semblant venir de nulle part, pour décaler et envoyer son ailier à l'essai. Le joueur corrézien a symbolisé le principe de l'arrière intercalé, chamboulant les schémas classiques de l'attaque. Le numéro quinze devenait autre chose que le dernier rempart. Une révolution pour l'époque...

Villepreux possédait également un coup de pied phénoménal qui lui permettait de réussir des pénalités de plus de 50 mètres. Il était, à l'époque, considéré comme le plus grand arrière de tous les temps.

Finaliste du championnat de France avec le Stade toulousain en 1969, et vainqueur du Grand Chelem en 1968, il est plus connu pour sa carrière d'entraîneur.

Il obtint l'Oscar du Midi olympique (meilleur joueur français du championnat) en 1970, en fut second en 1972, et fut aussi lauréat du Prix Henry Deutsch de la Meurthe de l'Académie des sports en 1970 (fait sportif pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité).

Après son départ pour Tahiti, il effectue une dernière pige lors de la saison 1977-78. Il la débute avec la seconde équipe réserve mais l'absence de buteur en équipe fanion et d'un demi d'ouverture de bon niveau, vont précipiter son retour en équipe première en fin de saison. Il revient en équipe fanion le 12 février 1978 contre Aurillac au stade Ernest Wallon, à la suite d'une blessure de Massat. Il retrouve toutes ses jambes et à la suite d'une percée sur le petit côté dans son style caractéristique, il amène directement le dernier essai de l'ailier Maurel à la dernière minute, ratant de peu la transformation du bord de la touche. Il ne quittera plus l'équipe fanion jusqu'à la fin de la saison. Ainsi, il contribuera personnellement à la victoire du stade en 1/4 de finale sur l'équipe du Stade Bagnérais. Cette dernière fait sur le stade Armendie d'Agen une tonitruante première mi-temps. Les rouges et noirs sont dépassés et les avants dominés outrageusement. Mais Villepreux va s'attacher à distribuer le jeu, promenant Jean-Michel Aguirre avec ses coups de pieds au cordeau. Ce dernier « caramélisé » par Guy Novès à la suite d'une chandelle parfaitement dosée de son ouvreur, terminera la partie terriblement diminué. Le pilier Marc Etcheverry en fin de carrière n'est plus aussi fringant. Le stade s'impose sur le fil après un essai de Guy Novès. Villepreux marquera 11 des 18 points de son équipe. Le stade ne s'inclinera que de 3 petits points devant la grande AS Béziers en 1/2 finale. Villepreux y marquera encore 5 des 9 points des rouges et noirs. Ce résultat, le meilleur depuis une éternité, est annonciateur du renouveau du stade toulousain. Villepreux y apporté largement sa part.

De 1982 à 1989, il entraîne le Stade toulousain (avec Jean-Claude Skrela depuis 1983), club avec lequel il est champion de France en 1985, 1986 et 1989.

Dans les années 1980 et 90 il écrit des chroniques dans les colonnes du journal Libération et fait un bref passage comme consultant sur Canal plus.

Après avoir été directeur technique national en Italie, il retrouve Jean-Claude Skrela en équipe de France, équipe qu'ils mèneront à la finale de la Coupe du monde de rugby 1999, ainsi qu'à deux victoires de Grand Chelem 1997 et 1998.

Il fut également entraîneur de l'équipe de France universitaire, conseiller technique promotionnel à Tahiti en 1974-75 (mandaté par la FFR), et directeur technique national du XV italien (dix victoires, un nul, quinze défaites)... Il dirigea même le stage du XV anglais au Portugal en 1989, avant la victoire de ces derniers sur la France dans l'édition suivante du tournoi des cinq nations .

En 2003 l'International Rugby Board le charge de coordonner des programmes de développement du rugby en Europe, avec pour but avoué de rehausser le niveau de compétitivité de pays de second rang, comme la Roumanie, l'Espagne, le Portugal et la Géorgie... pour les faire tendre progressivement vers un niveau digne des nations du tournoi des seules six nations.

Il est nommé en 1999 à la tête de la Direction technique nationale de rugby[1]. Il occupe ce poste jusqu'en Janvier 2004. Jean-Claude Skrela lui succède. Il est également mandaté pour conseiller l'International Rugby Board en matière de règlementation internationale du jeu féminin, ainsi que sur son développement propre.

Limougeaud d'adoption, il y poursuit l'écriture et le plaisir de golfer régulièrement.

Palmarès joueur[modifier | modifier le code]

Équipe internationale[modifier | modifier le code]

  • Trois sélections avec les Barbarians britanniques, dont il fut même le capitaine en une occasion
  • 1 sélection dans l'équipe du « reste du monde », pour les 100 ans de la RFU (Home Union anglaise) en avril 1971 (titulaire au poste d'arrière de la President's Overseas XV, équipe d'internationaux vainqueurs de l'Angleterre (28-11) à Twickenham, Jo Maso étant l'autre français titulaire de l'équipe[2]).

Équipe de France[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

  • Finaliste du Championnat de France avec Toulouse en 1969
  • Finaliste du Championnat de France avec Brive en 1965
  • Finaliste du Challenge Yves du Manoir en 1971 avec Toulouse
  • Vainqueur du Challenge Béguère en 1968, 1969 et 1972

Palmarès d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Équipe de France[modifier | modifier le code]

  • Grand Chelem 1997, 1998
  • Finale de Coupe du Monde 1999

(Il la dirige avec Jean-Claude Skrela de 1996 à 1999)

Équipe d'Italie[modifier | modifier le code]

  • Finaliste des Jeux Méditerranéens en 1979 à Split (face à la France)

(Il la dirige de 1978 à 1981)

Équipe d'Angleterre[modifier | modifier le code]

  • Consultant-entraîneur en 1989 (stage au Portugal)

Club[modifier | modifier le code]

Stade Toulousain[modifier | modifier le code]

  • Champion de France avec Toulouse en 1985, 1986 et 1989
  • Challenge Yves-Du-Manoir en 1988
  • Finaliste de la Coupe de France en 1985

Avec Jean-Claude Skrela

Benetton Trévise[modifier | modifier le code]

  • Champion d'Italie en 1992
  • Vice-champion en 1991 (finale des play-off)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il a écrit :

  • Le rugby, éd. Denoël, 1991
  • Formation au rugby de mouvement, éd. Cépaduès, 1993
  • Le rugby à XV - les règles, la technique, la pratique, éd. Milan, 1995
  • "Passes croisées entre rugby et management", avec Vincent Lafon, éd. du Management, 1995
  • Le rugby entre ciel et grenat - exposition Maison Delaunay, 24 octobre 1996-31 janvier 1997, avec Jean Arrouye et Pierre Sansot, éd. Ville de Bourgoin-Jallieu : Musée Victor Charreton, 1996
  • Le rugby de haut niveau : actes du colloque de Saint-Etienne du 10 octobre 1997, avec Fabrice Brochard, éd. Cépaduès, 1998
  • Envoyez du jeu ! : le management du changement à l'école du rugby avec Vincent Lafon, éd. Village mondial, 2004
  • Rugby : Le jeu, les joueurs, les entraîneurs - Evolution, apprentissage, avec Fabrice Brochard et Michel Jeandroz, éd. Vigot, 2007
  • "L'esprit rugby", avec Vincent Lafon, éd. village Mondial, 2007
  • Intercalé (son autobiographie), éd. Hugo & Cie, janvier 2011
  • L'invité de la rédaction Pierre Villepreux se raconte: paroles d'expert, La Dépêche du midi, édition de la Haute-Garonne du dimanche 27 février 2011, p. 28 (pleine page rédactionnelle; P.Villepreux fut d'ailleurs embauché par ce quotidien régional dès son arrivée à Toulouse en 1965, grâce à l'intervention personnelle de René Mauriès)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]