Robert Paparemborde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Paparemborde

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance
à Féas (France)
Décès (à 52 ans)
à Paris (France)
Taille 1,82 m (6 0)
Surnom Patou
Position Pilier droit
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1966-1983
1983-1984
Section paloise
Racing Club de France
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1975-1983 Drapeau : France France 52 (40) [1]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 16 août 2015.

Robert Paparemborde (dit Patou), né le à Féas (Pyrénées-Atlantiques), mort le d'un cancer du pancréas, est un joueur puis entraîneur français de rugby à XV. Il fut un pilier (droit) de rugby atypique, rapide et manieur de ballon, de 1,82 m. Il est l'un des joueurs emblématiques de la Section paloise et du Racing Club de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il débuta par l'athlétisme (aux lancers, et au relais 4 × 100 m), le judo (devenant champion de France cadet en 1964), et le handball (international junior en 1967), puis il fut troisième ligne junior aussi à 18 ans à la Section paloise, et dans l'équipe du lycée Louis-Barthou de Pau. À 20 ans, il est suffisamment adroit et rapide pour jouer trois-quarts centre et aile à la Section paloise avant de se fixer définitivement au poste de pilier droit l'année suivante (il suppléera néanmoins au poste de pilier gauche, face à la Nouvelle-Zélande en 1979).

En 1980, il est l'un des membres fondateurs des Barbarians français. Le , il participe au premier match des Barbarians français contre l'Écosse à Agen. Les Baa-Baas l'emportent 26 à 22[2]. Il est également sélectionné pour leur deuxième et troisième matchs en tant que capitaine de l'équipe : le , les Baa-Baas l'emportent 34 à 4 contre Crawshay's à Clermont-Ferrand[3] puis le , les Baa-Baas s'inclinent 18 à 28 contre la Nouvelle-Zélande à Bayonne[4].

Deux ans plus tard, le , il est de nouveau le capitaine pour son dernier match avec les Barbarians français contre l'Australie à Toulon. Les Baa-Baas s'inclinent 21 à 23[5].

Il fut également entraîneur, puis président, du Racing club de France, club qu'il emmena au titre de champion de France en 1990 (en tant que directeur technique), et en finale en 1987 (en tant qu'entraîneur).

Il a été membre du comité directeur de la FFR de 1980 à 1984, et candidat malheureux à la présidence en 1991. Vice-président de la FFR et manager général des équipes de France après l'accession de Bernard Lapasset à la présidence fin 1991, Paparemborde est débarqué un an plus tard parce qu'il avait lui même voulu débarquer l'entraîneur du XV de France Pierre Berbizier après la défaite à Nantes face à l'Argentine[6].

Il fut aussi l'un des actionnaires du mensuel Rugby Drop International, et directeur des relations humaines pour un grand groupe alimentaire français. A Colombes un collège porte son nom depuis 2009 et à Paris le stade de la pelouse d'Auteuil a été baptisé en 2013 Espace Paparemborde.

Carrière[modifier | modifier le code]

Scolarité[modifier | modifier le code]

Au service militaire[modifier | modifier le code]

  • 1967 : vice-champion de France militaire avec l'ETAP de Pau (face à Alain Estève entre autres).

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Paparemborde débuta sa carrière internationale le 21 juin 1975 face à l'Afrique du Sud, match perdu 38 à 25. Il sera par la suite sélectionné à 52 reprises au sein du XV tricolore avec lequel il marqua huit essais (longtemps record mondial pour un pilier).

Il remporta le Tournoi des Cinq Nations en 1977, 1981 et 1983 (dont deux Grands Chelems en 1977 et 1981).

Il fit partie du XV de France victorieux pour la première fois en Nouvelle-Zélande le à Auckland sur le score 24 à 19.

Il remporta également les Jeux méditerranéens de 1979, et fit partie des tournées en Afrique du Sud en 1975 et 1980, États-Unis en 1976, Argentine en 1977, Nouvelle-Zélande en 1979 et Australie en 1981.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Demi-finaliste du championnat de France en 1974.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ffr.fr/Equipes-de-France/Rugby-a-XV/XV-France/Tous-les-joueurs/PAPAREMBORDE-Robert
  2. « Barbarian Rugby Club vs Ecosse », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 13 décembre 2016)
  3. « Barbarian Rugby Club vs Crawshay's », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 13 décembre 2016)
  4. « Barbarian Rugby Club vs Nouvelle-Zélande », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 14 décembre 2016)
  5. « Barbarian Rugby Club vs Australie », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 15 décembre 2016)
  6. Jean-Louis Laffitte, « Paparemborde au paradis des piliers », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 14 décembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]