Néville-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Manche
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Manche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Néville.
Néville-sur-Mer
L'église Saint-Martin-et-Sainte-Trinité.
L'église Saint-Martin-et-Sainte-Trinité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Val-de-Saire
Intercommunalité Communauté de communes de Saint-Pierre-Église
Statut commune déléguée
Maire délégué Bernard Pottier
2016-2020
Code postal 50330
Code commune 50375
Démographie
Population 191 hab. (2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 29″ nord, 1° 20′ 17″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 52 m
Superficie 3,46 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Vicq-sur-Mer
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Néville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Néville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Néville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Néville-sur-Mer

Néville-sur-Mer (Néville jusqu'en 1956) est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Vicq-sur-Mer.

Elle est peuplée de 191 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Voir Néville (Seine-Maritime).

Austhot (Ostot 1753 - 1785) est un hameau de Néville, dont le second élément -thot est une altération graphique du plus commun -tot, appellatif toponymique issu du vieux norrois topt « emplacement d'une habitation, ferme ». Le premier élément est obscur faute de formes suffisamment anciennes, peut-être le vieux norrois austr « de l'est », éventuellement utilisé comme anthroponyme.

Herclat est un lieu-dit de la commune, dont l'étymologie est vraisemblablement anglo-scandinave.

Le Tourps est un lieu-dit de la commune, formation toponymique plus tardive (présence de l'article) issue de l'ancien normand torp « ferme, village » du vieux norrois torp. Dans le Cotentin, l'ancien normand torp a généralement donné tourp en emploi autonome et -tour en finale. En revanche, torp est resté torp ailleurs en Normandie cf. le Torp-Mesnil, Seine-Maritime.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Néville-sur-Mer intègre avec trois autres communes la commune de Vicq-sur-Mer[1] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Cosqueville, Gouberville, Néville-sur-Mer et Réthoville deviennent des communes déléguées et Cosqueville est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989[2] décembre 2015 Bernard Pottier[3] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 191 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Néville-sur-Mer[4]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
401 444 509 444 422 436 422 386 392
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
374 358 341 295 310 283 242 261 257
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
254 273 280 264 278 255 267 268 233
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
199 170 148 154 164 169 170 182 191
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le manoir d'Herclat.
  • L'église Saint-Martin-et-Sainte-Trinité.
  • Manoir d'Herclat (XVIe/début XVIIe siècle), inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 18 février 1975[7] (famille Thomas, sieur d'Herclat, installée vers 1550, capitaines garde-côtes, liée aux Goubeville puis famille de Beaudrap puis Dumoustier de Canchy jusqu'en 1978).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Michel Pontus, né au manoir de Herclat à Néville-sur-Mer le 19 juin 1763 et décédé à Paris le 2 septembre 1792, prêtre dans l'ordre religieux des Sulpiciens et vicaire de Saint-Sulpice à Paris à partir de 1788. Il refuse de prêter serment à la constitution civile du clergé et est massacré le 2 septembre 1792. Il est béatifié le 17 octobre 1926 par le pape Pie XI[8].
  • Charles Omond, né le 28 juin 1920 à Néville-sur-Mer et décédé le 26 avril 2010 à Saint-Servan (Saint-Malo). Il est le septième fils d'une famille de dix garçons. Fils de Louis Auguste Xavier Omond et de Marie Aimable Rosalie Dodeman. Ordonné prêtre le 3 juin 1944. Il fut successivement professeur à Saint-Lô, vicaire à Villedieu-les-Poêles (le 26 septembre 1946), administrateur de Précey, Crollon (le 01 juillet 1948), curé de Montpinchon (le 18 septembre1958), curé-doyen de Canisy (le 1er septembre 1966), curé de Regnéville-sur-Mer et administrateur de Grimouville et Urville (le 9 septembre 1975), aumônier de la maison des Petites Sœurs des pauvres de Granville (le 27 novembre 1985). Autorisé à prendre sa retraite le 21 juin 2000, il réside chez les Petites Sœurs des pauvres à Saint-Servan, où il décède. Il repose au cimetière de Néville-sur-Mer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recueil des actes administratifs de décembre 2015 », sur le site de la préfecture de la Manche (consulté en 4 octobre 2016 2016).
  2. « Le maire, Bernard Pottier, est candidat à sa succession », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 janvier 2015)
  3. Réélection 2014 : « Néville-sur-Mer (50330) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 mai 2014)
  4. Date du prochain recensement à Néville-sur-Mer, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  7. « Manoir d'Herclat », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. J.-M. Lejeune, Le Bienheureux Jean-Baptiste Michel Pontus de Néville et ses compagnons martyrs de la Révolution française, Imprimerie la Dépêche, Cherbourg, 1989.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :