Philippe Sella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Sella
Description de l'image Philippe Sella.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (55 ans)
à Tonneins (Drapeau de la France France)
Taille 1,81 m
Position Centre
Carrière en junior
Période Équipe  
Clairac XIII
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1980-1996
1996-1998
SU Agen
Saracens
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1982-1995 Drapeau : France France 111 (128)
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
2008-2012
2012-
Drapeau : France France -20
SU Agen

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

Philippe Sella (dit L'Incomparable), né le à Tonneins, est un ancien joueur français de rugby à XV, évoluant au poste de trois-quarts centre (plus rarement à l'aile (1er tournoi), ou arrière), mesurant 1,81 m pour 84 kg.

À la fois rapide, physique et technique, plaqueur émérite, considéré comme le meilleur trois-quarts centre du monde pendant presque une décennie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Il entre dans le rugby par le rugby à XIII jusqu'en benjamin à Clairac, petite commune de la vallée du Lot du Lot et Garonne distante de 4 km de son domicile familial et située à 40 km au nord d'Agen. Puis il passe au vieux club de rugby à XV de Clairac. Le stade municipal de Clairac, tant pour le rugby à XIII ou à XV que pour le football, est le stade de Vivens. Scolarisé au Lycée Technique d'Etat d'Agen, soit à 35 km du domicile familial à Bourran, il est alors sportivement orienté, tant par des dirigeants de Clairac XV que par des professeurs du Lycée technique d'Agen, vers le SU Agen rugby à XV.

Il commence sa carrière internationale contre la Roumanie le . Durant sa longue carrière internationale, il aura eu l'occasion de jouer au centre en compagnie de Thierry Lacroix (24 matchs), Franck Mesnel (21), Denis Charvet (17) et Didier Codorniou et Marc Andrieu (16).

En 1983, il remporte les Jeux méditerranéens.

Tournois des V Nations[modifier | modifier le code]

Lors du Tournoi des Cinq Nations 1986, il réalise un Grand Chelem personnel, celui des essais, ce qui n'a été réalisé que par très peu de joueurs. En 1987, il réalise le Grand Chelem lors du Tournoi des Cinq Nations. Il sera le meilleur marqueur des éditions 1984 (avec Jérôme Gallion) et 1986. Il a par ailleurs été sélectionné dans le tournoi sans discontinuer de 1983 à 1995 (soit un total de 13 participations, record français absolu), le remportant en 1983 (contre l'Irlande), 1986 (contre l'Écosse), 1987, 1988 (contre le pays de Galles), 1989 et 1993.

Tournées et tests-matchs[modifier | modifier le code]

Il a participé aux tournées en Nouvelle-Zélande en 1984, 1986, 1989 et 1994 (au cours de laquelle il devient le premier joueur de l'histoire du rugby mondial à totaliser cent sélections internationales), en Argentine en 1985, 1986 et 1988, en Australie en 1986 et 1990, aux États-Unis en 1991, en Afrique du Sud en 1993, et au Canada en 1994. Pendant les tournées 1986 et 1987, il réussit l'exploit de marquer 8 essais en 8 tests-matchs consécutifs, soit un par test (record français).

En 1994, lors d'un test-match contre le Canada, il s'est vu expulsé du terrain alors qu'il joue son 99e match sous le maillot bleu. L'arbitre l'ayant surpris à se battre contre un joueur adverse. La France perd le match 16-18 mais après visionnement vidéo, fait jusqu'ici unique dans les annales rugbystiques, cette tache sera effacée de sa carrière exemplaire et des excuses lui seront même présentées car il fut prouvé que l'arbitre de touche avait confondu Philippe Sella qui tentait de séparer deux belligérants.

Coupes du monde[modifier | modifier le code]

Puis, il participe à la Coupe du monde de rugby 1987 qui se déroule conjointement en Nouvelle-Zélande et en Australie. Après une demi-finale gagnée contre les Wallabies grâce à l'un des plus beaux essais de l'histoire du rugby marqué par Serge Blanco, le XV de France échoue en finale contre les Blacks.

Avec les Barbarians[modifier | modifier le code]

Le , il est invité pour la première fois avec les Barbarians français pour jouer contre l'Australie à Toulon. Les Baa-Baas s'inclinent 21 à 23[1]. L'année suivante, le , il joue de nouveau avec les Barbarians français contre les Harlequins au Stade de Twickenham. Les Baa-Baas l'emportent 42 à 20[2].

Il revient avec les Barbarians cinq ans plus tard. Le , il est sélectionné pour jouer contre les Fidji à Bordeaux. Les Baa-Baas s'inclinent 16 à 32[3]. Le , il joue de nouveau avec les Baa-Baas contre l'Afrique du Sud à Lille. Les Baa-Baas s'imposent 25 à 20[4].

Le , il joue de nouveau avec les Barbarians français contre les Barbarians au Stade Charlety à Paris. Les Baa-Baas s'imposent 35 à 18[5]. Le , il retrouve le maillot des Barbarians français contre l'Afrique du Sud à Brive. Les Baa-Baas s'imposent 30 à 22[6].

Retraite sportive[modifier | modifier le code]

Après la Coupe du monde de rugby 1995, il prend sa retraite internationale. Longtemps fidèle au club de ses débuts, le SU Agen, il finit néanmoins sa carrière dans le club anglais des Saracens de Londres, où il remporte la coupe d'Angleterre en 1998.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il obtient l'Oscar du Midi olympique (meilleur joueur français du championnat) en 1986 et 1987 (terminant second en 1994), et a en outre été désigné une fois Meilleur joueur européen (Pat Marshall Award) par la presse britannique spécialisée (au sein du Rugby Union Writers Club, club créé en 1961).
De 2001 à 2003, il a donné son nom à un Trophée d'été sur invitation de clubs, organisé par le SU Agen.

Il a obtenu le Prix de la ville de Paris de l'Académie des sports en 1995[7] (et la médaille de l'Académie en 1986).

Il est élu au Temple international de la renommée du rugby depuis 1999 et au Temple de la renommée IRB depuis 2008.

Postérité[modifier | modifier le code]

Ancien centre de l'Équipe de France de rugby à XV, il totalise 111 sélections sous le maillot français, 2e joueur le plus capé de l'histoire du rugby français (dont 4 capitanats) après Fabien Pelous. Il est aussi devancé au niveau international européen par l'Anglais Jason Leonard (114), depuis 2005 par l'Australien George Gregan (139, le 6/10/2007 - 1er sélectionné mondial), et depuis 2012 par l'Irlandais Brian O'Driscoll (124).

Il est le joueur français ayant joué le plus de matches dans le tournoi avec 50 matches. Seul l'Irlandais Mike Gibson le devance avec 56 matches.
De 1982 à 1987, il a disputé 45 matches consécutifs avec l'équipe de France, seulement dépassé en cela par Roland Bertranne (avec 46).

Le journaliste sportif et écrivain Richard Escot a publié à son sujet l'ouvrage Sella : l'or du rugby, éd. Solar, 1995.

Reconversion[modifier | modifier le code]

De 1998 à 2012, il commente les matches de rugby sur Canal+. Il a commenté 2 coupes du monde et 13 finales de championnat de France. Il commentait généralement avec Eric Bayle.

Il assure la version française des commentaires des jeux vidéo Rugby 08 et Rugby World Cup 2011[8] avec Eric Bayle.

Il dirige, également une société de communication Sella Communication spécialisée dans l'événementiel lié au monde du sport.

Il a par ailleurs lancé sa ligne de vêtement rugby haut de gamme, la marque 111, représentée sous la forme d'un ballon ovale, le 111 en guise de lacets.

De 2009 à 2011, il est le manager de l'équipe de France des moins de 20 ans.

En 2012, il revient au SU Agen pour prendre le poste de directeur sportif.

En 2017, Philippe Sella est cité dans l'émission télévisuelle Cash Impact, revenant sur les suites de l'émission Cash Investigation, pour sa mise en cause dans l'enquête sur l'évasion fiscale des Panama Papers, en lien avec sa société Sella Communication, qui aurait permis la dissimulation d'un compte en Suisse entre 1998 et 2012[9].

Clubs[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Saison Club Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
2012 - 2013 SU Agen Drapeau : France Top 14 Directeur sportif 13e - Éliminé en poule
2013 - 2014 SU Agen Drapeau : France Pro D2 Directeur sportif 2e, battu en finale d'accession - -
2014 - 2015 SU Agen Drapeau : France Pro D2 Directeur sportif 4e, Vainqueur de la finale d'accession - -
2015 - 2016 SU Agen Drapeau : France Top 14 Directeur sportif 13e - Éliminé en poule
2016 - 2017 SU Agen Drapeau : France Pro D2 Directeur sportif 2e, Vainqueur de la finale d'accession - -

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Barbarian Rugby Club vs Australie », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 15 décembre 2016)
  2. « Harlequins vs Barbarian Rugby Club », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 15 décembre 2016)
  3. « Barbarian Rugby Club vs Fidji », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 17 décembre 2016)
  4. « Barbarian Rugby Club vs Afrique du Sud », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 17 décembre 2016)
  5. « Barbarian Rugby Club vs Barbarians Britanniques », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 18 décembre 2016)
  6. « Barbarian Rugby Club vs Afrique du Sud », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 18 décembre 2016)
  7. [1] Prix de la ville de Paris
  8. « Trailer du lancement - Sortie du jeu vidéo Rugby World Cup 2011 aujourd'hui », sur jeuvideo.afjv.com (consulté le 29 août 2016)
  9. « Le nom de Sella dans les Panama Papers ! » (consulté le 1er mars 2017)
  10. « France-Ecosse, match en chiffres - Un seul revers en quinze ans, la domination des Bleus est nette », sur Eurosport, (consulté le 7 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]