Mont Serein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serein.
image illustrant le Vaucluse image illustrant la montagne image illustrant le ski
Cet article est une ébauche concernant le Vaucluse, la montagne et le ski.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mont Serein
Vue du mont Serein depuis la route montant par Malaucène au mont Ventoux.
Vue du mont Serein depuis la route montant par Malaucène au mont Ventoux.
Géographie
Altitude 1 437 m
Massif Monts de Vaucluse (Alpes)
Coordonnées 44° 11′ 07″ nord, 5° 15′ 39″ est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Géologie
Roches Calcaires

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

(Voir situation sur carte : Vaucluse)
Mont Serein

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mont Serein

Le mont Serein est un sommet secondaire culminant à 1 437 m d'altitude, sur le versant septentrional du mont Ventoux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station est accessible par la route départementale 974. L'accès en transport en commun est proposé, au prix d'un euro, entre Carpentras et le mont Serein, via Malaucène[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Piste de ski du Mont-Serein et vue sur le sommet du mont Ventoux.
La station du Mont-Serein et le mont Ventoux en arrière-plan.

La pratique du ski sur le mont Ventoux commença au début des années 1920, à l'instigation de l'écrivain, peintre et alpiniste Pierre de Champeville, alors chargé du Syndicat d’initiative de Carpentras et du Mont Ventoux qu'il a fondé. Convaincu du potentiel touristique du mont Ventoux en saison hivernale, il crée la station du Chalet Reynard en février 1927. Ce n'est que quatre ans plus tard, à la suite d'un « ski perdu », basculant depuis le sommet dans le ravin de Fontfiole, pour glisser jusqu’au plateau du mont Serein, que le lieu est « redécouvert ». Il était, jusque-là, utilisé uniquement par les bergers pour les estives[2].

Une station de ski s'est établie sur les pentes du mont Serein au début des années 1930. C'est à cette époque que fut ouverte une route secondaire passant par le mont Serein reliant Malaucène au sommet du Ventoux[3].

Dans les années 1930, les premiers remonte-pentes sont installés. Il s’agit alors de deux installations faites de cordes et de moteurs de camion qui hissent les skieurs sur les lieux-dits de la Lisière et du Gros Pin.

Dans les années 1960, l’association pour la pratique des sports d’hiver au mont Ventoux (APSHMV) met en place les premiers téléskis. De 1980 à 1992, la régie autonome du mont Ventoux (RAMV) prend le relais, suivie après cette date par l’association pour le développement et la promotion du mont Ventoux (ADPMV), pour gérer la station de ski du Mont-Serein[4].

Activités[modifier | modifier le code]

Station de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Des activités sont proposées en toute saison. La station comporte 12 kilomètres de pistes de ski alpin dont une piste enneigée artificiellement, accessibles par 9 téléskis, 7 kilomètres de ski nordique, et 8 kilomètres pour la randonnée en raquettes. Deux domaines sont réservés pour le surf et la luge. Le domaine skiable s'étend de 1 400 à 1 800 mètres d'altitude[5].

Période estivale[modifier | modifier le code]

Des activités d'été sont également proposées : randonnées pédestres et équestres (GR4 et GR9), un sentier découverte Jean-Henri Fabre, parapente[6]. En juillet et août, la station propose également l'après-midi des descentes en dévalkart, sur la piste de la lisière.

Économie touristique[modifier | modifier le code]

En dehors de l'école de ski et la vente de forfaits, la station génère une activité économique, du fait de la présence de commerces : plusieurs restaurants, ouvert à l'année, hôtels, loueurs de skis, activités sportives d'été, comme l'accrobranche. En 2010, la fréquentation hôtelière hivernale est estimée à 15 % des nuitées annuelles[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Barruol, Nerte Dautier, Bernard Mondon (coord.), Le mont Ventoux. Encyclopédie d'une montagne provençale, Alpes de Lumières, (ISBN 978-2-906162-92-1)
  • Magasine Intercom' : Y aura-t-il de la neige cet hiver dans le Ventoux ?, , 16 p. (lire en ligne), page 8

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :