Cosqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cosqueville
Cosqueville
Le bourg de Cosqueville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Val-de-Saire
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Statut ancienne commune déléguée
Code postal 50330
Code commune 50142
Démographie
Population 588 hab. (2017)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 39″ nord, 1° 24′ 32″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 85 m
Superficie 10,90 km2
Historique
Date de fusion
Date de dissolution
Commune(s) d’intégration Vicq-sur-Mer
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Cosqueville
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Cosqueville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cosqueville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cosqueville

Cosqueville (prononcé [koːkvil][1]) est une ancienne commune française littorale rurale, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 588 habitants[Note 1].

Devenue commune déléguée au sein de Vicq-sur-Mer depuis le , le statut de commune déléguée est supprimée en mars 2020 par décision du conseil municipal[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Cosqueville est située en bord de mer dans le Val de Saire[3]. Les principaux cours d'eau de la commune sont la rivière de Varouville ainsi que les ruisseaux de Hacouville et de la Fontaine des Dalles. Le port de Cherbourg est à 15,4 km. Son climat est océanique avec des étés tempérés.

La roche dominante du territoire est le granite.

La commune est à 15 km de distance du parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Les plages[modifier | modifier le code]

  • La plage du Vicq.
  • La pointe de la Loge : les anciennes maisons de pêcheurs sont à présent utilisées comme habitations. Cette plage se trouve à la limite de la commune de Fermanville.
  • L'Anse du Sablon : c'est de là que partait autrefois les extractions des carrières qui ont notamment été utilisées pour la rade de Cherbourg.
  • La plage des Mares, sur laquelle on retrouve des vestiges de la Seconde Guerre mondiale[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Coskevilla entre 1164 et 1196[6], Galfridus Cosquet, dominus de Cosquevilla en 1216[6], Cousquevilla vers 1280[6], ecclesia de Cosquevilla en 1332[7], Coquevilla en 1351 et en 1352[8], fief Richard Cosquet [à cosqueville] en 1396[6], Quoqueville en 1424[6], Cosqueville en 1549[9].

Anciennement nommé Cosquevilla, qui vient du latin villa, « domaine rural », précédé du nom de famille Cosquet[10].

En 1801, le nom de la commune était Coqueville[11].

Le gentilé est Cosquevillais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux temps préhistoriques[modifier | modifier le code]

Le littoral a été peuplé dès le paléolithique comme en témoignent les armes et outils datant de cette époque. La Pierre Plantée, de l'époque préhistorique, qui forme un triangle avec les deux menhirs de Saint-Pierre-Église, mesure neuf pieds de hauteur. Il en existait une autre, qui a été renversée par les vagues de la mer et qu´on nommait le Poteau, à cause de sa forme cylindrique. Ces mégalithes sont connus sous le nom des "Trois Princesses". En 1820, un dolmen a été détruit au hameau de la Trigalle. Onze années plus tard, on découvrit aux environs une petite niche souterraine, dans laquelle il y avait quarante coins en bronze.

Une partie du territoire de cette commune a été envahie par la mer. Aux marées basses, on retrouve des traces de chemins charretiers, qui ont laissé des empreintes dans la pierre, ainsi que des arbres enfouis dans une tourbe noirâtre, qui devait être autrefois de l´humus ou une terre végétale. Le Rocher du Vic, les Roches du Bourg, maintenant submergés, indiquent qu´il y avait là des habitations.

Les Celtes, les Gaulois, les Unelles, les Romains, avant l'arrivée des Normands[modifier | modifier le code]

Après les Celtes et les Gaulois aux environs de IXe siècle av. J.-C., les Unelles Ier siècle av. J.-C., les Romains sont venus s'installer. Aux alentours du IXe siècle, l'invasion des Normands, qui détruisaient tout et semaient la terreur, entraîna une redistribution des terres. Cosqueville appartenait à la famille des Coskets qui s'était illustrée pendant la conquête de l'Angleterre. Des vestiges de l'époque mérovingienne ont également été retrouvés dans un lieu-dit le Clos-à-Bœuf sur des hauteurs.

Fusions[modifier | modifier le code]

En 1973, Cosqueville fusionne avec Angoville-en-Saire et Vrasville, qui gardent le statut de communes associées. La commune d'Angoville aurait relevé de la famille du Moncel. Ses armoiries sont composées de trois losanges. Quant à Vrasville, elle aurait été rattachée à la famille d'Évrard d'origine scandinave[12].

Le , Cosqueville intègre avec trois autres communes la commune de Vicq-sur-Mer[13] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Cosqueville, Gouberville, Néville-sur-Mer et Réthoville deviennent des communes déléguées et Cosqueville est le chef-lieu de la commune nouvelle. Du fait de la fusion sous ce régime, Angoville-en-Saire et Vrasville perdent leur statut de communes associées et sont définitivement intégrées à Cosqueville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790 Charles Ollonde   Syndic de Cosqueville
1790 1791 Pierre Jouan    
1791 1792 Charles Ollonde   Syndic
1792 1794 Daumas    
1794 1795 P. Legangneux    
1795 1797 Martin Ollonde    
1797 1798 Charles Ollonde    
1798 1800 Martin Ollonde    
1800 1819[14] Jean Charles Danneville   Cultivateur
1819 1825 Léonor Lecanu    
1825 1827 Jean Fontaine    
1828 1829[15] Jean-Baptiste Michel    
1830 1830 Nicolas Fontaine    
1830 1839 Nicolas Gaillard    
1839 1850 Jean Fontaine    
1850 1860[16] Edmond Louis Victor d'Espinose    
1860 1860 Jean Baptiste Gervais   faisant fonction
1860 1885 Guillaume Michel    
1885 1885[17] Jacques Jourdan    
1886 1896 Michel Vasse    
1896 1900 Jean-Baptiste Michel    
1909 1919 Jean-Baptiste Ribet    
1919 1922 Nicolas Lecanu    
1922 1924 Bienaimé Deschamps    
1924 1924 Jean-Baptiste Michel    
1924 1941 Roger Allemandet    
1941 1942 Bienaimé Deschamps    
1942 1945 Aristide Doucet    
1945 1945 Bienaimé Deschamps    
1946 1946 Edmond Levacher    
1946 1961 Henry Geffroy    
1961 1965 André Michel    
1965 1977 François Lebas    
1977 1986 Gustave Lamache    
1986 1993 I. Fontaine de Resbecq    
1993 1997 Jean Joly    
1997 2008 Patrick Eustache SE Attaché commercial
2008[18] décembre 2015 Richard Leterrier[19] SE Préparateur DCNS
Une partie des données est issue de la liste établi par Jean-François Halley
issue de l'ouvrage "601 communes et lieux de vie de la Manche" [20]

Le conseil municipal étatt composé de quinze membres dont le maire et un adjoint[19]. Deux de ces conseillers étaient respectivement maires délégués des communes associées de Vrasville et d'Angoville-en-Saire. L'ensemble des conseillers intègre le conseil municipal de Vicq-sur-Mer le jusqu'en 2020 et Richard Leterrier est élu maire de la commune nouvelle.

Liste des maires délégué
Période Identité Étiquette Qualité
2016 2020 Claude Augeard SE Artisan

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune comptait 588 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Cosqueville[21]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Cosqueville comptait 100 feux en 1712.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
849841801902853820805886960
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
955934907770833801758731683
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
680712682647617598574551516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
452406471485501491560573585
2017 - - - - - - - -
588--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique d'Angoville-en-Saire
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
109921031178970838973
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
718186776568575751
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
565965544954596450
1962 1968 - - - - - - -
5234-------
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : EHESS[23])
Évolution démographique de Vrasville
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
129143177159150152161175161
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
140140145149132130135134148
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
144155134127105100958798
1962 1968 - - - - - - -
9387-------
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : EHESS[24])

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales activités sont la culture et la production animale.

Appellations d'origine contrôlée[modifier | modifier le code]

La commune de Cosqueville se trouve sur le territoire des Prés-salés du Mont-Saint-Michel et du camembert de Normandie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de Cosqueville.
L'église Saint-Blaise d'Angoville-en-Saire.
L'église Saint-Sébastien de Vrasville.
  • Menhir dit la Pierre Plantée.
  • La Vierge de la Fourche aux Loups.
  • Le jardin de Cosqueville.
  • La pointe du rocher de Tabot ou pointe du rocher au Pique, connue comme lieu de naufrage.
  • Le Grand manoir, du XIIe siècle, autrefois entouré de douves, c'est l'ancien siège de la seigneurie de Cosqueville[25]. Des six tourelle d'origine, il n'en subsiste qu'une[26]. On peut notamment y voir une fenêtre avec grille de fer forgé défensive, qui serait la plus imposante du Cotentin[27].
  • La motte féodale, située derrière l'église de Vrasville dans un champ dit le Clos-à-Bœuf[28].
  • La Maison de Cosqueville appelée le château ou château de Bellanville, construit en 1751 par Thomas Dagier de Tourville et son épouse, Madeleine Le Sens, dame de Cosqueville[25]. En 1912, elle a été agrandie, notamment de sa partie gauche et d'une tourelle[29]. Haut d'un étage sur rez-de-chaussée, le château dissimulé dans la verdure est couvert d'une toiture ponctuée d'une double rangée de lucarnes. Un parc et un étang complètent l'ensemble[30].
  • Église Notre-Dame, d'origine romane, dont le clocher date du XVe siècle. Le chœur d'origine a été démoli en 1770, de même que l'autel, lors de la Révolution. L'une de ses chapelles anciennement dédiée à saint Fiacre a été rebaptisée chapelle de la Sainte-Vierge. L'autre de ses chapelles, à l'origine dédiée à sainte Anne, est la chapelle Saint-Jean. Des cinq cloches de l'église qui dataient de 1770 n'en subsiste qu'une seule, les quatre autres ayant été emmenées à Cherbourg à la Révolution[31].
  • Les quatorze puits communaux, propriétés privées, sont surveillés par l'association Transmission des Cultures et du Patrimoine[32].
  • La commune inclut une partie du marais de Tocquebœuf, qui s'étend également sur la commune de Fermanville.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2), p. 100
  2. [PDF] Conseil municipal du 16 octobre 2019 - Délibération 6 : Suppressions des communes déléguées
  3. http://www.mairie-cosqueville.fr/
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  5. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/cotes-et-plages/default.asp
  6. a b c d et e François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 104.
  7. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 311C.
  8. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 378F.
  9. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 37.
  10. Les noms de communes et anciennes paroisses de la manche, François Beaurepaire Dictionnaire étymologique, René Lepelley Vikings et Noms de lieux de Normandie, Jean Renaud
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/histoire-locale/histoire-de-nos-villages/default.asp
  13. « Recueil des actes administratifs de décembre 2015 », sur le site de la préfecture de la Manche (consulté le 18 mars 2016).
  14. décédé en exercice le 17 février 1819
  15. décédé en exercice le 15 novembre 1829
  16. décédé en exercice le 19 mai 1860
  17. décédé en exercice le 4 novembre 1885
  18. « Richard Leterrier élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 30 décembre 2015)
  19. a et b Réélection 2014 : « Cosqueville (50330) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 mai 2014)
  20. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche [détail des éditions]
  21. Date du prochain recensement à Cosqueville, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 .
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Angoville-en-Saire », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 31 mars 2013)
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Vrasville », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 31 mars 2013)
  25. a et b Edmond Thin, « Promenade archéologique », Vikland, la revue du Cotentin, no 5,‎ avril-mai-juin 2013, p. 16-17 (ISSN 0224-7992).
  26. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-historique/le-manoir/default.asp.
  27. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 140.
  28. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-historique/la-motte-feodale/default.asp.
  29. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-historique/la-maison-de-cosqueville/default.asp.
  30. Girard et Lecœur 2005, p. 238.
  31. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-religieux/eglise-de-cosqueville/default.asp.
  32. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-vernaculaire/les-puits/default.asp.
  33. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/histoire-locale/personnages-remarquables/default.asp
  34. Philippe Landru, « COSQUEVILLE (50) : cimetière », sur Cimetières de France et d’ailleurs, (consulté le 11 mai 2018).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :