Baptiste Couilloud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Baptiste Couilloud
Description de cette image, également commentée ci-après
Baptiste Couilloud le .
Fiche d'identité
Nom complet Baptiste Amédée Couilloud
Naissance (21 ans)
à Lyon (France)
Taille 1,76 m (5 9)
Surnom Titou[1]
Position demi de mêlée
Carrière en junior
PériodeÉquipe 
2014-2016Lyon OU
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2015-Lyon OU48 (82)[2]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2014-2015
2014-2015
2015-2016
2016-2017
2018-
Drapeau : France France -18
Drapeau de la France France à sept Dvt
Drapeau : France France -19
Drapeau : France France -20
Drapeau de la France France
4 (15)


19 (42)[3]
3 (0)[3]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 23 juin 2018.

Baptiste Couilloud, né le , est un joueur français de rugby à XV et de rugby à sept évoluant au poste de demi de mêlée. Il évolue au sein du Lyon OU en 2017-2018[4].

Il est international français dans les différentes catégories de jeunes, Barbarian français et du XV de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

De son nom complet Baptiste Amédée Couilloud[5], il est né le 22 juillet 1997[5] dans le 3e arrondissement de Lyon[réf. nécessaire]. Son père, Hervé, a notamment joué au football en 3e division dans les années 1980-1990 à l'AS Saint-Priest, un club de la région lyonnaise[6]. Il est le frère aîné de Barnabé son cadet de 19 mois qui pratique également le rugby au Lyon OU en catégorie Espoir Reichel[pertinence contestée].

Titulaire du baccalauréat S mention bien obtenu en 2015, il prépare ensuite un DUT de génie civil à l'université Lyon 1[7].

Il débute le rugby à l'âge de 6 ans au sein de l'école de rugby du club de sa ville, le Lyon olympique universitaire rugby. Il joue au poste de demi d'ouverture jusqu'en junior Crabos avant d'être repositionné au poste de demi de mêlée en conséquence de l'arrivée du demi d'ouverture d'Aix-en-Provence Julien Hervouët[réf. nécessaire]. En 2015, il intègre le centre de formation du Lyon OU et fera partie de la promotion Wanda Noury du pôle France 2015-2016 installée au centre national de rugby à Marcoussis[8].

À l'orée de la saison 2016-2017, il fait partie de l'effectif professionnel du Lyon OU coaché par Pierre Mignoni pour préparer la saison de Top 14[9].

Carrière[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Le 24 avril 2016, lors de la 27e journée de Pro D2 ce pur produit de la formation lyonnaise commence sa carrière professionnelle à Colomiers en entrant à la 65e minute en remplacement de Mathieu Lorée, lors d'une défaite 16-27. Lors de la journée suivante, il fait partie du groupe lyonnais victorieux (61-31) du Biarritz olympique au Matmut Stadium, il inscrit son premier essai en pro à la 76e minute, le 10e de l'équipe ce soir-là[10].

Pour la saison 2016-2017, il est intégré au groupe professionnel pour préparer la nouvelle saison du Lyon OU en Top 14. Le 27 août 2016, au stade de Colombes contre le Racing 92, champion de France en titre, il entre à la 65e minute en remplacement de l'argentin Agustin Figuérola pour une défaite 29-16.Il honore ainsi son premier match en Top 14 lors de la 2ème journée. Puis lors de la 4e journée, au stade Marcel-Deflandre de La Rochelle, il connaît sa première titularisation et est remplacé à la 57e minute par Frédéric Michalak. Lyon s'incline 43-18. Il dispute son premier match européen en challenge européen, le 14 avril 2016 au Stade des Alpes contre le FC Grenoble. Il joue l'intégralité du match et le LOU s'impose 39 à 13. Le 29 octobre 2016, il inscrit son premier essai en Top 14 au stade Jean Bouin de Paris (défaite 25-19 contre le Stade français)[11].

Lors de la 2e journée du Top 14 2018-2019, il est capitaine de Lyon pour la première fois de sa carrière, à tout juste 21 ans, à l'occasion du déplacement à Castres[12]. Le , il se blesse gravement à la cheville gauche sur la dernière action du match contre Grenoble (34-6). Les examens révèlent une fracture du péroné. Il est ainsi éloigné des terrains entre trois et quatre mois[13].

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

2015 : Débuts en bleu en catégorie de jeunes[modifier | modifier le code]

Le 8 mars 2015 appelé par Philippe Agostini en remplacement d'un joueur blessé, il connaît sa première sélection en équipe de France en catégorie de jeunes moins de 18 ans contre le pays de Galles au stade Ladoumègue de Massy[14]. Il fait son entrée à la place d'Arthur Retière à la 59e minute et inscrit 2 minutes plus tard l'essai de la victoire (20-17) après une joli mouvement collectif[15]. Dans la foulée, il est retenu pour le championnat d'Europe qui se déroule en région Midi-Pyrénées lors duquel il est titularisé au poste de demi de mêlée pour les trois matches (Écosse, Angleterre et Géorgie) menant au titre continental le 4 avril 2015 au stade Ernest-Wallon de Toulouse devant 5000 spectateurs. Il inscrira pendant le tournoi 2 essais dont un contre l'Angleterre en demi-finale[16]. Dans cette catégorie d'âge, il aura notamment pour entraineur un ex-demi de mêlée, Antoine Nicoud.

Le week-end du 25 avril 2015 au stade Darragon de Vichy, il fera partie du groupe France de rugby à 7 des moins de 19 ans qui deviendra champion d'Europe lors de ce tournoi[17]. L'année suivante, il participera avec France 7 développement à une étape du World Rugby Sevens Series à Singapour.

Pendant les saisons de 2015 à 2017 il cumulera de nombreux matches avec les équipes de France des moins de 19 et moins de 20 ans (29 participations pour 47 points), avec notamment la participation à 2 championnats du monde juniors en Angleterre puis en Géorgie.

2017 : Première sélection en sénior[modifier | modifier le code]

Le 10 novembre 2017, il est sélectionné avec les Barbarians français [18]entraînés par Franck Azéma et Bernard Goutta pour affronter les Māoris All Blacks au Stade Chaban-Delmas de Bordeaux devant plus de 30 000 spectateurs. Associé à Romain Ntamack, ils forment une jeune charnière à fort potentiel, titulaire il est remplacé à la 61ème minute par Teddy Iribaren. Les Baa-Baas parviennent à s'imposer 19 à 15[19].

2018 : Intégration dans le groupe France[modifier | modifier le code]

Le 4 février 2018, suite au forfait d'Antoine Dupont blessé lors de France-Irlande premier match du tournoi des 6 nations, il est appelé par Jacques Brunel pour intégrer le groupe France en préparation du deuxième match en Ecosse, il sera accompagné de son partenaire à la charnière au LOU Rugby, Lionel Beauxis, lui aussi appelé en remplacement de Matthieu Jalibert blessé également[20].

Le 21 février 2018, il est retenu dans l'équipe du XV de France pour le troisième match du tournoi des 6 nations contre l'Italie. 2 jours plus tard lors de la victoire du XV de France 34-17, il remplacera Maxime Machenaud à la 70e et honorera ainsi sa première cape en Bleus[21],[22].

A l'orée de la saison 2018-2019, il est intégré à la liste XV de France de 40 joueurs et participe au premier stage de développement du 5 au 12 juillet 2018 au CNR de Marcoussis[23],[24].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En rugby à XV[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

En rugby à sept[modifier | modifier le code]

  • Championnat d'Europe des moins de 19 ans :

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Média guide France -20 - Tournoi des 6 Nations 2016 » [PDF], sur www.ffr.fr, FFR, (consulté le 20 janvier 2018), p. 5.
  2. « Couilloud Baptiste », sur www.itsrugby.fr (consulté le 2 juin 2018).
  3. a et b « Fiche internationale de Baptiste Couilloud », sur www.itsrugby.fr (consulté le 23 juin 2018).
  4. « Fiche Joueur du LOU Rugby : COUILLOUD Baptiste », sur Lourugby.fr (consulté le 7 août 2016)
  5. a et b (en) « Baptiste Couilloud », sur en.espn.co.uk, ESPNscrum (consulté le 25 décembre 2016).
  6. « Top 14: Couilloud à Lyon, la tête et les jambes », sur www.lexpress.fr, L'Express, (consulté le 8 septembre 2018).
  7. « Top 14 - Avec Baptiste Couilloud, Lyon tient une véritable pépite », sur www.rugbyrama.fr, 1 décembre 2016 (consulté le 27 septembre 2017)
  8. « Promotions Pôle France Rugby », sur FFR
  9. « Effectif Lou Rugby 2017-18 », sur lourugby.fr, (consulté le 28 décembre 2017)
  10. « L'homme du week-end : Couilloud a tout d'un grand », sur rugbyrama.fr, 4 septembre 2017 (consulté le 25 septembre 2017)
  11. « Stade français - Lyon (25-19) - Paris a galéré mais assuré l'essentiel », sur rugbyrama.fr, (consulté le 27 septembre 2017)
  12. « Couilloud Capitaine », sur www.leprogres.fr, Le Progrès, (consulté le 17 septembre 2018)
  13. « Baptiste Couilloud absent au moins trois mois », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 30 septembre 2018)
  14. « France – Pays de Galles -18 : 20-17 - FFR », sur www.ffr.fr (consulté le 10 août 2016)
  15. « France-Galles moins de 18 ans 2015 match de préparation », sur ffr.fr,
  16. Maxime Rouquié, « RESUME VIDEO. Championnat d'Europe U18. La France s'offre l'Angleterre et accède à la finale » (consulté le 10 août 2016)
  17. « France 7 -19 ans : Championnat d'Europe Jour 2 - FFR », sur www.ffr.fr (consulté le 10 août 2016)
  18. « Liste Barbarians français octobre 2017 », sur ffr.fr,
  19. « Barbarians Français battent les Maoris All Blacks : 19-15 », sur www.ffr.fr, FFR, (consulté le 11 novembre 2017)
  20. « 3 nouveaux appelés au groupe France », sur Europe1sports.fr,
  21. « Résumé France-Italie », sur ffr.fr,
  22. « Résumé France-Italie », sur 6nationsrugby.com,
  23. « Liste XV de France et France Développement », sur www.ffr.fr, FFR, (consulté le 7 juin 2018)
  24. « Stage développement XV de France », sur www.ffr.fr, FFR, (consulté le 17 septembre 2018)
  25. « Lou Rugby champion de France de Pro D2 en 2016 », sur lnr.fr,
  26. « France championne d'Europe moins de 18 ans de rugby », sur ffr.fr,
  27. « Le groupe France 7 U 19 pour Championnat d'Europe 2015 à Vichy. », sur FFR
  28. « France 7 U 19 champion d'Europe 2015 », sur FFR,
  29. « Laureat Pôle France »
  30. « Couilloud, révélation de l'année 2017-2018 », sur ledauphine.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]