Serge Blanco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanco.

Serge Blanco

Description de l'image  401 Serge Blanco.jpg.
Fiche d'identité
Naissance 31 août 1958 (1958-08-31) (55 ans)
à Caracas (Venezuela)
Taille 1,83 m (6 0)[1]
Surnom(s) Pelé du rugby[2],'
Position Arrière
Carrière en junior
Période Équipe  
????-1975 Biarritz olympique
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1975-1992
1984-1991
1981-1994
Biarritz olympique
Barbarians
Barbarians français
? (?)
2 (8)[3]
8 (?)[4]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1980-1991 Drapeau : France France 93 (233)[5]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 20 septembre 2009.

Serge Blanco (surnommé le Pelé du rugby), né le 31 août 1958 à Caracas au Venezuela, est un joueur de rugby à XV international français, devenu dirigeant sportif et homme d'affaires. Serge Blanco est considéré par certains comme l'un des meilleurs joueurs français de tous les temps et comme le plus grand joueur de l'histoire du rugby mondial par d'autres. Il compte quatre-vingt-treize sélections en équipe de France, ce qui fait de lui le sixième joueur français le plus capé, dont douze fois à l'aile et quatre-vingt-une fois au poste d'arrière entre 1980 et 1991 — record mondial — et dix-sept fois en tant que capitaine. Il marque trente-huit essais, sixième rang mondial et premier en France.

Serge Blanco est un des acteurs de la victoire française lors de six Tournois des Cinq Nations (1981, 1983, 1986, 1987, 1988, et 1989 — année où il est le meilleur marqueur du Tournoi) dont deux Grand Chelems en 1981 et en 1987. Il remporte également les Jeux méditerranéens en 1979 et 1983, et participe aux tournées en Afrique du Sud en 1980, en Australie en 1981, 1986 et 1990, en Nouvelle-Zélande en 1984, 1986 et 1989, en Argentine en 1985, 1986 et 1988, et aux États-Unis en 1991.

Serge Blanco est le président du Biarritz olympique après avoir été président de la Ligue nationale de rugby, l'organisme gérant les intérêts des clubs de rugby professionnels français.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Serge Blanco naît le 31 août 1958 au Venezuela d'Odette et Pedro Blanco. Sa mère est française d'origine basque alors que son père, officier de police, est vénézuélien. La famille Blanco quitte Caracas en 1960 suite au décès de ce dernier d'un infarctus. Serge Blanco n'a alors que 2 ans lorsqu'il arrive à Biarritz[6]. Si les Blanco ne sont pas pauvres, leur niveau de vie n'est pas confortable non plus et Odette Blanco travaille comme garde-barrière ou vendeuse d'abat-jours pour élever le mieux possible son fils. Celui-ci est scolarisé au Collège Immaculée conception de Biarritz[6], collège tenu par le clergé séculier[7]. Excellent en sport, le jeune Blanco reçoit une proposition pour rejoindre le Football Club de Nantes mais il la refuse, ne souhaitant pas quitter le Pays basque. Il joue donc au rugby à XV et brille dans les catégories de jeunes[6].

En 1980, Serge Blanco épouse Liliane Drille et un an plus tard, un premier enfant naît de leur union, Sébastien. Il est suivi par Stephan, deux ans plus tard[6].

En août 1992, la mère de Serge, Odette Blanco, décède des suites d'une longue maladie[8].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Il débute en 1974 à Saint-Jean-de-Luz, avant de rejoindre le Biarritz olympique. Sa fidélité au club basque jusqu'à la fin de sa carrière lui vaut un palmarès en club pauvre. C'est également le cas de Patrice Lagisquet jouant sous les couleurs de l'Aviron bayonnais, « l'ennemi juré ». En effet, hormis une place en finale de championnat perdue contre le Rugby club toulonnais en 1992 lors de son dernier match de championnat, une victoire dans le Challenge Antoine Béguère en 1991 et deux autres places de finaliste — l'une dans le Challenge Yves du Manoir en 1989 et l'autre dans le Challenge Antoine Béguère en 1979 — son club n'obtient alors que peu de résultats, malgré le niveau de jeu si brillant du joueur.

En 1988-1989, le Biarritz olympique de Serge Blanco, Pascal Ondarts, est relégué en groupe B[9]. Il perd en demi-finale de groupe B contre la Section paloise au Parc des Sports de Saint Léon à Bayonne. Il parvient en finale du Challenge Yves du Manoir et s'incline 19-12 contre le Racing club de Narbonne. En septembre 1990, Serge Blanco et ses coéquipiers se déplacent à Perpignan[10] en phase de poule d'un championnat à 80 clubs où l'on retrouve également le Stade toulousain, Orthez, Coarraze-Nay ou Béziers.

Serge Blanco cumule également huit sélections chez les Barbarians français[4] et c'est avec cette équipe qu'il dispute son dernier match officiel le 31 octobre 1992[11],[12] contre les Springboks[Note 1] au Stadium Nord Lille Métropole.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Débuts en équipe de France, premier tournoi et Grand chelem 1980-1981[modifier | modifier le code]

Lors de la tournée de l'équipe de France en Afrique du Sud en 1980, Serge Blanco est retenu dans le groupe alors que Serge Gabernet et Jean-Michel Aguirre occupent le poste d'arrière du XV de France lors du tournoi des cinq nations 1980. Pour sa première sélection contre les Springboks, il encaisse cinq essais comme dernier défenseur[5]. Sont également retenus pour la première fois Jean-Paul Wolf, jeune pilier de 20 ans et un jour, qui n'a joué que cinq matchs de championnat au plus haut niveau avec l'AS Béziers[13], Jean-Pierre Élissalde, Pierre Lacans et Laurent Pardo[5]. Seul Serge Blanco aura une longue carrière internationale. Il est à l'origine du seul essai français de la rencontre[14]. La France rencontre quinze jours plus tard l'équipe de Roumanie à Bucarest. Le capitaine et demi de mêlée roumain s'appelle Mircea Paraschiv, le buteur et centre Ion Constantin, un troisième ligne aile Florică Murariu. Ces noms ont été oubliés ; pourtant, dans les années 1960 et 1970, la Roumanie est une solide formation internationale de rugby à XV qui gagne contre la France en 1974 et 1976[Note 2]. La France s'incline 15-0 avec un essai transformé, trois coups de pied de pénalité inscrits par les Roumains[Note 3].

En cette fin d'année 1980, alors que l'équipe de France traverse une mauvaise passe (avant-dernière du Tournoi, écrasée en Afrique du Sud, battue par la Roumanie), Jacques Fouroux remplace Élie Pebeyre en tant que patron du comité de sélection[15]. Fouroux bénéficie alors du soutien absolu du président de la Fédération française, Albert Ferrasse, et devient le premier véritable entraîneur-sélectionneur du XV de France[15].

En 1981, Serge Blanco participe pour la première fois au tournoi des cinq nations. Serge Gabernet (Stade toulousain) occupe le poste d'arrière du XV de France à la place de Jean-Michel Aguirre (Stade bagnérais), les hommes forts et expérimentés sont Roland Bertranne[16], qui détient le record de sélections en équipe de France[Note 4], Jean-Pierre Rives (38 sélections) et Robert Paparemborde (37 sélections avant le tournoi), les trois premiers joueurs français à compter deux grands chelems dans leur carrière[17]. Lors du match d'ouverture, la France défait l'Écosse 16-9 avec un premier essai inscrit par Serge Blanco au bout de neuf minutes de jeu[18], suivi d'un second inscrit par Roland Bertranne, contre un pour les Écossais réalisé par John Rutherford. Pour le match contre l'Irlande, les lignes arrières sont modifiées avec Alain Caussade qui remplace Serge Blanco, Guy Laporte Bernard Viviès et Patrick Mesny Didier Codorniou[19]. Serge Blanco et Didier Codorniou, victimes d'une épidémie de grippe[20], retrouvent une place de titulaire pour le match contre les Gallois pour une victoire 19-15, ponctuée d'un seul essai des Bleus de Serge Gabernet[21]. La France se déplace au stade de Twickenham pour affronter les Anglais et obtenir l'attribution du titre et d'un grand chelem. Serge Blanco ne score pas, ce sont Pierre Lacans et Laurent Pardo qui s'illustrent, Guy Laporte ajoute huit points au pied pour une victoire 16-12[22].

En juillet, la France fait une tournée en Australie et Serge Blanco est retenu dans le groupe. C'est l'occasion de tester de nouveaux joueurs ; Alain Lorieux, Dominique Erbani et Laurent Rodriguez font leurs débuts internationaux le 5 juillet 1981 à Brisbane dans une rencontre perdue 17-15[23]. Brendan Moon, Michael O'Connor, Simon Poidevin inscrivent un essai chacun, contre un seul essai français de Patrick Mesny. Lors de la deuxième rencontre, un nouveau capé débute à l'ouverture, Marc Sallefranque, alors que Jean-Luc Averous connaît là sa dernière sélection internationale. Si la France fait jeu égal au nombre d'essais avec deux réalisations de Jean-Pierre Élissalde et Pierre Lacans contre deux de Michael O'Connor et Duncan Hall ; Paul McLean fait la différence au pied pour une victoire australienne 24-14[24]. La France rencontre de nouveau la Roumanie en novembre et s'impose 17-9 avec un essai inscrit par Serge Blanco[25]. Puis, Pierre Berbizier et Daniel Revallier qui ont fait leurs débuts internationaux avec Jacques Fouroux en janvier, rencontrent avec Serge Blanco l'équipe de Nouvelle-Zélande lors de deux test matchs au Parc des Princes. Les All Blacks[Note 5] de Graham Mourie, Andy Dalton et Gary Whetton s'imposent 13-9 et 18-6.

Première période des années Fouroux 1982-1984[modifier | modifier le code]

Forts de leur succès dans le tournoi des cinq nations 1981, Jacques Fouroux et Serge Blanco entament avec confiance le tournoi des cinq nations 1982, avec de nouveaux joueurs pour rencontrer le pays de Galles, le moneinchon Jean-Patrick Lescarboura (deux cent points en équipe de France)[26], le Bayonnais Patrick Perrier et le Toulousain Gérald Martinez qui ne s'imposeront pas sous le maillot bleu (quatre et sept sélections)[27]. Serge Blanco marque le seul essai français, la France s'incline 22-12. Elle perd à domicile contre les Anglais 27-15[28]. Clive Woodward marque un des deux essais anglais, Dusty Hare tous les points au pied (dix-neuf) pour un net succès. L'Écosse, qui pose toujours des problèmes à l'équipe de France de Serge Blanco et qui l'emporte toujours à domicile[Note 6], domine les Bleus 16-7[29]. La France parvient à sauver l'honneur contre les Irlandais de Phil Orr, John O'Driscoll et Michael Kiernan (tous les trois authentiques Lions) en l'emportant 22-9 avec un essai et deux pénalités de Serge Blanco[30]. Le quinze de France rechute aussitôt contre la Roumanie 13-9[31] avec les débuts internationaux de Didier Camberabero, Pierre Chadebech, Jean Condom, Patrick Estève et Philippe Sella. Lors de ce tournoi, Serge Blanco, comme le plus souvent depuis ses débuts internationaux, est utilisé au poste d'ailier, le poste d'arrière étant occupé par Marc Sallefranque lors des trois premiers matchs et Serge Gabernet contre l'Irlande[32]. En automne, il occupe le poste d'arrière lors d'une défaite en Roumanie sur le score de 13 à 9[32]. La France reçoit par la suite l'Argentine d'Hugo Porta et Marcelo Loffreda. Les Français l'emportent 25-12 et 13-6, avec un essai par match inscrit par Serge Blanco. L'arrière du Biarritz olympique est désigné Meilleur joueur français en fin d'année pour la première fois (Oscar du Midi olympique).

En 1983, Jacques Fouroux et Serge Blanco entament bien le tournoi des cinq nations 1983, en l'emportant avec la manière en Angleterre 19-15[33] avec trois essais de Patrick Estève, Robert Paparemborde et Philippe Sella contre aucun au XV de la Rose. L'Écosse est un adversaire difficile au Parc des Princes pour une victoire bleue 19-15[34]. Le match suivant voit les verts Irlandais s'imposer 22-16[35] avec deux essais de Moss Finn et des réalisations au pied d'Ollie Campbell contre un essai de Patrick Estève, un essai, une transformation et deux pénalités de Serge Blanco. Ce dernier score à chaque match du tournoi 1983 ; ainsi, il ajoute trois pénalités à un essai de Patrick Estève et un drop de Didier Camberabero[36] pour une victoire 16-9. Patrick Estève marque un essai au moins à chaque rencontre, cinq au total[37]. Serge Blanco inscrit lui son meilleur total de points dans un tournoi avec 36 points. La victoire est au bout du tournoi, partagée avec les Irlandais avec un bilan de trois victoires pour une défaite.

En septembre, il se fait opérer en raison de coliques néphrétiques fréquentes : cela le prive de la tournée des Wallabies en France - un nul 15 partout et une victoire des Français sur le score de 15 à 6 - et d'une victoire face à Roumanie[38]. Serge Blanco est de nouveau titulaire du poste d'arrière pour le tournoi suivant, débuté avec une victoire 25-12[39] contre l'Irlande en partie grâce au pied de Jean-Patrick Lescarboura[40], auteur de 54 points dans le tournoi et de 17 lors de cette rencontre. C'est le record français définitif dans le Tournoi des Cinq Nations avec 10 pénalités, 4 drops et 6 transformations[41]. Cette rencontre est marquée par le carton rouge de Jean-Pierre Garuet, une « première » pour le rugby français[42]. Robert Paparemborde ne joue plus le tournoi, c'est le dernier de son comparse Jean-Pierre Rives. L'équipe a fière allure : Serge Blanco - Patrice Lagisquet, Philippe Sella, Didier Codorniou, Patrick Estève - (o) Jean-Patrick Lescarboura, (m) Jérôme Gallion - Jean-Luc Joinel, Laurent Rodriguez, Jean-Pierre Rives (cap.) - Jean Condom, Alain Lorieux - Jean-Pierre Garuet, Philippe Dintrans, Michel Crémaschi. L'équipe de France a donc un solide réalisateur qui marque de nouveau 17 points pour contribuer à la victoire des Bleus 21 à 16 au pays de Galles[43]. Contre l'Angleterre, cinq essais sont marqués côté bleu avec Jacques Bégu, Didier Codorniou, Patrick Estève, Jérôme Gallion et Philippe Sella[44]. L'Écosse est intraitable dans son stade de Murrayfield et s'impose 21-12[45] avec dans les rangs du XV du chardon des joueurs comme Jim Calder, Peter Dods, Jim Aitkin ou John Rutherford. L'Écosse réussit le grand chelem.

L'équipe de France part en tournée en Nouvelle-Zélande[Note 7]. Serge Blanco inscrit le 16 juin 1984 le seul essai français d'une courte défaite 9-10[46]. La victoire des All Blacks est plus nette la semaine suivante avec un score de 31 à 18[47] malgré trois essais français marqués par Éric Bonneval et Jean-Patrick Lescarboura deux fois.

En route pour la Coupe du monde 1985-1986[modifier | modifier le code]

En 1985, Serge Blanco et la France débutent le tournoi à Twickenham pour un match nul 9-9[48] contre une formation où apparaît un jeune demi d'ouverture, Rob Andrew, fraîchement capé contre la Roumanie en janvier[49]. Il inscrit les neuf points au pied. Jean-Patrick Lescarboura marque trois drops et égale le record de Pierre Albaladejo de 1960[50]. Lors du match suivant, Serge Blanco se distingue en marquant les deux essais contre l'Écosse pour une victoire 11-3[51]. L'opposition suivante entre les équipes des deux capitaines et talonneurs, Ciaran Fitzgerald et Philippe Dintrans donne lieu à une rencontre serrée ponctuée d'un nouveau match nul 15-15[52] avec cinq coups de pied de Michael Kiernan contre deux essais de Didier Codorniou, Patrick Estève et des points au pied de Jean-Patrick Lescarboura. Si la France gagne le pays de Galles 14-3[53], l'Irlande remporte ses deux matchs suivants et le tournoi. C'est en mars 1985, à Paris, que l'International Rugby Board décide que la première Coupe du monde sera organisée conjointement par l'Australie et la Nouvelle-Zélande, durant les mois de mai et de juin 1987[54]. En juin 1985, la France se déplace en Argentine, elle perd le premier match contre les Pumas d'Hugo Porta 24-16[55], malgré un essai de Serge Blanco, un autre de Jean-Baptiste Lafond, l'apport du Bleu Éric Champ. L'arrière basque récidive une semaine plus tard, imité par Philippe Berbizier, Didier Codorniou et Dominique Erbani, pour un succès 23-15[56].

Pour la première journée du tournoi des cinq nations 1986, le néo-capé Gavin Hastings manque le coup d'envoi (touche directe), les Français jouent rapidement la touche et marquent le premier essai. C'est l'essai le plus rapide de l'histoire de l'équipe de France[50]. Le jeune Gavin Hastings n'est pas abattu, il inscrit les six pénalités de la victoire 18-17[57]. L'Écosse perd au pays de Galles, le XV du chardon gagne ensuite l'Angleterre et en Irlande. La France, pour sa part, affronte l'Irlande lors de la deuxième journée et s'impose 29-9 au Parc des Princes avec trois essais côté français[58]. Puis la France se déplace au pays de Galles, y marque quatre essais par Jean-Baptiste Lafond (doublé), Serge Blanco et Philippe Sella, pour une victoire 23-15[59]. L'arrière basque et le centre agenais marquent encore un essai contre les Anglais pour s'imposer 29-10 au Parc et accrocher la première place du Tournoi à égalité avec le XV du chardon[60]. La France rencontre ensuite la Roumanie en avril et dispute un match en Argentine en juin. Puis Serge Blanco et ses troupes jouent contre deux candidats à la victoire pour la Coupe du monde qui se prépare, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Malgré deux essais de Serge Blanco et un de Philippe Sella, les Australiens l'emportent 27-14 avec un essai de David Campese et vingt-trois points de l'artificier Michael Lynagh[61], auteur de 911 points en 72 sélections. David Campese est également un phénomène avec 64 essais en 101 sélections[62]. Philippe Sella « ne compte que » 30 essais en 111 sélections[63] et Serge Blanco 38 en 93[5]. Côté All Blacks, de nombreux joueurs débutent[64],[65] avec onze nouvelles capes dont Frano Botica, Mike Brewer ou Sean Fitzpatrick. Ce sont les Baby Blacks[66]. En effet, auparavant, la tournée en Afrique du Sud de 1986 de la Nouvelle-Zélande est annulée par la fédération néo-zélandaise. Une tournée non officielle est cependant effectuée par une équipe appelée les Cavaliers et dont les joueurs sont suspendus à leur retour en Nouvelle-Zélande[66].

Grand chelem et finale de Coupe du monde 1987[modifier | modifier le code]

En 1987, Serge Blanco est à nouveau sélectionné pour participer au tournoi des cinq nations. Lors du match d'ouverture, la France défait le pays de Galles 16-9 avec deux essais inscrits par Éric Bonneval et Franck Mesnel[67]. La sélection anglaise reçoit ensuite les Français à Twickenham. Éric Bonneval marque une nouvelle fois, Philippe Sella s'illustre également, et pour assurer la victoire 19-15, en plus des cinq points inscrits par le buteur attitré Philippe Bérot, Serge Blanco et Franck Mesnel réussissent chacun un drop[68]. Lors du match contre les Écossais, Éric Bonneval brille comme finisseur en inscrivant trois essais, Philippe Bérot en marque un autre ainsi que trois pénalités[69]. La France se déplace à Lansdowne Road pour l'attribution du titre et accrocher un grand chelem. Serge Blanco ne score pas, c'est Éric Champ qui s'illustre en inscrivant deux essais, Philippe Bérot ajoute onze points au pied pour une victoire 19-13[70]. La France remporte le tournoi et le grand chelem, le quatrième des Bleus dans le tournoi et le second de Serge Blanco.

Après le tournoi, la France ouvre la page de l'histoire de la Coupe du monde en se rendant en mai dans l'hémisphère Sud[71]. L'équipe affronte l'Écosse le 23 mai 1987 avec une étiquette de favorite due au grand chelem réalisé au printemps[72], les Écossais n'ont rien à perdre et mènent 16-6 après cinquante-deux minutes de jeu[71]. Philippe Sella, Pierre Berbizier marquent un essai chacun, Serge Blanco marque les esprits en jouant rapidement un coup échappant aux adversaires et à la caméra de télévision pour donner un avantage inespéré aux Bleus 20-16[73],[72]. Le « Pelé du rugby » à XV a frappé[71] même si Matthew Duncan inscrit un essai qui permet à l'Écosse d'égaliser 20-20. Les deux autres équipes de la poule ne sont pas du même niveau et sont dominées 55-12 pour la Roumanie et 70-12 pour le Zimbabwe ; Didier Camberabero en profite pour inscrire un record mondial individuel de trente points contre les Africains[71]. La qualification est acquise et le match nul contre les Écossais a valeur de victoire, la différence d'essais (trois contre deux) permet d'éviter les All Blacks et d'affronter les Fidji en quart de finale. La France l'emporte 28-16 sans convaincre[71],[73].

La demi-finale a lieu à Sydney contre l'Australie des David Campese, Michael Lynagh, Nick Farr-Jones, qui a brillé en 1984 en devenant la première équipe australienne à réussir le grand chelem lors d'une tournée dans les îles britanniques et irlandaise, à savoir battre chez elles Angleterre, Écosse, pays de Galles et Irlande. Le match est l'un des plus formidables de l'histoire[71],[73]. L'Australie mène 24-21 dans les dernières minutes avant que Didier Camberabero ne réussisse une pénalité et n'égalise[72]. Ce sont les tout derniers instants ponctués par un essai décisif de Serge Blanco[74],[75]. Sur un maul, la balle est récupérée par Pierre Berbizier qui transmet à Serge Blanco qui donne une balle difficile à Patrice Lagisquet qui déborde sur l'aile gauche, est isolé, tape un coup de pied de recentrage que ne récupère pas David Campese. Alain Lorieux surgit, Dominique Erbani transmet à Éric Champ, Pascal Ondarts se jette pour récupérer le ballon, transmet à Patrice Lagisquet pour Jean-Pierre Garuet pour Laurent Rodriguez, Denis Charvet qui oublie deux partenaires sur sa droite, conserve la balle, donne à Pierre Berbizier pour Patrice Lagisquet qui crochète, s'isole, puis passe en arrière. Michael Lynagh ne parvient pas à attraper la balle, Éric Champ est là ; Laurent Rodriguez enfin ramasse la balle et donne à Serge Blanco qui court vers l'en-but et échappe à un dernier placage. L'essai est accordé. La France dispute sa première finale de Coupe du monde, mais les All Blacks sont plus forts et remportent le titre[76],[71].

Dernière période des années Fouroux 1988-1990[modifier | modifier le code]

En 1988, Serge Blanco participe une nouvelle fois au tournoi des cinq nations. Lors du match d'ouverture, la France défait le quinze de la rose 10-9 avec un essai inscrit par Laurent Rodriguez[77]. La rencontre suivante est encore plus compliquée à Murrayfield et se solde par une défaite 23-12 contre l'Écosse ; Gavin Hastings marque 16 points soit un essai et quatre pénalités[78]. La France réagit en s'imposant 25-6 contre l'Irlande au Parc des Princes[79] et plus difficilement 10-9 au pays de Galles[80]. Les Français ont privé les Gallois du grand chelem et gagnent le tournoi à égalité avec ceux-ci. La France et Serge Blanco se déplacent en Argentine en juin pour une tournée ponctuée d'une victoire et d'une défaite avant de retrouver les Pumas en novembre pour deux victoires sur le sol français. L'arrière basque inscrit deux essais lors du match joué à Nantes[81].

En 1989, l'équipe de Serge Blanco s'incline contre l'équipe de Will Carling 11-0[82]. Ce jeune joueur qui a fait ses débuts internationaux contre la France en 1988, est déjà capitaine d'une équipe anglaise composée entre autres éléments de Rory Underwood, Rob Andrew, Brian Moore, la paire de deuxièmes lignes Wade Dooley-Paul Ackford, la troisième ligne Mike Teague, Andy Robinson, Dean Richards. Carling et Robinson inscrivent chacun un essai. La France parvient toutefois à remporter le tournoi, le quatrième consécutif, en gagnant les trois autres matchs avec au moins un essai de Serge Blanco qui finit meilleur marqueur du tournoi avec quatre réalisations.

Lors de la tournée de l'équipe de France en Nouvelle-Zélande en 1989, Serge Blanco et ses coéquipiers retrouvent les All Blacks pour la première fois depuis la finale de Coupe du monde. Lors du premier test match, l'arrière de Biarritz s'illustre et marque deux essais, insuffisants toutefois pour battre les joueurs de l'hémisphère sud, qui s'imposent 25-17[83]. Le second match est perdu plus largement 34-20[84]. Serge Blanco joue ensuite contre les Lions britanniques et irlandais le seul match de l'histoire entre les Lions et les Français. Cette équipe de tournée s'impose 29-27 au Parc des Princes[85]. Un mois plus tard, les Français affrontent à la Meinau de Strasbourg les Wallabies australiens en tournée en France. Après une défaite de 17 points, 32 à 15, ce qui constitue alors la plus grosse défaite des Bleus en France depuis 1940, les sélectionneurs changent dix joueurs pour le deuxième match face aux Australiens, Blanco figurant parmi les joueurs remplacés. En janvier, il se blesse lors d'un match amical organisé par son club de Biarritz en faveur de la Roumanie qui vit alors un moment important d'histoire avec la chute du régime de Nicolae Ceaușescu lors de la révolution roumaine de 1989. Malgré tout, il joue le week-end suivant mais sa blessure s'aggrave et il doit déclarer forfait pour la première journée du tournoi[86]. Il fait son retour face à l'Angleterre lors d'une défaite à Paris sur le score de 26 à 7. Les Français enchaînent ensuite par une nouvelle défaite, en Écosse, 21 à 0, avant de terminer le tournoi par une victoire 31 à 12 face à l'Irlande.

Dernier tournoi et Coupe du monde 1991[modifier | modifier le code]

En 1991, Serge Blanco participe pour la dernière fois au tournoi des cinq nations. Lors du match d'ouverture, la France défait l'Écosse 15-9 avec deux drops et deux pénalités inscrits par Didier Camberabero et Patrice Lagisquet[87]. Puis elle l'emporte à Lansdowne Road 21-13 avec deux essais de Patrice Lagisquet et Laurent Cabannes et des points au pied de Didier Camberabero[88]. La victoire contre les Gallois au Parc des Princes est plus large 36-3, avec six essais dont un de Serge Blanco[89]. Pour finir, les Français se déplacent à Twickenham pour affronter des Anglais également invaincus et prétendants à un grand chelem. Simon Hodgkinson inscrit quatorze points au pied, Rob Andrew un drop et Rory Underwood un essai côté anglais[90]. L'équipe a fière allure avec Will Carling, Jeremy Guscott, Jason Leonard, Wade Dooley, Paul Ackford et Dean Richards notamment. La France marque trois essais mais perd le match 21-19[91],[Note 8]. C'est l'occasion d'un nouvel essai d'anthologie[92]. Sur une tentative de pénalité anglaise manquée, la balle est récupérée par Pierre Berbizier dans son en-but qui transmet à Serge Blanco qui attaque derrière ses poteaux, prend de vitesse un défenseur, en fixe un autre et transmet à Jean-Baptiste Lafond dans les vingt-deux mètres français sur l'aile droite. Ce-dernier fixe et donne à Philippe Sella, qui revient à l'intérieur et donne à Didier Camberabero. Isolé en débordement au milieu de sept défenseurs, il tape un coup de pied au-dessus d'un premier défenseur, récupère la balle et effectue un coup de pied de replacement pour éliminer tous les défenseurs. Philippe Saint-André est le premier sur le ballon, à dix mètres des poteaux, il n'est pas repris par Jeremy Guscott, et marque l'essai d'une action menée sur cent mètres[93].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En l'espace de douze ans, Serge Blanco s'est construit un palmarès conséquent, le titre de vice-champion du monde 1987 restant l'exploit le plus retentissant de sa carrière, avec les grands chelems réalisés dans le tournoi. Il est désigné Meilleur joueur français par le quotidien Midi olympique en 1982, 1983, 1989, 1990, 1991 et 1992 ainsi que second en 1985 et 1988[1].

En club[modifier | modifier le code]

Serge Blanco est vice-champion de France 1991-1992 lors de sa dernière saison en club. Il est également finaliste du challenge Yves du Manoir en 1989.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Serge Blanco participe à deux Coupes du monde, avec un titre de vice-champion du monde 1987 et une place de quart de finaliste en 1991. Il remporte également six fois le tournoi, réussissant deux grands chelems en 1981 et 1987. Il remporte également les Jeux méditerranéens en 1979 et 1983.

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Serge Blanco en Coupe du monde.
Édition Rang Résultats France Résultats S B Matchs S B
Nouvelle-Zélande & Australie 1987 Vice-champion du monde 5 v 0 n 1 d 4 v 0 n 1 d 5/6
Angleterre 1991 Quart de finaliste 3 v 0 n 1 d 3 v 0 n 1 d 4/4

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Tournoi[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Serge Blanco dans le Tournoi des cinq nations.
Édition Rang Résultats France Résultats S. Blanco Matchs S. Blanco
Cinq nations 1981 1 4 v, 0 n, 0 d 3 v, 0 n, 0 d 3/4
Cinq nations 1982 4 1 v, 0 n, 3 d 1 v, 0 n, 3 d 4/4
Cinq nations 1983 1 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4
Cinq nations 1984 2 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4
Cinq nations 1985 2 2 v, 2 n, 0 d 2 v, 2 n, 0 d 4/4
Cinq nations 1986 1 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4
Cinq nations 1987 1 4 v, 0 n, 0 d 4 v, 0 n, 0 d 4/4
Cinq nations 1988 1 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4
Cinq nations 1989 1 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4
Cinq nations 1990 3 2 v, 0 n, 2 d 1 v, 0 n, 2 d 3/4
Cinq nations 1991 2 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a grand chelem.

Décorations et trophées[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

De 1980 à 1991, Serge Blanco dispute 93 matchs avec l'équipe de France au cours desquels il marque 38 essais, 6 transformations, 2 drops et 21 pénalités (233 points)[5]. Il participe notamment à onze tournois des cinq nations de 1981 à 1991 et à deux coupes du monde (1987 et 1991)[5]. Il remporte deux grands chelems en 1981 et 1987 et quatre autres tournois. Il dispute neuf rencontres de coupe du monde en deux participations [Note 9] avec un titre de vice-champion du monde.

Serge Blanco débute en équipe nationale à 22 ans et 69 jours le 8 novembre 1980[5] et garde une place de titulaire jusqu'à la fin de l'année 1991, retraite programmée à la fin de la Coupe du monde 1991.

Records[modifier | modifier le code]

Serge Blanco possède de nombreux records dont le plus connu est celui de meilleur marqueur d'essais de l'histoire de l'équipe de France avec 38 réalisations. Le tableau suivant détaille ses records personnels à la fin de sa carrière de joueur :

Records personnels de Serge Blanco
Type Score Compétition Lieu Date
nombre de points en sélection nationale 233 Sélection nationale
Drapeau : France France
Arms Park (Cardiff, pays de Galles) 4 septembre 1991
nombre de sélections nationales 93 Sélection nationale
Drapeau : France France
Parc des Princes (Paris, France) 19 octobre 1991
nombre d'essais en sélection nationale 38 Sélection nationale
Drapeau : France France
Arms Park (Cardiff, pays de Galles) 4 septembre 1991
nombre de points en un match de sélection nationale 12
Sélection nationale
Drapeau : Irlande IrlandeFrance Drapeau : France
Lansdowne Road (Dublin, Irlande) 19 février 1983
nombre de points en coupe du monde 16 Coupe du monde
Drapeau : France France
Sydney (Australie) 13 juin 1987
nombre de points en une coupe du monde 16
Coupe du monde 1987
Drapeau : France France
Sydney (Australie) 13 juin 1987
nombre de points dans un match de coupe du monde 12
Coupe du monde 1987
Drapeau : France FranceÉcosse Drapeau : Écosse
Christchurch (Nouvelle-Zélande) 23 mai 1987
nombre de points en Tournoi des six nations 105
Tournoi des Cinq Nations
Drapeau : France France
Parc des Princes (Paris, France) 2 mars 1991
nombre de sélections nationales en Tournoi des six nations 42
Tournoi des cinq nations 1991
Drapeau : Angleterre AngleterreFrance Drapeau : France
Twickenham (Londres, Angleterre) 16 mars 1991

Carrière de dirigeant, revenus et activités en dehors du rugby[modifier | modifier le code]

Activités en dehors du rugby[modifier | modifier le code]

Le centre de thalassothérapie Serge Blanco est ouvert à Hendaye en 1991 par Blanco et Clus.

Serge Blanco passe un certificat d'aptitude professionnelle de tourneur, ajusteur, monteur et débute sa vie professionnelle chez Dassault[2] en 1976 pour travailler à la chaîne[94]. Il décape des avions, un vrai métier d'ouvrier, effectué, dit-il, « dans l'allégresse générale », huit années durant[6]. En 1983[94], il est convaincu par Jean-Pierre Rives de le rejoindre et d'intégrer les relations publiques du groupe Pernod[95]. Il quitte la société en 1992, après neuf ans de loyaux services[95],[96].

En effet en partenariat avec le kinésithérapeute du Biarritz olympique Michel Clus, il décide de se lancer dans la thalassothérapie[6]. En 1990, il reçoit alors le Prix de la ville de Paris de l'Académie des sports pour performance ou acte sportif révélateur de qualités humaines exceptionnelles[97]. En 1991, Blanco a 33 ans, et va bientôt arrêter sa carrière sportive[6]. Avec Clus, il inaugure à Hendaye un centre de thalassothérapie au nom de Serge Blanco[98],[94]. « La première année a été très compliquée », se souvient-il. « Nous étions installés sur une ZAC où nous étions la seule entreprise »[94]. Les deux hommes achètent en 1996 l'hôtel Ibaia, à proximité du centre[94],[99].

Une boutique de vêtements Quinze - Serge Blanco à Biarritz.

Quand Serge Blanco est joueur, les dirigeants de Biarritz convient les joueurs en fin d'année à un repas au château-hôtel de Brindos, à Anglet (Pyrénées-Atlantiques)[6]. « Un jour, un copain m'a dit : Tu as vu ? Brindos est en liquidation. Alors, je l'ai acheté ! »[6]. Les travaux de rénovation durent deux années et ont un coût de sept millions d'euros[6]. En mai 2002, l'hôtel restaurant quatre-étoiles ouvre[6].

Serge Blanco attend la fin de sa carrière de joueur[100],[6] pour lancer un autre projet, une ligne de vêtements à son nom, Quinze - Serge Blanco avec le Toulousain Jean-Jacques Lauby[95]. Les magasins sont le plus souvent des franchises, Serge Blanco est intéressé au chiffre d'affaires[95]. La marque continue de se vendre correctement[101],[102] et diversifie sa gamme de produits (enfants, maroquinerie, montres)[103],[104].

En 1993, Serge Blanco donne son nom à un jeu vidéo, Blanco World Class Rugby, sorti sur Super Nintendo, développé par Misawa Entertainment et édité par Imagineer. C'est la première simulation de rugby à XV disponible sur une console de salon[105].

Carrière de dirigeant[modifier | modifier le code]

Ferveur basque en 2010 au Stade d'Anoeta.

Serge Blanco occupe la présidence de Biarritz olympique de 1995 à 1998[94].

Il est ensuite président de la Ligue nationale de rugby à partir de 1998 et jusqu'en 2008[106]. La Fédération française de rugby à XV a toujours dirigé les destinées du rugby à XV français[94]. La tâche du premier président de la jeune Ligue, n'est pas simple. Il organise les compétitions nationales professionnelles tant sur le plan sportif que financier[106], réduisant le nombre de clubs du championnat de vingt-quatre équipes à la poule unique du Top 14 en 2004[106], augmentant les ressources des droits télévisuels[106], tout en contentant sportifs[107] et dirigeants[108]. À la fin de son mandat, le premier président de la Ligue dresse un bilan : « le rugby a connu une progression exceptionnelle ! […] Le rugby professionnel s'appuie désormais sur une solide assise financièrement, sportivement et, même, structurellement. […] Alors, dix ans plus tard, je peux dire que nous avons réussi »[109]. Joli résultat en effet[110], pas toujours acquis dans la facilité entre fâcherie[111], menace de boycott des Coupes d'Europe 2007-2008[112] et soucis de calendrier[113],[114].

Serge Blanco est de nouveau à la tête du Biarritz olympique à partir de 2008. Depuis 2008, il est membre du comité directeur de la Fédération française de rugby à XV (FFR)[réf. nécessaire]. Depuis 2012, il occupe un des huit postes de vice-président de la FFR, en charge du projet du grand stade et du rugby professionnel, dans le bureau fédéral élu par le comité directeur[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Springboks est le surnom de l'Équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV.
  2. Voir France-Roumanie en rugby à XV pour plus de détails.
  3. Voir aussi Décompte des points au rugby à XV. En 1980, l'essai transformé vaut six points, l'essai non transformé quatre points, le drop goal (coup de pied tombé) trois points, la pénalité trois points.
  4. Roland Bertranne détient 69 sélections en fin d'année 1981. Le record est battu par Serge Blanco (93 sélections en 1991), puis par Philippe Sella (111 sélections) et par Fabien Pelous qui le détient au 26 septembre 2009 avec 118 sélections.
  5. All Blacks est le surnom de l'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV.
  6. Voir Écosse-France en rugby à XV, le parcours des années 1981-1991.
  7. Voir France-Nouvelle-Zélande en rugby à XV.
  8. Voir aussi Décompte des points au rugby à XV. En 1991, l'essai vaut quatre points, la transformation deux, le drop trois points, comme la pénalité.
  9. Dans l'ordre chronologique, il a :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Blanco Serge », sur www.finalesrugby.com (consulté le 29 décembre 2011)
  2. a et b Valéry Pothain, « Serge Blanco, de l'ouvrier à l'homme d'affaires », sur www.lesechos.fr, Les Échos,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 22 septembre 2009)
  3. (en) « S. Blanco », sur www.barbarianfc.co.uk, Barbarians (consulté le 29 décembre 2011)
  4. a et b « Serge Blanco », sur www.barbarian-rugby-club.com, Barbarians français (consulté le 29 décembre 2011)
  5. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Serge Blanco », sur www.epsnscrum.com, ESPN (consulté le 26 septembre 2009)
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Marianne Payot, « Serge Blanco, le pro des pros », sur www.lexpress.fr, L'Express,‎ 26 janvier 2006 (consulté le 22 septembre 2009)
  7. « Historique du Collège Immaculée conception de Biarritz », sur immac.btz.free.fr (consulté le 4 novembre 2009)
  8. « Odette Blanco, la mère de Serge, le célèbre joueur de rugby du XV de France et du Biarritz », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 24 août 1992 (consulté le 25 février 2010)
  9. « 1989-1992 : la mise en place d'un jeu de mouvement page 115 (5/17) », sur www.cabrive-rugby.com, CA Brive (consulté le 11 décembre 2009)
  10. Donatien Schramm, « Lueur dans la grisaille », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 15 septembre 1990 (consulté le 24 février 2010)
  11. Henri Nayrou, « Barbarians ? Mais qu'est-ce qui se cache derrière ce nom barbare ? », sur frenchbarbarian.free.fr, Barbarians français,‎ 18 novembre 1996 (consulté le 29 décembre 2011)
  12. « Rugby : les Barbarians à l'assaut des Sud-africains », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 31 octobre 1992 (consulté le 24 février 2010)
  13. Collectif Midi olympique (2007), p 148.
  14. Prévôt (2006), p 153.
  15. a et b Collectif Midi olympique (2007), L'ère Fouroux p 147.
  16. (en) « Statistiques en équipe de France et photographie de Roland Bertranne », sur www.sporting-heroes.net (consulté le 26 septembre 2009)
  17. Collectif Midi olympique (2007), Roland Bertranne, le taurillon p 144.
  18. « Rencontre du tournoi des cinq nations 1981 France 16 - 9 Écosse », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 26 septembre 2009)
  19. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1981 Irlande 13 - 19 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 septembre 2009)
  20. Collectif Midi olympique (2007), Grand chelem 1981, le charme de l'inattendu p 152.
  21. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1981 France 19-15 Galles », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 septembre 2009)
  22. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1981 Angleterre 12-16 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 septembre 2009)
  23. (en) « Test match été 1981 Australie 17-15 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 septembre 2009)
  24. (en) « Test match été 1981 Australie 24-14 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 28 septembre 2009)
  25. « Test match 1981 France 17 - 9 Roumanie », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 9 octobre 2009)
  26. (en) « Jean-Patrick Lescarboura, statistiques », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 9 octobre 2009)
  27. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1982 Galles 22 - 12 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 9 octobre 2009)
  28. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1982 France 15-27 Angleterre », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 9 octobre 2009)
  29. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1982 Écosse 16-7 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 9 octobre 2009)
  30. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1982 France 22-9 Irlande », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 9 octobre 2009)
  31. (en) « Test match automne 1982 Roumanie 13-9 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 9 octobre 2009)
  32. a et b Henri Garcia (2011), p 1074.
  33. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations Angleterre 15 - 19 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  34. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations France 19 - 15 Écosse », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  35. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations Irlande 22-16 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  36. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations France 16-9 Galles », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  37. (en) « Statistiques en équipe nationale de Patrick Estève », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  38. Henri Garcia (2011), p 644.
  39. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations France 25 - 12 Irlande », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  40. (en) « Statistiques en équipe nationale de Jean-Patrick Lescarboura », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  41. « Question 63 du Jeu du Centenaire », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 8 décembre 2009)
  42. Frédéric Potet, « La mêlée, c’est réservé aux joueurs les plus intelligents », sur www.rugby-nomades.qc.ca (consulté le 8 décembre 2009)
  43. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations Galles 16 - 21 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  44. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations France 32 - 18 Angleterre », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  45. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations Écosse 21 - 12 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 8 décembre 2009)
  46. (en) « 210th All Black Test : 824th All Black Game », sur www.stats.allblacks.com, NZRU (consulté le 9 décembre 2009).
  47. (en) « 211th All Black Test : 825th All Black Game », sur www.stats.allblacks.com, NZRU (consulté le 9 décembre 2009).
  48. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations Angleterre 9 - 9 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 janvier 2010)
  49. (en) « Rob Andrew », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 janvier 2010)
  50. a et b Collectif Midi olympique (2007), p 149.
  51. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations France 11 - 3 Écosse », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 janvier 2010)
  52. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations Irlande 15 - 15 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 janvier 2010)
  53. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations France 14 - 3 Galles », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 janvier 2010)
  54. (en) Nigel Trueman, « How the RWC started », sur www.rugbyfootballhistory.com (consulté le 27 janvier 2010)
  55. (en) « Test match juin Argentine 24 - 16 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 janvier 2010)
  56. (en) « Test match juin Argentine 15 - 23 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 janvier 2010)
  57. (en) « Gavin Hastings », sur www.sporting-heroes.net (consulté le 27 janvier 2010)
  58. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations France 29 - 9 Irlande », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 1er février 2010)
  59. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations Galles 15 - 23 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 1er février 2010)
  60. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations France 29 - 10 Angleterre », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 1er février 2010)
  61. (en) « Michael Lynagh », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 1er février 2010)
  62. (en) « David Campese », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 1er février 2010)
  63. (en) « Philippe Sella », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 1er février 2010)
  64. (en) « Test match juin Nouvelle-Zélande 18 - 9 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 10 février 2010)
  65. (en) « 220th All Black Test : 854th All Black Game », sur www.stats.allblacks.com, NZRU (consulté le 10 février 2010).
  66. a et b (en) « Cavaliers rugby tour, 1986 », sur www.nzhistory.net.nz (consulté le 17 février 2010)
  67. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1987 France 16 - 9 Galles », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 26 septembre 2009)
  68. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1987 Angleterre 15 - 19 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 26 septembre 2009)
  69. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1987 France 28 - 22 Écosse », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 26 septembre 2009)
  70. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1987 Irlande 13 - 19 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 26 septembre 2009)
  71. a, b, c, d, e, f et g « 1987 - En Nouvelle-Zélande et en Australie - Les Blacks, évidemment premiers rois du monde », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 24 septembre 2009)
  72. a, b et c « La Coupe du monde 1987 en vingt clichés », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 27 août 2007 (consulté le 24 septembre 2009)
  73. a, b et c Gilles Festor, « Blanco, le Pelé du rugby », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 18 mai 2009 (consulté le 24 septembre 2009)
  74. (en) Philippe Sella, « World Cup golden moments - France 30-24 Australia - World Cup semi-final, 13 June 1987 », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 30 septembre 2003 (consulté le 24 septembre 2009)
  75. « Video : Australie-France 1987 demi-finale de la première coupe du monde de rugby, essai décisif de Serge Blanco », youtube.com (consulté le 24 septembre 2009)
  76. (en) « 1987: Kiwis see off France in final - World Cup final, 20 June 1987 - Eden Park, Auckland », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 24 septembre 2003 (consulté le 24 septembre 2009)
  77. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1988 France 10 - 9 Angleterre », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 10 décembre 2011)
  78. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1988 Écosse 23 - 12 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 10 décembre 2011)
  79. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1988 France 25 - 6 Irlande », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 10 décembre 2011)
  80. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1988 Galles 9 - 10 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 10 décembre 2011)
  81. (en) « Test match novembre France 29 - 9 Argentine », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 10 décembre 2011)
  82. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1988 Angleterre 11 - 0 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 10 décembre 2011)
  83. (en) « 238th All Black Test - 893rd All Black Game », sur www.stats.allblacks.com, NZRU (consulté le 10 décembre 2011).
  84. (en) « 239th All Black Test - 894th All Black Game », sur www.stats.allblacks.com, NZRU (consulté le 10 décembre 2011).
  85. (en) « Test match tournées des Lions France 27 - 29 Lions britanniques et irlandais », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 10 décembre 2011)
  86. Henri Garcia (2011), p 769.
  87. « Rencontre du tournoi des cinq nations 1991 France 15 - 9 Écosse », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 26 septembre 2009)
  88. « Rencontre du tournoi des cinq nations 1991 Irlande 13 - 21 France », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 26 septembre 2009)
  89. « Rencontre du tournoi des cinq nations 1991 France 36-3 Galles », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 26 septembre 2009)
  90. « Rencontre du tournoi des cinq nations 1991 Angleterre 21 - 19 France », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 26 septembre 2009)
  91. (en) « Rencontre du tournoi des cinq nations 1991 Angleterre 21 - 19 France », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 26 septembre 2009)
  92. « Video : French Flair 2 : France Angleterre 1991 demi-finale de la première coupe du monde de rugby, essai décisif de Serge Blanco », youtube.com (consulté le 25 septembre 2009)
  93. « Angleterre - France 1991 », sur www.francerugby.fr (consulté le 26 septembre 2009)
  94. a, b, c, d, e, f et g Yves Rivoal, « Serge Blanco : « Je vis ma reconversion comme une formidable aventure » », sur www.vocatis.fr (consulté le 23 septembre 2009)
  95. a, b, c et d Jacques Denis, « Les essais réussis de Serge Blanco », sur www.lesechos.fr, Les Échos,‎ 6 juillet 2007 (consulté le 23 septembre 2009)
  96. « Nouvelle bouteille 51 : le pack Serge Blanco défend nos couleurs », sur www.infosbar.com,‎ 6 septembre 2007 (consulté le 24 septembre 2009)
  97. « Prix de la ville de Paris », sur www.academie-sports.com (consulté le 29 décembre 2011)
  98. « site officiel du centre de thalassothérapie Serge Blanco, accès. », sur www.thalassoblanco.com/fr (consulté le 24 septembre 2009)
  99. « site officiel du centre de l'hôtel Ibaia. », sur www.hotelibaia.com (consulté le 25 septembre 2009)
  100. Bénédicte Jourgeaud, « La ville en mode rugby », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 16 février 2009 (consulté le 27 septembre 2009)
  101. Johanna Decorse, « Serge Blanco « 15 » poursuit son développement tous azimuts », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 12 novembre 2002 (consulté le 27 septembre 2009)
  102. Xavier Lecoeur, « Les vêtements « 15 Serge Blanco » veulent transformer l'essai en Espagne », sur www.lesechos.fr, Les Échos,‎ 1er février 2002 (consulté le 27 septembre 2009)
  103. Johanna Decorse, « Ces Toulousains qui font fortune », sur www.laboiteapizza.com, Toulous Mag,‎ janvier 2008 (consulté le 27 septembre 2009)
  104. « site officiel de la ligne vestimentaire Quinze - Serge Blanco », sur www.quinze-sergeblanco.com (consulté le 27 septembre 2009)
  105. « Blanco World Class Rugby (SNES) - Fiche technique », sur www.gametrip.net (consulté le 29 décembre 2011)
  106. a, b, c et d « À quoi sert la Ligue ? », sur www.leparisien.fr, Le Parisien,‎ 4 décembre 2008 (consulté le 1er février 2010)
  107. « Blanco ne se représentera pas », sur www.sport.fr,‎ 23 juin 2008 (consulté le 1er février 2010)
  108. « Rugby : Pierre-Yves Revol élu Président de la Ligue Nationale », sur www.rtl.fr, RTL,‎ 5 décembre 2008 (consulté le 1er février 2010)
  109. « Serge Blanco tire le bilan », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 23 septembre 2008 (consulté le 24 février 2010)
  110. Stéphane Guérard, « Serge Blanco plaque tout », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 30 juin 2008 (consulté le 24 février 2010)
  111. Stéphane Guérard, « Bisbilles à la Ligue de rugby », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 17 octobre 2002 (consulté le 24 février 2010)
  112. Stéphane Guérard, « L’Ovalie en pleine crise de nerfs », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 18 janvier 2007 (consulté le 24 février 2010)
  113. Laurent Flandre, « Bernard Lapasset : " Gagner sans perdre son âme " », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 18 mars 2000 (consulté le 24 février 2010)
  114. Laurent Flandre, « À marquer d’une pierre blanche sur le calendrier », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 29 février 2000 (consulté le 24 février 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de l’article

Lien externe[modifier | modifier le code]