Dimitri Yachvili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yachvili.
Dimitri Yachvili
Description de l'image Jubilé Chabal-Nallet - 20150604 - Dimitri Yachvili.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (35 ans)
à Brive (France)
Taille 1,82 m (6 0)
Surnom Le Yach
Position Demi de mêlée
Carrière en junior
Période Équipe  
CA Brive
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
????-1999
1999-2001
2001-2002
2002-2014
Brive
PUC
Gloucester
Biarritz


18 (5)[1]
289 (3053)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2002-2012 Drapeau : France France 61 (373)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 16 octobre 2014.

Dimitri Yachvili, né le à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), est un joueur de rugby à XV français et évoluant au poste de demi de mêlée. Il joue en équipe de France de 2002 à 2012, obtenant 61 sélections et inscrivant 373 points. Avec celle-ci, il dispute la finale de la coupe du monde 2011 perdue face à la Nouvelle-Zélande, remporte deux Grand chelem en 2004 et 2010, il deux autres éditions du tournoi, en 2006 et 2007. En club, il remporte un Challenge européen en 2012 et dispute deux finales de la coupe d'Europe en 2006 et 2010 avec le Biarritz olympique. Avec ce club il remporte également deux titres de champion de France en 2005, 2006. Avec son club précédent, Gloucester, il est champion d'Angleterre en 2002.

Après la fin de sa carrière, il devient consultant rugby, carrière qu'il a commencé alors qu'il est encore joueur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Son grand-père paternel, Charles, est un soldat géorgien de l'Armée soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale[3], qui est fait prisonnier par la Wehrmacht et envoyé en camp[4]. Après s'être échappé, il se retrouve dans le Limousin où il participe aux mouvements de résistance de la province et où il s'installe définitivement après la fin des hostilités[3]. Le grand-père maternel, d'origine grecque par sa mère et arménienne par son père qui ont d'ailleurs survécu au génocide arménien[5], Alexandre Markarian, est talonneur du CA Brive des années 1950[4]. Il est le fils de Michel Yachvili[3], joueur international d'origine géorgienne de rugby à XV et d'une mère d'origine arménienne[3], le frère des joueurs de rugby à XV Grégoire Yachvili et Charles-Édouard Yachvili[6]. Il est marié à Maïder[3] et a deux enfants, Lucas, né le 25 novembre 2004 et Justine[3], née le 5 mai 2008.

Formation à Brive, au PUC puis à Gloucester[modifier | modifier le code]

Dimitri Yachvili pratique le rugby à un bon niveau, il s'illustre avec les équipes de jeunes du CA Brive[6]. Il quitte Brive. Il joue au PUC à 19 ans avant de connaître une parenthèse d'une année en 2001-2002 à Gloucester[6], ou il remportera un titre de champion d'Angleterre ; il sera remplaçant en finale contre Bristol, emmené par Augustin Pichot et Felipe Contepomi.

Biarritz olympique[modifier | modifier le code]

Dimitri Yachvili marchant avec le ballon dans les mains.
Dimitri Yachvili lors de la coupe du monde 2011.

Après ce passage remarqué outre-Manche, il signe au Biarritz olympique[6]. Il y remporte deux titres de champion de France (2005 et 2006) et dispute deux finales de Coupe d'Europe en 2006 et 2010[6].

Bon technicien, il possède une bonne passe et un jeu au pied remarquable qu'il travaille d'ailleurs avec l'ancien footballeur de l'AS Saint-Étienne Jean-Michel Larqué[6]. Il devient le 11 juin 2005 lors du match Biarritz olympique - Stade français le détenteur du record de points marqués dans une finale du championnat de France avec 29 points (9 pénalités et 1 transformation).

« Il a une très bonne passe et sans doute le meilleur jeu au pied du monde pour le poste. »

— Andy Gomarsall, Rugby hebdo

Il est international français, en concurrence au poste de demi de mêlée successivement avec Fabien Galthié, Jean-Baptiste Élissalde, Pierre Mignoni et Morgan Parra[2]. Le , Dimitri Yachvili connaît sa première cape en remplaçant Fabien Galthié, à la fin du match contre le Canada[4]. Il profite d'une blessure du même joueur pour connaître sa première sélection comme titulaire le contre l'Irlande[4],[2]. À ce poste, il devient la bête noire des Anglais[7] en contribuant largement aux trois victoires : 2004 où il inscrit 19 points dont un essai, 2005 où il marque au pied la totalité des 18 points de l'équipe, et 2006 (16 points).

En 2010, au terme d'une saison pleine, il s'illustre en coupe d'Europe en demi-finale contre le Munster en inscrivant l'intégralité des points de son équipe soit 6 pénalités et en réalisant un 100 %. En finale contre le Stade toulousain, il inscrit 14 points mais son équipe s'incline tout de même 21-19. Il échoue pour la deuxième fois à ce stade de la compétition après une défaite contre le Munster en 2006.

Durant la coupe du monde en Nouvelle-Zélande, Dimitri Yachvili fait preuve d'un très grand rugby sur les terrains. Malgré une blessure, contusion à la cuisse gauche, contractée lors du quart de finale victorieux face à l'Angleterre sur le score de 19 à 12[8], il est titularisé lors de la demi-finale face au pays de Galles, remportée 9 à 8. Il est un des leaders avec le capitaine Dusautoir, Rougerie, Harinordoquy. C'est lui qui lança l'idée de se mettre en « V » [réf. nécessaire] face au haka des All Blacks en finale.

Sa blessure face aux Anglais le prive de rencontres avec son club après la coupe du monde. Il fait son retour en novembre face au Rugby club toulonnais[9]. Malgré le faible nombre de rencontres disputées, il est appelé par le nouveau sélectionneur Philippe Saint-André pour le tournoi, compétition où il participe finalement à deux rencontres, lors du premier match match face à l'Italie puis lors de la dernière journée, contre le pays de Galles. Sa présence au sein de l'effectif est alors très important : sur la saison de Top 14, Biarritz remporte 71,5 % de ses rencontres lorsque Yachvili est présent, contre 12,5 en son absence[10].

La saison 2013-2014 est compliquée pour le Biarritz olympique, qui avec seulement cinq victoires et un total de 30 points, se voit rétrogader en Pro D2. Le , Dimitri Yachvili annonce mettre un terme à sa carrière, malgré un an restant à son contrat. Après douze saisons passées au sein du Biarritz olympique, Yachvili fait part de sa fatigue mentale et physique après les dernières années éprouvantes auxquelles il a dû faire face[11].

Retraite sportive[modifier | modifier le code]

En 2012, il commence à être consultant pour beIN Sports lors de la diffusion de matchs de Pro12. En 2013, il commente aussi les Test-Matchs des grandes sélections européennes : l'Angleterre, l'Irlande, l'Ecosse et le Pays de Galles.

En 2014, il rejoint l'équipe rugby de beIN Sports pour couvrir l'European Rugby Champions Cup et l'European Rugby Challenge Cup, deux compétitions dont les droits ont été acquis par beIN Sports, pour une diffusion en intégralité. II sera aussi aux commentaires des tests matchs de la tournée d'automne des équipes d'Angleterre, d'Irlande, du Pays de Galles et d'Italie mais également de certain tests match de tournée d'été.

Il est le parrain de l'association Kourir, association pour les familles d'enfants atteints d'arthrite chronique juvénile.

À la rentrée 2015, il intervient dans le nouveau magasine Tribune sports sur beIN Sports tous les dimanches de 19h à 20h30.

Carrière[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il connaît sa première sélection en équipe de France le 23 novembre 2002 contre l'équipe du Canada.

Il dispute 61 matches internationaux, dont 29 au Tournoi des Six Nations et 9 en Coupe du monde de rugby à XV, et inscrit pour la France un total de 373 points (dont 2 essais)[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En une dizaine d'années, Dimitri Yachvili s'est construit un palmarès honorable avec un titre de champion d'Angleterre deux titres de champion de France, deux places de finaliste en Coupe d'Europe, quatre tournois dont deux grands chelems et un titre de vice-champion du monde ainsi qu'une quatrième place en Coupe du monde. Le 15 janvier 2012, il rentre dans le cercle très fermé des joueurs ayant dépassé la barre des 600 points inscrits en Coupe d'Europe de rugby à XV.

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Dimitri Yachvili participe à deux reprises à la Coupe du monde de rugby : en 2003 (avec une quatrième place) et en 2011 (finaliste). Il remporte également quatre tournois en 2004, 2006, 2007 et 2010 réalisant le Grand chelem à deux reprises.

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Édition Rang Résultats France Résultats D. Yachvili Matchs D. Yachvili
Australie 2003 Quatrième 5 v, 0 n, 2 d 1 v, 0 n, 1 d 2/7
Nouvelle-Zélande 2011 Finaliste 4 v, 0 n, 3 d 3 v, 0 n, 2 d 5/7

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Tournoi[modifier | modifier le code]

Édition Rang Résultats France Résultats D. Yachvili Matchs D. Yachvili
Tournoi des six nations 2003 3 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 1 d 4/5
Tournoi des six nations 2004 1 5 v, 0 n, 0 d 5 v, 0 n, 0 d 5/5
Tournoi des six nations 2005 2 4 v, 0 n, 1 d 4 v, 0 n, 1 d 5/5
Tournoi des six nations 2006 1 4 v, 0 n, 1 d 4 v, 0 n, 1 d 5/5
Tournoi des six nations 2007 1 4 v, 0 n, 1 d 0 v, 0 n, 1 d 1/5
Tournoi des six nations 2008 3 3 v, 0 n, 2 d 1 v, 0 n, 2 d 3/5
Tournoi des six nations 2010 1 5 v, 0 n, 0 d 1 v, 0 n, 0 d 1/5
Tournoi des six nations 2011 2 3 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 1 d 3/5
Tournoi des six nations 2012 4 2 v, 1 n, 2 d 1 v, 0 n, 1 d 2/5

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a Grand chelem.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

En équipe de France[modifier | modifier le code]

Dimitri Yachvili intègre l'équipe de France des moins de 21 ans avec qui il participe au championnat du monde 2001 en Australie.

Depuis 2002, Dimitri Yachvili a disputé 61 matchs avec l'équipe de France au poste de demi de mêlée, au cours desquels il a marqué 373 points. Il a notamment participé à neuf Tournois des six nations (2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2010, 2011 et 2012) ainsi qu'à deux Coupe du monde en 2003 et 2011 . Il a remporté deux fois un Grand chelem en 2004 et 2010, il a aussi été vainqueur du Tournoi des Six Nations à deux autres reprises en 2006 et 2007, il a été le meilleur marqueur de points français du tournoi des six nations 2003, 2005 et 2006. Il est le capitaine de l'équipe de France le contre l'équipe d'Afrique du Sud[2].

Records personnels[modifier | modifier le code]

Ces tableaux détaillent les records personnels de Dimitri Yachvili au .

Records personnels de Dimitri Yachvili
Type Score Compétition Lieu Date
nombre de points en sélection nationale 373 Sélection nationale
Drapeau : France France
McLean Park (Napier - Nouvelle-Zélande)
nombre de sélections nationales 61 Sélection nationale
Drapeau : France France
McLean Park (Napier - Nouvelle-Zélande)
nombre de points en un match de sélection nationale 19
Sélection nationale
Drapeau : France France-Drapeau : Angleterre Angleterre
Stade de France (Saint-Denis - France)
nombre de points en Coupe du monde 28 Coupe du monde
Drapeau : France France
McLean Park (Napier - Nouvelle-Zélande)
nombre de points en une Coupe du monde 17
Coupe du monde 2011
Drapeau : France France
McLean Park (Napier - Nouvelle-Zélande)
nombre de points dans un match de Coupe du monde 17
Coupe du monde 2011
Drapeau : France France-Drapeau : Japon Japon
North Harbour Stadium (North Shore City - Nouvelle-Zélande)
nombre de points en Tournoi des six nations 188
Tournoi des Six Nations
Drapeau : France France
Stade de France (Saint-Denis - France)
nombre de points dans un Tournoi des six nations 53
Tournoi des six nations 2005
Drapeau : France France
Stade Flaminio (Rome - Italie)
nombre de points dans un match de Tournoi des six nations 19
Sélection nationale
Drapeau : France France-Drapeau : Angleterre Angleterre
Stade de France (Saint-Denis - France)

Partenariat[modifier | modifier le code]

Dimitri Yachvili est l'emblème de plusieurs marques, dont Pétrole Hahn[12] et Citizen. Depuis le lancement de la Coupe du monde 2007, malgré sa non-sélection dans le XV de France, Dimitri est omniprésent à l'écran : campagne de pub à la radio et à la télévision pour les shampooings douche Pétrole Hahn, campagne d'affichage dans les gares et dans les quotidiens de France pour la marque Citizen.

Concernant son partenariat avec Citizen dont il est l'ambassadeur aux côtés de Dimitri Szarzewski (talonneur du XV de France) et Diego Domínguez (ancien demi d'ouverture du Stade français Paris), une campagne de publicité s'est affichée dans les gares de France et dans de nombreux quotidiens lors du début de la Coupe du monde de rugby 2007. Une montre série limitée signée Dimitri Yachvili a d'ailleurs été sortie pour l'occasion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dimitri Yachvili », sur www.itsrugby.fr (consulté le 2 mars 2014)
  2. a, b, c, d, e et f (en) « Dimitri Yachvili (statistics) », sur www.scrum.com (consulté le 13 février 2012)
  3. a, b, c, d, e et f Christophe Berliocchi, « Dimitri est un guerrier, il va revenir au top ! », sur www.armenews.com, Nouvelles d'Arménie,‎ (consulté le 13 mai 2010)
  4. a, b, c et d Hervé Marchon, « Sang mêlée », sur www.liberation.fr, Libération,‎ (consulté le 13 mai 2010)
  5. [1]
  6. a, b, c, d, e et f Julien Vitry, « Dimitri Yachvili : « Tout joueur rêve de rencontrer les Blacks » », sur www.xv-rugby.com,‎ (consulté le 13 mai 2010)
  7. « Yachvili le patient anglais », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 13 mai 2010)
  8. « Mondial 2011 : Yachvili déclaré bon pour le service », sur lemonde.fr,‎ .
  9. Jean-Sébastien Hevin, « Yachvili, l'atout maître du Biarritz Olympique », sur francesoir.fr,‎ .
  10. « Biarritz sans Harinordoquy et Yachvili pour l'entame du Top 14 », sur rugbyrama.fr,‎ .
  11. H. I., « Yachvili : «Je préfère arrêter» », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 11 avril 2014).
  12. « Pétrole Hann », sur www.angelconsulting.fr (consulté le 8 mai 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Lalanne, Le rugby est ma patrie, le combat des Yachvili, Prolongations,‎ , 15 cm x 24 cm, 175 p. (ISBN 2916400508)

Liens externes[modifier | modifier le code]