Jacques Brunel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brunel et Jacques Brunel (homonymie).
Jacques Brunel
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Brunel le .
Fiche d'identité
Naissance (64 ans)
à Courrensan (Gers) (France)
Position arrière
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1967-1979
1979-1980
1980-1981
1981-1988
FC Auch
FC Grenoble
US Carcassonne
FC Auch
? (?)
 ? (?)
 ? (?)


Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
1988-1995
1995-1999
1999-2001
2001-2007
2007-2011
2011-2016
2016-2017
2017
2018-
FC Auch
US Colomiers
Section paloise
Drapeau : France France (adjoint)
USA Perpignan
Drapeau : Italie Italie
Bordeaux Bègles (adjoint)
Bordeaux Bègles
Drapeau : France France

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
Dernière mise à jour le 27 décembre 2017.

Jacques Brunel, né le à Courrensan (Gers) , est un joueur de rugby à XV français, qui a ensuite poursuivi une carrière d'entraîneur. Il est nommé sélectionneur du XV de France par Bernard Laporte le 27 décembre 2017, en remplacement de Guy Novès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Brunel est le fils de viticulteurs[1]. Il est formé au FC Auch, où il joue de 1967 à 1979 avec Jacques Gratton. Il passe par le FC Grenoble (saison 1980-1981) et l'US Carcassonne (saison 1981-1983), avant de revenir au FC Auch où il joue de 1983 à 1988[2]. Il évolue au poste d'arrière[3]. Au terme de sa carrière de joueur, il devient entraîneur du club (1988 à 1995).

Il poursuit sa carrière d'entraîneur avec l'US Colomiers de 1995 à 1999[4], où il succède à Jean-Claude Skréla qui a pris en main l'équipe de France, puis à la Section paloise (1999-2001). Avec ces deux clubs, il gagnera le challenge Européen.

Déjà utilisé en tant que consultant par le sélectionneur de l'équipe de France Bernard Laporte[5], il est nommé entraîneur adjoint chargé des avants en 2001, l'encadrement étant également composé de Bernard Viviès qui a la charge des arrières, de l'Anglais David Ellis qui s'occupe de la défense et de l'arbitre Joël Dumé[6]. Il gagne quatre Tournoi des Six Nations, mais l'équipe ne parviendra jamais à franchir le cap des demi-finales en Coupe du Monde.

Il quitte la sélection au lendemain de l'élimination de la France en demi-finale de la Coupe du monde 2007. Après le départ de Philippe Boher de l'USAP[7], il rejoint ce club pour en devenir le manager général[8]. L'encadrement est constitué de Jacques Brunel, assisté de Bernard Goutta, joueur de l'USAP qui met un terme à sa carrière, et de Franck Azéma déjà présent au club en tant qu'entraîneur des arrières. Malgré le départ du président Marcel Dagrénat qui l'avait recruté, il annonce sa volonté de poursuivre[9].

Sa première saison se solde par une quatrième place de la saison régulière du championnat, l'USAP s'inclinant 21 à 7 face à l'ASM Clermont en demi-finale. En coupe d'Europe, le club catalan s'incline en quart de finale face aux London Irish. La saison suivante, l'USAP ne se qualifie pas pour les quart de finale de la coupe d'Europe en terminant troisième de sa poule. Brunel connaît son heure de gloire lorsqu'il mène l'USAP à son premier titre de champion de France de rugby depuis 1955 face à Clermont le sur le score de 22 à 13[10]. La semaine suivant cette finale, Brunel est victime d'une alerte cardiaque[11].

Honoré des Oscar d'Or du meilleur encadrement lors des Oscars du Midi olympique puis désigné meilleur staff du Top 14 lors la Nuit du rugby, le groupe composé de Brunel, Goutta et Azéma prolonge son contrat de deux ans, le liant ainsi jusqu'à au club catalan[12].

De nouveau troisième de sa poule en coupe d'Europe, l'USAP termine à la première place de la phase régulière du championnat, obtenant sa place pour la finale en s'imposant face au Stade toulousain. Comme l'année précédente, l'USAP retrouve Clermont en finale[13]. Clermont, après dix défaites en finale, dont les trois dernières, prend sa revanche et s'impose sur le score de 19 à 6[14].

Lors de cette saison, l'USAP choisit pour la première fois de se délocaliser au stade olympique de Montjuïc, à Barcelone, lors du quart de finale de coupe d'Europe face au Rugby club toulonnais[15], où le club catalan s'impose 29 à 25. Il s'incline ensuite en demi-finale 23 à 7 face aux Anglais de Northampton Saints. En France, le club termine à la neuvième place.

Alignement de deux rangées de joueurs face à face, un arbitre en blanc étant présent en fin d'alignement.
Rencontre Italie-Galles du tournoi 2013.

En , il annonce son départ du club catalan[16] avant d'officialiser, en mai, son engagement en tant qu'entraîneur de l'équipe nationale d'Italie, poste où il succède au Sud-Africain Nick Mallett[17]. Pour son premier tournoi disputé à la tête de la sélection italienne, lors de l'édition 2012, celle-ci termine à la cinquième place, remportant une victoire lors de la dernière journée face à l'Écosse. Lors de l'édition suivante, l'Italie fait mieux en terminant quatrième et remportant deux matchs dans un même tournoi, face à la France et l'Irlande. En 2014, l'Italie termine à la dernière place avec cinq défaites en autant de rencontres.

En , il annonce qu'il ne prolongera avec la sélection italienne au-delà du terme de son contrat en , justifiant sa décision par la phrase : « cinq ans à la tête d'une équipe nationale est un temps suffisant »[18],[19]. Pour l'édition 2015 du tournoi, l'Italie va s'imposer en Écosse et termine cinquième. L'Italie, lors de la coupe du monde, retrouve deux équipes du tournoi, la France et l'Irlande, qui s'imposent toutes les deux. La sélection italienne s'impose face au Canada et la Roumanie pour terminer troisième de cette poule D. Lors de sa dernière campagne à la tête de l'Italie, celle-ci concède cinq défaites et termine à la dernière place du tournoi 2016[20]. Durant son passage, l'Italie dispute 50 rencontres, 11 victoires et 39 défaites[21].

Il rejoint à partir de la saison 2016-2017 l'Union Bordeaux Bègles comme entraîneur des avants[22]. À partir du , suite à la mise en retrait de Raphaël Ibañez, il devient le manager de l'équipe par intérim[23] puis est confirmé à la tête de l'équipe pour la saison saison 2017-2018[24].

Le , il est nommé sélectionneur de l'équipe de France à la place de Guy Novès par le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte[25]. Laporte souhaite que Brunel s’appuie sur un panel de 5 à 6 entraîneurs adjoints issus du Top 14 et qui interviendraient à la pige[26]. Mais à la suite du refus de plusieurs techniciens du Top 14[27], ils choisissent de revenir à un fonctionnement plus traditionnel en espérant mettre en place ce système plus tard[28]. Jean-Baptiste Élissalde est nommé entraîneur des lignes arrières tandis que, pour les avants, les charges sont partagées entre Julien Bonnaire (touche) et Sébastien Bruno (mêlée), entraîneur des avants du Lyon olympique universitaire, libéré par son club durant le Tournoi des Six Nations 2018[28].

Bilan en tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Avec des sélections[modifier | modifier le code]

Année Sélection Tournoi Poste Classement IRB à la fin de l'année Tournoi Coupe du monde
2001 Drapeau : France France Six Nations Avants - 5e
2002 Drapeau : France France Six Nations Avants - Grand Chelem
2003 Drapeau : France France Six Nations Avants 4e 3e Éliminé en demi-finale, 4e
2004 Drapeau : France France Six Nations Avants 5e Grand Chelem
2005 Drapeau : France France Six Nations Avants 3e 2e
2006 Drapeau : France France Six Nations Avants 2e Vainqueur
2007 Drapeau : France France Six Nations Avants 6e Vainqueur Éliminé en demi-finale, 4e
2012 Drapeau : Italie Italie Six Nations Sélectionneur 10e 5e
2013 Drapeau : Italie Italie Six Nations Sélectionneur 13e 4e
2014 Drapeau : Italie Italie Six Nations Sélectionneur 14e 6e
2015 Drapeau : Italie Italie Six Nations Sélectionneur 12e 5e 3e de la poule D
2016 Drapeau : Italie Italie Six Nations Sélectionneur 14e (à son départ) 6e
2018 Drapeau : France France Six Nations Sélectionneur 4e

Avec des clubs[modifier | modifier le code]

Saison Club Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge européen
1988-1989 Drapeau : France FC Auch 1e division Entraîneur 4e de la poule F - -
1989-1990 Drapeau : France FC Auch 1e division Entraîneur Éliminé en 1/8e de finale - -
1990-1991 Drapeau : France FC Auch 1e division Entraîneur Éliminé en 1/8e de finale - -
1991-1992 Drapeau : France FC Auch Groupe A Entraîneur Éliminé en 1/16e de finale - -
1992-1993 Drapeau : France FC Auch Groupe A Entraîneur 5e de la poule 1 - -
1993-1994 Drapeau : France FC Auch Groupe A Entraîneur 4e de la poule 2 du Top 16 - -
1994-1995 Drapeau : France FC Auch Groupe A Entraîneur 5e de la poule 1 - -
1995-1996 Drapeau : France US Colomiers Groupe A1 Entraîneur Éliminé en 1/8e de finale - -
1996-1997 Drapeau : France US Colomiers 1e division Entraîneur Éliminé en quart-de-finale - -
1997-1998 Drapeau : France US Colomiers 1e division Entraîneur Éliminé en demi-finale - Vainqueur
1998-1999 Drapeau : France US Colomiers 1e division Entraîneur Éliminé en quart-de-finale Défaite en finale -
1999-2000 Drapeau : France Section paloise 1e division Entraîneur Éliminé en demi-finale - Vainqueur
2000-2001 Drapeau : France Section paloise 1e division Entraîneur 8e du Groupe 1 Éliminé en quart-de-finale -
2007-2008 Drapeau : France USA Perpignan Top 14 Manager Éliminé en demi-finale Éliminé en quart-de-finale -
2008-2009 Drapeau : France USA Perpignan Top 14 Manager Champion de France Éliminé en poule -
2009-2010 Drapeau : France USA Perpignan Top 14 Manager Défaite en finale Éliminé en poule -
2010-2011 Drapeau : France USA Perpignan Top 14 Manager 9e Éliminé en demi-finale -
2016-2017 Drapeau : France Union Bordeaux Bègles Top 14 Avants 11e Éliminé en poule -
2017-2018[Note 1] Drapeau : France Union Bordeaux Bègles Top 14 Manager 8e (à son départ) - 2e de poule (à son départ)

Palmarès[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jusqu'au 31 décembre 2017.
  1. David Reyrat, « Jacques Brunel, opération survie », Le Figaro Magazine, semaine du 16 février 2018, pages 20-21.
  2. L'Équipe, 4 février 2013, p. 4.
  3. Philippe Lauga, « Jacques Brunel, l'arrière mué en avant », sur ladepeche.fr, .
  4. C.A., « Jacques Brunel part à Pau mais personne ne l'oublie à Colomiers », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 21 mai 2015).
  5. « Laporte ratisse large », sur ladepeche.fr, .
  6. Bertrand Bourgeault, « Un staff de pros autour de Laporte », sur leparisien.fr, .
  7. « USAP: Brunel pour remplacer Boher? », sur ladepeche.fr, .
  8. « L'Usap mise sur Brunel et Goutta », sur sports.fr, .
  9. « Usap : Brunel reste », sur rugbyrama.fr (consulté le 14 août 2016).
  10. « Perpignan sacré champion de France de Rugby », sur lexpress.fr, .
  11. « USAP : l'entraîneur Jacques Brunel hospitalisé pour une alerte cardiaque », sur 14 juin 2009.
  12. « Brunel prolonge à l'Usap », sur europe1.fr, .
  13. « Les meilleurs ennemis », sur rugbyrama.fr, .
  14. « Clermont brise la malédiction et remporte le Bouclier de Brennus », sur lemonde.fr, .
  15. « Que va chercher Perpignan en Espagne ? », sur leparisien.fr, .
  16. « Brunel annonce son départ », sur lequipe.fr, .
  17. "Italie : C'est officiel pour Brunel", rugbyrama.com, 3 mai 2011.
  18. Clément Suman, « Jacques Brunel ne prolonge pas, Mathew Tait à l'Aviron Bayonnais », sur lerugbynistere.fr, .
  19. Sylvain Labbe, « Italie: Brunel jusqu'en 2016, et basta ! », sur sports.fr, .
  20. « 6 NATIONS - Triste fin de règne pour Jacques Brunel à la tête de l'Italie », sur rugbyrama.fr, .
  21. (en) « Italy : between 4 Feb 2012 and 19 Mar 2016 », sur espn.co.uk (consulté le 13 août 2016).
  22. « Top 14 : Jacques Brunel entraîneur des avants de l'Union Bordeaux-Bègles », sur lequipe.fr,
  23. « Bordeaux-Bègles: sans Ibanez, le staff se réorganise », sur rmcsport.bfmtv.com, RMC Sport, (consulté le 14 mars 2017)
  24. http://www.sudouest.fr/2017/04/08/union-bordeaux-begles-brunel-sera-le-manager-la-saison-prochaine-3350051-773.php
  25. « XV de France: Brunel nouveau patron, du flou pour le staff », sur rmcsport.bfmtv.com, RMC Sport, (consulté le 27 décembre 2017)
  26. « XV de France : Laporte nomme Brunel épaulé d’un pool d’adjoints », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 28 décembre 2017)
  27. « XV de France : le pool d’adjoints va-t-il faire pschitt ? », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 3 janvier 2018)
  28. a et b Pierre-Laurent Gou, « Laporte : "Ce staff me plaît" », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 3 janvier 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :