Raphaël Ibañez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ibáñez.
Raphaël Ibañez
Description de l'image Raphaël Ibañez 01.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (42 ans)
à Dax (France)
Taille 1,8 m (5 11)
Surnom Rafa[1]
Position talonneur
Carrière en junior
Période Équipe  
1990-1993 US Dax
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1993-1998
1998-2000
2000-2003
2003-2005
2005-2009
US Dax
USA Perpignan
Castres olympique
Saracens
London Wasps
?? (??)
18 (20)[2]
?? (??)
25 (10)[3]
67 (65)[3]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1996-2007 Drapeau : France France 98 (40)[4]
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
2012- Union Bordeaux Bègles

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 27 août 2015.

Raphaël Ibañez, né le à Dax, est un joueur de rugby à XV international français de rugby à XV évoluant au poste de talonneur. Il joue au sein de l'effectif des clubs anglais des London Wasps et des Saracens de 2003 à 2009, après avoir joué dans trois clubs français, l'US Dax où il commence sa carrière et qu'il quitte en 1998, l'USA Perpignan, et le Castres olympique.

En seize ans au plus haut niveau, Raphaël Ibañez a inscrit à son palmarès une coupe d'Europe en 2007 et un titre de champion d'Angleterre en 2008. Il remporte également la coupe anglo-galloise en 2006 ainsi que le bouclier européen en 2002-2003. En équipe de France, il remporte deux Grands Chelems (1998 et 2002), une finale de Coupe du monde. Il a disputé trois Coupes du monde.

À l'issue de sa retraite sportive, il entraîne l'Union Bordeaux Bègles depuis 2012.

Il est également consultant sportif pour la télévision.

Carrière[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Raphaël Ibañez naît le à Dax[4] dans les Landes. La famille de son père Jacques est originaire d'Orthez puis s'implante à Dax[5], Raphaël grandit chez ses parents à Saugnac-et-Cambran[6],[7]. Son père est un joueur de rugby à XV puis un entraîneur de l'US Dax, international B, au poste de talonneur[5],[8]. Lors de sa jeunesse, Raphaël se rend régulièrement chez ses grands-parents à Mouscardès ; c'est dans ce village landais que naît sa passion de la course landaise, plus particulièrement pour les écarteurs[9].

Raphaël Ibañez débute le sport par le basket-ball qu'il pratique depuis l'âge de 8 ans, et commence le rugby à XV assez tard puisqu'il joue son premier match à l'âge de 17 ans et prend sa licence en 1990[8],[5],[6].

Premiers pas à Dax et avec l'équipe de France[modifier | modifier le code]

Raphaël Ibañez joue son premier match avec l'équipe première de l'US Dax en 1993[8].

Ibañez reçoit sa première cape à l'âge de 23 ans le [4],[Note 1]. Il est retenu pour affronter le pays de Galles. Il obtient le brassard de capitaine du XV de France pour la première fois le , lors de la réception de l'Angleterre dans le cadre du Tournoi des Cinq Nations 1998[1].

Après avoir quitté son club formateur en 1998 pour rejoindre l'USA Perpignan, il signe en 2000 avec le Castres olympique ; il privilégie le club tarnais pour sa participation à la Coupe d'Europe de rugby à XV plutôt que les offres de l'AS montferrandaise et des Northampton Saints, ainsi que celle de l'US Dax[10].

Il dispute sa première Coupe du monde en 1999, pour laquelle il est toujours le capitaine de l'équipe de France[1]. La France perd en finale sur le score de 35 à 12 contre les Wallabies[11],[Note 2].

Première retraite internationale et carrière en Angleterre[modifier | modifier le code]

À l'issue de la Coupe du monde 2003, Ibañez annonce sa retraite internationale[1], alors qu'il avait déjà pris la décision de s'expatrier à Londres, signant un contrat pour le club anglais des Saracens[1].

En 2005, il rejoint un autre club de la capitale britannique, les London Wasps ; il est alors le premier international français à évoluer dans l'effectif des noir et jaune anglais[12].

Il revient sur sa décision prise deux ans auparavant et sort de sa retraite internationale en 2005. Lors de son absence c'est Fabien Pelous qui a le rôle de capitaine ; il récupère le brassard des Bleus lors de la tournée en Nouvelle-Zélande de novembre 2006, lors du 2e test-match joué contre les All Blacks[1],[Note 3]. Raphaël Ibañez annonce qu'il met un terme à sa carrière internationale le [13]. À la suite de nombreuses blessures à répétition (dont 3 KO en trois mois fin 2008), Raphaël Ibañez annonce à l'âge de 36 ans la fin de sa carrière le [14].

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Le 23 avril 2012, Ibañez est annoncé comme étant le futur manager de l'Union Bordeaux Bègles par Laurent Marti[15], alors que ses services étaient sollicités par de nombreux clubs depuis sa retraite de joueur[6].

En avril 2015, à la suite de l'appel à candidature de la FFR pour le poste de sélectionneur du XV de France, il envoie son dossier pour obtenir ce poste. Il est auditionné en mai 2015 par la commission présidée par Pierre Camou chargée de désigner le successeur de Philippe Saint-André[16]. Serge Blanco a avancé le nom de Raphaël Ibañez, ainsi que ceux de Fabien Galthié et de Guy Novès au rang des « gens qui auraient les compétences » le vendredi quand le comité directeur de la FFR a arrêté le calendrier de nomination du sélectionneur[17]. Le , la Fédération française de rugby à XV annonce officiellement que Guy Novès sera le prochain sélectionneur[18].

Pour la première fois dans l'histoire de l'UBB, il mène l'équipe girondine à la qualification pour la Coupe d’Europe pour la saison 2015-2016, après s'être qualifiée en barrage d'accession face à l'équipe anglaise de Gloucester RFC[19].

Consultant sportif et autres activités[modifier | modifier le code]

Après avoir été consultant de la BBC et de Canal+ (saison 2009-2010) , il rejoint France Télévisions en 2010. Il commente avec Mathieu Lartot la H Cup 2010-2011, 2011-2012, 2012-2013, 2013-2014 la finale du Top 14 2010-2011, la Coupe du monde 2011 et coprésente XV/15 durant le Tournoi des Six Nations 2011, 2012, 2013 et 2014.

Il a également écrit ou coécrit et préfacé plusieurs livres sur le rugby:

  • Jean Cormier, Raphaël Ibañez, Frédéric Brandon, Le Rugby à bout de bras, Éditions du Rocher, coll. « Documents »,‎ , 175 p. (ISBN 978-2-2680-6153-5)
  • Jean-Pierre Dorian et Pierre Galy (préf. Raphaël Ibañez), La grande histoire du rugby, Nouveau Monde Éditions, coll. « Beau Livre LG »,‎ , 383 p. (ISBN 978-2-84736-268-8)'
  • Raphaël Ibañez (préf. Jean Cormier), Les yeux dans les yeux, Éditions du Rocher, coll. « Documents »,‎ , 279 p. (ISBN 978-2-2680-6392-8)
  • Marc Large (préf. Raphaël Ibañez), Brèves du Sud-Ouest, féria, rugby et déconne, M. Large, Dax, coll. « Documents »,‎ , 44 p. (ISBN 978-2-9523-6891-9)[20]

Le 20 mai 2010, son entrée au cabinet de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports, est annoncée[21]. Il est conservé par la ministre suivante, Chantal Jouanno.

Palmarès de joueur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En seize ans au plus haut niveau, Raphaël Ibañez a inscrit à son palmarès une coupe d'Europe en 2007 et un titre de champion d'Angleterre en 2008. Il remporte également la coupe anglo-galloise en 2006 ainsi que le bouclier européen en 2002-2003.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Raphaël Ibañez a participé à trois Coupes du monde, avec une place de vice-champion du monde 1999, il termine également quatrième en 2003 et en 2007. Raphaël Ibañez a remporté deux Grands Chelems (1998, et 2002).

  • Vainqueur de la coupe latine : 1997
  • Équipe de France universitaire : champion du monde 1996 (lauréat avec cette équipe du Prix François Lafon de l'Académie des sports, décerné au(x) meilleur(s) jeune(s) espoir(s) annuel(s) français)

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Raphaël Ibañez en Coupe du monde
Édition Rang Résultats France Résultats Ibañez Matchs Ibañez
Royaume-Uni 1999 Finaliste 5 v, 0 n, 1 d 5 v, 0 n, 1 d 6/6
Australie 2003 Quatrième 5 v, 0 n, 2 d 4 v, 0 n, 2 d 6/7
France 2007 Quatrième 4 v, 0 n, 3 d 3 v, 0 n, 3 d 6/7

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Statistiques de joueur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Il participe à la coupe d'Europe (1996-1997, 1998-1999, 2000-2001, 2001-2002, 2005-2006, 2006-2007, 2007-2008 et 2008-2009), au challenge européen (1997-1998, 1999-2000, 2002-2003 et 2004-2005) et au Bouclier européen (2003-2004).

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Quart-de-finale France - All Blacks en 2007.

Palmarès d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Depuis son arrivée à la tête du club de l'Union Bordeaux Bègles en juin 2012, Raphaël Ibañez dirige l'équipe première sur un total de 32 rencontres pour un bilan de 8 victoires, un match nul et 23 défaites, lors de la première saison.

Détails du parcours de Raphaël Ibañez au poste d'entraîneur.
Championnat Équipe Phase régulière Phase finale Coupe d'Europe Résultats
Top 14 2012-2013 Union Bordeaux Bègles 12e Non qualifié Challenge européen 2012-2013 Éliminé en poule
Top 14 2013-2014 Union Bordeaux Bègles 8e Non qualifié Challenge européen 2013-2014 Éliminé en poule
Top 14 2014-2015 Union Bordeaux Bègles 7e Non qualifié Challenge européen 2014-2015 Éliminé en poule

Famille[modifier | modifier le code]

Raphaël Ibañez épouse Sandra en 1995, la fille de Claude Dourthe[24]. Ils ont quatre enfants, Clara, Mateo, Marie et Julien[Note 4],[24]. Il est également le beau-frère de Richard Dourthe[24] et Olivier Magne[6], respectivement les frère et mari de Marion Dourthe, elle-même sœur de Sandra Ibañez.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une cape (de l'anglais cap, qui signifie casquette) est une casquette qui symbolise la sélection d'un sportif dans l'équipe nationale de son pays. Ce terme est particulièrement utilisé au rugby à XV.
  2. Wallabies est le surnom donné à l'équipe d'Australie de rugby à XV.
  3. All Blacks est le surnom donné à l'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV.
  4. Ils sont respectivement âgés de neuf, sept, quatre et un an le 7 septembre 2007.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Jean-Louis Aragon, « Ibanez, l'incontournable exemple », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 27 août 2015).
  2. « Raphael Ibanez », sur www.usapiste.fr (consulté le 25 mai 2015)
  3. a et b « Ibanez Raphaël », sur www.itsrugby.fr (consulté le 27 août 2015)
  4. a, b et c (en) « Raphael Ibanez », sur www.espnscrum.com, ESPNscrum (consulté le 27 août 2015).
  5. a, b et c G.L., « à Decazeville, Guy Ibanez n'aura d'yeux que pour son neveu », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 27 août 2015)
  6. a, b, c et d Christian Seguin, « Raphaël Ibañez, l’'homme de tous les défis », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ (consulté le 27 août 2015).
  7. Benjamin Ferret, « Une affaire de famille », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ (consulté le 27 août 2015).
  8. a, b et c Philippe Rochette, « Raphaël Ibañez, 24 ans, capitaine de l'équipe de France de rugby. Grand chelem espéré samedi, dans le Tournoi des cinq nations. Cramponné à la syntaxe. », sur liberation.fr, Libération,‎ (consulté le 14 mai 2015)
  9. Jean-Louis Laffitte, « Ibanez chante les Pyrénées jusqu'en Australie », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 27 août 2015).
  10. Maxime Blondet, « Raphaël Ibañez : « Vivre la dynamique du CO » », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 26 mai 2015)
  11. Éric Collier, « Le rêve bleu se brise sur la muraille australienne », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 24 mai 2015).
  12. (en) Robert Kitson, « Ibanez puts the bull into Wasps' battle line », sur www.theguardian.com, The Guardian,‎ (consulté le 27 août 2015).
  13. « Rugby-XV de France - Ibañez arrête, c'est officiel », sur www.lequipe.fr, L'équipe,‎ (consulté le 17 février 2009)
  14. « Rugby - Retraite - Ibanez a écouté son médecin », sur www.lequipe.fr, L'équipe,‎ (consulté le 17 février 2009)
  15. « Transferts officialisés », sur ubbrugby.com,‎
  16. « XV de France: les auditions terminées en fin de semaine », sur www.leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 30 mai 2015).
  17. « XV de France : le successeur de Philippe Saint-André connu en mai », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ (consulté le 30 mai 2015).
  18. « Guy Novès sera bien le nouveau sélectionneur du XV de France », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 31 mai 2015).
  19. Richard Escot, « Face à Gloucester, l'UBB se qualifie en Coupe d'Europe », sur L'Équipe (consulté le 12 juin 2015).
  20. « Brèves du Sud-Ouest Marc Large », sur www.aquitaineonline.com,‎ (consulté le 17 février 2009)
  21. « Divers : Ibañez entre au ministère », sur Rugby365.fr (consulté le 20 mai 2010)
  22. [1] Prix Emmanuel Rodocanachi
  23. « L'ancien capitaine Raphaël Ibanez met fin à sa carrière », sur www.france24.com,‎ (consulté le 16 novembre 2013)
  24. a, b et c Matthieu Le Chevallier, « L'émotion de Sandra Ibañez », sur www.leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 26 mai 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Dussarrat et al. 2003] Etienne Dussarrat, Marcel Bordenave, Bernard Dussarrat et al., Un siècle de sports, 1904-2004, Dax, Aquitaine Presse,‎ , 192 p. (ISBN 2-9520620-1-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]