Marc Lièvremont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lièvremont.
Marc Lièvremont
Description de l'image Marc Lièvremont coupe du monde 2011.JPG.
Fiche d'identité
Naissance (47 ans)
à Dakar (Sénégal)
Taille 1,82 m
Position troisième ligne aile puis entraîneur
Carrière en junior
Période Équipe  
1974-1988 ES argelésienne
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1988-1997
1997-2000
2000-2002
USA Perpignan
Stade français Paris
Biarritz olympique
109 (105)
 
10 (0)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1995-1999 Drapeau : France France 25 (25)
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
2003-2005
2003-2005
2005-2007
2007-2011
Biarritz olympique (Espoirs)
Drapeau : France France -21
US Dax
Drapeau : France France

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

Marc Lièvremont est un ancien joueur de rugby à XV et à sept français, ancien sélectionneur de l'Équipe de France de rugby entre 2007 et 2011, né le 28 octobre 1968 à Dakar (Sénégal).

Il a évolué en tant que troisième ligne aile dans les clubs de Perpignan, Paris et Biarritz, mais aussi en équipe de France de 1995 à 1999, marquant 5 essais en 25 sélections, et participant notamment au Grand Chelem de 1998 et à la Coupe du monde 1999. Durant son mandat de sélectionneur national, le XV de France remporte son neuvième Grand Chelem durant l'édition 2010 du Tournoi des Six Nations et atteint la finale de la Coupe du monde 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marc Lièvremont passe sa jeunesse dans la ville d'Argelès.

Fils d'Irène (lorraine de souche germanique) et Roland Lièvremont (originaire du Jura), Marc naît le à Dakar au Sénégal où son père, militaire engagé dans la Marine, y est basé depuis le printemps 1966[C 1]. Marc a 6 mois lorsque ses parents quittent le pays. La famille Lièvremont, qui doit suivre leur père dans toutes ses missions militaires, s'installe ensuite définitivement à Argelès-sur-Mer en 1973[C 2]. Roland Lièvremont quitte l'armée et devient éducateur pour handicapés mentaux. Irène, de confession catholique, s'investit dans la religion. Marc est l'aîné d'une fratrie de huit enfants (Marc, Vincent, François, Thomas, Matthieu, Claire et les jumeaux Pierre et Luc). Toute la famille habite dans une immense maison de campagne, surnommée « la Ribambelle »[C 2]. C'est à l'âge de 5 ans et demi, en CP, que Marc Lièvremont découvre le rugby à XV ; ses premiers instituteurs sont éducateurs au club local d'Argelès : l'Étoile sportive argelésienne[C 3]. Le jeune Lièvremont apprécie également la randonnée, la lecture, les jeux de société avec ses frères et sœur et les réunions familiales[C 4]. Au pays Catalan, Marc baigne dans un milieu de rugby : il regarde le Tournoi des V Nations et supporte l'USAP de Perpignan[C 4].

En difficulté à l'école, Pierre Aylagas, alors conseiller régional du Roussillon, lui propose d'aller à Béziers en section sport-études[C 5]. Parti à l'âge de 15 ans, il passe trois ans en terre biterroise sous l'égide de Raoul Barrière avant de décrocher un Bac B. Lièvremont part ensuite à Toulouse, en faculté de sciences sociales puis au CREPS de Lespinet où il apprend l'enseignement du « jeu à la Toulousaine », fondé par Robert Bru, et côtoie de grand joueur comme Fabien Galthié[C 5].

En parallèle, il suit ses amis d'Argelès qu'il quitte pour jouer à l'USAP et dispute la Coupe Frantz-Reichel, le championnat junior (moins de 21 ans)[C 6]. Il délaisse le poste de trois-quart centre pour celui de troisième ligne aile. En 1987, alors qu'il joue en Nationale B (championnat destiné aux équipes réserves) avec Perpignan, il est convoqué par Pierre Aylagas en sélections régionales du Roussillon et dispute le Trophée Maaf[C 6]. Alors que la plupart des joueurs convoqués sont déjà titulaires à Perpignan, Lièvremont dispute quelques matchs puis est contacté par Roland Génis, l'entraîneur de l'USAP[C 7].

Perpignan et débuts en équipe de France (1988-1997)[modifier | modifier le code]

Arrivé au cours de la saison 1988-1989, Marc Lièvremont dispute son premier match en équipe première contre Nîmes (défaite 16-12) le [1]. Malgré le limogeage de Roland Génis, Lièvremont garde la confiance du nouveau duo Dominique Bacave - Jean-François Imbernon[C 8] . Réaligné contre l'équipe de Blagnac de Christophe Deylaud, Lièvremont et ses coéquipiers sont corrigés 7-23 à domicile[2]. L'USAP ne se qualifie pas pour la phase finale en fin de saison. À l'intersaison, une nouvelle équipe dirigeante, menée par Paul Goze (président) et Georges Coste (entraîneur), propose un contrat fixe avec un salaire mensuel de 3000 francs à Marc Lièvremont qu'il accepte[C 8].

Parallèlement, Lièvremont doit accomplir ses obligations militaires au Bataillon de Joinville à Fontainebleau et continue ses études[C 9]. Alors qu'il opte pour devenir éducateur sportif, il passe alors deux années en STAPS à Montpellier aux côtés de Philippe Boher puis entame une formation aux examens d'éducateur au CREPS de Toulouse[C 10]. Sur les terrains, Lièvremont se fixe définitivement au poste de troisième-ligne aile, plus particulièrement à gauche (numéro 6), comme son père et la majorité de ses frères plus tard[C 11]. Il devient un redoutable plaqueur malgré son petit gabarit pour un troisième-ligne (1,82 mètres pour 84 kilos) et, petit à petit, le chouchou du stade Aimé-Giral bien qu'il n’ait aucune origine catalane[C 12]. Alors que le rugby n'est pas encore devenu professionnel, Lièvremont travaille à la mairie de Perpignan, en parallèle de sa carrière de joueur, où il est détaché auprès des écoles primaires. Il entame également une formation de sapeur-pompier professionnel[C 13].

C'est au stade Aimé-Giral que Lièvremont débute sous les couleurs de l'USAP.

Régulièrement sélectionné en équipe régionale, Marc Lièvremont fait notamment partie de la sélection du Languedoc-Roussillon qui s'incline 35-18 face à l'Australie, champions du monde en titre, le , marquant un essai à la 77e minute[3]. L'année suivante, il fait partie de la tournée d'été des Barbarians français, menés par Serge Blanco et Jean-Pierre Rives, en Australie ponctuée par deux victoires[C 14]. Ses bonnes prestations lui ouvrent les portes du XV de France. Au lendemain de la Coupe du monde 1995, une nouvelle génération (dirigée par Jean-Claude Skrela auquel s’adjoindra Pierre Villepreux) est mise en place[C 14]. Lièvremont effectue ses grands débuts sous le maillot Bleu le contre l’Italie (victoire 34-22) à l'occasion de la Coupe Latine remportée par la France[4]. Lièvremont poursuit sa progression chez les Bleus et participe à la tournée estivale en Argentine, en compagnie de son frère, Thomas. Il ne dispute pas les deux tests officiels contre les Pumas mais est aligné dans l'« équipe des toasts »[Note 1] contre une sélection de province[C 14] .

Entre 1989 et 1997, l'USAP, irrégulière en championnat, n’atteint les quart-de-finales que deux fois : en 1993 (défaite à nouveau 10-9 contre Toulon) et 1995 (défaite 12-12 ; 5-4 aux t.a.b contre Castres) sans jamais aller plus loin. L'USAP remporte cependant le Challenge Yves du Manoir 1994 sous la houlette de Paul Toussat (qui a remplacé Georges Coste) qui récompense la génération de Lièvremont avec Boher, Dispagne et Gérard Majoral (son pendant en troisième ligne)[C 13]. Il porte le brassard de capitaine pendant sa dernière saison au club, en 1996-1997[5]. Mais alors que le club a changé d'encadrement et que Marc Lièvremont continue de concilier rugby et activité de sapeur-pompier, la lassitude s'installe. Le troisième ligne décide de quitter l'USAP en 1997 pour un nouveau projet[C 15].

Stade français, Grand Chelem et Coupe du monde (1997-2000)[modifier | modifier le code]

L'entraîneur Bernard Laporte recrute Lièvremont au Stade français en 1997.

Contacté par Max Guazzini et Bernard Laporte (président et entraîneur du Stade français) au printemps 1997, Lièvremont est séduit par le projet d'envergure du duo francilien[C 16]. Pour son retour dans l'élite en tant que promu, Guazzini fait signer pas moins de 23 nouveaux joueurs, dont plusieurs internationaux comme Simon, Moscato, Gimbert, Juillet, Roumat, Dominguez, Dominici,... au Stade français. De son côté, Lièvremont voit son salaire multiplié par trois, découvre la vie parisienne et joue dans une équipe taillée pour le titre[C 17]. Les hommes de Laporte réalisent une saison exceptionnelle : Demi-finaliste du Challenge européen, les franciliens terminent premier de leur poule en phase régulière et retrouve Perpignan en finale du championnat au Stade de France[C 18]. Opposé à son frère Thomas, le Stade français de Marc Lièvremont s'impose nettement 34-7 et soulève le Bouclier de Brennus[C 19].

Peu avant, en début d'année 1998, Marc Lièvremont dispute le Tournoi des V nations. Remplaçant lors du premier match contre l’Angleterre, il profite de la blessure de Philippe Benetton pour former la troisième-ligne titulaire avec son frère et Olivier Magne[C 20]. Le XV de France réalise le Grand Chelem en surclassant notamment le Pays de Galles (0-51) lors du dernier match[6]. Durant cette année presque parfaite (une seule défaite contre l'Australie), Lièvremont participe à toutes les rencontres et devient un cadre de l'équipe de France[C 20]. La saison 1998-1999 est tronquée pour le joueur parisien qui se blesse de nouveau au genou droit[C 21]. Il se fait opérer début 1999 et doit manquer le Tournoi, qui s'avère calamiteux pour le XV de France : dernier avec 1 victoire et 3 défaites. Une facture de la clavicule contrarie la fin de saison de Lièvremont[C 22]. Alors que la presse évoque des conflits internes et que le duo Skrela-Villepreux est de plus en plus critiqué, l'équipe de France achève sa tournée de juin avec deux défaites face aux Tonga et à la Nouvelle-Zélande. Rétabli à temps, Marc Lièvremont fait partie de la liste des joueurs retenus pour la Coupe du monde 1999[C 23].

Les All Blacks de Jonah Lomu sont terrassés en demi-finale du Mondial 99 par les coéquipiers de Lièvremont.

Après une préparation très compliquée, les Bleus peinent à battre le Canada (33-20) en ouverture à Béziers[7] puis s'imposent de façon poussive contre la Namibie (47-13)[8] et les Fidji (28-19)[9]. Premier de leur groupe, le XV de France se qualifie pour les quarts-de-finale malgré les prestations en demi-teinte et les blessures de nombreux joueurs[C 23]. Opposés à l'Argentine en quart, les Bleus réalisent un très bon début de match et l'emportent (47-26) malgré l'efficacité du buteur argentin Gonzalo Quesada[10]. En demi-finale, la France retrouve les All Blacks, grands favoris de la compétition emmenés par leur ailier Jonah Lomu[C 24]. Mené 10-24 à la 45e minute, Marc Lièvremont et ses coéquipiers parviennent finalement à s'imposer 43-31 à Twickenham[11]. Il s'agit d'un des plus grands exploits du rugby et du sport français, encore à ce jour[C 24]. Blessé à la cuisse en demi, Lièvremont tient tout de même sa place en finale le contre l’Australie[C 25]. Encore en course à la pause (menés 12-6), les Bleus, vraisemblablement fatigués de leur exploit contre la Nouvelle-Zélande, craquent en seconde période et s'inclinent 35-12 au Millenium de Cardiff[12]. L’Australie est championne du monde tandis que Marc Lièvremont met un terme à sa carrière internationale sur cette finale perdue, un décision qu'il avait prise avant la compétition[C 26].

À l'issue de la Coupe du monde, l'entraîneur Bernard Laporte quitte le Stade français pour prendre en main le XV de France. Marc Lièvremont voit Georges Coste, son ancien entraîneur à l'USAP, le remplacer[C 27]. La saison 1999-2000 est assez ambivalente et s'achève dans la confusion. Les joueurs du Stade français, en conflit avec leur entraineur, organisent une fronde et obtiennent l'éviction de Georges Coste en mai 2000. C’est virtuellement sans entraîneur qu’ils arrivent en finale du championnat contre l'US Colomiers. Absent de la feuille de match, Lièvremont voit ses coéquipiers l'emporter 28-23 et s’adjuger un second titre de champion de France[C 28]. Il s'agit de la dernière saison de Lièvremont au Stade français. Les remous de la fin de saison l'ont convaincu de partir[C 29].

Fin de carrière à Biarritz (2000-2002)[modifier | modifier le code]

Contacté par les Harlequins de Londres, Marc Lièvremont choisit finalement de rejoindre Biarritz où il retrouve son frère Thomas[C 30]. Pour sa première saison au BO, il échoue en demi-finale du championnat face à l'AS Montferrand (9-16) et est éliminé en Coupe d'Europe en quart par le Munster (38-29). La saison 2001-2002 est auréolée d'un nouveau titre de champion de France remporté contre Agen[C 31]. Lièvremont ne dispute pas la finale, rattrapé par une nouvelle blessure à son genou droit. Cette dernière l'empêche définitivement de retrouver les terrains. Marc Lièvremont est contraint d'arrêter sa carrière de joueur en mars 2002[C 32].

Alors qu'il lui restait deux ans de contrat, le président du BO Marcel Martin lui propose une reconversion dans le staff technique en tant qu'analyste vidéo. Cette expérience dure une saison[C 33].

Entraîneur des moins de 21 ans (2003-2005) puis de l'US Dax (2005-2007)[modifier | modifier le code]

Lièvremont dirige et fait accéder l'US Dax (ici, en rouge) en Top 14.

En 2003, Marc Lièvremont est nommé entraîneur des Espoirs avec Jean-Philippe Saffore[C 34]. Possédant déjà ses diplômes, c'est durant cette période qu'il découvre la fonction qui va le conduire jusqu'au XV de France. Tout en s'inspirant de ses anciens dirigeants, il développe sa propre perception du jeu, son autorité, ses valeurs et la relation avec ses joueurs[C 35]. À la même époque, il est sollicité par la Fédération via la Direction technique nationale (DTN) pour prendre en charge l'équipe de France des moins de 21 ans, aux côtés de Philippe Agostini[C 36]. Placé sous la houlette de Max Godemet, dont il s’inspira des méthodes d'entraînement[13], Lièvremont mène les jeunes français lors du Tournoi des moins de 21 ans en 2005 et en Coupe du monde des moins de 21 ans disputée en Argentine où la France atteint les demi-finales[C 37]. Jusqu'en 2006, il est aussi co-entraîneur de l'équipe de France A.

En 2005, Marc Lièvremont accepte le poste d'entraîneur de l'US Dax que lui a proposé le comité du club[C 38]. L'effectif présent est renforcé par l'arrivée d'Emmanuel Menieu, Christophe Milhères, Philippe Carbonneau et plusieurs joueurs Espoirs[C 39]. Avec l'aide de Jean-Philippe Coyola, il emmène Dax jusqu'en finale de Pro D2 en fin de saison[C 40]. Le club échoue face à Albi (défaite 12-8) mais prend sa revanche la saison suivante en battant La Rochelle (victoire 23-16) le , accédant ainsi au Top 14[C 41]. Alors qu'il a convaincu ses deux frères, Thomas et Matthieu, troisièmes lignes également, de venir le rejoindre à Dax pour la saison suivante, Lièvremont est sondé pour le poste de sélectionneur.

Carrière de sélectionneur (2007-2011)[modifier | modifier le code]

Marc Lièvremont assiste à la demi-finale Stade Toulousain - ASM Clermont Auvergne du Top 14 à Bordeaux en mai 2009.

Pendant la Coupe du monde 2007, Marc Lièvremont est contacté par Bernard Lapasset, alors président de la FFR, pour succéder à Bernard Laporte au poste de sélectionneur du XV de France[C 42]. D'abord réticent et lié contractuellement à l'US Dax[C 43], Lièvremont accepte finalement la proposition[C 44]. La nomination est officialisée le [14]. Dans son staff, il intègre Fabien Pelous au comité de sélection, maintient Jo Maso comme « manageur » et choisit comme adjoints Émile Ntamack (responsable des arrières) et Didier Retière (responsable des avants)[15],[C 45].

Dans son groupe, Lièvremont choisit Lionel Nallet (Castres) comme capitaine[C 46] et s'appuie sur une nouvelle génération de joueurs (Barcella, Parra, Trinh-Duc, Ouedraogo, Picamoles[16],[C 47]). Pour leur entrée dans le Tournoi 2008, les Bleus impressionnent offensivement face à l’Écosse (27-6)[17] et l'Irlande (26-21)[18] emmenés notamment par Vincent Clerc et Cédric Heymans. Défaits au Stade de France par l’Angleterre (13-24)[19], les joueurs français se rattrapent contre l’Italie (25-13)[20]. Tout proche de la victoire finale, le XV de France craque finalement face au Pays de Galles (29-12) qui réalise le Grand Chelem[21]. L'équipe de France finit troisième du Tournoi.

Pour la tournée estivale en Australie, Marc Lièvremont, privé des internationaux du Stade toulousain, de l'ASM Clermont Auvergne, de l'USA Perpignan et du Stade français qui disputent les demi-finales du Top 14 dans leurs clubs respectifs[22], convoque un groupe « expérimental » tout en rappelant Sébastien Chabal et Dimitri Yachvili[23]. La tournée se solde par deux lourdes défaites 34-13 à Sydney[24] puis 40-10 à Brisbane[25] face aux Wallabies[Note 2]. Durant la tournée d'automne, l'équipe de France prend sa revanche sur l'Argentine (12-6)[26] après les deux défaites lors de la dernière Coupe du monde puis bat facilement les Pacific Islanders[Note 3] (42-17) au Stade Bonal (Montbéliard)[27]. Cependant, le XV de France s'incline une nouvelle fois contre l'Australie (13-18)[28], au Stade de France, faute à un buteur, David Skrela, peu en réussite[C 48].

Les Bleus débutent le Tournoi 2009 par une défaite en Irlande (30-21)[29], qui réalisera le Grand Chelem, puis enchaînent deux victoires à domicile face à l’Écosse (22-13)[30] et le Pays de Galles (21-16)[31]. Opposée ensuite au XV de la Rose[Note 4], l'équipe de France est humiliée face aux assauts anglais à Twickenham (34-10)[32],[C 49]. Cette lourde défaite est partiellement compensée par les 50 points inscrits contre l'Italie lors du dernier match (50-8)[33]. Le XV de France se classe de nouveau troisième et ressort du Tournoi très critiqué[34],[C 50]. Ce Tournoi mitigé est suivi d'une tournée d'été en Nouvelle-Zélande. En l'absence de Lionel Nallet (blessé), Lièvremont nomme Thierry Dusautoir comme capitaine[35]. L'intérim ayant été concluant, il le restera finalement jusqu'au bout du mandat[C 51]. Lors du premier match face aux All Blacks, les Bleus l'emportent à la surprise générale à Dunedin (27-22)[36]. Une première en terre Néo-Zélandaise depuis 1994[C 52]. Le XV de France est tout près de réédité l'exploit de 1994[Note 5] après une courte défaite (14-10) lors du second match[C 53] . Au cours de cette tournée, Marc Lièvremont doit gérer l'« affaire Mathieu Bastareaud[Note 6]» qui provoque une crise diplomatique entre la France et la Nouvelle-Zélande et quelques remous politiques[37],[38],[C 54]. L'équipe de France achève sa tournée par une défaite contre l'Australie (22-6)[C 55]. Le bilan est malgré tout positif. En novembre, les Bleus font face aux Springboks sud-africains, champions du monde en titre et vainqueur du dernier Tri-nations[C 56]. Vaillant, le XV de France s'impose avec la manière 20-13 au Stadium de Toulouse[39]. Après une victoire plus large face aux Samoa (43-5)[40], l'équipe de France retrouve les All Blacks à Marseille[C 57]. Mais l'écart est encore trop grand entre les deux équipes, la Nouvelle-Zélande l'emporte 39-12[41].

Le XV de France, emmené par Morgan Parra (numéro 9), l'emporte contre l’Écosse (18-9) durant le Tournoi 2010.

En 2010, les Bleus réalisent un début de Tournoi parfait avec quatre victoires face à l’Écosse (18-9)[42], l'Irlande (33-10)[43], le Pays de Galles (26-20)[44] et l'Italie (46-20)[45] s'appuyant notamment sur une mêlée solide et leur buteur Morgan Parra[46]. Face à l'enjeu, le dernier match contre l'Angleterre lors du « Crunch » est plus compliqué mais l'équipe de France s'impose finalement 12-10 au Stade de France le 20 mars[47]. Les hommes de Lièvremont réalisent le Grand Chelem, le neuvième de l'histoire du XV de France et le premier depuis 2004[C 58]. Marc Lièvremont est le quatrième joueur/entraîneur à remporter le Grand Chelem à la fois comme joueur et entraîneur, après Jean-Claude Skrela, Jacques Fouroux, et Clive Woodward[48].

Ce Grand Chelem est suivi d'une tournée catastrophique dans l'hémisphère Sud[C 59]. En effet, fatigué après une fin de saison éprouvante en club, le groupe de Marc Lièvremont subit deux grosses défaites coup sur coup face à l'Afrique du Sud (42-17)[49] puis l'Argentine (41-13)[50]. Tout est remis à plat à plus d'an an de la Coupe du monde. La dernière tournée d'automne débute bien pour les Bleus qui enchaînent une victoire face aux Fidji (34-12) à Nantes[51] puis contre l'Argentine (15-9) à Montpellier[52]. Au cours de cette tournée, Marc Lièvremont décide de repositionner Damien Traille au poste d'ouvreur[C 60]. L'équipe de France dispute son dernier match face à l'Australie le . Alors que le score est de 13-13 à la pause, les Tricolores sont ensuite humiliés en seconde mi-temps par les Wallabies (59-16) qui inscrivent sept essais au Stade de France[53]. Il s'agit de la plus lourde défaite de l'histoire du XV de France à domicile[54]. Cette débâcle est suivi d'une longue discussion entre le staff et les joueurs où le style de jeu de l'équipe est remis en question[C 61]. Le sélectionneur Lièvremont est sous le feu des critiques[55],[C 62].

Après la défaite contre l’Italie dans le Tournoi 2011, Marc Lièvremont parlera du « match de la honte ».

Après la débâcle au Stade de France, le XV de France se rassure en ouverture du Tournoi 2011 en battant l’Écosse (34-21)[56] puis l'Irlande (25-22)[57] avant de chuter face aux anglais à Twickenham (17-9)[58], futurs vainqueur de la compétition. Après une coupure de quinze jours, l'équipe de France s'incline contre l'Italie (22-21) à Rome[59]. C'est une défaite historique pour le XV de France : Jamais les transalpins n'avaient battu les Bleus dans le Tournoi des Six Nations[60]. Face à cette « honte » et « humiliation » selon ses propres termes[61], Marc Lièvremont décide de renvoyer plusieurs joueurs cadres (Chabal, Jauzion, Thion) qui ne reporteront jamais le maillot Bleu[62]. Lors du dernier match, les joueurs du XV de France se rachètent en gagnant face au Pays de Galles (28-9) et finissent deuxième ex-æquo au classement[63]. Cependant, la défaite face aux italiens a laissé des traces, l'ossature du XV de France ainsi que la position du sélectionneur demeurent fragiles à quelques mois de de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande[64],[C 63].

Coupe du monde 2011[modifier | modifier le code]

Le , Marc Lièvremont dévoile sa liste de 32 joueurs pour la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande[C 64],[65]. Il choisit de ne pas retenir Sébastien Chabal, Yannick Jauzion ni Clément Poitrenaud[66]. La surprise vient du jeune Raphaël Lakafia que Lièvremont n'avait jamais appelé auparavant[67]. Alors que la Coupe du monde débute le 9 septembre, les Tricolores sont réunis à partir du 28 juin pour une période de préparation intense au Centre national du rugby de Linas-Marcoussis[68],[C 65]. Le XV de France se déplace ensuite pour un stage d'une semaine à Saint-Laurent-de-Cerdans au domaine de Falgos puis enchaîne un nouveau stage d'une semaine au Chambon-sur-Lignon[C 66]. La préparation se déroule bien avec notamment le rétablissement de plusieurs blessés : Barcella, Domingo, Ouedraogo, Rougerie et Servat[C 67]. Cependant, le 4 août, Yoann Huget est contraint d'être exclu pour manquement à trois contrôles antidopage[69]. Le XV de France dispute deux matchs de préparation contre l'Irlande et s'impose à chaque fois : 19-12 à Bordeaux[70] et 22-26 à Dublin[71]. Afin de ramener sa liste à 30 joueurs, Marc Lièvremont décide d'écarter Thomas Domingo et Sylvain Marconnet[72],[C 68].

Marc Lièvremont, en conférence de presse, durant la Coupe du monde.

Les français débutent la Coupe du monde en battant, non sans se faire accrocher, le Japon (47-21) à North Harbour[73]. Avec une équipe complètement remaniée, la France s'impose ensuite contre le Canada (46-19) avec un triplé de Vincent Clerc[74]. Pour le match suivant opposant la France au pays hôte, la Nouvelle-Zélande, Marc Lièvremont décide d'introniser Morgan Parra à l'ouverture[C 69] alors que ce dernier a toujours évolué à la mêlée[75] au détriment de François Trinh-Duc. Ce choix surprend, le quotidien The New Zealand Herald parle même d'une « équipe B »[76]. Malgré une bonne entame de match, l'équipe de France voit les All Blacks s'imposer facilement 37-17 et la première place de la poule A s'éloigner[77]. En conférence de presse, les mauvaises relations entre Lièvremont et les médias sont à leur paroxysme lorsqu'il répond à un journaliste[78],[79] : « Tu m'emmerdes avec ta question »[Note 7],[C 70]. Une semaine plus tard, des doutes s'installent après la défaite face au Tonga (14-19)[80]. Laborieux dans tous les compartiments du jeu, les Bleus sont humiliés au Westpac Stadium de Wellington[C 71]. Il s'agit d'une des plus grosses surprises de l'histoire de la Coupe du monde[81]. L'équipe de France avec deux défaites et deux victoires parvient néanmoins à se hisser en quart-de-finale grâce aux points du bonus offensif[82]. Elle devient la deuxième équipe à se qualifier pour les quarts de finale de la compétition avec deux défaites, après les Fidji en 1987[83].

En finale, les joueurs de Lièvremont s'inclinent face aux All Blacks (8-7).

Après cette humiliation, la réaction d'orgueil des hommes de Lièvremont se produit : les Bleus l'emportent face à l'Angleterre (19-12) en quart-de finale[C 72], qu'ils n'avaient plus battue en Coupe du monde depuis 1995[84]. Marc Lièvremont, qui porte désormais une moustache à la suite d'un pari perdu[85], a enfin trouvé son équipe type[86]. En demi-finale, face aux Gallois, dominés bien qu'en supériorité numérique[C 73] , les Bleus l'emportent de justesse (9-8) et se qualifient pour la troisième finale de Coupe du monde de leur histoire après 1987 et 1999[87]. Marc Lièvremont devient le seul au monde à jouer une finale en tant que joueur puis en tant qu’entraîneur[C 74]. Le lendemain du match, il qualifie ses joueurs de « sales gosses » devant la presse pour une sortie nocturne[88]. Les médias évoquent une « scission[89] » entre le sélectionneur et ses joueurs qui sera confirmée par Imanol Harinordoquy après le Mondial[90]. Le , pour la finale de la Coupe du monde à l'Eden Park, les All Blacks, chez eux, sont donnés ultra-favoris. L'équipe de France, menée 8-0 à la pause, répond par un essai du capitaine Thierry Dusautoir[C 75]. Bien que perdant Morgan Parra et Vincent Clerc dans un match très physique, les Bleus livrent une défense héroïque et dominent même la dernière demi-heure malgré un arbitrage jugé défavorable[91], perdant d'un seul petit point (7-8)[92]. Au terme d'un parcours semé d’embuches, jamais la France n'aura été aussi près de remporter la Coupe du monde[93]. Il s’agit du dernier match de Marc Lièvremont à la tête du XV de France[94].

Reconversion comme consultant[modifier | modifier le code]

Lors de sa dernière conférence de presse en tant que sélectionneur, il déclare aux journalistes que « vous n'allez pas beaucoup m'entendre dans les jours et les semaines qui vont venir »[95]. Après trois mois et demi de silence, Marc Lièvremont sort son livre Cadrages et débordements écrit en collaboration avec Pierre Ballester, où il revient sur son parcours depuis sa nomination à la tête du XV de France jusqu'à la finale de la Coupe du monde perdue à Auckland[96]. Tous les bénéfices du livre sont reversés à la fondation Mouvement pour les Villages d'Enfants (MVE) dont Lièvremont est le parrain[97].

Marc Lièvremont et Fabien Pelous au Stade Ernest-Wallon lors du match Castres-Montpellier le 25 mai 2012.

En avril 2012, il devient consultant rugby, d'abord pour les journaux Le Monde et Sud Ouest où il tient une chronique[98], puis sur Canal+[99] où il commente des matches du Top 14, de Coupe d'Europe et des Test matchs aux côtés de Fabien Pelous et Éric Bayle[100]. Il intervient également de façon ponctuelle dans Les Spécialistes rugby.

Avec son frère Thomas, ils tiennent un restaurant à Biarritz, le Bar de la Côte et ont ouvert un salon de soins et de détente à Bassussarry, le Spa Makila[101].

Statistiques de joueur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Marc Lièvremont a participé à une Coupe du monde, avec une place de vice-champion du monde 1999 et remporté un Grand Chelem (1998).

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Marc Lièvremont en Coupe du monde
Édition Rang Résultats France Résultats Lièvremont Matchs Lièvremont
Royaume-Uni 1999 Finaliste 5 v, 0 n, 1 d 5 v, 0 n, 1 d 6/6

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Tournoi[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Marc Lièvremont dans le Tournoi des Cinq/Six Nations
Édition Rang Résultats France Résultats Lièvremont Matchs Lièvremont
Cinq Nations 1998 1 4 v, 0 n, 0 d 4 v, 0 n, 0 d 4/4

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a Grand Chelem.

Statistiques d'entraîneur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
2005 - 2006 US Dax Drapeau de la France France Pro D2 Entraîneur en chef 3e, éliminé en finale d'accession au Top 14 - -
2006 - 2007 US Dax Drapeau de la France France Pro D2 Entraîneur en chef Vainqueur de la finale d'accession au Top 14 - -

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

  • 2003-2006 : Équipe de France des moins de 21 ans / France A
  • 2007-2011 : XV de France
Année Sélection Tournoi Poste Classement IRB à la fin de l'année Tournoi Coupe du Monde
2008 Drapeau : France France Six Nations Sélectionneur 7e 3e
2009 Drapeau : France France Six Nations Sélectionneur 5e 3e
2010 Drapeau : France France Six Nations Sélectionneur 6e Grand Chelem
2011 Drapeau : France France Six Nations Sélectionneur 3e 2e Défaite en finale

Entre 2007 et 2011, Marc Lièvremont dispute 45 matchs à la tête du XV de France (27 victoires et 18 défaites) avec un pourcentage de victoires de 60 %. Dans le Tournoi des Six Nations, il totalise 14 victoires et 6 défaites soit 70 % de victoires (voir image). Il utilise 82 joueurs au total, dont 56 la première année (2008), durant son mandat. Au niveau du palmarès, alors que Bernard Laporte avait remporté 3 Tournois entre 2003 et 2007, Lièvremont n'en remporte qu'un, en 2010 (Grand Chelem). La France connaît aussi de nombreuses humiliations à l'image de la défaite en 2010 contre l'Australie (19-56) mais aussi des premières défaites de l'histoire du XV de France : première dans le cadre du Tournoi des Six Nations face à l'Italie, 22 à 21 lors de l'édition 2011[Note 8], et face au Tonga en phase de poule du Mondial 2011 (14-19).

Finalement, l'ère Lièvremont reste donc paradoxale : si les résultats durant quatre ans restent moins bons que sous l'ère Laporte avec les pires défaites de l'histoire du XV de France, c'est aussi sous l'ère Lièvremont que la France réalise son meilleur parcours en Coupe du monde depuis 1999. Après le Mondial, 87 % des supporteurs des Bleus estiment que Marc Lièvremont a bien rempli son mandat de sélectionneur[102].

Tableau Lièvremont Tournoi 6 nations.jpg

Palmarès[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

En club
En sélection nationale

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

En club
En sélection nationale

Fratrie[modifier | modifier le code]

Né d'un père militaire franc-comtois et d'une mère lorraine, Marc est l'aîné d'une fratrie de sept garçons et une fille, tous joueurs de rugby à plus ou moins haut niveau. Parmi eux :

Action caritative[modifier | modifier le code]

Depuis 2004, Marc Lièvremont est le parrain de la Fondation Action Enfance, avec ses frères et sœur. Action Enfance protège en France, dans ses Villages d'Enfants et Foyers, des enfants séparés de leurs parents et placés sur décision du juge, en raison de maltraitances ou de négligences graves. En 2009, le comédien Jean Dujardin vient coparrainer cette action à ses côtés.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Marc Lièvremont et Pierre Ballester, Cadrages et débordements, Éditions de La Martinière, , 235 p., broché (ISBN 978-2-732-45195-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Surnom donné à l'équipe des remplaçants ou A' qui jouait le match en semaine de la tournée contre une équipe locale
  2. Wallabies, surnom de l'Équipe d'Australie de rugby à XV.
  3. Sélection internationale occasionnelle qui regroupe les meilleurs éléments des équipes des Fidji, Samoa, Tonga, îles Cook et Niué.
  4. XV de la Rose, surnom de l'Équipe d'Angleterre de rugby à XV.
  5. L'équipe de France avait réussi une tournée victorieuse en Nouvelle-Zélande, s'imposant consécutivement à Christchurch (22-8) le 26 juin puis à Auckland (23-20) le .
  6. Le lendemain du deuxième test, Mathieu Bastareaud prétend avoir été agressé dans la nuit par des Néo-zélandais et rentre en France. Alors que le premier ministre néo-zélandais, John Key, a présenté ses excuses à l'équipe de France et que la police locale a ouvert une enquête, Bastareaud revient sur ses accusations le 25 juin. L'affaire prend alors une tournure politique et le Premier ministre français François Fillon envoie à son tour, le 30 juin, ses excuses à son homologue néo-zélandais. Le , Mathieu Bastareaud est hospitalisé pour de « graves troubles psychologiques ». Entre-temps, la fédération néo-zélandaise envoie ce communiqué : « La Fédération néo-zélandaise de rugby a été scandalisée par la révélation selon laquelle le centre français Mathieu Bastareaud avait inventé de toutes pièces cette histoire d'agression », en mettant en avant la « publicité négative faite à la Nouvelle-Zélande et à la ville de Wellington ».
  7. Le journaliste lui avait demandé : « Est-ce que tu penses toujours que vous pouvez être champions du monde ? ».
  8. La première défaite de l'équipe de France lors des confrontations face à l'Italie a lieu en mars 1997 à Grenoble.

Références extraites de Cadrages et débordements[modifier | modifier le code]

  1. Lièvremont 2012, p. 180
  2. a et b Lièvremont 2012, p. 181
  3. Lièvremont 2012, p. 182
  4. a et b Lièvremont 2012, p. 185-186
  5. a et b Lièvremont 2012, p. 187-188
  6. a et b Lièvremont 2012, p. 189
  7. Lièvremont 2012, p. 189-190
  8. a et b Lièvremont 2012, p. 190
  9. Lièvremont 2012, p. 190-191
  10. Lièvremont 2012, p. 191
  11. Lièvremont 2012, p. 192
  12. Lièvremont 2012, p. 193
  13. a et b Lièvremont 2012, p. 194
  14. a, b et c Lièvremont 2012, p. 195
  15. Lièvremont 2012, p. 198-199
  16. Lièvremont 2012, p. 199
  17. Lièvremont 2012, p. 199-200
  18. Lièvremont 2012, p. 197
  19. Lièvremont 2012, p. 198
  20. a et b Lièvremont 2012, p. 196
  21. Lièvremont 2012, p. 200
  22. Lièvremont 2012, p. 200
  23. a et b Lièvremont 2012, p. 201
  24. a et b Lièvremont 2012, p. 202-203
  25. Lièvremont 2012, p. 205
  26. Lièvremont 2012, p. 206-207
  27. Lièvremont 2012, p. 207
  28. Lièvremont 2012, p. 207
  29. Lièvremont 2012, p. 207
  30. Lièvremont 2012, p. 207
  31. Lièvremont 2012, p. 208
  32. Lièvremont 2012, p. 208
  33. Lièvremont 2012, p. 208-209
  34. Lièvremont 2012, p. 209
  35. Lièvremont 2012, p. 209-2010
  36. Lièvremont 2012, p. 2011
  37. Lièvremont 2012, p. 2012
  38. Lièvremont 2012, p. 2012-2013
  39. Lièvremont 2012, p. 213
  40. Lièvremont 2012, p. 215
  41. Lièvremont 2012, p. 217
  42. Lièvremont 2012, p. 115
  43. Lièvremont 2012, p. 118
  44. Lièvremont 2012, p. 122
  45. Lièvremont 2012, p. 123
  46. Lièvremont 2012, p. 128
  47. Lièvremont 2012, p. 127
  48. Lièvremont 2012, p. 133
  49. Lièvremont 2012, p. 135
  50. Lièvremont 2012, p. 136
  51. Lièvremont 2012, p. 148
  52. Lièvremont 2012, p. 137
  53. Lièvremont 2012, p. 139
  54. Lièvremont 2012, p. 142-143
  55. Lièvremont 2012, p. 144
  56. Lièvremont 2012, p. 149
  57. Lièvremont 2012, p. 149-150
  58. Lièvremont 2012, p. 150-151
  59. Lièvremont 2012, p. 157
  60. Lièvremont 2012, p. 158
  61. Lièvremont 2012, p. 160-161
  62. Lièvremont 2012, p. 162
  63. Lièvremont 2012, p. 164-165
  64. Lièvremont 2012, p. 168
  65. Lièvremont 2012, p. 169
  66. Lièvremont 2012, p. 170
  67. Lièvremont 2012, p. 176
  68. Lièvremont 2012, p. 177-178
  69. Lièvremont 2012, p. 45-46
  70. Lièvremont 2012, p. 54
  71. Lièvremont 2012, p. 61-62
  72. Lièvremont 2012, p. 80-81
  73. Lièvremont 2012, p. 88-89
  74. Lièvremont 2012, p. 93
  75. Lièvremont 2012, p. 113

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche Match Nîmes VS Perpignan : 16-12 », sur usapiste.fr (consulté le 16 février 2016)
  2. « Fiche Match Perpignan VS Blagnac : 7-23 », sur usapiste.fr (consulté le 16 février 2016)
  3. « L'Australie gagne avec la manière », sur humanite.fr, L'Humanité,‎ (consulté le 16 février 2016)
  4. « Fiche match : Italie / France - Coupe Latine 1995 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 16 février 2016)
  5. « L'ex-USAP Marc Liévremont n'entraînera plus l'équipe de France en 2011 », sur la-clau.net,‎ (consulté le 16 février 2016)
  6. « Fiche match : Pays de Galles / France - Tournoi des V nations 1998 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 16 février 2016)
  7. « Fiche match : France / Canada - Coupe du monde 1999 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 16 février 2016)
  8. « Fiche match : France / Namibie - Coupe du monde 1999 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 16 février 2016)
  9. « Fiche match : France / Fidji - Coupe du monde 1999 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 16 février 2016)
  10. « Fiche match : France / Argentine - Coupe du monde 1999 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 16 février 2016)
  11. « Fiche match : France / Nouvelle-Zélande - Coupe du monde 1999 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 16 février 2016)
  12. « Fiche match : Australie / France - Coupe du monde 1999 », sur ffr.fr, FFR (consulté le 16 février 2016)
  13. http://www.lemonde.fr/sport/article/2009/02/06/max-godemet-maitre-a-penser-et-a-former-du-rugby-francais_1151794_3242.html
  14. Thomas Mico, « Lièvremont aux commandes », sur rugby365.fr,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  15. Alexis Danjon, « Rugby: Marc Lièvremont succède à Bernard Laporte », sur liberation.fr, Libération,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  16. Guillaume Serres, « Les nouveaux visages du XV de France », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  17. Erwan Le Duc, « Le XV de France l'emporte avec la manière contre l'Ecosse », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  18. Erwan Le Duc, « Tournoi des 6 Nations : la France l'emporte au bout du suspense (26-21) », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  19. « L'Angleterre remporte le Crunch », sur rbs6nations.com,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  20. « Rendez-vous à Cardiff », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  21. Florian Egly, « Le Pays de Galles s'offre le grand chelem », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  22. Bertrand d'Armagnac, « Un XV de France expérimental pour affronter l'Australie », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  23. « XV de France. Le retour de Chabal pour la tournée en Australie », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  24. (en) « Australia 34-13 France », sur bbc.co.uk, BBC Sport,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  25. « Rampant Wallabies give sorry France les bleus », sur theguardian.com, The Guardian,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  26. Erwan Le Duc, « Le XV de France bat enfin l'Argentine (12-6) », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  27. « Rugby: victoire ambiguë du XV de France contre les îles du Pacifique », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  28. « XV de France. Une "belle" défaite contre l'Australie », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  29. (en) John Haughey, « Ireland 30-21 France », sur bbc.co.uk, BBC Sport,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  30. Erwan Le Duc, « Tournoi des six nations : petite victoire pour les Bleus contre l'Ecosse (22-13) », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  31. « Les Bleus héroïques face aux Gallois : 21-16 », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  32. (en) Rob Hodgetts, « England 34-10 France », sur bbc.co.uk, BBC Sport,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  33. Jean-Louis Laffitte, « Tournoi des VI Nations. La France s'est baladée en Italie (50-8) », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  34. J. P. Oyarsabal, « Tournoi des VI Nations. XV de France : L'heure du bilan », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  35. « XV de France: Nallet forfait, Dusautoir capitaine », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  36. « Rugby. La France s'impose en Nouvelle-Zélande (27-22) », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  37. Gilles Festor, « L'étrange affaire Bastareaud », sur lefigaro.fr, Le Figaro (consulté le 14 avril 2015)
  38. « Affaire Bastareaud : Fillon s'excuse auprès de la Nouvelle-Zélande », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  39. « Rugby: les Bleus plus forts que l'Afrique du Sud (20-13) », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  40. Aurélien Billot, « La France en balade face aux Samoa », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  41. Michel Henry, « Test moche pour les Bleus face aux Blacks », sur liberation.fr, Libération,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  42. « Le XV de France s'impose 18-9 en Ecosse », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  43. « Six nations : les Bleus dominent l'Irlande 33-10 », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  44. « Six nations : la France s'impose au Pays de Galles (26-20) », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  45. (en) « France 46-20 Italy », sur bbc.co.uk, BBC Sport,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  46. « Tournoi des Six nations: un Grand Chelem pour le XV de France et la confirmation de la puissance du pack », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  47. « Braquage à l'anglaise pour le neuvième grand chelem du XV de France », sur lexpress.fr, L'Express,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  48. « Marc Lievremont praises Grand Slam-winning French team », sur bbc.co.uk,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  49. Baptiste Desprez, « Une correction pour les Bleus », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  50. « Le XV de France laminé en Argentine (41-13) », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  51. Jean-Paul Couret, « Rugby: la France maîtrise la pluie et les Fidji 34-12 », sur lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  52. Clément Daniez, « France-Argentine (15-9): la victoire et rien d'autre », sur lexpress.fr, L'Express,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  53. « L'Australie humilie le XV de France (16-59) », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  54. « RUGBY : le traumatisme de France-Australie 2010 », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  55. « Lièvremont ne pense « absolument pas » à démissionner, Ntamack veut « réfléchir » », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  56. « Un certain sens du rachat », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  57. (en) Mike Averis, « Six Nations 2011: Maxime Médard and France edge out improved Ireland », sur theguardian.com, The Guardian,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  58. « Six nations : le XV de France cède contre l'Angleterre (17-9) », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  59. (en) James Standley, « Six Nations: Italy 22-21 France », sur bbc.co.uk, BBC Sport,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  60. Clément Daniez, « Italie-France (22-21): Bleus de honte », sur lexpress.fr, L'Express,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  61. « Italie-France (22-21): Bleus de honte », sur lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  62. Benoît Conta, « La génération Chabal paye la note », sur europe1.fr, Europe 1,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  63. « France bat pays de Galles (28-9) », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  64. Renaud, « Le bilan de Marc Lièvremont », sur rencontresaxv.fr,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  65. « Bleus : Une liste de 32 », sur rugbyrama.fr, Eurosport,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  66. « Mondial de rugby : un groupe France sans Chabal, Jauzion ni Poitrenaud », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  67. Vincent Pere-Lahaille, «L'inconnu» de Lièvremont, sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  68. « Rugby : le XV de France lance sa préparation pour le Mondial 2011 », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  69. « Rugby : Huget exclu du groupe France pour manquement aux règles antidopage », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  70. « Le XV de France domine l'Irlande 19 à 12 », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  71. « Rugby : le XV de France gagne en Irlande (26-22) », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  72. « Rugby. Mondial 2011 - XV de France : Lièvremont écarte Domingo et Marconnet », sur humanite.fr, L'Humanité,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  73. Mathieu Le Chevallier, « RUGBY. La France bat le Japon dans la douleur », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  74. Mathieu Le Chevallier, « RUGBY. Les Bleus (presque) qualifiés sans briller face au Canada (46-19) », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  75. « Parra à l'ouverture face aux All Blacks! », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  76. Nicholas Jones, « Rugby World Cup's $460 French farce », sur nzherald.co.nz, The New Zealand Herald,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  77. Hamza Hizzir, « Nouvelle-Zélande - France (37-17): les All Blacks intraitables », sur metronews.fr, Metronews,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  78. « RUGBY. Les relations tumultueuses de Marc Lièvremont avec les médias », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  79. « RUGBY. Lièvremont : "Tu m'emmerdes avec ta question..." », sur nouvelobs.com, Le Nouvel Obs,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  80. « Mondial 2011 : battue par les Tonga, la France rejoint les quarts par la petite porte », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  81. (en) James Standley, « Rugby World Cup 2011 Pool A: France 14-19 Tonga », sur bbc.com, BBC Sport,‎ (consulté le 14 avril 2015)
  82. Baptiste Desprez, « Qualifié, mais rouge de honte », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  83. « Mondial de rugby: France en quarts malgré la défaite et la honte », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  84. « La gazette du Mondial 2011 : le XV de France se refait la cerise contre la Rose », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  85. David Reyrat, « Lièvremont se frise les moustaches », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  86. « Marc Lièvremont garde son équipe type pour la finale », sur france24.com,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  87. « Le XV de France en finale du Mondial », sur letemps.ch, Le Temps,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  88. « Coupe du monde de rugby : Lièvremont et les "sales gosses" », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  89. Philippe Kallenbrunn, « XV de France. Scission finale entre Lièvremont et ses joueurs », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  90. « Harinordoquy tacle Lièvremont », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  91. Xavier, « La coupe du monde a été gagnée sur la base d’une absence de décisions arbitrales », sur rencontresaxv.fr,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  92. « Rugby : les All Blacks remportent la Coupe du monde », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  93. Matthieu Le Chevallier, « RUGBY. Les Blacks champions du monde, les Bleus héroïques », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  94. Christian Jaurena, « Lièvremont :«Triste et fier» », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 16 avril 2015)
  95. « Marc Lièvremont consultant », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 17 avril 2015)
  96. François Piraux, « Marc Lièvremont donne sa version de la Coupe du monde dans un livre », sur rugby365.fr,‎ (consulté le 17 avril 2015)
  97. « Marc Lièvremont au soutien de Mouvement pour les villages d’enfants », sur lerugbynistere.fr,‎ (consulté le 17 avril 2015)
  98. « Marc Lièvremont devient consultant », sur lexpress.fr,‎
  99. Cyrille Gandolfo, « Marc Lièvremont devient consultant télé », sur madeinrugby.com,‎
  100. Rémi Lestang, « Marc Lièvremont, du XV de France à Canal + ! », sur lerugbynistere.fr,‎ (consulté le 17 avril 2015)
  101. Sandie Tourondel, « Frères basques », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 17 avril 2015)
  102. Tournoi des six nations (1) : Après le jeu, le management
  103. Il est remplaçant lors de la demi-finale contre le Stade toulousain, mais non sélectionné pour la finale.
  104. Blessé en cours de saison, il interrompt sa carrière et ne joue pas les phases finales.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :